• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bouc émissaire consentant

Bouc émissaire consentant

Ceux qui penseront que cette note n’est pas de « bon goût » auront raison. Le buzz sur Arnault et la Belgique est sans grand intérêt et la « Une » de Libé, « Casse-toi riche con ! », un racolage grossier. Tout de même, au-delà du tohu-bohu, l’épisode m’inspire irrésistiblement quelques remarques. Je ne résiste pas.

Arnault, c’est la première fortune de France. Le président du groupe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH) est non seulement l’homme le plus riche de France mais aussi la quatrième fortune mondiale. Bon ! Et alors ! Il en faut bien un ou une. Personnellement je préfère un personnage qui vent du « luxe » à cette place plutôt qu’un marchand d’armes. Mais là n’est pas le sujet.

Arnault et sa « blague » de la Belgique est aussi un formidable « dérivatif » béni pour les socialistes. A croire que le buzz a été créé de toute pièce, avec la complicité du susnommé Bernard pour servir d’alibi au nouveau pouvoir.

Rappelons-nous que Bernard Arnault est un homme très avisé. Il n’a jamais mis ses œufs dans un seul panier et toujours su s’entourer de collaborateurs en provenance de tous les horizons politiques. A l’image des Bettencourt, « chez ces gens là, on mise sur tous les chevaux ». Le début de la fortune « Arnault » remonte au temps d’un certain Fabius qui lui avait permis de reprendre et liquider Boussac dans les meilleures conditions en 1985.

Dans l’épisode actuel, le « brave » Bernard Arnault devient presque « par miracle » le bouc émissaire d’une gauche dans l’angoisse de découvrir qu’elle va devoir « faire un sale boulot » et taxer un maximum tout le monde. Il était très urgent de démontrer que le nouveau pouvoir allait faire très mal aux riches pour essayer d’amoindrir la douleur des autres. Bernard Arnault en laissant croire qu’il « se barre », accrédite de manière parfaite cette « grande douleur » du riche. De qui se moque-t-on ? Il y a belle lurette que les vrais « riches » ont organisé leurs affaires.

En revanche les épargnants moyens, la classe dite « moyenne » trinquera sans évasion possible. A travers elle, c’est l’ensemble de l’économie qui risque de « trinquer »

Si les revenus financiers sont intégrés à l’Impôt sur le Revenu (IR), que les taux de ce dernier augmentent, que son barème ne tient plus compte de l’inflation et qu’une hausse de la CSG suive, les investissements en actions ou en obligations vont se voir étrillés. Un ménage actuellement imposable à 30%, taux ajoutons les 11% de CSG (bientôt davantage) à cette taxation, nous arrivons presque tranquillement à la moitié du fruit de l’épargne confisqué par l’Etat. Sachant que, pour ce qui est des actions, elles présentent un risque de moins-value que, bien évidemment, l’Etat ne prend pas en charge, qui voudra encore investir en capital dans les entreprises ?

Pour Bernard Arnault, n’ayez aucune crainte ; il sera toujours au top et pourra à nouveau servir de « bouc émissaire » consentant.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Seb 13 septembre 2012 05:25

    C’est une vision qui n’est peut-être pas très loin de la vérité :)


    • T.REX T.REX 13 septembre 2012 19:45


      L’auteur détourne le problème en soutenant que l’évasion fiscale des plus grosses fortunes n’empêchera pas les classes moyennes de payer la plus grosse cote part . C’est d’une rare stupidité car si l’évasion fiscale était jugulée , mécaniquement la cote part des classes moyenne diminuerait.

      Lisez cet article du Parisien sur la résidence d’Arnault en Belgique à UCCLE que je reprend sur le sire des voix du Panda, il est édifiant  :
       
      http://www.panda-france.net/?p=15147

      Le mystère reste entier.


    • Romain Desbois 13 septembre 2012 08:10

      Je suis pour un impôt unique progressif sur les revenus. Arrêtons les usines à gaz qui ne profitent qu’aux très riches.

      Ca aurait en plus l’effet de permettre de baisser les tranches inférieures.

      N’oublions pas que la dette c’est de l’impôt différé et augmenté des intérêts.


      • T.REX T.REX 13 septembre 2012 19:47

        Il n’y a pas que les revenus à imposer !


      • Romain Desbois 13 septembre 2012 23:23

        T.ReX

        Quoi d’autres ?


      • T.REX T.REX 14 septembre 2012 15:15

        Il a aussi le patrimoine ou la fortune, les plus values, les dividendes, les intérêts, le capital  !  


      • Scuba 13 septembre 2012 15:21

        Sachant que, pour ce qui est des actions, elles présentent un risque de moins-value que, bien évidemment, l’Etat ne prend pas en charge, qui voudra encore investir en capital dans les entreprises ?

        Dommage que par ce petit passage, vous montriez votre ingnorance du sujet.
        Sur les actions, les moins value sont déduite de vos plus-values. Si les moins-values dépassent les plus-values, vous les reportez sur les gains éventuel des années suivantes, et vous avez un délais de 10 ans pour le faire. Donc, d’une certaine manière, l’Etat prend efectivement en compte les moins-values.


        • asterix asterix 13 septembre 2012 16:04

          Monsieur Jihuss,

          Je suis scandalisé par le ton de votre article. Vous donnez l’air d’approuver la conduite associale d’un individu en la justifiant ainsi : il faut bien une quatrième fortune au monde et, heureusement, il ne s’agit pas d’un marchand d’armes.

          Et vous rajoutez, comme pour remuer le fer dans la plaie qu’il s’agit d’un buzz.

          Non Monsieur, mille fois non. Il s’agit d’un vol de la pire espèce, un délit contre l’égalité des citoyens devant la loi, la démarche d’un pauvre type qui, non content de déjà gagner des centaines de millions d’euros «  à la sueur de son front « ( sic ? ) doit encore combiner pour n’avoir pas à remettre à la société une toute petite partie de ses bénéfices.

          Ceci dit, la Belgique SOCIALISTE !!! est toute aussi coupable que lui en ayant introduit dans son droit fiscal une disposition permettant ce genre d’entourloupe qui consiste à délocaliser son centre financier chez nous pour profiter d’une disposition toute particulière, j’ai nommé les intérêts notionnels. Tout bien pensé, elle vole ses partenaires de la Communauté, vous ne trouvez pas ? Serait-ce par rétorsion d’avoir été grugée, d’abord par Paribas qui lui a chopé pour des clopinettes son fleuron qu’était la Société Générale ? Puis tout l’actif de Dexia, l’ex banque des communes belges via Marouani, un pote à Sarko ? …Et Jean-Luc Dehaene, notre flamingant de service, ex Premier Ministre de surcroît, ravi sans doute de plumer la Wallonie qui n’en avait guère besoin, ses camarades rouges l’ayant déjà rendue exsangue !

          Avez-vous songé combien de chômeurs, d’allocataires sans ressources, de malades professionnels, d’accidentés du travail, de patrons obligés de mettre la clé sous le paillasson, de jeunes cherchant à se créer un boulot ces mêmes 190 millions d’euros auraient pu soulager ne fut-ce que d’une partie de leur misère ? 190 millions d’euros qui ne sont pas des impôts. 190 millions qui sont des impôts éludés, Monsieur !

          Eludés déjà depuis quatre ans, Monsieur.

          190 millions mis sur le dos de votre PS alors que Sarko n’a pas moufté, rien dit, tout approuvé !

          Et si vous lisiez ce qu’en dit une certaine Belgique, vraiment à gauche elle, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. La combine montée par votre si enviable Arnault sert en réalité à éluder une grande partie des droits de succession qui seront à charge de de ses futurs héritiers et de rendre non taxables les revenus qu’il va tirer de ses pensions extra-légales, Monsieur !

          Honte à ce voleur !

          Honte à la Belgique SOCIALISTE, Monsieur !

          Honte à vous, Monsieur !

          Vous parlez sur un ton badin de simple buzz… Et comble, dans votre intitulé, vous vous présentez comme respectueux des autres… C’est dingue !

          En bruxellois, je vous traite de buzzeflooit, Monsieur !

          Je vous laisse le soin de traduire, cela ressemble un peu à «  pauv’con, Monsieur ! « 

          Dommage que je n’aie pas le droit de vous moinsser 100 fois. Ce serait sans le moindre état d’âme, Monsieur !   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires