• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Distribution : les salariés de Casino se préparent à la lutte contre le (...)

Distribution : les salariés de Casino se préparent à la lutte contre le plan social déguisé de Carrefour

Après la révélation de discussions infructueuses entre Carrefour et Casino, les salariés du distributeur stéphanois ne cachent pas leur inquiétude. Car une éventuelle offre de Carrefour sur leur groupe aurait immanquablement des conséquences sur le front de l’emploi.

Le 23 septembre 2018, Casino annonçait avoir rejeté des sollicitations de « rapprochement » de Carrefour. « Le conseil d’administration a constaté les obstacles, en France et au Brésil, au rapprochement avec Carrefour, en particulier en matière de concurrence et d’emplois. Il a décidé à l’unanimité de ne pas donner suite à cette approche », précisait le communiqué du groupe. Une proposition de rapprochement démentie dans la foulée par le groupe Carrefour, selon lequel les discussions entre les deux groupes sont nées à l’initiative de Casino.

Nombreux emplois supprimés chez Carrefour

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette séquence n’a rassuré ni les salariés de Casino, ni ceux de Carrefour, la crainte d’une offre hostile n’étant pas dissipée. Dans une déclaration datée du 29 septembre et consultée par l’AFP, les syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT et Unsa du groupe évoquent « une inquiétude grandissante des salariés », « ressentie dans toutes les entités  ». « L’impact social de ces informations, si elles étaient avérées, ne pourra être que catastrophique », écrivent les syndicats, qui ne peuvent s’empêcher de « faire un lien avec la réorganisation qu’a subie récemment le groupe Carrefour ».

Carrefour n’en est pas, en effet, à son premier plan social. Dès septembre 2017, devant les syndicats du groupe (FO, CFDT et CGT), la direction n’excluait pas de fermer des magasins « jugés non rentables », celle-ci précisant « que les magasins en situation d’échec fermeront », ce qui ne s’est « jamais fait dans les hypermarchés et les supermarchés », indiquait à l’époque Philippe Allard (CGT), qui notait également que la direction n’avait « pas nié » quand le chiffre d’une « vingtaine » d’hypermarchés concernés a été avancé, une autre vingtaine pouvant être franchisés et une partie des ex-magasins Dia fermés. 

Mais le plan stratégique annoncé par la direction de Carrefour le 23 janvier 2018 a fait l’effet d’un choc, d’autant que les syndicats affirment avoir appris les détails de ce plan dans la presse. Au programme, entre autres : la suppression de 2 400 emplois au siège (sur un effectif total de 10 500 salariés), des réductions de coûts de 2 milliards d’euros, la cession de 273 magasins ex-Dia (soit plus d’un tiers du parc) et une réduction de la taille des hypermarchés.

Dans la foulée de la présentation de ce plan, la CGT dénonçait une méthode « consistant à informer la presse pour rassurer les actionnaires avant de tenir informer les salariés et leurs représentants syndicaux ». La CFDT déclarait de son côté au Figaro se mettre « avant tout à la place des salariés qui découvrent les dispositions qui les concernent par voie de presse », tandis que FO critiquait le « manque de transparence » de la direction.

Les syndicats s’interrogeaient également ouvertement sur la « face cachée » de ce plan. Pour Sylvain Macé, délégué syndical CFDT de Carrefour Groupe, le scénario pourrait s’avérer beaucoup plus noir qu’annoncé : « Il y a les 2 400 suppressions déjà prévues pour le siège et les plans pour les ex-Dia qui pourraient concerner plus de 2 000 personnes. Mais entre la suppression de 500 postes déjà en cours sur les hypermarchés, les réductions de surface qui devraient induire des réductions d’effectifs, la restructuration de la logistique et l’automatisation de la livraison, qui risquent de mener à d'autres suppressions, pour moi, à terme, un tel plan va concerner plus de 5 000 postes ».

Le 31 mars, les syndicats du groupe organisaient un mouvement de grève « pour la défense des emplois et du pouvoir d’achat ». Un mouvement qui a impacté environ 300 magasins et 20 000 salariés selon les syndicats, entraînant même la fermeture d’une quarantaine d’hypermarchés. « Une première ».

Un grand risque de « casse sociale »

Quelques mois plus tard, l’inquiétude des salariés semble s’être encore accrue. L’été dernier, 244 magasins de l’ancien réseau Dia employant 2 100 salariés ont baissé le rideau. Et fin août, plus de 1 700 employés étaient toujours en attente de reclassement. « On atteindra 300 reclassements au mieux. […] C’est de la casse sociale », affirme le délégué syndical CFDT. Pourtant, en début d’année, la direction de l’enseigne avait fixé comme « objectif de reclasser au sein du groupe au moins la moitié des 2 100 collaborateurs concernés ».

Force ouvrière dénonce pour sa part des propositions « indignes  ». « Il y a de fortes disparités de qualification et des baisses de salaire allant jusqu’à 500 euros sur un salaire brut de 2 100 euros », affirme ainsi Bruno Biguet, délégué syndical FO Carrefour Proximité France. Pour Sylvain Macé, « il y a clairement des offres qui sont faites pour être refusées, avec des postes qui ne correspondent pas aux profils, pas toujours à temps complet, car il n’y a pas assez de capacité de reclassement dans les magasins ».

« Des chefs de magasin ont reçu des offres d’employé de boucherie ou de boulangerie. Ils l’ont vécu comme une humiliation de plus », rapporte Frédéric Roux, délégué CGT des magasins de proximité. Sur les 854 salariés agents de maîtrise de ces ex-magasins Dia, seulement 68 ont eu une proposition de reclassement de cadre ou d’agent de maîtrise, selon le collectif CGT Carrefour. Les 786 autres ne se sont vu proposer que des postes d’employé. 

De quoi renforcer les inquiétudes des salariés de Casino quant aux implications d’un éventuel rachat de leur groupe par Carrefour. Le groupe n’est d’ailleurs pas en reste pour ce qui concerne les ventes de magasins, avec toutes les conséquences que cela suppose déjà pour l’emploi : pour améliorer son bilan, le groupe Casino n’a pas hésité ainsi de son côté à fermer ou à vendre récemment plusieurs dizaines de magasins. Et pour respecter les règles du droit de la concurrence, une fusion des deux groupes serait immédiatement suivie de fermetures massives de magasins, dans toutes les zones de chalandise où apparaîtraient des positions de marché dominantes. Selon les spécialistes, la part de marché cumulée des deux groupes en France atteindrait en effet environ 33 %. Et sur le segment des magasins de proximité, Casino (Monoprix, Franprix, Leader Price, Spar) et Carrefour (Carrefour City, Carrefour Express, 8 à Huit, Proxi) détiendraient ensemble 72 % du marché. « À Paris et en région parisienne, où les deux sont en situation de duopole en matière de proximité, il y aurait de la casse », note ainsi le magazine spécialisé LSA. Un scénario catastrophe pour l’emploi, que risque de précipiter la recherche d’éventuelles « synergies » entre géants de la distribution, et dont la principale variable d’ajustement est comme toujours la masse salariale. 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 18 octobre 19:20

    Quand ça pète dans la grande distribution ça se termine toujours a pole-emploi ou on vous promettra un fabuleux stage de réinsertion qui vous permettra de traverser la rue pour retrouver avec de la chance un emploi de merde payé au seuil de pauvreté ....

    Avec la loi travail de Macron les employés sont perdants a tous les coup et tant pis pour ceux qui ont veautés pour Manu ....

    • troletbuse troletbuse 19 octobre 01:36

      @zygzornifle
      Pardon ? Je sui le président de la Ripoublique. Alors je vous demande du respect : appelez moi Emmanuelle


    • zygzornifle zygzornifle 19 octobre 08:49

      @troletbuse


       appelez moi Emmanuelle

      Comme dans le film ?

    • troletbuse troletbuse 19 octobre 17:23

      @zygzornifle
      Exactement. Elle aimait les hommes aussi  smiley


    • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 18 octobre 21:27
      Dans ma petite ville de province, sept grandes surfaces alimentent la population (mais pas Carrefour ni Géant Casino. En centre ville seuls deux « petits Casino » vivotaient des dépannages de dernière minute. L’un deux devient Leader Price en 2016 et c’est la ruée : les produits ne souffrent pas des prix bas et remplir son caddy pour moins cher, c’est une aubaine surtout pour les anciens qui ne conduisent plus et dont les retraites sont bien étriquées. Épicerie, boissons, fruits et légumes, pas besoin d’aller plus loin.

      Après 18 mois de succès, le magasin prend l’enseigne Vival by Casino : les prix doublent, le frais disparaît, les produits Casino ne valent pas les Leader Price (et oui, c’est étonnant mais réel ...), le magasin se vide, normal. Le gérant m’explique que Casino fait plus de bénéfice avec un chiffre d’affaires moindre d’où le choix de la direction, mais complètement déserté il ne va pas faire long feu. L’autre Casino vient de fermer, profitant de l’accident cardiaque du gérant qui ne peut reprendre ce boulot, donc en ville il n’y a plus que les boutiques orientales qui ont l’avantage d’être ouvertes tous les jours, très propres, assez bien achalandées et beaucoup moins chères mais il ne faut pas y chercher les marques Vu à la télé.

      Nous avons laissé prospérer les grandes surfaces en étant complices de leur politique, aveuglés par le choix et l’abondance qu’elles offraient, nous voilà prisonniers et victimes de ce système, clients comme employés. Il faudra bien réorganiser un jour ou l’autre la société dite de consommation par la force des choses : crise financière, fin du pétrole ou autre changement climatique, ces géants au pieds d’argile seront les premiers rayés de l’annuaire et chacun devra redécouvrir un mode de survie solidaire et réfléchi.

      • zygzornifle zygzornifle 19 octobre 08:47

        @Parlez moi d’amour
         il n’y a plus que les boutiques orientales 


        C’est bien mais quand on est âgé on ne digère plus ce genre de nourriture et c’est le crépissage du slip assurée , ça passe a la vitesse d’un TGV de la bouche a l’anus et il n’y a pas d’arrêt entre les 2.....

      • Mr DOUDOU Mr DOUDOU 18 octobre 22:00

        Mes amis , moi je fais mes courses à chateau-rouge on est mieux servi là bas ! Que pensez-vous de cela ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hervé Thierry


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès