• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Faut-il privatiser nos fonctionnaires et en finir avec l’emploi à vie (...)

Faut-il privatiser nos fonctionnaires et en finir avec l’emploi à vie ?

Imaginez un referendum sur le sujet, avec un taux de chômage de plus de 10% et une exaspération croissante des citoyens face à la puissance publique, le résultat fait peu de doute : deux tiers des français selon un sondage de l’IFOP y seraient favorables.

Depuis dix ans, l'emploi public a augmenté de 11% principalement dû à la décentralisation en raison des transferts de compétences et du recrutement massif (+38%) dans la fonction publique territoriale.

Les effectifs ont augmenté de manière continue : avec plus de 5 millions de fonctionnaires, cela représente aujourd'hui 25 % de l'emploi total, soit près de deux fois la moyenne des pays de l'OCDE et ce pour un cout hors de contrôle : un quart de la dépense publique passe dans leur rémunération.

30% de l'augmentation des dépenses publiques depuis 2006 sont dus aux retraites, cela représente pour le budget 2015 quelques 75 milliards d'euros à la charge de l’état, c’est-à-dire du contribuable.

Malgré l’opacité savamment maintenue par l’administration sur le cout moyen d’un fonctionnaire, différentes approximations réalisées s’entendent sur un ordre de grandeur de 3,5 million d’€, ce qui permet de se livrer à un calcul effrayant :

Quand l’ancien maire de Paris a recruté 10 000 fonctionnaires, il a engagé une dépense de 35 milliards d'euros soit plus de 4 fois le budget annuel de la ville de Paris, c’est ce qu’il en coûtera au contribuable parisien à ces héritiers et aux enfants de ces héritiers !

Il y a de quoi comprendre l’agacement du contribuable ulcéré par le matraquage fiscale que l’on essaie vainement de justifier par la nécessité de réduire des déficits abyssaux qui ne diminuent toujours pas.

Alors, faut-il en finir avec l’emploi à vie de nos fonctionnaires, avec ce statut et les avantages qui y sont liés, privilèges que les salariés du privé n’ont jamais eu et n’auront jamais : mutuelles avantageuses, conditions de travail, absence de jour de carence, pensions de reversions, retraite calculée d'une manière économiquement injuste.

Un fonctionnaire a-t-il plus de valeur qu'un salarié du privé ? Quelle logique justifie-t-elle de pareilles différences ? Ne serait-il pas plus équitable que tout le monde soit logé à la même enseigne ?

Le statut de fonctionnaire crée en 1946 avait pour objectifs d'instituer en France une fonction publique intègre, compétente et non politisée, c'est-à-dire loyale à l'égard des pouvoirs publics tout en étant à l'abri des pressions politiques ou partisanes.

Et c’est là où le bât blesse, plus personne n’a ce ressenti aujourd’hui, les affaires Cahuzac et autres, « le mur des cons » ont gravement décrédibilisé la fonction publique et provoqué une crise de confiance des français dans la capacité des politiques, magistrats et administrations à gérer le secteur public et les affaires de la France.

Il faut donc revenir aux fondamentaux et faire passer les réformes indispensables pour réorganiser en profondeur la fonction publique en redéfinissant clairement ses attributions, le nombre de fonctionnaires nécessaires et le juste cout à payer pour offrir aux citoyens des services publiques efficaces.

Alors, faisons un rêve :

Imaginons que nos politiques dépassent leurs petits calculs politiciens et leurs spéculations sur le nombre de voix que rapportera ou ne rapportera telle ou telle décision.

Décrispons le débat, arrêtons de faire des fonctionnaires et de leur statut nos boucs émissaires, de penser que leur bureaucratie nous pourrie chaque instant de notre vie administrative, qu’ils ne cherchent qu’à préserver ou toujours obtenir de nouveaux avantages et, finalement, qu’il serait juste et équitable qu’ils souffrent et subissent comme beaucoup d’entre nous les affres du chômage ou la crainte d’être licencié.

Nous avons besoin de fonctionnaires de la puissance publique et il est normal qu’ils soient traités différemment car, ne l’oublions pas, ils sont dépositaires de pouvoirs et de responsabilités considérables et ils peuvent interférer directement dans les droits fondamentaux des citoyens, notamment dans le cas de la police, tribunaux, pompiers, hôpitaux, secteur de la défense, service des impôts et autres missions régaliennes.

Alors, offrir un statut spécial pour ces fonctions essentielles de l'État et la protection de l'intérêt général n’aurait rien d’aberrant et serait même souhaitable pour garantir la contrepartie inhérente

et indissociable : déontologie et éthique irréprochable du fonctionnaire dans l’accomplissement de sa mission de service publique en agissant dans le respect stricte de la loi, avec impartialité, loyauté et neutralité, sans chercher à acquérir des avantages personnels.

Statut spécial, oui mais cela ne justifie en rien l’obligation de l’emploi à vie.

Bien au contraire, la possibilité de licencier pour non-respect de la déontologie attachée au statut spécifique de la fonction est son corolaire indispensable, de la même façon qu’un médecin est rayé de l’ordre pour infraction à l’éthique de sa profession.

Faire du rêve une réalité relève-t-il de la chimère ? Est-il utopique de vouloir s’attaquer au statut des fonctionnaires ?

D’autres pays l'ont fait. En 1993, la Suède a mis fin à l'emploi à vie pour 90% de ses fonctionnaires, la même année l'Italie a adopté une loi similaire, aujourd’hui 85% des agents publics sont des salariés de droit commun et idem au Royaume-Uni. 

Le problème est que la France reste un pays de réseaux corporatistes, de lobbies et contre lobbies, de pouvoirs et contre-pouvoirs, qui peuvent déployer une énergie insensée pour empêcher toute évolution. Notre système politico-administratif nous enferme dangereusement dans une forteresse conservatrice faisant de la France un pays de plus en plus irréformable.

Frustrant car cet immobilisme funeste risque de nous faire passer dans le peloton de queue des mauvais élèves incapables d’appliquer des réformes structurelles archi connus grâce à une pléiade de rapports de qualité jamais mis en œuvre.

À force d’atermoiements, de demi-mesures et de compromissions, le train de la reprise partira sans nous.


Moyenne des avis sur cet article :  2.39/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • howahkan Hotah 9 décembre 2014 17:50

    encore un jaloux.............ou un menteur ou erwanet donc les deux..
    cela dit regardons ici aux us il y a 24 millions d’employés d’état,fédéraux et locaux inclus, c’est du lourd baby du lourd !! ...pour 116 millions de salariés et 8.8 millions de self employed..ce qui est très très lourd., 20 % des travailleurs sont fonctionnaires au pays de Mickey...dans le pays qui dit aux autres : supprimez moi tous ces parasites smileycet article n’a d’autres buts que de persuader qu’il faut démanteler tout l’état français, bien sur sans dire que c’est pour piller le pays...et deux cela sert aussi a attiser la haine des uns contre les autres, donc de créer des conditions de violences civiles, donc on devine d’ou vient ce torchon..cqfd.........



    • trevize trevize 9 décembre 2014 18:22

      Vous avez vraiment lu l’article ? Il dit que nous avons besoin des fonctionnaires, et que nous avons besoin de leur accorder un statut spécial pour garantir leur indépendance.

      Jusque là, il faudrait que vous m’expliquiez où est la volonté de « persuader qu’il faut démanteler tout l’état français »

      Ensuite, l’article dit juste que peut-être qu’il faudrait revenir sur l’emploi à vie des fonctionnaires. Voilà, sur ce point précis, on peut éventuellement discuter. Est ce que c’est juste que les fonctionnaires aient un emploi à vie, quelles que soient les bêtises qu’ils peuvent faire ? (j’ai un ami fonctionnaire, je l’adore, mais il en est à douze ! (12) blâmes. ça vous paraît logique ?)
      Est ce que c’est obligatoirement de la haine et de la jalousie que de simplement faire le constat que sur ce point précis les fonctionnaires sont avantagés par rapport aux salariés ?

      « attiser la haine des uns contre les autres » la haine est déjà là, la haine naît de la division qu’on impose aux hommes. A partir du moment où on range les hommes dans des catégories différentes sans fondement réel tel que salarié ou fonctionnaire, on les oppose et la haine trouve un terrain pour s’exprimer. Les fonctionnaires haïront les salariés pour leurs salaires un peu plus élevés, les salariés haïront les fonctionnaires pour leurs avantages, tels que l’emploi à vie. Les personnes qui appartiennent à une classe donnée sont solidaires entre elles et un peu moins envers les autres, c’est tout naturel, tout comme un français se sent plus proche d’un autre français que d’un chinois, ou un prolétaire se sent plus proche d’un autre prolétaire que d’un bourgeois.

      C’est comme ça qu’on nous mène à la baguette depuis toujours. La stratégie préférée des puissants, « diviser pour régner » commence ici, au moment où on crée des classes d’hommes, des castes avec des droits et devoirs différents.

      Qu’il soit fondé ou pas, le ressentiment de certaines personnes contre les fonctionnaires existe, c’est un fait. Que ce ressentiment soit fondé ou pas, il faut faire avec, ce n’est pas en le niant ou en le taisant qu’on le fera disparaître. Vous savez très bien que quand il y a du ressentiment, de la douleur, il faut qu’elle puisse s’exprimer pour pouvoir se résoudre. En demandant aux gens de taire ce qui les dérange, on ne fait qu’attiser la haine.


    • aimable 9 décembre 2014 18:29

      il y a des yeux qui brillent de mille feux en pensant a cette masse d’argent
       s’en emparer est pour eux un but !!!


    • anomail 9 décembre 2014 18:46

      Non il n’a pas du lire la seconde partie de l’article.

      Il faut dire que le titre à la Erwanet est piégeux smiley


    • howahkan Hotah 9 décembre 2014 19:34

      a moi de vous dire que vous ne saisissez pas du tout ce que cache réellement un tel article..a moins que vous ne veniez ici pour aider cet article...

      du erwanet deguisé ? oui bien sur !!


    • dithercarmar dithercarmar 9 décembre 2014 19:52

      VOTRE VENTRE EST UN FURONCLE.
      Ce n’est pas votre meilleur profil...quoique.


    • trevize trevize 9 décembre 2014 20:36

      Oui, c’est ça grand chef, vous m’avez démasqué, je suis à la solde du grand méchant loup atlantisto-sionisto-satanico-machin-truc.
      Méfiez vous, ils envoient leurs agents pour vous éliminer avant que vous ne répandiez la vérité sur cet affreux complot.

      Vous me faites marrer, vous fustigez sans cesse la pensée binaire, la compétition et la guerre, pourtant vous êtes incapable de voir une discussion autrement qu’un combat, avec deux camps qui s’affrontent, le bon (le vôtre) et le mauvais (celui des autres).

      En gros, comme Georges Bush, on est avec vous ou contre vous.

      Vous n’avez même pas lu ce que j’ai écrit en fait : La haine naît de la division, ce n’est pas l’auteur de l’article qui a inventé la division entre fonctionnaires et salariés, elle était là avant lui, elle sera sûrement là après lui (malheureusement), il ne fait que vous rappeler qu’elle existe. Ce n’est pas parce qu’il se tairait que cette division ne serait pas une réalité. En fait, vous êtes victime du syndrome de cassandre, vous lui en voulez parce qu’il vous rappelle cette triste vérité.

      L’objectif à poursuivre, c’est pas de garder la république française telle qu’elle était il y a 60 ans quand elle a été conçue, mais de faire en sorte que les hommes vivent en paix, qu’ils aient un travail utile à la société et à notre planète. Si pour ça on doit laisser tomber certains trucs, on le fait, et c’est tout. On va pas se coltiner des armées de gratte-papier à vie alors que l’administration se fait de plus en plus en ligne ?


    • Trelawney Trelawney 9 décembre 2014 18:37

      Quand l’ancien maire de Paris a recruté 10 000 fonctionnaires, il a engagé une dépense de 35 milliards d’euros soit plus de 4 fois le budget annuel de la ville de Paris, c’est ce qu’il en coûtera au contribuable parisien à ces héritiers et aux enfants de ces héritiers !

      Si je comprend bien les 35 milliards représentent la dépense pendant le temps de travail et après quand l’employé est en retraite. Donc on va se baser sur une durée de 50 ans par employé.

      Donc 35 000 000 000 / 10 000 / 50 = 70 000 par an et par employé

      A Paris il y a un peu moins de 50 000 employés et 35 milliards (dixit l’auteur) c’est 4 fois le budget de Paris. Donc Paris a un budget de 8.75 milliards.

      70 000 x 50 000 = 3.5 milliard soit 40% du budget de Paris. C’est plutôt bien équilibré. A Paris il y a suffisamment d’employés pour rendre la ville propre et accueillante. Dans le privée il y a des sociétés de services qui dépensent plus que 40% de leur CA en salaire (retraite comprise). En fait elles dépensent tous plus que 40%.


      • Pere Plexe Pere Plexe 9 décembre 2014 18:52

        Le coût moyen d’un fonctionnaire, différentes approximations réalisées s’entendent sur un ordre de grandeur de 3,5 million d’€,Merci de donner vos sources et aussi quelques précisions.Serait ce le coût pour une carrière complète retraite incluse soit environ 70 ans ? 

        Quand l’ancien maire de Paris a recruté 10 000 fonctionnaires, il a engagé une dépense de 35 milliards d’euros soit plus de 4 fois le budget annuel de la ville de Paris
        Hormis que votre calcul soit discutable (voir plus haut) c’est surtout votre raisonnement qui est mauvais.Vous faites comme si les sommes engagées sur 80 ans étaient pertes sèche n’engendrant aucune activité,aucune recette ! Demandez donc aux élus majoritairement UMP qui ont perdus une garnison ou un régiment sur leurs territoires ! Vous devriez aussi intégré le coût de 10000 chômeurs sur la même période. 

        • Pere Plexe Pere Plexe 9 décembre 2014 19:01

          Alors, faut-il en finir avec l’emploi à vie de nos fonctionnaires

          oui bien sur !
          permettons au militaire de démissionner,comme n’importe quel salarié,si un conflit majeur se profil.Permettons à un inspecteur des finances d’aller chercher sa récompense dans le privé après avoir fermé les yeux sur certains dossiers..
          Laissons magistrats et policiers conseiller ceux qui souhaite se soustraire aux lois nationales...


          • trevize trevize 9 décembre 2014 19:17

            Qu’est ce qui empêche un inspecteur des finances, un magistrat ou un policier de conseiller des truands pour détourner les lois à leur profit, et de se faire payer en dessous de table ?

            Qu’est ce qui empêche d’ailleurs ces fonctionnaires de démissionner si ils en ont envie ? Un policier peut arrêter d’être policier quand il le souhaite, tout comme un magistrat. Même un soldat peut refuser de se battre, il devra simplement en payer les conséquences.

            Ce n’est pas le statut de fonctionnaire, et surtout pas la garantie à vie de leur emploi, qui empêchent la corruption.


          • Trelawney Trelawney 9 décembre 2014 19:13

            Alors, faut-il en finir avec l’emploi à vie de nos fonctionnaires

            Supprimer l’emploi à vie de nos fonctionnaires et vous allez connaitre les joies de la corruption genre :

            Tu veux ton formulaire ? Glisse un billet dans le cochon. Ou le policier qui ne te rend plus tes papiers parce que t’as pas glisser un billet dans le porte feuille


            • trevize trevize 9 décembre 2014 19:28

              Nos hommes politiques ont l’emploi à vie, ça ne les empêche pas d’être corrompus. La nature est ainsi faite : on en veut toujours plus.

              Jusqu’à la « crise », les fonctionnaires grecs avaient eux aussi l’emploi à vie. Vous trouvez que ça a empêché la corruption ?

              Le problème de la corruption, c’est plutôt un problème d’argent liquide. Pas d’argent liquide, pas de corruption, pas de caisses noires, pas de trafic de drogues, d’armes ou d’êtres humains, de triche, de dessous de tables ni de paradis fiscaux. Tout est noté et traçable de A à Z.
              ça vous fait peur, mais ça viendra. Vivement, comme dirait l’ami lsga


            • dithercarmar dithercarmar 9 décembre 2014 19:43

              Bonsoir Michel bougydeval,

              Nous nous joignons à votre article et l’appuyons (si c’était encore nécessaire) de ces quelques lapalissades qui ne feront pas plaisir à 5 millions d’ixodes :
              le fonctionnariat (à la française) est le furoncle de la démocratie de par ses privilèges, et n’a pas lieu d’être. Il paralyse tout un peuple par l’inertie dans son immobilisme. En empêchant toutes initiatives et prises de positions.
              La stagnation des actes et de ses règles (lois, réglements, tribunaux etc) crée des êtres à part et à part entière, mais plus des citoyens français.
              Ils coûtent à chacun une partie de vie  ; pour leurs appointements, leur fonctionnement (c’est tout bonnement immonde), leurs inutilités d’actions (multiplication d’acteurs pour une même fonction) etc. Ce sont les outils de l’état les plus chers.
              C’est un racket permanent et surnuméraire. Rien ne peut justifier autant de malfaisance à l’égard d’un peuple. Les fonctionnaires sont normalement au service du peuple : or, depuis bien trop longtemps, c’est le peuple qui est à leur service.
              Imaginons qu’il soient juste le nombre NECESSAIRE POUR RENDRE LEUR SERVICE, IL RESTERAIT À TOUS LES FRANÇAIS LE LOISIR DE BÉNÉFICIER D’UN REVENU MINIMUM VITAL ET UN VRAI ET Y COMPRIS AU EX-FONTIONNAIRES.

              Définition de la corruption  : la corruption est la perversion ou le détournement d’un processus ou d’une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d’obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d’obtenir une rétribution en échange de sa bienveillance. Elle conduit en général à l’enrichissement personnel du corrompu ou à l’enrichissement de l’organisation corruptrice (groupe mafieux, entreprise, club, etc.1). C’est une pratique qui peut être tenue pour illicite selon le domaine considéré (commerce, affaires, politique...).

              Elle peut concerner toute personne bénéficiant d’un pouvoir de décision, que ce soit une personnalité politique, un fonctionnaire, un cadre d’une entreprise privée, un médecin, un arbitre ou un sportif2, un syndicaliste ou l’organisation à laquelle ils appartiennent.

              La corruption des fonctionnaires commence par leur statut puis par leur salaire : lien extrêmement récent...

              Six outils pour pousser les Français à agir contre la corruption Le Monde‎


              • Pere Plexe Pere Plexe 9 décembre 2014 20:01

                Les fonctionnaires sont des grosses feignasses qui ne bossent pas assez...et vous proposez , en guise de remède, de les payer à ne rien faire...

                C’est bien ça ?

              • trevize trevize 9 décembre 2014 20:27

                @dithercarmar Je suis assez en accord avec vous, sur le fond, mais je vous trouve trop violent. Vous ne faites pas avancer la cause.

                Le découpage de la société française en castes (n’ayons pas peur des mots) est une véritable plaie, mais on ne résoudra pas le problème en continuant à insulter et exciter les castes les unes contre les autres.

                Les gens s’identifient à leur caste, comme les psychotiques, ils ont un problème de limites entre eux et le monde qui les entoure. Ils prennent toute critique contre leur caste comme une attaque réglée contre leur personne.

                Il faut déjà les amener à comprendre qu’il y a une différence entre leur personnalité propre et le rôle qu’ils jouent dans la société.


              • dithercarmar dithercarmar 9 décembre 2014 22:12

                @Gauche Normale,

                Notre avis est que les fonctionnaires sont inutiles : ils sont fait pour fonctionner et ils le font très mal.
                Grève ou pas, ils nous tiennent en otage toute façon. Et lorsqu’ils font grève, ce n’est jamais pour de bonnes raisons. Leur protectorat est immense, que ce soit du côté des syndicats ou de l’état.
                Si nous n’avons pas de courrier, par exemple, pendant quelques jours, ou si nous ne pouvons pas prendre le train etc, c’est simplement la chaîne de l’esclavagiste qui se raccourcit.
                Le fond du problème est que le fonctionnaire reste la main qui obéit, qui s’avachit, qui profite.
                 


              • dithercarmar dithercarmar 9 décembre 2014 22:35

                Bonsoir Trevize,

                Votre analyse mais pas fausse non plus, mais nous vous trouvons trop calme.
                Il y a un moment où, quand la coupe est pleine et trop contenue, elle finit par déborder.
                La violence verbale, dans ce cas de figure, est parfois nécessaire pour que les choses soient claires.
                Il faut appeler un chat un chat.
                La solution à la« cause » est déjà dans notre commentaire ; déjà réduire le nombre considérablement trop élevé de fonctionnaires et les déposseder de leur protectorat. Ils apprendront peut-être à faire ce que vous proposez : faire la différence entre le rôle qu’ils jouent et eux-mêmes.
                Les fonctionnaires sont comme des enfants sur-protégés. Mettez-les dans des situations qui demandent du sang-froid, de la jugeote, de la rapidité de réaction/exécution  : il n’y a plus personne.
                Telle est notre expérience depuisque nous avons l’âge de raison...
                Et la France n’est pas une exeption. Il y a les « pousse-crayons » en Amérique du nord ! Etc.
                Nous allons être de plus en plus violent. Attention !
                Le fonctionnariat crée non pas une caste, mais une race psychologique.
                Un peu d"humour...


              • dithercarmar dithercarmar 10 décembre 2014 00:41

                visés.., non pas particulièrement.
                Envie de dire ce qu’on pense, oui.


              • dithercarmar dithercarmar 10 décembre 2014 00:47

                @pere plexe,
                Si ce commentaire nous était adressé..., relisez le nôtre. Ce n’est pas du tout ce qui est écrit.
                Sinon, excusez-nous.


              • dithercarmar dithercarmar 10 décembre 2014 06:34

                @Gauche Normale et @Trévize,
                Il y a un problème majeur :

                LES PRIVILÈGES...


              • dixneuf 11 décembre 2014 11:30

                Il ne sont pas tous touut à fait inutiles mais ils sont beaucoup trop nombreux.


              • Claude Simon Gandalf 9 décembre 2014 19:47

                Lorsque l’on entend, sur telle radio locale, que dans telle mairie, 18 agents municipaux sur 32 sont en arrêt maladie, il y a effectivement le droit de se poser la question de l’emploi à vie dans la fonction publique.


                Mais remettre en question ce statut devrait passer d’abord par une meilleure gestion macro-économique de notre secteur privé, qui est trop exposée aux vents violents du mondialisme : la vie familiale a ses raisons que l’économie ignore.

                • Gasty Gasty 10 décembre 2014 09:56

                  @ Gandalf
                  Vous pouvez aussi vous poser la question sur la réalité des faits qui sont rapportés ! Mais étrangement, être un agent municipal vous propulse immédiatement dans la catégorie ( comme dirait trevize « la caste ») des fainéants, alcooliques trop payé etc...
                  Pourtant l’agent municipal qui a été recruté, ne l’a pas été sur des critères ou un questionnaire à remplir du genre :

                  Etes-vous fainéant ?
                  Acoolique ?
                  Souhaitez-vous etre trop payé ?

                  Ou alors il faut croire qu’ailleurs, les principales questions seraient :

                  Détestez-vous les syndicats ?

                  Etes-vous un larbin ?

                  Pensez-vous que les fonctionnaires sont de grosses feignasses ?

                  Ce qui serait effectivement une violence non dissimulé.


                • Doume65 10 décembre 2014 12:10

                  Rappelons que Normal 1er s’est dépêché en arrivant de supprimer la journée de carence des fonctionnaires. Rappelons que cette période de « carence » est de trois jours dans le privé. L’introduction d’une seule journée de carence avait fortement réduit l’absentéisme.
                  Cette suppression n’était pourtant pas dans son programme. On peut se demander s’il ne l’a pas fait juste parce qu’elle avait été mise en place sous Sarko. Notons que les trucs vraiment cons de Sarko, comme l’intégration au commandement de l’OTAN ont été, eux, avalisés par ce ... (je préfère ne pas pas le qualifier pour rester poli).


                • Claude Simon Gandalf 10 décembre 2014 13:43

                  @Gasty :Effectivement, il reste le soupçon.


                  Cependant, quand un fonctionnaire de tel centre des impôts vous affirme que la règle, est d’un arrêt maladie sur 3 dans son service, il n’y a plus de soupçon à avoir.

                  Sans vouloir rabaisser le statut de service public, qui, dans trop de situations, joue le rôle de bouée de secours économique, il n’est pas légitime que le régime de retraites de la SNCF prélève 2 milliards 5 par an sur le régime général.

                  D’un autre côté, j’ai connaissance de fonctionnaires particulièrement méritants, dont les qualités professionnelles n’ont guère besoin du gage que l’économie privée apporterait en termes d’efficacité notamment. D’ailleurs, l’économie privée, qui peut effectivement se vanter d’être plus efficace, ouvre également la porte à toutes sortes de prédation et de biais 

                  En France, nous avons tout à gagner à remettre sur pied des règles de gestion de l’économie privée qui nous préservent de la prédation anglo-saxonne, et qui permettent aux investisseurs, entrepreneurs et salariés une lisibilité à long terme plutôt que de s’aveugler en s’arc-boutant ou en voulant saborder les acquis de la fonction publique.

                  Il reste, que la fonction publique ayant la force de la loi de son côté (et le monopole de la violence incarné par l’état), sous prétexte égalitariste, normatif, procédurier, voire de politiquement correct , jouit d’une position dominante vis à vis du secteur privée, en abuse, et de ce fait, a la fâcheuse tendance à asphyxier l’intérêt pour le secteur privé sur notre territoire, au profit de l’étranger. Pour illustrer, si la France peut se targuer d’être n°2 mondial pour la qualité de ses infrastructures, cela semble être au prix d’une économie privée anémiée ou chancelante.

                  Bref, si l’on peut, en France, se réjouir d’un secteur public qui, relativement aux autres pays, se porte bien (n’allez pas me faire croire que le secteur public américain, essentiellement versé dans un délire au service du complexe militaro-industriel, vaille le nôtre), c’est trop souvent pour diaboliser l’économie de marché, qui malgré toutes les versions abusives qui ont été émises ces dernières décennies, est l’un des meilleurs piliers idéologique au service du fonctionnement du secteur privé, et mérite plus de réflexion et d’attention.



                • Scual 9 décembre 2014 20:12

                  Ah la propagande...

                  Vous savez que ce qui coute le plus cher dans le pays de TRES TRES TRES TRES loin c’est les entreprises ?

                  On parle pourtant de milliers de milliards !

                  Quoi ? Bien sur que je ne prends pas en compte ce qu’elle rapportent mais uniquement ce qu’elles coutent. Ben oui comme cet article, pourquoi ferais je l’effort d’être honnête ?


                  • rocla+ rocla+ 11 décembre 2014 07:14

                    Exact supprimons les entreprises et gardons les fonctionnaires . 


                    La solution .... smiley

                  • Scual 11 décembre 2014 11:13

                    Ça marcherait pas forcément moins bien hein. L’économie capitaliste n’est pas moins à la dérive que celle de l’ancienne URSS. Pas de la même manière, mais dans la plupart des aspects, c’est encore pire.

                    Mais de toute façon il n’est pas question de fermer l’un ou l’autre, les deux étant bien évidement complémentaires. En tout cas une chose est sure : les pays où l’Etat est le moins absent n’ont pas plus que les autres de jolis comptes à faire bander les comptables, il ne suffit pas de deux ou trois exceptions pour faire une règle. Au contraire la généralité qui se dégage c’est que le niveau de vie y est plus bas... bref c’est des pays plus pauvres. Pas sur que ça soit un modèle.


                  • bourrico6 11 décembre 2014 11:44

                    Exact supprimons les entreprises et gardons les fonctionnaires .

                    Je suis toujours impressionné par la pertinence des propos du troll bouffon.
                    Quel cerveau ce mec alors !


                  • Pascal L 9 décembre 2014 22:29

                    Le problème du statut des fonctionnaire est plus complexe qu’on le pense généralement.

                    Dans beaucoup de pays, les hauts fonctionnaires sont nommés avec les gouvernements (USA...) où sur dossier pour une durée limitée (Suède…). Imaginons un instant les énarques obligés de défendre tous les 6 ans leur bilan pour voir renouveler leur poste avec le risque d’une obligation de quitter le service public.
                    Parmi les fonctionnaires, il y en a qui créent de la richesse comme les profs qui arrivent à transmettre quelque chose à leur élèves et d’autres qui ne sont là que pour protéger leur hiérarchie ou eux-mêmes. Il y a des professions qui ne sont pas remplaçables comme les juges ou les policiers et d’autres qui font un travail qui existe également dans le privé (les informaticiens par exemple).

                    La bureaucratie est sans doute l’effet le plus pervers de la production de la fonction publique et celui qui crée le plus de rancœurs dans la population. Il suffit d’aller s’inscrire à Pôle Emploi pour comprendre que la Maison des Fous d’Astérix n’est pas loin, les fonctionnaires ne sont jamais du mauvais côté du guichet. La bureaucratie n’a souvent pour objectif que la protection d’une situation, d’un groupe de personne ou d’une politique.
                    Toute tentative de modifier ce fonctionnement demande des investissements colossaux, car une organisation différente ne s’improvise pas. Comme l’Etat n’a plus d’argent, aucune évolution ne peut être envisagée aujourd’hui. Pour supprimer des fonctionnaires, il faut leur trouver du travail ailleurs. Si c’est pour les mettre au chômage, le coût est sensiblement identique pour l’Etat, une réorganisation de la fonction publique ne peut se faire qu’en période de croissance.

                    Il est vrai que la plupart des fonctionnaires ne sont pas responsables de la mise en place de l’économie de prédation qui prévaut aujourd’hui mais les dirigeants politiques protègent ce système. La bureaucratie est le moyen le plus efficace qu’ils ont trouvé pour que rien ne bouge et une partie des hauts fonctionnaires en sont les organisateurs. Quand on ne sait pas quoi faire, on organise comment le faire. F. Hollande et ses camarades de promo ont bien été embauché par F. Mitterrand dans ce but. Pour une grande partie de la population, le silence des fonctionnaires peut être interprété comme de la complicité même si c’est largement exagéré car les fonctionnaires sont tenus par le devoir de réserve.

                    La solution passe d’abord par une réorganisation des moyens de contrôle démocratique dans ce pays (des vrais contre-pouvoirs) et des modes d’élections qui ne donnent pas le contrôle du pays aux partis politiques.

                    • lloreen 9 décembre 2014 23:14

                      Supprimons tous les fonctionnaires ; tous deviendront experts et consultants. Et enfin , le monde sera débarrassé du chômage.


                      • redrock redrock 10 décembre 2014 00:47

                        calcul surréaliste et manipulatoire !
                        3,5 M par tête sur 55ans donne un salaire net de 5303 /mois or le salaire moyen dans la FP est de 2 459 euros dans la FPE, les agents de la FPT de 1800 euros et ceux de la FPH de 2 205 euros.
                        Mais faites alors le même calcul pour un médecin, un banquier, un footballeur...
                        Voir tous les chiffres et comparatifs ici :
                        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-poids-de-l-etat-providence-152380

                        Il n’y a d’emplois à vie que pour les héritiers !
                        Les autres travaillent et cotisent pour les retraites ou pensions !
                        Il est vrai que le statut de la FP est plus avancé socialement et doit tirer vers le haut le statut général. Il’ est encore plus vrai que les oligarques ultralibéraux veulent instaurer un dumping social généralisé et diviser les travailleurs entre eux dans une jungle de concurrence libre et non faussée ! Non Mais !!!
                        Vous êtes expert auprés de l’OMC, de l’UE, du Pacte Transatlantique, de la Trilatérale, de la BCE... ?


                        • slave1802 slave1802 10 décembre 2014 09:32

                          Ça serait bien que vous mettiez autant de haine à combattre les actionnaires...
                          Qui, comme les fonctionnaires ont un revenu à vie, n’en branlent pas une et coutent une fortune à la société...


                          • Robert GIL Robert GIL 10 décembre 2014 09:48

                            « le cout moyen d’un fonctionnaire, différentes approximations réalisées s’entendent sur un ordre de grandeur de 3,5 million d’€ » ... sur combien d’années ? c’est quoi ce calcul a la con ?
                            .
                            Par contre ce qui est sur c’est que le BUDGET DE L’ÉTAT : 280 milliards d’euros . CADEAUX AUX ENTREPRISES : 230 milliards d’euros !
                            .
                            quand aux fonctionnaires, voici : deux petits articles pour ne pas mourrir idiots :
                            .
                            1) LA CHASSE AUX FONCTIONNAIRES, SPORT NATIONAL !
                            .
                            2)C’EST LA FAUTE AUX FONCTIONNAIRES !


                            • bourrico6 10 décembre 2014 09:57

                              En finir avec l’emploi à vie, oui, c’est une évidence, et en finir avec certains privilèges abusifs, c’est une évidence aussi.

                              Mais privatiser, ça n’a aucun sens, supprimons l’Etat et venons en directement au féodalisme des multinationales avec leur milices privées et qu’on en parle plus dans ce cas.


                              • Robert GIL Robert GIL 10 décembre 2014 10:05

                                quand vous ecrivez "Quand l’ancien maire de Paris a recruté 10 000 fonctionnaires, il a engagé une dépense de 35 milliards d’euros soit plus de 4 fois le budget annuel de la ville de Paris", vous compter la carrierre complete et la prise en charge de la retraite des personnes embauchés et vous ne comparez qu’avec le budget annuel, donc, pour etre precis, prenons le budget de la ville de paris sur la meme periode , et nous trouvons : 621 milliards !...donc il est ou le probleme ? Vous etes un manipulateur !
                                .

                                 par contre lisez cet article paru sur un journal suisse  :
                                COMMENT LES RICHES MENACENT L’ECONOMIE
                                .
                                 ou ce livre de S.Georges : LES MULTINATIONALES VEULENT EN FINIR AVEC LA DEMOCRATIE


                                • eric 10 décembre 2014 10:41

                                  Je suis globalement d’accord, mais il me semble qu’il y aurait encore plus urgent : Plus un million de fonctionnaires en quelques années, 10 point de PIB dépensés en plus. Le résultat, confirmé par l’ensemble de syndicats de la fonction publique, c’est « une dégradation continue de la qualité des services publics ». Il y a de plus en plus de monde, de plus en plus cher, et cela marche de plus en plus mal.

                                  Au fond, le cout, le statut, c’est presque secondaire par rapport à, en avons nous pour notre argent ?
                                  Les Danois payent un chouia de plus que nous en pourcentage du PIB, mais il faut voir la qualité de service à laquelle ils ont droit.

                                  Rien que d’utiliser plus intelligemment et efficacement toutes ces ressources, constituerait en soit déjà un immense progrès.

                                  On parle des corporations les plus conservatrices et les plus revendicatives du pays ( du reste ils votent majoritairement à gauche). Changer leur statut ? Il y aura du boulot. Accroitre les droits de regards participatifs des élus et des citoyens pourrait permettre de faire évoluer les choses positivement. Par exemple, tu as le droit de changer d’école si celle de tes enfants est nulle. C’est sur que les profs se mettront au boulot...


                                  • lloreen 10 décembre 2014 14:44

                                    « C’est sur que les profs se mettront au boulot... »

                                    Pourquoi se mettront-ils au boulot ?
                                    Sont-ils tous au chômage ?


                                  • bourrico6 10 décembre 2014 10:50

                                    À force d’atermoiements, de demi-mesures et de compromissions, le train de la reprise partira sans nous.

                                    Quelle reprise ?
                                    C’est tout notre système qui s’enfonce sous son propre poids, croire à la reprise, c’est comme croire à la croissance, à un moment c’est de la naïveté maladive.
                                    Le système refuse de se réformer, au lieu de ça il nous demande à nous de nous mettre poil et de nous réformer.

                                    Il n’y aura pas de reprise, il n’y aura pas de baisse du chômage tant que tout ne se sera pas cassé la gueule.
                                    En général, l’Histoire nous apprends que la guerre est souvent la solution trouvée à ce genre de soucis, mais la vraie, celle qui mobilise la nation dans son ensemble.


                                    • lloreen 10 décembre 2014 14:46

                                      « c’est comme croire à la croissance, »

                                      Croire en la croissance est le ba.ba. de tout bon esclave à la solde des escrocs de la FED !
                                      Croissance=augmentation de la dette.
                                      C ’est bien ce credo que ressassent tous les présidents des entreprises gouvernementales depuis 1973 !


                                    • lloreen 10 décembre 2014 14:48

                                      Sarkozy promettait d’ aller « chercher la croissance avec les dents ».
                                       
                                      A force de râcler le sol il a atteint le 42ème sous-sol.


                                    • lloreen 10 décembre 2014 14:51

                                      « l’Histoire nous apprends que la guerre est souvent la solution trouvée à ce genre de soucis, ».

                                      L’ Histoire tronquée des escrocs nous instille effectivement que la vie à leur disposition se résume à « être obligé de gagner sa vie » pour la leur « payer » en échange de quoi, de temps à autre, lorsque la machine s’ enraye, il faut être disposer à récolter des bombes dans la figure.


                                    • lloreen 10 décembre 2014 14:51

                                      pardon : être disposé.


                                    • lloreen 10 décembre 2014 13:19

                                      Pour information.

                                      http://www.alterinfo.net/Le-Vatican-la-City-de-Londres-et-le-District-of-Columbia_a96013.html#last_comment

                                      Extrait.

                                      "

                                      Certains demanderont pourquoi avoir oublié Wall Street ? Réponse : Wall Street est au service de ces trois entités nommées, Wall Street est à la botte, comme tous les gouvernements… Le nœud de vipères est constitué historiquement et dans l’ordre chronologique du Vatican, de la City de Londres (état dans l’état) et du District of Columbia yankee.
                                      – Résistance 71 –
                                       
                                      L’empire de la City

                                       
                                      La ville état du Vatican, le District of Columbia et la City de Londres forment un empire inter-connecté.
                                      Ces trois cités-états entreprises contrôlent le monde économiquement au travers de l’entreprise financière de la City de Londres, militairement au travers de Washington District of Columbia (D.C) et spirituellement au travers du Vatican.
                                      ▪ Elles ne paient aucun impôt
                                      ▪ Elles ne sont sous aucune autorité nationale
                                      ▪ Elles ont leur propre drapeau indépendant
                                      ▪ Elles ont leur propres lois séparées
                                      ▪ Elles ont leur propre force de police
                                      Elles ont des identités totalement différentes du reste du monde. Les trois étoiles qui sont sur le drapeau du District of Columbia (voir la photo sur l’article original) réfèrent aux trois cités-états, une pour chaque ville de l’empire.

                                      Washington DC
                                      Le président des Etats-Unis Obama, et les autres avant lui, opère en tant que “roi vassal” prenant ses ordres de la “City of London” au travers du Royal Institute of International Affairs (NdT : RIIA la maison mère du CFR en grande-Bretagne…).
                                      La constitution du district of Columbia fonctionne sous la loi romaine tyrannique connue sous le nom de “Lex Fori” qui ne ressemble en rien à la constitution des Etats-Unis. Lorsque le congrès a voté la loi de 1871, il créa une entreprise distincte connue sous le nom d’Etats-Unis/US (NdT : et non pas “d’Etats-Unis d’Amérique”/USA) et un gouvernement corporatiste, entrepreneurial pour le District of Columbia. Cet acte de trahison a permis au District of Columbia de fonctionner comme une entreprise en dehors de la constitution originale des Etats-Unis d’Amérique et en dehors des meilleurs intérêts des citoyens américains.

                                      City of London Inc.
                                      Devenue un état souverain en 1694 lorsque le roi William III d’Orange privatisa et retourna la Banque d’Angleterre à des banquiers privés. En 1812, Nathan Rothschild torpilla le marché boursier anglais et prît alors un contrôle frauduleux de la Banque d’Angleterre.
                                      Aujourd’hui, la ville état de Londres (City) est le centre financier mondial et le kilomètre et demi carré le plus riche de la planète.
                                      Elle abrite ;
                                      ▪ La Banque d’Angleterre contrôlée par Rothschild
                                      ▪ Lloyds of London
                                      ▪ Le London Stock Exchange
                                      ▪ Toutes les banques britanniques
                                      ▪ Les succursales de 384 banques étrangères
                                      ▪ 70 banques américaines
                                      ▪ Journaux de Fleet Streets et Publishing Monopolies
                                      ▪ Le QG mondial de la franc-maçonnerie
                                      ▪  Le QG pour le cartel mondial monnétaire connu sous le nom de “la couronne” ou “the Crown”

                                      Elle ne fait pas partie de la ville de Londres ou de l’Angleterre ou du Commonwealth britannique


                                      Le Vatican Inc.
                                      La fortune collossale du Vatican inclut d’énormes investissements avec les Rothschild en Grande-Bretagne, en France et aux Etats-Unis et avec de très grosses entreprises pétrolières et de l’armement comme la Shell, BP et General Electric.
                                      Le stock de lingots et de pièces d’or du Vatican vaut des milliards, il est emmagaziné à la Banque D’Angleterre contrôlée par les Rothschild et à la Réserve Fédérale américaine.
                                      L’église catholique est la plus grosse puissance financière au monde, la plus grosse accumulatrice de richesses et de propriétés en existence, possédant plus de biens et de richesses que toute banque, entreprise, fond de trust géant et gouvernement n’importe où sur la planète.
                                      Le pape, qui est le dirigeant visible de cette fortune mondiale colossale, est un des hommes les plus riches de la planète.
                                      Alors que les deux tiers de l’humanité vit avec moins de 2$ per jour et un cinquième (1/5) du monde est sous-alimenté ou meurt de faim, le Vatican est à la tête de la richesse mondiale, profite inlassablement de ses investissements sur le marché boursier et dans le même temps prêche le “don”.
                                      Durant la seconde guerre mondiale, le Vatican fut critiqué pour son soutien à Hitler et son régime nazi. A ce jour, le Vatican est toujours sous le coup d’une enquête pour le pillage de l’or nazi des banques suisses et des comptes des victimes juives de l’holocauste nazi.
                                      Ces cinq dernières décennies, plus de 1500 prêtres et évêques ont été identifiés pour avoir harcelé sexuellement des dizaines de milliers de jeunes garçons et filles au sein de leur congrégations religieuses et leurs orphelinats.
                                      1- Pourquoi cette institution honteusement riche prêche t’elle des valeurs spirituelles, la pauvreté et la chasteté, alors que des cardinaux, des prêtres et des évêques couvrent leurs crimes d’abus sexuels et de viols ?

                                      2. Pourquoi l’église a t’elle lutté contre et résisté aux accusations et aux demandes de compensation de ses victimes sexuellement, émotionnellement et spirituellement traumatisées ?
                                       
                                       
                                      Organisation de la Conférence Internationale des Peuples

                                       
                                      url de l’article original : http://peoplesconference.org/empire_of_the_city.htm
                                       
                                       Traduit de l’anglais par Résistance 71 

                                       

                                      Les fonctionnaires sont des employés. De là à penser qu’ ils sont les gêneurs pour les ultra-libéraux qui n’ ont besoin que de larbins kleenex...


                                      • lloreen 10 décembre 2014 13:23

                                        A l’ auteur.

                                        Puisque vous êtes pour la suppression de l’ emploi à vie, vous souhaitez éradiquer le chômage exponentiel comment ?
                                        Excusez-moi, je pensais que cela était un souci pour les ultra-libéraux....


                                        • Spartacus Spartacus 10 décembre 2014 16:29

                                          Vous imaginez ma bonne dame vivre sans statuts et emploi à vie ? 

                                           Que ce sont des idées vils et horribles.

                                          Aligner les systèmes de retraite ? Que ce sont des idées vils et horribles.
                                          Qu’ils payent les mêmes cotisations sociales ? Que ce sont des idées vils et horribles.
                                          Avec le même nombre d’heures de travail que le privé ? Que ce sont des idées vils et horribles.
                                          Avec la sanction et la carence de l’absentéisme comme dans le privé ? Que ce sont des idées vils et horribles.
                                          Que le statut devienne le droit commun comme les autres ? Que ce sont des idées vils et horribles.

                                          Comme les Suisses ?
                                           Les Italiens ? 
                                          Les Danois ? 
                                          Les Néerlandais ? 
                                          Ces vils pays néo-ultra-archis-libéraux et leur chômage de masse tellement plus élevé que la France ?développés qui ne connaissent pas les statutaires à vie ????

                                          Vous comprenez ma bonne dame, il y a des gens sur terre qui ont droit naturellement à plus que les autres....
                                          Chez les Nazis c’était les Ariens, En France se sont les fonctionnaires...

                                        • lloreen 10 décembre 2014 18:15

                                          Je m’ excuse de ne pas trop avoir compris le sens de votre commentaire.

                                          Si vous estimez que je défends les privilèges des uns contre les autres, c ’est que je me suis mal exprimée.
                                          Je n’ apprécie pas d’ entretenir l’ esprit de division qui ne peut servir que ceux qui s’ en délectent.
                                          Il faut savoir ce que l’ on veut.

                                          Ou alors on est pour une société libérale où TOUS ont le droit de vivre leur vie comme ils l’ entendent sans devoir être obligé de « gagner » sa vie...
                                          Pour la « payer » à qui du reste ?
                                          Aux banquiers ?
                                          Je ne savais pas qu’ il existait un droit de péage pour s’ incarne ici...La prochaine fois je ferai un grand détour...

                                          Ou on est pour l’esclavagisme et évidemment, pour ceux-là, ceux qui sont du mauvais côté de la barrière auront leur pauvre vie pour déguster, baisser l’ échine et leurs yeux pour pleurer.

                                          Je n’ ai pas compris pourquoi il fallait opposer les uns aux autres.
                                          Les fonctionnaires ont une situation enviable ?
                                          Mais tant mieux pour eux ! A charge pour les autres de faire en sorte d’ être alignés sur eux.

                                          Quant à l’ absentéïsme...Quelqu’ un s’ est déjà posé la question du pourquoi ?

                                          Que vaut-il mieux ? Etre absent ou devoir recourir au suicide ?

                                          Quel beau cadeau de la vie que de devoir choisir entre la maladie et le suicide

                                          Mon écoeurement est total.


                                        • Spartacus Spartacus 10 décembre 2014 21:29
                                          Non les fonctionnaires n’ont pas une situation enviable d’un point de vue libéral.
                                          Un libéral ne souhaite pas avoir comme le fonctionnaire un statut qui lui donne plus de privilèges que sont voisin.....

                                          Le libéralisme c’est l’équité stricte des droits.....

                                          Quand à l’absentéisme, il est certainement du à l’absence de vrais patrons dirigeants. 
                                          L’absence de réalité de perdre son poste rend les petits chefs plus cruels qu’un vrai patron dans le privé. 

                                        • izarn izarn 10 décembre 2014 14:29

                                          La débilité nabosyque, macronienne et du medefion.
                                          On voit pas comment un fonctionnaire pourrait se recaser la plupart du temps, car sa mission est bien trop spécifique. Sa mentalité totalement étrangère au capital. Contre pouvoir nécessaire, car il n’y a jamais eu aucune morale, aucune vertu, aucune éthique dans le capital.
                                          Le capital c’est comme une pioche. Il y a de la vertu dans une pioche ?
                                          Privatiser l’Etat c’est se foutre de la tronche du citoyen !
                                          C’est du vol à main armée de la Nation par les crapules en faillites qui cherchent de l’avoine pour leurs chevaux de course.


                                          • lloreen 10 décembre 2014 14:58

                                            La fin de l’ emploi à vie est une chose excellente si cela implique que la vie ne se résume pas à devoir travailler en échange de monnaie de singe.
                                            Mais je ne pense pas que ce soit la vision des esclavagistes à la solde de la FED.


                                            • lloreen 10 décembre 2014 15:13

                                              Si l ’ on prend en considération la fin tragique de bon nombres de personnes employées dans les sociétés autrefois publiques et privatisées ensuite, dans lesquelles une augmentation sidérante de suicides eut lieu , l’ auteur aurait pu avoir un minimum de retenue dans le choix du titre de son article.

                                              Sans compter qu’ il y a dans service public le mot SERVICE. Ce que n’ implique nullement le privé.
                                              Je n’ ai jamais entendu parler de SERVICE privé.

                                              A comparer les deux, je préfère le service public payé par la contribution de chacun (sauf par les requins des cartels qui s ’ingénient à privatiser les profits et socialiser les pertes, ce qui a pour résultat inévitable de vider les caisses de l’ état et de spolier les bénéficiaires de leurs prestations.

                                              S’ il est évident que tout ne fonctionnait pas à la perfection dans le service public, je n’ ai pas encore eu la preuve que le privé soit irréprochable.
                                              Les gens avec qui je discute me parlent d’ épuisement au travail, de dépressions des collègues, de contrats précaires et d’ un écoeurement de plus en plus visible.


                                              • Dwaabala Dwaabala 10 décembre 2014 15:32

                                                C’est une très ancienne position patronale que d’être contre la fonction publique.
                                                Il serait plus malin de lui opposer la garantie à vie du travail pour chacun.


                                                • Spartacus Spartacus 10 décembre 2014 16:35

                                                  Je propose au statutaire de créer son entreprise et de promettre a ses employés l’emploi à vie.....Pour voir si sa connerie est crédible.


                                                  Houpssss j’avais oublié que c’était trop risqué. 

                                                  Houpssss non il peut aussi passer en « disponibilité » et continuer à cotiser comme Hollande. Mieux que le capitalisme le statut....La cotisation à un régime spécial, la rente for-mi-dable assurée sans qu’importe que le placement soit rentable ou pas. Y’a toujours une génération suivante pour assurer la gamelle du fonctionnaire à vie....Même s’il travaille pas.


                                                • Dwaabala Dwaabala 10 décembre 2014 18:59

                                                  J’avais oublié : en finir avec l’actionnariat à vie et les glissements à vie de postes de président à directeur général et de directeur général à PDG.
                                                  Et mettre les @ spartacus au RSA.


                                                • Spartacus Spartacus 10 décembre 2014 19:42

                                                  @Dwaabala

                                                  Actionnaire à vie ça n’existe pas, et les PDG sont élus par les conseils d’administration....
                                                  Mais un coco ça ne sait pas. 
                                                  Et ces gens là ne vivent pas de l’argent de l’impôt.....

                                                  Quand à mettre des spartacus au RSA, c’est ignorer que les spartacus ne réclament jamais rien. Ils n’attendent pas que les autres les prennent en charge. 
                                                  Ils se prennent en charge eux même. C’est une question d’état d’esprit. 

                                                • Spartacus Spartacus 10 décembre 2014 21:34

                                                  Et alors ? 

                                                  C’est leur pognon pas le votre ni celui de la collectivité.... 
                                                  Il y a 21 millions de joueurs de loto avec les mêmes objectifs. On n’en fait pas un fromage. 


                                                • bourrico6 11 décembre 2014 11:47

                                                  C’est leur pognon pas le votre ni celui de la collectivité....

                                                  Le 1 du départ oui, c’est à eux.
                                                  Les 999 autres, ils le prennent ou ?


                                                • bourrico6 11 décembre 2014 11:49

                                                  Il y a 21 millions de joueurs de loto avec les mêmes objectifs. On n’en fait pas un fromage.

                                                  Chaque joueur à les mêmes chances de gagner.

                                                  Chaque homme n’a pas les même chances de gagner au jeu de l’actionnaire.
                                                  Déjà il faut le 1 du départ, puis il faut la mentalité qui va avec, fort heureusement, tout le monde ne pense pas qu’a se faire un max de fric sur le dos des autres.

                                                  Arguments médiocre au possible, comme toujours avec toi.


                                                • Spartacus Spartacus 11 décembre 2014 17:04

                                                  Mais non l’actionnaire ne se fait pas de fric sur le dos des autres


                                                  L’entreprise dans laquelle il a investi a accepté son argent. 
                                                  Les dividendes sont issus d’échanges acceptés ou refusés par les clients. 
                                                  Les pertes sont assumées par lui.

                                                  Rien ne peut être construit sans l’accumulation de capital. Voila pourquoi il faut l’encourager.

                                                • bakerstreet bakerstreet 10 décembre 2014 16:36

                                                  Pas la peine de vous allonger pour une p’tite séance de débriefing, ou même de jouer à la cartomancienne, en me mettant un foulard autour de la tête.


                                                  Oui, je peux dire que vous n’êtes pas fonctionnaire. 
                                                  Par contre votre voisin, si. Ou alors un parent, un type que vous n’aimez guère. Peut être avec vos raisons. Mais ce qui vous plombe c’est que ce connard soit invirable, comme l’a dit monsieur Poujadas. 

                                                  Cela vous semble injuste, par rapport à votre condition et votre mérite immense. 
                                                  Vous en tirez beaucoup de fiel et avez donc construit tout cet argumentaire que vos proches sont fatigués d’entendre. 

                                                  Nos princes sont ravis, de voir ainsi les gueux se déchirer entre eux. 

                                                  Ceux qui n’ont rien dans la bouche exigent qu’on étripent ceux qui peuvent encore manger. 

                                                  Tant pis si ce sont les coqs qui les défendent quand le renard essaie de les attraper !

                                                  C’est tout de même ce que fait encore le service public.....

                                                  • Claude Simon Gandalf 10 décembre 2014 21:35

                                                    Ce débat anti/pro-fonctionnaires a été dépassé depuis longtemps par notre haute administration qui passe sans problème de Bercy aux grandes banques, dans une collusion d’intérêts.


                                                    Il reste à la piétaille de constater, qu’elle est victime consentante de la doctrine suivante instillée par ce papier : diviser pour mieux régner.





                                                    • totor101 totor101 10 décembre 2014 22:15

                                                      Bien sur il faut privatiser les fonctionnaires !
                                                      mais en contrepartie il faut donner leur statut à tous les salariés !


                                                      • jaja jaja 11 décembre 2014 15:53

                                                        L’État a le monopole de la force (armée, police, justice) mais,sans surprise, ce ne sont pas ces secteurs répressifs qui sont visés par les tenants « libéraux » du « moins d’État » et donc du dégraissage de la Fonction publique. Sans ces fonctionnaires au service de la dictature patronale il est évident que les entreprises privées auraient été expropriées depuis bien longtemps par les travailleurs et les actionnaires parasites virés avec perte et fracas....

                                                        Les partisans de l’exploitation capitaliste ne s’en prennent qu’aux secteurs étatiques qu’ils envisagent de privatiser tant le gâteau qu’ils envisagent de se partager à nos dépens est important... Sécurité sociale au sens premier, infrastructures et ouvrages d’art, enseignement, entreprises nationales etc..

                                                        En fait il faudrait socialiser les entreprises, les « déprivatiser » en expropriant, sans indemnités ni rachats, propriétaires et actionnaires et donner un statut de fonctionnaire étendu à chaque travailleur devenu décideur de tout dans son entreprise et au-dela par le biais des Assemblées générales ouvrières...

                                                        Cela ne se fera pas en douceur et même contre une bonne partie de cette fonction publique d’État policière, militaire et judiciaire qu’il faudra démanteler sous sa forme actuelle...

                                                        Chacun son camp Monsieur l’auteur....Pour ma part c’est : « A bas l’État, les flics et les patrons » ! smiley


                                                        • armand 7 janvier 2015 19:02

                                                          Maintenant que tu as ton petit droit de modé camarade michel, on change son profile en ôtant le masque, sale bête.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès