• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Changer de logique économique

Changer de logique économique

Cette tribune a pour objet d'informer qu'une autre voie économique, financière, écologiste existe déjà par des écrits citoyens, dont devraient s'inspirer tous les "acteurs" politiques nationaux, européens et internationaux, sans avoir besoin de se réunir encore et encore pour quelques annonces vagues. Comme paraît loin le temps où les CFC (chloroflurocarbones) étaient bannis pour préserver la couche d'ozone...
Finance, fiscalité, écologie sont des thèmes récurrents ces derniers mois, sans que cela change véritablement au vu de scandales notoires. Nos "acteurs" politiques - comme ils aiment à se qualifier - se targuent d'être à l'écoute des scientifiques, de ne pas épargner leur peine : en fait ils se réunissent pour confronter leurs résolutions après des objectifs non contraignants (cf. COP 21 de Paris 2015). Et pourtant des écrits existent avec des mesures concrètes, mais le savent-ils ?
 
Il y a quelques jours se déroulait une énième conférence de l'UE sur les paradis fiscaux : la liste "noire" établie excluait les membres de l'UE soupçonnés ou avérés de telles pratiques fiscales. Il y a pourtant possibilité de limiter fortement l'optimisation fiscale au sein même de la zone euro (où est censée s'exercer une solidarité accrue) avec un nouveau traité (cf. esquisse dans mon essai *)
 
Quelques jours auparavant se tenait un vote longtemps reporté sur un pesticide, le glyphosate. La France, par la voie de ses ministres, s'opposait à une prolongation de sa commercialisation mais est restée minoritaire.

Cette semaine s'est déroulée la conférence "Oneplanet" sur le climat, initiée par le président de la République M. Emmanuel Macron.
Il pouvait être question d'élaborer un traité international pour concrètement alimenter le fonds pour le climat.

 

Si je regrette que le climat (grosso modo l'état de "santé" de l'atmosphère) prime sur les terres et océans pollués - cf. les COP et le dernier vote sur le pesticide -, je ne désespère pas. La lutte pour contenir le réchauffement est très coûteuse et chaque Etat, ainsi que les collectivités locales, doit montrer l'exemple et poursuivre les efforts entrepris avec en premier lieu l'isolation thermique de tous les bâtiments publics, la pose de panneaux photovoltaïques, tout en préservant le caractère monumental, patrimonial historique. Cela se fait dans ma "commune" Dijon avec des établissements scolaires.

 

Je ne prône pas de nouvelles taxes sans rapport apparent (taxe "Tobin bis") avec le climat : cela brouille le message de l'impôt, mais un renforcement de normes environnementales (sur l'air et les sols) et un renchérissement de taxes existantes (taxe "carbone", sur l'essence...), ainsi que des prêts à taux zéro spécifiques à certains projets, tant en Europe qu'ailleurs dans le monde. Pourquoi ? Le capitalisme n'est pas à rejeter dans son ensemble sous prétexte qu'il a participé peu ou prou à la dégradation de notre planète. Le génie humain doit être partagé par des projets à élaborer localement mais avec des moyens financiers - sous forme de prêts et non de "subventions" pour aussi responsabiliser tout le monde sans exception et mettre fin à la victimisation des pays pauvres du sud et à la culpabilisation des pays riches du nord - et la technologie des pays industrialisés. Les pays riches ne devraient pas recourir à une taxation nouvelle ou supplémentaire sur leurs concitoyens mais s'appuyer sur les banques qui doivent jouer leur rôle principal de prêteur ; les Etats se portant garants par solidarité affichée lors des conférences, le prêt devient à taux zéro. C'est pourquoi j'envisageais aussi dans mon essai * une révision de leur mission avec obligation de prêt (le droit au prêt opposable) pour certains projets, dans le but de limiter des opérations spéculatives ou de corruption.

 

Inutile de prendre encore du temps pour la réflexion et au diable les amours propres : agissons maintenant, car les effets ne seront visibles que dans une génération.

 

 

Philippe POINSOT de Dijon

 

* "Le Plan C" ou "A la recherche des équilibres perdus", chez Mon Petit Editeur
www.philippe-poinsot.monpetitediteur.com
cf. article, lisible sur le site, du Bien Public daté du 09/07/2015 "Le salut de la Grèce viendra-t-il de Dijon ? "


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Claudec Claudec 14 décembre 2017 17:54

    Il est à craindre qu’étant désormais trop tard pour sauver les terriens, tous nos grands responsables ne puissent plus tenir que des discours et envisager des mesures inspirées par des scientifiques déjà passés à autre chose : l’émigration vers des lieux moins inhospitaliers qu’est en train de finir de le devenir notre planète. Comme si les conséquences de siècles de cécité, d’imprévoyance et de gaspillage ne pouvaient plus qu’être poussées sous le tapis avant d’aller recommencer ailleurs.


    Comment en effet est-il possible que dans son discours d’ouverture de « Oneplanet », notre Président ait pu passer à la trappe la cause première de tous les maux de l’humanité qu’est sa surpopulation ?

    Il en est comme si la tête dans le sable, nos grands décideurs tirait un trait sur leurs propres erreurs et celles de leurs prédécesseurs, ayant encouragé depuis des siècles la croissance incontrôlée du nombre de consommateurs que nous somme tous, avant toute autre opinion ou considération.

    Hypocrisie ? Peur ? Lâcheté ? ... Reste à imaginer où cela mène l’humanité : peut-être sur Mars pour certains, mais la multitude des autres, que deviendra-t-elle, avec ou sans décroissance ?

    Pour en avoir une idée, lire “Précis de pyramidologie sociale” https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_2?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Pr%C3%A9cis+de+pyramidologie+sociale


    • francois 15 décembre 2017 08:54

      @Claudec
      Personne n’y croit Elite comme Peuple. Et quand il y a des croyants c’est la faute des autres comme la Démographie galopante des pays occidentaux.


    • leypanou 15 décembre 2017 12:35

      @Claudec
      l’émigration vers des lieux moins inhospitaliers qu’est en train de finir de le devenir notre planète : un politicien connu a même dit que selon l’ONU, en 2050, il y aura 250 millions de réfugiés climatiques qu’il faudra bien se partager.

      En particulier, les Iles Fidji risquent de disparaître totalement : dans ce cas, les Indiens pourront toujours retourner en Inde.


    • zygzornifle zygzornifle 15 décembre 2017 08:29

      tous les acteurs de la mondialisation refuseront quoi que ce soit qui mette en danger leurs profits, il préféreront déclencher une apocalypse plutôt que de perdre un de leur centime .....


      • francois 15 décembre 2017 08:51

        @zygzornifle
        et vous refuserez quoi que ce soit qui attentera à votre niveau de vie.


      • zygzornifle zygzornifle 15 décembre 2017 16:21

        @francois

        quand on est retraité sous le seuil de pauvreté le risque de se faire racler existe toujours .....

      • Le421 Le421 15 décembre 2017 12:14

        Lorsqu’un candidat à une élection se présente avec un souci majeur de la préservation de l’environnement, que font les gens ?
        Ils se foutent de sa gueule !!
        Il va voir des agriculteurs ?
        Si ils sont FNSEA, il prends un coup de douze !!

        Rien ne se fera de gré.
        Seulement de force.
        On va commencer à manquer d’eau potable... Pas grave, tant que les gens pourront remplir les piscines dont les installateurs ont les carnets de commande remplis !!
        Essayez de surtaxer ce gaspillage patent, vous allez voir...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires