• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Gouvernement Sarkozy : une dangereuse mystification par le marché (...)

Gouvernement Sarkozy : une dangereuse mystification par le marché ?

L’élection (présentée comme presque) triomphale de Nicolas Sarkozy ne se doit pas qu’aux déboires de la gauche, modérée ou extrême. Progressivement, depuis les années 1970, la référence générale à l’efficacité comme unique critère et comme pensée unique dans tous les domaines (pas seulement économiques) explique en grande partie le « succès » actuel et le futur résultat (« score ! ») électoral. Au-delà de la biodiversité, comment conjurer les jours noirs à venir pour la moindre « polidiversité » dans le paysage politique français ? Un petit retour conceptuel sur les grandes catégories économiques et sociales permet, peut-être, de mieux comprendre les dangers de la situation actuelle et d’éclairer d’éventuels moyens pour y remédier.

Le marché : solution immédiate et générale ?

Abandon de la carte scolaire, défiscalisation d’heures supplémentaires « choisies », déremboursement de médicaments ou forfaits à la charge du patient, suppression des droits de succession , contrat de travail unique , préparation de la vente de FR2 ou FR3 à un groupe privé

Les exemples d’un soi-disant retour général à la flexibilité comme première condition créatrice de richesses ne manquent pas. S’agit-il d’un véritable retour - pour tous les acteurs économiques et sociaux - aux lois du marché, comme celui qui a assuré l’émergence de la croissance économique il y a environ deux siècles ? Non seulement rien n’est moins sûr mais de plus, si c’était le cas, il y aurait fort à parier que ce type de solution n’aboutira qu’à enfoncer un peu plus notre société dans ses ornières (perte de cohésion, absence de projets, gaspillages...)

La monnaie, pilier du marché

L’extension de l’économie marchande ne date pas d’hier ; des traces d’échanges qualifiés de monétaires (parfois très abusivement) sont repérés plusieurs siècles avant l’ère chrétienne (Mésopotamie entre autres). Mais jusqu’au XVIIIe siècle ces échanges ne se font pas contre de la monnaie au sens strict et moderne et d’ailleurs le salariat n’existe pas.

Pour fonctionner, un marché, au sens véritable du terme, a besoin de trois constituants fondamentaux : disponibilité de monnaie, existence de marchandises et enfin d’opérateurs (acheteurs et vendeurs).

La monnaie moderne repose fondamentalement sur le crédit ; elle permet ainsi et d’abord une division du travail qui peut être poussée à l’extrême. Cette évolution a engendré un profond désintérêt pour les tâches spécialisées (cf. « Les Travailleurs non qualifiés : une nouvelle classe sociale ? » par Thomas Amossé et Olivier Chardon » in Economie et Statistique N° 393-394 - nov 2006 INSEE en Format PDF) et elle permet aussi de produire de véritables « marchandises » (totalement standardisées, conçues spécialement pour la vente etc. avec tout ce que ceci implique).

Les marchandises (à l’opposé des biens économiques artisanaux ou semi-industriels) acquièrent une valeur d’échange bien plus importante pour le système économique - et surtout pour certaines classes - que leurs seules valeurs d’usage. La monnaie moderne permet aussi un véritable recours à l’investissement (ponts, hôpitaux, universités...) à grande échelle, sans attendre d’avoir épargné au préalable les capitaux nécessaires. Comment pourrait-on, sans investissement, élever progressivement le niveau de vie de génération en génération, en se contentant de réutiliser une partie, voire la totalité des richesses déjà produites ? Comment les pays pauvres pourraient-ils sortir de la misère sans le crédit (micro ou autres) ? Les sociétés stationnaires ne sont pas forcément démocratiques...

S’affranchir de la monnaie ?

La monnaie est donc incontournable, et revenir à des systèmes locaux d’échange (SEL) directs (sorte de troc amélioré) est non seulement fragile mais surtout peut virer au communautarisme avec ce que cela entraîne ; qui veut échanger une heure de cours contre la tonte de la pelouse familiale doit accepter de renoncer à d’autres fournisseurs potentiels de prestations de service. Ces systèmes sont d’ailleurs en partie dépassés par le microcrédit.

Donc, selon l’expression, la monnaie est la meilleure comme la pire des choses. En introduisant une rupture forte dans le temps entre les deux transactions (achat / vente) elle peut permettre un choix - et donc une liberté, facteur de démocratie - entre ces prestataires. Combien de jeunes ménages ne préfèrent-ils pas - quand ils le peuvent - recourir à une garde salariée pour leur enfant plutôt que de devoir systématiquement faire appel à belle-maman, même si cette personne est la plus adorable des belles-mères.

Mais, évidemment, cette formidable liberté ne peut être mise en œuvre que par les titulaires d’un « pouvoir d’achat ». Or notre société, compte tenu de l’évolution du marché du travail dominé par les choix à court terme des entreprises (CDD), ne garantit plus un revenu décent tout au long de la vie aux salariés même lorsqu’ils travaillent. Les exclus du système sont-ils de futurs déchets dont on va se débarrasser ? Dans cette situation, recourir aux seuls mécanismes du marché pour réaliser un minimum d’intégration sociale et de progrès est une vaste tromperie.

Pourquoi le gouvernement de M. Sarkozy veut-il faire croire aux miracles du marché ?

Derrière les multiples décisions actuelles de réduction du rôle de l’Etat, seules les grandes entreprises sont assurées de sortir gagnantes. Fernand Braudel a admirablement montré dans « La Dynamique du capitalisme » (1988) que les transactions véritablement marchandes (au sens de concurrentielles) ne dégagent pas de surprofit ; au contraire, les échanges - souvent par la force - de type capitaliste échappent à la concurrence et engrangent d’énormes bénéfices.

Le recours actuel et médiatique aux lois du marché a donc un énorme avantage : il présente ces décisions comme inéluctables, incontournables et nécessaires en elles-mêmes, indépendamment de toute référence aux classes sociales qui sont concernées soit comme acteurs soit comme pauvres figurants...

Appliquer les « lois du marché » à l’éducation et la culture, à la santé, au logement, ces trois piliers de l’existence sociale et familiale, revient à admettre que les hommes sont de pures et simples machines à mettre devant un écran pour s’abrutir, à leur changer une pièce de temps en temps jusqu’à un certain âge et à les parquer dans des clapiers vendus à crédit (on ne redira jamais assez la formidable pression sociale normalisatrice de l’endettement). On peut lire avec intérêt le document Pourquoi les ménages pauvres paient-ils des loyers de plus en plus élevés ? Gabrielle FackEco et Stat N° 381-382 - oct 2005 (Format PDF)

En 1789, la révolution libérale et bourgeoise (loi le Chapelier notamment) avait d’abord jeté sur les routes des millions de pauvres hères qui sont devenus les salariés de l’industrie, constituant les bases du marché du travail. Il n’est évidemment pas question de revenir à une économie féodale mais de comprendre qu’actuellement seuls les pays qui assurent un triple partage en cohérence des décisions, des efforts et des richesses ont une chance de s’en sortir. Faisons en sorte que l’Histoire ne bégaie de moins en moins souvent.


Moyenne des avis sur cet article :  3.98/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 8 juin 2007 10:52

    Les lois du marché ont fait que de moins en moins de salariés sont capables d’acheter un logement . En grande bretagne , ils en sont arrivés à faire des crédits sur 100 ans ...... il faut arrêter cette spirale spéculative infernale !


    • imago imago 8 juin 2007 11:08

      Oui malheureusement d’accord sur le principe !

      Mais « on » n’arrête pas le système d’un coup...

      Essayons de favoriser des évolutions. D’autres posent des bombes. Je crois seulement dans le respect des hommes et malheureusement sur ce plan le mensonge généralisé du gouvernement s’apprète à déferler encore plus.


    • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 11:34

      « 100 ans »

      Mais ce n’est pas des crédits, c’est de baux emphytéotique (99 ans en général). ça se fait partout depuis des lustres y compris en france et par l’Etat. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bail_emphyt%C3%A9otique


    • imago imago 8 juin 2007 11:43

      Des durées d’emprunt de 50 ans existent en Grande Bretagne

      allez voir sur http://www.credit-immobilier-ace.com/upload/compresse/DP_ACE_1.pdf



    • Reinette Reinette 8 juin 2007 15:37

      « On achète au son du canon, on vend au son du clairon. » Jean-Pierre Gaillard - France-Info, (mars 2003)


    • imago imago 8 juin 2007 16:24

      je ne me rappelle pas avoir parlé de bombes


    • ExSam 8 juin 2007 20:21

      Reinette

      Les boursicoteurs ont les proverbes qui leur tiennent lieu de sagesse.

      Un autre : « Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel »...


    • patrick patrick 8 juin 2007 11:40

      il y aura bien un moment ou les gens intelligents et de gauche ( c’est loin d’etre incopatible !) vont ouvrir les yeux et comprendre que la société que le PS , ses penseurs ( en reste-t-il ?) est totalement obsolete.

      Oui , il est justifié de suprimer les droits de succession qui sont un scandale en grèvant un patrimoine qui a deja supporté l’impot. car enfin ce qu’on peut laisser à ses enfant et ce qui reste entre ce que l’on a gagné minoré des impots au fil de sa vie , tva, impots sur le revenu, taxes d’habitation, taxe foncière, CSG .. etc ..

      Le code du travail est un monstre incompréhancible qui fait surtout le bonheur des avocats. Pourquoi refuser l’idée qu’il faut tout remettre à zero et repartir ....

      Finalement, il etait admis que la gauche etait « progessiste » et la droite « conservatrice », pour peu que l’on soit capable de donner un sens aux mots, il faut bien reconaitre que la gauche prone l’immobilisme et la droite, le mouvement.

      Decidément, cette gauche française n’aura rien compris à l’évolution du monde. doit on s’etonner alors de sa déroute ?


      • -noID- 8 juin 2007 13:10

        « Oui , il est justifié de suprimer les droits de succession qui sont un scandale en grèvant un patrimoine qui a deja supporté l’impot. »

        ...

        « Pourquoi refuser l’idée qu’il faut tout remettre à zero et repartir ... »

        « Decidément, cette gauche française n’aura rien compris à l’évolution du monde. » ===> Je dois avouer que les incohérences de votre dialectique vallent celles de la gauche.

        Mais enfin c’est votre opinion, et vous la partagez. smiley


      • Emile Red Emile Red 8 juin 2007 15:44

        Je comprends bien le problème de Patrick qui peste contre les droits de succession qu’il ne pouvait payer pour récupérer le dictionnaire Larousse de grand-papa.


      • Reinette Reinette 8 juin 2007 15:56

        D’une manière générale le Code du travail régit ce qui a trait :

        * aux conditions et relations de travail (contrat de travail, etc.) * à la santé des salariés * à la sécurité au travail * à l’emploi * à la formation professionnelle

        Comme les puces sur le dos du chien, LES DURS A LA BESOGNE grouillent, galopent , forniquent, se complaisent dans la sueur qui n’est pas la leur.

        LES DURS A LA BESOGNE vantent le travail, la joie du labeur, le dos courbé c’est comme cela qu’ils nous aiment.

        Nous semons, LES DURS A LA BESOGNE récoltent, se gavent de notre travail, de notre savoir-faire.


      • Reinette Reinette 8 juin 2007 15:59

        Comme les puces sur le dos du chien, LES DURS A LA BESOGNE grouillent, galopent , forniquent, se complaisent dans la sueur qui n’est pas la leur.

        LES DURS A LA BESOGNE vantent le travail, la joie du labeur, le dos courbé c’est comme cela qu’ils nous aiment.

        Nous semons, LES DURS A LA BESOGNE récoltent, se gavent de notre travail, de notre savoir-faire.


      • patrick patrick 8 juin 2007 16:45

        @ parkway

        je comprend en effet que vous en ayez marre de repeter les meme betises creuses..

        Désolé pour vous, vous en avez , au moins, pour 10 ans ..

        cherchez autre chose

        Bon we


      • JPL 9 juin 2007 00:00

        @ patrick

        Il y a certainement plusieurs manières d’être de droite, ceci dit, si vous voulez être cohérent et considérez que la force du capitalisme (ou du libéralisme) c’est qu’il conduit chacun à être performant pour s’en sortir (voire mieux que les autres) alors non seulement il faut des droits de succession mais ils doivent garantir qu’en aucune manière des héritiers ne peuvent se contenter de profiter (en rentiers) de l’héritage de papa et maman.

        Avantage : on est certain que chacun va se battre (au-delà d’hériter de quelques biens à nature sentimentale) et réussir par lui-même.

        Cela a longtemps été la politique des Etats-Unis. Aujourd’hui, même après les réductions de taux appliquées par Reagan puis par Bush le taux supérieur est encore de 46% contre 40% en France.

        Certes il y a au départ un abattement de 1,5 millions de dollars, qui a pour effet de concentrer l’impôt sur les plus riches. Comme en France, à ceci près qu’en France le taux supérieur est plus bas et que les abattements sont moins importants.

        Bilan la France impose plus les successions moyennes et moins les grosses. Pourtant on nous dit que des français quittent le pays pour échapper à ces droits de succession, tandis que les américains ne le font manifestement pas.

        Pourtant la réforme de M Sarkozy va encore accentuer les travers du système français...

        Par ailleurs, c’est budgétairement une très mauvaise opération : article de L’expansion qu’il faudra compenser par ailleurs, critères européens et état actuel du déficit budgétaire obligent...

        Une autre lecture que je vous suggère de méditer : Les droits de succession

        Je vous suggère aussi de réfléchir à ce qu’est la property tax aux Etats-Unis (là où elle s’applique à tous les biens). Cela vous fera peut-être réfléchir au sujet de l’ISF.

        Différence essentielle entre les américains et les français : les premiers sont souvent fiers non seulement d’avoir réussi mais de payer leurs impôts, comme contribution à la société, ou de créer des fondations qui redistribuent une partie parfois notable de leur fortune. Les seconds haïssent l’impôt et la fraude est très élevée dans les déciles supérieurs.


      • ExSam 9 juin 2007 18:38

        Emile

        Tu es sévère Emile, aujourd’hui.

         smiley


      • les collines L’accompte S 9 juin 2007 19:33

        Cher patrick vous m’avez l’air bien installé ,savez-vous la peine que beaucoup ont pour VRAIMENT joindre les deux bouts ,du 1er du mois au 31 ?

        le code du travail existe et c’est tant mieux,mais peut-être ne vous sentez-vous pas concerné ?


      • les collines L’accompte S 9 juin 2007 21:36

        Cher Mohammed,malheureusement je partage ce constat pessimiste.Oui, Sarkozy a été mené là ou il est par la tricherie de ses accointances dans les milieux financiers donc médiatiques, oui les richesses des uns débordent ,étouffent ceux qui ne demandaient qu’à vivre avec des biens essentiels et peut-être un peu plus.Ceux dont le travail,quand ils en ont un,leur suffit à peine à se fatiguer l’esprit pour n’avoir plus de jugement ,ni de sens critique valable pour évaluer leur situation.Oui ,quand tu parles d’énorme supercherie à propos des des droits de l’homme,des droits des hommes !! Quant aux esclaves des nouvelles technologies nous sommes tous un peu enchainés ,mais que dire de ceux qui s’endettent pour avoir leur écran plasma ou autre pour y mirer le mode d’emploi de leur propre décadence.Oui c’est un constat péssimiste.Puissent les esprits se relever...


      • les collines L’accompte S 9 juin 2007 21:39

        Commentaire faisant suite à celui de mohammed... beaucoup plus bas...


      • les collines L’accompte S 9 juin 2007 21:41

        Cher Mohammed,malheureusement je partage ce constat pessimiste.Oui, Sarkozy a été mené là ou il est par la tricherie de ses accointances dans les milieux financiers donc médiatiques, oui les richesses des uns débordent ,étouffent ceux qui ne demandaient qu’à vivre avec des biens essentiels et peut-être un peu plus.Ceux dont le travail,quand ils en ont un,leur suffit à peine à se fatiguer l’esprit pour n’avoir plus de jugement ,ni de sens critique valable pour évaluer leur situation.Oui ,quand tu parles d’énorme supercherie à propos des des droits de l’homme,des droits des hommes !! Quant aux esclaves des nouvelles technologies nous sommes tous un peu enchainés ,mais que dire de ceux qui s’endettent pour avoir leur écran plasma ou autre pour y mirer le mode d’emploi de leur propre décadence.Oui c’est un constat péssimiste.Puissent les esprits se relever...


      • les collines L’accompte S 9 juin 2007 21:55

        Mohammed d’ac avc toi


      • les collines L’accompte S 9 juin 2007 21:58

        Effectivement sur agora v.les commentaires sont trimbalés un peu n’importe ou.Des « bugs » rencontrés assez fréquemment.


      • Reymo Reymo 10 juin 2007 12:23

        Mr Patrick de Nagy Bosca,

        Pourquoi tant de haine !!!

        J’ai une solution pour les droit de successions qui vous contrarie tant :

        « NE FAITE PAS D’ENFANTS » !!!

        Comme ca !!plus d’impots, plus de profs , moins de fonctionnaires,moins de gaspilllages et de magouilles,plus besoin de code du travail,plus de loi du tout d’ailleur ect ect......

        A mais merde ! QUI VA PAYER LA DETTE !!!!!!

        Reymo le Gaucho !!!


      • karg se 10 juin 2007 14:45

        « il est justifié de suprimer les droits de succession qui sont un scandale en grèvant un patrimoine qui a deja supporté l’impot. »

        L’héritage est la plaie du capitalisme européen, pourquoi Bill Gates n’est pas français ? parce que Bill Gates et son amis Warren Buffet, 1ere et 2eime fortune de USA, vont rendre à la communauté l’immense majorité de leur fortune (95% et 85% respectivement). Ces deux grands entrepreneurs se sont opposés à la réforme de Bush pour la réduction des droits de succession. Le vrai libéralisme comprend la notion de bring back, vos efforts, votre talent, vos réussites ne sont possible que grace à l’ensemble de la communauté qui l’a récompensé en vous donnant une fortune. Vos enfants n’ont pas ce mérite, pas plus qu’un autre.

        Les européens doivent comprendre que la défense des héritages et du capitalisme héréditaires est une faiblesse majeur qui explique la manque de dynamisne de l’europe continentale.

        Les gens qui se croient libéraux et qui défendent l’héritage ça me fait doucement rigoler, vous être plus des royalistes, partisans de l’ancien régime plutôt que des Hommes modernes.


      • G-S korea -New-york 11 juin 2007 05:47

        C’est tres simple. En france on n’aime pas les gens qui reussissent. On n’aime pas les gens qui ont de l’argent. Les jeunes heritiers, well ils ne merritent pas ce que leur parents on travaille dur pour. On devrait les taxer a 95%.

        Tout ca c’est tres malheureux, la france est un pays de jaloux, de gens qui ce plaignent et encore plus d’arrogants.

        Pourquoi ne pas engager toute cette energie a quelque chose d’utile est constructif pour une fois. On critique mais pourquoi. Quel est le but de critiquer. Apportez des solutions, ce sera plus utile.

        De plus apres avoir vecu dix ans a l’etranger, j’ai l’impression comme tout francais vivant a l’etranger que ce pays stagne ou marche en arriere.

        Pour la premiere fois, il y a un president actif, qui s’engage, qui fera des erreurs comme tout le monde, qui est critiquer de droite a gauche alors meme qu’il essaye pour son pays qui le critique de faire avancer les choses.

        N’oubliez pas que ce president a ete choisi par vous mes cheres compatriotes.

        Reveillez vous mes cher francais, vous etes bien assiste et c’est bien plus difficile ailleurs. arretez de rever, arretez d’etre jaloux parce que votre vie n’est pas meilleur que celle des autres.

        Investissez vous et vous reussirez. Moi je suis parti de rien, je bosse plus de 14 heure par jours, de 250 par semaine je fais plus d’un million de salaire par ans aujourd’hui.

        Je n’ai jamais critique quelqu’un qui a reussi ou qui a essaye. Pourquoi ?

        Aujourd’hui j’aide des jeunes a reussir, et a 29 ans je veux m’investir d’avantage.

        Je suis tres triste que mon pays ai cette mentalite tres basse, car je suis persuade que la france a bien plus de qualite que n’un porte quel autre pays.

        C’est un message pour tout le monde, n’oubliez pas, la vie est trop courte pour etre gaspillez a critiquer sans arret.

        Donnez des solutions si vous etes brillants, et investissez vous, vous reussirez.

        ps, FORGIVE MY ponctuation.

        Good luck.... G, from NY


      • JL JL 11 juin 2007 07:24

        G-S Koréa, vous écrivez : «  »On critique mais pourquoi. Quel est le but de critiquer. Apportez des solutions, ce sera plus utile.«  » et d’autes choses.

        Mais que faites vous là vous-même,sinon critiquer ? Vous êtes au pays de l’argent roi qui vit sur le dos de la misère du monde ! Et vous venez donner des leçons à ceux qui ont encore un brin d’humanité ! Taisez-vous, vous nous rendrez service !


      • JL JL 11 juin 2007 07:32

        vous écrivez «  »... n’un porte ...«  »

        Je n’ose imaginer comment vous avez « réussi » avec un niveau de intellectuel pareil, car cette faute n’est pas une faute d’orthographe, c’est une faute de pensée, qui trahit une paresse intellectuelle, celle d’un matérialiste de la pire espèce, celle qui ramène l’homme à une seule valeur, la sienne, l’argent !


      • JL JL 11 juin 2007 07:35

        Bon, vous n’êtes pas si mauvais, puisque vous écrivez :

        «  »Les jeunes heritiers, well ils ne merritent pas ce que leur parents on travaille dur pour. On devrait les taxer a 95%.«  »


      • imago imago 11 juin 2007 08:56

        Effectivement la proposition de taxer les héritiers a 95% me parait constructif si cela impose un effort a tous...

        Mais il faut raisonner plus loin que le bout de son nez ; ainsi les personnes tres jeunes ou âgées NE PEUVENT PAS FOURNIR AUTANT D EFFORTS QUE LES AUTRES. Dinc il est IMPOSSIBLE DE SE PASSER D UN SYSTEME DE REDISTRIBUTION. Ce n’est PAS DE L ASSISTANAT !


      • JL JL 11 juin 2007 22:29

        Imago, je ne suis pas sur d’avoir compris. Voulez-vous dire ici que la transmission de patrimoine, c’est de la redsitribution ?


      • imago imago 11 juin 2007 22:49

        @ JL

        Non ! Bien sûr, en elle même la transmission du patrimoine n’est absolument pas une redistribution ! mais au contraire la taxation à 10 50 ou 90% de cette mutation peut contribuer - faiblement - à alimenter des mécanismes budgétaires de redistribution

        Ceci dit, l’impot sur la fortune est nettement plus fort aux USA qu’en Europe... Mais de la a dire que la redistribution est effeicace aux USA ...

        du patrimoine


      • G-S korea -New-york 12 juin 2007 02:02

        Vous êtes au pays de l’argent roi qui vit sur le dos de la misère du monde !

        Le pays de l’argent roi ? il y a bien plus de pauvrete ici quand france et ils se plaignent moins que vous ici. Ici c’est marche ou creve ! Avant de dire une imbecilitee, utilise ta cervelle, cela t’aideras a etre d’avantage credible.

        De plus tu parles d’HUMANITE. Ca me fait bien rire, venant de quelqu’un qui ne sais pas de quoi il parle. Va voir la coree du nord, va voir les gammins qui creve de fain, les gens qui sont tortures. Crois moi tu est bien plus a l’aise dans ton petit fauteuil devant ton clavier a ecrire des conneries. Je suis personellement investit dans ces causes, et j’aide avec ce que j’ai gagne.

        Ca te derange que la france sois un pays d’assiste. Ce n’est pas une critique, c’est un fait. Accepte le, car c’est une verite.

        Taisez-vous, vous nous rendrez service ! Pour qui te prends tu de donner des ordres ? Ecoutes mon conseil, restes petit et surtout arrete d’ecrire des conneries.


      • G-S korea -New-york 12 juin 2007 02:26

        Je n’ose imaginer comment vous avez « réussi » avec un niveau de intellectuel pareil.

        Venant de quelqu’un qui n’as rien accompli dans sa vie, miserable comme tu dois l’etre, et plus grave qui se prend pour un philosophe ? Laisse moi t’expliquer, on vis sur la terre, pas sur la lune.

        , car cette faute n’est pas une faute d’orthographe, c’est une faute de pensée, qui trahit une paresse intellectuelle.

        Ecoute, la paresse dans mon vocabulaire ca n’existe pas. C’est un fait, je travaille dure, ca te derange peut etre car toi peut etre tu es un glandeur !

        Pour finir. En ce qui concerne mon intellectuel, il se porte financierement bien mieux que toi. Restes miserable et surtout reste tres petit......


      • G-S korea -New-york 12 juin 2007 02:40

        Bon, vous n’êtes pas si mauvais, puisque vous écrivez : «  »Les jeunes heritiers, well ils ne merritent pas ce que leur parents on travaille dur pour. On devrait les taxer a 95%.«  »

        les gens fortunes ne restent pas en france.la dette francaise et le train train francais que tu supporte tant, toi avec ton petit salaire tu le payeras car les gens se cassent, et cela fait plus de 20 ans. Les jeunes diplome qui ont du potentiel vont a l’etranger et gagnent bien mieux leur vie. Ca ne changera pas, accepte c’est un fait.

        Et quand les caisses seront vides parce que il n’y aura plus personne pour payer, tu feras quoi ?

        Tu va raller, tu vas pleurer ? Dis moi toi qui est si intelligent ?

        Tu seras bien plus dans la merde que tu l’es deja. Alors continue sur cette voie qui consiste a critique sans apporter de solutions concretes.

        et surtout reflechis bien avant d’ecrire des conneries.


      • JL JL 13 juin 2007 07:39

        G-S korea, vous êtes pour moi un jeune blanc bec insolent, inculte, et peut-être voyou.

        En effet, vous écrivez : «  » En ce qui concerne mon intellectuel, il se porte financièrement bien mieux que toi«  » : Vous confirmez par cette phrase que les valeurs morales n’évoquent rien pour vous.

        Vous dites «  » Restes misérable et surtout reste très petit...... «  » : que savez-vous de moi ? J’ ai plus du double de votre age. Vous croyez que parce que l’on n’adore pas l’argent on est forcément pauvre et misérable ?! C’est un effet de votre aveuglement : rassurez vous, j’ai plus qu’il ne m’en faut pour vivre largement, et si je devais recommencer ma vie professionnelle, j’exercerais la même profession que celle que j’ai exercée qui fut passionnante et rémunératrice.

        Vous prétendez qu’à 29 ans vous aidez des jeunes à réussir ? Gentillesse pour gentillesse, je vous ferais remarquer que les proxénètes ou les trafiquants également, ’aident’ les jeunes selon vos critères de réussite : l’argent, et rien que l’argent.

        Si vous étiez réellement le manager que vous dites, vous ne seriez pas là mais au travail ! Un proxénète ou un trafiquant à beaucoup de temps libre. Je puis vous le dire, puisque, vous ne l’avez peut-être pas remarqué, je ne travaille plus. Crétin, je ne vous autorise pas à me tutoyer et ça me dégoûte de parler avec vous et vos semblables qui polluent ce site ! Et je pèse mes mots.


      • G-S korea -New-york 14 juin 2007 02:44

        mon petit jl. Apres avoir lu nombre de tes messages et attaques contre plusieurs personnes ayant un avis different du tiens, il etait temps que tu sois remis a ta place...

        Ecoutes tu es furieux, c’est pas grave ca passera. De plus a ton age il serait normal que tu sois plus sage. Je reconnais il y a du travaille.

        Maintenant tu parles de valeurs. Les valeurs personnels que ce soit l’education, la politesse ou autre, cela s’apprend et tu en laques enormement. Le respect de l’autre, le respect de partager un avis different tu ne l’as pas. Alors si tu n’es pas bien eleve avec les gens sur internet qu’est ce que ca doit etre dans ta vie personnel. (OH MY).

        Je penses que c’est tres malheureux et cela reflete bien a quel point du doit etre tres mal dans ta peau.

        L’argent ne rend pas toujours heureux c’est tres vrai, mais il est necessaire pour survivre. Tu n’as pas d’argent, qu’on soit tres clair. Tu dis que tu en a plus qu’il tant faut, tout cela c’est du blabla. Personelement que tu sois riche ou pas ca ne me derange pas. Tu t’es sentis blesse par ce que j’ai ecris et tu a essaye de repondre quelque chose d’intelligent qui t’as trahis car tu (claim) que l’argent c’est pourris, et que tout le monde est materialiste.

        En ce qui me concerne j’ai bien 29 ans et oui j’ai 2 nouveaux jeunes qui travaille pour moi et mon partenaire. L’un est d’ailleurs d’origine du cameroun. Tous deux sont sponsorises par nous afin qu’ils passent leur licence de finance 7 et 63, afin qu’ils exercent legalement dans le futur la finance sur wall street avec nous. Cette licence est d’ailleurs une des plus difficile a passe apres la compta et le droit. Sur 20 jeunes on a en 7 qui le passent, et 2 qui reussissent dans ce business.

        Je tenais a te le dire car j’ai note que tu parle souvent des etats unis sans trop savoir de quoi tu parles.

        J’espere que tu mettras ta langue dans ta poche la prochaine fois, car crois moi je serais la pour corrige si cela n’est point correcte.

        Si j’etais si bette comme tu le decris je n’aurais point eu 91% au teste quand je l’ai passe en plus d’etre diplome a NYU de Business major.

        Tu parles de proxénètes ou les trafiquants ! Un petit conseil, arretes de boire de l’alcool ou de te taper des joints. Definitivement, cela n’aide point ta credibilite sur ce blog.

        Enfin, je t’ai donne de l’importance en prenant le temps de te repondre et de te corriger, car il etait temps que quelqu’un le fasse.

        Restes petit d’esprit, on ne t’en voudras pas, et evites la prochaine fois de faire des commentaires raciste, je sais que les gens meme si tu es vieux n’aiment pas du tout cela.

        Personellement je ne supporte pas les racistes. Serais tu un Lepeniste ?

        Oh cette orthographe !!!!!! No good....

        BYE BYE NOW.....


      • imago imago 14 juin 2007 06:35

        @ G S korea

        Franchement, je vous propose de vous donner des cours non seulement de français mais aussi de politesse et de savoir vivre.

        Quand on a des « des jeunes qui travaillent pour moi » on ferait mieux de leur laisser le clavier !


      • JL JL 14 juin 2007 07:49

        Imago, j’apprécie votre intervention qui cela m’épargnera une réponse pénible. Je note qu’il a écrit : «  »Personellement je ne supporte pas les racistes. Serais tu un Lepeniste ?«  »,

        mais dans son premier commentaire il y avait : «  » la france est un pays de jaloux, de gens qui ce plaignent et encore plus d’arrogants.«  » c’est pourquoi j’ai réagi, je n’aime pas le racisme anti français.

        Et parce que j’ai dit que les US c’est le pays de l’argent roi, il répond par deux propos contradictoires : «  »Le pays de l’argent roi ? il y a bien plus de pauvrete ici quand france et ils se plaignent moins que vous ici. Ici c’est marche ou creve ! «  »

        et «  »Moi je suis parti de rien, ... je fais plus d’un million de salaire par ans aujourd’hui.«  »

        Merci encore à vous Imago qui avez su remettre à sa place cet inqualifiable. smiley


      • G-S korea -New-york 15 juin 2007 04:25

        Franchement, je vous propose de vous donner des cours non seulement de français mais aussi de politesse et de savoir vivre.

        AHH, c’est beau les prof..... En echange, parce que vous semblez etre moins agressif que notre ami petit JL, je vous propose de vous donner des cours d’anglais, d’espagnol et meme un peu de koreen. Oui, oui...

        Ah, si la finance vous interesse, je peux egalement vous aider. Je suis tres cale dans ce domaine, mais je travaille rarement gratuitement. Pour vous je ferai une exeption.

        Le francais, vous avez bien raison, ca fait 10 ans que je ne le pratique regulierement, d’ou mes lacunes, de plus lorsque je vous ecris il est bien tard ici et mes journee sont tres longues, ce qui explique certaine fautes.

        Personne n’est parfait. En ce qui concerne ma carriere, elle se porte bien car j’ai travaille tres dure. Ce que j’ai accomplie, tout le monde peu le faire. D’ou mon message d’origine.

        Mais la vie est dure partout et bien plus dure a l’etranger qu’elle n’est en france. On ne vous aide pas si vous etes malade. La secu c’est no go, le chomage no go, vous payez pas votre loyer (pas de lois pour vous proteger) Ces aquis que vous avez en france, je ne les critique pas. ils sont necessaires.

        Mais, on ne peux pas demander a celui qui a beaucoup travaille, qui a pris des risques, qui paye deja beaucoup d’impot et qui a reussi d’en payer d’avantage. On ne peux pas se plaindre sans arret comme beaucoup de francais le font. C’est pas plus facile alleurs.

        On ne peut pas vivre sur le dos de ce qui reussissent. La france et loin derriere le reste du monde en matiere de reforme et c’est surement pas sarkozy qui va changer les choses. Les francais aiment leur aquis et il en veulent plus.

        Il y aura un jour ou les riches ne seront plus la pour payer la note, on pourra alors se demander qui la payera.

        good night.

        ps to jl, don’t be jalous if i didn’t reply to your post....


      • imago imago 15 juin 2007 10:15

        j’apprécie mieux ce ton et la proposition...mais passer du temps a « gèrer du pognon » ne me branche pas !

        Par contre lorsque vous dites « Il y aura un jour ou les riches ne seront plus la pour payer la note, on pourra alors se demander qui la payera. » cela me rappelle les soeurs Goitchel (championnes de ski) qui couinaient sur leurs impots en disant « mais arrètez donc de prendre aux riches ! » Elles devaient certainement avoir la conviction que pour encourager l’effort il fallait prendre aux pauvres pour donner...à qui...je vous demande ?

        Ma conviction est qu’aucun Etat digne de ce nom (donc sans recours à la flibuste), ne peut se passer de prélèvements non seulement pour les services « régaliens » (justice, police, armée, représentation extérieure) mais aussi pour prendre en charge (plus ou moins largement) les écloppés, qui existent toujours... Ceci dit, qualifier les français de nation d’assistés peut se comprendre si on compare avec certains pays (dont la Corée sans doute) ; mais cela ne veut pas dire qu’il FAUT REVENIR A LA SEULE CHARITE MOYENNAGEUSE.

        Arrètons de « niveler par le bas ».


      • JL JL 15 juin 2007 20:48

        à Korea : «  »ps to jl, don’t be jalous if i didn’t reply to your post.... «  »

        Non seulement vous le faites là indirectement, mais sachez que je n’attendais de vous aucune réponse à mon dernier post qui ne vous était pas adressé.


      • G-S korea -New-york 16 juin 2007 04:31

        JL fait la tete. Il lui faut une copine !!!

        Good week end everyone.


      • JL JL 16 juin 2007 09:05

        Quelqu’un qui travaille dur et qui est ici régulièrement ne doit pas s’occuper beaucoup ailleurs. Triste quand on a 29 ans. A bon entendeur...


      • G-S korea -New-york 16 juin 2007 19:26

        Oh JL, on va te trouver une copine. T’inqiettes pas.


      • JL JL 17 juin 2007 10:58

        Eh ben voilà, il suffisait de gratter un peu ! Manifestement, ce Korea qui tient des propos de petite frappe n’est qu’un troll, un imposteur quand il dit gagner 1 million $ par ans, visiblement incapable d’en gagner honnêtement le dixième. Ma première impression était bien la bonne.


      • Jean Lasson 17 juin 2007 19:49

        G-S korea :

        « je bosse plus de 14 heure par jours, de 250 par semaine je fais plus d’un million de salaire par ans aujourd’hui. »

        Efectivement, G-S korea, (1) ne sait pas raisonner, (2) ne sait pas écrire, (3) ne sait même pas compter : 14 h x 7 = 98 h, pas 250 h.

        Cet abruti, cet imposteur ne doit probablement pas savoir non plus ce que c’est que de travailler dur !


      • G-S korea -New-york 17 juin 2007 23:40

        Mon petit JL, Te revoilas bien exite comme d’hab.

        Ps Lorsque tu commences dans la finance au etats unis, tu es paye $250 par semaines tu dois ouvrir 30 comptes et tu ne peux pas les garder. Le minimum est 12 heures par jours, il est conseille de travailler plus si tu veux reussir plus vite. Tu es sponsorise pour ta licence, en echange tu gagnes peu 1000 par mois moin tax, et tu dois ouvrir ces 30 comptes.

        La personne qui a fait mon training, My mentor, Jason Wiebel lui il fait en moyenne 3,3 million par ans.

        Je suis a mon compte et independant avec 1 partenaire. Independant voulant dire je touche uniquement des commissions. Pas de salaire. En effet lui et moi avont fait l’annee derniere un total brut de 2,8 millions. Ce qui veux dire apres divise par 2 et apres ce que je touche net, (80% payout) $1,12 millions l’annee derniere.

        A 29 ans je me porte tres bien. Je possede 2 aparts, un a Ny et un a Seoul, et bientot un petit sur Paris 16eme ou boulogne pour ma soeur. Ce sera fait d’ici octobre Budget 200 000 euros ou moins.

        Si l’un de vous connais un apart de 35m2 dans ces cartiers la, n’hesitez pas a me contacter et m’envoyer des photos.

        Voila mon petit Jl. Pas de secret et pas de salades. Je suis sur la bonne voie pour etre multi millionaire. Ma vie je dois dire est super cool.

        Pourquoi es tu si negatif et si jaloux ???

        Bye bye now.


      • G-S korea -New-york 17 juin 2007 23:54

        14 h x 7 = 98 h, pas 250 h. (de quoi il parle ???)

        C’est 14 heures de travaille par jour, $250 par semaines ou $1000 par mois au depart avant d’etre a son compte.

        Serieusement arretes de boire, arrete les drogues. Les gens vont penser que tu es encore plus petit que tu ne l’es deja !!!

        Ce ne sera pas de ma faute.... Happy sunday everyone...


      • JL JL 18 juin 2007 06:46

        à Jean Lasson : ce type qui traite tout le monde de petit est complètement parano. N’en parlons plus. smiley smiley


      • G-S korea -New-york 20 juin 2007 03:12

        ahh jl and Jean Lasson. C’est beau l’amour ! It actually might resolve this aggressivity !


      • Gasty Gasty 8 juin 2007 11:46

        Merci pour cet excellent article.

        @ Patrick

        Le code du travail est un monstre incompréhancible qui fait surtout le bonheur des avocats

        Pourquoi pas le malheur du MEDEF et le bonheur des gauchos.


        • Gasty Gasty 8 juin 2007 11:48

          La farine fait le bonheur des boulangers


        • JL JL 8 juin 2007 11:53

          Ce mot « incompréhancible » est incompréhensible. Le dénommé Patrick affalé sur sa chaise pourrait-il préciser ? smiley


        • Marie Pierre 11 juin 2007 22:51

          A force d’être affalé, l’a un problème de hance.


        • JL JL 13 juin 2007 20:13

          Oui, ça doit être quelque hose comme cha ! smiley


        • Marsupilami Marsupilami 8 juin 2007 11:52

          Très bon article. Une horrible question m’obsède : le petit Nicolas Tsarkozy 1er empereur de toutes les Réussites osera-t-il vendre la holding « Palais de l’Elysée » à la découpe, comme son cabinet d’avocat en est spécialiste ?

          Et s’il le fait respectera-t-il les prix du marché comme pour son appart de Neuilly ?

          Suspense insoutenable...

          Sur ce sujet lire aussi cet autre excellent article paru aujourd’hui.


          • L’ami du laissez-faire 8 juin 2007 13:19

            à 80 000 € par jours MINIMUM pour l’elysé (32 millions votés/budgétés + la sécurité + etc...) http://www.finances.gouv.fr/lolf/downloads/501_p_s_presidence_republique.pd f

            Soit 5 fois plus qu’un certain yacht, ça ferait du bien au contribuable en effet. Faudrait que nos présidents (tous confondus) arrêtent de se prendre pour le nombril du monde.


          • imago imago 8 juin 2007 14:08

            @ Laissez faire

            C’est avec plaisir aue je vous trouve tres objectif dans ce post...Mais méfions nous de ne pas dire « tous pourris ! », expression qui fut employée malheureusement par les pires populistes A plus !


          • Tab Tab 8 juin 2007 15:34

            Mon commentaire va sans doute bénéficier d’une côte ultra-négative, mais je tiens à féliciter notre ami jaune à pois avec une longue queue pour son double calembour hilarant sur Tsarkozy 1er, empereur de toutes les Réussites.

            En es-tu l’auteur ?


          • Marsupilami Marsupilami 8 juin 2007 15:55

            @ Tab

            Ouais, c’est moi qui ai trouvé ça tout seul grâce à mon immense érudition et kolossal sens de l’humour. Mais j’ai pas déposé la marque® donc tu peux l’utiliser librement.


          • Tab Tab 8 juin 2007 16:23

            Yes !!! smiley


          • Patrick Madrolle 9 juin 2007 02:03

            ah ! vous êtes démasqué, suppo de la bourgeoisie, valet du grand capital. On voit bien le genre d’individu que vous êtes pour soutenir un Ogre Ultra Ultra Ultra Ultra Ultra Libéral mangeur d’enfants tel que moi, quand de surcroît j’attaque sans vergogne l’Etat qui comme chacun sait veille (de prés) à notre bonheur, Amen !

            (ça vous apprendra, à retourner votre veste ! smiley smiley )


          • JL JL 8 juin 2007 12:34

            Oui, il semble que le capitalisme soit arrivé à la fin de son évolution, et son dernier avatar q’est le capitalisme financier, est en train de tranformer la planète en cauchemar pour des milliards de pauvres et d’exclus.

            Mais comment jeter l’eau du bains sans jeter le bébé avec ?


            • JL JL 10 juin 2007 19:07

              La doxologie (*) qui signifie « énoncé d’une opinion communément admise », autrement dit, en langage facile l’explicationnisme, sévit dans tous les grands médias, et pas dans le café du commerce ni les ateliers de couture.

              C’est cela qu’on appelle la pensée unique ! Elle n’est ni de droite ni de gauche, elle est celle qui sied à ceux qui ont les moyens politiques ou financiers de manipuler l’opinion : Berlusconi, ça vous dit quelque chose ? Et Nicolas Sarkozy ? En face, chez le petit facteur, le paysan du Larzac, ou encore les écologistes, les altermondialistes, les opposants au TCE, ... la pensée est inventive et multiple, tout le contraire d’une pensée unique donc. Et c’est ce qu’on aime et qu’on lui reproche, précisément parce que ce n’est pas une pensée de pouvoir, ce n’est pas une pensée totalitaire.

              (*) « Platon appelait doxosophe ce « technicien-de-l’opinion-qui-se-croit-savant » pose les problèmes de la politique dans les termes mêmes où se les posent les hommes d’affaire, les hommes politiques et les journalistes politiques (c’est-à-dire très exactement ceux qui peuvent se payer des sondages ...). » (Pierre Bourdieu : contre-feux, dans un commentaire de Finaël à un texte de Bernard Dugué).


            • spartacus 8 juin 2007 13:15

              Question directe à l’auteur :

              La véritable « pensée unique » est celle du capitalisme généralisé, que plus personne ne semble remettre en cause, même la gauche.

              Pourtant celle-ci avait des projets, dans les années 70, qui auraient pu constituer une alternative : le socialisme auto-gestionnaire. La prise en main par les travailleurs des décisions les concernant et de la répartition des fruits de leur travail.

              Que pensez-vous des SCOP ? organisations des entreprises en coopératives ouvrière .

              merci pour votre réponse...


              • imago imago 8 juin 2007 15:16

                Pour spartakus

                Oui je regrette l’époque où la gauche était novatrice ; étant 68ard, le mouvement LIP m’a marqué.

                Mais il faut chercher 1° à comprendre pourquoi structurellement (indépendamment des pb de personnes comme DSK, Fabius, Hollande...) la gauche ne communique plus avec une large partie de la population 2° si l’autogestion est une bonne formule

                Sur la première, on a beaucoup avancé, comme raison de la désaffection envers la gauche, la montée de l’individualisme. Ainsi le manque de temps, la réduction des familles peuvent expliquer le chacun pour soi. A mon avis la façon dont nous occupons l’espace a aussi des conséquences culturelles profondes et précoces. Ainsi la généralisation de chambres individuelles pour les enfants dans les appartements, ainsi la disparition des territoires « communs » dans les zones rurales. Dans un autre domaine il y a des réflexions à poursuivre (sujet d’un article ?) sur les ravages culturels de l’enseignement des méthodes de vente. Combien de « séminaires » de marketing ne sont pas centrés d’abord sur LE critère performance des ventes ? L’ouverture de n’importe quel quotidien (à fortiori gratuit) présente l’acte d’achat comme un jeu.

                Mais surtout c’est la façon dont est organisé tout le processus de travail qui bloque peu à peu toute action collective à long terme (CDD, sous-traitance, horaires à la carte etc...).Attention : cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas exister de grandes vagues de charité, lorsque les médias s’en mêlent ; mais le coté « performance du cœur » est bien là. Une de mes profs de philo disait : « donnez vous par charité ou par principe ? » La charité peut toujours être remise en question, et c’est d’ailleurs ce qui fait la grande faiblesse des mouvements communautaristes.

                2° Sur l’autogestion Il faut donc retrouver des moyens (juridiques, techniques...) nouveaux afin de créer des « bases » qui permettraient non seulement d’entendre le nouveau prolétariat (jeunes intérimaires du commerce etc...) qui est instable, fragile, et sensible - sinon vulnérable - aux charmes du crédit, mais aussi des « bases » qui lui permettent en ce XXI°s d’être protégé durablement contre les aléas économiques, la maladie etc et donc qui lui permette aussi par récurrence de s’exprimer. La Sécu est à bout de souffle ; il faut mettre en place de nouveaux mécanismes solides et acceptés.

                Sur la forme de ces « bases » il me semble que l’autogestion risque en permanence de virer soit vers l’auto-exploitation (on est fier de son travail), soit vers le copinage. L’autogestion est de plus assez difficile au sein d’un ensemble d’entreprises « conventionnelles ». Sur un autre plan les « collectifs » peinent à remplacer durablement les syndicats.

                Bref, il y a du pain sur la planche. Souhaitons que la vague bleue disparaisse dans les sables des petitesses chères à nos m’as-tu vu de tous poils...


              • Emile Red Emile Red 8 juin 2007 16:01

                Les SCOP fonctionnent très bien en France, et souvent mieux que la plupart des entreprises privées concurentes, malgré les rebuffades systématiques des banques et la complexité des démarches à la création.

                Les SCOP en France :

                1 600 PME et TPE de 2 à 1200 salariés (taille moyenne : 22 salariés)

                3 milliards d’euros de chiffre d’affaires

                100 millions d’euros de bénéfices

                35 000 salariés co-entrepreneurs

                80 % des salariés présents depuis plus de deux ans sont associés de leur entreprise

                45 % du resultat en moyenne pour les salariés associés

                Plus de 80 % des Scop sont bénéficiaires

                1 500 emplois créés, en moyenne, chaque année

                150 nouvelles Scop créées, en moyenne, chaque année.


              • imago imago 8 juin 2007 16:15

                Oui, les SCOP existent en France et merci d’avoir pris le temps de fournir ces données.

                Ceci dit, le mouvement reste marginal (qq % du PIB) et ne progresse pas tant que cela par rappport aux pays de l’Europe du Nord. Par ailleurs ce mode de fonctionnement est parfois difficilement généralisable.

                Mais je voulais surtout dire que, sans illusion, la majorité des actifs ou des propriétaires de capitaux ne veut pas (malheureusement ?) endosser ou subir les contraintes d’une SCOP, qui existent bel et bien.


              • Reinette Reinette 8 juin 2007 15:12

                LA NOVLANGUE DE MARCHÉ ou la fabrique du baratin

                « Pour créer de la croissance et financer le modèle social, Thierry Breton* a expliqué que “les Français devaient travailler plus tout au long de leur vie”. Thierry Breton a appelé à aller chercher la croissance économique, tout en affirmant que la France devait s’efforcer d’atteindre une “croissance au moins supérieure à 3 %”. Selon le ministre de l’Économie, l’objectif de croissance pour 2005 devrait se situer autour de 2 %, tout en affirmant qu’en matière de croissance, “le trou d’air était derrière nous”. Il a déclaré que le rythme de hausse du PIB devrait revenir en “tendance glissante entre 2 % et 2,5 % dès le second semestre 2005”. Thierry Breton a expliqué que cet objectif de croissance pour 2005 s’expliquait notamment par la hausse du prix du baril de pétrole en début d’année. » Conférence de presse du 21 juin 2005.

                Thierry Breton : ministre français de l’Économie, des Finances et de l’Industrie entre 2005 et le 16 avril 2007. (Il est l’un de ceux qui ont défendu auprès de Dominique de Villepin le principe du bouclier fiscal).


                • Reinette Reinette 8 juin 2007 15:17

                  LA NOVLANGUE DE MARCHÉ ou la fabrique du baratin

                  « La France possède le potentiel nécessaire pour retrouver une croissance de 3 % et le plein-emploi dans les cinq ans à venir. [...] Il y a quatre leviers simples à actionner : fiscalité simplifiée, libéralisation du marché du travail, réforme de l’État, réorientation de la protection sociale vers l’activité. » - Nicolas Baverez, L’Express, 12/01/2006

                  Nicolas Baverez : avocat, énarque, normalien, docteur en histoire et agrégé de sciences sociales, essayiste économique de tendance libérale. Il est un des représentants principaux du déclinisme, dénonçant à travers la métaphore du déclin français, l’intervention de l’État, et la protection sociale dont l’immobilisme provoquerait une inadaptation au contexte actuel d’ouverture des frontières, et constituerait un handicap pour son développement, face à l’essor rapide de nouveaux acteurs dynamiques qui profiteraient de la nouvelle vague de croissance mondiale, à la différence de la France, et plus largement de l’Europe.

                  (Nicolas Baverez : également chroniqueur à l’hebdomadaire Le Point ; membre du comité directeur de l’INSTITUT MONTAIGNE, du comité international de parrainage de la revue Politique américaine et chroniqueur quelques jours par an dans l’émission télévisé N’ayons pas peur des mots sur itélé.)


                • Reinette Reinette 8 juin 2007 15:26

                  LA NOVLANGUE DE MARCHÉ ou la fabrique du baratin (suite)

                  « Après Alain Finkielkraut, Pierre-André Taguieff ou Élisabeth Lévy, c’est désormais au tour - signe des temps ? - d’Alain Minc de partir en guerre contre le politiquement correct, dans un de ces livres de saison dont il a le secret. Ses cibles ? Ceux qu’il désigne comme nos “nouveaux maîtres”, et auxquels il adresse des lettres ouvertes : minorités culturelles, régionales ou sexuelles, apôtres du communautarisme, féministes, organisations style Greenpeace, Attac ou Syndicat de la magistrature, “bref tous les groupes et toutes les idéologies qui se prétendent dominés”. » François Dufay, Le Point, 03/01/2003

                  Alain Minc : ami des grands dirigeants du monde des affaires et de la politique. Membre de plusieurs instituts économiques et culturels d’où sont prises de grandes décisions diplomatiques, économiques, et sociales : la Fondation Saint-Simon (trésorier), le club le Siècle. Administrateur de nombreuses sociétés, il traite d’économie comme du discours de communication avec sa société AM conseil.

                  (Alain Minc a été condamné le 28 novembre 2001 par le tribunal de grande instance de Paris à verser 100 000 francs (15 244,90 euros) à titre de dommages et intérêts pour plagiat, reproduction servile et contrefaçon, pour son ouvrage intitulé Spinoza, un roman juif, dont le tribunal a statué qu’il était une contrefaçon partielle de l’ouvrage Spinoza, le masque de la sagesse de Patrick Rödel.)


                • spartacus 8 juin 2007 18:50

                  Le monde à l’envers !

                  Que quelqu’un comme MINC puissent appeler les « nouveaux maîtres » les dominés de toutes sortes laisse pantois...


                • ExSam 8 juin 2007 20:30

                  Reinette

                  Salutaires infos sur les nouveaux propriétaires du holding France.

                  Colombani débarqué par la Société des Rédacteurs du Monde - derniere à protéger statutairement la « liberté » des journalistes - on espère que Minc sera lui aussi vider de ce journal qui fut Beuve et n’est maintenant que vitamines pour le marché, ou peu s’en faut, grâce à l’obstination commerciale du duo Minc-Colombani.


                • imago imago 11 juin 2007 08:59

                  tout a fait d’a ccord, cher Spartakus... ça laisse baba


                • fractale93 13 juin 2007 14:38

                  A propos de nicholas Baverez :

                  Les 35 heures ? Violence conjugale et alcoolisme !
                  Autant la Réduction du temps de travail « est appréciable pour aller dans le Luberon, autant, pour les couches les plus modestes, le temps libre, c’est l’alcoolisme, le développement de la violence, la délinquance ». Ce subtil diagnostic est signé, dans 20 minutes (7/10/03), Nicolas Baverez, essayiste (et chroniqueur au Point), auteur de La France qui tombe, une « collection de prophéties apocalyptiques sur l’état de l’Hexagone » (Libération, 8/10/03) encensée par le journalisme de marché.
                  Copier-coller de cet article

                  Voila la vision de monsieur Baverez concernant les classes populaires


                • NPM 8 juin 2007 21:51

                  « Appliquer les « lois du marché » à l’éducation et la culture, à la santé, au logement, ces trois piliers de l’existence sociale et familiale, revient à admettre que les hommes sont de pures et simples machines à mettre devant un écran pour s’abrutir, à leur changer une pièce de temps en temps jusqu’à un certain âge et à les parquer dans des clapiers vendus à crédit (on ne redira jamais assez la formidable pression sociale normalisatrice de l’endettement). »

                  Si les individu ne sont pas confronté au marché, comment peuvent ils rendre le service dont la société à le plus besoin ? Donc il faut le marché, qui récompense et sanctionne justement.

                  Par ailleur, si la pensée est à l’efficacité, pour les fonctionnaire et l’Etat, ce n’est encore que de la pensée !


                  • imago imago 11 juin 2007 09:06

                    Pour NPM

                    1° dire que le marché est LE moyen de savoir ce qui est nécessaire ou bon pour la population relève de la simplification la plus horrible, tout simplement parce qu’il n’y a pas UN marché mais DES « pouvoir d’achat », de 1 euro à NNNards d’euros.

                    Donc ce qui « se vend » n’a AUCUNE chance de correspondre à priori aux besoins de toute la collectivité, évidemment cela peut correspondre aux caprices d’un individu infantile... J’invite fortement certains commentateurs d’Agoravox à approfondir leur culture économique...


                  • zenzileo 9 juin 2007 02:08

                    En effet à l’aube du XXIème siècle et à l’heure de la planète « Monde », les marchés en tant que bases du système économique mondiale sont quelque peu indispensables. Mais bien heureusement, ils peuvent être gérés et utilisés d’une multitude de façon. L’économie nous explique et nous aide à décrypter le passé, et tant bien que mal le présent. Mais comme toute science humaine est bien incapable de prédire le futur... et viens donc la politique ! Et là les choses sont compliquent, mais remercions pour l’heure AG de participer à la diffusion de l’information entre les individus.

                    Je souhaitais revenir entre autre sur les SCOP et remercier Emile pour ces informations détaillées.

                    Mais de façon plus générale...

                    Qui créer de l’emploi en France ? L’état bien sur, et le secteur privé d’autre part.

                    Quant au secteur privé, il faut mettre à sa disposition différents mécanismes, différents modèles, différentes sources de capitaux afin de naitre, puis de vivre.

                    Les banques sont un moyen de trouver des financements pour une entreprise... La bourse est un autre moyen de se financer.

                    Et les LBO sont un autre moyen de se financer. On critique énormément, mais regardons de plus près...

                    En 2006, les entreprises soutenues par LBO répresentent 1,5 millions d’emplois en France.

                    Croissance du nombre de salariés de 4,1% entre 2004 et 2005 (+60 000 emplois), alors même que l’emploi dans le secteur privé n’augmentait que de 0,6%.

                    Chiffre d’affaire d’environ 200 milliards d’euros (+6,9% entre 2004 et 2005)

                    55% des entreprises soutenues par LBO ont moins de 100 salariés. 80% ont moins de 500 salariés.

                    4852 entreprises soutenues par des mécanismes de LBO en France.

                    A méditer je pense...


                    • Guilhem 9 juin 2007 11:11

                      @l’auteur

                      Vous soulignez ç juste titre l’importance de la monnaie, mais qui contrôle la monnaie ?

                      Donc qui dirige le monde actuel ?

                      Une piste : http://www.fauxmonnayeurs.org/

                       smiley


                      • imago imago 12 juin 2007 08:42

                        @ Guilhem

                        Dans des pays comme le notre, il n’y a PAS de controle direct au sens strict de la création monétaire.

                        Mais...

                        1° Ce sont les agents économiques non bancaires qui créent de la monnaie en recourant au crédit ou en faisant convertir, par les banques, en liquidités (monnaie), des « actifs non monétaires » (titres financiers, devises...). Donc sur ce plan le rythme de création monétaire dépend beaucoup de la façon dont ces agents envisagent l’avenir.

                        2° Mais les autorités monétaires fixent les taux d’intéret, ce qui revient a controler indirectement cette « monétisation » des actifs non monétaires. Plus le cout du crédit est élevé, plus l’avenir est déprécié et donc entraine moins de création monétaire, et inversement (le métro de Paris fut créé en 1900 avec un taux d’intéret de 1% ce qui réflètait la confiance dans l’avenir).

                        Tout ceci évidemment doit etre pondéré par l’inflation : en 1975 les taux d’intéret ont atteint 13% mais les prix pouvaient grimper de 15% ce qui permettait d’avoir des taux d’intéret réels négatifs et donc encourager les hauts revenus à emprunter pour s’enrichir encore.


                      • Jimd Jimd 9 juin 2007 11:15

                        bonjour

                        je trouve votre article interessant. mais....il me laisse un sentiment un peu confus la question de s’affranchir de la monnaie est plutot bien traite, je m’attendais a quelque chose de moins argumente.

                        je suis d’accord sur le fait que les mecanismes de marche ne peuvent reinserer les exclus. c’est le role de la societe de reconnaitre l’echec du marche pour assurer un revenu decent a tous. et c’est absolument normal, le marche est amoral, n’a pas de notion d’equite. l’equite doit etre le role de l’etat dans une societe moderne. Mais notre president reconnais cela et le signe est la nomination de Martin Hirch qui devrait apporter un nouvel oeil sur les revenus minimaux

                        ensuite, vous ecrivez : «  »Appliquer les « lois du marché » à l’éducation et la culture, à la santé, au logement, ces trois piliers de l’existence sociale et familiale, revient à admettre que les hommes sont de pures et simples machines«  » je suis assez d’accord. ... Mais, il ne faut pas cacher les couts d’une intervention. par exemple dans l’education. ok pour une education gratuite... mais elle n’est pas gratuite !! il y a un cout enorme pour la societe, c’est normal, c’est equitable. il faut le dire, le chiffrer et surtout ne pas laisser des poches d’inegalite exister comnme c’est le cas en fermant les yeux. je pense qu’il faut reconnaitre quand le marche fonctionne, quand il echoue et intervenir la ou il echoue en chiffrant precisement le cout de l’intervention afin de pouvoir prendre les bonnes decisions d’utilisation d’argent public

                        jimd


                        • zenzileo 10 juin 2007 01:21

                          @JMD ainsi qu’à l’auteur,

                          Pour reprendre un peu mon petit post, il est clair que le premier devoir de la société est de savoir si le (les) marché(s) ont fonctionné, et si ils répondent aux besoins pour lesquels on les a créés. Toute la question n’est pas de savoir s’il faut les supprimer, mais de savoir comment on intervient dessus, pour qui, dans quel but...

                          Et c’est la bien tout le rôle de la politique.


                        • JPL 10 juin 2007 05:04

                          @ Jimd

                          Selon vous « l’equite doit etre le role de l’etat dans une societe moderne. Mais notre president reconnais cela et le signe est la nomination de Martin Hirch qui devrait apporter un nouvel oeil sur les revenus minimaux »

                          J’ai plus que des doutes quant au fait que M Sarkozy reconnaisse quoique ce soit en la matière.

                          Si l’on considère les mesures annoncées ou déjà mises en route (défiscalisation des heures sup, bouclier fiscal pour les plus riches, suppression des droits de succession pour des catégories plutôt riches, les 12% les plus riches, pour être plus spécifique, etc.), il est difficile de déceler son intérêt pour le revenu minimum ou l’équité...


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed 9 juin 2007 20:39

                          Bonjour, Imago !

                          Ceux qui analysent bien la situation savent que Nicolas Sarkozy a été imposé d’abord (suite au travail de fond mené par l’Entreprise de la Désinformation regroupant tous les médias eux mêmes esclaves de l’argent) avant d’être soit disant élu triomphalement !

                          Ceci étant votre article ne résout rien puisque le peuple français attendra cinq ans, peut-être dix ans avant d’être trompé une autre fois !

                          En effet on ne peut pas dire que c’est la faute à la Gauche, puisque cette Gauche est morte depuis longtemps en France et dans le monde. Ceux qui parlent de socialisme en ce moment, dans ce monde qui s’affole au son d’une tire lire, sont vraiment, ridicules !

                          Mais il faut préciser que la Droite non plus n’est pas ce qu’elle était il y’a vingt ans ! Il ne reste qu’un système dans le monde et il n’a rien de politique ; il est transparent, il brille comme le jaune de l’Euro, il est franc et dévastateur, il fait le bonheur des individus en ruinant les populaces ! Il y’ a des centaines de millions de travailleurs dans le monde qui ont peur de ne pas pouvoir travailler ! Mais d’un autre coté on est fier de classer les grosses et minables fortunes qui se comptent en milliards de dollars, quels grands malades ces accumulateurs de l’argent inutile !

                          Jamais il n’y a eu autant de richesses sur cette terre, mais paradoxalement la misère fleurit partout ! Quelle réussite cette Révolution qui a enfanté les refrains monotones de la chanson des droits de l’homme, le monde entier souffre de cette énorme supercherie et vivement l’esclave moderne qui s’accommode des nouvelles technologies !

                          Avec Nicot, la France est déjà partie pour la Narcosy une France magnifique en somme, ce monde où l’on rêve les yeux grands ouverts comme hypnotisés par un habile sorcier ! Y’aura-t-il un autre jeu de paumes ? Non, l’époque ne s’y prête pas ! Nous sommes dans l’ère de la petitesse des hommes et des idées !

                          MOHAMMED.


                          • arturh 10 juin 2007 11:39

                            C’est étonnant de trouver encore une réaction comme ça, deux ans à peine après que les français aient très majoritairement voté NON au référendum sur le TCE alors que « tout les médias » appelaient à voter OUI.

                            Mais bon, la « Pensée Unique » est un vieux logiciel qui n’a pas été remis à niveau depuis le début des années 80. On n’attend même plus une mise à jour.

                            Et dans ce vieux logiciel, il y a toujours ces quelques lignes qui expliquent toujours, dans le programme « élections piège à cons », que les gens, surtout les pauvres, finalement, sont des imbéciles influençables, incapables de penser par eux-mêmes, et qu’il leur faut une « avant-garde » pour penser à leur place et les rééduquer...


                          • JL JL 10 juin 2007 13:43

                            arturh, le sophiste de service. Pas très bon d’ailleurs, et toujours le même refrain. Ecrire de telles niaiseries, quelle inanité !


                          • Le bateleur Le bateleur 10 juin 2007 19:45

                            Valéry entr’apercevant ce que devenait l’Europe aux lendemains de la première guerre mondiale

                            "Le monde, qui baptise du nom de progrès sa tendance à une précision fatale cherche à unir aux bienfaits de la vie, les avantages de la mort."

                            et précisait

                            "Une certaine confusion rêgne encore, mais encore un peu de temps et tout s’éclaircira ; nous verrons enfin apparaître le miracle d’une société animale, une parfaite et définitive fourmilière."

                            Ceux qui se penchent au chevet de l’enseignement et s’interrogent à propos du rendement de plus en plus faible des systèmes d’éducation des pays développés, n’ont qu’à retourner leurs instruments de mesure (leur longue vue, leur microscopes sont pointés à l’envers).

                            http://www.garde-a-vue.com/article-6760164.html


                            • Vilain petit canard Vilain petit canard 11 juin 2007 09:25

                              Merci de cet article assez clair. J’y vais de mon petit apport au débat, en en rajoutant : oui, on nous noie dans la confusion entre concurrence et efficacité, vous savez, la fameuse efficacité du secteur privé (et censément du marché, autre confusion), opposée au repoussoir des millions de feignasses du secteur public.

                              Mais on en fait plus pour le même prix : on assimile en douce efficacité et travail, en nous expliquant qu’il va falloir travailler plus pour que la machine économique tourne mieux (et accessoirement, pour paraît-il « gagner plus »). La productivité, connaît pas. Ce qui revient à accroire que la seule source de valeur, c’est le travail. Quand on voit que les Bourses génèrent autant de valeurs de transactions en un jour (je vous laisse imaginer les bénéfices) que toute la France en un an (PIB), ça laisse songeur : nous prennent-ils vraiment pour des cons ?

                              En fait, faire croire que le « public » coûte cher et que le « privé » est le seul efficace, c’est bien un discours d’actionnaire privé renâclant à payer ses charges et impôts (toujours trop lourdes, c’est bien connu). Et « revaloriser la valeur travail », c’est finalement demander aux travailleurs de travailler plus... pour le bien de l’actionnaire, en leur laissant quelques miettes à moindre tarif (le fameux « allègement de charges » sur les heures sup’).

                              Qui comme on le voit quotidiennement, n’hésite pas à dégraisser si la rentabilité baisse.

                              Je suis d’accord avec vous, le réveil sera très dur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès