• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Grande distribution française : complices ou idiots utiles de (...)

Grande distribution française : complices ou idiots utiles de l’évasion fiscale ?

Les acteurs de la grande distribution ont un rôle majeur à jouer pour promouvoir le « made in France » et pour aider le gouvernement à lutter contre les entreprises qui profitent des disparités du système fiscal européen afin d'éviter de payer des impôts en France. Seront-elles à la hauteur ? On a des raisons d'en douter.

En 2013, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, n’avait pas hésité à poser en marinière bretonne pour inviter les Français à acheter français. Il avait également écrit aux grandes enseignes de distribution pour leur suggérer de « mettre du tricolore dans les linéaires. » Cet appel au « marketing patriotique » a été en partie entendu. Mais en partie seulement…

En matière d’agroalimentaire, la grande distribution privilégie aujourd’hui largement la production française et locale. Des rayons dédiés au « made in France » ou aux produits locaux fleurissent dans les supermarchés. Dans le domaine du textile aussi, certaines marques françaises sont mises en avant. Selon une enquête menée par le magazine spécialisé LSA, 79 % des managers de la grande distribution pensent que proposer des produits français permet d’augmenter les ventes. 66 % se disent même prêts à payer plus cher pour un produit alimentaire s’ils ont la garantie qu’il est français. De plus, 90 % des distributeurs s’accordent à dire que promouvoir des produits « made in France » est plutôt une tendance de fond appelée à se développer et constatent un intérêt réel des consommateurs pour les produits français.

Le rôle majeur de la grande distribution

Mais parallèlement, une enquête menée par Tudigo et MIF Expo, l’organisateur du Salon du « made in France », dont la 7e édition s’est déroulée du 10 au 12 novembre 2018 à Paris, montre que 48% des entreprises engagées dans ce domaine considèrent le déficit de notoriété et la distribution comme des obstacles à leur développement. Elles demandent donc aux acteurs de la grande distribution, relais essentiel auprès du grand public, d’aller plus loin dans la promotion du « made in France » et de cesser d’être de simples « suiveurs » pour devenir des « moteurs. »

La grande distribution a en particulier un rôle majeur à jouer dans le combat du gouvernement pour que les grandes entreprises qui font du profit en France y payent l’impôt… Et en particulier les fameux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), qui profitent des disparités du système fiscal européen pour faire de l’optimisation fiscale en transférant de manière artificielle l’essentiel de leur activité et de leurs bénéfices dans des pays où la fiscalité est plus accueillante, comme l’Irlande ou le Luxembourg. Un choix qui leur permet de ne payer que 9 % d’impôts sur leurs bénéfices, quand les autres sociétés, y compris les PME locales, sont taxées en moyenne à 23 %.

Les distributeurs choisissent les produits qu’ils référencent, ils peuvent donc aller dans le sens des intérêts français en privilégiant les entreprises qui jouent le jeu citoyen de la fiscalité locale. Mais force est de constater que pour l’instant, les acteurs de la grande distribution semblent encore peu sensibilisés à cette question, pourtant cruciale pour la loyauté de la concurrence et le développement des entreprises françaises vertueuses dans ce domaine.

D’un côté, la grande distribution clame haut et fort son patriotisme économique et affiche son partenariat avec des entreprises françaises et ses créations d’emplois en France, et de l’autre elle référence sans états d’âme les produits de sociétés qui pratiquent l’évasion fiscale au détriment des intérêts de notre pays.

La grande distribution ne doit pas être le complice ou l’idiot utile des GAFAM. Les distributeurs qui revendiquent un engagement citoyen devraient exiger des engagements éthiques de la part des marques qu’ils distribuent. C’est d’ailleurs dans leur intérêt, puisque distribuer des marques qui pratiquent ouvertement le dumping fiscal ne peut être sans conséquences, à terme, sur leur propre réputation.

Toutes ces grandes entreprises qui échappent à l’impôt…

De nombreuses multinationales américaines ont ainsi installé leur siège européen en Irlande, comme Google, Facebook, mais aussi Yahoo, Twitter, AirBnB, eBay, Paypal, LinkedIn ou Indeed. Huit multinationales informatiques sur dix –comme Apple, Microsoft, IBM, Siemens, Dell ou HP – sont implantées en Irlande. Amazon a choisi de son côté le Luxembourg, tandis que Netflix et Uber ont opté pour les Pays-Bas. C’est le cas également de Starbucks, leader du café à emporter, qui a été épinglé par Bruxelles pour avoir perçu des avantages fiscaux illégaux concédés par les Pays-Bas et le Luxembourg. Mais tous utilisent les mêmes procédés d’optimisation fiscale. C’est le cas aussi de certaines entreprises françaises comme Smartbox, leader européen des coffrets cadeaux, qui réalise un chiffre d’affaires de 480 millions d’euros dans dix pays européens (dont 30 % en France) et emploie 800 personnes (dont seulement 90 en France). Pour minimiser ses impôts, la marque a domicilié sa maison-mère en Irlande depuis 2009, y délocalisant également une bonne partie de ses emplois. Le récent scandale financier des « LuxLeaks » a également révélé les pratiques peu responsables de certaines entreprises françaises emblématiques comme Saupiquet ou Carolin, que la grande distribution n'hésite pourtant pas à mettre en avant ainsi que leur marque "française."

Comme l’a affirmé le président de la République lui-même, il n’est pas admissible que les sociétés qui font du profit en France n’y paient pas l’impôt. Et la grande distribution a incontestablement un rôle à jouer dans le combat mené dans ce domaine par le gouvernement. Elle doit désormais intégrer cette question éthique dans sa stratégie RSE et dans sa politique de référencement et le choix des produits qu'elle décide de mettre en avant n'est pas anodin, il correspond à un réel engagement (ou non) pour la justice fiscale.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Parrhesia Parrhesia 1er juin 13:23

    Article qui n’est pas dénué de bon sens mais qui sous-estime grandement le fait que l’intérêt majeur de la grande distribution, c’est son propre intérêt

     

    Et son propre intérêt est évidemment de continuer à réaliser le maximum de bénéfices en jouant sur la différence des coûts de production entre les pays socialement sous-développés et les coûts de production dans les pays socialement évolués !

     

    Or, il se trouve que la seule protection efficace d’une économie dans un semblable contexte ultra libéralisé réside dans la mise en place de taxations compensant les déséquilibres des balances commerciales en contrariant les pratiques de concurrences déloyales. Ceci a été amplement démontré par la comparaison entre les pratiques commerciales internationales antérieures à 1970 et les pratiques commerciales inverses, car libéralisées, postérieures à 1970. (1970 : date de l’application du taux zéro de droits de douane dans les échanges européens.)

     

    Cet intérêt du capitalisme exclusivement financier, intérêt devenu positivement destructeur sociétal, ne concerne donc pas que la seule grande distribution mais bien l’ensemble du commerce international et de tous produits commercialisables ; il affecte donc l’ensemble des trois secteurs de toute économie : le primaire, le secondaire et le tertiaire.

    À cet égard, la politique conduite par le groupe Massey-Ferguson/Perkins Engines Ltd en France constitue un cas d’école particulièrement éclairant des techniques d’ultra libéralisation et des conséquences auxquelles elles peuvent induire dans un pays plus socialement développé que celui dont dépend la maison-mère !!!

     

    Dans cette optique, point n’était besoin d’être grand clerc pour comprendre que la France, pays initialement plus évolué sur le plan social, mais totalement désarmé contre la psychologie commerciale ultra-libérale, devenait ipso facto la cible la plus exposée aux menées du clan capitaliste exclusivement financier et la plus vulnérable dans un contexte de désarmement total protectionniste.

     

    Cependant, sauf erreur de ma part, nous ne retrouvons nulle part dans cet article les mots « douane », non plus que « protectionnisme » !

     Aussi longtemps que les analystes ne daigneront pas revenir à la dure réalité des faits mondialistes, nous continuerons à sombrer.

    Et cela ne durera plus très longtemps, car nous sommes déjà au fond !!!


    Et le fait de faire payer l’impôt sur le sol français de façon plus équitable par toutes les multinationales limitera sans doute les nocivités du système, mais restera de toute façon inopérant en ce qui concerne la destruction de la France (et de quelques collègues) et la vassalisation des Français… qui l’auront bien mérité !!!


    • zygzornifle zygzornifle 1er juin 13:58

      La grande distribution Hahaha

      J’y ait bossé pendant une trentaine d’année de vendeur a adjoint de direction....

      Le jour ou elle passera réellement par le tiroir caisse pour payer ce quelle doit elle se débarrassera encore plus rapidement de ses employés pour les remplacer par de la robotique ....

      S’il n’y a plus de « pognon de dingue » a se faire hé bien elle se débarrassera de ses enseignes en les vendant ou en les fermant , comme nos politiques pas de pitié a attendre de sa part ....


      • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 1er juin 15:06

        l’organisateur du Salon du « made in France »


        Ouah ! Sérieux ! un salon au nom globish pour promouvoir des produits franchouillard !


        Y’a comme un gros problème dans la tête des organisateurs ! Faudra leur retirer le droit de vote et les juger pour trahison élémentaire à leur culture.



        • zygzornifle zygzornifle 1er juin 16:48

          @dr.jambon-beurre

           Salon du vin qui pique et du fromage qui pue .....


        • HELIOS HELIOS 1er juin 16:53

          ... a part DELL qui n’est pas vendu en grande distribution, il n’y a aucun petit système informatique vendu sans Microsoft Windows. (hors assembleur, évidement). Montebourg en son temps n’est pas monté au créneau pour que ces appareils informatique arrivent nus !

          Et maintenant ? qui peut acheter un téléphone ou une tablette sans Android ? cette fois ce n’est plus Microsoft mais c’est Google et tous les constructeurs...

          La réalité est que les états, surtout le notre, veulent tout contrôler. Vous avez fait votre déclaration en ligne... j’ai du changer 3 fois de navigateur car le site gouv.fr, pour cette fonctionnalité, n’acceptait ps mes navigateurs. et tout est pareil..... contrôler, obliger, imposer c’est la règle avec le tout savoir par mesure de sécurité que vous supposez être la notre mais qui en réalité est la leur.

          Une réalité dont la conséquence est la réduction de l’offre et le maintien artificiel des prix.

          La grande distribution, ce sont des marchands, comme l’épicier du coin... il achète le moins cher et il revend le plus cher possible et lorsqu’il y a des promotions ce n’est pas pour vous, c’est pour vendre le stock qu’ils ont négocié et dont l’algorithme maximise la marge entre le cout brutal et le cout de la promotion.

          Tout est fait pour gagner plus et la mission de « distribution » s’est depuis longtemps estompée au profit de la vente a grande échelle... et c’est normal.

          L’évasion fiscale en fait partie.... il n’y a pas de solution, dans un système ouvert comme le notre, sauf a« encadrer » c’est a dire continuer a renforcer règles, normes et contrôles.

          Nous l’avons déjà dit, les Auchan et autres Carrefour... enfin, leurs centrales d’achat, ne réagirons que lorsqu’il y aura des droit de douane, point barre.

          Quand redeviendrons nous responsables, c’est a dire digne ?


          • foufouille foufouille 1er juin 17:30

            @HELIOS
            si certains ordi ont bien linux installé. pour androïd, c’est juste impossible car matériel et l’alternative n’existe pas encore.


          • HELIOS HELIOS 1er juin 17:52

            @foufouille

            ça vient... pour le grand public... mais Charybde en Scylla....


          • HELIOS HELIOS 1er juin 18:10

            @HELIOS
            c’est déjà là, quasiment... un peu plus pointu...

            Mais rassurez vous, il y a de nombreux projets !

            Le seul defaut, c’est que l’equivalent du « BIOS » sur les ordinateurs, les smartphones ont une « rom » qu’il faut changer. mais a part ce petit détail, tout baigne... et c’est Linux, dont Android est déjà une Google-variante, qui remporte la palme.

            pour le reste, il faudra surement se passer d’un tas « d’applis » toutes aussi inutiles les unes que les autres et je crois que les « djeun’s » resteront collés a Android.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er juin 21:03

            Une redistribution en dessous de deux chiffres pour les joueurs de golf c’est pas bien . Épicétout.


            • julius 1ER 4 juin 09:03

              D’un côté, la grande distribution clame haut et fort son patriotisme économique et affiche son partenariat avec des entreprises françaises et ses créations d’emplois en France, et de l’autre elle référence sans états d’âme les produits de sociétés

              @l’auteur, 

              eh il ne faut pas croire tout ce que vous lisez !!! de plus le patriotisme autoproclamé 

              quelle mascarade, c’est comme l’amour, il vaut mieux avoir des preuves d’amour !!!

              au delà de çà il faut n’avoir rien compris à ce qu’est la grande distribution pour croire un seul instant qu’il y ait une seule once de patriotisme dans leurs actions .... les grandes surfaces en pratiquant les transferts entres elles comme les vases communiquant sont les premières à pratiquer l’évasion fiscale ..... c’est comme demander au loup de garder les agneaux !!!


              • baldis30 4 juin 09:46

                bonjour,

                 «  intégrer cette question éthique »

                 Ah ... ah ah .... ah ah ah .... ah ah ah ah ..... ! ..... euh ......  smiley  smiley

                 et tic ..... et tic tac .... comme tactique

                Et surtout..... ETHIQUE EN TOC !  smiley  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Henri Nesquel


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès