• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bitcoin : l’effarante ouverture de Christine Lagarde à la fausse (...)

Bitcoin : l’effarante ouverture de Christine Lagarde à la fausse monnaie

Garder « l’esprit ouvert  » aux Bitcoins et consorts, certes, en alertant sur les risques de bulle, mais en offrant aussi « des conseils et servir de forum de discussion et de collaboration pour le développement d’une approche réglementaire solide  » : voilà ce que Christine Lagarde, directrice générale du FMI, propose de faire. Encore une fois, l’institution de Washington à côté de la plaque.

 

Suivisme superficiel à l’ère du temps
 
Dans quelques années, ou décennies, quand la bulle des crypto-actifs aura explosé et que les Etats en auront interdit l’usage, nous songerons avec effarement aux déclarations de Christine Lagarde. Bien sûr, elle évoque les risques de bulle, mais l’évolution du cours du bitcoin démontre qu’il y a déjà depuis longtemps une bulle stupéfiante, avec un cours multiplié par près de 100 en à peine plus de deux ans. Il n’y a pas un risque de bulle, il y a déjà une bulle, totalement extravagante. Et parler seulement de « développement d’une approche réglementaire solide  » sous-entend fortement que la présidente du FMI n’est pas pressée pour agir et adopte donc une logique de laisser-faire.
 
Malheureusement, la position de Christine Lagarde ressemble à celle des autres dirigeants de la planète. Car, malgré des soubresauts extravagants (jusqu’à -50% en un mois), des scandales divers et variés (incluant des vols massifs) et une polémique sur le coût environnemental colossal du fait de « miner » les Bitcoins, les crypto-actifs continuent de se développer. C’est ainsi que très récemment, le Conseil d’Etat a annoncé que les plus-values seraient taxées à seulement 19%, et non plus au barème de l’impôt sur le revenu. De quoi attirer de nouveaux gogos, par des arguments plus lourds que ceux de Nabilla… L’Etat semble indiquer qu’il s’agit d’un actif comme un autre…
 
Pourtant, difficile de ne pas penser que les Bitcoins ne sont que du vent, ingénieusement habillé comme une crypto-monnaie, dont les défenseurs osent vanter la solidité, du fait d’un nombre limité, feignant d’ignorer les variations délirantes de sa valeur. La réalité, c’est que l’Etat devrait en interdire l’achat, ou la circulation, tant ce monstre numérique est un grand n’importe quoi. En aucun cas il ne s’agit d’une monnaie, puisqu’il n’y a aucun Etat ou collectivité derrière, ni même le moindre actf pour justifier sa valeur. En réalité, il s’agit de billets d’une édition limitée de Monopoly qu’une époque un peu folle prend pour une monnaie moderne par fascination pour la technologie employée.
 
 
Il est d’autant plus effarant que le FMI apporte ainsi son crédit à cette expérience extravagante qu’un futur prochain jugera sans doute sévèrement. Les crypto-actifs ne sont que du vent numérique que les esprits animaux des marchés prennent pour de l’or, mais qui, ne reposant sur rien, finiront par retourner à l’état de vide dont ils n’auraient jamais du sortir. Malheur aux derniers qui en « auront ».

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 2 mai 09:39

    Ah les pyramides de Ponzi....
    ça fait beaucoup d’émules....


    • titi 2 mai 14:26
      @Ruut

      Les pyramides de Ponzi, c’est quand les dépôts des entrants servent à couvrir les intérêts et les droits de ceux qui y sont déjà.

      Un exemple typique c’est la retraite par répartition .

      Le bitcoin est juste une bulle spéculative : il a la valeur que les investisseurs sont prêts à dépenser pour en acquérir. Tant qu’il y a des demandeurs la valeur monte. Quand plus personne n’en voudra, elle baissera.

    • Pere Plexe Pere Plexe 2 mai 18:23

      @Ruut
      Ce n’est en rien une pyramide de Ponzi : ce n’est qu’une valeur spéculative absolument dérégulée.


      @Titi
      la retraite par répartition n’est pas non plus une pyramide de Ponzi.
      Sa nature est plus comme un revenu différé du genre assurance vie et autre placement à long terme. 

    • sleeping-zombie 2 mai 18:52
      @Pere Plexe
      désolé, mais sur ce coup, titi a raison. Il/elle oublie juste de dire que, comme l’adhésion y est plus ou moins obligatoire, c’est un système de ponzi qui ne va pas obligatoirement s’effondrer.

    • titi 2 mai 19:23
      @sleeping-zombie

      Une chaine de Ponzi s’effondre le jour où tout le monde veut sortir du système en même temps en réclamant ses dépôts,
      ou si le ratio sortant/entrant est tel que les entrants ne financent plus les intérêts de ceux déjà dans le système.

      Sur cette deuxième hypothèse l’effondrement de la retraite obligatoire est inéluctable vu la pyramide des âges.

    • titi 2 mai 19:26
      @Pere Plexe

      « Sa nature est plus comme un revenu différé du genre assurance vie et autre placement à long terme. »
      Absolument pas.
      Toutes les cotisations perçues à un instant t sont dépensées pour les pensions versées ce même instant.

      Lorsque votre tour viendra, si il n’y a pas de nouveaux cotisants vous vous assiérez sur vos cotisations.

    • Gloubi 2 mai 21:59

      @titi Les pyramides de Ponzi ont aussi la caractéristique qu’il est préférable d’être parmi les premiers entrés, ce qui est le cas du Bitcoin.


      Le Bitcoin a certaines caractéristiques des Ponzi puisque pour les nouveaux arrivants (les nouveaux mineurs) il est de plus en plus difficile d’en gagner. Cela non seulement parce que la preuve de travail est plus difficile à calculer mais aussi parce que la rémunération baisse au cours du temps.


    • Gloubi 2 mai 22:02

      @titi « Sur cette deuxième hypothèse l’effondrement de la retraite obligatoire est inéluctable vu la pyramide des âges. »


      Pas forcément, si la richesse globalement produite croit plus rapidement que le nombre de retraités. Evidemment, il faudra asseoir les retraites sur autre chose que les salaires...

    • sleeping-zombie 2 mai 23:45

      @titi

      Sur cette deuxième hypothèse l’effondrement de la retraite obligatoire est inéluctable vu la pyramide des âges.

      Je rejoins Gloubi : l’accroissement de la productivité est bien plus rapide que la chute du ratio actif / retraité.
      Aucune raison valable pour que le système s’effondre.

      Et quand bien même je me tromperai : aucun système de retraite n’y résisterai. Un système par capitalisation serait juste bouffé par l’inflation...

    • Garibaldi2 3 mai 02:40

      @titi

      Vous écrivez n’importe quoi sur un sujet que vous ne maîtrisez pas. Il y a dans notre système de retraite obligatoire une part de retraite qui est la retraite de base et une autre part qui est la retraite complémentaire. La retraite de base c’est (en gros) la CNAV, la retraite complémentaire c’est l’ex RSI (commerçants, artisans, indépendants), ou la MSA (agriculteurs), ou l’AGIRC et l’ARRCO (salariés cadres et non cadres), etc ... Les complémentaires sont en points. Votre caisse de retraite complémentaire vous fait parvenir régulièrement le décompte de vos points et la valeur du point à l’instant T. Les caisses de retraite complémentaire sont tenues de faire des provisions pour assurer les paiements des retraites futures (comptabilité d’engagement). Ainsi, au 1er janvier 2013, le régime complémentaire du RSI disposait d’une réserve financière (titres et immeubles) de 13 milliards d’euros. Quand le RSI a été fusionné au régime général, la réserve était de plus de 17 milliards d’euros.

      https://www.secu-independants.fr/uploads/tx_rsirss/CP_RSI_BilanEntreeRegimeComplementai reWEB.pdf

      Vous trouverez les montants des réserves des différentes caisses complémentaires dans leurs bilan qui sont publics.

      Le montant de la retraite de base est plafonné :

      https://www.previssima.fr/question-pratique/quels-sont-les-montants-maximum-et-minimum-de-la-retraite-de-base.html

      Pour bien des retraités, par exemple des cadres, la part de pension versée par la complémentaire peut représenter 2 ou 3 fois le montant versé au titre de la retraite de base.

      Les retraites ne peuvent pas être une pyramide de Ponzi pour la simple raison que l’état peut décider de modifier les sources des cotisations. Il peut demain décider qu’une partie de la TIPP sera allouée aux retraites, ou une autre ressource sous forme de taxation.


    • titi 3 mai 11:04
      @Garibaldi2

      Si je voulais parler de la retraite complémentaire, je l’aurai fait.

      La question c’est qu’est qu’une chaine de Ponzi.

      L’exemple le plus actuel c’est la retraite par répartition.

      Et vous apportez de l’eau à mon moulin : la retraite de base est plafonnée.
      Quel que soit le montant de votre cotisation à cette retraite au bout du bout il y a un plafond. Ce qui signifie bien que ce n’est pas un « revenu différé », mais bien la distribution à l’instant t, des cotisations perçue à ce même instant. Pour compenser les baisses des montants « entrant », on plafonne les montants « sortant ».

      Les complémentaire prendront et prenne déjà de plus en plus de poids comme le font les mutuelle pour le système de santé  : en fait l’écroulement de la pyramide a déjà commencé.

    • Garibaldi2 3 mai 13:43

      @titi

      Elle est également plafonné pour le minima (minimum contributif, ex minimum vieillesse) ! Vous n’y comprenez rien !

      Pour les mutuelles, vous oubliez que les ALD (très coûteuses comme les cancers) sont prises en charge à 100% par la sécu et ne font donc pas appel aux mutuelles !


    • Pere Plexe Pere Plexe 3 mai 20:43

      @titi

      Une chaine de Ponzi s’effondre le jour où tout le monde veut sortir du système en même temps en réclamant ses dépôts,
      ou si le ratio sortant/entrant est tel que les entrants ne financent plus les intérêts de ceux déjà dans le système.
      Non
      Sauf à prendre le système bancaire qui correspond parfaitement à cette description pour un système de Ponzi.
      Un systeme de Ponzi est basé sur un systeme qui réclame une croissance continue et exponentielle, donc intenable.

    • Et hop ! Et hop ! 4 mai 09:58

      @titi : «  Les pyramides de Ponzi, c’est quand les dépôts des entrants servent à couvrir les intérêts et les droits de ceux qui y sont déjà. »


      C’est très semblable, car 1°) la pyramide de Ponzi, ou cavalerie ou chaîne de vente, est un système où il n’y a pas de production de plus-value, mais augmentation du nombre de clients ou de personnes entrant dans la spéculation.

      2°) c’est l’argent des entrants dont le nombre augmente qui sert à couvrir l’augmentation du prix de vente de ceux qui sortent.



      Dès que le nombre d’entrants cessera d’augmenter pour se mettre à diminuer, le Bit-coin s’effondrera car c’est un titre qui n’a pas de sous-jacent, sa valeur est à 100 % spéculative.

      La retraite par répartition est un système de Ponzi dans la mesure où le ratio entre le nombre de cotisants et de bénéficiaires n’a pas été stabilisé, il y a eu un énorme effet d’aubaine les 30 premières annés, les retraités ont reçu beaucoup plus que ce qu’ils avaient cotisé.


    • titi 6 mai 17:19
      @Gloubi

      Le minage est un peu différent de la spéculation.

      Le minage nécessite de un investissement qui gardera une valeur résiduelle.
      De par la technique du blockchain, il est nécessaire à la survie du bitcoin : si plus personne ne mine alors plus de bitcoin.
      Le minage va donc s’autoréguler : s’il n’es pas rentable, alors moins de minage... donc bitcoin plus rare... donc plus cher...donc minage à nouveau rentable.

    • titi 6 mai 17:23
      @Pere Plexe

      « Sauf à prendre le système bancaire qui correspond parfaitement à cette description pour un système de Ponzi. »

      Les banques, et assurances sont tenues au ratio McDonough (Bale II) et à la constitution de réserves de fonds propres justement pour éviter l’écroulement.

      Pas le régime général.


    • banban 7 mai 04:16

      @Et hop !
      C’est le cas de tout les monnaie. Sauf celle indexé sur l’or


    • François Vesin François Vesin 2 mai 09:39

      C’est une hypothèse !

      Une autre défendue par Brandon Smith est bien plus alarmante :

      "La baisse de l’utilisation du dollar a déjà commencé de manière semi-secrète. La monnaie chinoise a été introduite dans le système de panier des droits de tirage spéciaux du FMI, et la Chine a également lancé la première bourse pétrolière internationale qui n’utilise pas le dollar comme pétro-monnaie. Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est le fait que l’abandon du dollar est soutenu et encouragé par les globalistes du FMI eux-mêmes.

      Un changement imminent du cadre monétaire mondial est souvent qualifié de « grande remise à zéro économique mondiale » par les membres du FMI comme Christine Lagarde. Ce changement sera facilité par les banques centrales qui sabotent leurs économies nationales respectives par la création et la destruction de bulles sur les marchés. En fin de compte, ce ne sera pas le yuan chinois qui remplacera le dollar comme monnaie de réserve mondiale, mais le système de panier des DTS, contrôlé par le FMI.

      La question de savoir comment cela peut être fait par les globalistes sans une crise de liquidité sans précédent revient souvent. Je ne suis pas sûr qu’ils se soucient qu’il y ait une crise de liquidité, au moins sur une courte période. Oui, le dollar américain possède un des marchés les plus liquides du monde mais il est faux de supposer que les globalistes ne sacrifieront pas ces marchés pour forcer le public à accepter une centralisation mondiale de l’administration monétaire (l’étape la plus importante et la plus essentielle pour établir un gouvernement mondial).

      Les gens qui affirment que le dollar ne sera jamais démoli par les globalistes s’accrochent à la fausse notion qu’il n’y a pas de remplaçant possible à la liquidité du dollar. En réalité, il existe un remplaçant − les crypto-monnaies et la technologie du blockchain.

      Le FMI a récemment applaudi aux systèmes de blockchain et des crypto-monnaies comme une force de rajeunissement potentielle dans les transactions monétaires internationales. Loin d’être opposés aux crypto-monnaies, les élitistes du monde entier s’y sont attelés avec éloges et investissements.

      La réinitialisation économique mondiale ne concerne pas l’Est par rapport à l’Ouest. Il ne s’agit pas de guerre commerciale et de nationalisme. Non, la réinitialisation globale concerne la centralisation des actifs par les banquiers et la consolidation du pouvoir. Au-delà de cela, il s’agit de faire ACCEPTER par le public la réinitialisation comme nécessaire et « bonne » pour la société. Les globalistes veulent que nous quémandions leurs nouvelles lois. Quand on comprend cette vérité simple, tous les événements actuels et les désastres de notre époque commencent à avoir du sens. La crise est le chemin le plus rapide vers la complaisance et la tyrannie.

      Le bourbier syrien est un chemin vers une calamité fabriquée et guidée. Ses effets continueront à s’infiltrer dans le monde économique comme une excuse internationale pour une guerre commerciale. La Syrie est un jeu de fumée et de miroirs.

      La vraie guerre, une guerre secrète, se dispute entre les champions de la liberté et les globalistes menteurs. Pour l’instant, elle reste une guerre froide, une bataille de principes et de faits contre la désinformation et la peur. Un jour cette guerre deviendra une guerre chaude. Jusqu’à ce moment-là, les distractions vont assaillir le public comme la grêle. Mon espoir est que nous puissions éduquer suffisamment de gens pour voir à travers le brouillard de cette guerre cachée ; assez de gens pour sortir de l’autre côté et changer les choses pour le mieux."



      • bob14 2 mai 10:03
        Christine Lagarde..la dame qui donne 400 millions d’euros au voyou Tapis...

        • amiaplacidus amiaplacidus 2 mai 16:40

          @bob14

          Oui, mais s’il y a eu des responsables pas coupables, elle est coupable mais dispensée de peine.

          C’est beau la justice, on se lève et on salue.


        • ZXSpect ZXSpect 2 mai 10:11

          Très bon article.


          Une petite précision sur la taxation des gains sur les bitcoins. 


          mais il faut ajouter les prélèvements sociaux comme le précise cet article des Echos

          « les gains enregistrés lors de la cession de bitcoins sont imposés à un taux forfaitaire de 19%, auquel s’ajoutent les prélèvements sociaux (17,2% depuis le début de l’année et la hausse de 1,7 point du taux de CSG) » 



          • Tom France Tom France 2 mai 16:45

            Logique, le fmi comme toute ces institutions globalistes sont déracinés, ils ne connaissent rien au monde du travail, de la production bref, le concret ! Déjà que les monnaies papiers sont devenus fausses avec le temps tellement ils ont abusés de la planche à billet alors les crypto-monnaies, on y verra aucunes différences à ce niveau là !


            • Pere Plexe Pere Plexe 2 mai 18:39

              @Tom France
              Oui la valeur des monnaies classiques ou numériques ne repose plus, depuis longtemps, sur des éléments concrets comme l’or ou la solidité des entreprises qui l’utilisent.

              De ce point de vue elles sont identiques.

              La valeur d’une monnaie classique est fortement dépendante de la puissance d’un pays : puissance économique bien sûr mais aussi (surtout ?) puissance diplomatique et militaire. 
              Ces deux derniers paramètres déterminent la capacité d’un pays à faire marcher la planche à billet.
              Les Usa l’a fait à grande échelle sans encombre.
              Pour le Vénézuella c’est beaucoup plus compliqué.

              La valeur d’une crypto monnaie est elle purement spéculative qui n’est ni plus solide ni moins solide qu’une monnaie « classique » . En revanche c’est nécessairement fluctuant surtout sur un volume d’échange minuscule au regard des volumes d’échanges mondiaux.

              La grande différence est essentiellement indépendance politique des monnaies type Btc.


            • jubilation 2 mai 18:19

              Je me suis demandé qui a pu écrire un article aussi stupide, sans réel argument de fond, puis j’ai vu que l’auteur était l’ex conseillé de DUPONT AIGNAN. Vous en plus qui vous plaignez d’être surveillé, on vous offre un moyen de payement crypté qui permet d’acheter toutes sortes de produits sans être fiché et vous crachez dessus en disant " c’est pas une monnaie ça fait +50 et -50% .... Je comprends pourquoi Dupont aignan a fait 1% avec des conseillés comme vous on ne peut pas faire plus. Vive l’internet caché, vive le monde crypté et vive les cryptomonnaies. Vous êtes des chèvres et vous serrez les premier a être tondu. Affichez bien votre vie sur facebook instagram et autres, qu’on vous agressent avec des publicités toute votre lugubre vie. Je suis certains qu’a part raconter des conneries sur twitter et facebook vous ne savez pas ce qu’on peut faire avec un ordinateur.


              • banban 2 mai 18:22

                Le bitcoin est une monnaie, le fait qu’un Etat n’en n’est pas maître n’en fait pas autres choses. cette monnaie constitue pour les banques un rêve et un cauchemar. une bêtes de Frankenstein qui s’affranchit de l’État ne peut que faire rêvé tout les bankster du monde, le problème c’est quel s’affranchit Egalement de leurs contrôles, et pour les marchés financier il est plus facile de contrôle les états que les crypto-monnaies.

                 Le combat qui se jouent actuellement est se des états contre les banques, l’un veut pouvoir en profité via les taxes, les autres pour pouvoir avoir une monnaie sans frontière avec lequel il pourront jouer sans justement être taxé.
                Le bitcoin est le rêves de tout les libertariens pas forcement des libéraux.
                Pour finir je croit pas que les crypto-monnaie ne gagne de la valeurs que parce que les monnaies étatique en perdent.
                Une monnaie de singe ou l’or du 21eme siècle, je croit qu’il n’y a que l’avenir qui nous le dira. aujourd’hui la bête est lâché, reste a savoir si les acteurs économiques peuvent ou veulent la tué. Les monnaies ont façonné l’humanité, plus peut-être que les guerres ou les grandes inventions
                .Bien que moins Glamour et tangible que l’IA par exemple le bitcoin pourrait être une des grandes révolution du 21eme siècle, pour le meilleur ou pour le pire.

                • banban 2 mai 18:25

                  @banban
                  Et désole pour la grammaire et la syntaxe.


                • C est Karpeles qui va se relancer, sortir de prison et peut être devenir ultra riche.....
                   smiley


                  • sleeping-zombie 2 mai 19:00
                    Hello,

                    Je suis d’accord pour dire que le BTC ne vaut que ce qu’on lui croît, c’est à dire potentiellement rien.
                    Par contre, je trouve la position de Lagarde assez sage finalement. En taxant les plus-values avec le même régime que les œuvres d’art ou l’immobilier, elle dit, finalement, que les BTC ne sont que des objets « comme les autres »...

                    • Gloubi 2 mai 21:54

                      Les vrais problèmes que pose le bitcoin ne sont pas mentionnés dans l’article :


                      - c’est une valeur dont le cours dépend de l’offre et de la demande, or on ne sait pas précisément combien sont en circulation, ni la proportion qu’en détiennent les initiateurs (qui en sont les plus gros détenteurs). Or, s’ils mettent une part significative de leur porte-monnaie en circulation, le cours baissera significativement.

                      - c’est une monnaie dont, sur le long terme, la valeur ne peut que s’apprécier (parce que le nombre maximal de bitcoin est fixé et connu). Lorsqu’il n’y aura plus de création monétaire, le cours montera inexorablement. Cela n’en fait pas une monnaie d’échange viable car la loi de Greisham prédit que ce type de monnaie sera thésaurisé.

                      Il est donc à craindre que les initiateurs du Bitcoin, sous couvert de proposer une monnaie d’échange décentralisée, l’ont conçu pour s’enrichir massivement sur le dos de ceux qui leur en achèteront.

                      • Garibaldi2 3 mai 03:08

                        Le bitcoin c’est du vent ! Il suffit à l’état d’interdire son utilisation pour les transactions et les détenteurs sont marrons ! En 2017 la Chine a interdit l’utilisation du bitcoin. La monnaie c’est le pouvoir et imposer sa monnaie se fait souvent par la force militaire (voir les USA). Le nombre de bitcoins est très limité. Miner pour produire des bitcoins est totalement détaché de la création de richesses, c’est le summum de la spéculation. L’or et certains métaux précieux resteront pour longtemps le meilleur moyen de protéger son patrimoine sur le long terme.

                        Vous croyez sincèrement que l’oligarchie va tolérer la non traçabilité de la monnaie utilisée par Monsieur Dupont ?!!!


                        • Gloubi 3 mai 07:05

                          @Garibaldi2
                          Le Bitcoin est au contraire parfaitement traçable, c’est même la base de son fonctionnement : chacun des portefeuilles par lequel a transité un bitcoin précis est enregistré. C’est l’anonymat des détenteurs de portefeuille qui empêche qu’on puisse nommer dans quelles mains il passe.


                        • Garibaldi2 3 mai 12:03

                          @Gloubi

                          Si pour vous l’anonymat de la source et du destinataire ne font pas partie de la traçabilité, il va falloir que vous m’expliquiez un peu mieux ce nouveau concept !

                          ’’Afin de protéger votre confidentialité, vous devriez utiliser une nouvelle adresse Bitcoin chaque fois que vous recevez un nouveau paiement. Vous pouvez également utiliser plusieurs portefeuilles assignés à différents usages. Fonctionner de cette façon permet d’isoler chacune de vos transactions de telle sorte qu’il ne soit pas possible de les associer les unes aux autres. Les personnes qui vous envoient de l’argent ne peuvent pas voir quelles autres adresses vous possédez ni ce que vous en faites. Ce conseil est probablement le plus important à garder en tête.’’

                          https://bitcoin.org/fr/proteger-votre-vie-privee


                        • Garibaldi2 3 mai 12:21

                          @Garibaldi2

                          ’’Les paranoïaques d’Internet attirés par Bitcoin se sont longtemps livrés à des fantasmes d’espions américains subvertissant la monnaie numérique en plein essor et controversée. De plus en plus populaire parmi les spéculateurs qui veulent s’enrichir rapidement, Bitcoin a commencé comme un noble projet visant à rendre les transactions financières publiques et mathématiquement vérifiables – tout en offrant de la discrétion. Selon certains des féroces partisans de Bitcoin, les gouvernements, qui ont un intérêt manifeste à contrôler la façon dont l’argent se déplace, allaient naturellement essayer de contrecarrer l’ordre financier techno-libertaire à venir.

                          Il s’avère que les théoriciens du complot avaient du flair. Des documents classifiés fournis par le lanceur d’alerte Edward Snowden montrent que la National Security Agency a effectivement travaillé en urgence pour cibler les utilisateurs de Bitcoin dans le monde entier – et a utilisé au moins une source mystérieuse d’informations pour « aider à traquer les expéditeurs et les destinataires de bitcoins  », selon un passage top secret figurant dans un rapport interne de la NSA, datant de mars 2013. Selon d’autres documents, la source de données semble avoir tiré parti de la capacité de la NSA à récolter et analyser le trafic internet brut mondial tout en exploitant aussi un logiciel, dont le nom n’est pas mentionné, qui prétendait offrir l’anonymat aux utilisateurs.

                          L’agence cherchait également à surveiller certaines crypto-monnaies rivales, mais « Bitcoin est la priorité numéro 1 », peut-on lire dans un rapport interne de la NSA du 15 mars 2013.

                          Les documents indiquent que la traque des utilisateurs de bitcoins allait bien au-delà de l’examen minutieux du « livre de compte » public de Bitcoin, connu sous le nom de Blockchain, dans lequel les utilisateurs sont généralement désignés au moyen d’identifiants anonymes  ; la surveillance semble avoir également impliqué la collecte de détails intimes sur les ordinateurs de ces utilisateurs. La NSA a recueilli les informations de mots de passe de certains utilisateurs de Bitcoin, leur activité sur Internet et un type d’immatriculation matérielle unique connue sous le nom d’adresse MAC, révèle une note de service de la NSA du 29 mars 2013. Dans le même document, les analystes discutent également du suivi des adresses IP des internautes, des ports réseau et des horodatages pour identifier les « cibles BITCOIN  ».......’’

                          https://www.les-crises.fr/la-nsa-a-travaille-pour-debusquer-les-utilisateurs-de-bitcoin-revelent-les-documents-snowden-par-sam-biddle/

                          C’est sans doute parce que tout est traçable avec le bitcoin, et en particulier le nom de la source et du destinataire, ce qui est majeur pour une réelle traçabilité, que la NSA a lancé cette opération ?!


                        • banban 7 mai 04:20

                          @Garibaldi2
                          Le bitcoin peut se diviser indéfiniment. Il n’est donc pas limité


                        • Jean Keim Jean Keim 3 mai 09:03

                          De toute façon, dans leur principe, les monnaies officielles et les autres ne sont que des créations humaines, certaines comme les officielles il est vrai, fonctionnent comme de la fausse monnaie. 


                          • Et hop ! Et hop ! 4 mai 10:13

                            @Jean Keim : «  dans leur principe, les monnaies officielles (…) fonctionnent comme de la fausse monnaie »


                            Non parce qu’une monnaie émise par un État est garantie par cet État qui limite l’émission en fonction de l’économie du pays, alors que le bit-coin n’est garanti par personne, et personne ne limite la quantité émise.

                            Le bit-coin est comme une action boursière sans sous-jacent. (une action boursière normale représente une entreprise physique)



                          • banban 7 mai 04:23

                            @Et hop !
                            Le bitcoin est garantie par le fais que personne ne peut faire tourner la planche à bitcoin. Garantie qu’auncuen maonnaie n’as.


                          • Zord Zord 3 mai 09:37

                            « La réalité, c’est que l’Etat devrait en interdire l’achat, ou la circulation, tant ce monstre numérique est un grand n’importe quoi. 

                            Pourquoi interdire ? Si au final l’état peut en retirer des impôts ça serait contre-productif. Et puis On ne vous oblige pas à en acheter...

                             »En réalité, il s’agit de billets d’une édition limitée de Monopoly qu’une époque un peu folle prend pour une monnaie moderne par fascination pour la technologie employée."
                            Qu’est-ce qui est le plus spéculatif et le plus risqué, acheter 50 euros de bitcoins ou 50 euros en tickets de loto ? Pourquoi vous ne demandez pas également la fermeture de la française des jeux ?


                            PS : La courbe illustrant votre article date de plus de 3 mois.

                            • Jean Keim Jean Keim 3 mai 10:30

                              @Zord
                              Il est notable qu’à qq rares exceptions près, la plupart des états dont la France ne sont plus en mesure d’interdire quoi que ce soìt.


                            • banban 7 mai 04:27

                              @Zord
                              Personne ne t’achertera Rien avec tes tickets de loto. Le bitcoins permet la plus part des transaction.´ il est convertible dans toutes les monnaie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès