• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Chômage : le cri d’alarme de Pierre Larrouturou

Chômage : le cri d’alarme de Pierre Larrouturou

Rien ne va plus sur le front de l'emploi. Pour le 18ème mois consécutif, la situation s'est dégradée. Si on comptabilise les différentes catégories de chômeurs on atteint désormais 4,58 millions de demandeurs d'emploi soit une progression de +9,4% sur un an. Revenu au PS, l'économiste Pierre Larrouturou a lancé un cri d'alarme devant le Bureau national dont il est désormais membre. Ce défenseur du partage du travail prône la recherche de solutions innovantes.

Les caciques socialistes n'ont pas fini de s'arracher les cheveux. Il est de retour. Après un parenthèse à Europe Écologie – Les Verts, Pierre Larrouturou a repris en 2012 sa carte au PS et déposé lors du Congrès de Toulouse une Motion (M4) co-signée avec Stéphane Hessel et Florence Augier.

Rue de Solférino il est considéré, non sans raison, comme un empêcheur de tourner intellectuellement en rond. Une étiquette qui lui vaut aujourd'hui d'être ostracisé par la direction du parti. En dépit du score inespéré de sa motion, un peu moins de 12 %, soit troisième, juste derrière la motion de l'aile gauche du parti, il se trouve privé de poste au Secrétariat national.

C'est donc au sein du Bureau national qu'il a choisi, en toute liberté, de s'exprimer. La première fois créant l'habitude, le conseiller régional Ile-de-France est intervenu le 21 novembre dernier sur la question du chômage. L'occasion pour lui de diffuser un texte qui souligne la gravité de la situation : 46 900 nouveaux chômeurs pour la seule catégorie A en septembre. Un chiffre dramatique mais en trompe l'œil, qui cache l'ampleur du désastre met-il en garde. + 46 900 chômeurs en septembre, c'est un solde. C'est la différence entre les entrées à Pole emploi (+ 506 100) et les sorties (- 459 200) dont 150 000 en fin de droits.

Et Pierre Larrouturou de réclamer au non de sa Motion (Oser, plus loin, plus vite) l'organisation d'Etats Généraux de l'Innovation et de l'Emploi pour mettre sur la table des solutions nouvelles. Une perspective qui ne semble pas partagée ni au PS ni au gouvernement. Le ministre du Travail, Michel Sapin, s'est dit "persuadé" que la courbe du chômage s'inverserait "à la fin de l'année prochaine" du fait des mesures mises en place par le gouvernement (emplois d'avenir, contrats de génération, pacte de compétitivité).

Cet angle d'attaque "classique" désespère le trublion Larrouturou qui déclarait dans les colonnes de Libération du 30 octobre dernier " Je le redis, la gauche ne doit pas avoir de tabou et reparler fièrement de la question du temps de travail. Il est dramatique de voir que depuis dix ans, le Medef et la droite ont pilonné sur le sujet avec une extrême agressivité, et que ce travail de casse a fait remonter la durée réelle du travail. Le gouvernement doit se ressaisir de ce combat".

Le leader de la Motion 4 accuse l'aile néo-libérale du MEDEF d'avoir pris la main et de refuser toute contrepartie en échange des 20 milliards de crédit d'impôt du pacte de compétitivité. Or, pour Pierre Larrouturou, c'est justement parce que nous sommes en temps de crise qu'il faut établir un nouveau contrat social et progresser dans le domaine de la formation professionnelle.

Crédit photo : Marie-Lan Nguyen

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 28 novembre 2012 13:18

    Larroutourou, c’est ce fou qui veut partager le travail. Lui, c’est la semaine de 4 jours. Encore un de ces utopistes 


    • Gontran Gontran 28 novembre 2012 13:29

      Quelles sont vos propositions ?


    • olfe olfe 28 novembre 2012 13:51

      Ne pas réduire le temps de travail alors que nos machines remplacent de façon de plus en plus efficace celui-ci, c’est encore admettre qu’il faut toujours plus de croissance dans un monde fini.

      On voit aujourd’hui que ce modèle nous amène à la destruction de notre société, de notre planète.

      Partant du principe que nos machines font le travail à notre place, il y a deux solutions :
      - soit on créé du chômage, car on ne peut pas faire une production qui ne sera pas consommée du fait de la faiblesse des salaires et du trop grand nombre des chômeurs (modèle actuel)
      - soit on diminue le temps de travail tout en répartissant mieux les richesses, et on donne du travail à tout le monde (ce qui évitera le coût de l’assistanat qui est considérable). C’est le modèle auquel je crois et je pense ne pas être le seul.

      Bien sûr, ce modèle va déplaire fortement aux quelques individus millionnaires ou milliardaires qui ne sont jamais rassasiés. Ceux-là, il leur faudra une cure de désintoxication à l’argent carabinée.
      L’abus d’argent est dangereux pour la santé de tout le monde !


    • 1871-paris 1871-paris 28 novembre 2012 16:22

      avant les 35h aussi certain croiaient cela utopique... utopie contre immobilisme conservatoire, faite votre choix !


    • Yohan Yohan 28 novembre 2012 16:53

      Retour aux 39 heures, baisse des charges patronales et salariales, cure d’amaigrissement de l’Etat et du Mammouth, baisse de l’emploi public avec contrôle de la dépense publique, immigration zéro, réindustrialisation, relocalisation. Si c’est pas révolutionnaire ça smiley c’est presque du socialisme


    • Gontran Gontran 28 novembre 2012 17:08
      Retour aux 39h pourquoi pas, même si je ne vois pas en quoi ça va relancer la croissance ou faire baisser le chomage. Expliquez-moi.

      Si nous baissons charges et cotisations, comment ferons-nous pour financer nos différents systèmes de protection sociale par exemple ? On ne pourra plus emprunter aussi facilement à l’avenir. Comment on fait ?

      Sur quels postes de dépense agissons-nous pour alléger le train de vie de l’Etat ? Par qui/quoi seront remplacé les fonctionnaires qu’on va licencier, et quel travail vont-ils trouver ?

      Immigration zéro, ok. Qui va construire vos maisons, vider vos poubelles ou nettoyer vos rues ? Il n’y a pas assez d’activité pour augmenter les salaires de ces professions dont personne ne veut pour l’instant à part les immigrés. Comment fait-on ?

      Réindustrialisation, ok. Comment ?

      Relocalisation, ok. Comment ?


      Ce qui serait révolutionnaire, ce serait quelques arguments au moins sur un sujet, non ?

    • bigglop bigglop 28 novembre 2012 17:19

      Bonsoir à tous,

      Pierre Larrouturou peut être qualifié d’économiste hétérodoxe, mais en revenant au PS, il s’est mis dans une position difficile car s’opposant au Cercle des Economistes, plutôt libéral, qui conseille Normal 1er, avec Elie Cohen, Lorenzi, Artus, Pisani-Ferry (think tank Bruegel)

      En souriant, devant la décomposition de la classe politique, je vous propose une lettre-type de licenciement pour nos « élus » soucieux de l’intérêt général

      Objet : Lettre de licenciement.

      Madame, Monsieur,
       
      Ce courrier fait suite à notre entretien en date du .. à l’occasion duquel nous vous avons exposé la raison pour laquelle nous envisagions la rupture de votre contrat de mandat. Voici les motifs sur la base desquels nous prenons cette décision : 

      Vous avez été soumis à deux examens citoyens républicains de reprise du travail : le premier examen a eu lieu le : .. le second examen a eu lieu le :.. A l’issue du second examen, le Conseil Citoyen vous a déclaré inapte à occuper votre fonction de… .

      Or, nous nous trouvons dans l’impossibilité de vous reclasser car aucune fonction au sein de la République que vous soyez susceptible d’occuper n’est disponible, compte tenu de votre état et de vos compétences. En outre, nous avons recherché toutes les solutions possibles pour vous reclasser et notamment ….. mais aucune d’entre-elles n’a pu aboutir du fait de ..

      Aussi sommes nous contraints de vous notifier par la présente votre licenciement qui prend effet immédiatement. Vous ne percevrez aucune indemnité de préavis, ni indemnité de licenciement

      A l’issue de votre contrat, vous percevrez votre solde de tout compte et il vous sera remis un certificat de travail et une attestation pour le Pôle Emploi,

      Veuillez croire, Madame, Monsieur, en l’expression de nos sincères salutations.

      Signature de l’employeur-citoyen


    • Yohan Yohan 28 novembre 2012 17:41

      Le système de protection sociale ne protège plus grand chose maintenant. Il suffit de voir le niveau actuel des retraites du privé et les remboursements de soins. On distribue trop et très mal dans ce pays. Trouvez vous normal l’AME et l’ASPA versés automatiquement aux étrangers qui n’ont ni travaillé ni cotisé en France ? Vous avez là un bel exemple d’économies immédiates à faire pour déplomber les entreprises et les encourager à ré-appuyer sur l’accélérateur. Pour l’heure, les PME sont en panne sèche. 

      et vous, vous avez d’autres solutions pour faire repartir la machine ? 

    • Gontran Gontran 28 novembre 2012 18:34

      Je pense qu’il n’est pas nécessaire de faire repartir cette machine, elle ne fait pas ce qu’on lui demande (répartir équitablement les richesses et le progrès). 

      De toutes manières, même si nous le voulions, ce ne serait pas possible, étant donné que nous arrivons à un plafond en terme de ressources naturelles qui mettra un terme définitif à toute croissance. 

      Non il faut inventer une nouvelle machine. La démocratie serait un excellent outil pour faire ça. Elle permettrait de comparer toutes les propositions de manière impartiale, de les soumettre au peuple qui ferait son choix en toutes connaissances de cause.
      Donc utilisons le peu de temps qu’il nous reste avant saturation du systéme et crise globale définitive pour persuader tout le monde que nous avons besoin de la démocratie pour envisager la suite.

    • vieux grincheux 29 novembre 2012 05:51

      eh Yohan...... oh.....eh...... Yohan........’tain ce con a encore boulonné son scaphandre....oh....eh....eh.......Yohan !!!!!......................


      ’tain, OUVRE TON SCAPHANDRE !!!!!........................Yohan.........quel âne....... !!!!!
      il se prend pour le capitaine Kapock à la recherche des millions volés aux grecs.......oui !!! ceux entassés en Bankesuisse par les milliardaires Ploutocrates Kemors....

      Et voilà, c ’est comme ça avec les scaphandriers en mission téléguidés par le MERDEF, ils nagent en pleine vase merdeuse...et angoissés les bougres.

      Dame !!! si le MERDEF venait à couper l’ arrivée d’ air....comment qu’ il se retrouverait dans la merde le petit Yohan, c ’est pourquoi il continue à dispenser la PENSEE FASCISTE DES TRONPAS...Celle où t’ agis d’ abord et tu penses ensuite....

      Justement penser pour ne pas dé-penser c ’est ce qu’ ont fait nos amis germanophones avec le Revenu de Base :http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0

      Oh....Yohan.......eh...... t ’as une heure à perdre au lieu de défendre les EXPLOITEURS.....

      Tu sais ceux qui t’ ont convaincu (et vaincu ça, on peut dire que tu l’ es dans ton eau de vaisselle) qu’ ils te donnaient de l’ EMPLOI.....

      Mais non, mon bon con !!!! ils ont BESOIN DE TOI......alors pourquoi ils te proposent pas le PARTAGE DES BENEFS ?????

      Les TRONPAS te racontent des faridondaines, tiens la meilleure, c ’est qu’ ils PRENDRAIENT DES RISQUES !!!!

      ’tain con !!!! dommage que tu puisses pas nous voir à nous rouler de rire !!!!!! LLLOOOOOOLLLLLLL !!!!!

      Mais non, sacré bordel de vierge enceinte !!!! ils ne mettent pas TOUS LES OEUFS DANS LE MEME PANIER......comme toi !!! Tu ne le ferais pas....tu crois qu’ ils sont plus cons que toi.....mais non, ils ont tout le temps de réfléchir à comment t’ enfumer.....

      Et toi, tu crrroooooaaasss !!!! 

      Nous les Pauvres, nous sommes tous des Aventuriers, galomphant sur les Chemins de la Solidarité !


      Aussi ! Ne soyez pas Prisonniers des Exploiteurs !


      Ouvrez les yeux sur l’ Empathie !


      Saisissez chaque Opportunité d’ aider les Autres !


      Soyez fiers ! si par vos Actes, des plus secrets au plus inouïs, vous avez cassé les Codes.Nous les Pauvres, nous sommes tous des Aventuriers, galomphant sur les Chemins de la Solidarité !


      Aussi ! Ne soyez pas Prisonniers des Exploiteurs !


      Ouvrez les yeux sur l’ Empathie !


      Saisissez chaque Opportunité d’ aider les Autres !


      Soyez fiers ! si par vos Actes, des plus secrets au plus inouïs, vous avez cassé les Codes.

      KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!!

      VG 

    • Punkonfou Punkonfou 30 novembre 2012 10:47

      Tout à fait yohan et même j’irais plus loin travailler 60 ( et pour tous, enfants adultes retraités, ben tiens y en a marre de ces feignasses !!!) par semaine payer 35h et en plus suppression des cotisations...oh et puis tant qu’on y est du salaire et on vivra grâce à la charité moyenâgeuse de ces riches rentiers ben là je crois qu’on arrivera à la société idéale emplie de bonheur pour tous....mouhahahaha


    • Romain Desbois 1er décembre 2012 08:08

      Yohan

      « Ils l’ont fait parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible »


    • olfe olfe 28 novembre 2012 13:32

      On se demande ce que fiche encore dans le comité Roosevelt 2012 Michel Rocard.

      Quel dirigeant aura le courage de partir en guerre contre les banques ? Les autres suivront comme des moutons de Panurge...


      • leypanou 28 novembre 2012 14:13

        Qu’y fait M Rocard ? N’oubliez jamais que la nouvelle gauche, i.e à la M Rocard, est de droite, une « droite » capable de mettre en place le RMI. Mais il ne faut pas essayer de trop demander : ce n’est pas à sa portée.


      • Laurenzola Laurenzola 28 novembre 2012 17:33

        Un peu de courage messieurs les économistes, aujourd’hui chacun à le droit d’affirmer que la terre est ronde sans finir sur l’échafaud.


      • dandin 2 décembre 2012 00:02

        Vous semblez ignorer que Michel Rocard a toujours défendu, avec Pierre Larrouturou la semaine de 4 jours.


      • hunter hunter 28 novembre 2012 13:41

        « Quel dirigeant aura le courage de partir en guerre contre les banques ? »

        Aucun risque que ce soit un dirigeant français, ni même européen :trop soumis à leurs maîtres !!!!

        Donc faut envisager un plan B : zéro dirigeants !

        H/


        • Romain Desbois 28 novembre 2012 13:45

          pourquoi vous faut-il un chef pour agir ?

          Chacun est libre de choisir sa banque !!!!


        • olfe olfe 28 novembre 2012 13:53

          Dites-nous donc quelle banque il faut choisir ?


        • mimi45140 28 novembre 2012 15:15

          Le problème est d ’ être obligé d ’en choisir une .


        • Romain Desbois 29 novembre 2012 00:35

          Pour l’instant je n’ai pas trouvé mieux que LANEF

          Une banque qui annule un crédit contracté par un couple dont le gars vient de mourir, je doute que l’on puisse trouver mieux.

          Plus nous seront nombreux à en changer et plus elles changeront.


        • vieux grincheux 29 novembre 2012 06:11

          Oui, Romain, la Nef est pas mal !!!


          Mais il faut savoir que peu importe la banque choisie, car lors des compensations , celà revient à ce qu’ il n’ y ait qu’ une SEULE banque....

          De plus, c ’est la banque qui crée de l’ argent dette (voir la démo de Paul Grignon) LORSQUE NOUS DEMANDONS UN CREDIT...

          La seule solution est de ne PAS DEMANDER DE CREDITS, les banques disparaitront automatiquement.

          Et de généraliser des MUTUELLES, comme ça se passe en Espagne avec le prêt de petites sommes par des comités de quartier, ou encore au Chiapas....Certains argumenteront que prêter 20€ c ’est pas terrible !!!!

          Oui, mais 20€ c ’est peut-être l’ achat de médicaments et c ’est relativement facile à rembourser. D’ ailleurs le constat est fait que les Pauvres sont honnêtes dans le micro-crédit, il y a trés peu de non-remboursement. 

          Associé au Revenu de base : http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0, il serait possible de bien vivre sans engraisser les tiques et autres morpions que sont les Banksters.

          Dans le budget 2013, 400 millions pour le RSA et les « experimentations sociales » et 33 milliards pour la Defonc.....oups !!!! la Defense....

          et que fait le Ministre de l’ Economie Solidaire.... ???? 

          ferait mieux d’ écouter la base des CITOYENS que des « experts » qui n’ ont jusqu’ ici prouvé que l’ infini de leurs INCOMPETENCES...... 

          Nous les Pauvres, nous sommes tous des Aventuriers, galomphant sur les Chemins de la Solidarité !


          Aussi ! Ne soyez pas Prisonniers des Exploiteurs !


          Ouvrez les yeux sur l’ Empathie !


          Saisissez chaque Opportunité d’ aider les Autres !


          Soyez fiers ! si par vos Actes, des plus secrets au plus inouïs, vous avez cassé les Codes.

          KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!!


          VG



        • Romain Desbois 29 novembre 2012 06:56

          Vous avez raison, on peut se passer d’emprunter.

          Mais je vous raconte une anecdote réelle et personnelle qui peut expliquer que c’est aussi simple dans la tête des gens.

          Une amie m’expliquait qu’elle ne comprnait rien à son crédit, plus elle remboursait et plus elle devait d’argent. Évidemment elle n’avait juste pas lu les règles du contrat et s’était fourvoyé avec un crédit permanent (revolving). Elle ne comprenait pas que si elle se contentait de payer la somme minimum, elle allait se ruiner en intérêt.
          Alors je lui ai proposé de lui prêter la somme pour qu’elle rembourse son crédit et qu’elle fasse au moins le gain des intérêts. Elle a refusé pour une raison que je comprends tout à fait.
          Elle m’a dit qu’elle préférait devoir de ’argent à une banque (impersonnelle) qu’à un ami.

          En France on peut prêter à quelqu’un (le fisc demande de déclarer et aux dernières nouvelles la déclaration est loin d’être gratuite), avec ou sans intérêt. Les gens ont perdu l’habitude de se passer des banques mais il n’y a pas si longtemps , il existait des tontines (pot commun qui profite à tour de rôle), sorte de loto sans le hasard et l’Etat.

          Perso j’ai acheté une fois à crédit bancaire un F1 sur dix ans à 10% (1987), j’ai vite compris que l’on nem’y reprendra plus car j’ai remboursé le double au total, ce qui signifie qu’un riche pour la même somme dépensée il achâte deux appart pour le coût d’un.
          J’AI COMPRIS CE QUE SIGNIFIAIT EN FAIT D’ÊTRE RICHE, TOUT EST MOINS CHER POUR EUX !!!!

          Puis avec le revente de cet appart 10 ans plus tard, j’ai acheté une maison mais l’argent qui me manquait, c’est un ami qui me l’a prêté à 0%. J’ai ainsi fait 26 000 euros d’économies !!!!

          je voulais faire une association de prêt d’honneur aux gens (des petites sommes bien sûr ). Un peu comme Babyloan . Et je me disais voilà , à chaque fois qu’une personne me remboursait, l’argent je le prête à nouveau , etc...

          Mais je me suis renseigné au près du fisc et j’ai découvert que c’est illégal. C’est pour eux considérer comme faisant de la banque sans l’agrément comme quelqu’un qui ferait de la médecine illégalement en sorte.
          Bon je trouverais bien un truc légal dans le genre. en attendant je prête avec Babyloan.

          Pour en revenir aux banques, une banque qui n’a pas de client est une banque qui n’existe pas.
          Vous savez que l’encours (les comptes des particuliers) compte dans leur possibilité d’emprunter à la BCE. Même si c’est négligeable, je pense que si elles voyaient fuir leurs clients, elles se poseraient des questions (ce sont quand même des dizaines de millions de clients contre 30 000 pour LANEF).

          Oui nous avons notre mot à dire contre les banksters et nepas se contenter de chercher des excuses pour ne rien faire. (je n’ai pas attendu la crise pour me poser des problèmes éthiques concernant les banques).

          Si j’ai le courage, je ferais un article sur un comparatif perso des banques françaises.
          Je crois que cela surprendrait plus d’un. Sinon il existe un guide des banques écolo-éthiques :
          , il existait car les amis de la terre l’on retiré de leur site.

          Bon si il ya ça, c’est interessant VOIR


        • jako jako 28 novembre 2012 13:57

          Regardez ce qui s’est passé près de vous , par exemple en Espagne, crise des prêts bancaires immobiliers, conséquence (?) 22% de chomage, conséquence baisse des salaires et autres couvertures sociales, retour des entreprises sur ces nouvelles bases, simple non ? une bonne crise permet de mettre en place une forte régression sociale presque avec le merci des gens, et on repart sur de nouvelles bases, mais c’est du très courtermisme.


          • olfe olfe 28 novembre 2012 14:04

            Quand un voleur a tout pillé, qu’il ne reste plus rien. Peut-il revenir pour prendre encore quelque chose quand il aura consommé son butin ?


          • jako jako 28 novembre 2012 14:12

            Sans aucun problème en effet (pour le moment)


          • Gabriel Gabriel 28 novembre 2012 14:10

            Et dire qu’il y en a qui veule faire travailler plus ! Soyons pragmatiques, les gens qui nous gouvernent sont sensés être intelligent, du moins cultivé, donc ils sont parfaitement au courant des effets catastrophiques de leurs politiques sur l’emploi et l’appauvrissement de la majorité au bénéfice d’une très petite minorité. Donc, tout n’est qu’un problème de répartition plus juste des richesses produites et d’un changement radical de paradigme sur la répartition du temps de travail. Evidement la petite minorité qui se goinfre et profite de la situation est absolument contre et profite de leur main mise sur les médias et le pouvoir pour faire courir de fausses nouvelles en laissant entendre qu’il n’y a pas d’autre alternative que de continuer ce désastreux et meurtrier modèle de société qui les engraisse. 


            • Croa Croa 28 novembre 2012 19:59

              Les effets de cette politique ne sont pas à 100% catastrophiques justement, puisque les riches sont de plus en plus riches. Les gens qui nous gouvernent sont plus « intelligents » qu’il n’y parait sauf qu’il s’agit d’intelligence avec leurs maîtres.


            • leypanou 28 novembre 2012 14:27

              @auteur :

              « Rue de Solférino il est considéré, non sans raison, comme un empêcheur de tourner intellectuellement en rond » : les empêcheurs de tourner intellectuellement en rond ne sont appréciés nulle part. Si vous êtes dans une mairie ou un conseil général ou régional, essayez de dénoncer les pratiques limites de la légalité, et vous allez voir. Pareil dans les institutions telles que la police ou la justice ou la gendarmerie même une entreprise privée (lisez par exemple un auteur Guy B. sur agvx qui publie très souvent des articles très intéressants). Très souvent, la voie de garage si ce n’est pas la porte de gré ou de force n’est pas loin. Des fois mêmes les conséquences sont plus graves que çà. Dans les syndicats, la même chose. Vous croyez que les pratiques dénoncées dans le rapport sur les syndicats qui a été enterré il n’y a pas longtemps datent d’hier ?

              La question est : jusqu’à quel point ou quand peut-on espérer modifier un appareil ou sa mode de pensée de l’intérieur ? JL Mélenchon l’a réglé en quittant le PS définitivement. La direction du PS ainsi que la majorité des militants ont perdu le référendum de 2005 : ce n’est pas la dernière fois, et elles se gardent d’en faire une autre, en particulier sur le TSCG, car la démagogie a ses limites.


              • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 novembre 2012 15:04

                Tout cela est bel et bon, mais que propose concrètement Larroutourou ?


                • 1871-paris 1871-paris 28 novembre 2012 16:20

                  de partager la richesse en partagent le travail...


                • Yohan Yohan 28 novembre 2012 17:00

                  Ma boite a cru aux belles prédictions de la secte Laroutourou en passant aux 32 heures en 1997 dans le cadre de la Loi de Robien. Résultat des courses, un plantage magistral et une faillitte. Car avec la loi de Robien qui a repris l’idée du Monsieur, on baisse les heures et le salaire de 10 salariés pour en embaucher 1 pour 10 en contrepartie d’une aide de l’Etat sur les charges durant 7 ans. En gros, pendant sept ans, il n’y a quasiment pas d’impact sur les coût salariaux mais après c’est là que ça se corse sérieusement. Ne croyez pas aux délires des gourous. 



                • JPhilippe 28 novembre 2012 18:31

                  @Yohan

                  Ce n’est pas parce que l’idee de départ : la réduction du temps de travail a été mal organisée par Martine Aubry que l’idée est mauvaise.
                  Le problème serait plutôt de faire en sorte que chacun Entreprise et Salarié aient un interêt personnel (micro-économique donc) pour réduire le temps de travail hebdomadaire.

                  Ce n’est pas en créant des usines à gaz règlementaires comme en 1997, ni en excluant pas mal de monde du projet en créant le forfait jours que la mesure allait vers le succès.

                  Mais c’est normalement une évolution inéluctable liée au progrès : les gains de productivité ne sont pas réservés à l’actionnaire.


                • ddacoudre ddacoudre 28 novembre 2012 15:51

                  bonjour henry
                  Les mesures de Lamoutrou, dans le cadre d’une compétition capitaliste plomberait encore plus l’emploi.Personnellement j’y suis favorable mais il faut savoir qu’à une répartition du temps de travail et donc des revenus qui s’en suivraient. il faut être en mesure de fournir les fonds d’investissements pour financer cela, la seule répartition de la richesse ne suffirait pas.
                  Les 20 milliards d’investissements en exonération peuvent créer 450 000 emplois au sminc.
                   Mais le prélèvement de ce financement sur la TVA annulera cet effet puisque l’état aujourd’hui consomme ces 20 milliards et qu’ils génèrent déjà des emplois.
                  de fait ils vont peser sur la consommation des particuliers car les entreprises les répercutent sauf sur les produits finis, si mes souvenirs sont bons, qui en tient compte pour fixer ses marges que règle le client.

                  avec moins de revenus disponibles les particuliers disposeront de moins de capacité d’endettement donc de création monétaire par les banques, ces 20 milliards est-ce que cela permettra aux entreprises de s’endetter pour investir, oui sous réserve qu’il y ait une capacité de consommation en vue et que cet effort se retrouve dans une réduction des prix à la consommation, ce en quoi je ne crois pas du tout suivant le précédent avec les restaurateurs.
                  or il me semble que d’une manière ou d’une autre la consommation sera réduite, et que l’alignement du budget sur les critères de masstricht sera un facteur aggravant plus que l’augmentation des intérêts de la dette, car les particuliers soit consommerons moins, soit auront a faire appel au crédit pour maintenir ou accroitre leur consommation et leur crédit est beaucoup plus cher et plus à risque que celui de l’état.
                  dans ce jeu de vases communicants, en l’absence d’un plan de relance dont l’état n’a pas les moyen et que les investisseurs ne feront pas, répartition ou non du temps de travail pour limiter le nombre de chômeurs ne ventilera que l’augmentation de la pauvreté en perspective.
                  Si hollande ne menace pas de sortir de l’euro pour que la BCE finance les états pour réaliser des projets d’investissements en collaboration avec le monde de l’entreprise, je ne vois pas par quels miracles leur machine à simulation peuvent lui assurer un succès.
                  bien sur ce n’est que mon point de vue et je ne dispose pas de toutes les données.Il semble toute fois que les agences de notations dont je dis que l’on en a rien à foutre n’est pas une analyse optimiste. 2013 et suivant dira cela.
                  ddacoudre.over-blog.com cordialement.


                  • ddacoudre ddacoudre 28 novembre 2012 15:53

                    lire Lourrouturou en lieu et place deLamoutrou.


                  • Romain Desbois 30 novembre 2012 19:41

                    ouf j’avais cru lire lamarotrou smiley


                  • ZenZoe ZenZoe 28 novembre 2012 16:06

                    Partager le travail ? Comment ? Faire 20 heures payées 35 ? Qui va payer les surplus de salaires, les entreprises ? A part les très grandes et la coterie du CAC40, où voyez-vous que les PME sont riches et pourraient payer plus de 2000€ 6 salariés à mi-temps au lieu de 3 ? Sans compter les frais administratifs et comptables doublés. Et pourquoi embaucheraient-elles si leur carnet de commande est à moitié vide, ce qui est le cas de nombre d’entre elles ?
                    Il n’y a pas assez de travail pour tout le monde, on est d’accord, mais on voit bien qu’on est en crise et que beaucoup de boites ferment ou rament. A mon avis, quand on parle de répartition des richesses en visant 90% des entreprises françaises, on se trompe de cible.
                    On ferait mieux de regarder plus du côté des géants internationaux comme Google, Amazon, et autres qui se goinfrent sans payer d’impôts. D’ailleurs, l’Irlande, qui a vu le robinet des subventions européennes se tarir, commence à y regarder de près. Déjà, avec les milliards récupérés, on pourrait en faire des choses !


                    • olfe olfe 28 novembre 2012 18:30

                      Répartir les richesses veut dire :
                      « prendre aux plus riches pour redonner aux plus pauvres »
                      , et non pas
                      « prendre aux entreprises pour redonner aux chômeurs »

                      Il y a beaucoup de PME qui ne sont pas riches, donc ce ne sont pas celles-ci qui sont visées.
                      Les entreprises en cause sont surtout les multinationales, celles du CAC40, si vous voyez ce que je veux dire


                    • Croa Croa 28 novembre 2012 21:57

                      « mais on voit bien qu’on est en crise »

                      Faux, une « crise » ça ne dure pas 30 ans ! Ce qui se passe est bien plus profond, a été voulu et organisé. Les PME pourraient aussi payer si on voulait bien les protéger de leurs donneurs d’ordre en commençant par rétablir le contrôle des prix et une protection des marchés, bref tout le contraire du libéralisme actuel. 

                       


                    • Romain Desbois 30 novembre 2012 19:46

                      zen

                      On peut aussi faire différemment. Par exemple , on peut le faire de manière dégressif. Les plus petits salaires seront payés 35H pour 20 travaillés et ensuite on peut ne payer que 34 heures pour 20 à partir de 2000 par mois, 34h au de la de 2500, etc....

                      Ceci pourrait aussi permettre de resserrer l’écart des salaires.

                      Bon je vous l’accorde c’est un peu une usine à gaz .....


                    • Morpheus Morpheus 28 novembre 2012 16:21

                      Mr Larrouturou défend la logique du partage du travail. Il s’agit là d’une logique sociale de droite. Une logique sociale de gauche étant non pas le partage du travail, mais bien le partage des richesses. Mais cette dernière met en cause la logique capitaliste et libérale. On voit donc que la logique « sociale » de Mr Larrouturou est une logique d’économiste libéral (certes à tendance sociale, mais libérale tout de même).

                      Je ne met pas en doute sa sincérité, mais bien la logique sous-jacente de son orientation « sociale » (partager le travail plutôt que les richesses).

                      A ce titre, il est assez remarquable qu’avec une pareille logique il soit considéré, chez les socialos, comme un « trublion » : si même un économiste qui propose des mesures sociales de droite est mal accepté au sein d’un formation sociale démocrate, c’est-à-dire capitaliste et libérale, cela en dit long sur la radicalité droitière du PS français ... smiley

                      Morpheus


                      • OuVaton OuVaton 28 novembre 2012 17:38

                        Morpheus, je pense que vous n’avez pas bien Larrouturou. Il pense que l’économie doit être distributive avant d’être productive. Il est donc aussi pour le partage des richesses (ou des revenus du travail) mais, si on ne veut pas une société d’assistés, il faudra bien aussi partager le travail. 


                        Pour paraphraser un certain prophète... "L’homme ne vit pas que de pain.... il a aussi besoin de considération et d’estime de soi... Peu de gens peuvent trouver ces choses sans travailler. 

                        Le PS a la chance d’avoir quelqu’un comme Larrouturou qui les sort un peu de la logique néo libérale et productiviste. L’idée d’une société plus sobre et plus partageuse est encore une idée neuve car elle a très peu servie aurait dit Vialatte.

                      • Croa Croa 28 novembre 2012 22:10

                        « Une logique sociale de gauche étant non pas le partage du travail, mais bien le partage des richesses. »

                        En admettant que la « gauche » ait encore un sens, oui. En plus des solutions existent comme le revenu universel d’existence. Pour autant vouloir « partager le travail » reste une voie de progrès social intermédiaire car, de son coté, le capital ne veux même pas voir ses masses laborieuses partager, préférant exploiter à fond des ressources minimales. 
                        Larrouturou serait plutôt au centre en fait.


                      • Reivax Nemo Reivax Nemo 28 novembre 2012 16:38

                        Pourquoi ne rejoint il pas le front de gauche et la majorité alternative : FdG, verts et socialistes éclairés ? ces propositions sont justes et en accord avec une majorité plus large que roosevelt 2012


                        • OuVaton OuVaton 28 novembre 2012 17:41

                          Effectivement, il le pourrait... mais, il pense sans doute que c’est plus sûr de faire bouger le PS que d’espérer l’arrivée au pouvoir du FdG. D’autant qu’au FdG, il y a aussi pas mal de gens qui raisonnent encore en terme d’économie productive... Peut-être plus qu’au PS si ça se trouve.


                        • Croa Croa 28 novembre 2012 22:14

                          Parce que c’est un naïf,

                          et il n’est pas le seul hélas !  smiley


                        • Bernard HERON 28 novembre 2012 17:10

                          Beaucoup de réactions à cet article demandent quelles sont les propositions concrètes pour sortir de ce marasme.

                          Nous sommes de plus en plus nombreux à penser qu’un Revenu de Base (RB) inconditionnel distribué de la naissance à la mort répondrait (enfin) aux Droits de l’Homme et lui apporterait sa dignité.
                          Un site a été créé qui donne plus de précision : http://revenudebase.info/
                          Moi-même j’ai créer un site ( www.lepetitlivrevert.fr ) qui défend ce RB associé à la réduction du temps de travail à 4 jours comme le propose Pierre Larrouturou.


                          • OuVaton OuVaton 28 novembre 2012 17:43

                            Je plussoie et j’ajoute vos sites à mes favoris.


                          • Corinne Colas Corinne Colas 29 novembre 2012 17:29
                            Le chômage explose, allons danser ma mie... les affaires seront bonnes !

                            Le revenu universel permettrait de casser la dynamique de l’esclavage...
                            Ce grain de sable peut enrayer d’autres rouages car on sait où mène le culte de la (fausse) « croissance » : destruction de la planète, de l’humain... 


                            Copie impossible donc je m’attelle à vous retranscrire quelques petits extraits d’un texte écrit il y a plus de 100 ans et toujours d’actualité malheureusement :

                            C’est un extrait de « Pour la vie » écrit par Alexandra David-Néel, publié dans « Ecrits de jeunesse » aux Editions « Les nuits rouges ». 

                            Pardon à « la tortue » gardienne de l’oeuvre d’A. D-N décédée mais je suis sûre que l’auteur me pardonnerait de « piller » un petit morceau méconnu de ses écrits puisque c’est pour « la bonne cause ». Cela permet au moins de montrer une autre de ses facette car A. David-Néel, esprit brillant, l’un de nos plus grands explorateurs, a toujours été d’une lucidité féroce.

                            - Si cela vous plaît, si vous désirez mieux connaître A. D-N qui a eu une vie passionnante... n’hésitez pas à acheter ses livres directement auprès de l’association humanitaire qui elle-même, ne se contente pas d’un devoir de mémoire :



                            « La production ne se fait pas dans le but de satisfaire les besoins de l’ensemble de la société. Ceux qui possèdent du numéraire s’emploient simplement à accroître leur quantité de numéraire comme moyen de tout se procurer sans travail personnel. Le travailleur au contraire, ne trouve pas à échanger directement son travail contre les choses nécessaires à sa vie ; il faut qu’il passe par l’intermédiaire du numéraire, qu’il travaille pour celui qui peut lui en donner. Or, il fait toujours en cela un marché de dupes. Jamais, il ne retire de la valeur de son travail la valeur équivalente à ce qu’il produit ; la différence existant entre le salaire payé à l’ouvrier, le prix de la matière première et le prix de vente, revient à celui qui le fait travailler. D’où, il s’ensuit que si tous ceux qui ont coopéré à la confection d’un objet -y compris celui qui a fourni la matière première- voulaient en devenir les propriétaires, ils devraient le payer d’une somme plus grande que celle de leurs salaires réunis. Où prendre la différence ? En travaillant davantage, en faisant par exemple deux objets pour pouvoir en racheter un ; c’est à dire en accroissant, par une répartition du bénéfice, la richesse d’autrui à son détriment à soi. D’où il s’ensuit que chaque que chaque instant donné par l’ouvrier au travail, chaque effort fait par lui pour obtenir l’argent nécessaire à sa subsistance, contribue en même temps à accroître une richesse à laquelle il ne participera jamais et une puissance qui se retournera contre lui. »

                            (..)

                            "La production se réglant non sur les besoins réels des hommes, mais sur l’intérêt de certains, le nombre de ceux à qui l’on ne permet pas de travailler devient même utile à ces intérêts particuliers, tandis qu’il est néfaste au reste des hommes."

                             (..)

                             "........les divers produits sont moins accessibles à tous, sont plus chers, forcent l’ouvrier à travailler davantage pour les acquérir, ce qui contribue à le maintenir dans sa pauvreté et l’oblige à accepter des salaires pour vivre normalement. En résumé, dès que l’on accepte la possession perpétuelle par un individu de choses qu’il ne peut mettre en valeur lui-même, on change les membres d’une société en autant d’ennemis, ceux qui possèdent cherchant à conserver, à étendre ce qu’ils appellent leur propriété, ne laissant pas même aux autres la faculté de s’employer à créer en dehors d’eux de nouvelles valeurs sociales.

                             

                            Ce n’est généralement pas ainsi que les travailleurs envisagent les choses ; l’ennemi pour eux, c’est celui qu’on voit près de soi, prêt à obtenir ce que l’on s’est vu refuser : la place, l’emploi, le salaire de famine, la servitude quelconque pour laquelle il a paru plus apte ou plus docile. Celui-là, selon le cas, c’est l’ouvrier non syndiqué ou l’étranger, ou le juif, ou n’importe qui : un misérable sur lequel d’autres misérables se ruent.

                             

                            Le moment n’est pas encore venu où l’on renoncera au pacte stupide en vertu de duquel le tailleur peut finir en haillons après avoir passé sa vie à coudre des vêtements, et le maçon mourir faute de gîte après avoir cimenté tant de pierres pour les maisons des autres."

                             

                             (..)

                              

                            "Avec l’organisation actuelle de la société, la machine ne pouvait être construite que par le riche. Une fois construite, elle fut donc la propriété du riche et la docile servante de l’homme devint (..) la concurrente et rivale de l’ouvrier qui n’a pu trouver grâce qu’en devenant l’esclave de cette machine au moyen de laquelle il aurait pu s’assurer repos et liberté."

                             

                             (..) 

                              

                            "Celui qui a sacrifié une part de son bien pour posséder un outillage mécanique attend qu’il lui rapporte avec intérêt ce qu’il lui a coûté. Il ne peut pas continuer à payer des ouvriers dont le secours ne lui est plus nécessaire. Cependant, les hommes devenus inutiles pour lui, comment mangeront-ils, puisque dans nos sociétés, le travailleur est mis au rang d’animal domestique, vivant par la grâce et selon le caprice de ses maîtres ?"

                             

                             (..)."Une concurrence d’un autre genre menace l’ouvrier. L’installation des machines rendant le travail moins difficile a permis de remplacer, en bien des industries, les hommes par des femmes et même par des enfants. Ceux-ci obtenant un moindre salaire, l’employeur a tout intérêt à les embaucher de préférence, chaque fois que la nature le permet. Or si l’on y pense, on voit que les ouvriers pour suppléer à leur salaire, insuffisants à les faire vivre, eux et leurs familles, dans des conditions convenables, sont poussés à demander un supplément de gain au travail de leur femme ou de leurs enfants."

                             ------------------------------

                            En 2012, nous pourrions ajouter qu’avec la globalisation du monde, on a su trouver encore moins cher ailleurs aujourd’hui... Maintenir la pression permet de remplir le portefeuille.

                            Et si les machines permettent moins d’ouvriers, les logiciels permettent moins d’encadrants. La rationalisation du travail qui permet de décomposer chaque tâche y compris intellectuelle mettra presque tout le monde au chômage. 

                            Le but étant de conserver un équilibre difficile : juste la tête hors de l’eau (grâce aux prêts entre autres mais aussi diverses promesses) pour mieux... nous l’enfoncer et hop une bouffée d’air puis on recommence....

                            Le pire est que nous voulons survivre... SEULEMENT nous acheter le dernier IPHONE ! La transformation de l’humain semble achevée ? Non, beaucoup résistent... Cela donnera peut être ceci dans le futur :

                            http://www.youtube.com/watch?v=iQ-6G-mKPJ4


                             un film dont la poésie subversive a en a gêné tant qu’il a fait un flop officiellement. Officieusement, il a été traduit avec enthousiasme dans bien des pays, c’est dire s’il fait résonnance ! 


                          • Jean-Louis CHARPAL 28 novembre 2012 17:42

                            Mais qu’est ce que fiche Larrouturou au PS ?

                            Qu’est-il allé faire dans cette galère ?

                            Je trouve vraiment dingue que tant de gens de gauche y perdent leur temps et s’agitent en pure perte, comme des écureuils dans leur cage qui font tourner la roue.

                            Pourquoi ne pas rejoindre le Front de Gauche ?

                            Qu’ils lisent son programme et le contre budget du Parti de Gauche, ils verront que c’est la seule formation politique qui propose une véritable relance économique.

                            L’austérité, pratiquée dans toutes les démocraties, ne peut déboucher que sur la récession et le chômage de masse.

                            Ce chômage de masse est un des piliers de l’ultra libéralisme. Il permet d’avoir les salaires les moins élévés possibles, pour que les actionnaires et les rentiers parasites en tout genre, empochent un maximum de profits.

                            Or les sociaux libéraux du PS adhèrent sans réserve au dogme ultra libéral et à la vague de récession européenne qui va s’abattre sur tout le continent.

                            Il faut être vraiment naïf, pour ne pas dire plus, après avoir adhéré à un parti de gauche en paroles, mais de droite en actes, de s’étonner ensuite que le chômage augmente !

                            Qu’espérais tu d’autre camarade ?


                            • Yohan Yohan 28 novembre 2012 17:44

                              Probable que le PS remplit sa bourse. De quoi vit Larroutourou sinon de ses conférences pour neuneus ?


                            • Captain Marlo Pilou Camomille 28 novembre 2012 17:42

                              Les politiques menées en Europe suivent la feuille de route du FMI. Celle pour la France a été publiée fin Octobre :

                              « International Monetary Fund France Conclusions de la Mission de la Consultation 2012 au Titre de l’ Article IV du FMI.

                              C’est un copié/coller des feuilles de route pour la Grèce, le Portugal etc :
                              * Réduction des dépenses publiques
                              * Fin du CDI
                              * Augmentation de l’ âge du départ à la retraite
                              * Limiter le coût du travail
                              * Fiscalité favorable aux entreprises.
                              * Revoir les allocations chômage à la baisse
                              * Revoir les conditions d’embauche et de licenciements etc

                              Mr Laroutourou est bien naïf de croire que le Gouvernement est là pour défendre l’intérêt général. Les décisions ne se prennent plus à Paris, c’est la Troïka qui décide. Hollande est juste là pour les appliquer. Cela s’appelle une dictature.
                               
                              Tout diminuer pour donner aux banques, nous ruiner pour rembourser la dette illégitime et faire prospérer les multinationales.

                              A cela s’ajoute dans l’ UE les causes monétaires :
                              * Une monnaie commune appliquée à des pays qui ont des compétitivités différentes aboutit toujours à une crise.
                              * l’euro ne peut être dévalué.

                              Il faudrait sortir de l’ UE et de l’ euro. Un pays indépendant peut faire comme l’ Argentine, envoyer promener ses créanciers. Ficelés dans les Traités et dans l’euro, nous ne pouvons qu’assister impuissants à la descente aux enfers.

                              Que nous proposent la quasi totalité des Partis ? 36 moutures »d’une autre Europe« , plus »démocratique« , plus »sociale« , plus » des peuples". Des attrape-couillons qui font durer l’UE , l’euro et la domination de la finance.


                              • Le printemps arrive Le printemps arrive 28 novembre 2012 20:06

                                Je me demande à quel point Mr Larrouturou n’est pas là pour agiter le chiffon rouge afin de faire croire qu’il y a encore une gauche au PS.
                                Le fait-il consciemment ou pas ? il doit bien connaître les programmes alternatifs à gauche, Pourquoi refaire le travail que d’autres ont déjà fait (je pense aux réflexions et idées du FDG) ?

                                Le PS lui fait croire à un strapontin afin de mieux le museler le moment venu ?

                                Son égo a sûrement besoin de ce moment dans les lumières médiatiques et cela arrange le PS et lui-même ?
                                Il peut aussi être sincèrement conscient d’une ouverture possible pour les idées de gauche au PS, mais il ne doit pas être conscient des enjeux financiers qui le menetteront dès qu’il deviendra dangereux électoralement.

                                Il vaut mieux maîtriser le feu, plutôt que de le laisser libre d’enflammer la plaine !


                              • Romain Desbois 28 novembre 2012 20:27

                                il me semblait qu’il était passé à EELV ?

                                et franchement, je le connais un peu (il ya une dizaine d’années) et ce gars est tout sauf égocentrique. D’ailleurs vous ne pouvez pas dire qu’on le voit souvent dans les médias.


                              • Romain Desbois 28 novembre 2012 20:28

                                oui je sais l’article dit qu’il a repris sa carte au PS. Mais ca me surprend.


                              • Croa Croa 28 novembre 2012 22:23

                                Oui, il faudrait peut-être sortir de l’UE (union Européenne).

                                Dans l’attente sachant que la France est contributrice nette au budget européen (nous ne récupérons pas entièrement ce que nous versons malgré la politique agricole commune) je pense que nous pourrions nous affranchir de ces règles sans que les autres osent nous virer... Au moins devrait-on essayer ! 


                              • boubi boubi 28 novembre 2012 18:00

                                C’est une désastre car la France est en train de plonger , je le constate dans ma ville tous les mois des entreprises mettent la clefs sous la porte..


                                • Le péripate Le péripate 28 novembre 2012 19:12

                                  Alors donc un « économiste » socialiste et politicien (commence à faire lourd) prédit que le chômage va augmenter et prédit donc la catastrophe si on n’écoute pas ce génie en quête de solutions innovantes......


                                  Comment dire la bouffée d’hilarité qui m’envahit...



                                  • Le printemps arrive Le printemps arrive 28 novembre 2012 20:14

                                    Et Hollande a dû vous éclater lors de sa dernière conférence de presse en baissant les yeux avec un air larmoyant et dire « il va y avoir beaucoup de chômage et beaucoup de personnes vont souffrir... »
                                    Il est clair que ces socialistes ont autant de larmes à l’œil devant la caméra que de vaseline bien placée pour la mettre bien profond au peuple qu’ils disent représenter.


                                  • Captain Marlo Pilou Camomille 28 novembre 2012 19:14

                                    @ Eurasie,

                                    Je ne crois pas que ce soit les immigrés qui rédigent la feuille de route du FMI que Hollande est chargé d’appliquer.... .

                                    Vous soutenez avec vos propos « le choc des civilisations » que les néolibéraux ont inventé pour mettre la main sur les ressources pétrolières et gazières.

                                    Et d’où vient le FMI ? Des mêmes néo libéraux qui vont nous ruiner en nous faisant rembourser une dette illégitime. Ils sont ravis de votre soutien actif et vous disent merci.


                                    • Romain Desbois 28 novembre 2012 20:37

                                      Le retour à la retraite à 60 ans avec 37ans et demi de cotisations voire 55 pour les métiers difficiles, les 32 heures voire les 28 heures, le smic 2000 euros bruts et... ya plus de problème !!!!

                                      Car il faut donner à ceux qui vont dépenser, les pauvres !!!!!

                                      L’économie a besoin que l’argent circule, c’est ainsi que les emplois reprendront.


                                      • Peretz1 Peretz1 28 novembre 2012 20:46

                                        Larrotourou est un théoricien de la calculette. Comme beaucoup d’économistes il ne sait pas comment fonctionne une entreprise. En particulier les PME et PMI. Je rappelle que ce sont celles-ci qui ont la majorité d’employés dans le pays. Allez dire à un boulanger qu’il devra engager un employé en plus pour pétrir sa pâte car il ne trouvera pas facilement un 10 e d’employé. La réduction du temps de travail n’est possible de façon globale et naturelle qu’en période de forte croissance donc d’investissements, ce qui permettrait d’envisager un avenir prometteur. Le contraire de ce qui se passe actuellement.


                                        • Romain Desbois 30 novembre 2012 19:49

                                          Je suis sur qu’à l’époque de l’abolition de l’esclavage, des gens ont tenu le même discours.


                                        • tf1Goupie 28 novembre 2012 21:04

                                          « Oser, plus loin, plus vite » ... telle était la devise de Mao qui a conduit à partager la misère


                                          • jacques lemiere 28 novembre 2012 21:09

                                            laroutourou se gourre, le problème du chômage est secondaire, le problème c’est l’appauvrissement et la moindre production de richesse.. il veut partager la pauvreté. Kes reductions du temps de travail sont naturelles après une période d’augmentation de productivité.


                                            • Romain Desbois 29 novembre 2012 00:30

                                              bah non c’est même le chômage la clé , c’est fondamental.

                                              Ce n’est pas les « couts » du travail qui pèse sur le chômage, c’est le chômage qui pèse sur le « cout » du travail.

                                              Réduisez radicalement le nombre de chômeurs et l’on peut réduire les cotisations chômage et le cercle vertueux se met en marche.


                                            • henri_jac 29 novembre 2012 00:44

                                              Bonsoir !


                                              1 - La crise ne devrait pas exister.
                                              Le PIB/hab est cinq fois plus élevé qu’en 1950. Dit autrement : on devrait être chacun cinq fois plus riche qu’en 1950. 
                                              Il est du coup absolument insupportable de voir des laissés pour compte sans ressources et sans logis dans la rue. Il est anormal que l’effort pour se loger soit deux fois plus lourd aujourd’hui qu’en 2000. 
                                              Indignation, disaient-ils. Il y a de quoi.

                                              2 - Le chômage ne découle pas de la crise. 
                                              La main d’oeuvre nécessaire pour la production est cinq fois moindre qu’en 1960 (applicable à la production automobile, j’extrapole pour l’ensemble). Il faut se faire une raison : l’effort à fournir pour créer les biens dont nous avons besoins est de moins en moins élevé. À rapprocher de la mécanisation de l’agriculture au début du siècle dernier.

                                              3 - La reprise économique ne crée pas d’emploi.
                                              C’est du moins ce que nous enseigne l’expérience. Il n’y a aucune corrélation entre augmentation du PIB et taux de chômage. Ceci conforte le point 2. 

                                              4 - Interprétation (certainement une parmi d’autres !)
                                              La très forte augmentation de la productivité ces dernières décennies n’a profité qu’à la rentabilité financière des entreprises. (Exemple : si on appliquait les ratios de répartition capital/salaire de 1960, ce serait 6 % de plus qui retourneraient aux caisses. Les caisses de retraites et d’assurance maladie seraient bénéficiaires.)
                                              Il me semble absurde d’éliminer du circuit économique par le chômage une large part de la population. Ce n’est probablement pas l’unique source de la crise. Mais je reste persuadé que résoudre ce point allègerait sensiblement le problème. Une solution est peut-être dans la réduction « civilisée » (ie autrement que par le chômage ou le temps partiel) du temps de travail. En tout cas il faut s’y pencher. Ce qui fait partie des solutions proposées par M. Larrouturou.

                                              Le retour de M. Larrouturou au sein du parti en charge de l’exécutif me redonne de l’optimisme. Ne ce serait-ce que pour remettre en cause des idées reçues telles que notre productivité est en berne (et pourquoi notre pays est-il choisi par des multinationales pour s’implanter ?), la reprise économique pour résorber le chômage ou la retraite à 67 ans alors qu’il est illusoire de retrouver un travail après cinquante ans ! 

                                              Henri Jac

                                              • Cocasse Cocasse 29 novembre 2012 09:39

                                                Pendant ce temps +23% au budget de l’immigration, et ça régularise à tour de bras.

                                                5 millions de chômeurs, plus de logements.
                                                Alors pourquoi ???

                                                • ecolittoral ecolittoral 29 novembre 2012 11:18

                                                  Pour Cocasse.

                                                  Echangons nos immigrés contre nos expatriés et la France plonge d’un cran.
                                                  Si votre France se débarrasse des immigrés, les pays concernés feront la même chose !

                                                  Qui est responsable ? L’immigré qui gagne 1000 euros par mois ou « la banque » qui récupère 4 milliards offerts par l’état ou l’Europe ? 
                                                  On pompe les contribuables pour sauver les banques et encourager l’utilisation de la main d’oeuvre bon marché.
                                                  Une machine, robot, automate industriel, camion, avion...produit ; tant que l’énergie qu’elle utilise est abordable. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. 
                                                  A chacun de visiter les sites pour étudier l’historique et le devenir de ces énergies.
                                                  Ce problème concerne le monde entier. Y compris l’atelier planétaire qu’on appelle l’Asie.

                                                  En parallèle, « la monnaie », inventée pour favoriser les échange entre les hommes est une monnaie de papier sans étalon et, comble de la bêtise humaine, 95% de cette monnaie est « du papier virtuel ».
                                                  Les monnaies sont sur le point de s’effondrer et, pour parler de l’article, bientôt, nous serons obligés de travailler, tous, par faute d’énergies « mécaniques ».
                                                  Le transport et les déplacements sont déjà hors de prix pour beaucoup, les productions mécaniques et informatiques se réduisent et coûtent de plus en plus cher.

                                                  Cette société mécanisée à outrance porte un nom : La société thermo industrielle.
                                                  Elle est en train de prendre fin.

                                                  La monnaie, les énergies ET les matières premières sont les trois problèmes clé du monde d’aujourd’hui...Tout le reste, chômage, commerce, emploi, gestion politique etc sont directement en rapport avec ces ressources.
                                                  La première est entre les mains d’irresponsables. Les deux autres s’épuisent et coûtent de plus en plus cher.

                                                  Il faut oublier 2017, 2020, 2050, « sauver la planète », « générations futures » et toutes ces bêtises. Les problèmes, les dangers(?), c’est aujourd’hui...pour nous et nos gamins(qui vivent aussi aujourd’hui).

                                                  • Cocasse Cocasse 29 novembre 2012 12:08

                                                    Merci de votre point de vue que je trouve très intéressant.
                                                    Pour couronner le tout, les agriculteurs lancent une alerte sur l’état de fertilité des sols, après des années d’exploitation sous multi-pesticides.


                                                  • Loatse Loatse 29 novembre 2012 13:30

                                                    Bonjour

                                                    Les chiffres cela reste abstrait.. c’est sur le terrain que l’on s’aperçoit de ce qu’ils impliquent... il suffit juste de laisser trainer ses oreilles..d’ouvrir les yeux pour constater que ce que vivent les salariés au quotidien c’est la répercution des mesures d’austérité, de productivité à tout prix jusque dans leurs taches...

                                                    Paradoxalement, les chiffres du chomage augmentent alors que dans un nombre sans cesse croissant d’entreprise, on n’embauche pas (ou plus), on ne remplace pas les salariés malades ou en congé, on automatise de plus en plus (les caisses rapides des supermarchés par exemple)..

                                                    Il est donc devenu courant dans le monde du travail, d’effectuer le travail de plusieurs salariés (pour un salaire identique) pour un même poste... la charge de travail augmente dans pratiquement tous les secteurs, le rythme de travail soutenu obligeant même certains intérimaires (dans le secteur de la manutention) à courir (au sens propre) toute la journée pour faire leur quota de palettes...

                                                    Dans la fonction publique guère mieux, les dossiers en attente s’empilent, les jours d’accueil au public se réduisent comme peau de chagrin, les délais pour obtenir l’allocation logement ou le remboursement de soins s’allongent...

                                                    Hier soir dans mon supermarché, heure de pointe...3 caissières ! ( les manquantes : 2 en arrêt maladie, 1 en congé) ce à quoi il faut rajouter 4 caisses automatiques... En l’espace de 10 ans, 3/4 de personnel en moins.. et de l’aveu de celle qui me scanne mes produits, les fidèles au poste épuisées.. (on n’en peut plus m’avoue t’elle)

                                                    On se croirait revenu au début du siècle, tandis que les acquis sociaux reculent, les conditions de travail des salariés se dégradent à une vitesse effrayante...

                                                    et beaucoup se taisent, serrent les dents, acceptent ces conditions de travail d’un autre siècle par peur de perdre leur place... le plus paradoxal, c’est que les entreprises se retrouvent victimes de leur propre politique puisque moins d’embauche, c’est aussi plus de chomeurs et donc une baisse de la consommation in fine...

                                                    Notre société marche sur la tête !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès