• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Emergence de pôles financiers en Asie-Chine

Emergence de pôles financiers en Asie-Chine

L’année 2017 a été l'année du renforcement de la position du leader chinois Xi Jinping au niveau politique national et international. Le 19e Congrès du Parti communiste chinois, qui s'est tenu en octobre dernier, a approuvé l'ascension de Xi Jinping dans un processus qui s'est achevé avec la réforme constitutionnelle de mois de mars 2018. Le discours de Xi Jinping à Davos sur la mondialisation a lancé la nouvelle projection étrangère du leader de la RPC en Chine. L'évolution du contexte politique national a un fort impact, car c'est la continuité des lignes de politique économique définies par le gouvernement chinois. Le contexte de référence continue d'être celui de la « Nouvelle normalité », à savoir la reconnaissance que la Chine est dans une nouvelle phase de son économie.

Dans ce scénario, Shanghai a été choisi par le gouvernement central en 2009 pour accomplir d'ici 2020 le rôle de principal centre financier du pays. Pour leur vaste arrière-pays et leur mission politique dans la modernisation et la croissance économique de la Chine, les décideurs politiques de Shanghai observent plus New York que Londres en tant que modèle. Si les 15 dernières années ont témoigné de l'intégration de la Chine dans le système commercial mondial, pour les dix prochaines années, l’intégration dans le marché financier mondial sera la grande orientation de la politique économique du Pays du Milieu. Pour ces raisons, l'affirmation de Shanghai en tant que nouveau centre financier mondial est remarquable. Une profonde différence symbolise cette nouvelle phase de la finance mondiale : pour la première fois, les flux financiers tendent à converger dans de nouvelles zones, notamment en Asie, et pour la plupart, ils ne se retrouvent plus dans des centres financiers historiques comme Londres. Cela corrobore l'importance significative de l'arrière-pays pour l'affirmation à long terme des centres financiers. Par conséquent, New York, qui se fonde sur l'économie réelle des États-Unis, semble être plus stable que Londres, qui a renoncé de façon inattendue à son arrière-pays, constitué par l'Union Européenne. L'économie chinoise reprenant le poids de l'économie mondiale qu'elle avait avant la révolution industrielle, Shanghai est devenue le premier centre financier de l'Asie de l'Est, déplaçant Hong Kong. Ce dernier semble destiné à être surpassé même par Singapour, ce qui peut pointer vers le leadership des services financiers de l'Asie, qui comprend des pays comme la Malaisie et l'Indonésie et qui se dirige même vers une union bancaire. Singapour dépend aussi de sa propre économie réelle dans les secteurs technologiques les plus avancés, ce qui fait défaut à Hong Kong. Pour cette raison, alors que des centres tels que New York, Shanghai et Singapour peuvent compter sur des marchés au moins continentaux et sur l'émission d'instruments financiers en monnaie locale, Londres et Hong Kong donnent l'impression d'être destinés à se retirer sur un marché offshore. Rôle, soutenu à court terme par la déréglementation, mais sans présenter aucune base tangible pour être des centres destinés à avoir un avenir. Dans la phase actuelle de la mondialisation, l'interdépendance est maximisée au niveau continental, les centres de gravité - véritables pôles financiers - prolifèrent et la fonction des plateformes off-shore est précaire. Dix ans après la crise financière mondiale, la reprise de l'économie mondiale reste cahoteuse et incertaine.


Moyenne des avis sur cet article :  1.46/5   (13 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès