• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Haro sur le franc CFA

Haro sur le franc CFA

En réponse à l'appel lancé le 26 décembre par le militant pan-africaniste Kémi Séba et son organisation Urgence Pan-Africaniste1, de nombreux Africains ont manifesté dans plusieurs capitales contre le franc CFA samedi dernier. Pour ces manifestants, le franc CFA est un instrument d'asservissement à l'ex-pays colon et empêche toute souveraineté économique réelle2 dans les pays où il a cours.

Le franc CFA a été créé en 1945 par l’État français dans ce qui était alors l'Afrique Occidentale et Équatoriale Française.

Après les indépendances, les nouveaux États africains - à l'exception de la Guinée, de la Mauritanie et de Madagascar - ont conservé cette monnaie, selon Kako Nubukpo, actuel directeur de la francophonie économique et numérique à l'OIF, dans un esprit de « servitude volontaire »3.

Le franc CFA assure à l’État français et aux grandes banques françaises une rente confortable : contre la garantie de la convertibilité du franc CFA dans tout autre devise, les pays membres de la zone CFA doivent placer 50% de leur réserve monétaire à la Banque de France, autrement dit le casse du siècle pour la BF et un budget fantôme insaisissable pour les pays africains. !

Arrimé au franc puis à l'euro depuis 1999, dans une parité fixe (1euro = 655,957 francs CFA), le franc CFA est censé assurer la stabilité monétaire de la zone, cette sacro-sainte stabilité monétaire qui avait aussi présidé à l'instauration de ...l'euro, pour les résultats économiques mirifiques que l'on sait ! Comme pour l'euro, le franc CFA freine le recours à des politiques de relance expansionniste (investissements massifs dans les infrastructures, les services publics...) car ces politiques généreraient immanquablement de l'inflation. Le taux de change fixe interdit également à ces pays de procéder à des dévaluations4 pour relancer leur économie, et notamment leurs exportations... Avec une monnaie forte surévaluée, il est plus rentable dans l'absolu pour les pays de la zone CFA d'importer des marchandises en provenance de pays à monnaie plus faible, comme par exemple la Chine.

Pour parachever l'affaire, les transferts de capitaux dans la zone CFA doivent rester totalement libres et gratuits, ce qui facilite bien le business aux entreprises étrangères ! Décidément, ça ne vous rappelle rien ?

La cohérence et la justesse voudraient que nous Français cessions d'entretenir dans d'autres pays, l'absence de souveraineté monétaire dont nous pâtissons nous-mêmes. Nous avons tout à gagner à « jouer le jeu » du développement économique de l'Afrique francophone5, et la fin du franc CFA en fait partie. Espérons donc que ces mobilisations fassent florès...

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • baron 9 janvier 12:47

    Vousz ne comprennez rien. À la base, pour qu’une monaie ait de la valeur, il faut que le pays soit stable, sinon c’est simple, personne n’acceptera de prendre votre Monsieur pour vous vendre quoi que ce soit. De fait, la plupart des pays utilisant le CFA, ne pourrait rien acheter à l’Internationale et surtout impossible d’emprunter ou alors à des taux de folie.

    Les chiffres données ici et là sont tout simplement faux. 
    Il est vrai, que par principe la France devrait arrêter de garantir cette monnaie, chacun sa merde, peut être que les Africains ont aussi intérêt à disposer d’une monaie garantie par eux même.
     A eux de voir, perso je suis pour, le français moyen doit encore en être de sa poche, ça c’est certain.


    • microf 9 janvier 13:35

      @baron
      De votre commentaire, je n´ai presque rien compris, pouvez vous mieux expliquer ?.
      La seule chose que j´ai compris dans votre commentaire c´est que les chiffres donnés sont faux. Dans l´article, je lis deux chiffres 50% des réserves des pays Francophones déposés á la Banque de France, et 1 Euro= 655,957. Lequel de ces deux chiffres est faux ?, pouvez vous le démontrer en donnant les vrais chiffres ?, ceci nous permettra de continuer le débat qui n´est pas une bataille, mais un enrichessement pour donner la bonne information á ceux qui ne connaissent pas.


    • baleti baleti 9 janvier 16:12

      @microf


      Il se fou du monde !!!!!!!!!
      t’aura aucune réponse

    • doslu doslu 9 janvier 17:56

      @microf

      Por en savoir plus regardez le document suivant, certe pas récent (2002 je crois) mais vraiment instructif

       
      https://www.youtube.com/watch?v=Pwq5kCps8ss


    • microf 9 janvier 22:08

      @doslu
      Merci, cela n´a pas besoin d´être récent vu que c´est toujours la même situation qui perdure, j´espère que certains ici dans ce Forum visionneront ce lien.


    • Oceane 10 janvier 11:12

      @baron

      Puisque de tous les pays au monde, seule l’ancienne colonie est « stable », il lui revient donc de « parrainer » ses ex (?) Colonies. Naurais-tu pas un esprit colonialiste ?

      « Il est vrai que par principe la France devrait arrêter de garantir cette monnaie, chacun sa merde »

      Dis-le à Hubert Védrine qui doit être masochiste : « Nous proposons de l’élargir - le cfa - afin de constituer une vaste zone de stabilité monétaire. Nous pourrions y inclure des pays lusophones et anglophones, tels le Nigéria, le Ghana ou l’Angola »

      Védrine est un incurable colonialiste. Il lui reste à officialiser un parti colonialiste.

      Dis-le aussi aux parlementaires qui se piquent de se mêler de la question linguistique dans leurs ex colonies. Ex doit bien signifier quelque chose !

      « Peut-être que les Africains ont aussi intérêt à disposer d’une monnaie garantie par eux-mêmes ».

      Cela s’appelle « liberté », « souveraineté » en reussite comme en échec et là je suis d’accord avec toi.


    • abcd 10 janvier 22:45

      @baron

      Rêve pas mon lapin, y a 2 fois plus de route commerciale d Afrique vers l occident que l inverse, c est bien la preuve que notre richesse est permise par l Afrique et pas l inverse. Pour un pays stable, quelque cour d histoire sur l après guerre serait bien utile, une france bombardé coupé en 2, avec des collabos et de resistants , des tickets de rationnement en diminution (250 g de farine de pain en 45 puis 200 en 48), des opposition au sein des résistants une dette publique qui arrivera a 220% et une inflation a traumatiser un rentier et perdre tout citoyens. Bah certes y a un bonhomme qui a une vision du pays et un PLAN Marschall qui n est pas qu’un prêt, mais une formation d agent a la modernité américaine ( bon on y a perdu les cocos et l influence américaine avait une assise). Mais c était un investissement public etrange pour un état de droit, pas des investisseurs privés pour capter des ressources, mieux vaut une petite monnaie avec une vision et des investisseurs ayant une politique de relance, qu une grosse monnaie incohérente laissant des investisseurs privés détruire l économie locale ( toute comparaison avec l Europe serait non fortuite)


    • phan 11 janvier 11:04

      @baron

      ... le français moyen doit encore en être de sa poche

      Alors la France doit garantir le :
      Franc CFMA : Franc des Colonies Françaises Moyennes d’Afrique !

    • Alren Alren 15 janvier 13:39

      @Oceane

      « Peut-être que les Africains ont aussi intérêt à disposer d’une monnaie garantie par eux-mêmes ».

      Pourquoi ne l’ont-ils pas créée depuis ... 56 ans ?

      Personne n’en a empêché les dirigeants (à vie ou élus grâce à de élections truquées, ce jusqu’à aujourd’hui) de le faire. Mais le rattachement au franc français puis à l’euro était pour eux la garantie que leur pactole pourrait toujours être caché à l’étranger en cas de « coup dur ».

      Ce qui s’est produit avec un Bokassa par exemple ...


    • Ruut Ruut 9 janvier 12:49

      Il se passerais quoi si un pays décide de passer du Francs CFA a autre chose ?
      Pour commercer avec luis, nous devrons de toute façon acheter de sa devise rien que pour nos touristes en visite la bas.
      Donc la dépendance au Francs CFA qui n’as pas vraiment de valeur est juste un choix politique.
      Comme la dépendance de la France avec l’Euro qui a une valeur variable au sein de la zone Euro.


      • microf 9 janvier 13:41

        @Ruut
        Vous avez posé(e) de bonnes questions dans votre commentaire. Lorsqu´il ya un article comme celui-ci et qu´on ne connait pas le sujet, avant de commenter il faudrait d´abord s´informer sur le sujet. Aujourd´hui, tout est disponible dans le net, il suffit de taper Franc CFA le Franc des colonies Francaises par exemple pour avoir autant d´informations sur le sujet qui vous permettront d´ obtenir des réponses aux questions que vous vous posez dans votre commentaire, c´est ce á quoi je vais vous inviter á faire.


      • Pelmato Pelmato 10 janvier 22:02

        @Ruut

        Peut-être qu’avec cela vous comprendez, c’est simple clairement expliqué sans ambiguïté :
        https://www.youtube.com/watch?v=RwEovLsGzcE


      • BAKOYE 9 janvier 13:30

        Il est étonnant que le dépôt sur un compte d’opération au Trésor Français, de 50% des réserves en devises des pays de la zone francs CFA, soit considéré comme une sorte de « don » fait à la France. Il s’agit d’un compte à vue, utilisable sans limite par les pays concernés pour leurs transactions internationales, et qui peut même devenir débiteur. Cela signifie que ces pays peuvent à tout moment effectuer des transactions en devises même quand le compte n’est pas approvisionné. Est-ce que les fonds contenus dans votre compte à vue chez votre banque appartiennent à la banque au motif qu’elle demande que vous y domiciliez votre salaire ? Incroyable quand même la persistance de ce mythe ! Évidemment le Trésor français trouve un intérêt dans le volume de devises qui transitent par ce compte. Tout comme le banquier trouve intérêt à ce que ses clients fassent transiter chez lui leur chiffre d’affaires en contrepartie d’un éventuel découvert. Pour le Trésor français la contrepartie des « mouvements créditeurs » n’est pas le découvert toujours possible, mais la garantie du franc CFA. En quoi cela cause-t-il du tort aux pays concernés ? Surtout que l’Euro est une monnaie forte qui conserve la valeur des dépôts au compte d’opération. L’Euro aurait été une monnaie faible on pourrait craindre de la déperdition sur les fonds déposés au compte d’opération. Et puis, pourquoi ne dit-on jamais rien des autres 50% des devises non déposées au Trésor français mais ailleurs ? Quel avantage les pays de la zone CFA en retirent-ils, s’il y en a, par rapport aux fonds déposés au Trésor français ?
        Le vrai reproche à faire au CFA c’est qu’il a favorisé davantage la consommation tous azimuts que l’investissement en bien d’équipements et en importation de savoir-faire. Mais ça, ce n’est pas la faute du Trésor Français ; c’est la faute des gouvernants africains. A supposer que demain matin on n’aie plus le CFA, mais une autre monnaie ; la nouvelle monnaie subirait sans coup férir une dépréciation immédiate (la confiance s’acquiert avec le temps) qui va renchérir immédiatement la dette extérieure et les importations, provoquant immédiatement de l’inflation dans les pays concernés. Simplement parce que devant la cherté des biens de première nécessité importés, il n’y aura pas en face, de produits équivalents produits sur place dont la production aurait été boostée par la dépréciation, avec un effet positif sur l’emploi et sur la compétitivité à l’exportation. Les pays de la zone CFA produisent essentiellement des matières premières au lieu de produits finis de qualité internationale. La capacité interne de production industrielle doit dans le cas du CFA actuel, précéder l’autonomie de la monnaie si on veut que celle-ci ait un sens et une utilité pratiques. Mais il est vrai que les « y’a qu’à », « faut qu’on », ça ne mange pas de pain ; alors certains « intellectuels » africains s’y adonnent avec joie, tout en conservant soigneusement leurs revenus et épargne en devises étrangères ; ils espèrent sans doute pouvoir récupérer à vil prix les investissements réalisés en Afrique par d’autres, au cas où interviendrait la débâcle monétaire du CFA qui augmenterait leur pouvoir d’achat en devises.


        • microf 9 janvier 13:43

          @BAKOYE
          Quel pathétique commentaire.


        • BAKOYE 9 janvier 14:16

          @microf
          Vous devriez pouvoir faire mieux. Par exemple réfuter par un argumentaire au lieu de vous limiter à une attaque ad hominem. Il est est vrai que cela nécessite un effort de réflexion.


        • Oceane 9 janvier 15:55

          @BAKOYE

          Excédée donc, la France se doit de mettre ces Africains-là - dautres Etats africains possèdent leur propre monnaie , ex : Nigéria , Ghana, etc - face à leurs responsabilités en leur rendant leur souveraineté monétaire, l’un des piliers de la souveraineté nationale, à ce qu’on dit.

          Au fait, la France est-elle le seul Etat à organiser une telle arnaque ou d’autres États font la même chose ? Si tel n’est pas le cas, pourquoi s’accrocher à un tel anachronisme ? ?


        • microf 9 janvier 16:05

          @BAKOYE
          Ce n´est pas une attaque, c´est un constat. On répond aux gens comme vous par une telle réponse, c´est pathétique votre commentaire, car faire un tel commentaire sur un fait bien concret qui esclavagise des centaines millions de personnes, il faut le faire, c´est plus que du culot, c´est de la provocation et je ne vais pas répondre á la provocation.
          Et on sent que vous ne connaissez pas ce que c´est que le Franc CFa. cherchez dans le net vous trouverez toutes les informations sur cette monnaie virtuelle qui ne peut s´échanger nulle part et qui plombe les économies des pays Africains Francophones.


        • Oceane 9 janvier 16:12

          @BAKOYE

          Question primordiale : pourquoi ces Africains-là éprouvent-ils le besoin de confier à un autre Etat leurs devises ? Sont-ils incapables de s’assumer en tant qu’Etat ? Dans ce cas, il leur suffit de de demander à l’Onu leur recolonisation officielle par la France. Ainsi, les nouvelles générations qui revendiquent - se référant le plus souvent à « Monnaie, Servitude et Liberté » - l’un des pilliers de leur souveraineté comprendront que malgré leur passage dans les universités européennes, ils sont des incapables, la forme sans le fond. Et qu’il est sage pour eux de continuer de déposer leurs devises à la Banque de France. Aux bons soins de leur « Mère Patrie »


        • BAKOYE 9 janvier 17:24

          @microf
          Toujours la même chose avec certains : on aura beau leur montrer la lune ils ne verront que le doigt. Restez avec vos platitudes, cher Monsieur et bonsoir.


        • BAKOYE 9 janvier 17:48

          @Oceane
          Ces africains n’éprouvent pas le besoin de confier leurs devises à un autre État. Ils ne font que les déposer sur un compte comme ils déposent leurs autres devises sur d’autres comptes. Déposer dans un compte au lieu de mettre sous le matelas à la maison. Comme vous-même déposez vos avoirs sur votre compte à la banque. Dans le cas des États concernés, la France leur demande un volume donné de dépôts, en contrepartie de la garantie de la valeur en euro des devises déposées. C’est tout. C’est du business profitable aux deux parties. La souveraineté nationale ne se se joue pas à ce niveau mais à celui des capacités internes des États, dérivée de leurs ressources propres (fiscales), lesquelles sont liées à la diversité de l’activité économique interne. Pourquoi croyez-vous que les pays africains à monnaie autonome ne sont pas les plus avancés des pays africains si la monnaie était l’essentiel ? Mais ne vous inquiétez pas trop, le CFA sera bientôt détaché de l’euro, qu’on le veuille ou non. Si cela se fait sans que nous ayons profité du pouvoir d’achat de notre CFA actuel pour installer une capacité de production interne, nous travaillerons pour rembourser une dette qui aura été multipliée par le simple jeu de la dépréciation monétaire et aurons toutes les difficultés du monde à nous industrialiser. Il faut être conscient des priorités. Évidemment il est plus facile et plus « politiquement rentable » auprès des « intellectuels » africains de la diaspora, de se plaindre de l’ancien colonisateur, que de mettre en place l’environnement économique et juridique sain qui invite aux investissements productifs qui, seuls, conduisent à la vraie souveraineté nationale, celle où l’on n’est plus endetté auprès du FMI ou de la BIRD ; celle où les budgets nationaux n’ont plus besoin de dons pour se boucler ; celle où une autonomie monétaire peut servir comme instrument de promotion de la production industrielle.


        • Ouam Ouam 9 janvier 18:52

          @microf :

          salut microf

          Tu à tord d’attaquer bakoye de cette manière parce que de plus il à raison.

          Perso je suis à fond pour justement que la France ne gere plus le franc Cfa dans l’ordre.

          - Que le peuple Africain prenne enfin ses vraies responsabilitées apres de ses dirigeants tres souvents corrompus

          - Que l’Afrique puiise enfin se coallifier un peu (la cela sera de force ou par obligation extrème)

          - Pourquoi la France continuerait t’elle à garantir une monnaie qui n’est pas ni sur son territoire et ncore moins sur son continent ?, et donc de fait à exposer la population Francaise (via les dépots et les impots) à la résponsabilté d’un tiers, tout ca par le caractère historique désuet.

          - En plus on sera pas (nous le peuple) mouillé dans ces histoires de dirigeants Africains corrompus, certains seronts en face de leurs propres responsabilitéées, et les colons Français qui sont en Afrique et qui peuvent en profiter via des gros trusts, soient il se plient à la monnaie locale ou ils partent si ils ne sonts pas contents.


        • microf 9 janvier 21:57

          @Ouam
          Salut OUAM.
          Je ne l´ai pas attaqué, vous remarquerez dans ce Forum que je n´attaque jamais et n´insulte jamais personne, ce qui ne veut pas dire que lorsque je lis de telles inepties, je ne peux pas me taire. Ce serait amusant si c´était une blague, savez vous que le Franc CFA est l´équivalent de la monnaie que les nazis avaient imposés á la France lors de l occupation ?. Cette monnaie avait pour but de plomber l´économie Francaise. Les Africains ont participé á la libération de la France de l´occupant nazi en servant de chair á canon, que fait la France après pour remercier l´Afrique, elle lui impose les mêmes conditions économiques que lui avaient imposé les nazis, est ce bien ?. Ce Franc CFA imprimé en France, géré par la France et qui ne s´échange nulle part, est ce bien ?.
          « Personnellement vous aimeriez que la France ne gère plus le CFA », mais ce n´est que le rêve de tout un Africain oú cette « monnaie virtuelle » est utilisé et le but de cet article, puisse le gouvernement Francais daigner vous écouter.
          Vous souhaiteriez « que le peuple Africain prenne ses responsabilités » , mais ce n´est que ce que demande ce peuple Africain depuis des siècles á la France, « LET MY PEOPLE GO », mais comment ? est ce que le cri de ce peuple Africain est entendu par la France ?.
          Lorsqu´un patriote Africain se lève pour essayer de crier plus fort, il disparait, il ya une longue litanie de ceux qui ont essayé, ils sont aujourd´hui sous terre ou enfermés á la CPI, alors comment ce peuple peut prendre ses responsabilités ?.
          En ce qui concerne la corruption, pour qu´il y ait un corrompu, il faut un corrupteur, je n´ai pas fait du Droit, mais j´ai toujours appris que entre le voleur et le recelleur, celui-ci prend plus de peine en cas de comdamnation, c´est le recelleur.
          Dans notre cas de corruption qui est le voleur, qui est le recelleur ?, je vous laisse le soin de répondre vous même á cette question.
          Que L´Afrique se coalise dites vous, mais vous vivez dans quelle monde ?. Quel est le poids de l´Afrique pour se coaliser et avoir du succès ?. ceci a été essayé, mais les conséquences ont été catastrophiques.
          En Aout 1958, le général de Gaule vient en Afrique proposer aux Africains une Association Franco-Africaine, bien sûr dirigée par la France. Le Président de la Guinée Sékou Touré qui représentait un groupe de pays qui voulait s´unir, lui répond que non, d´oú le fameux NON de Sékou Touré au général de Gaule. Il lui dit qu´il préférait vivre libre dans la pauvreté, que riche dans l´esclavage. Le général de Gaule fut très irrité par cette réponse á laquelle il ne s´attendait pas, savez vous ce que lui répondit le général de Gaule ?, en bon colon qu´il était, il lui dit ceci « vous voulez l´indépendance, eh bien prenez la, mais la France saurait en tirer les conséquences ».
          Les conséquences furent en tirées, certains pays Africains qui réclamaient leur indépendance, la Guinée et le Président Sékou Touré furent mis au banc de la « Communauté Internationale », et en souffrent encore jusqu´á aujourd´hui.
          Vous vous demandez « pourquoi la France continue encore de garantir cette monnaie qui n´est ni sur son territoire, ni encore moins sur son continent », mais la réponse vous devriez vous même la trouver, c´est parceque la France en tire un grand avantage, sinon pourquoi le ferait-elle ?. Cette monnaie virtuelle nazi est imprimé en France, cela génère des emplois pour les Francais, cette monnaie virtuelle nazi qui ne s´échange pas á cause du veto Francais, c´est la France qui fixe la parité croyez vous que la France va fixer une parité qui favorise les pays Africains ?. Les bénéfices de la gérance de cet argent qui ne lui appartient pas apportent des intérêts qui en profite ? pas l´Afrique sinon, l´Afrique ne se plaindrait pas.
           Alors que le taux de croissance en Afrique est en pleine expansion depuis des années, en France le taux de croissance stagne, il est question d´une dévaluation de cette « monnaie virtuelle nazi », pas á la demande des pays Africains, mais de la France, pourquoi ?.
          Lisez ce que dit l´ex-Président Francais Jacques Chirac ?, vous pourrez le voir sur le net, j´ai pris du temps pour vous le réecrire" On oublie seulement qu´une GRANDE partie de l´argent qui se trouve dans notre porte monnaie ( Porte monnaie des Francais ), vient précisément de l´exploitation surtout depuis des SIÈCLES ( un siècle a cent ans, des siècles cela fait plusieurs centaines d´années ) de l´AFRIQUE, pas uniquement, mais beaucoup de l´exploitation de l´Afrique. Alors il faut avoir un tout petit peu de bon sens, je ne dis pas de générosité mais de bon SENS, de JUSTICE, pour rendre aux Africains, je dirais ce qu´on leur a pris, d´autant que c´est nécéssaire si on veut éviter les pires convultions ou difficultés avec les conséquences que cela comportent dans le proche avenir".

          Ce que demandent les Africains, c´est la cessation de cette exploitation de l´Afrique par la France en abolisant cette monnaie virtuelle nazi qui plombe les économies Africaines qui ne s´ensortiront jamais tant que cette monnaie virtuelle nazi sera entre les mains de la France, d´oú cette mobilisation mondiale, et tenez vous bien, savez vous qui est aujourd´hui le plus contre cette monnaie ? les Allemands.
          Je ne sais pas si j´ai répondu á quelques questions de votre commentaire, mais j´ai essayé de vous donner quelques informations sur ce sujet trés douloureux qui maintient des centaines de millions de personnes dans un état d´esclave oú ils ne s´ensortiront jamais. Si vous voulez connaitre plus sur le sujet, vous pouvez vous documenter en faisant des recherches sur le net oú aujourd´hui on trouve toutes les informations sur tous ces sujets.


        • Oceane 10 janvier 10:51

          @BAKOYE

          « Ces Africains n’eprouvent pas le besoin de confier leurs devises à un autre Etat. »

          Pourtant, leurs devises s’y trouvent bien, ce que contestent de plus en plus des «  »intellectuels« de la diaspora ». La « diaspora » n’a fait que poursuivre, et pas seulement elle, le chemin ouvert par le premier à avoir mis sur le tapis la « servitude monétaire » et la « répression » qui va avec.

          Tu dis « qu’ils ne font que les déposer sur un compte comme ils déposent leurs autres devises sur d’autres comptes ».

          Ceci est absurde et tu serais pris au sérieux si la question ne concernait qu’un citoyen lambda comme moi libre de déposer son salaire dans la banque de son choix à l’intérieur du pays . Et encore, il ne viendrait à l’idée de personne de déposer son salaire en Angleterre par exemple.

          1 - la Banque de France, en dehors des 14 Etats en question gère la moitié des devises d’autres États ? Il semblerait qu’aucun, puisque tu ne donnes aucun exemple confirmant que ce n’est qu’une affaire de business et non un des aspects de la servitude coloniale. Et à ce propos, Joseph Tchundjang Pouemi a affirmé que : « La France est, en effet, le seul pays au monde à avoir réussi l’extraordinaire exploit de faire circuler sa monnaie, et rien que sa monnaie dans des pays politiquement libres ». Vrai ou faux ? Comment expliquer cet « extraordinaire exlpoit » de la part de la France ?

          2 - Pour déposer, il faut au préalable éprouver le besoin ou la nécessité de confier à un autre Etat l’un des attributs de leur souveraineté. Qu’est-ce qui justifie, de la part de ces Africains-là ce besoin ou cette nécessité d’autant plus que selon certains des intellectuels - tous ne veulent pas quitter le cfa - "

          le fait est que les États africains qui utilisent le cfa n’ont aucun contrôle sur leur monnaie et donc de leur économie "

          3 - Se pensent-ils incapables de gérer leurs économies, d’où la nécessité de faire appel à un État étranger ? Si tel est le cas, pourquoi ne pas choisir le Nigéria, première puissance du continent ? Je rappelle tout de même que le cfa est né pendant la colonisation et que seul la forme a changé et non le fond.

          4 - A quoi servent les etudes dans les universités européennes si l’on considère que l’on est dans l’incapacité d’appliquer tout simplement les leçons apprises ? Je ne le pense pas Mamadou Koulibaly, l’un des partisans de l’abandon du cfa a étudié en France et avant lui, Tchundjang Pouemi, le père de la sortie du cfa.


        • BAKOYE 10 janvier 11:58

          @Oceane
          Discuter avec l’autre a rarement pour objet d’amener l’autre à changer d’avis. Surtout si sa croyance est solidement ancrée. En revanche il est intéressant de voir les éléments qui sont communiqués en appuis à l’argumentaire. Ensuite chacun en fait ce qu’il veut.
          Le CFA sera détaché de l’Euro qu’on le veuille ou non ; probablement dans les cinq ans qui viennent au plus tard. Si dans l’intervalle les pays concernés n’ont pas installé de capacité de production interne pour produire sur place les produits de première nécessité, la pauvreté actuelle apparaîtra comme un luxe dont on n’était pas conscient et qu’on regrettera pendant longtemps.
          Le compte d’opération est un compte à vue. Point. Je vous ai déjà indiqué l’avantage du Trésor français dans l’opération : disposer d’un volume de « mouvements créditeurs » tout comme une banque demande à son client de lui confier du mouvement en échange de concours éventuels. Les fonds déposés au compte d’opération n’appartiennent pas au Trésor français qui autorise même des découverts sur ce compte aux États concernés. Je ne vois pas ce qui est difficile à comprendre ici, à moins que vous contestiez ce fait.
          L’avantage du maintien de la parité fixe avec l’Euro pour la France en tant qu’État, c’est que les investissements réalisés dans ces pays conservent leur valeur et que les revenus de leurs entreprises et travailleurs en CFA rapatriés en France conservent aussi leur valeur. C’est essentiellement cet avantage que la France protège avec la parité. En quoi est-ce un désavantage pour les États africains concernés dont les investissements sont aussi conservés en valeur ?
          Je n’ai pas encore rencontré de chef d’entreprise africain de la zone CFA qui postule pour la sortie du CFA. C’est toujours des fonctionnaires internationaux ou des professeurs, c’est à dire des personnes qui vivent des impôts générés par d’autres.
          Gérer sa monnaie n’est pas équivalent de gérer son économie. La FED américaine et la Banque centrale européenne sont des entités indépendantes des gouvernements dont elles n’accompagnent pas nécessairement les programmes.
          Mon grand regret c’est qu’en Afrique nous n’ayons pas opté pour la science et les mathématiques à l’indépendance (qui enseignent la rigueur) et que nous ayons plutôt opté pour l’enseignement littéraire qui nous a rendus spécialistes de la manipulation du verbe pour briller en société. Avec le refus de regarder la vérité en face et la perpétuelle attribution de nos faiblesses aux autres, nous continuerons à faire du sur place. Mais comme le monde avance, notre recul ne sera que plus tragique.
          Pour en revenir à l’autonomie monétaire, oui elle est nécessaire ; mais elle ne sert strictement à rien s’il n’y a pas de capacité industrielle installée. C’est ça la priorité, et non le CFA. Un pays qui n’est que consommateur de produits fabriqués ailleurs est tout sauf souverain, quelle que soit sa monnaie.


        • LouBecarut 9 janvier 13:54

          @Baron 9 :
          Le plus bête serait de défendre un système qui nous couterait, puisque vous prétendez que cela coûte à la France. Vous devriez même pousser le bouchon un peu plus loin et condamner définitivement le système colonialiste qui prétendument, selon vous- nous coûte si cher !
          Quand à la stabilité des pays africains, si le franc CFA y contribue, alors ces pays devraient être très très très stable, depuis que cela existe, non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires