• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Facebook lance sa crypto-monnaie « Libra » : enjeux et analyse

Facebook lance sa crypto-monnaie « Libra » : enjeux et analyse

JPEG

Attendu depuis plusieurs mois, Facebook a dévoilé le 18 juin le livre blanc du fonctionnement de sa crypto-monnaie « Libra » sur le site Internet de l’association éponyme. 

Présentation

L’introduction est ambitieuse : « La mission de Libra est de favoriser le développement d’une devise et d’une infrastructure financière mondiales simples, au service de milliards de personnes.  »

L’association note qu’Internet a permis un développement sans précédent des communications dans le monde. Toutefois, elle constate que 1.7 milliard d’individus sont encore exclus du système financier, alors qu’un milliard d’entre eux possèdent un téléphone portable et qu 500 millions disposent d’un accès à Internet.

Les raisons de cette exclusion seraient multiples : frais bancaires trop élevés, absence de banque à proximité ou manque général d’informations.

L’association Libra note que les crypto-monnaies comme le Bitcoin ont tenté de répondre à ce problème mais que leur usage reste limité, du fait de leur grande fluctuation de valeur.

Libra veut donc amener « un nouveau type de devise numérique basé sur la technologie blockchain », qui reposera sur trois piliers :

  1. Création d’une blockchain sécurisée et évolutive
  2. Monnaie soutenue par une réserve d’actifs voulant lui conférer une valeur intrinsèque
  3. Gouvernance de l’ensemble par l’association indépendante Libra qui guidera l’évolution de l’écosystème

Le code-source de la blockchain sera mis à la disposition du public afin que tout développeur informatique puisse enrichir l’écosystème d’applications nouvelles.

La réserve d’actifs sera fournie, d’une part, par les membres fondateurs de l’association Libra, comptant, entre autres, Facebook, Uber, Paypal, Visa, le français Iliad, etc. et d’autre part par les utilisateurs qui achèteront du Libra.

Les actifs seront investis dans « un ensemble d'actifs de faible volatilité, tels que des titres gouvernementaux dans des devises provenant de banques centrales stables et réputées » de sorte que Libra ne sera arrimé « à aucune devise spécifique ».

La masse monétaire de Libra variera selon l’offre et la demande. A chaque nouvel achat, l’association Libra créera des jetons. A chaque vente, elle en supprimera.

Facebook a créé une filiale nommée Calibra qui mettra à disposition des utilisateurs un portefeuille numérique permettant d’envoyer et de recevoir des Libras sur les différentes plateformes du groupe américain.

Il est prévu que la monnaie Libra soit lancée officiellement au premier semestre 2020.

Le coup de maître de Zuckerberg

Saluons d’emblée la grandeur de la vision de Mark Zuckerberg, le président de Facebook.

L’accès aux services financiers est effectivement problématique pour un quart de la population mondiale.

Les pays en voie de développement se caractérisent souvent par :

  • Un manque d’accès au crédit, lié à un système bancaire ou juridique défaillant
  • Une monnaie instable, liée aux mesures du gouvernement ou de la banque centrale

Ces conditions précaires sapent les initiatives des entrepreneurs et la confiance des épargnants. L’économie privilégie alors le paiement au comptant. Encore faut-il avoir de quoi payer !

Certains ont la chance de recevoir des fonds d’un membre de la famille à l’étranger.

Or, les commissions de transfert et de change oscillent entre 5 et 10% du montant reçu, ce qui représente des milliards d’euros de manque à gagner à l’échelle d’un pays.

C’est précisément à ces commissions que Libra compte s’attaquer !

Envoyer de l’argent numérique, de pair à pair, permet de réduire les frais de transfert ainsi que les frais liés au maintien d’un stock d’espèces dans chaque pays.

Les commissions de change n’existent pas si le receveur a la possibilité de dépenser ses Libras directement dans le pays.

Or, on peut prévoir que les commerçants préfèreront recevoir une monnaie numérique reposant sur « un ensemble d'actifs de faible volatilité » plutôt que de la monnaie locale, souvent fragile.

L’effet de réseau qu’offre Facebook et ses 2.3 milliards d’utilisateurs (à faire pâlir les grands groupes bancaires) ainsi que le soutien d’autres entreprises de premier plan permet une telle ambition. Et on peut s’en réjouir.

Toutefois, derrière cette volonté altruiste se cachent des enjeux financiers très importants.

Grâce à Libra, les utilisateurs actuels des plateformes Facebook y passeront plus de temps.

Grâce à Libra, Facebook captera de nouveaux utilisateurs.

Cela se traduira en milliards de recettes publicitaires supplémentaires pour le groupe américain, d’autant plus s’il dispose de données financières sur les utilisateurs.

Enfin, le livre blanc prévoit que « les intérêts perçus sur les actifs de la réserve serviront à couvrir les coûts du système, à garantir des frais de transaction minimes, à verser des dividendes aux investisseurs qui ont fourni des capitaux pour lancer l’écosystème et à soutenir sa croissance et son adoption sur le long terme. Les règles concernant l’octroi des intérêts de la réserve seront définies à l'avance et supervisées par l'association Libra. Les utilisateurs de la Libra ne reçoivent pas de profit provenant de la réserve. »

En résumé, si la réserve représente à terme 10 milliards de dollars, placés à 2%, cela se traduit en 200 millions d’intérêt touchés chaque année par Facebook et les autres membres fondateurs tandis que les utilisateurs n’en verront pas un centime.

Un investissement vite rentable sachant que le ticket de fondateur coûterait 10 millions de dollars…

Les autorités montent au créneau

Face à un tel projet, les réactions politiques ne se sont pas fait attendre.

La sénatrice américaine Sherrod Brown a estimé que « Facebook est déjà trop grand et trop puissant et a déjà abusé de son pouvoir en utilisant les données des utilisateurs à leur insu. Nous ne pouvons pas autoriser que Facebook opère une crypto-monnaie risquée, depuis la Suisse (note : l’association Libra est basée à Genève), sans aucun contrôle. Je demande aux autorités de surveillance de contrôler ceci de près, afin de protéger les utilisateurs. »

En France, Bruno le Maire a déclaré « Que Facebook créé un instrument de transaction, pourquoi pas. En revanche, que ça devienne une monnaie souveraine, il ne peut pas en être question. Ça ne peut pas et ça ne doit pas devenir une monnaie souveraine, avec tous les attributs d’une monnaie, c’est-à-dire la capacité à émettre un titre souverain. »

Il semble donc que la route de Libra n’est pas encore dégagée. Facebook devra montrer patte blanche aux autorités et cela pourrait prendre beaucoup de temps.

Libra, une menace pour Bitcoin ?

Les différences entre Libra et Bitcoin sont trop importantes pour qu’on puisse faire l’amalgame.

Premièrement, le fonctionnement de Libra est centralisé, car chapeauté par l’association Libra. Les autorités ne sont pas dupes, elles savent bien que Facebook jouera un rôle prépondérant dans l’association. Dès lors, Facebook est à leur merci. De la même façon, les utilisateurs de Libra peuvent être à la merci de décisions unilatérales prises par l’association Libra.

Bitcoin est décentralisé. Le réseau n’est chapeauté par aucune organisation. Il est constitué de millions d’ordinateurs, indépendants les uns des autres. Les autorités ne peuvent pas lui couper la tête, tout simplement parce qu’il n’y en a pas. De la même façon, les rapports entre les utilisateurs de Bitcoin sont régis par le protocole du réseau, que nul ne peut changer de façon unilatérale.

Deuxièmement, le pendant de la centralisation d’un réseau est que l’on doit obtenir la permission de l’utiliser. Le livre blanc indique ouvertement que « Libra sera d’abord une blockchain avec permission » et « qu’un accès doit être accordé pour faire tourner un nœud de validation. » Cela signifie que seuls les membres de l’association Libra feront fonctionner le réseau.

De façon ingénue, Libra précise que « notre volonté est que le réseau Libra devienne un réseau sans permission, dans les cinq ans après le lancement public de la blockchain Libra ». Toutefois, c’est contradictoire avec le fait qu’il faudra donner son identité et faire l’objet d’une vérification personnelle pour utiliser le portefeuille de Calibra, permettant d’échanger des Libras… Comprenez donc que Calibra peut vous enlever la permission d’utiliser Libra à tout instant !

Bitcoin est un réseau sans permission. Chacun est libre de le rejoindre ou de le quitter à sa guise. Nul ne peut vous y inclure ou exclure de force. Une transaction en Bitcoin ne requiert aucune vérification d’identité préalable. Les utilisateurs sont libres de faire des transactions avec qui ils souhaitent. Cela correspond à l’idéal de liberté d’Internet, et à la liberté tout court.

Troisièmement, Libra n’est pas une monnaie souveraine, car il repose sur un panier de monnaies souveraines déjà existantes et hors de son contrôle. En revanche, son canal de diffusion est extrêmement novateur. Utiliser les plateformes de Facebook et de ses partenaires peut réellement faire baisser les coûts de transaction.

Bitcoin est à la fois un réseau de paiement indépendant et une monnaie souveraine. La souveraineté du Bitcoin est assurée par les millions d’ordinateurs sécurisant le réseau. Encore faut-il accepter que la souveraineté puisse provenir non pas d’un Etat mais de la solidité d’un algorithme et de son réseau.

Même si la conception de Libra est diamétralement différente de celle de Bitcoin, il est probable que son lancement fasse beaucoup de publicité à ce dernier.

Les acteurs économiques, généralement frileux vis-à-vis des crypto-monnaies, pourront estimer que « si Facebook voit du potentiel, il doit y en avoir » et déclencher des initiatives.

Si les 2.3 milliards d’utilisateurs des plateformes Facebook sont exposés du jour au lendemain à Libra, on peut anticiper qu’une partie d’entre eux s’intéressera aux autres crypto-monnaies, notamment à la première d’entre elles, Bitcoin.

Au-delà des caractéristiques techniques, c’est la valeur des crypto-monnaies qui intrigue les gens et cette valeur est déterminée par le marché.

A un moment, les gens se demanderont pourquoi le marché valorise par exemple Libra à 10 milliards et Bitcoin à 100 ?

Pourquoi une monnaie lancée par Facebook soutenue par une réserve de dollars et d’euros vaut-elle moins qu’une monnaie décentralisée disposant d’aucune réserve ?

Au fond, est-ce Bitcoin qui prend de la valeur, ou le dollar et l’euro qui en perdent ? Et pour quelle raison ?

Le marché valorise-t-il l’indépendance de la monnaie et sa liberté d’échange davantage que le soutien étatique ?

Nous n’en sommes qu’au début de l’ère des crypto-monnaies, car peu de gens se posent ces questions.

Libra propose une solution, est-ce la bonne ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Arogavox 20 juin 09:43

    Ben voilà ! Le Meilleur des mondes va se mondialiser sur le modèle pourtant bien connu du système de Ponzi !


    • kalagan75 20 juin 11:33

      @Arogavox
      d’après l’auteur non puisqu’en face de la création monétaire tu aurais des actifs. 


    • Ecométa Ecométa 20 juin 12:13

      @Arogavox
      Il y a longtemps que ceci est fait !


    • axiaman 20 juin 15:21

      @kalagan75
      En effet, les libras seront couverts par un panier de monnaies. Malheureusement, certains crient à tue-tête « Ponzi » dès qu’on parle de crypto-monnaie sans connaître ni l’un, ni l’autre. Mais ça fait intelligent, alors on le dit quand même.


    • Matlemat Matlemat 20 juin 22:38

      @Arogavox
      Vous avez beaucoup de choses à apprendre.


    • zygzornifle zygzornifle 20 juin 11:19

      Chic on sera a crypto-découvert le 15 du mois et on aura des cryptos-agios, quel crypto-bonheur !!!!


      • Julot_Fr 20 juin 11:19

        Les cryto-monnaies sont des outils des elites pour gagner plus de controle sur les gens. Fausse anonymite (sous un ordi, tout est visible en Israel). Ces monnaie supprime le peu de garanti des monnaie nationale (garanti de pouvoir taxer contribualbe pour garder la valeur de la monnaie) et la suppression de l’argent liquide n’est pas souhaitable comme le montre l’exclusion de certaines personnes genantes de Paypal (Assange..)


        • axiaman 20 juin 15:23

          @Julot_Fr
          Bien au contraire, le Bitcoin est justement un moyen de s’affranchir de « l’élite » que vous décrivez.
          Quant à vos amis israéliens, je leur souhaite bonne chance pour découvrir l’identité du détenteur de bitcoins.


        • Matlemat Matlemat 20 juin 22:41

          @Julot_Fr
          Quand on ne connaît pas bien un sujet on évite d’affirmer des choses inexactes, le Libra ne sera pas anonyme mais il y a des coins anonymes comme le Zcash par exemple.


        • Matlemat Matlemat 20 juin 22:45

          @axiaman
          Avez vous une théorie de qui est Satoshi Nagamoto ? un groupe d’agent de la CIA, un anarchiste désintéressé, une personne décédée, un anarchiste décédé dont le million bitcoin est perdu à jamais ? 


        • Julot_Fr 21 juin 09:02

          @axiaman Tout ordinateur a des backdoor mises en place par microsoft etc (voir info publiees par wikileaks).. c’est fait pour voir ce qui se passe sur l’ordi rendant tout encryption inutiles et nulle.. pour le reste vous ne cromprenez rien a une argumentation pourtant concise


        • Matlemat Matlemat 21 juin 11:34

          @Julot_Fr
          Si il n’a plus de secret alors encore une fois comment vous expliquez que personne ne sait qui a créé le Bitcoin ?


        • axiaman 21 juin 11:41

          @Julot_Fr

          Si c’est si simple, pourquoi ne faites-vous pas le test vous-même ?
          Choisissez un bloc de la blockchain https://www.blockchain.com/fr/explorer
          Choisissez une adresse publique indiquée dans le bloc
          Dévoilez l’identité de son détenteur
          Je vous conseille de préparer beaucoup de café avant de vous y mettre.


        • axiaman 21 juin 11:43

          @Matlemat
          Non, je n’en ai pas. Au fond, ce n’est pas important car Satoshi a mis au point un protocole open source, vérifiable par tous, que les gens sont libres d’utiliser ou pas. C’est en tout cas quelqu’un ou un groupe de personnes extrêmement qualifié en cryptographie, théorie monétaire et théorie des jeux.


        • Matlemat Matlemat 21 juin 12:02

          @axiaman
           Oui c’est certain et ça restera peut être un mystère, c’est le million de Bitcoin qui pourrait faire s’effondrer le marché qui me pose question.


        • ZenZoe ZenZoe 20 juin 11:39

          Zuckerberg a commencé sa carrière de milliardaire en exploitant pour lui-même une application qu’il était censé développer, et il continue en exploitant les données des utilisateurs pour son compte exclusif sans leur demander leur avis.

          Zuckerberg est extrêmement intelligent et visionnaire. Il devine ce qui va marcher, il sait comment fonctionnent les gens et comment les berner. Comme ses clones Pichai et surtout Bezos. C’est ce qui les rend si dangereux.

          En vendant les données de leurs utilisateurs au plus offrant (certains pensent même que Facebook et CIA sont intimes, c’est dire), et en se rendant de fait incontournables, ils sont en train de bouffer tout ce qui reste de vie privée et finalement de démocratie dans le monde, et les utilisateurs s’engouffrent dans le piège.

          Comme des rats se ruent sur le fromage dans la cage, et encore, je n’en suis pas sûre, les rats sont parait-il plus méfiants.


          • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 20 juin 12:03

            @ZenZoe

            Il a surtout été sponsorisé par la CIA ^^


          • Habana Habana 20 juin 13:01

            @ZenZoe
            La « montagne de sucre » (Zucker Berg), intelligent ?
            J’en aurai entendu des conneries aujourd’hui !


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 juin 18:05

            Bonjour ZenZoe,
            .
            Merci pour ses rappels. smiley
            .
            Je n’ai pas de compte facebook, et je n’en veut pas, car ce je ne veut pas soutenir cet escroc qui avait entre autres arnaque son associé financier brésilien au début de facebook !
            .


          • Ecométa Ecométa 20 juin 12:09

            A quand une monnaie d’échange internationale, genre la proposition sur le « bancor » faite à Bretton-Woods par J. M. Keynes à la fin de la dernière guerre mondiale, et qui ne soit pas une monnaie nationale ? Les dirigeants chinois ne sont pas contre, ils y seraient même très favorables !

            Qu’en pense l’Union Européenne ?

            Le « $ » américain, à la fois monnaie nationale et principale monnaie internationale d’échanges fausse tout le jeu économique mondial : national comme international !

            En ces temps troublés de guerre économique mondiale, au cours de laquelle TRUMP entend bien détruire l’ Union Économique Européenne et l’Union Européenne ; ce serait pourtant un sacré pied de nez à lui faire !

            Mais peut-être serait-il d’accord :allez savoir ! 


            • axiaman 20 juin 15:26

              @Ecométa
              Merci pour votre commentaire constructif, c’est rare.
              Une monnaie internationale reviendrait à faire perdre aux Etats-Unis une bonne partie de leur suprématie, et il est peu probable qu’il l’accepte.
              Lorsque vous détenez un quasi-monopole, vous êtes peu enclins à le partager avec d’autres, surtout si vous disposez de la plus grande armée au monde.
              En revanche, si le marché, et fond les gens, voient le Bitcoin comme un rempart face à l’impérialisme américain et la déliquescence de sa monnaie, la transition se fera malgré eux.


            • Habana Habana 20 juin 12:57

              Quel abjecte personnage celui-là !

              L’éradicateur de toutes les pensées dissidentes, le vassal dévoué corps et âme à l’appareil politico-médiatique dominant, l’asservi du système ayant déclaré allégeance et dévotion sans borne à ce même système !

              Il me fait vomir, rien que de voir sa salle gueule !


              • Trelawney Trelawney 20 juin 15:29

                « Que Facebook créé un instrument de transaction, pourquoi pas. En revanche, que ça devienne une monnaie souveraine, il ne peut pas en être question. Ça ne peut pas et ça ne doit pas devenir une monnaie souveraine, avec tous les attributs d’une monnaie, c’est-à-dire la capacité à émettre un titre souverain. »

                Aujourd’hui une monnaie souveraine ne veut plus rien dire, car l’état n’est plus maître de sa monnaie.

                Actuellement la BCE émet des billets en fonction de la fluctuation de sa monnaie dans le seul but de financer les dettes des états membres. Il a commencé avec la Grèce et continue avec les autres pays dont et surtout la France. la seule façon d’avoir une monnaie stable est de réduire le plus possible l’inflation. Pour ce faire la BCE ordonne à ses états membres de réduire les salaires et donc le pouvoir d’achat sous forme de ponction (taxes, cotisations, impôts). Les USA, le Japon, la Chine en font de même. ce qui fait que la parité des monnaies ne changent pas trop jusqu’au prochain crac.

                C’est une façon de dévoyer le système et c’est pour cela que les états ne veulent pas que ça change

                Mais voila qu’arrive le « stablecoin » ou monnaie stable ou crypto-monnaie. C’est à dire une monnaie uniquement utilisée pour les échanges. Ce qui permet à tout individu ou société de commercer sur la planète avec une monnaie qui aura la même valeur tout le temps. C’est pratique pour stabiliser les prix

                La monnaie Libra de Facebook est un mauvais exemple, car il sera indexé sur le dollar. (Zuckerberg est tout sauf un type fiable). Mais on peut penser qu’un vrai stablecoin va prendre forme du coté de la Chine pour permettre à toute la planète d’acheter sans contrainte ses produits


                • Matlemat Matlemat 20 juin 22:49

                  @Trelawney
                  Il n’y a pas d’inflation car les euros fabriqués vont directement dans le marché aux actions et produits dérivés, rien ne dit que ça ne va pas bouger un de ces jours, et les chiffres de l’INSEE sont une blague.


                • Trelawney Trelawney 21 juin 08:04

                  @Matlemat
                  Les euros fabriqués vont aux états pour le remboursement de la dette. Ce que les banques et divers font de ces échéances n’est pas bien défini, mais observez le volumes des échanges des actions et produits dérivés, et vous constaterez de vous même qu’il n’évolue plus depuis 2008.
                  Dans tous les pays du monde, l’inflation se contrôle par la baisse du pouvoir d’achat. Pas d’argent à dépenser donc stagnation des prix


                • Matlemat Matlemat 21 juin 11:39

                  @Trelawney
                  Je ne dit pas le contraire je dis qu’on nous annonce 2 % d’inflation mais qu’en réalité c’est plus et que rien ne garanti qu’il n’y ait pas un emballement. Si jamais les Allemands repassent au Mark que deviendra l’euro ? 


                • axiaman 21 juin 12:01

                  @Trelawney
                  Alibaba a mis au point une solution de paiement numérique en Chine avec Alipay qui est utilisée par des centaines de millions de Chinois. Cela fonctionne bien mais ce n’est que la numérisation du yuan. Mr Xi ne tolèrerait pas la création d’un ersatz au yuan.

                  Quant à la BCE, elle est effectivement tributaire de l’état déplorable des finances de certains membres (Grèce, Italie, et malheureusement la France). Elle a d’ailleurs laissé entendre cette semaine qu’elle pourrait réinjecter des liquidités. Encore davantage d’euros dans le système...


                • banban 20 juin 18:14

                  Information la plus flippante que j’ai entendu depuis très longtemps.

                  Si sa foire, (ce qui me semble évident) cela lui coûtera que dalle, a part un petit déficit d’image, mais je pense pas qu’il soi a cela près.

                  Mais, si cela fonctionne Zuckerberg se fera sous peux couronner empereur du « monde libre ». Contrôler la monnaie, c’est contrôler tout ceux qui l’utilisent

                  .

                  Ce monsieur n’est en rien un génie, c’est un opportuniste, il utilise sont pouvoir pour en acquérir encore plus. 

                  contrôler l’intégralité de la monnaie part une cryptomonnaie qui serait un super-dollars est une évidence pour celui qui veut devenir un être tout puissant.

                  Mais là je pense qu’il a lancer sont OPA sur les états souverains un peu trop tôt, tout du moins je l’espère.


                  • axiaman 21 juin 11:53

                    @banban
                    Libra n’est pas une monnaie souveraine, donc Zuckerberg ne contrôlera pas la création monétaire des monnaies sous-jacentes à Libra. En revanche, il aura bel et bien accès à des informations financières des utilisateurs.
                    Je pense qu’une grande partie des gens sont prêts à perdre une partie de leur anonymat pour un gain financier, comme le fait de payer moins de frais de transfert.

                    Ceux qui ne lui font pas confiance continueront à utiliser des euros. Encore faut-il faire confiance à la BCE ?

                    Sinon, reste le Bitcoin, comme seule plateforme véritablement indépendante et protectrice de la vie privée.


                  • banban 20 juin 18:18

                    Sinon Y a mon pote Mouammar qui propose un dirham indexer sur le prix de l’or.


                    • foufouille foufouille 20 juin 18:29

                      bon article impartial.

                      facebook étant une passoire niveau sécurité et confidentialité, le risque de tout perdre sera assez important.


                      • Gloubi 20 juin 20:40

                        @foufouille
                        « impartial » alors que son auteur est un propagandiste du Bitcoin ?
                        Vous en avez de bonnes !


                      • Matlemat Matlemat 20 juin 22:54

                        @Gloubi
                        Crypto-enthousiaste est le terme exact car propagandiste veut dire menteur, et l’auteur ne rapporte que des faits.


                      • Gloubi 20 juin 19:40

                        Ce qui menace surtout les crypto-monnaies, ce sont leurs zélateurs qui sont toujours sur la brèche pour les défendre maladroitement.


                        • Matlemat Matlemat 20 juin 22:52

                          @Gloubi
                          Vous changerez peut être d’avis quand votre banque se servira sur votre compte pour renflouer ses pertes.


                        • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 20 juin 21:12

                          Même au cas ou cet crypto-monnaie ne se révèle être qu’un feu de paille, le décor est déjà bel et bien planter...

                          Les banques centrales qui ont maintenue l’économie casino sous perfusion depuis le crack de 2008 n’ont désormais plus de marge de manœuvre, et les bricolages de rechanges vont donc se précipiter au portillon.


                          • Matlemat Matlemat 20 juin 22:58

                            @Florian LeBaroudeur
                             Le phénomène des crypto-monnaies et de la blockchain ne peut plus être stoppé car c’est une véritable révolution numérique, et énormément de projets innovants sont apparus.

                             Le Bitcoin à justement été créé en réaction à la crise de 2008.


                          • INsoMnia INsoMnia 20 juin 23:19

                            @ axiaman,

                            Bonsoir,

                            Libra ? Bictoin ? Libre à vous de cautionner ! 

                            En ce qui me concerne, je dirai de boycotter Libra, Bictoin et tutti quanti. 


                            • Matlemat Matlemat 21 juin 11:43

                              @INsoMnia
                               Continuez à faire confiance à l’état et aux banques plutôt qu’aux utilisateurs de la monnaie, c’est votre droit mais quel intérêt de dégouter les autres alors qu’on n’y connait rien ?
                               Libra et Bitcoin ça n’a rien à voir.


                            • axiaman 21 juin 12:10

                              @INsoMnia

                              Rappelons que notre système monétaire actuel date seulement de 1971, date de la suspension des accords de Bretton-Woods et la fin de la parité-or.
                              Nos ancêtres ne faisaient aucune confiance aux Etats pour gérer la monnaie sans contrepartie en or.
                              50 ans après, on trouve normal que de la monnaie soit créée à l’infini pour financer les déficits. Soit !
                              Mais comprenez que certains d’entre nous estiment que la monnaie va forcément perdre de sa valeur, et veulent protéger leur pouvoir d’achat en ayant de l’or, des bijoux, des oeuvres d’art ou des bitcoins.


                            • INsoMnia INsoMnia 21 juin 23:21

                              @axiaman
                               Les valeurs des choses sont créées par l’homme (une certaine espèce) ! Je pense que je me suis fais mal comprendre. 
                              Le pouvoir d’achat n’existe pas, la monnaie n’est qu’une monnaie de singe et que les « bictoins ou autres » ne sont la aussi que pour bénéficier à certains et souvent les mêmes...
                              Mais surtout pas à vous ni à moi. 


                            • axiaman 4 juillet 10:46

                              @INsoMnia

                              Le pouvoir d’achat n’existe pas ? Allez dire cela aux gilets jaunes...

                              Oui, nos monnaies étatiques sont dévoyées par l’indiscipline budgétaire des gouvernements, et en fin de compte par notre propre indiscipline à les porter au pouvoir.
                              Libra est une alternative, le Bitcoin une autre, l’or l’est aussi. Peut-être verra t-on l’émergence d’une autre solution à l’avenir ?
                              Affaire à suivre...


                            • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 21 juin 01:30

                              C’est quoi les blockchains ? Un logiciel sous perfusion électrique ?

                              Il y a peut-être un interrupteur caché ?

                              Pas confiance du tout !


                              • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 21 juin 02:21

                                @yapadekkoaqba

                                c’ est ca le DeBlock chain 


                              • Jean Keim Jean Keim 21 juin 08:11

                                Bien malin ou présomptueux celui qui peut prétendre connaître les véritables raisons de cette affaire, comme bien des gens, je doute que le but soit notre bien-être.


                                • philippe baron-abrioux 21 juin 09:38

                                  @Jean Keim

                                  Bonjour Jean Keim ,

                                  Trop de personnes confondent l’aisance , le confort matériels qui les font courir à perdre haleine et le bien -être .

                                  Et leur course n’est pas près de s’arrêter !

                                  Bonne fin de journée .

                                  P.B.A.


                                • axiaman 21 juin 12:11

                                  @Jean Keim

                                  En effet, il y a sûrement d’autres motivations qui m’échappent. J’apporte mon éclairage et n’hésitez pas à fournir le vôtre.


                                • Jean Keim Jean Keim 23 juin 07:35

                                  @axiaman

                                  Sans aucun doute et ceci depuis bien des lustres, le moteur de notre civilisation est le profit, que dire d’autres ?


                                • Anatine 22 juin 13:09

                                  Ce qui me parait important c’est la mise en place d’un systeme de paiement independant du systeme bancaire, une alternative quand il s’effondrera. C’est une hérésie que ce systeme soit mis en place par un groupement de multinationales avec la complicite de la finance. Libra peut etre vu une « titrisation » du systeme de paiement et de credit, une chambre de conpensation pour toutes les (crypto)monnaies, un tentative de prise en main face a l’echec relatif des fintechs 1.0...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

axiaman


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès