• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Gilets Jaunes : vers une révolution fiscale ? Oui, mais laquelle (...)

Gilets Jaunes : vers une révolution fiscale ? Oui, mais laquelle ?

L’impôt a toujours fait peuple. Cette évidence historique[1] doit être rappelée au moment où les Gilets Jaunes investissent la place publique. Les gens se révoltent contre un impôt jugé injuste tout en estimant être délaissé par l’Etat[2]. Ce mouvement de protestation populaire est perçu globalement comme légitime mais un certain nombre d’observateurs (gouvernement en tête) pointent le fait que la réforme fiscale en cours doit servir la transition écologique et que derrière cet enjeu, les intérêts particuliers doivent s’effacer. Vraiment ?

L’impôt a toujours fait peuple. Cette évidence historique[1] doit être rappelée au moment où les Gilets Jaunes investissent la place publique. Les gens se révoltent contre un impôt jugé injuste tout en estimant être délaissé par l’Etat[2]. Ce mouvement de protestation populaire est perçu globalement comme légitime mais un certain nombre d’observateurs (gouvernement en tête) pointent le fait que la réforme fiscale en cours doit servir la transition écologique et que derrière cet enjeu, les intérêts particuliers doivent s’effacer. Vraiment ? Mais de quels intérêts particuliers devrait-on parler ? Comment nos gouvernants de tous bords osent-ils parler depuis une trentaine d’années de « révolution fiscale » alors leur but est de précisément tout changer pour que rien ne change ? A-t-on jamais vu un débat public sérieux sur la question fiscale en France ? Ma thèse est celle-ci : nous consentons aux politiques de restrictions budgétaires dont nous souffrons tous, et partant les politiques fiscales idoines, parce que nous n’avons pas construit une vision globale des processus politiques et économiques qui nous y ont menées. Aucun récit d’émancipation ne peut donc émerger. Dès lors, nos élites politico-médiatiques (j’assume ici le terme) ont beau jeu de nous diviser en jouant sur la confusion et l’absence de contre-projet politique. Nous sommes dressés les uns contre les autres face à un système fiscal que nous savons injuste mais dont nous pensons que sa réforme est impossible et que sa liquidation se fera à nos dépens. C’est contre cette résignation que je m’élève.

Un petit détour par l’histoire s’impose. Depuis plus de 2000 ans, sur toutes les latitudes, la matrice de l’Etat est l’armée et l’impôt. En France, du XVe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’impôt est prélevé de force par l’armée, dans un processus d’affirmation de la souveraineté qui va progressivement évoluer vers un pouvoir à distance, moins coercitif. La Révolution française et américaine a démarré comme une révolte fiscale. Au XIXe siècle, le nouvel ordre fiscal porté par la bourgeoisie est à l’avantage exclusif des plus nantis pour atteindre un niveau d’inégalité hallucinant durant la Belle Epoque[3]. L’idée même de taxer les revenus, donc d’imposer les plus riches, est apparue seulement en 1914 pour financer l’effort de guerre (notons une fois de plus le lien structurel entre guerre et fiscalité). 1945, rebelote, mais cette fois le cataclysme humain et moral porte au pouvoir des hommes politiques (pour beaucoup communistes) à l’origine d’un Etat social auquel la très grande majorité des Français reste aujourd’hui très attachée. La protection sociale passe alors par l’idée révolutionnaire de la financer par un impôt progressif : les plus riches doivent proportionnellement payer plus. Certes les inégalités restaient saillantes mais la croissance économique était au rendez-vous et l’émergence d’une classe moyenne remplissait les caisses de l’Etat par l’impôt. Au mi-temps des années 70, la période de rattrapage économique de la France se termine, ponctuée par les crises pétrolières et l’accroissement du chômage. Depuis, la révolution conservatrice des années Reagan et Thatcher, jamais publiquement critiquée, a bouleversé le paysage mondial : la libéralisation des flux financiers à l’échelle de la planète a fait que près de la moitié du PIB Mondial se trouve aujourd’hui dans les paradis fiscaux[4]. En 2014, Oxfam avait réalisé une étude-choc, prouvant le dangereux accroissement des inégalités dans le monde : « Le 1 % des plus riches contrôle 46 % de la richesse mondiale. Les 85 premières grandes fortunes mondiales possèdent à elles seules une richesse cumulée de 1 000 milliards de dollars. Autant que 3,5 milliards de personnes dans le monde », dénonçait-elle. En 2008, le krach financier provoqué par ceux-là même qui s’exonéraient de l’impôt bouleverse la donne. Les marchés financiers ont eu cette idée de génie : puisque nos institutions financières sont systémiques (c’est à dire trop grosses pour couler), faisons payer les Etats donc les contribuables. Le chercheur Gaël Giraud a raconté avec force détails comment la crise financière des crédits subprimes (une dette privée) s’est transformée en dette publique avec le consentement de nos gouvernements[5]. Inutile de chercher bien loin l’origine du déni face à ce hold-up. Certes, cette économie de la dette qui annihile toute sorte de souveraineté est une très vieille histoire, aussi ancienne de celle de l’impôt et des premières cités-États[6] mais il faut bien prendre conscience que c’est aussi notre incapacité à nous fédérer contre l’ordre financier mondialisé. Cette situation profite aux 1% qui constitue encore aujourd’hui une classe très consciente de leurs intérêts, une classe comme dirait Marx « en soi et pour soi ». 

On a trop tendance en France à se focaliser sur la fraude fiscale. Une façon d’éviter de traiter le vrai problème : la légalité des processus d’évasion fiscale. Ce graphique est peut-être la seule chose à retenir de mon billet (à diffuser massivement sur les réseaux sociaux) :

Interprétons correctement ce graphique (au potentiel hautement inflammable) produit par Thomas Piketty, économiste et historien spécialiste des questions fiscales. Il est un peu ancien (2011) mais il y a fort à parier que les choses ont empiré depuis. Le taux global d’imposition inclut tous les prélèvements en particulier les impôts indirects : la TVA et en particulier la fameuse TICPE sur les carburants. La courbe en cloche permet de voir que l’impôt sur le revenu - l’impôt le plus juste car il tient compte des disparités de patrimoine - pèse peu alors même que les gouvernements successifs et les médias mettent systématiquement l’accent sur cet impôt. 57% des ménages (de 2017) en sont pourtant dispensés. Lors des mouvements sociaux, les médias n’ont de cesse de mettre en scène l’opposition entre les classes populaires et les classes moyennes et aisées alors que sur le plan des prélèvements globaux, le delta est inférieur à 10%. Nous payons principalement nos impôts par la consommation (la TVA) d’une façon relativement indolore alors que c’est précisément ce qui crève notre budget, surtout si on fait partie des 50% des revenus les plus bas.

L’exception est précisément la taxe sur les carburants qui est très perceptible à la pompe. Les observateurs – une étude fine reste à faire - s’accordent à dire que ce sont bien ces classes populaires rurales et périurbaines, très dépendantes de la voiture, qui forment le gros des troupes des Gilets Jaunes[7]. Les classes moyennes (la cible électorale de Macron) se mobilisent moins car elles bénéficient le plus de la baisse de la taxe d’habitation, en oubliant que ça joue à la marge (même si quelques centaines d’Euros par an ne sont pas négligeables). En réalité, ce sont bien les plus riches (les 1%) qui bénéficient des mesures fiscales de Macron. Les fameux « premiers de cordée » sont censés faire ruisseler la richesse du haut vers le bas, dogme absolu dans la pensée néolibérale. 

Français, pourquoi croyez-vous que notre système fiscal est d’une complexité affolante ? Par la prolifération des niches fiscales, le système est conçu pour permettre aux plus riches, grâce aux avocats fiscalistes, de se faufiler dans les mailles du filet. Les lobbyistes adorent les réformes fiscales car elles s’écrivent dans les cénacles des commissions parlementaires à labri de tout regard. Les 1% s’affranchissent ainsi de toute contribution à la société englobante[8], celle-là même qui les a enfantés et pourvus en capital social, économique et culturel au fondement de leur réussite[9]. L’idéologie du mérite, le mythe du self-made-man, la théorie du ruissellement sont des béquilles idéologiques pour légitimer les plus fortes inégalités et donner bonne conscience aux nantis. 

Le deuxième volet de ma réflexion tient à notre incapacité de nous fédérer. Nous croyons à tort profiter de la complexité du système fiscal. A tort ou à raison, nous craignons perdre nos minuscules avantages catégoriels à la moindre pseudo-réforme fiscale alors même que nous aurions intérêt à exiger tous une simplification radicale du système. A-t-on idée de ce qu’un simple redressement de la courbe des 1% les plus riches au même niveau de prélèvement de celui des classes moyennes pourrait rapporter dans les caisses de l’Etat ? Faut-il renoncer à obtenir un impôt vraiment progressif ? Faut-il rappeler que les tranches supérieures des revenus étaient imposées à plus de 80% aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne (plus qu’en France !) avant la contre-révolution fiscale des années 80 [10] ? Il est difficile de soutenir que ces années-là furent des années de récession pour ces deux moteurs de l’économie libérale dans le monde. La souveraineté nationale, dans ce domaine comme dans d’autres, est une illusion car les capitaux n’ont pas de frontières. Les populistes détournent l’attention des classes populaires en les focalisant sur la circulation des migrants, qui en raison de leur matérialité même paraissent plus faciles à contrôler que les capitaux qui ne sont que digits, algorithmes. C’est techniquement une illusion totale. En revanche, il est techniquement possible de mettre au pas les marchés financiers par l’imposition progressive d’un cadastre financier, d’une taxe sur les transactions financières et d’autres mesures sur lesquelles de nombreux économistes planchent – ce ne sont pas ceux de Bercy ou de BFMTV ! [11]Politiquement c’est évidemment beaucoup plus délicat. La tâche est ardue car nous ne pouvons y parvenir qu’au niveau européen en dégageant un large consensus populaire. Cette même Union européenne a organisé la concurrence fiscale entre les Etats mais la France, moteur de l’Europe avec l’Allemagne, a la capacité de faire levier. C’est bien sur ce terrain qu’il faut nous battre en commençant par mettre nos politiques face à leurs responsabilités. On aurait tort de considérer que le poids de l’opinion publique ne pèse pas. J’en veux pour preuve toutes les mesures sécuritaires (en matière de terrorisme et de politique migratoire par exemple) auxquelles nos gouvernements ne croient pas mais qu’ils appliquent pour donner le change face une opinion publique gangrénée par les thèses de l’extrême droite. 

Nous pouvons peser. Pour cela, il nous faut renouer avec une culture politique de conquêtes sociales. Les Gilets Jaunes ne veulent pas être récupérés politiquement. On peut les comprendre mais ils ont tort. Ils doivent décider eux-mêmes par qui ils veulent être récupérés, quitte à fonder leur propre mouvement si besoin[12]. Il leur faut penser globalement la question fiscale et dépasser les simples intérêts catégoriels. Bref, rentrer en politique et institutionnaliser le mouvement. Sinon leur mobilisation, à l’image de la défunte « nuit debout », ne sera qu’un feu de paille.

L’histoire nous enseigne que seule une catastrophe (guerre ou révolution) a permis de changer les choses dans ce domaine. En 2008, nous avons raté une occasion unique de remettre au pas un système financier prédateur, faute de mobilisation populaire (Occupy Wall Street était bien seul). Mais l’abolition des privilèges était-elle pensable quelques années avant la Révolution française ? Nous l’avons fait. Quid de l’abolition des traites esclavagistes et du colonialisme ? Ce fut chaotique et ambigu mais nous l’avons fait. Quid de l’instauration de l’impôt sur le revenu en 1914 ? C’était impensable mais nous l’avons fait. Quid de l'Etat social durant le siècle précédent, avec congés payés, sécurité sociale, retraites, conquêtes de nouveaux droits pour les travailleurs, les femmes et les sans-parts ? De façon ô combien insuffisante, nous l’avons fait aussi. Sommes-nous condamnés à l’inaction ou au cynisme ? Et sommes-nous si impuissants ?

 

[1] L’historien Gérard Noiriel montre que les populations françaises ont fait "peuple" à travers les résistances populaires face à l'impôt, Une histoire populaire de la France, Marseille, Agone, 2018.

[2] Pour un éclairage de cette relation, lire Alexis Spire, Résistances à l'impôt, attachement à l'Etat.

[3] La référence incontournable dans ce domaine reste Piketty Thomas, Le capital au XXie siècle, Paris, Seuil, 2013.

[4] Par définition il est impossible de chiffrer précisément ce manque à gagner considérable pour les Etats. Voir Piketty, Thomas. Le capital au XXie siècle. Paris : Seuil, 2013.

[5] Giraud, Gaël. Illusion financière. Édition revue et augmentée. paris : Editions de l’Atelier, 2013.

[6] Graeber, David. Dette : 5 000 ans d’histoire. Babel, 2016.

[7] Le sociologue Alexis Spire confirme : « le mouvement a été déclenché par des particuliers qui se plaignent d'une augmentation des taxes s'ajoutant aux radars, à la réforme du contrôle technique et aux péages. Cette protestation confirme certaines conclusions de mon enquête qui montre que le sentiment de payer trop de taxes et d'impôts est beaucoup plus fort au sein des classes populaires que dans les classes supérieures. Pour l'instant, celles et ceux qui se réclament des "gilets jaunes" sont plutôt de petits indépendants et des salariés modestes. Le sentiment d'injustice fiscale est aussi plus marqué dans les zones rurales et les petites villes, où la voiture est plus souvent indispensable que dans les métropoles ». https://www.nouvelobs.com/societe/social/20181113.OBS5346/gilets-jaunes-ceux-qui-manifestent-ont-l-impression-d-avoir-ete-oublies-par-l-etat.html

[8] Voir la contribution de Bruno Latour, et al. L’âge de la Régression. Premier Parallèle, 2017.

[9] Robichaud, David, et Patrick Turmel. La juste part  : Repenser les inégalités, la richesse et la fabrication des grilles-pains. Liens qui libèrent, 2016.

[10] Piketty, Thomas. Le capital au XXie siècle. Paris : Seuil, 2013.

[11] La mise en place d’un système d’échange automatique d’informations bancaire au niveau Européen est une première étape. C’est ainsi que nous avons mis au pas certain paradis fiscaux. Rien n’est possible sans un minimum de transparence en matière de transaction financière.

[12] On peut ne pas adhérer à leur projet de société mais La manif pour tous l’avait parfaitement compris en imposant leur agenda politique aux Républicains (Même s’ils n’ont pas choisi le bon cheval !)


Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Arogavox Arogavox 17 novembre 2018 18:23

    Ce jour historique du 17 novembre 2018 voit une guerre civile larvée, de longue date, se muer en guerre civile tout court ; avec son premier mort, tuée par l’incapacité bien-pensante à mesurer la gravité de la colère contenue signifiée par des manifestants victimes, contenant bien mieux leurs humeurs que celles et ceux qui refusent l’effort de les comprendre !


     Alors il faut bien comprendre que, pour une large part, le raz-le-bol dépasse de loin les seules questions fiscales !
      

     C’est en fait la preuve d’un échec du système de pouvoir actuel, faussement démocratique, et mensonger : basé sur des principes officiels de légitimation désadaptés et abusivement exploités.
      Les citoyens en meurent (ou peut-être pire : en viennent à tuer par exaspération, faute d’avoir été incités à l’effort de compréhension respectueuse de leurs semblables, dits pourtant égaux en dignité) ... en meurent de ne pouvoir accéder effectivement à aucun contre-pouvoir politique ! 
     Pouvoir du peuple ? par le peuple ? pour le peuple ? 


     Honte à la faute inacceptable des menteurs !





    • chantecler chantecler 18 novembre 2018 14:16

      @Arogavox
      « Les questions fiscales » , comme vous dites , sont liées à l’injustice de la fiscalité .
      Plus on monte dans la catégorie de la richesse moins on paie .
      L’état a contourné le problème en aggravant la fiscalité indirecte .
      La plus injuste justement .
      Un litre de gaz oil quand on gagne mille euros, par exemple c’est pas la même chose que quand on gagne cinq mille , voire trente mille euros .
      Mais il y a des gens qui gagnent cent mille euros voire plus ... !!!
      Et non seulement elle est injuste mais en plus elle peut « s’ajuster » du jour au lendemain ....
      Bref le populo n’est bon qu’à cracher au bassinet et à se serrer la ceinture .


    • chantecler chantecler 18 novembre 2018 18:33

      @lupercus
      Où voyez vous une comparaison dans ce que j’écris ?
      Au pire des évidences .


    • Croa Croa 18 novembre 2018 22:32

      @chantecler
      La plus injuste c’est la TVA ou peut-être les taxes sur l’eau. Les taxes sur les carburants arrivent derrière mais moins car les très pauvres n’ont même pas de bagnole et les un peu moins pauvres ont des petites automobiles utilisées à minima. C’est la classe moyenne qui rempli massivement les caisses de l’état par cette taxe. Elle n’est donc pas si injuste que ça.


    • damocles damocles 18 novembre 2018 23:55

      @Croa

      La classe moyenne se pauperise à cause de cette politique fiscale qui les matraque , et les « un peu moins pauvres » deviennent plus pauvres !

      Par contre les très riches et les super-riches eux sont de plus en plus riches….

      Macron à dit que ça va ruisseler ….oui , ça ruissele….aux Iles Caïman !


    • Le421 Le421 19 novembre 2018 10:37

      @lupercus
      Je suis tout de suite rassuré !!
      Je vois que vos crachats dans la soupe ne sont pas réservés qu’à mon tourin périgourdin !! En plus, le mien, j’y mets de l’œuf !!

      Et encore merci pour vos remarques lumineuses, sans vous, ce forum n’aurait que peu d’intérêt !!  smiley & smiley


    • Kapimo Kapimo 20 novembre 2018 05:31

      @Arogavox
      La véritable injustice, c’est la dette indue. Tous les intérets payés accumulés depuis 1973 ne sont que du racket qui a servi a engraisser des banquiers privés. Sans ces intérets, l’état ne serait pas en déficit mais serait au contraire très riche : la fiscalité pourrait baisser. Là est le véritable scandale.
      Il faut mettre à bas ce système des banksters, ce qui implique de sortir de l’UE et de ré-emprunter à taux nul auprès de la banque de France.


    • CLASSEMOYENNE 21 novembre 2018 22:06

      Moi je fais sans doute partie de la fameuse classe moyenne (2800 euro net par mois) et pourtant j’ai deux bagnoles une de 17 ans et une de 18 ans !!! elle n’est donc pas si injuste que ça la taxe ...un point de vue qui n’est pas le mien...car cette classe moyenne en dépensant plus pour l’essence elle consommera moins (moins de resto, moins de vacances etc ) et là le retour de cette baisse de consommation des fameuses familles classes moyennes provoquera un impacte immédiat sur les très pauvres qui occupent des postes dans la restauration etc ...effet boule de neige...ETC  


    • Yaurrick Yaurrick 17 novembre 2018 19:02

      Faut il rappeller que les 10% les plus riches s’acquittent de 70% du total de l’IRPP ? Que tout les citoyens paient la TVA, que les salariés paient pres de 50% de charges sur lesquelles ils n’ont aucune visibilité ni possibilité d’arbitrage ?

      C’est l’ensemble du système fiscal qui est à revoir et a rendre plus léger, le consentement a l’impôt ne se fait plus car confiscations et rend l’économie contre-productive.


      • seken 17 novembre 2018 21:22

        Je propose d’égorger les dix plus gros cochon pour payer la dette privé cash.

        Les 90 qui suivent pour solder l’union l’otan et tout les autres enculés.

        Les 400 qui suivent pour acheter du reel.

        Les 500 qui suivent pour acheter du reel.

        Les 1000 suivant pour acheter de reel. 

        ..........

        Le plus discrètement et légalement possible avant que les autres tricheurs ne se rendent compte qu’on vas ragequit avec le butin et nous crash toute les notes et tout les inscriptions en euro.

        ++


        • zygzornifle zygzornifle 18 novembre 2018 09:51

          elle est en marche me semble t’il ....


          • zygzornifle zygzornifle 18 novembre 2018 09:53

            Mazarin a Colbert il y a 400 ans

            qui taxer :

            Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches…> Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres !
            C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !
            Ceux-là… plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser ; c’est un réservoir inépuisable. »
            Extrait du « Diable Rouge »
            …et c’était il y a 4 siècles !


            • dominique 19 novembre 2018 07:49

              @zygzornifle
              Extrait Wikipedia : « Le Diable rouge est une pièce de théâtre écrite par Antoine Rault et mise en scène par Christophe Lidon. Cette pièce a reçu sept nominations aux mois Molière 2009. »
              « Antoine Rault est un écrivain et dramaturge français, né le 28 septembre 1965 à Paris. »


            • Pimpin 18 novembre 2018 11:01

              Changer les chose ? oui ! mais tant que les Français continueront à voter pour ceux qui prônent la politique mondialiste et européiste, cela ne bougera pas et continuera d’empirer. Les Français ont préféré Macron alors que Marine proposait une autre politique (voir son programme), c’est leur choix, il faut assumer.

              Le problème c’est que les Français râlent, mais on peur du changement, parce qu’on leur fait peur. Ceux qui voudraient changer sont diabolisés. Alors les Français ne bougent pas. Ils n’ont pas encore compris l’importance de leur bulletin de vote.

              L’année prochaine, il y a l’élection européenne. Très importante parce que l’UE nous impose de plus en plus de mesures organisationnelles politiques, économiques et sociales qu’on ne maîtrise donc plus.

              Les Français vont donc à nouveau avoir le choix : stop ou encore. Puissent-ils prendre vraiment connaissance de qui est proposé, s’informer et décider en toute connaissance de cause.


              • tiptop 18 novembre 2018 11:48

                @Pimpin
                "Le problème c’est que les Français râlent, mais on peur du changement, parce qu’on leur fait peur.

                "

                Devinette : Quel est le parti politique français dont le fond de commerce est la peur ?


              • Pimpin 18 novembre 2018 11:52

                @tiptop Facile, ceux qui sont au pouvoir pour dissuader de voter pour leurs adversaires. Extrême droite, xénophobie, homophobie, et tous les truc en phobie dont il accusent à tort leurs adversaires. Ils osent même parler d’incompétence alors qu’eux mêmes échouent lamentablement.
                Le RN ne fait que constater des faits et en tirer les conséquences. Et ses analyses se révèlent exactes au fil des ans.


              • tiptop 18 novembre 2018 12:22

                @Pimpin
                Gagné c’est le RN.
                Oui c’était facile... 

                « La seule chose que nous avons à craindre est la peur elle-même ».

                Franklin D. Roosevelt



                Question beaucoup plus dure : que propose le RN en matière de fiscalité à part promettre de baisser les impôts et en mème temps préserver les services publics ?

                ....

                Un peu compliqué ... non ?

                ....

                Allez .... des indices ?

                Virer les étrangers qui cotisent en prenant des jobs dont plus personne ne veut et qui globalement ne coutent pas trop cher à la collectivité car ils ne profitent pas de toutes les aides auxquels ils auraient droit.

                Revenir à un franc déprécié. Vu qu’on paye le barril en dollar ... Bonjour le prix à la pompe !!

                En matière économique elle est très forte la Marine...


              • Lugsama Lugsama 18 novembre 2018 13:26

                @Pimpin

                Même les eurosceptiques ne veulent pas d’une incapable..


              • chantecler chantecler 18 novembre 2018 14:18

                @Pimpin
                Mais les LP ne sont pas crédibles .
                Faut être aveugle pour y trouver une solution .
                C’est ça le drame .


              • Pimpin 18 novembre 2018 15:44

                @tiptop Décidément vous ne comprenez rien ! Le RN ne joue pas sur les peurs quand il dit la vérité sur la dégradation de notre société. Ce sont ses adversaires qui jouent sur la peur en parlant d’extrême droite.
                Pour ce que propose le RN, pourquoi me demander ? pourquoi faire confiance à un intermédiaire ? vous n’êtes pas capable d’aller sur son site où vous trouverez toutes les réponses à vos questions ? Et cela vous évitera de sortir des idioties.


              • Pimpin 18 novembre 2018 15:45

                @Lugsama Vous racontez n’importe quoi ! Marine a largement prouvé qu’elle n’était pas une incapable ... contrairement à Macron.


              • Xenozoid 18 novembre 2018 15:46

                @Pimpin
                ji vis vous mettre d’accord

                Dans une atmosphère d’hystérie et de paranoïa collective, les récits des autorités ou/et autorisés n’ont pas besoin d’avoir de sens ou de résister à n’importe quel examen approfondi. Leur but premier n’est pas de tromper, mais plutôt de délimiter un territoire idéologique acceptable, d’expression et d’émotion auquel les gens « normaux » doivent se conformer. Au-delà des limites, se trouvent les ténèbres extérieures de « l’anomalie » et de « l’extrémisme », dont aucune personne « normale » ne veut. Pour éviter d’être jeté dans cette obscurité extérieure, les gens se conformeront aux absurdités les plus absurdes et paranoïaques que vous pouvez imaginer.

                Les classes dirigeantes le savent, et c’est pourquoi elles s’en moquent si vous réfutez leurs récits sur Twitter ou sur un site web « déshonorant » qu’ils ont rendu pratiquement invisible de toute façon. Ils ne discutent pas des faits ou de la vérité ... ils marquent les limites de ce territoire « normal » et attirent des gens effrayés.


              • Pimpin 18 novembre 2018 15:46

                @chantecler Commencez déjà par aller sur son site et lire ce que ce parti propose vraiment au lieu de vous contenter de répéter ce que racontent ses adversaires.


              • Xenozoid 18 novembre 2018 15:51

                @Xenozoid
                remplacez « tweeter » avec élections,et site web avec partis, vous aurez compris que les mots ont un sens mais que tout le monde s’en fous,et ça dure depuis plus de xxxxx ans...hélas


              • chantecler chantecler 18 novembre 2018 18:31

                @Pimpin
                Mais j’y vais sur leur site .
                Seulement je ne suis pas assez naïf pour croire tout ce qu’ils racontent .
                Les LP sont des gros bourgeois qui ont toujours vécu de la politique .
                En agglomérant les mécontents et en désignant des boucs émissaires .
                Je n’en attends rien .
                Maintenant si les choses se passent comme en 2017 cad s’il faut choisir entre la peste et le choléra je choisirai le choléra : faut bien sortir du dilemme .
                En 2017 je me suis abstenu au second tour .
                Pensée pour JP Sartre et aux « mains sales ».


              • Croa Croa 18 novembre 2018 22:44

                À tiptop, « Quel est le parti politique français dont le fond de commerce est la peur ? »
                Ceux qui sont au pouvoir, à savoir les Marcheurs mais le PS aussi.
                Le monstre qui fait peur c’est le FN, ou le RN, ça dépend des périodes.


              • Pimpin 19 novembre 2018 10:42

                @chantecler
                Décidément vous êtes bien conditionné ! Pourquoi ne croiriez vous pas ce que raconte le RN ? Parce que les menteurs au pouvoir vous l’ont dit ? Comme « Les LP sont des gros bourgeois qui ont toujours vécu de la politique » Mais tout les politiques vivent de la politique !
                Lisez les programmes, comparez, votez pour ceux qui vous correspondent le mieux. C’est cela l’important. Et s’ils ne font pas ce qu’ils disent, votez pour d’autres la prochaine fois. Que ce soit les LP, des bourgeois ou autres, on s’en tape. L’important c’est ce qu’ils proposent et font.
                Ne pas voter c’est conforter les menteurs et manipulateurs, pourquoi se gêneraient-ils puisque quoiqu’ils fassent ils sont sûrs de rester au pouvoir.
                Votez, virez les !


              • Le421 Le421 19 novembre 2018 10:43

                @Pimpin
                Entre nous, le FN, enfin, le RN, a souvent des constats exacts.
                Question réponses apportées au problèmes, on est dans le « yaka fokon » typique et sans réelle application possible.
                Le FN à Bruxelles, c’est le vote CONTRE l’IVG (ça, c’est une chose qu’elle est importante et réfléchie !!) et POUR le secret des affaires. Ne manque plus que la peine de mort et hop, c’est complet...
                Bien sûr, il ne faut pas trop communiquer là-dessus.
                Quand le masque tombe, le visage n’est pas aussi avenant.


              • berry 19 novembre 2018 11:19

                @tiptop

                Des économies, il est facile d’en trouver sans avoir besoin de matraquer les français qui bossent. Regardez le coût de l’immigration chaque année en ex-france : 84 milliards.
                https://www.polemia.com/84-milliards-cout-budgetaire-de-limmigration-selon-le-rapport-posokhow/

                Mélenchon est tout content de cette invasion, il en fait son réservoir de voix pour demain.
                "Je sais quelles sont les populations qui sont là dans ces quartiers. Eh bien moi je veux les nommer. Je n’ai pas peur, je n’ai pas honte de le dire. Ceux que vous voyez là, c’est la nouvelle France.
                Voici la nouvelle France, celle sur laquelle nous nous appuierons pour construire et faire tout ce qu’il y a à faire dans ce pays demain, tout changer
                "

                http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/11/18/97001-20181118FILWWW00111-dans-le-93-melenchon-salue-la-nouvelle-france.php
                Il ne parlait pas des gilets jaunes, mais bien des immigrés.
                On croirait entendre un collabo des années 40, vantant la construction de la nouvelle Europe nazie.


              • Pimpin 19 novembre 2018 16:25

                @Le421 Comment ça sans réelle application possible ? vous n’avez pas lu son programme ? Visiblement non !


              • Buzzcocks 19 novembre 2018 16:40

                @Pimpin
                Il suffit de regarder les amendements proposés par vos amis... si on prend la loi El Komhri, les amendements proposés par Rachline et Ravier vont tous vers un durcissement, et sont tous d’inspirations libérales. C’est entravé le syndicalisme, doublé les seuils sociaux des entreprises et supprimer le compte pénibilité. 

                Au niveau européen, le RN siège avec des partis totalement libéraux assumés comme les flamands belges du Vlaams Belang ou les troupes hollandaises de Geert Wilders, Orban étant aussi sur cette ligne.

                Ce qui est important, c’est ce qu’ils proposent et font... oui, on voit. Par contre, vous pas.....



              • Pimpin 20 novembre 2018 16:10

                @Buzzcocks De quels amendement parlez-vous ? c’est quoi les libéraux ? en quoi le sont-ils ? ça m’intéresse je suis sur un autre forum en discussion avec quelqu’un qui me dit l’inverse de ce que vous racontez et qui le reproche au RN .
                Donc dites moi ce que vous pensez qu’ils proposent. Moi je le vois sur le site du RN, et vous ? vos sources ?


              • Anatine 18 novembre 2018 13:00

                « Le deuxième volet de ma réflexion tient à notre incapacité de nous fédérer »

                Je pense qu’il faut oublier l’idee de se federer. Hier, combien de fois j’ai entendu des journalistes et politiques dirent : « les gilets jaunes n’ont pas de representants ». Pourquoi faire. Les gilets jaunes ne negocient pas.

                La revendication est claire et soutenue par 80% des francais et s’exprime dans le slogan « Macron demission ». Traduction evidente : Votre reference aux 50% du PIB dans les paradis fiscaux nous donne un horizon pour decoder la longue liste, IFI, flat tax, exit taxe, CICE, etc. Pour comble de malhonnêteté pour des francais sensibles aux questions ecologiques (elles ont une traduction economique pour la plupart), des mesures financees en partie par la taxe ecologique. Sans oublier une pointe d’arbitraire pour creer la confusion ; exemole les chaudieres au fioul..

                Au passage, Je voudrais que l’on m’explique ce qui justifie la pratique des entreprises a accroitre leurs prix en fonction de l’inflation quand dabs le meme temps on desindexe les salires dans le secteur publiq et les retraites. Depuis quand l’inflation mesure t-elle l’accroissement de leurs couts. La palme dans le domaines revient aux concessionnaires des autoroutes. Inutile de revenir sur le niveau des dividendes, sachant que les fonds etrangers sont majoritaires aux CAC 40 (Demandez vous comment faire 15% de ROI.. .)

                Et l’on entend les memes parler de pedagogie. Sont-ils limites ou totalement hypocrites. Si la majorite des francais croit qu’ils ont les qualites intellectuelles requises... le choix s’impose.

                C’est la nature decentralisee du mouvement qui e fait la legitimite et la force et Une guerilla de la manisfestation qui en fait l’efficacité.

                Ne s’agit pas plutot de nous conféderer ?

                Peu importe les opinions, elles sont multiples. il s’agit d’abord de voir les questions partagees par ces 80% prises en compte que l’on peut resumer par « le pouvoir d’achat ». Stop aux mesures categorielles financees elles memes par les taxes !

                Vous parlez d’Europe. faire reference a l’Europe, c’est les memes avec une facade non democratique interposee ! Encore une fois s’il y a debat sur les solutions, la qyestion est claire et rassemble la majorité...

                Les declarations des deputes de la majorite et du gouvernement ne laissent aucun doute. D’une part cherchez des interlocuteurs pour noyer le poisson et ne rien changer.

                Il ne faut rien changer dans le mouvement du 17 novembre. Voila la question posee par les francais ; Entendez la. Vous portez la responsabilite des evenements.


                • tiptop 18 novembre 2018 14:15

                  @Anatine
                  "Je pense qu’il faut oublier l’idee de se federer. Hier, combien de fois j’ai entendu des journalistes et politiques dirent : « les gilets jaunes n’ont pas de representants ». Pourquoi faire. Les gilets jaunes ne negocient pas"

                  "C’est la nature decentralisee du mouvement qui e fait la legitimite et la force et Une guerilla de la manisfestation qui en fait l’efficacité.

                  "

                  Je ne suis pas d’accord. C’est justement leur grande faiblesse.

                  L’histoire est émaillée de révoltes, de jacqueries acéphales de paysans, serfs, esclaves, indigènes, ouvriers qui n’ont jamais servi à rien parce qu’ils étaient incapables de s’organiser et de se fédérer. A partir du moment où les ouvriers ont eu les syndicats les choses ont évoluées en leur faveur. Les colonisés ont procédé de la même façon pendant la période de la décolonisation (Je fais court. J’ai une thèse en voie de finalisation sur cette question). Sans institutionnalisation, point de salut mais ça ne nous empêche pas d’innover dans ce domaine. Nuit debout s’est éteint à cause de ça et n’a eu aucun impact parce qu’ils ne voulaient pas s’institutionnaliser. En revanche la manif pour tous est encore vivace car le mouvement est bien organisée. Le dégout de la politique politicienne ne doit pas se transformer en refus DU politique. Leur manifestation est certes désordonnée mais elle a un caractère éminemment politique qu’ils doivent assumer. Sinon il s’enferment dans l’éternel et pitoyable rôle de victimes du système. S’ils ne veulent pas faire de politique, d’autres le feront pour eux (et probablement contre eux). Au mieux ils n’obtiendront qu’un petit geste de la part du gouvernement. Mon article défend l’idée que ça ne suffit pas.


                • chantecler chantecler 18 novembre 2018 14:21

                  @tiptop
                  "A partir du moment où les ouvriers ont eu les syndicats les choses ont évoluées en leur faveur.

                  "
                  Oui pendant une dizaine d’années au maximum .
                  Ensuite la guerre .
                  Cf le Front Populaire .


                • Anatine 18 novembre 2018 14:38

                  @tiptop

                  Vous n’avez extrait de mon texte les elements qui justifie votre opinion.

                  Les gilets jaunes sont organises. Leur revendication est claire. S’il y avait une organisation elle ne pourrait qu’etre confederale.


                • Anatine 18 novembre 2018 15:34

                  @Anatine

                  ...Les elements qui justifient...

                  Faudrait me relire smiley


                • tiptop 18 novembre 2018 16:19

                  @Anatine
                  Mais être organisé ne signifie pas s’institutionnaliser ! Confédération pourquoi pas... j’attends de voir.


                • Anatine 18 novembre 2018 16:54

                  @tiptop

                  Un mouvement avec 300.000 personnes, déploye sur 2000 points, soutenu par 80% de la population.... Son but n’est pas de faire des propositions. N’y a t-il pas des deputes et un gouvernement pour ca ? On attend juste qu’ils repondent aux bonnes questions, ce pour quoi ils sont elus. Simple mais pas simpliste....


                • Croa Croa 18 novembre 2018 22:52

                  À chantecler,
                  « "A partir du moment où les ouvriers ont eu les syndicats les choses ont évoluées en leur faveur. »
                  Oui mais une seule confédération ! Dès que les travailleurs ont été divisés en plusieurs rassemblements, certains carrément marrons, c’était foutu. C’est d’ailleurs pour ça que ça ne marche pas en ce moment.


                • Anatine 20 novembre 2018 09:00

                  @tiptop

                  Je suis bien sur d’accord avec vous sur la necessite d’organisation mais pour fonctionner sans organisation centrale. Pour info, je note que partout dans le monde, existe un effort considerable d’innovation pour developper a l’echelle de structires decentralisees, les possibilités techniques que l’on a vu eclore avec les cryptomonnaies. Hors France, en Europe moins qu’en Chine ou aux US, a l’exception de UK pour des raisons evidentes.

                  En France, rien. Il ne s’agit pas simplement de reglementer. On sait deja comment on va controler et taxer avant de developper !

                  Il y a des logiques intelligentes comme platform coops. Sa finalite est celle d’un societe liiberale avec des moyens de productions partages. pour le dire autrement « uberiser Uber ».

                  Dans un monde ideal, le mouvement des gilets jaunes aurait une branche economique, les acteurs de l’Open source franccais s’y serait associes comme les mouvements alternatifs dans les domaines de l’agriculture et de l’education et l’ensemble du mouvement cooperatif aurait la charge de la pedagogie de l’action.

                  Au passage, je rappelle que la numerisation des transactions une gestion fine et equitable des taxes et d’arreter le grand mensonge des moyennes et des indicateurs uniques pour caracteriser des sotuations differentes. Le pompom revient a l’indice des prix. Posé a froid, qui penserait mesurer l’augmentation des prix avec comme denominateur des revenus qui varient dans les proportions que nous connaissons, et donc egalement des arbitrages d’achatss tres differents !

                  Pour couronner le tout, nous avons d’excellentss ingenieurs et notre creativite est excellente mais nous avons une economie verrouillée par les grandes entreprises dont le but de repliquer ce qu’elles savent bien faire , y compris capturer l’innovation des pmes. Pourquoi les pmes n’arrivent pas croitre en France comparativement a l’allemagne par exemple.

                  Nous avons des gouvernants pitoyables formes dans une pensee technologique et adminstrative sclérosée. J’ai entendu le mot anarchie pour parler du mouvement gilets jaunes, au dela de la manipulation, le choix de ce mot denote la profonde ignorance des changements de fonds en cours. S’il y a d’indecrotables gaulois, c’est la qu’il faut les chercher.


                • beo111 beo111 18 novembre 2018 13:09

                  Bonjour, une petite question sur le graphique. Le « revenu brut mensuel » prend-t-il en compte le nombre d’enfants à charge ? 


                  • tiptop 18 novembre 2018 13:56

                    @beo111
                    Bonne question. Pour y répondre il faut probablement revenir à la source « Pour une révolution fiscale » Seuil 2011.

                    Pour info, Thomas Piketty a mis en libre accès tous les données et graphiques de son monumental Capital au 21ème siècle...

                    Bon courage


                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 novembre 2018 13:28

                    Concernant l’opération « Gilets rouges », c’est le premier round qui vient de se terminer, maintenant il faut réaliser le deuxième, et là plus question d’importuner les simples citoyens,car finalement ce n’est pas le peuple qui est responsable de ces augmentations du prix des carburants, alors, ... il faut « faire c...r »,... enfin je veux dire enquiquiner les auteurs de cet état des choses, donc aller sous les fenêtres du Président de la République,et également sous celles de nos :Ministres, Députés, et Sénateurs de la LREM, avec : gamelles, cornes de brume, tambours, sifflets et bidons etc etc pour leur casser les oreilles pour que ces derniers entendent bien la colère du peuple.

                    ( par avance je m’excuse auprès de leurs voisins et riverains .


                    Si cette opération à lieu, il « faudra choufer » ceux qui ce jour là ne seront pas chez eux, et leur faire savoir, que ce n’est que partie remise !


                    @+ P@py


                    P.S.

                    A vous de relayer ce message par vos réseaux sociaux, perso c’est pas mon truc, et je pige que dalle !




                    • Désintox Désintox 18 novembre 2018 13:36

                      Article très utile. La dégressivité réelle du système fiscal frnçais est assez méconnue, car les gens confondent souvent « iimpôt » avec « impôt sur le revenu ».


                      • Croa Croa 18 novembre 2018 22:57

                        À Désintox,
                        Il y a eu déjà d’excellents articles sur ça. Si « les gens » ne connaissent pas ces réalités sur les impôts c’est parce qu’ils se contentent de ce que racontent les médias. Ici il y a longtemps que nous savons mais les choses ne risquent pas de changer hélas !


                      • Le421 Le421 19 novembre 2018 10:50

                        @Croa
                        Et c’est comme cela que certains font croire qu’on leur pique 50% de leurs revenus...
                        Pour s’en approcher, enfin, je parle de l’ IRPP, il faut gagner un sacré paquet de thunes !!
                        Par contre, pour les petits revenus, ce sont les indirects qui grèvent fichtrement le budget. Même le clodo du Pont Neuf paye la TVA sur son litron de Villageoise...


                      • Le421 Le421 19 novembre 2018 10:52

                        @Le421
                        Et je rajoute qu’un jour, j’ai rêvé que je payais des millions d’ISF, j’étais ravi.
                        Et je me suis réveillé...  smiley


                      • CLASSEMOYENNE 21 novembre 2018 22:12

                        Croa l’oiseau vautour !! 


                      • Aristide Aristide 18 novembre 2018 14:10

                        Une précision sur ce graphique : il s’agit de l’ensemble des prélèvements dits obligatoires, c’est à dire impôts sur le revenu, impôts indirects TVA essentiellement, impôts sur le capital et ... cotisations sociales.

                        Il faut aller dans le détail des natures de prélèvement pour comprendre la raison de cette dégressivité. Un graphique plus détaillé donne l’explication : les impôts, les vrais,sont progressifs mais les cotisations sociales ne sont payées que par ceux qui vendent leur force de travail. On voit bien que le taux élevé de cotisations sociales auxquels les plus riches ne sont pas soumis explique cet état de fait.

                        S’il est juste de dire que le taux de prélèvement obligatoire est dégressif, il est faux de dire que le taux de l’impôt, toute nature confondu l’est ; ce sont les cotisations sociales, prélèvement obligatoire mais qui ne sont pas des impôts, qui grévent les revenus de la quasi totalité des français.

                        Une petite remarque annexe, le graphique est trompeur, il présente en abscisse des écarts que l’on peut prendre pour proportionnels, en gros quatre quarts. La lecture pourrait laisser penser que l’augmentation des impôts des aisés et de plus riches suffirait à permettre même une baisse des autres revenus. Ors, il s’agit de déciles. Les quatre parties, populaires, moyennes, aissées et riches sont égales alors que l’intervalle populaire devrait être 50 fois plus grand que celui des riches et 5 fois plus que celui des aisés. 


                        • tiptop 18 novembre 2018 14:37

                          @Aristide

                          Effectivement vos graphiques sont plus précis (la source est la même). Merci !!

                          "ce sont les cotisations sociales, prélèvement obligatoire mais qui ne sont pas des impôts, qui grévent les revenus de la quasi totalité des français"

                          Là je ne suis pas d’accord. Piketty considère à juste titre que ce sont des impôts parce qu’ils alimentent les caisses de l’Etat avant d’être redistribué sous formes de prestations sociales.


                        • Aristide Aristide 19 novembre 2018 09:17

                          @tiptop

                          Sur la forme, les cotisations sociales n’alimentent pas les « caisses de l’Etat » mais celles de la Sécurité Sociale. L’Etat n’a qu’un pouvoir de « plan budgétaire » en aucun cas il ne gère la Sécurité Sociale qui est un système paritaire géré par les représentants des travailleurs et des salariés.

                          Non, les cotisations sociales ne sont pas des impôts, mais des cotisations qui ouvrent droit à des prestations, des remboursements, des droits futurs à la retraite, ... Il s’agit d’un système d’assurances.

                          D’ailleurs on peut remarquer que les impôts sont payés par tous quelque soit sa situation, du rentier au travailleur, revenus, indirects, .... Les cotisations ne sont payées que par des travailleurs salariés, indépendants, professions libérales, ... 

                          Seule la CSG pourrait être considéré comme un impôt, car son paiement n’entraîne aucun droit.


                        • Le421 Le421 19 novembre 2018 10:58

                          @Aristide
                          Bonjour Aristide.
                          Vos remarques sont intéressantes.
                          Toutefois, je pense qu’il faut voir les « cotisations sociales », que ce soit santé, retraite, etc, plus comme un investissement que comme une « charge », mot que vous n’avez pas employé et je le note.
                          En effet, c’est un peu comme si vous mettiez de l’argent de côté, par sécurité.
                          Avec un aspect de solidarité dans la mesure où ceux qui gagnent plus, cotisent plus, enfin, en principe. Quand ça part chez UBS, évidemment...
                          Et, en principe, ceux qui « cotisent plus » sont généralement moins impactés par les maladies, donc, il y a bien solidarité...


                        • Aristide Aristide 19 novembre 2018 11:18

                          @Le421

                          Le père Gattaz, ancien du CNPF, a réussi une gageure assez significative : faire passer des cotisations pour des charges, c’était son objectif. Il s’agissait de rendre audible le discours inaudible sur la baisse des cotisations en le remplaçant par une acceptable diminution des charges. Patronales bien sûr.

                          Patronales ? On pourrait aussi discuter de ce que l’on nomme les parts ouvrières et patronales, certains dont je suis pensent que cette distinction n’a aucun sens dans la mesure où la base de calcul est le montant du salaire. En fait ce détail laisse penser que le patronat finance la protection sociale alors que ce sont les salariés qui le font. Cette distinction n’a de sens que pour faire passer une cotisation payée par le salarié pour un don du patron..

                          Ces luttes assez sournoises autour du vocabulaire sont d’une grande importance. On le voit ici, où le propos est de laisser penser que les cotisations sociales sont des impôts.

                          Ce qui est malheureux, c’est que des personnes aussi expertes que Piketti se laissent aller à cette manipulation, interdisant par le fait le vrai débat autour non pas de l’impôt qui est bien progressif, mais du financement de la protection sociale par d’autres moyens que sur des cotisations basés sur les salaires. La CSG était un début de réponse, Rocard avait bien vu que c’était un moyen de justice en permettant de faire contribuer sur d’autres bases tels que les revenus du capital.

                          Mais ce moyen a été détourné, les premières victimes, les retraités qui subissent année après année une ponction de plus en plus importante sur leurs revenus, alors que la CSG sur les revenus du capital continue à être anecdotique.

                          Ce méli-mélo entre impôts et cotisations sert les interets de ceux qui pourrait arguer d’un impôt confiscatoire. 


                        • titi 19 novembre 2018 12:57

                          @Aristide
                          «  On voit bien que le taux élevé de cotisations sociales auxquels les plus riches ne sont pas soumis explique cet état de fait. »

                          La CSG est une cotisation sociale… enfin c’est comme cela que le définit le gouvernement


                        • Yaurrick Yaurrick 19 novembre 2018 15:20

                          @Aristide
                          Le distinguo cotisations salariales/patronales n’a en effet aucun lieu d’être, c’est une fumisterie de la part de l’état, dans le but de faire croire que c’est le patron qui paye, alors que rien n’est plus faux.
                          Et surtout cela occulte le véritable salaire payé par l’employeur et la part prélevée par l’état et ses officines.

                          La première chose à faire serait de donner à chaque salarié son salaire complet (net+charges salariales & patronales) et le laisser faire les différents chèques relatifs aux prélèvement notés sur son bulletin de salaire et voir la portion congrue qui lui reste.
                          Je vous garantis qu’en très peu de temps, il y avoir des volontés de remettre à plat ce système fiscal qui coute horriblement cher eu égard à son efficience.


                        • Jason Jason 18 novembre 2018 14:18
                          Ce n’est pas une révolution fiscale qu’il faut mettre en place, mais une révolution économique

                           Des exemples montrent que les annonces sur l’augmentation du pouvoir d’achat en abaissant la fiscalité ne fait qu’alimenter la rente. Car, à marges constantes, l’augmentation des revenus des ménages ne servira qu’à augmenter les rentes.

                          Ce gouvernement, comme tous les autres qui l’ont précédé, se garde bien de toucher à la sacro-sainte rente. Les besoins de consommation restant constants, les marges restant constantes, les contrats d’assurance ne faisant qu’augmenter, les marges des banques ne faisant qu’augmenter, tout cela montre clairement que davantage d’argent pour les ménages ira droit dans les poches du capital.

                          L’équilibre délicat entre Fiscalité et Rente reste à trouver. Je pense que les gilets jaunes ne franchiront pas le pas qui consiste à exiger un rééquilibre entre ces deux facteurs.

                          Les gilets jaunes, s’ils ne se transforment pas en gilets rouges resteront gros Jean comme devant. La Révolution de ’89 a commencé avec la cherté du pain. En 2018, c’est la cherté de l’essence. Attention aux suites !

                          P.S. vous montrez un tableau indiquant les diverses catégories de revenus. Mais, vous omettez de formuler une analyse de leur provenance. Et ça fait toute la différence !

                          • chantecler chantecler 18 novembre 2018 14:24

                            @Jason
                            Merci des bons conseils .
                            Seulement il est clair que ce gouvernement ultra libéral a non seulement mis le turbo thatcherien mais est parfaitement clientéliste .
                            Il favorise ceux qui l’ont financé .
                            C’est là l’impasse .
                            Macron ne favorise que les classes aisées .
                            les autres et plus on descend l’ont dans le c.l.


                          • Croa Croa 18 novembre 2018 23:06

                            À chantecler,
                            Logique retour d’ascenseur. Ce sont ceux qui financent qui choisissent, pas ceux qui votent ! (Il y a trop de gens qui se laissent manipuler.)


                          • Le421 Le421 19 novembre 2018 11:04

                            @Jason

                            Ce gouvernement, comme tous les autres qui l’ont précédé, se garde bien de toucher à la sacro-sainte rente.

                            Ça dépends de laquelle...
                            Tous les placements divers et ordinaires du clampin de base (PEL, PEP, Livret, etc...) ont un rendement inférieur à l’inflation, ce qui fait que la « rente » classique est toujours à perte. Et c’est une question de politique générale.
                            Récemment, le banquier m’a proposé une offre mirobolante.
                            6.000€ (dont je n’ai rien à foutre !!) à 2.4% net !! *
                            Et, perso, il me reste moins de 1% sur mes divers placements.
                            Il me prends tellement pour un con je lui ai laissé sous-entendre d’ailleurs qu’il est capable de me prêter mon propre fric !! Énorme...
                            *Absolument authentique


                          • Jason Jason 20 novembre 2018 15:50

                            @Le421

                            Oui, vous avez raison : il s’agir d’une rente négative, ou autrement dit d’une perte causée par l’érosion monétaire, autre mot pour inflation.

                            Malgré les temps difficiles, l’Etat n’encourage pas l’épargne, au contraire, il le chasse vers la consommation, donc vers le profit et la rente. Espérant que les millionnaires vont créer des entreprises et se transformer en petits patrons !

                            L’Union Européenne interdisant l’interventionnisme économique des états membres, il en résulte une énorme épargne qui est redirigée vers le privé. Dans ce privé, la demande étant atone avec 8.8% de chômage, les investissements restent très frileux : trop d’argent en mal d’investisseurs.

                            Tant que l’Union Européenne ne desserrera pas son étau anti-interventionniste, les économies stagneront.

                          • tiptop 18 novembre 2018 14:29

                            Je suis d’accord avec vous mais admettez qu’une révolution économique ne peut éluder les questions fiscales et de deficit. Je ne suis pas compétent pour dire par quoi commencer (Qui l’est d’ailleurs). Mais toute réforme économique implique des investissements, d’où la question de la dette et de la fiscalité.

                            La source est Piketty « Pour une révolution fiscale » ; Le Seuil 2011. jetez un coup d’oeil sur le graphique d’Aristide (même source mais plus complet)

                            "Des exemples montrent que les annonces sur l’augmentation du pouvoir d’achat en abaissant la fiscalité ne fait qu’alimenter la rente. Car, à marges constantes, l’augmentation des revenus des ménages ne servira qu’à augmenter les rentes.

                            "

                            Oui. il ne faut pas abaisser la fiscalité c’est la raison pour laquelle je suis plutôt en faveur d’un revenu universel couplé à un impot réellement progressif pour augmenter les recettes fiscales.


                            • chantecler chantecler 18 novembre 2018 14:52

                              @tiptop
                              Et personnellement je suis pour le quadruplement de tous les petits revenus .
                              Qui dit mieux ?


                            • Tall Tall 18 novembre 2018 15:28

                              @chantecler
                              Grenelle c’était quand même +35% ... ce qui a mis fin à mai 68
                              Le discours gaulliste 3 jours après Grenelle, c’était de la frime, le match était fini.
                              D’ailleurs, les français ne s’y sont pas trompés en élisant Pompidou, le médiateur de Grenelle.


                            • titi 19 novembre 2018 13:39

                              @chantecler

                              Mon grand père disait « la paie du mois toutes les semaines, et ce me fera une bonne quinzaine »


                            • lala rhetorique lala rhetorique 18 novembre 2018 14:37

                              Aucune révolution ne sera recevable, car nos gouvernants obéissent à Bruxelles, pas la peine de polémiquer, faut dégager les gouvernants qui ne servent à rien et nous coûtent beaucoup d’argent, et discuter directement avec Bruxelles ; vous avez voté pour l’europe ? c’est de votre faute, donc quel que soit le dirigeant, s’il adhère à l’europe, noous n’obtiendrons RIEN et nous paieront pour rien leurs piscines, vaisselles, préservatifs et autres


                              • Croa Croa 18 novembre 2018 23:11

                                À lala rhetorique,
                                Oui, nous avons bêtement voté pour l’Europe, mais pas toujours ! À un moment donné le peuple a dit non et ce sont les élites qui n’ont pas respecté ce non.
                                Ça donne au peuple le droit de ne pas respecter les traités européens lorsqu’il reprendra le pouvoir !


                              • Balkanicus 18 novembre 2018 15:45

                                La seule revolution fiscale serait de supprimer touts les impots

                                Et de n instaurer qu une seule taxe

                                La tva a un taux de 30 ou 35 ou 40% pour arriver au taux de prelevement necessaire au fonctionnement des institution de l etat

                                Cela libererait toutes les energies creatrice et suprimerait toutes les formes d optimisation fiscale, que l entreprise soit une pme ou fasse partie des gafa

                                Une idee a la con .... n est ce pas ....


                                • Balkanicus 18 novembre 2018 15:48

                                  @Balkanicus

                                  Touts. = tous


                                • Croa Croa 18 novembre 2018 23:15

                                  @Balkanicus
                                  La TVA c’est l’impôt le plus injuste. Commençons par rétablir l’ISF et après on réfléchi : Les gisements d’argents ne manquent pas !


                                • Balkanicus 18 novembre 2018 23:34

                                  @lupercus

                                  La tva etant la meme pour tous et le prix libre, a chacun de faire son trou

                                  Mais pme ou multinationale Tous le monde est a egalite

                                  Avec bien sur un controle des frontieres et de l importation

                                  Conclusion..... une baguette de leclerc ou du boulanger artisans peuvent sortir au meme prix

                                  Apres a chaque personne de choisir le detailllant

                                  Avec le systeme actuel, dans 15 ans, il ne restera que google, amazon, facebook et consort ....

                                  Il seront toujours plus malin pour trouver le paradis fiscal, le fournisseur le moin cher, creer une entente des prix, vendre a perte jusqu a la mort de la concurence ....


                                • Balkanicus 18 novembre 2018 23:42

                                  @Croa C est le plus injuste oui

                                  Mais le systeme etant base sur l optimisation fiscal des grands groupe sur le dos des etats et des petites entreprise

                                  Le simple fait de supprimer toute optimisation et de reguler les frontieres ainsi que les importations reduit a neant le but des grands groupes

                                  Pas moyé de frauder, et la simple pme fera aussi bien que n importe quel grand groupe

                                  Si vous vouliez produire des mars, du ketchup, ou des conserves, avec le systeme actuel, vous etes cuit avant d avoir emballer un seul produit...


                                • Le421 Le421 18 novembre 2018 17:48

                                  Les impôts et taxes seraient nettement mieux acceptés si cela ne servait pas à une gabegie incroyable.

                                  Et surtout, si les sommes perçues allaient au bon endroit.

                                  La hausse des taxes sur le carburant n’ira pas au poste écologie mais au poste CICE, c’est à dire aux dividendes des actionnaires. Car le CICE ne crée pas d’emplois, sauf quelques-un qui coûtent 200.000€ par an et par tête de pipe !!


                                  • Croa Croa 18 novembre 2018 23:19

                                    À Le421,
                                    Le service de la dette constitue le plus gros vol d’argent public il me semble. C’est ce qu’il faut arrêter de payer en premier.


                                  • Balkanicus 18 novembre 2018 23:59

                                    @Le421

                                    J entend toujours la critique du dividende et de l actionnaire

                                    Mais c est un debat sterile, le monde etant capitaliste, rien ne changera le fonctionnement economique

                                    La solutions, c est de se servir de se systeme, personne n empeche les gens de creer des scoop et ai si de devenir actionnaire

                                    Une seule scoop de commune, ca fait 36000 scoop en france Suffit de se mettre en commun et de creer ces structures

                                    En 3 ou 4 ans, le visage de la france serait completement different . En ayant l ethique de consommer scoop puisqu on consomme se dont on est co-proprietaire en quelque sorte

                                    Alstom aurait pu etre racheter de cette facon et sauver, hors des mains de puissance etrangere

                                    La meme chose va s appliquer au barrage hydroelectrique bientot vendu a un groupe suedois La francaise des jeux, aeroport de paris. Ect ....

                                    Et l avantage, plus aucun gouvernement ne pourra vendre un bien acquis en commun en le bradant a un groupe prive


                                  • Anatine 19 novembre 2018 01:12

                                    @Balkanicus

                                    Il faut developper une plateforme / bien commun pour ca..


                                  • BA 18 novembre 2018 20:27

                                    Eric Drouet, l’initiateur des Gilets jaunes, appelle tous les Gilets jaunes de France à monter à Paris samedi 24 novembre 2018.

                                     https://www.facebook.com/events/2144555945602651/

                                     


                                    • Croa Croa 18 novembre 2018 23:20

                                      À BA,
                                      C’est toujours contre la hausse des prix des carburants ?


                                    • Olivier MONTULET Olivier MONTULET 18 novembre 2018 23:11

                                      L’impôt fait le peuple. Voilà une affirmation admise un peu vite. Durant des siècles l’impôt n’était pas perçu comme aujourd’hui. Le peuple existe puis vint l’impôt. La façon centralisée du prélèvement de l’impôt n’est pas une nécessité pour que tous participent à la hauteur de ses moyens à « l’effort » collectif. L’imposition centralisée permet la concentration du pouvoir (qui le justifie par des fantasmagories telles que la nation). Toute production centralisée (y compris celle de la perception de l’impôt en échange de services collectifs) concentre le pouvoir. Par l’impôt l’état s’octroie un monopole dont il est le seul maître à l’instar des grandes entreprises publiques et privée. Le seul intérêt (qui n’est en aucun cas environnemental) des énergies douces c’est quelle permettraient de décentraliser les productions et permettrait de multiplier les producteurs indépendant. Pas étonnant que les petits producteurs soient obligés de se mettre en réseau... pour qu’on puisse les contrôler.

                                      Je suis profondément en faveur de l’action collective, de l’impôt de de la redistribution collective des richesses mais je suis résolument contre toute centralisation et concentration des pouvoirs qu’ils soient publics ou privés.


                                      • Balkanicus 19 novembre 2018 00:22

                                        @Olivier MONTULET

                                        Ca pourrait mener a une republique sans gouvernement reel, qui ne serait que representatif pour les interactions avec d autre pays et a une democratie directe

                                        Le seul risque, c est d avoir une societe diriger par l emotion


                                      • tiptop 19 novembre 2018 16:53

                                        @Olivier MONTULET
                                        « Le peuple existe puis vint l’impôt. »

                                        C’est absurde ! Vous essentialisez le « peuple » qui ne peut exister en soi. A moins que vous ne confondiez populations et peuples. L’impot est aussi vieux que la monnaie et l’armée. C’est pour payer les soldats que la monnaie a été crée et c’est sa circulation qui a crée les premiers marchés (au sens capitaliste (Voir Graeber 2000 ans d’histoire de la dette). Faire peuple est toujours un processus politique, en l’occurrence des historiens comme Noiriel ont montré qu’au moyen age c’est l’expérience commune de la sujetion à l’impot qui ont fait que les gens se sont sentis liés ensemble dans un meme combat pour la survie. N’oublions pas que les bourgeois des villes se sont progressivement affranchis des impôts seigneuriaux pour finalement imposer leur propre fiscalité.


                                      • Trelawney Trelawney 19 novembre 2018 09:30

                                        L’impôt et l’augmentation des taxes est le catalyseur de cette manifestation des gilets jaunes, mais n’est pas la raison profonde de cette révolte et vouloir changer quoique ce soit dans le système fiscale ne changera pas grand chose à la situation des ces gens. Au mieux il va retarder les effets.

                                        Tout d’abord pour ceux qui sont encore naïf au point de croire qu’il est possible de révolutionner l’économie, je vais encore leur rappeler que l’économie est le résultat des actions individuelles des hommes et que par ce fait l’homme n’a aucun pouvoir pour changer un seul paramétre de ce système. Dans le meilleur des cas, il ne peut qu’en profiter individuellement.

                                        La raison profonde de cette « jacquerie » est que l’individu prend inconsciemment conscience que la classe moyenne a disparu au profit des gagnants et des perdants du système. Ces gens là font face à des personnes encore ancrés dans un passéisme économique au point de croire en une théorie complètement fausse à savoir : « la théorie du ruissellement ».

                                        Aujourd’hui l’économie mondialisée est axée autour des hubs économique qui sont les grandes métropoles et qui agissent comme des aspirateurs à cash. Ces métropoles se nomment New York, Hong Kong, Shangai, Tokyo, Londres, Barcelone etc.

                                        En France il y en n’a pas 15 comme veulent le faire croire les politiques dans le but de ne pas paniquer les français, mais seulement 3 (Paris, Lyon, Lille). les autres métropoles sont dores et déjà aspirées par ces 3 là. Le principe d’aspiration est simple : les holdings internationales s’installent dans ces villes observent les entreprises des villes avoisinantes, les achètent, les vident des leurs actifs pour rembourser l’investissement et pour plus de commodités, rapatrient ensuite les technologies ou savoir vers le hub. Ils transforment ainsi les petites oasis économiques en désert recouvert par le sable. Ceux qui habitent dans ces petites ville avoisinantes qu’ils soient ouvriers, ingénieurs médecins, pharmaciens commerçants sont les perdants et ceux qui habitent les hubs sont les gagnants.

                                        Faisons la liste :

                                        1 Rouen, le Havre, Le Mans, Rrennes, Nantes, Poitiers, Toulouse, Narbonne, Grenobles, Limoge, Dijon, Strasbourg, Nancy, Reims, Nice c’est foutu !

                                        2 Niort, Brest Boulogne sur mer, Calais, Dunkerque, Valenciennes, Perigueux, Beziers, Saint Etienne, Arras, Douai etc, c’est foutu depuis longtemps.

                                        3 Bordeaux Montpelliers, ca tente d’exister, mais c’est trop tard pour eux

                                        4 Marseille n’a jamais existé économiquement

                                        Vola pourquoi se bâtent ces gilets jaune. Ils ne veulent pas disparaître corps et biens dans ce maelstrom. Seulement c’est un combat perdu d’avance. Tout juste un baroud d’honneur !


                                        • Croa Croa 19 novembre 2018 10:33

                                          À Trelawney,
                                          EXACT,
                                          Il y a peut-être une chose qui pourrait atténuer, voire arrêter le mécontentement, c’est que Macron s’engage tout d’un coup à inverser sa politique de centralisation en rétablissant les services de proximité, donc aussi en créant des emplois pour ça, etc.. Ainsi Marcron pourrait dire qu’il œuvre pour faire enfin diminuer les déplacements obligatoires.


                                        • Trelawney Trelawney 19 novembre 2018 11:05

                                          @Croa
                                          Le système économique basée sur des « hubs » est une réalité que malheureusement rien ne peut faire changer. Les politiques peuvent tout juste retarder le mouvement. C’est l’économie qui dirige et l’économie écrase tout sur son passage.
                                          Mais avec sa politique de centralisation, Macron a accéléré le mouvement au détriment des français dans leur grande majorité. En faisant cela, il est en train de détruire (au profit de Lille) la ville (Amiens) qui l’a vu naître. Je ne sais pas ce qu’en pensera sa belle famille (marchand de chocolats) qui vient d’un coup de rentrer dans la catégorie des perdants.


                                        • Hervé Hum Hervé Hum 19 novembre 2018 09:46

                                          A ce que je lis, vous cherchez sous le lampadaire parce que c’est éclairé.

                                          Par exemple, savez vous pourquoi les banques ont été « sauvés » ?

                                          Parce qu’une dette faites en monnaie de crédit et qui est non remboursable, ne peut être annulée pour autant. Cela veut dire, qu’il n’y a que deux alternatives possibles.

                                          soit on décide de la faillite de la monnaie, ici le dollar, et donc le système monétaire lié à cette monnaie s’effondre

                                          soit il faut obligatoirement monétiser la dette, c’est à dire, créer de la monnaie à hauteur de la dette non remboursable. Et c’est ce qui a été fait. Mais dire qu’il faut faire payer le débiteur est absurde !

                                          Cela signifie que mettre les banques ou non en faillites ne valaient que dans le premier cas, mais dans le second cas, cela ne servait à rien, sauf politiquement, mais ce n’est qu’un trompe l’oeil, car la seule chose qui aurait changé, c’est le nom des banques !

                                          Au fait, écrire « tout changer pour que rien ne change » ne veut rien dire, c’est une expression totalement creuse et surtout, stupide, parce qu’elle abrutit encore un peu plus

                                          L’expression a de sens que si on écrit « tout changer sur la forme, pour que rien ne change dans le fond », et c’est ce que font les gouvernements de pratiquement tous les pays. Ils changent la forme, pour sauver le fond, c’est à dire, le système capitaliste et là, ceux qui pleurent pour leur perte de pouvoir d’achat, n’auront qu’à soit se suicider, soit se préparer à faire la guerre pour « sauver la patrie en danger », mais qui cache surtout « sauver le capital en danger ».


                                          • Trelawney Trelawney 19 novembre 2018 10:06

                                            @Hervé Hum
                                            soit on décide de la faillite de la monnaie, ici le dollar, et donc le système monétaire lié à cette monnaie s’effondre
                                            Et implicitement programmer la faillite des banques, (dans un premier temps celles en difficultés soit la totalité des banques françaises et dans un second temps par ricochet le reste) pour aboutir à quoi ? A la faillite personnelle de tous les citoyens. C’est à dire : une carte bleue qui ne fonctionne plus, une impossibilité pour les commerce de fonctionner, une impossibilité pour les détenteurs de compte bancaire (tout le monde) de regarder ce qu’il y a sur ce dit compte et pour cause, il n’y a plus rien. En résumer un retour à l’âge de pierre ! et on s’entre-tue pour avoir de la nourriture.
                                            Lorsque vous voyez des gens capables d’écraser des gilets jaunes pour ne pas être en retard au cours de yoga, il ne faut pas trop avoir confiance en l’âme humaine.

                                            Question : Y avait-il une autre solution à  monétiser la dette, c’est à dire, créer de la monnaie à hauteur de la dette non remboursable ? C’est à dire au renflouement des banques ? 


                                          • Hervé Hum Hervé Hum 19 novembre 2018 14:28

                                            @Trelawney

                                            tout d’abord, l’argent étant une création humaine, il peut être détruit sous une forme et recrée sous une autre du jour au lendemain, donc, sans les problèmes que vous citez. C’est d’ailleurs ce à quoi il faut s’attendre, mais pour les mêmes raisons que vous citez, aucun dirigeant politique ne veut se voir être accusé de l’effondrement. C’est ce que j’appelle le je’u de la barbichette, où c’est celui qui « rira » le premier qui aura perdu aux yeux de tout le monde.

                                            Voilà pourquoi malgré les menaces de Trump et ses petites décisions de taxation des produits étrangers, pour l’instant, personne ne bouge.

                                            En fait, ce qui devrait tout déclencher, ce sont les crises de pouvoirs liées aux revendications des classes moyennes et l"élection de présidents d’extrême droite, car pour la ploutocratie au pouvoir, c’est le signal que la population est prête pour s’autoréguler.

                                            Sinon, la seule solution, est de procéder à un reset de l’économie, c’est à dire, sortir d’un système basé sur la propriété pour celui basé sur la responsabilité, du moins, pour éviter une balkanisation mondiale (retour vers le XIXéme siècle) où les seuls gagnants seront les mêmes qu’aujourd’hui à quelques exceptions près.

                                            Ce que trop peu de personne réalisent, c’est qu’en dehors de la mondialisation effective de l’économie, ce sont les mêmes qui gagnent à tous les coups. Autrement dit, pile je gagne (retour au cadre national), face tu perd (empires se faisant face), l’interdit étant la mondialisation sociale, et l’élite européenne ne s’est pas trompé, l’Europe actuelle est tout, sauf sociale. Tout comme lors des guerres mondiales precédentes où il s’agissait d’interdire l’éveil d’une conscience européenne sociale.


                                          • Yanleroc Yanleroc 19 novembre 2018 14:46

                                            @Hervé Hum, slt,
                                             
                                            Seule a mise en place d’ une forme de Communisme Planétaire avec nouveaux paradigmes, 
                                            peut faire barrage au Nouvel Ordre Mondial, post Néo-libéral !
                                            C’ est mon avis..et je le partage.


                                          • Hervé Hum Hervé Hum 19 novembre 2018 15:42

                                            @Yanleroc

                                            en dehors du principe de la responsabilité, je ne vois pas d’autres paradigme possible.

                                            Bizarrement, tout le monde en appelle à la responsabilité, mais dès qu’il s’agit de lui donner une structure formalisable mathématiquement, ben, y a plus grand monde !

                                            C’est que la responsabilité définit comme la capacité de répondre de ses droits et devoirs envers autrui ne plaît pas beaucoup. Faut dire que les gens sont habitués à ne voir que les droits et pas les devoirs, ces derniers leur étant imposés par une force extérieure, ils pensent que le but est de s’affranchir du devoir pour se libérer de la servitude.

                                            Sauf que la liberté individuelle en société est toujours une affaire de contrat, sauf s’il a prise de pouvoir et donc, rapport de domination. Sans cela, il s’agit que chacun soit garant de ses droits, par l’accomplissement de ses devoirs. Tout comme une monnaie n’a pas de valeur sans la contrepartie dette, il n’existe pas de droits sans sa contrepartie devoir... Celui de faire appliquer les droits.

                                            Un système inique ne peut se faire passer pour équitable, qu’en usant de la technique de la confusion pour manipuler les cogito et le système capitaliste est si bien arrivé, que même un scientifique, fut il 10 fois prix Nobel, est incapable d« éviter la confusion qui règne au niveau politique et économique.

                                            Le malheur de la société humaine, c’est que ce sont les »opposants« au système actuel qui le défendent le mieux, car ils ne cogitent pas selon les postulats d’un système juste et équitable, mais par réaction. Conséquence, si les dirigeants disent noir, c’est qu’il faut dire blanc et réciproquement si l’ennemi change de couleur. Ce qui est le comble de la bêtise humaine, mais chut, faut pas le leur dire, puisqu’on leur a dit qu’ils étaient »intelligent" !


                                          • Yanleroc Yanleroc 19 novembre 2018 18:17

                                            @Hervé Hum, il faut faire comme si nous étions tous philosophes, en attendant..
                                            l’ éducation viendra après.

                                            Faut dire que les gens sont habitués à ne voir que les droits et pas les devoirs, ces derniers leur étant imposés par une force extérieure, ils pensent que le but est de s’affranchir du devoir pour se libérer de la servitude.
                                            Parait que le Service National Universel sera testé à partir de 2019 : responsabilité ou irresponsabilité ?


                                          • Hervé Hum Hervé Hum 20 novembre 2018 08:59

                                            @Yanleroc

                                            la responsabilité est l’équilibre entre ses droits et devoirs, l’irresponsabilité, le déséquilibre.

                                            Maintenant, des gens responsables obéissant à des irresponsables, ne fait qu’ un système irresponsable, seul le sens inverse permet de faire un système responsable.

                                            Or, le principe de la rente et de la propriété, c’ est de pouvoir accumuler plus de droits que de devoirs et ne peut donc permettre un système responsable, mais seulement irresponsable. La propriété ne rend pas responsable, elle rend avide au gain, mais la confusion permet de manipuler les faibles d’esprits. 

                                            De fait, peu importe le service national universel (oxymore ou novlangue car le national s’oppose à l’universel) et les éduquer au principe d’équilibre entre droits et devoirs, parce que le système économique et politique est totalement irresponsable, parce que conçu pour permettre et favoriser le déséquilibre.

                                            C’est un peu comme se dire qu’il faut se laver les mains avant de les tremper dans la merde et non l’inverse !

                                            Non, le service machin a pour mission d’apprendre la soumission à l’ordre et se sert du principes éthiques d’équilibre, pour permettre aux propriétaires économique de mieux se torche le cul avec.


                                          • DantonQ Jean nemare 19 novembre 2018 09:51

                                            Les riches, avides et égoïstes, qui s’exonérent de tout effort fiscal, sont en train de s’amasser bien des malheurs sur leurs têtes, car Dieu est juste, et ils moissonneront le salaire d’iniquité qu’ils se seront amassés : 

                                            « A vous maintenant riches ! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les teignes. Votre or et votre argent sont rouillés, et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassés des trésors dans les derniers jours ! 

                                            Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées. Vous avez vécu sur la terre dans les voluptés et dans les délices, vous avez rassasiez vos cœurs au jour du carnage. Vous avez condamné, vous avez tué le juste, qui ne vous a pas résisté » (Jacques 5 : 1-6)


                                            • Jason Jason 19 novembre 2018 11:08
                                              Victoire idéologique absolue pour le gouvernement porte-parole du capitalisme et de la rente, auquel les médias emboitent le pas sans hésitation.

                                              Rendez-vous compte, personne ne parle des prix des biens et services (loyers et charges locatives, assurances obligatoires frais professionnels, etc.). Le seul levier utilisable pour améliorer le pouvoir d’achat, c’est la fiscalité, nous dit-on ad nauseam. Et ce, selon le gouvernement et tous les médias, sans exception. Un gouvernement qui « entend », mais dissimule habilement
                                              .
                                              J’ai exprimé cette situation dans divers commentaires sur ce site. Le gouvernement reste donc, à travers ses divers porte-paroles, le grand orchestrateur de l’idée dominante : l’impôt, l’impôt et encore l’impôt. La rente, reste discrètement en retrait dans les coulisses.

                                              Le public est tellement lobotomisé, qu’il a une réaction pavlovienne et que personne n’analyse le double aspect, le double levier pesant sur le pouvoird’achat : à savoir la fiscalité et la rente.

                                              Certains diront que je me répète, mais tant pis.

                                              • titi 19 novembre 2018 13:52

                                                @Jason

                                                « Le seul levier utilisable pour améliorer le pouvoir d’achat, c’est la fiscalité, nous dit-on ad nauseam. »
                                                Et c’est bien le cas.
                                                La pression fiscale est telle que sans « aides », personne n’a de marges de manoeuvre pour faire quoi que ce soit. Que ce soit pour isoler son habitation, ou maintenant pour faire fonctionner son chauffage.


                                              • Jason Jason 19 novembre 2018 14:04

                                                @titi

                                                Bonjour Titi,
                                                Pour ma part j’essaie de voir plus loin, au delà du bâtiment ou du chauffage.

                                                Vous n’avez pas de compte en banque, vous ne payez pas d’assurances (y compris les mutuelles), vous ne faites pas partie des 700000 foyers qui se chauffent au propane au lieu de l’électricité plus chère, et l’inventaire serait long de ce qui constitue la rente.

                                                Notre bonne société bien inégalitaire a encore de beaux jours devant elle, si on en juge par les analyses faites aujourd’hui et la domination des idéologies d’Etat.

                                              • Hervé Hum Hervé Hum 19 novembre 2018 15:55

                                                @Jason

                                                c’est très juste ce que vous dites, mais notez que la rente est fondamentalement une forme d’impôt, mais de sens inverse, c’est à dire, de la collectivité vers le particulier.

                                                Et de fait, si on appliquait le principe du droit au logement (impliquant le devoir de bon entretien), alors, le pouvoir d’achat (expression faites pour les idiots de manière à les maintenir abrutis) s’en trouverait augmenté d’autant pour ceux qui en manque. au lieu de cela, on donne une partie de l’impôt public pour financer le logement et ainsi, transférer l’impôt public en impôt privé.

                                                Un joli tour de passe-passe !



                                              • Jason Jason 19 novembre 2018 16:37

                                                @Hervé Hum

                                                Oui, on peut parler de prélèvement imposé par le fournisseur de biens ou services, ou par l’Etat qui agit sur les deux : TVA payée par le consommateur, et profits payés par ce même consommateur. La plus spectaculaire de ces ponctions est la TVA sur les carburants : 20% sur les prix déjà taxés. Et il en est de même sur bon nombre de services et charges sociales.

                                                En fait le consommateur ne sait pas ce qu’il paie et à qui, et il ne le saura jamais. En réalité, il ne faut pas qu’il se mêle de la tambouille financière et fiscale, c’est trop explosif... On le voit aujourd’hui pour une part minuscule de la montagne d’abus.

                                              • Hervé Hum Hervé Hum 20 novembre 2018 09:09

                                                conserver le principe de la rente, quelle que soit sa forme (intérêts bancaires, dividendes, location immobilière), c’est ne rien changer au système. On peut juste ralentir la vitesse d’accumulation comme après guerre, mais pas l’arrêter, car c’est alors détruire le système.

                                                De fait, il n’existe aucune solution à l’intérieur du système et comme le disait Einstein, on ne résous pas un problème avec la même logique qui l’a crée ou si vous préférez, on ne résous pas un problème en agissant sur ses conséquences, mais sur sa cause et la cause, c’est la propriété car la seule raison d’être de la propriété, c’est le profit, sans cela, elle est vide de sens.

                                                De fait, si personne ne trouve de solution, c’est que tout le monde ne touche qu’aux conséquences, pas à la cause. Parce que la solution est évidente en elle même, mais tant que les gens s’accrocheront aux mites de la propriété, ils seront soumis à l’aphorisme de Bossuet

                                                « dieu se rit de ceux qui vénèrent les causes, dont ils déplorent les conséquences ».

                                                La seule vrai souveraineté, c’est celle de son être dans ses choix de vie et la seule vrai propriété, c’est celle de son temps de vie, mais qui, en société, entre en relation avec celle des autres ou alors, il s’agit d’établir des relations basés sur l’équilibre entre droits et devoirs, sinon, c’est le système actuel, fondé sur le déséquilibre.

                                                Tout cela sont des notions élémentaires, mais que quelques milliers d’années de conditionnement des cogito, allié à la technique de manipulation par la confusion, a permis de faire prendre des vessies pour des lanternes.


                                                • kalachnikov kalachnikov 20 novembre 2018 09:46

                                                  @ Hervé Hum

                                                  Question cogito empêtré dans la toile de la tarentule, t’es pas le dernier, bro. C’est quoi cette lâcheté : ’c’est la propriété car la seule raison d’être de la propriété, c’est le profit, sans cela, elle est vide de sens.’

                                                   ?

                                                  La première propriété, c’est la femme. Ton idole Rousseau débloque avec son histoire de relou qui clôture un champ. Parce qu’avant la chose, il y a l’être et physifié, l’être c’est le corps.

                                                  C’est comme ça que commence l’inversion de toutes les valeurs, c’est-à-dire l’inversion du sens de la terre. C’est comme ça que se fonde la révolte des esclaves.

                                                  En vieil hébreu, le mot épouse signifie littéralement ’en possession d’un possesseur’, le terme époux signifie ’maître, seigneur’. C’est dire. Quand tu vides tes burnes la tête envahi de fumées ridicules, mon pote, tu possèdes, tu la possèdes, tu la prends (accaparement) quoi !? La chose.

                                                  Et en plus, c’était pas suffisant de tourner le dos à la nature, pas suffisant de faire de la Femme une esclave bonniche pondeuse sac à foutre, il fallait en plus la faire culpabiliser à mort, la diaboliser et évidemment transmettre cette ignominie depuis le berceau à toutes les petites filles.

                                                  Et pour quel bénéfice ? Que la nuée des eunuques soit démocratiquement servie, ’à chaque pot son couvercle’, quelle philosophie épicière, bourgeoise sui generi dans l’esprit ! Que l’individu devienne responsable, qu’il devienne l’animal en qui on peut avoir confiance avec la Société merdeuse qu’à son mot à dire sur le partage du butin.

                                                  A sa dernière extrémité, la propriété permet de devenir le mâle alpha, en lieu et place de la matriarche. T’as qu’à demander au 1% qui te nourrit et t’affame, l’acrobate.

                                                  ’Bla bli bla bla.’ [Bossuet]


                                                • Hervé Hum Hervé Hum 20 novembre 2018 13:44

                                                  @kalachnikov

                                                  t’as vraiment un grave problème, mais je crains de ne pas pouvoir t’aider ici.

                                                  Relis l’extrait que tu recopie et compare le à ta réponse, cette dernière ne contredit pas ce que j’écris, mais fait l’exact contraire, tu défend ma position tout en affirmant la contredire.

                                                  En effet, le profit de dire que l’épouse, donc la femme, m’appartient en tant que propriété d’homme, c’est précisément de pouvoir la dominer et de me faire appeler « maître, seigneur ». La réduire en esclavage etc. Ce que je ne peux pas faire si la loi stipule que la femme est l’égale de l’homme, donc, où je ne peux plus en être propriétaire. Elle peut alors faire tout ce que l’homme faisait et vivre sans lui, etc.

                                                  De fait, le seul intérêt de la propriété, qu’elle porte sur les êtres vivants ou matériels, c’est pour en tirer profit, sinon, elle ne sert à rien. Ici encore, la manipulation réside dans la confusion entre ce qu’on appelle la propriété d’usage et la propriété économique (la femme en tant que propriété servant les deux).

                                                  Sauf que le seul usage n’a pas besoin de la propriété, la responsabilité quant au bon usage du bien suffit. Où là, on ne peut plus assimiler, confondre les êtres et les choses matérielles, parce que seule la propriété à le « pouvoir » de chosifier les êtres, tandis que la responsabilité ne peut pas donner une forme d’être aux choses, fusse une IA aussi forte que l’on veut (sauf pour les crédules ou benêts, s’entend).

                                                  je crois que la lecture de Nietzsche est très préjudiciable pour la raison et je comprend que s’il est si mal compris, c’est qu’à lire ses thuriféraires, la seule chose qu’il y ait à comprendre de Nietzsche, c’est la folie.


                                                • kalachnikov kalachnikov 20 novembre 2018 14:04

                                                  @ Hervé Hum

                                                  Faut tout te dire, Hum. En raisonnable raisonnant et matérialiste indécrottable, t’es pas foutu de voir au-delà.

                                                  Il s’agit là du profit immédiat. Mais il y a un profit plus lointain et plus abstrait et qui n’a rien à voir avec l’individu, ce petit pion crétin : filiation.

                                                  La filiation est la chaîne qui maintient tout.

                                                  L’objet de la Matrice n’est pas le bien des individus, elle use des individus comme on use de potiches ; son objet, c’est elle-même.


                                                • Hervé Hum Hervé Hum 20 novembre 2018 17:45

                                                  @kalachnikov

                                                  non, ne m’explique pas !

                                                  eh puis c’est qui cette « matrice » ? D’où vient t-elle ? Qui elle sert ?

                                                  crois en ta matrice comme d’autres croient en leur dieu créateur et destructeur. Ou en leur dieu castrateur.

                                                  Perso, je ne connais de matrice, que la raison pure, les relations de causalités qui font les lois de la physique. Après, il peut bien y avoir des dieux ou des hommes qui en usent à leur avantage et manipulent les faibles d’esprits et même d’ailleurs, les fortes têtes aux QI de 197.

                                                  Mais je note que ta croyance te fais dire beaucoup d’incohérences. Comme ici, où pour me contredire, tu apporte de l’eau à mon moulin.Tu essai de t’en sortir en me parlant de profit immédiat et lointain. Sauf un détail, la filiation a pour but de capitaliser le profit immédiat en le conservant dans la lignée par filiation. Autrement dit, la filiation permet seulement d’accroître son profit immédiat ou de le perdre d’ailleurs, mais les deux suivent, obéissent à la même logique causale. La voilà ta matrice !

                                                  r.


                                                • Xenozoid 20 novembre 2018 17:49

                                                  @Hervé Hum
                                                  TABOU la propriété


                                                • Hervé Hum Hervé Hum 20 novembre 2018 17:54

                                                  @Hervé Hum

                                                  la matrice du système actuel, c’est de permettre la capitalisation du temps de vie d’autrui à son profit, parce que c’est la seule manière d’augmenter son propre temps de vie terrestre et ainsi, de faire construire des chateau ou aujourd’hui, des yacht personnel de 100 m de long et de le transmettre à ses enfants.

                                                  Mais si tu parle de la matrice universelle, alors, celle ci n’a qu’un seul mot d’ordre « donner sens à l’existant ». Peu importe les valeurs morales et éthique. C’est seulement la logique causale qui impose ses propres conditions pour permettre de donner sens à l’être, qui a de choix que du but, de la finalité, les moyens étant imposés par la logique causale ou si tu veux, « la matrice ».

                                                  Mais la matrice n’a pas de volonté propre, ne sert pas ses propres intérêts, c’est absurde. La matrice ne fait qu’imposer ses conditions à l’être pour atteindre le but que ce dernier s’est fixé.


                                                • Hervé Hum Hervé Hum 20 novembre 2018 17:55

                                                  @Xenozoid

                                                  je pari que même pour kalachnikov c’est sacré !


                                                • Xenozoid 20 novembre 2018 17:56

                                                  @Hervé Hum
                                                  peut etre/ surement.pour tous d’ailleur


                                                • Hervé Hum Hervé Hum 21 novembre 2018 09:41

                                                  @Xenozoid

                                                  la propriété de soi est sacré pour tout le monde, la question se pose sur la propriété au delà de soi même, car alors, elle se retrouve en concurrence avec les autres et voit les uns perdre leur propriété, pendant que d’autres l’augmente.

                                                  Soit la propriété au delà de soi s’impose par la violence et/ou la ruse, soit elle ne s’applique plus et on parle de responsabilité vis à vis des autres, qui s’impose par la concertation et l’honnêteté.


                                                • kalachnikov kalachnikov 21 novembre 2018 12:23

                                                  @ Hervé Hum

                                                  La matrice, c’est la structure sociale qui est fabriquée via divers mécanismes comme les incestes.

                                                  La filiation permet l’introduction de la responsabilité.


                                                • Hervé Hum Hervé Hum 21 novembre 2018 13:57

                                                  @kalachnikov

                                                  La matrice, c’est la structure sociale qui est fabriquée via divers mécanismes comme les incestes.

                                                  La filiation permet l’introduction de la responsabilité.

                                                  n’en jetons plus...


                                                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 novembre 2018 10:25

                                                  Des gilets jaunes déjà condamnés deux jours après la mobilisation Un gilet jaune a été condamné à 4 mois de prison ferme et deux autres à 4 mois avec sursis.

                                                  SOURCE 



                                                  @+P@py


                                                  • zygzornifle zygzornifle 20 novembre 2018 10:49

                                                    @Gilbert Spagnolo dit P@py Bian

                                                    Alors qu’a la Réunion ils ont brulés des dizaines de bagnoles , pillés des magasins ..

                                                    Haaaaa mais oui ce sont des jeunes , les flics avec leur ventre qui traine sur la route n’ont pas pu les chopper , ils sont tous comme ceux qui ont fait des selfies avec Macron , des jeunes habitués a courir devant les flics bien gras alors qu’en France ce sont des retraités ou des pères et mère de famille donc on les attrape facilement , presque ils montent tout seul dans le fourgon , ce sont des gentils ils ne se rebiffent même pas on le voit bien la différence quand les flics sont envoyés en citée alors la ça claque des dents .....


                                                  • zygzornifle zygzornifle 20 novembre 2018 10:43
                                                    Gilets Jaunes : vers une révolution fiscale ? Oui, mais laquelle ?

                                                    La baisse de toutes les taxes grâce aux économies faites sur le train train de l’état , on cite toujours Allemagne et bien ils ont 8 ministres , Merkel gagne bien moins que Macron , elle paye ses transports et son loyer , son eau , son électricité , Macron vit comme un poux dans les cheveux ....

                                                    Plus de sénat , 250 députés au lieu de 544 , on diminue drastiquement les secrétaires , sous secrétaires afin de mettre les ministres au boulot , on écrème dans les embrassades ou ça glande de réceptions en réceptions et on diminue leur salaires par 3 ....

                                                    Tolérance zéro pour les politiques , plus d’immunité , chaque dépense payée de sa poche et remboursé jusqu’à une certaine somme comme en suède , Danemark etc....

                                                    On nous serre la vis, a nous de leur rendre la monnaie de la pièce ....


                                                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 novembre 2018 14:12

                                                      @zygzornifle

                                                      J’opine à fond ( de .. tu connais la suite ) en autre pour faire des économies, suppression en urgence de du Ministère de la culture, qui avec nos sous servent à payer des acteurs millionnaires !

                                                      Reversement pour des misions sur la voie publique des gardes Républicains qui servent de parades à chaque entrés de séance à l’Assemblée Nationale :photo. Reste sur place juste les équipes en tenue opérationnelle , et le matos pour assurer la sécurité. ( je ne sais pas si également pour le Sénat, c’est le même cinéma ),... puis comme tu dis application pour nos politiques la rigueur de pays nordistes ,... et de l’Allemagne !


                                                      @+ P@py


                                                    • jomoul 13 décembre 2018 16:32

                                                      la fiscalité dans les entreprises petites ou grosses n’a pas été abordé

                                                      et pourtant .

                                                      manque de contrôles fiscaux

                                                      révision des charges déductibles ..et des règles comptables pour les grosses ou petites entreprises...

                                                      demander aux experts comptables et avocats qui font de l’optimisation fiscale leur fond de commerce.....car en france les lois sont complexes...et nos députés qui pondent les lois ne sont pas assez précis ou les lois peuvent être détourner ..

                                                      là on est fort en france.. lorsque on peut payer un avocat ou autre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès