• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bitcoin : le silence est d’or

Bitcoin : le silence est d’or

Depuis le 1er janvier, le Bitcoin est en hausse de 87% et aucun média n’en parle.

Sa valeur a doublé en 6 mois et très peu d’articles le soulignent.

Le Bitcoin a pourtant connu un début d’année riche :

  1. En mars, il dépasse le prix de l’once d’or dans l’indifférence générale.
  2. Peu après, le gendarme boursier américain (la SEC) refuse le lancement d’un fonds d’investissement dédié au Bitcoin provoquant une baisse de 20% du cours de la monnaie digitale. Les médias relayent cet écueil sans relâche.
  3. En avril, l’autorité financière japonaise reconnaît le Bitcoin comme moyen de paiement légal. Personne n’en parle.
  4. Depuis, il bat chaque semaine des records et plusieurs monnaies alternatives au Bitcoin, telles l’Ether, le Litecoin et Ripple ont vu leur cours exploser. Qui le sait à part les initiés ?

Heureusement que les marchés ne suivent pas les médias !

En effet, les investisseurs plébiscitent en masse les monnaies digitales. Depuis le début de l’année, leur valorisation totale est passée de 20 à 50 milliards de dollars.

Inutile de chercher dans votre journal préféré. Quant au monde financier, il observe en silence.

Pure spéculation diront certains. D’autres parleront de fraude, de schéma de Ponzi, sans même avoir pris le temps de s’intéresser au sujet de près.

Les grandes révolutions technologiques ont toujours connu leur lot de sceptiques. Et plus la révolution est grande, plus les sceptiques semblent nombreux.

Or, nous vivons une révolution. L’industrie bancaire, une des dernières à résister, va enfin connaître sa mutation technologique.

Imaginez un moyen de paiement vous permettant d’envoyer instantanément via votre smartphone quelques centimes ou plusieurs millions aux quatre coins du monde.

Imaginez que les frais de transfert et le taux de change soient tellement modiques que les utilisateurs du monde entier économiseront des milliards par an. Quel impact dans les pays pauvres !

Imaginez qu’aucun organisme, état, banque ne puisse interférer dans votre paiement, le bloquer ou saisir vos fonds.

Imaginez enfin une monnaie à l’inflation limitée que chacun peut acquérir en quelques clics.

Cela s’appelle le Bitcoin.

Au fond, peu importe que son cours soit à 100 ou 10'000 dollars. Ses propriétés seules méritent qu’on s’y intéresse davantage.

La totalité des Bitcoins vaut actuellement USD 30 milliards. C’est peu si on la compare à la valeur des billets de banque en circulation dans des petits pays comme la Suède ou la Suisse, environ USD 70 milliards, sans compter la monnaie scripturale qui se compte en centaines de milliards.

En revanche, c’est beaucoup quand on réalise que cela représente deux fois et demie la capitalisation boursière de Twitter, trois fois celle de Garmin, et vingt-cinq fois celle de GoPro.

Malgré le soutien de nombreuses personnalités comme Sir Richard Branson, Al Gore, Peter Thiel (fondateur de Paypal), le Bitcoin est encore trop méconnu.

Au-delà de cette monnaie, c’est la technologie sous-jacente de la Blockchain qui mérite d’être étudiée. Elle repose sur plusieurs mécanismes puissants :

  • Enregistrement de toutes les opérations sur un registre décentralisé. Aucune autorité centrale ne contrôle les données. L’utilisateur est libre de partager ou non ses données avec tel utilisateur.
  • Validation des transactions en continu par les participants au réseau. Sur la base de paramètres prédéfinis, chaque participant peut confirmer une fraction de la transaction via la puissance de calcul de son ordinateur.
  • Utilisation de pseudonymes plutôt que de votre identité réelle.

La Blockchain va mettre en péril le modèle d’affaires de sociétés n’ayant pas 10 ans d’existence : Airbnb, Uber, etc.

Prenons le cas d’Airbnb. La société prélève une commission de courtage de 15% en mettant en relation des gens voulant se loger avec des bailleurs.

Au moyen de la Blockchain, les loueurs et les locataires pourraient s’enregistrer sur un registre décentralisé et se contacter anonymement et sans intermédiaire. Si elles le souhaitent, les deux parties peuvent s’échanger leur numéro de téléphone ce qu’Airbnb ne permet pas de faire.

Des points de réputation historiques permettraient à chaque partie de juger l’autre avant la transaction. Aucune altération des données n’étant possible, chaque partie souhaitera que l’opération se déroule pour le mieux.

Le paiement serait effectué via une monnaie digitale comme le bitcoin. Aucun détail de carte de crédit ne serait stocké. Les fonds seraient consignés auprès du réseau et ne seraient libérés qu’en cas de validation d’étapes par les deux parties : confirmation de réservation, remise des clés, restitution du logement, etc.

Sur la base de l’historique des deux parties, un contrat d’assurance serait généré et confirmé électroniquement par elles (smart contracts). Les utilisateurs ayant une mauvaise réputation paieront une prime plus élevée.

Tout le monde serait gagnant :

  • Economie de 15%
  • Anonymat des données personnelles comme l’adresse email, les données de carte de crédit, etc.
  • Sécurité de la transaction.
  • Réception immédiate des fonds, sans frais bancaires ni marge de taux de change.

Nombreux sont les modèles d’affaires pouvant naître ou mourir via la Blockchain.

La situation actuelle rappelle celle d’Internet au début des années 1990. Tout le monde en entend parler mais personne ne s’en soucie vraiment.

Faut-il acheter du Bitcoin ? Pas forcément. Chacun doit étudier le sujet et décider en son âme et conscience.

L’avantage est qu’on peut en acheter des fractions pour quelques euros et se familiariser progressivement avec son fonctionnement.

Autre solution : vendre ses produits et services en Bitcoin, vie une plateforme comme Bitpay.

Le 22 mai sera célébré le Bitcoin Pizza Day, en souvenir des deux pizzas achetées le 22 mai 2010 contre 10'000 Bitcoins, l’équivalent de 25 dollars alors et de 17 millions aujourd’hui.

Alors que les bourses mondiales sont à un niveau exceptionnellement élevé, alors que les principales monnaies mondiales ont été dévoyées par les banques centrales, alors que la SEC autorise chaque semaine des fonds à fort effet de levier (1$ investi = 4$ placés) mais refuse un fonds Bitcoin, nous espérons que les lecteurs s’intéresseront aux monnaies digitales.

Après quelques années durant lesquelles l’écosystème s’est consolidé, une formidable révolution est désormais en marche.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • Zolko Zolko 11 mai 11:14

    La Blockchain va mettre en péril le modèle d’affaires de sociétés n’ayant pas 10 ans d’existence : Airbnb, Uber, etc.
     
    sans oublier la FED, la BCE, le FMI ... ce que vous avez oublié de dire est que la quantité de BitCoin qui peut exister dans le monde est fini, il n’est pas possible d’en créer plus que X millions, et une fois que ces X millions sont créés il faudra utiliser ces X millions et pas 1 de plus. C’est tout le modèle bancaire basé sur la création monétaire par réserve fractionnaire qui est menacé par BitCoin, c.à.d. TOUT le système bancaire moderne. TOUT le système COMPLET !


    • axiaman 11 mai 13:26

      @Zolko

      Oui, j’indique que l’inflation sera maîtrisée et en effet il n’y aura que 21 millions de bitcoins.
      Toutefois, je ne crois pas à une révolution totale du système financier, mais plutôt que les monnaies digitales vont prendre de + en + d’importance.


    • izarn izarn 11 mai 17:11

      @Zolko
      Comprends rien à votre truc.
      Le bitcoin est une monnaie d’échange. Il n’y a pas de création monétaire de bicoin parcequ’il ne fait pas de crédit. La création monétaire, c’est le crédit.
      Mais justement parcequ’il ne fait pas crédit, il peut etre une monnaie d’échange refuge.
      Ceci dit il pose un problème comme l’or. On peut pas fabriquer de l’or, mais des billets de banque, si...
      Le bitcoin sera validé comme monnaie, s’il est capable de faire crédit, donc utiliser la planche à billet...


    • Zolko Zolko 12 mai 11:14

      @izarn : « Il n’y a pas de création monétaire de bicoin parcequ’il ne fait pas de crédit. La création monétaire, c’est le crédit. »
       
      ben non, la création monétaire c’est la création monétaire, le crédit est le crédit. C’est seulement dans le système monétaire actuel que la création monétaire se fait par crédit, mais ce n’est en rien une obligation.


    • gardiole 11 mai 11:48

      Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris le principe de Bitcoin, mais tant pis, je me risque.
      Si un informaticien (de génie ?) a pu créer Bitcoin, d’autres peuvent créer des monnaies concurrentes. Ne risquons nous pas d’avoir pléthore de monnaies numériques de sorte qu’elles ne vaudront plus un clou ?
      Et qu’en est-il de la possibilité de piratage ? Penser que Bitcoin est invulnérable, n’est-ce pas sous-estimer les hacker ?


      • Alren Alren 11 mai 13:21

        @gardiole

        L’astuce et la force du blockchain qui sert de support au bitcoin, c’est que les calculs nécessaires à l’enregistrement des transactions sont effectués sur plusieurs machines en même temps. On conservent les résultats majoritaires.

        Il faudrait que les hackers puissent prendre le contrôle des toutes les machines qui travaillent à un calcul donné et qui sont différentes d’une fois sur l’autre. Si les pirates ne contrôlent qu’en fraction minoritaire de ces machines, ils ne pourront pas altérer le bon résultat mais leur malfaisance sera détectée par le nombre anormalement grand de machines donnant un résultat erroné.

        Les résultats sont gardés sur les disques durs de nombreuses machines et donc ineffaçables simultanément.

        Alors que la réalisation effective d’ordinateurs quantiques menace tout le système bancaire officiel utilisant le cryptage à clé révélée pour communiquer, il ne semble pas que ces machines puissent mettre à terre le système blockchain.
        Cependant nous touchons-là un domaine extrêmement complexe de l’informatique théorique ... qui me dépasse !


      • Remosra 11 mai 13:39

        @Alren

        Oui, l’ordinateur quantique est quand même assez flou.
        Surtout quand ils disent qu’avec le quantique, l’ordinateur ne prendra plus en compte le 1 ou le 0 mais les deux à la fois. On se croirait dans le chat de Schrodinger !


      • Remosra 11 mai 13:43

        @Remosra

        Et pour info, la valeur d’un bitcoin aujourd’hui est de 1691€
        Donc, avec 21 million de bitcoin, on arrive à une somme totale de 35 milliard.
        Bref, pour les banques c’est du menu fretin en comparant les sommes des transactions faites à l’année entre les banques mondiales.
        J’en déduit que le bitcoin c’est bien, mais il n’effraie pas les financiers au vu de sa faible valeur globale ! C’est donc pour ça qu’aucun gouvernement n’a vraiment tenté d’y mettre fin !


      • izarn izarn 11 mai 17:16

        @gardiole
        Une monnaie d’échange non financière gère le crédit à la Jorion, c’est à dire au niveau de l’homme de Cro Magnon.
        Les monnaies actuelles fabriquent de la monnaie par le crédit. « Ex nihilo » Voir Maurice Allais.


      • fft_agora 11 mai 18:14

        @Alren

        Le niveau de chiffrage du Bitcoin est de type SHA-256 : totalement hors d’atteinte de la puissance informatique actuelle et si un ordinateur quantique assez puissant pourrait en venir à bout il est déjà prévu de migrer vers un niveau de chiffrage encore plus élevé !

      • séraphim 11 mai 21:40

        @fft_agora
        les blocs ne sont pas chiffrés, ils sont signés numériquement par une fonction de hachage SHA-256, qui est certes robuste, mais de moins en moins hors de portée. En effet, cet algorithme n’est pas quantum-résistant, mais je doute fort qu’une migration vers un algorithme qui le serait se passe autrement que dans la douleur. En effet, il y aurait un gros problème de consensus, les « mineurs » (découvreurs de blocs), ont investi massivement dans des ASICS conçus spécifiquement pour le SHA-256, pas sûr qu’ils apprécient.


      • Remosra 11 mai 22:12

        @séraphim

        J’ai testé le minage sur mon pauvre petit pc, j’ai résisté deux mois et j’ai fini par arrêter.

        Vous parlez d’ASICS, je crois connaitre ça sous un autre nom, et oui il semblerait qu’il faille utiliser des systèmes autre qu’un pc pour ça, car miner avec un pc c’est tellement pas rentable que c’est quasiment inutile !


      • Alren Alren 13 mai 19:42

        @Remosra

        l’ordinateur ne prendra plus en compte le 1 ou le 0 mais les deux à la fois. On se croirait dans le chat de Schrodinger  !

        C’est exactement cela : Le chat de Schrodinger est une parabole pour montrer qu’au niveau quantique les lois logiques que nous expérimentons dans notre monde macroscopique « décohéré » ne sont pas les mêmes, sont incompréhensibles.

        Si l’ordinateur quantique est encore loin d’être opérationnel en entreprise, car l’état de qbit 0/1 en même temps est instable, il serait envisageable de concevoir un processeur contenant des cellules mimant chacune un qbit, c’est-à-dire contenant 1 et 0 en même temps.

        Notons qu’une telle machine, avant de mettre en difficulté la sûreté du système du blockchain, permettrait de décomposer le produit de deux très grands nombres premiers. Calcul impossible à faire avec un ordinateur « normal » actuellement Cette impossibilité est à la base de la sûreté du codage RSA par clé publique qu’utilisent journellement les banques pour leurs échanges de monnaie.
        En bref, ce qui serait d’abord par terre, c’est le système bancaire officiel.


      • Remosra 13 mai 20:00

        @Alren

        Ah merci, enfin quelqu’un qui réaqit à ma comparaison.
        J’avais l’impression que je m’étais adressé à un mur.

        Après je suis d’accord avec vous sur le principe mais pas sur la fin.

        Car un tel ordinateur si il existe, ne croyez vous pas que ce serait les grandes entreprises et les banques qui en bénéficieraient en premier ?
        Et donc feraient en sorte de créer un nouveau codage à l’aide de ce nouvel ordinateur ?
        Ne croyez vous pas qu’ils seraient conscients de l’énormité que serait un ordinateur quantique ?


      • Daniel Roux Daniel Roux 11 mai 11:48

        La faiblesse du Bitcoin est que sa survie ne dépend que de la volonté des états.

        Il concurrence les monnaies officielles utilisée par les états et les banques centrales pour contrôler l’économie et les peuples.

        En général, ceux qui s’opposent aux pouvoirs sur ce terrain, finissent mal.

        Imaginer que la Chine, les USA, l’UE, interdisent le Bitcoin sous prétexte qu’il est utilisé par les terroristes et les pédophiles !

        Imaginer des virus « anti-bitcoins » ciblant le hard et le soft.

        Parano ? Sans doute..


        • axiaman 11 mai 13:34

          @Daniel Roux

          En réalité, les états n’ont que très peu de prise sur le bitcoin, un peu à la manière d’Internet. Ils peuvent légiférer dans un sens favorable ou défavorable mais au final ce sont les utilisateurs qui le contrôlent. C’est un fait unique dans l’histoire monétaire.
          Quant à une attaque de virus, elle n’a pratiquement aucune chance d’aboutir car la blockchain permet de conserver et de vérifier toutes les transactions passées en continu et ce sur des milliers de machines différentes. Les blocks potentiellement infectés seraient très vite identifiés et rejetés par l’algorithme.


        • fft_agora 11 mai 18:27

          @Daniel Roux
          Le Bitcoin s’apparente à l’or et il repose sur deux principes essentiels : la confiance distribuée (bien expliqué dans l’article) et sa capacité à être convertible n’importe ou sur la planète. Il a été donné pour mort plus de 120 fois depuis 2009, la Russie l’a interdit pour finalement revenir en arrière, La chine a pris des mesures pour en limiter sa spéculation en 2016 et maintenant l’essentiel du marché est entre les mains du Japon et de la Corée du Sud. 

          Le Bitcoin se moque des frontières c’est bien ce qui horripile les états. Il faudrait imaginer une interdiction de change à un niveau planétaire pour en altérer sa diffusion, hors dans certains « petits » pays (Mexique, Vénézuéla, Zimbabwe, etc.) le Bitcoin permet à l’économie de respirer. Un mouvement anti-Bitcoin à cette échelle me paraît bien improbable, le plus simple serait encore de couper internet, c’est du même niveau smiley

        • Jean Pierre 12 mai 22:31

          @axiaman
          Je connais mal le bitcoin mais il me semble que tel que vous le décrivez il pourrait être un outil puissant de blanchiment et de recyclage pour toute sorte de trafics illicites.


        • axiaman 13 mai 12:14

          @Jean Pierre

          Cela serait réducteur de ne le voir que sous cet angle. C’est un formidable moyen de fluidifier les échanges monétaires entre les gens. N’oubliez pas qu’il faut passer par des exchanges pour convertir ses bitcoins en euros et que les exchanges sont devenues beaucoup + exigeantes quant aux informations demandées à leurs utilisateurs.


        • Alren Alren 13 mai 19:27

          @Jean Pierre

          Le blanchiment d’argent sale se fait déjà sans le bitcoin avec la complicité des paradis fiscaux qui en sont bénéficiaires. L’argent sale est inséparable de l’argent spéculatif, le soutient, donc il est protégé secrètement pas les États dirigés par l’oligarchie. Chacun ayant cependant ses protégés particuliers.


        • Jean Pierre 13 mai 20:33

          @axiaman

          Comme pour illustrer mon propos a eu lieu hier un très vaste piratage informatique avec rançon au données. Et la rançon est demandée en Bitcoin.


          • ecophilopat 11 mai 16:27

            @lejules

            Perso j’en pense que c’est totalement hors sujet, que c’est une bonne analyse qui circule sur AV depuis quelques temps déjà.


          • MARKUS 11 mai 17:22

            Quand les médias en (re)parleront, sa valeur sera au plus haut et les spéculateurs le revendront à tour de bras.

            Souvenons-nous des reportages dans les journaux de 20h sur la flambée de l’or (il y a quelques années), qui filmaient les gens allant acheter des lingots (mini-lingots) et/ou pièces d’or. La zone euro était soi-disant sur le point d’exploser... On a vu.

            Combien l’once d’or a perdu depuiis ce plus haut ?


            • axiaman 11 mai 17:39

              @MARKUS

              Il y aura forcément des hausses et des baisses. Mais je pense que comparer l’or au bitcoin ne fait pas vraiment de sens :

              - pas d’inflation monétaire
              - transmissibilité aisée
              - conservation sécurisée
              - fongibilité
              - anonymat supérieur

              Les avantages du bitcoin sont évidents. Son succès dépendra néanmoins de la reconnaissance de ces avantages par le public. Or trop peu de gens s’informent à son sujet. C’est le but de cet article.


            • NazPirator NazPirator 11 mai 21:18

              @MARKUS @axiaman


              Une des grandes différences entre le cours du bitcoin et le cours de l’or est que ce dernier, par le fonctionnement de son marché, peut être facilement manipulé. C’est d’ailleurs ce que font de nombreuses banques à travers le monde.

              De fait, la quantité d’or échangeable sur le marché est bien supérieure à la quantité d’or existant physiquement.


            • phyto 12 mai 21:30

              @axiaman
              -L’or ne coûte pas d’énergie alors que le Bitcoin consomme beaucoup toujours plus...
              -Le Bitcoin est « indexé » sur les monnaie donc sur le dollar, si le dollar s’écroule le Bitcoin s’écroule
              -Transmissible aisée à voir c’est un panier de crabe
              -conservation sécurisé, si votre disque dur plante, vous pouvez tout perdre
              -fongible comme l’or
              -anonymat supérieur... à voir en Chine on doit passer par des acteurs étatiques pour échanger des Bitcoins


            • Jean Keim Jean Keim 11 mai 18:33

              Je repense à Julos Beaucarne et à sa chanson « Les loups ont des têtes de moutons. »... Nous sommes tous maraboutés au nom du pèze, du fisc et du sacro saint bénéfice (sic), je ne sais pas s’il y a un rapport avec le Bitcoin ???


              • Remosra 11 mai 18:46

                @Jean Keim

                Je pense que vous êtes à côté de la plaque.
                Le Bitcoin n’est pas très apprécié par les grands gouvernements car ils n’ont pas de prises dessus et ne peuvent pas ce faire du beurre en l’exploitant !
                Savez vous un peu ce qu’est le Bitcoin au moins ?


              • Jean Keim Jean Keim 12 mai 08:19

                @Remosra

                Je me doutais bien qu’il y aurait une réaction.

                Mon commentaire se termine pourtant par une interrogation personnelle... et quand à affirmer que les « grands qq. chose » ne peuvent pas faire de beurre avec le Bitcoin, peut laisser penser que l’espace à côté de la plaque est largement partagé : pour expliquer le monde on se retranche derrière des mots qui ne sont que des concepts tels que état, gouvernement, société, système, mafia et le plus pratique car le plus court et le plus employé « on », seulement le concept nous fait oublier que derrière lui il y a toujours des individus et qu’eux comme n’importe qui, peuvent si ça leur chante acheter des Bitcoins et faire leur beurre.

                Dans le lot il y a des gens puissants et ils pourront très bien s’emparer des Bitcoins et en faire leur affaire, comme ils ont fait des monnaies leur terrain de chasse.

              • Remosra 12 mai 09:35

                @Jean Keim

                Oui la mafia s’intéresse au Bitcoin, des articles sur internet sont déjà parus à ce sujet.
                Le Darknet est réputé pour ça aussi.
                Il y a eu aussi une chasse au sorcière pour trouver qui avait créé le Bitcoin.
                Une personne avait même été arrétée. Mais l’affaire a vite été étouffée et plus rien à ce sujet.
                Quoiqu’il en soit, en rapport avec les transactions bancaires (voir lien ci dessous qui donne la somme des transactions durant l’année 2015), le total des bitcoins, comme je l’ai dit plus haut dans un autre commentaire, s’élève à 35 milliard. Donc comparez la somme des bitcoins et celle des banques et vous reviendrez me parler de beurre.
                http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/la-finance-de-l-ombre-a-encore-enfle-au-niveau-mondial-709694.html

                Et pour expliquer le monde, vu que c’est le monde, vous ne pouvez pas viser une entité en spécificité. C’est nul ce que vous dites.
                Encore un qui cherche des noises.
                Vous indiquez que je fais des généralités, mais dans votre dernière phrase vous faites quoi au juste ?


              • Jean Keim Jean Keim 12 mai 18:08

                @Remosra
                Soit effectivement je suis nul, soit qq. chose vous échappe.


              • Remosra 12 mai 22:17

                @Jean Keim

                Peut être les deux smiley


              • Jean Keim Jean Keim 13 mai 08:56

                @Remosra
                Ok ça marche ! Passez une belle journée smiley



              • sleeping-zombie 11 mai 19:37

                Hello,

                Une monnaie n’a que la solidité du groupe qui accepte de l’utiliser.

                Actuellement, le BitCoin n’est utilisé que pour les faibles transactions ou (légalement ou non) pratiquer du « change » au niveau international (c’est le BitCoin qui traverse la frontière, échappant aux contrôles).

                De ce fait, le aucun état digne de ce nom n’acceptera jamais qu’on paye ses impôts en BTC.
                aucune transaction immobilière ne sera jamais officialisée contre un paiement en BTC.
                aucun salarié n’acceptera jamais d’être payé exclusivement en BTC.

                Le BTC ne restera que marginal tant que son problème principal, l’anonymat, ne sera pas réglé.

                (et oui, je sais que l’anonymat est justement vu comme un point « fort » du bit coin, mais c’est justement ce qui l’empêche d’être une réelle monnaie)


                • axiaman 11 mai 21:09

                  @sleeping-zombie

                  Je ne m’avancerais pas en excluant la possibilité de payer ses impôts ou un bien immobilier en bitcoin. Au fond, le receveur n’a qu’à convertir le bitcoin dans sa monnaie nationale via une bourse d’échange. Cela peut se faire en quelques clics et c’est ouvert 7 jours sur 7, contrairement aux banques.
                  Le bitcoin n’est pas anonyme mais pseudonyme. Au besoin on peut retracer les transactions.
                  C’est d’ailleurs la raison pour laquelle des monnaies digitales totalement anonymes ont connu un grand succès dernièrement. Voir mon article de février à ce sujet.


                • sleeping-zombie 11 mai 21:55

                  @axiaman
                  pour les impots, le receveur c’est l’état. qui ne se fera jamais payer en une monnaie qu’il ne reconnait pas.
                  pour l’immobilier, c’est pareil, mais avec un intermédiaire entre les deux, qui est le notaire. mais c’est la même problématique : si je paye une baguette de pain en BTC et que le boulanger ne me la donne pas, je perd une baguette de pain, mais lui perd un client. On a tous les deux intérêts à ce que l’échange se passe.
                  Remplace la baguette de pain par un appartement dont le coût correspond à 10 ans de revenus, c’est plus le même problème, et c’est là que l’état intervient en tant que tiers de confiance.
                  Ce tiers de confiance existe-t-il dans l’architecture BTC ?


                • axiaman 12 mai 08:28

                  @sleeping-zombie

                  Oui, il suffit qu’une loi soit passée reconnaissant le bitcoin comme monnaie légale. L’exemple japonais est à suivre.

                  Oui, la problématique du tiers de confiance est réglée par les multisignatures.


                • ulzan 1er juillet 17:32

                  @sleeping-zombie 

                  coucou, petite rectification, c’est déja possible d’acheter des biens immobiliers.. ainsi que bien d’autres choses.. ;)

                  https://bitcoin.fr/depenser-ses-bitcoins/

                  ciao.


                • séraphim 11 mai 21:22

                  La blockchain est une technologie d’un intérêt indéniable, le bitcoin peut être considéré comme la « mère » de toutes les crypto-monnaies (il en existe plus de 700 actuellement), mais depuis son lancement il y a 8 ans, quelques défis restent à relever :

                  - toutes les transactions sont traçables
                  - les transactions sont devenues incroyablement longues, prenant parfois plusieurs heures avant d’avoir les premières confirmations
                  - les commissions (fixes) sont devenues très élevées (>1€ même si on veut payer 3€)
                  - les « blocks » sont de taille fixe, un nouveau block est créé toutes les 10 minutes => ça coince, il faut augmenter la taille des blocks pour supporter plus de transaction
                  - Suite au point précédent, la communauté est entrée dans une guerre intestine, 2 solutions s’affrontent de manière irrationnelle : bitcoin unlimited et bitcoin core

                  Pendant ce temps là, la concurrence a commencé à émerger :
                  - Litecoin : système de chiffrement plus sûr et génération de bloc plus rapide
                  - Ethereum : pas un concurrent direct, mais une ambition plus forte : devenir le web (décentralisé) du futur, en supprimant tous les intermédiaires via une machine machine virtuelle programmable
                  - ZCash, Monero, Dash : misent avant tout sur le caractère anonyme (et intraçable) des transactions

                  ... et je ne vais pas lister les 700 autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

axiaman


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires