• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > De l’inégalité des impôts directs

De l’inégalité des impôts directs

Il y a en France, plus de deux cents impôts et taxes s’adressant aux entreprises et aux particuliers, y compris une taxe sur les salaires et un impôt sur une taxe sociale (la CSG que nous payons est elle-même imposée comme un revenu). L’état a inventé et continue d’inventer toute sorte de taxe sur tout et n’importe quoi. L’administration et les collectivités locales se gavent et gaspillent l’argent du contribuable.

Parmi ces prélèvements pléthoriques, les impôts directs, essentiellement fonction du revenu, frappent les particuliers et les entreprises.

Pour les particuliers, les impôts directs se concrétisent par l’impôt sur le revenu (Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques) et les impôts locaux (taxe d’habitation et taxe foncière).

Au cours des dernières décennies, en particulier depuis Mitterrand (1981), l’état s’est peu à peu désengagé de certaines charges, qu’il a confiées aux collectivités locales. C’est ainsi que les impôts locaux sont devenus de plus en plu lourds alors que dans le même temps, l’impôt sur le revenu n’a guère baissé.

Parallèlement, les collectivités locales se sont organisées pour gérer leurs nouvelles charges. Des fonctionnaires ont été recrutés, les postes et les tâches se sont multipliés et démultipliés au niveau des communes, des départements et des régions générant des doublons aussi coûteux qu’inutiles.

Aujourd’hui, dans certaines communes, cette gestion irresponsable fait que les contribuables paient autant d’impôts locaux que d’impôt sur le revenu.

En octobre 2009, le magazine « Capital » publiait sur Internet une enquête sur la pression fiscale dans 451 villes de France  : Contrairement à Bercy, qui publie l'impôt moyen par habitant, ce mensuel avait calculé la charge qui pèse sur les seuls contribuables ne bénéficiant pas d'exonération pour revenus modestes. On y relevait que Paris faisait parti des villes les moins imposées (442ème rang) mais aussi d’autre villes de la région parisienne comme Montrouge (446ème rang), Courbevoie (448ème rang) et d’autre villes plus ou moins importantes comme Annecy (421ème rang), Roubaix (439ème rang), Nanterre (441ème rang). Parmi les plus imposées, Nogent-sur-Marne (25ème rang), Viry-Châtillon (29ème rang) ou Nîmes (23ème rang).

A la lecture de ces résultats, on ne trouve pas de lien cohérent entre la pression fiscale et l’importance de la ville ou son niveau de prestations ni même le nombre de sociétés qui y sont implantées. C’est dire si le profil des élus est important dans la gestion des villes et des régions. A ce titre, un exemple frappant est celui de la ville d’Yerres dans l’Essonne. En effet, Yerres est au premier rang de ce classement sans pour autant présenter des caractéristiques justifiant cette sinistre palme. Si certains se souviennent de l’affaire du « Triton », centre aquatique détruit peu de temps après son ouverture, occasionnant ainsi une dette considérable à la ville ; en 2009 la dette était payée, grâce à l’augmentation massive des impôts à partir de 1985, date de l’élection de Nicolas Dupont-Aignan. Cependant, Monsieur Dupont-Aignan, député-maire d’Yerres, président de « Debout la République », n’a pas réduit les impôts. Fort de son expérience d’éradication des dettes par une imposition massive, Monsieur Dupont-Aignan se présente à la présidentielle de 2012. Il est à craindre que s’il est élu, sont mouvement « Debout la République » mette à genou la France.

L’impôt sur le revenu, calculé au niveau national et indépendamment du lieu de résidence, n’est pas plus cohérent. Outre les divers avantages et niches fiscales, qui évoluent tous les ans et ne bénéficient qu’à certains, il y a des constantes qui font de l’IRPP un impôt particulièrement inéquitable :

D’abord, cette ségrégation entre couples mariés et couples en union libre. Dans le premier cas, l’administration considère qu’il y a un foyer fiscal alors que dans le deuxième cas, l’administration s’adresse à deux célibataires, avec pour conséquence un impôt globalement plus élevé pour les deux célibataires que pour le couple marié. Si cette distinction est une incitation au mariage, elle se justifiait dans le passé pour des raisons de protection des femmes au foyer. Aujourd’hui, le contexte socio-économique n’est plus du tout le même et cette discrimination n’a plus de raison d’être d’autant que les couples mariés ne sont pas plus stables ni plus financièrement déséquilibrés que les couples non mariés.

La véritable raison inavouée de l’administration est qu’un contrat de mariage sous le régime de la communauté, rend les individus solidaires face aux dettes et en particulier face à l’impôt. A défaut de garantie pour la femme, le mariage devient une garantie pour l’état d’être payé. D’ailleurs, en réponse à la diminution des mariages, à cause notamment des difficultés administratives et financières rencontrées lors des divorces, l’état a inventé le PACS. Là encore, sous prétexte de solidarité entres individus quelque soit le sexe ou le lien de parenté, l’état, une fois de plus, se constitue des garanties. Le véritable intérêt du PACS revient, en fait, à l’état.

Ensuite, la différence de revenu réel et d’imposition qui existe entre les salariés de grandes entreprises et ceux des petites entreprises. A salaire égal, les salariés de grandes entreprises ont beaucoup plus d’avantages que ceux des petites entreprises. Les comités d’entreprise (CE) comme ceux d’Air France, d’EDF-GDF, de la SNCF, de Microsoft, de Lafarge, etc. font bénéficier les salariés d’économies substantielles sur bien des services et des marchandises, quand ils n’ont pas en plus des avantages en nature. Tous ces privilèges ne sont pas imposés, de sorte que les salariés qui en profitent ont un revenu disponible après impôt, plus important que les salariés de petites entreprises, lesquels, parfois même, n’ont même pas une subvention pour leur repas.

De même, le coût de la vie n’est pas comparable d’une ville à l’autre. Par exemple, en dépit de la différence de salaire à poste équivalent, il revient moins cher de vivre à Saint-Etienne qu’à Paris ou à Charleville-Mézières qu’à Ajaccio. Pourtant l’impôt sur le revenu est calculé de la même façon partout en France.

L’administration fiscale ne tient pas compte de toutes ces différences et s’il nous arrive de demander un dégrèvement, elle nous écrira cette phrase inepte selon laquelle les contribuables sont tous égaux devant l’impôt.

Les impôts directs sont fondamentalement inéquitables et ceux qui en décident sont, de par leur fonction, des privilégiés pour lesquels l’équité est une notion complètement abstraite à l’échelle de la France moyenne.

Les députés et sénateurs ont tellement d’avantages et d’exonérations fiscales qu’ils se moquent absolument des impacts, sur la population, des mesures plus ou moins réfléchies qu’ils adoptent en matière de fiscalité directe.


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 27 décembre 2011 10:31

    Bonjour F-H-R

    Nous sommes loin en effet du principe d’égalité devant l’impôt : à côté de l’impôt sur le revenu qui est une veritable passoire pour ceux qui en ont les moyens (les niches fiscales), l’impôt local, je pense en particulier à la taxe d’habitation, basée sur une valeur locative supposée, pénalise les habitants de HLM des villes, alors que les zones pavillonnaires périphériques sont moins taxées.

    Plus que la décentralisation, c’est surtout l’émiettement des collectivités locales qui génére les dérives fiscales : il est évident que les mêmes compétences gérées à un niveau supra communal élargi, ou par la Région au lieu du Département, coûteraient moins cher.

    Pour l’instant, ce sont les entreprises prestataires qui profitent du système en place et les élus continuent d’entretenir ainsi des réseaux locaux qui leur servent lors des élections.


    • T.REX T.REX 27 décembre 2011 18:49

      à l’auteur,

      Je ne crois pas que votre théorie sur les couples mariés et ceux en union libre soit exacte. Les différences d’imposition sont négligeables. C’est une idée fausse qui a la vie dure.

      Pour ce qui est des niches fiscales, le gouvernement s’en occupe mais effectivement il faudrait remettre les choses à plat. Il y a trop de particuliers aisés qui paient peu ou pas d’impôts en investissant dans l’immobilier locatif. Il y a surtout trop d’Entreprises qui font des bénéfices sans payer d’impôt, notamment celles du CAC 40, les plus importantes.

      Je considère que la décentralisation est une connerie ruineuse et que ce sont les impôts locaux les plus injustes et qui nécessitent une bonne réforme.

      Mais économie et désendettement obligent, le prochain gouvernement va devoir se pencher sérieusement sur la question.


    • devphil30 devphil30 27 décembre 2011 10:44

      Comment pouvez vous écrire que l’impôt direct est inéquitable ???


      Si je gagne 100 et vous 200 quand je fais mes courses avec une TVA à 7 % ( au 1 janvier 2012 ) sur certains produits cela sera sans conséquence pour vous mais pas pour moi car cette TVA vous coûtera proportionnellement à votre salaire la moitié ( 3,5 % ) 

      Comment pouvez-vous dire que Mr Dupont Aignan si il arrivait à la présidence augmenterait les impôts face à son mandat à Yerres ???
      Bien sûr que tout candidat arrivant augmentera les impôts mais si Mr Dupont Aignan à augmenté les impôts dans sa ville c’est pour résorber une gestion calamiteuse et il serait souhaitable de « jeter » le discrédit sur le maire précédent et non sur celui qui à corriger le problème.
      Que les impôts restent élevées dans cette ville nécessite de consulter les comptes pour disposer d’une explication , ce que vous ne fournissez pas.

      Je suis d’accord avec le fait que globalement la gestion des recettes publiques est gaspillée , la cour des comptes ne peux être partout mais plus de contrôle serait un gage d’économie

      Philippe
       



      • Michel DROUET Michel DROUET 27 décembre 2011 13:50

        Une précision : la TVA est un impôt indirect


      • devphil30 devphil30 27 décembre 2011 14:10

        Merci pour cette précision importante , j’avais effectivement une vague idée que la TVA était un impôt indirect à la différence de l’IRPP qui lui constitue le seul impôt direct basé sur les revenus mais dont la finalité de justice devant l’impôt a été largement édulcoré au fils des ans sur le prétexte électoral de ne pas augmenté les impôts 


        Philippe 

      • F-H-R F-H-R 27 décembre 2011 16:33

        Tout d’abord, chacun sait depuis longtemps, que la TVA est, par essence, un impôt inéquitable puisqu’elle ne se base pas sur le revenu des consommateurs. L’article aborde la question de l’impôt direct (IRPP + impôts locaux), lequel ne reflète pas non plus le revenu du contribuable : Les impôts directs ne sont relatifs qu’en partie au revenu et il y a bien d’autres critères qui entrent dans leur calcul. Par ailleurs, il est effectivement exact, à mon sens, que l’impôt a perdu sa vocation première qui était de faire participer chaque citoyen aux dépenses d’intérêts générales, en fonction des ses revenus.

        Je suis loin d’être contre l’impôt. Je souhaiterais qu’il soit véritablement calculé de façon équitable au niveau national sans critères ou aménagements discriminatoire et je fustige ceux qui, par incompétence ou irresponsabilité, le gaspillent et en réclament toujours plus.


      • T.REX T.REX 27 décembre 2011 18:29

        Si je vous comprends bien, pas plus les impôts directs qu’indirects ne sont justes !?
        Nous sommes donc obligés de tomber d’accord avec vous : Tous les Impôts sont injustes et inéquitables, mais ne quittons pas la table et buvons un pot à 2012 !

        A mort les Impôts pour 2012 !!

        Mais par quoi va t-on les remplacer ??


      • wesson wesson 27 décembre 2011 12:32

        bonjour l’auteur,
        sur votre description

        « [...] je n’adhère à aucun parti politique[...] »

        donc, droite libérale !

        Et de quoi t’est-ce qu’on cause dans l’article .... de « l’injustice » de l’impôt direct.

        Bingo !


        • tiloo87 tiloo87 27 décembre 2011 13:13

          D’accord avec wesson sur votre description :
          si « humaniste avant tout » provoque chez moi un début d’érection, le « je n’adhère à aucun parti politique » laisse malheureusement peu de place au doute : c’est la droite honteuse, ou le conservatisme paternaliste mou dans le meilleur des cas.

          Les dysfonctionnements de l’impôt direct sont un moindre mal et bien anecdotiques par rapport aux injustices criantes des impôts indirects ou de la totale dérégulation (qui semble avoir vos faveurs...)

          Les impôts ne « frappent » personne. Ils sont (ou devraient être ) la facture des infrastructures et services dont nous bénéficions tous, répartie entre tous, aux proratas des revenus. Non ?


          • F-H-R F-H-R 27 décembre 2011 16:53

            Aujourd’hui, les impôts ne sont pas « collectés » mais « frappent » le contribuable. Ils n’ont plus aucun sens face au marasme de notre économie. Au lieu de servir justement à construire la France matériellement et socialement, ils sont gaspillés. Cela n’est pas une question de libéralisme ou de communisme (on n’en est plus là), il s’agit de la gestion des finances de l’état au regard de la dette et de la pauvreté qui se développe précisément à cause des dérives de nos gouvernements.


          • spartacus spartacus 27 décembre 2011 14:17

            De toutes façon les impôts indirects ne sont pas plus justes.

            Péages en ligne droite en pleine campagne plus cher qu’a la montagne.
            Région sans (bretagne sans péages).



            • SaburoSakai 27 décembre 2011 15:02

              Je suis assez d’accord avec cet article, les impôts en France sont non-seulement d’une complexité déconcertantes mais surtout d’un archaïsme hallucinant.

              Il suffit de simplement regarder l’impôt sur le revenu, sa collecte comme son traitement pour découvrir la médiocrité MADE IN FRANCE : le moindre centime doit-être déclaré alors qu’une grosse partie de la population touche à peine 1500€ !!
              Je ne suis plus résident français, habitant désormais dans un pays limitrophe depuis plusieurs années, je me considère réfugié fiscal !! Impôt prélevé à la source, déclaration non obligatoire (sauf si plus de 100000€ de revenu, ce n’est pas mon cas :), déduction populaire (crédit, assurance...) de certaines dépenses...pas de niches fiscales pour les plus aisées, tout le monde y profite ! bref ici on paye un impôt pour un VRAI service public qui travaille pour les citoyens.
              Sans compter pas de taxe d’habitation, pas de CSG, CRDS, CRSGE, CCREFSFD, toutes ces taxes débiles que plus personne ne maitrisent ni ne comprends.
              La solution en France c’est la régionalisation, la suppression de l’echelon ETAT, qui soit-disant gère tout mais ne gère rien, la suppression des départements, la création de VRAI région puissante, bref le modèle Allemand. L’état français a prouvé son incompétence dans la gestion du pays.
              Et tout le monde s’étonne que l’économie française va mal ??? Il y a une vrai paupérisation de la France, c’est très grave. RSA, CMU...
              Il faut une bombe pour faire changer les mentailités...en tout cas je ne suis pas prêt de revenir en France car je pense que tout va empirer...


              • T.REX T.REX 27 décembre 2011 19:15

                à Sa caille sous le Bureau !

                Si prélèvement à la source on ne voit pas pourquoi vous devriez déclarer vos revenus ?

                Ou alors vos AUTRES revenus !! Dans le prélèvement à la source aussi le moindre euro est pris en compte (on arrondi à l’euro tout de même.)

                Supprimer l’État ?? C’est vraiment du grand n’importe quoi ! Ce sont plutôt les Régions qui nous pompent le fric restant !

                Le RSA et la CMU coûtent cher mais on ne va tout de même pas les laisser crever ou envoyer tous nos pauvres en Allemagne !!

                Et de quel vrai service public bénéficiez vous exactement qui serait moins cher et meilleur qu’en France ? Cela m’intéresse.

                Seriez vous terroriste pour parler de bombe à changer les mentalités ?


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 décembre 2011 15:46

                De la même manière qu’il est facile de claironner l’antiparlementarisme, l’auteur claironne contre l’impôt (indirect certes).
                L’impôt est une invention des révolutionnaires de 1789.... pour créer plus de justesse sociale.
                Payer ses impôts est un acte citoyen, c’est un achat de biens collectifs : l’école, la santé, la police, la justice, les pompiers etc...
                Oui l’auteur appartient bien à la droite libérale qui préconise moins d’impôts pour laisser plus de liberté aux plus riches et au plus puissants.

                Par ailleurs l’impôt peut être plus ou moins juste, il peut s’ajuster politiquement. C’est au citoyen de s’enquérir des positions des uns et des autres pour se faire une idée sur la manière dont l’impôt sera acquitté.

                http://jmpelletier52.over-blog.com/


                • spartacus spartacus 27 décembre 2011 16:31

                  Le problème c’est qu’il est principalement utilisé a avantager ses obligés

                  Un détournement de masse par ceux qui sont sensé servir.
                  Un lobby de la fonction publique qui détruit tout pour n’acquérir que des avantages pour sa corporation au déni du collectif censé défendre.
                  L’impôt est devenu injuste inégalitaire, corporatiste avec la mise à l’écart de la société civile des décisions,
                  Régimes spéciaux avantageux, et inéquitables. 
                  Retraite à 50 ans pour nombreux de ses obligés. Cotisation s inférieures pour ses obligés, Bonifications et trimestres gratuits pour ses obligés, sur représentations des salariés protégés dans les systèmes de décision.
                   Subventions aux entreprises publiques. Clientélisme, Méthodes de calcul différencié de ses obligés. défiscalisation d’avantages en nature de ses obligés.
                  Quand au citoyen, il y a bien longtemps qu’a Bercy, on a chassé la société civile.


                • F-H-R F-H-R 27 décembre 2011 17:08

                  A la droite libérale ?! Demander plus d’équité et de cohérence sur le calcul de l’impôt ainsi qu’une meilleure gestion des fonds publics c’est être libéral ?

                  Et vous, appartenez-vous à cette caste de politiciens profiteurs qui réclament toujours plus et trahissent le peuple ?


                • JL JL1 27 décembre 2011 16:16

                  L’impôt est le tribut que la liberté rend à l’égalité, c’est ce qui fonde la république.

                  Celui qui pratique l’évasion fiscale devrait être déchu de sa nationalité.


                  • spartacus spartacus 27 décembre 2011 16:35

                    Celui qui profite d’un avantage social que les autres n’ont pas devraient le partager...

                    Vous la partagerez votre retraite calculée sur le dernier mois de travail avec ceux pour qui c’est calculé sur les 25 meilleures années ?
                     

                  • JL JL1 27 décembre 2011 21:58

                    Les retraites c’est un problème de contrat, qui valent ce que valent les contrats. Contrats collectif, mais contrat tout de même.

                    On ne peut comparer des parties de contrats avec des parties de contrats : il faut tout prendre en compte. Si les uns ont leur retraite calculée de telle ou telle façon, il en est de même de leurs cotisations. Et on ne peut pas faire son choix comme au restaurant : des cotisations comme prévues dans le régime x, et des pensions comme prévues par le régime y !

                    C’est pourquoi je suis désolé, Spartacus, mais votre réflexion est idiote.


                  • titi 27 décembre 2011 23:11

                    @JL1

                    Alors pour que nous puissions apprécier ces différences pourriez vous nous indiquer vos taux de cotisation vieillesse (ou du moins le dernier apparaissant sur votre dernier bulletin)

                    Merci


                  • JL JL1 28 décembre 2011 08:19

                    @ titi,

                    vous montrez là un esprit tatillon et sans ambition, autrement dit médiocre : pour évaluer ces différences, vous pouvez avec un peu de détermination, trouver des sources autrement plus informatives que ne le seraient mes fiches de paie !

                     smiley


                  • spartacus spartacus 28 décembre 2011 08:50

                    N’importe quoi ! 


                    Les cotisations employeur des salariés de l’état, sont prélevées sur les impôts et constituent une charge sur la dette. En aucun cas la part patronale est séparée ou cantonnée en réserve ou séparée du budget de l’état.
                    L’EDF dispose d’une retraite par taxation de 20% de la facture EDF.
                    Les retraites d’état n’ont rien de contractuelles, c’est de la spoliation de la société civile.
                    Vous avez les contrat ont veut les voir.
                    Vous croyez que la retraite des fonctionnaires est cantonnée ?

                    Les impôts sont utilisées prioritairement pour les obligés au mépris et l’indifférence de ses privilégiés.

                    Payer pour ça !



                  • JL JL1 28 décembre 2011 09:21

                    « Les cotisations employeur des salariés de l’état, sont prélevées sur les impôts et constituent une charge sur la dette. » (spartacus)

                    N’importe quoi ! quel mélange, quels amalgames.

                    Pfff ! Que dire à ce genre d’esprit obtus ! Rien, évidemment.


                  • spartacus spartacus 28 décembre 2011 23:40

                    abruti de profiteur


                  • SaburoSakai 27 décembre 2011 16:56

                    Je veux bien être déchu de ma nationalité !! La nationalité Française est devenu une nationalité de singe...bas de gamme...dans un état qui prive de plus en plus la liberté de ces moutons (Hadopi, Evafisc...)


                    • T.REX T.REX 27 décembre 2011 18:40

                      Et bien qui t’en empêche macaque ? Demande la nationalité Allemande !

                      Ah ils ne veulent pas de toi ?? On les comprend ! Tu veux tout avoir sans rien payer !

                      L’impôt direct sur le revenu est le meilleur moyen de compenser un tant soi peu les inégalités aberrantes de salaire entre les citoyens. Entre les smicards et ceux qui touchent 5, 10 , 20 ....fois le Smic et qui sont bien incapables de justifier pourquoi, ils ne travaillent pas 5 fois plus, ni ne produisent ou rapportent à leur Entreprise 5 fois plus. Les journée n’ont que 24 heures.

                        


                    • titi 27 décembre 2011 23:09

                      « L’impôt direct sur le revenu est le meilleur moyen de compenser un tant soi peu les inégalités aberrantes de salaire entre les citoyens. »

                      Sauf que ca c’est de la théorie.
                      A titre de comparaison les partis politiques (principalement UMPS mais aussi verts (8%) et PCF (< 5%)) vont se partager environ 70millions de financement politique...
                      Parallèlement il va manquer 5 millions au restau du coeur pour boucler la saison...

                      « Entre les smicards et ceux qui touchent 5, 10 , 20 ....fois le Smic et qui sont bien incapables de justifier pourquoi, ils ne travaillent pas 5 fois plus, ni ne produisent ou rapportent à leur Entreprise 5 fois plus. Les journée n’ont que 24 heures. »
                      Visiblement vous faites encore parti des gens qui pense que le travail est une affaire d’horaires travaillées. Bah va falloir se réveiller...


                      • JL JL1 28 décembre 2011 09:23

                        titi fait visiblement parti, lui, de ces gens qui pensent que le travail se fait en dormant.

                         smiley


                      • T.REX T.REX 28 décembre 2011 10:41

                        Non justement et c’est dommage titi que l’on ne revienne pas un tant soi peu à des critères objectifs de résultats pour évaluer le mérite et les salaires !


                      • SaburoSakai 28 décembre 2011 13:57

                        Alors là c’est du n’importe quoi !!! Si franchement vous pensez que la fonction de l’impôt sur le revenu est pour ’compenser’ les inégalités de salaires c’est grave, êtes-vous communistes ???

                        L’impôt est la contribution pour le fonctionnement des services publics. Le problème en France c’est que beaucoup ne le paye pas, parce que soit-disant ils ne gagnent pas assez, et ce sont généralement ces personnes qui ’profitent’ le plus des aides sociales. Et pourquoi il ne gagne pas assez ? Regarder le taux de prélèvement patronal de 37,5% en France et vous avez compris !!

                        A force de donner à tout le monde de l’argent qui n’existe pas, RSA, CMU, la France est devenu un refuge de pauvre et d’assisté, et ce nombre va grossir.

                        Un ami m’a dit un jour : la France est un beau pays...sans les Français !

                        La France doit changer de mentalité, on fait du social quand on a de l’argent et aujourd’hui la France et les Français sont sur la paille, alors au boulot, relevez-vous ! Réformez-vous !

                        Et pour T-REX je ne reside pas en Allemagne, mais je suis heureux de voir qu’ils s’en sortent beaucoup mieux que la France !



                      • JL JL1 29 décembre 2011 11:16

                        Saburo sakai,

                        vous savez ce qu’ils vous disent les Français ?

                        Vous êtes un fouteur de merde.


                      • T.REX T.REX 29 décembre 2011 12:45

                        Bien sûr que si l’impôt est un des moyens de réduire les inégalités. C’est d’ailleurs pour ça que vous vous êtes tiré de France, vous ne voulez pas participer à cette juste cause.

                        La progressivité des impôts permet de faire participer davantage les plus gros revenus aux frais de fonctionnement des institutions, aux services publics et à l’aide sociale. Ce qui revient comme vous le dîtes à redistribuer une partie de ces revenus importants aux plus démunis.

                        Vous êtes parti planquer voos sous en Suisse comme tous ces égoïstes surfriqués qui ne veulent pas les cracher. Ils ont des oursins dans le porte monnaie. Une fois qu’ils ont refusé de donner leur cote part à l’état en s’exilant, ils peuvent participer à des fondations et faire de Bonnes Actions généreuses pour l’image marketing et la bonne conscience, cela leur coûte moins cher et c’est moins discret que de payer ses impôts, plus people ! 

                         


                      • F-H-R F-H-R 29 décembre 2011 14:41

                        @T.REX
                        La question de l’utilité de l’impôt est un faux problème. Tout le monde sait qu’il est nécessaire et qu’il existe partout.
                        Le vrai problème est qu’il n’est pas réparti équitablement et surtout qu’il est très mal géré. Ce sont des milliards d’euros qui sont, chaque année, gaspillés lamentablement et beaucoup de gens en souffre.

                        Pendant que vous débattez sur la raison de l’impôt plutôt que sur la rigueur de sa gestion, les ministères dorment sur leurs deux oreilles et les politiciens peuvent tranquillement continuer de nous berner avec leurs programmes de vitrine.


                      • JL JL1 29 décembre 2011 17:37

                        Les impôts comme moyen de paiement des services publics c’est une chose. Une chose que contestent ceux qui veulent réduire les prérogatives de l’État.

                        Ce que fait l’État de nos impôts, ça s’appelle la politique. La politique de la droite c’est de pratiquer une redistribution à l’envers, c’est à dire en faveur des riches au nom de la théorie ridicule et contre productive du ruissellement. Contreproductive, notamment à cause de l’avasion fiscale.

                        Ainsi, la droite enrichit les riches lesquels en retour pratiquent l’évasion fiscale ! Tout ce beau monde devrait être mis en prison.


                      • F-H-R F-H-R 29 décembre 2011 17:52

                        @JL1

                        Pensez-vous que l’évasion fiscale est pratiquée dans d’autres pays et pourquoi ?

                        Quelles sont les pays, selon vous, qui bénéficient de l’évasion fiscale et pourquoi ?


                      • JL JL1 29 décembre 2011 18:26

                        F-H-R,

                        si vos questions ont pour objet d’élargir le débat, pourquoi ne donnez vous pas votre avis sur ce sujet ?


                      • F-H-R F-H-R 29 décembre 2011 20:01

                        @JL1

                        Moi-même, je m’interroge.

                        Je pense que de toute façon nous payons trop d’impôts. Même ceux qui n’ont que le SMIC payent des impôts, ce qui me parait invraisemblable compte tenu du coût de la vie. Alors que dire des RMIstes ? Comment arrivent-ils à survivre ?

                        Le budget considérable de l’état, devrait permettre, à mon avis, de beaucoup mieux faire pour les déshérités. Seulement, je suis convaincu que les personnes au pouvoir, toujours les même ou du moins tous du même bois, ne savent pas ou ne veulent pas mettre le quotidien des Français au cœur de leurs préoccupations. Il est clair qu’ils sont d’une autre sphère.

                        Alors, quand je lis que certain quittent la France pour se mettre à l’abri du fisc ou de la politique française, comme Saburo Sakai, je me dis qu’il y a vraiment un malaise avec nos politiques.

                        Les gens se trompent de cible. On tape sur les patrons, les multinationales, les grandes entreprises alors que le tissus économique est constitué avant tout des PME-PMI et ce sont elles qui produisent et donnent du travail. Dans les années 50, il n’y avait pas de chômage et tout le monde étai contant. On pouvait changer de travail du jour au lendemain et ce n’était pas les seuls « patrons » qui décidaient du niveau de rémunération. Aujourd’hui, à cause de la crise, dont je pense que l’état Français a une grande part de responsabilité, nous avons un chômage considérable, qui ne pourra pas se résorber sans le développement ou la remise à flot des entreprises. Quand il y a production et débouché économique, le chômage se résorbe et les salariés peuvent négocier leur salaire. Il faut pour cela que l’état cesse ses gabegies, qu’il se responsabilise et permettent à l’argent de circuler.

                        Quand aux pays qui bénéficient de l’évasion fiscale, ce sont ceux qui permettent à l’argent de produire. Soit les paradis fiscaux (pour les égoïstes) soit les pays moins riches où le niveau de vie est tel que les entreprises ont moins de charges. C’est le profit avant tout mais qui permet aussi à des gens de travailler et au pays de se développer.

                        Compte-tenu des difficultés, plus ou moins relatives, à produire à l’étranger, je pense que ces entreprises resteraient en France si l’état gérait correctement les finances publiques. Nous avons tous intérêt à ce que les entreprises restent en France et qu’elles génèrent des emplois.

                        L’état doit permettre l’investissement dans le circuit économique (entreprises et particuliers) plutôt que de faire croire qu’il soigne la pauvreté en imposant à tout va et en faisant des cadeaux à ceux qui le manipulent (je pense à la grande finance et à tout ceux qui sponsorisent les politiciens pour leur propres intérêts). La cible c’est la caste politique, pas ceux qui sont le carburant de l’économie (travailleurs et entreprises).


                      • JL JL1 30 décembre 2011 08:55

                        FHR,

                        D’abord, une précision , Vous écrivez : « Quand aux pays qui bénéficient de l’évasion fiscale ... ».

                        Je dis : ce ne sont pas les paradis fiscaux qui profitent de l’évasion fiscale mais les délinquants.

                        vous avez écrit : "Les gens se trompent de cible. On tape sur les patrons, les multinationales, les grandes entreprises alors que le tissus économique est constitué avant tout des PME-PMI ...« 

                        Les gens, dites-vous ? Savez-vous que le taux d’imposition des PME-PMI est trois fois plus élevé que celui des grandes entreprises ? Sans compter les cadeaux qui leur sont fait pour les garder en France !

                        Relisons cette phrase jusqu’au bout : »On tape sur les patrons, les multinationales, les grandes entreprises alors que le tissus économique est constitué avant tout des PME-PMI et ce sont elles qui produisent et donnent du travail.« 

                        Votre pensée n’est pas claire ! Si je comprends bien, vous voudriez qu’on impose davantage les PME-PMI parce qu’elles donnent du travail ? Et qu’on cesse de taper sur les multinationales et leurs grands patrons ? D’une part, on impose déjà trop les PME-PMI et pas assez les multinationales ! là vous enfoncez des portes ouvertes ;

                        d’autre part, la raison que vous invoquez (le travail) est utilisée par vous à l’envers du bon sens ! Le bon sens voudrait qu’on impose moins les entreprises qui donnent du travail et davantage celles qui dégagent de gros profits.

                        Oui, votre langage est approximatif, signe des personnes peu habituées à s’exprimer, ou comme celles qui ont l’habitude de défendre la pensée dominante - ils appellent ça »faire de la pédagogie ", et de parler à des gens qui ne sont pas autorisés à contredire le discours.


                      • JL JL1 30 décembre 2011 13:24

                        FHR,

                        comme l’a fait remarquer un intervenant, vous vous présentez comme un individu ’sans appartenance politique’, comprenez : libéral, puisque les libéraux sont des agnostiques politiques qui ne sont, à les écouter, jamais responsables de ce que le pouvoir politique peut faire, de droite comme de gauche, ici ou là, même et surtout quand le pouvoir politique applique leurs recettes.

                        Puisque les libéraux sont opposés au pouvoir politique et que vous en êtes, vous êtes a fortiori opposé à la République ; j’en conclue que vous usurpez le bonnet phrygien et la cocarde bleu blanc rouge que vous arborez comme avatar. Permettez moi de vous le dire : vous êtes un usurpateur, l’un de ceux qui osent tout.


                      • JL JL1 31 décembre 2011 08:41

                        F-H-R l’usurpateur, retirez ce bonnet phrygien que vous avez volé, puisque vous êtes de toute évidence, un anti républicain : l’État libéral est tout sauf républicain, il en est l’antithèse.


                      • F-H-R F-H-R 3 janvier 2012 16:23

                        @JL1
                        Effectivement, je me suis mal exprimé : Mon message n’est pas clair.
                        Je voulais dire que quand les gens dénoncent les patrons, ils font un amalgame entre les grands patrons et ceux des PME/PMI, qui, ces derniers, sont le véritable tissus économique de la France. C’est sur ce tissus économique qu’il faut compter pour sortir la France du chômage, donc de la crise. Et ce sont bien les politiciens qui ne font pas ce qu’il faut.
                        Quant aux paradis fiscaux, je maintiens : Les pays qui accueillent les fonds privés étrangers sont bien des bénéficiaires. Il va de soi que ceux qui pratiquent l’évasion fiscale sont également bénéficiaires, tel que vous le soulignez.
                        Enfin, je ne crois pas que vous me connaissez suffisamment pour vous autoriser votre dernier jugement sur mon compte.


                      • SaburoSakai 29 décembre 2011 19:26

                        Héhé c’est une excellente question que vous posez là.

                        En fait l’évasion fiscale est sujet à interprétation suivant les pays, généralement à partir du moment ou vos revenus sont prélevés à la source (la majorité des pays modernes...Belgique, Suisse, Luxembourg, UK, Allemagne...sauf la France), on ne parle pas d’évasion fiscale car vos taxes et obligations ont déjà été payées sur vos salaires. De même la majorité de ces pays appliquent l’impot libératoire sur les produits financiers, donc idem pas de déclaration.

                        Par contre dans ces pays on parle plutôt d’optimisation fiscale, c’est-a-dire d’effectuer des montages plus ou moins complexe (généralement avec des pays tiers) pour réduire mathématiquement la charge fiscale. C’est aussi la raison pourquoi l’Angleterre et l’Allemagne (d’autre vont suivre...) ont signés l’accord Suisse RUBIK qui prévoit l’impôt libératoire sur les sommes des non-résidents en Suisse vers ces 2 pays.

                        En France c’est encore le moyen-âge car le système est déclaratif, c’est-à-dire que vous devez TOUT déclarer, salaires, pensions, épargne, y compris les avoirs que vous disposez à l’étranger (revenu mondial) et non soumis à une directive de non double-imposition.

                        Le système Français est un des plus complexe du monde et surtout le plus chiant pour les particuliers et entreprises, car si vous oubliez de déclarer un euro vous serez considéré comme un criminel !

                        La France aime toujours ne pas faire ce qui fonctionne et cultive sa différence de l’incompétence.

                        Combien d’entreprise ont délocalisés leur siège social pour échapper au impôts français en déménageant ailleur en Europe ?
                        Combien de particulier, sans être riche, partent ailleur cherche le ’mieux vivre’ qui n’existe plus en France ?

                        Les ’paradis fiscaux’ sont, contrairement à la France, des pays très stable au niveau politique, juridique et fiscal, et l’argent aime la stabilité.

                        La France devrait prendre exemple...


                        • JL JL1 30 décembre 2011 09:05

                          Saburo Sakai,

                          vous dites : "Les ’paradis fiscaux’ sont, contrairement à la France, des pays très stable au niveau politique, juridique et fiscal, et l’argent aime la stabilité."

                          Vous parlez en ignorant : La France est un pays très stable au niveau institutionnel, politique, juridique et fiscal.

                          Ce n’est pas parce que l’argent aime la stabilité qu’il faut lui obéir.

                          Pour ma part, si je suis d’accord pour une économie de marché - et seulement parce que l’économie dirigée ne marche pas -, je suis farouchement opposé à une société de marché, c’est-à-dire vouée entièrement au culte de l’argent.

                          Aujourd’hui il n’y a plus de guerre des classes dans les pays occidentaux. Et savez-vous pourquoi ? Parce que la finance a pris le pas sur la politique et la guerres des classes s’est transmuée en guerre de l’argent contre le travail. Mais si le travail unit, l’argent divise. Et cette toute puissance de l’argent est mortifère.

                          La première révolution que nous devons accomplir, c’est de reprendre le pouvoir sur la monnaie.


                        • Anonymous Republic Punisher Anonymous Republic Punisher 30 décembre 2011 00:47

                          L’inégalité des impôts directs ??? C’est une blague ? Tout le monde paye les impôts indirects (riches ou pauvres ) et aux même taux, et c’est normal ça ? Même des économistes libéraux vous le diront, publier de telle ânerie ça fait peur... Que font les modérateurs ?


                          • SaburoSakai 30 décembre 2011 13:18

                            C’est le bétisier de l’année : la France est très stable !!!

                            La France est tout sauf stable, regardez par exemple les mesures prisent pour 2012 en terme de finance, tout change, dans tous les domaines, mobilier comme immobilier.
                            A chaque ministre son nom dans un dispositif différent, Scellier, Besson...et autre.
                            La TVA idem, en France c’est d’une complexité hallucinante pour les entreprises, raison pour laquelle les entreprises des nouvelles technologies ont toutes fuient la France (Amazon, Google, Skype, Ebay pour les plus connus...).

                            Comme vous l’avez très bien dit il y a trop d’impôts direct comme indirects.

                            Une entreprise n’est pas là pour subvenir à ’l’état’, mais pour se faire de l’argent ! That’s All.
                            L’emploi découle de cette réussite et du besoin de croissance.

                            Les français sont trop naïfs, ils n’ont toujours pas compris que nous sommes tous dans une GUERRE économique féroce, et que dans cette guerre il faut être compétitif et innovant pour survivre.
                            Malheureusement la France à toujours été très mal placé, avec son idéologie dépassée, et aujourd’hui avec la crise cela se voit encore plus : plus de chômage et plus de pauvre.

                            En France lorsque vous travaillez vous ne savez plus si c’est pour vivre ou faire vivre l’état...

                            Mais le plus gros problème est que pour ma part je ne vois aucune issue...car les Français sont généralement incapable de se réformer...et les mesures 2012 vont encore assécher l’économie déjà très mal en point...


                            • JL JL1 30 décembre 2011 13:34

                              Ce n’est pas la France qui est instable, c’est la girouette qui occupe le sommet du clocher.

                              Vous écrivez : « A chaque ministre son nom dans un dispositif différent, Scellier, Besson »

                              Je vois où sont vos préoccupations : les placements immobiliers ! Vous vous prévalez de votre turpitude : de fait, ces lois Scelleir, Méhaignerie, Besson & Co ont de tous temps et encore aujourd’hui ,été faites par et pour les professionnels de l’immobilier lesquels visent une clientèle de propriétaires fonciers et non pas de propriétaires résidentiels, puisque le premier segment est beaucoup plus lucratif pour la profession !

                              En effet, un propriétaire foncier achète n’importe quoi en terme de qualité de logement, son seul critère étant le profit. Afin d’aider à vendre les merdes construites, les gouvernements se sont appliqués à subventionner les acquéreurs, c’est-à-dire, indirectement la profession. Voilà où passe l’argent du contribuable : vous êtes l’un de ceux qui volent cet argent et dans le même temps, vous venez pleurer ici qu’il y a trop d’impôts !

                              Je laisse le soin aux lecteurs de trouver le dis-qualificatif qui vous convient. A bons entendeurs salut.


                            • JL JL1 30 décembre 2011 13:39

                              Sakai, vous dites : « Une entreprise n’est pas là pour subvenir à ’l’état’, mais pour se faire de l’argent ! »

                              D’une part, en France, ce serait plutôt l’État qui subvient aux entreprises que l’inverse.

                              Par ailleurs, et surtout, les entreprises utilisent les infrastructures économiques et sociales : voudriez vous qu’elles ne paient rien en contrepartie ? Allez donc vous installer dans les pays pauvres, là où l’Etat ne vous demandera rien, où les salaires sont de misère ! Là où les gens ne savent ni lire ni écrire, où il n’y a pas de réseau de transports, de services de santé, etc ... Faites tout vous même. Et foutez nous la paix !


                            • SaburoSakai 30 décembre 2011 16:08

                              Héhé cela fait toujours mal d’entendre la vérité...c’est pourquoi les français sombrent dans la dépression et le pessimisme...


                              • JL JL1 30 décembre 2011 16:22

                                Allons donc ! C’est vous qui devriez sombrer dans la dépression si ça faisait aussi mal d’entendre la vérité : je vous en ai servi plusieurs !

                                 smiley


                              • SaburoSakai 30 décembre 2011 17:20

                                Hahaha j’ai regardé mes comptes en banque, pour ma part tout va plus que bien :) ce qui n’aurait surement pas été le cas si j’étais resté en France...
                                Allez Bonne Année (et attention que votre voiture ne brule le soir du réveillon !)


                                • JL JL1 31 décembre 2011 08:38

                                  hahaha se réjouit le bandit, j’ai regardé mon butin, pour ma part tout va bien, ce qui n’aurait sûrement pas été le cas si les poulagas m’avaient alpagué.

                                  Sakai, si vous vivez et travaillez à l’étranger, si vous n’utilisez pas les infrastructure de la France, il est normal que vous n’y payiez pas d’impôts. C’est le contraire qui serait absurde. Si vous êtes dans ce cas, ne vous mêlez pas je vous prie de ce qui ne vous regarde pas : on parle ici d’évasion fiscale, c’est un délit très précis, passible de sanctions pénales.


                                • Ciriaco Ciriaco 26 juillet 2017 22:52

                                  Plusieurs problèmes avec l’impôt, sûr.


                                  D’abord rien n’est fait pour expliquer à quoi ça sert. Tout comme, pour être honnête, on ne peut pas parler de délinquance sans parler de prévention, on ne peut pas parler des impôts sans parler de redistribution. Concrètement les gens vivent un peu dans les nuages. Sans impôt, si votre femme est malade, vous vendez votre maison et si vous en avez pas vous allez vous faire cuire un œuf pour deux, en attendant la fin.

                                  Deuxième chose, c’est une machine aveugle. C’est vrai pour la localisation géographique dont vous parlez (inégalité, qui, sous l’effet de l’exonération conditionnelle de la taxe d’habitation, prend le chemin de se creuser). C’est vrai pour les tranches, qui en étant pas assez étalées, participent au sentiment d’injustice. Et c’est vrai aussi pour les conditions d’emploi, que l’on voudrait changer comme avec une baguette magique sans adapter la fiscalité : la précarité est déjà coutumière dans la vie du pays, se retrouver au chômage d’une année sur l’autre est fréquent et le sera de plus en plus. Quid de l’impôt sur l’an passé qui suppose un temps qui permet aux particuliers de faire des économies ?

                                  Troisième chose, il n’y a aucun débat sur la situation sociale des plus pauvres. Ce qui se passe est scandaleux. Je ne veux pas parler trop personnellement mais je parle de vécu actuel. Je vois tous les jours qu’il y a un abandon politique totale des institutions, de leurs rôles et de leurs devoirs. Je vous assure qu’en situation de précarité, les institutions n’attendent qu’une chose, c’est que vous disparaissiez : vous ne serez pas au courant de vos droits, votre famille n’aura pas accès aux dossiers médicaux, et vous ne trouverez que porte fermée, mauvais regards, impolitesses et suspicion.

                                  Croyez-moi que quand j’entends dire que c’est la faute de l’immigré, de la part qui plus est de celles et ceux qui disent refuser la communication mainstream alors qu’elle abonde entièrement dans ce sens en masquant précisément les éléments que je soulève, et ceci depuis combien d’années...

                                  Tous les éléments (populaires et représentatifs) sont réunis pour faire de l’État une machine à injecter du pognon dans les marchés, et rien d’autre. Et je vous assure que c’est déjà le cas.



                                  • F-H-R F-H-R 27 juillet 2017 11:00

                                    @Ciriaco
                                    Complètement d’accord avec votre premier paragraphe. L’école est en déshérence, outre l’enseignement qui périclite, les valeurs humaines ne sont plus inculquées et il n’y a plus de morale. On préfère recruter des policiers et construire des prisons plutôt que de refonder l’école et l’éducation en général.
                                    De même je ne vois pas, aujourd’hui, où se trouve la redistribution… l’Etat s’est, depuis longtemps, tourné vers ses propres intérêt. On peut chiffrer à 100 milliards d’euros la gabegie de l’Etat au détriment des besoins de la population.

                                    Quant aux impôts, ils ne tiennent pas compte des particularités du tissu économique, des avantages, des privilèges, des créateurs de richesses, des laborieux qui n’ont d’autre horizon que la survie au quotidien, etc. L’impôt frappe aveuglément.

                                    Enfin, 100% d’accord avec votre troisième paragraphe et la suite. L’individu n’existe plus mais l’individualisme prospère.
                                    Pour le Politique, la masse est plus malléable, plus contrôlable, plus facile à manipuler par la création d’antagonisme où chacun cherche à tirer son épingle du jeu tout en déniant aux autres leurs droits les plus élémentaires.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès