• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bitcoin, GameStop, Tesla : la bourse toujours plus casino

Bitcoin, GameStop, Tesla : la bourse toujours plus casino

 

L’année écoulée a été totalement effarante sur les marchés financiers. Après un gros coup de froid lorsque la pandémie s’est répandue sur le monde, les marchés ont vivement rebondi, revenant à leurs plus hauts, et les battant largement dans certains cas. Mais les hausses de Tesla et du Bitcoin, ou l’incroyable bataille boursière sur GameStop donnent tous les jours davantage l’impression que les marchés financiers ne sont qu’un casino arbitraire, où, si les gains sont forts à date, le risque grandit…

 

Une bulle qui ne cesse de gonfler

Il faut rappeler que le Dow Jones avait atteint un pic à plus de 14 000 points fin 2007, avant de s’effondrer à 7 000 points début 2009. C’est un rappel important pour remettre en perspective le niveau actuel, au-delà de 31 000 points, plus du double d’avant le dernier krach, et une multiplication par 4 de la valeur par rapport au point bas de 2009 ! L’envolée du Nasdaq est encore plus extravagante, avec une progression de plus 50% en un an, et même un doublement par rapport au point bas de fin mars 2020 ! En dix ans, l’indice a vu sa valeur multiplier par 5  ! L’exemple le plus extravagant de cette évolution est clairement l’action Tesla, dont la valeur a été multipliée par 10 en un an, au point de valoir plus que tous les autres constructeurs automobiles réunis  ! Les marchés européens, moins exubérants, sont « seulement » proches de leurs plus hauts historiques. Le Nikkei est au plus haut depuis près de 30 ans.

Il y a un vrai sens économique à l’envolée des marchés financiers. D’abord, malgré le creux de 2020 pour certains secteurs, les profits des entreprises ne cessent de progresser, au point d’inquiéter depuis longtemps The Economist, qui y voit un manque de compétition, ce qui justifie une valorisation supérieure. En outre, les actionnaires, même s’ils ont perdu la bataille de la vente de Carrefour à Couche Tard, imposent toujours plus durement leur loi aux entreprises, entre dividendes records, rachats massifs d’actions et opérations diverses pour créer de la valeur, pour eux. Enfin, le contexte financier global est extrêmement favorable aux actions, avec une création monétaire importante, qui augmente la demande pour les actifs, tout en réduisant les taux obligataires et monétaires, accroissant l’attractivité des actions.

Néanmoins, par-delà des facteurs structurels à ne pas négliger, il y a de nombreuses incohérences. D’abord, il est curieux que la valorisation des actions états-uniennes diverge autant des actions européennes. En effet, les taux restent plus élevés outre-Atlantique, réduisant la prime des actions par rapport à une situation européenne, où les taux obligataires sont nettement plus faibles. Les marchés actions européens devraient être plus dynamiques qu’aux Etats-Unis, même s’il faut prendre en compte le poids économique pour le vieux continent d’une intégration économique profondément dysfonctionnelle. En fait, il est très clair que des phénomènes de bulles se produisent de manière de plus en plus exubérante et irrationnelle. Tesla en est exemple criant, les fans du constructeur automobile étant bien incapables de remettre en question la moindre ligne de mon récent papier, sur Twitter ou Agoravox.

Autre bulle stupéfiante : celle sur le Bitcoin, dont la valeur a également été multipliée par 10 en un an, passant le cap des 50 000 dollars. Cette bulle est encore plus extravagante, tant elle ne repose sur rien de concret. Le Bitcoin est un actif purement virtuel, une fausse monnaie totalement abitraire que l’époque ne parvient même pas à remettre en perspective. Bien sûr, en 2013, alors qu’il ne cotait que 1000 dollars, je pensais alors qu’il était probable que dans quelques années le Bitcoin soit interdit, ce qui n’a pas été le cas. Mais je ne fixais pas d’horizon de temps précis, ni étais affirmatif à 100%. Aujourd’hui, il est difficile de faire un pronostic. Dans cinq ans, le Bitcoin me semble autant pouvoir valoir un million de dollars, qu’avoir totalement disparu, en faisant tout perdre à ceux qui en ont.

Mais l’époque actuelle est trop irrationnelle et exubérante pour que cela se finisse bien. De telles époques finissent toujours par un krach douloureux. Les actions totalement déconnectées de la valeur de l’entreprise reviendront douloureusement sur terre et on peut imaginer une chute de 95% du cours de Tesla dans les 2 ans. Pour le Bitcoin, il est plus difficile de donner un horizon de temps ou un objectif de cours, tant les esprits animaux sont à l’œuvre, et tant il est possible de croire à l’histoire invraisemblable qui justifie sa valorisation. Mais la passe d’arme entre les fonds spéculatifs et les petits investisseurs autour de GameStop, où ces derniers ont multiplié par 10 le cours de l’entreprise, faisant perdre des millions aux fonds, me semble plutôt le signe que la fin d’une période approche qu’autre chose…

Aujourd’hui, les marchés action ressemblent à un mélange de casino et de far-west toujours plus décorrélé de leur prétendue fonction. Il est de plus en plus évident que les bulles gonflent, largement au-dessus de toute valeur réelle. Bien sûr, si la bulle n’explose qu’en 2022 ou plus tard, des profits peuvent peut-être encore être réalisés. Mais il semble clair que, comme en 1987, comme en 2001, et comme en 2008, la conclusion devrait être violente, aucune force de rappel ou aucune leçon du passé ne semblant avoir été instituée ou tirée. Malheur aux derniers possesseurs des fragments de ces bulles...


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mars 10:10

    « Que les bourses soient devenues de véritables casinos, où se jouent de gigantesques parties de poker, ne présenterait guère d’importance après tout, les uns gagnant ce que les autres perdent, si les fluctuations générales des cours n’engendraient pas , par leurs implications, de profondes vagues d’optimisme ou de pessimisme qui influent considérablement sur l’économie réelle.

    Le système actuel est fondamentalement antiéconomique et défavorable à un fonctionnement correct des économies. Il ne peut être avantageux que pour de très petites minorités. »


    Maurice Allais - La Crise mondiale d’aujourd’hui, 1999


    • Bendidon Bendidon 6 mars 10:19

      @Séraphin Lampion
      Salut lampion encore changé d’avatar smiley
      j’ai regardé le wiki tintin mais c’est drolement bien fait tout ça
      Chapeau du beau boulot


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mars 10:58

      @Bendidon

      nan mais c’est pas moi qu’a fait ce site, j’en suis bien incapable
      je suis dedans au titre de monument historique !


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 6 mars 10:30

      C’est affligeant de ne rien comprendre aux cours de bourse et d’en avoir autant de préjugés.

      L’investissement est une anticipation, une spéculation.

      Spéculer du latin « speculare » qui se traduit par anticiper.

      La spéculation est un bienfait pour l’économie. La main invisible des spéculateur en se dirigeant vers les anticipations les meilleures sélectionne naturellement les meilleures entreprises d’avenir source d’emplois et de débouchés.

      Tesla est haut parce que cette entreprise est sur des marchés qui vont progresser.

      La voiture électrique est un marché d’acquisition. La voiture essence est un marché qui va décliner. Il est donc parfaitement logique que Tesla monte.

      Le Bitcoin, personne en a. Tout le monde en voudra un jour ou l’autre. C’est un marché d’acquisition. Son nombre est limité. L’Euro est créé a la volée. Sa valeur ne fera que décroitre.

      Les valeurs Américaines sont plus élevées. Logique, l’Europe se suicide à l’ecolo-decroissance. Un seul état comme la Californie fait plus de PIB que la France.

      Si on faisait un pays avec les 20% des plus pauvres Americains, il serait plus riche que la moyenne des Français.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mars 11:09

        @Spartacus Lequidam

        Même la finance « traditionnelle ne considère pas la spéculation comme un « investissement  », mais comme une activité qui consisterait à tirer profit par anticipation de l’évolution à court, moyen ou long terme du niveau général des prix ou d’un prix particulier en vue d’en retirer une plus-value ou un bénéfice ». Même les défenseurs du système de l’économie de marché font la distinction entre le financement d’une activité économique réelle dont la production produit une valeur ajoutée permettant de rémunérer l’immobilisation du capital (ce qui est déjà discutable) et le jeu des « boursicoteurs » qui jouent à la hausse ou à la baisse ou font monter et descendre les actions par des rumeurs sans lien avec la santé des entreprises concernées mais permet de gagner de l’argent en achetant et en revendant des actions, le fin du fin étant d’être « initié », ce qui est supposé être interdit mais a fait la fortune de gens comme Haussmann et ses amis banquiers qui on fait des petits.

        Alors, vos leçons d’économie à deux balles, vous pouvez vous les garder.


      • pipiou2 6 mars 12:45

        Dans les articles de herblay le mot « effarant » est un mot compte-triple.

        Le discours de la peur  smiley


        • Passante Passante 6 mars 14:58

          Ithyphalliques et pioupiesques
          Leurs quolibets l’ont dépravé !
          Au gouvernail on voit des fresques
          Ithyphalliques et pioupiesques.
          Ô flots abracadabrantesques,
          Prenez mon cœur, qu’il soit lavé !
          Ithyphalliques et pioupiesques
          Leurs quolibets l’ont dépravé !


        • Pere Plexe Pere Plexe 8 mars 11:25

          Bitcoin, GameStop, Tesla : la bourse toujours plus casino

          NON

          Au casino les chances sont assez bien réparties.

          Même si statistiquement la banque a un nécessaire avantage.

          En bourse il n’y a pas de hasard.

          Il y a des gens qui ont de quoi influer les cours, qui ont les infos cruciales au bon moment, et qui au pire on les relais institutionnels et politiques.

          Et il y a les autres.


          • axiaman 16 mars 14:13

            L’explication de la plupart de vos constations provient simplement de la création monétaire effrénée depuis la crise de 2008, encore exacerbée par celle du Covid-19.

            Le niveau des indices boursiers et du Bitcoin reflète logiquement la quantité de monnaie dans le système. L’argent créé passe dans l’économie et finit sa course dans la poche de quelqu’un qui va l’investir dans un actif résistant à l’inflation, comme l’immobilier, les actions ou le Bitcoin.

            Vous prenez Tesla, Gamestop et le Bitcoin pour illustrer les dérives des marchés financiers alors qu’il s’agit de 3 cas différents. Tesla est un « cult stock » porté par un CEO exubérant et des investisseurs le croyant contre vents et marées.

            L’envolée de Gamestop est due à une lutte entre des shorts (vendeurs de l’action à découvert) et des longs, qui ont forcé les shorts à racheter beaucoup plus cher les actions qu’ils avaient vendues.

            Quant au Bitcoin, il remplit son rôle de valeur refuge.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité