• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Installation en France de 20 000 entreprises chinoises à l’aide (...)

Installation en France de 20 000 entreprises chinoises à l’aide d’argent public

Plusieurs milliers d’entreprises chinoises et à terme plus de 20 000, pourraient s’installer en Indre et en Moselle. Des plateformes commerciales et logistiques de transport et stockage, leur permettraient d’acheminer dans l’Europe entière mais aussi d’exporter dans le monde entier, la production importée d’Asie ou assemblée en France et indument estampillée « made in France ».

Mais le coût final pour le contribuable français pourrait se chiffrer en dizaines de milliards d’euros et des millions d’emplois européens pourraient à terme, être menacés. Les contours d’un scandale financier et d’une catastrophe économique semblent se dessiner. 

6 MILLIONS DE MÈTRES CARRES PRÉS DE CHÂTEAUROUX 

En juin dernier, trois cent invités dont des élus locaux et des représentants des états français et chinois, assistaient au Château d’Ozans, à l’inauguration d’une plateforme logistique destinée à accueillir des entreprises chinoises souhaitant se développer sur le marché européen.

Le projet, baptisé EuroSity, est developpé par Sino France economic cooperation zone (SFECZ), qui représente en France, Beijing Capital Land (BCL), filiale immobilière du fonds souverain d’investissement chinois Beijing Capital Group (BCG). Mark Bottemine, directeur général de l’aéroport de Châteauroux-Centre, ex-candidat PS pour la mairie de Châteauroux et initiateur du projet, déclarait au journal le Monde en mai 2010 « Nous sommes finalement revenus avec un projet politique du gouvernement central [de la République populaire de Chine]  ».

A terme, l’activité s’étendrait sur une zone de plus de 600 hectares, située aux portes de Châteauroux et s’articulerait autour du tarmac de l’ancienne base militaire de l’OTAN, capable d’accueillir les plus gros avions porteurs en provenance de Chine.

Cette nouvelle cité économique gérée par un fonds d’état chinois, pourrait bénéficier de la classification zone franche de l’ancienne base militaire et offrir aux entreprises, bon nombre d’avantages fiscaux dont une exonération de l’impôt sur les sociétés et des charges sociales pendant cinq ans ainsi qu’une défiscalisation des investissements. 

Il n’échappera à personne que le principal but poursuivi, consiste à réaliser sur des produits finis ou semi-finis, une dernière étape mineure sur le territoire français afin de pouvoir ensuite inonder le marché européen et le monde entier de produits manufacturés et high-tech, avec un label made in France qui augmenterait considérablement la valeur ajoutée d’une fabrication pourtant souvent préalablement exécutée dans des conditions de travail proches de l’esclavage.

L’ancien maire de Châteauroux et sénateur UMP de l’Indre Jean-François Mayet, avait, au cours de son mandat municipal, effectué plusieurs déplacements en Chine afin de convaincre des entrepreneurs chinois de venir s’installer dans l’agglomération et s’exprimait en 2010 sur France Info : « Certainement que la Chine est arrivée à un moment où elle a besoin de présenter une image plus vertueuse, et le choix qu’ils font, c’est d’européaniser leur production, de peut-être marquer dessus made in Europe ou made in France  ».

Depuis, Gil Averous, son ancien chef de cabinet et nouveau maire, a repris le flambeau et rencontré 900 entrepreneurs chinois en juillet dernier. Il annonçait, à son retour, l’implantation d’une première entreprise en automne mais déclarait ignorer le nombre d’emplois que celle-ci compte créer. 

Le concept fait bonne figure en prévoyant également la transformation du château en hôtel quatre étoiles, la construction d’un pôle d’enseignement supérieur international en lien avec l’université française et des départements R&D.

Le Conseil Général de l’Indre a investi 15 millions dans des aménagements routiers. L’Agglomération de Châteauroux présidée par Gil Averous, financerait l’achat de terrains et la création de voieries avec un investissement de 91 millions sur 15 ans. La première pierre d’un immeuble de 4 500 m2 a été posée et les premières entreprises devraient s’installer dans un an. Le président de la SFECZ, se refuse à communiquer le nombre d’emplois que la zone pourrait créer mais promet d’investir environ 200 millions d’euros sur 5 à 8 ans dont 20 millions d’euros en 2014.

Cependant, si l’on considère que le coût de construction du pôle universitaire devant accueillir 6 000 à 8 000 étudiants avoisinerait probablement 40 ou 50 millions d’euros et qu’il faudrait ensuite allouer autour de 30 ou 40 millions d’euros de frais annuels de fonctionnement, le budget entier n’y suffirait guère. Et si l’on ajoute l’hôtel 4 étoiles, tous les travaux de la zone, l’édification d’immeubles de bureaux, d’entrepôts et de toutes les infrastructures indispensables, les coûts de fonctionnement de départements R&D, d’un aéroport particulier avec sa piste de 3.5 km, comptant parmi les plus importantes de France et comportant (peut-être ?) une douane dédiée, le budget annuel annoncé de 25 à 40 millions peu laisser dubitatif.

A moins que derrière un habillage médiatique vendant un « hub » de coopération sino-française, ne subsiste finalement du projet global, que la construction de quelques immeubles de bureaux et d’immenses entrepôts. Mais quelle que soit l’option retenue, le principal bénéficiaire de cette opération de capital investissement, serait SFECZ, dont la vente des terrains et des bureaux pourrait rapporter, selon les Échos, 2 milliards d’euros.

20 000 ENTREPRISES IMPORTATRICES CHINOISES PRÉS DE THIONVILLE

Le projet TerraLorraine ou ITEC, défendu par Patrick Weiten (UMP), Président du Conseil Général de Moselle, est développé par COMEX HOLDING, société basée en Chine, fondée par des spécialistes de la finance internationale. Un investissement de 150 millions pour la création d’une plateforme commerciale qui occuperaient 240 000 m2, devrait lors de la première phase, permettre l’accueil de 2 000 à 2 500 entreprises chinoises sur la zone d’Illange. Cependant, les dirigeants de la filiale européenne COMEX EUROS DEVELOPMENTS, basée au Luxembourg, n’ont jamais révélé l’origine des fonds ni le montage financier.

A terme, la surface construite totale de la zone atteindrait 6.5 millions de mètres carrés et devrait accueillir 20 000 entreprises chinoises. Le Conseil Général de Moselle met en avant la création de 3 000 emplois dés l’ouverture du site et à terme 30 000, pour un investissement total qui selon son président, atteindrait 6 milliards d’euros.

La nouvelle ville économique qui pourrait s’étendre sur une longueur de plusieurs kilomètres, s’offrirait une halle d’exposition et s’enorgueillirait d’un hôtel de luxe 5 étoiles de 300 chambres, d’un parking de 280 000 m2, de tours de bureaux et de centaines de résidences. Les entrepôts destinés à recevoir chaque jour les centaines ou milliers de containers arrivés par route ou voie fluviale, devraient s’étaler sur plusieurs millions de mètres carrés.

Le chiffre évoqué de 500 containers journaliers importés dés l’installation des 2 000 premières entreprises, équivaudrait probablement annuellement à environ 2.5 ou 3 millions de tonnes de produits importés et si l’on ose une projection, les 20 000 entreprises attendues pourraient bien importer chaque année, autour de 25 ou 30 millions de tonnes de marchandises vendues aux professionnels et peut être directement aux particuliers.

Pour comparaison, bien que les produits concernés ne soient guère alimentaires, la superficie totale des locaux du marché de Rungis, plus grand marché de produits frais au monde, n’occupe que 230 hectares et les arrivages physiques n’excédent guère 1.5 million de tonnes de marchandises par an pour un chiffre d’affaires de 8.5 milliards d’euros mais desservant 20 millions de consommateurs.

La plateforme mosellane du commerce chinois, permettrait, selon la liste officielle, l'importation et la distribution en France et en Europe, de vêtements et textiles, accessoires de mode, articles de sport et de loisir, cadeaux et fantaisies, mobiliers et équipement de la maison, matériels de construction et de bricolage, composants électriques et électroniques, produits de télécommunication et Informatique, machine et biens d’équipements industriels, matériels de sécurité et télésurveillance, équipements d’énergie nouvelle et d’économie d’énergie et matériaux de construction. Pour exemple, le chiffre de 5 000 containers /jour équivaudrait à une importation annuelle de dizaines de milliards de vêtements et de milliards de Smartphones, ordinateurs portables ou matériels électroménagers qui pourraient être réexpédiés avec le label « made in France » vers les autre pays d’Europe mais aussi vers les autres continents.  

QUELLES PERSPECTIVES D’EMPLOI POUR LES MOSELLANS ? 

L’activité générée par l’installation de 2 000 puis 20 000 sociétés importatrices de 500 à 5000 containers par jour pourrait effectivement créer de nombreux emplois. Mais qui peut croire que celles-ci choisiront de travailler avec des transporteurs acquittant leurs cotisations sur le sol français.

Il est également à craindre, que les entreprises, installées à proximité d’une zone géographique abondante en main d’œuvre des pays à bas coûts d’Europe, choisissent d’économiser 30 à 40 % sur leurs coûts salariaux (L’Allemagne, distante de 30 kilomètres d’Illange, emploie plus d’un demi-million de salariés détachés et notre pays en rétribue prés de 350 000). 

De même, il est peu certain, que bien qu’ayant, dans le cadre de leur installation, des facilités d’obtention de visas pour recruter des personnels chinois, les dirigeants nouvellement installés, accordent leur préférence à des travailleurs mosellans aux exigences salariales plus élevées que leurs compatriotes.

Faible pouvoir d’achat d’employés sous-payés, modèle autarcique, il est peu sûr que nous assistions au formidable essor économique régional et à la création des emplois que le Conseil General promet aux chômeurs mosellans. Il eût été plus efficient de consacrer une part des investissements et de l’énergie déployée par les élus, à la réalisation de vrais projets industriels créateurs d’emplois. 

ESPIONNAGE, DUMPING ET CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI  

Les effets sur l’emploi dans de nombreux pays d’Europe, pourraient s’avérer désastreux et l’industrie européenne pourrait connaitre une nouvelle hécatombe. Parmi les 20 000 ou 22 000 sociétés qui devraient s’installer, certaines ne comptent que quelques milliers d’employés en Chine mais d’autres en comptent plusieurs dizaines de milliers. Ainsi, le nombre cumulé du personnel de ces entreprises pourrait représenter en Asie, plusieurs millions d’emplois.

Alors nul ne doute que les exigences de croissance de ces entreprises nécessiteraient une politique commerciale agressive fondée sur le dumping et à laquelle les entreprises industrielles européennes ne pourraient guère résister. HUAWEI, géant des technologies de l'information et de la communication qui devrait s’installer bientôt à Châteauroux, emploie 150 000 personnes et réalise 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel mais l’Union Européenne l’accuse de dumping de ses produits sur le marché européen et reproche au gouvernement chinois de lui avoir versé des aides illégales.

Par ailleurs, ce groupe né en 1988 au sein de l’armée populaire de libération chinoise a dépensé l’an dernier 3 millions d’euros en lobbying à Bruxelles pour notamment, tenter de faire oublier les accusations d’espionnage qui pèsent sur lui. Le 29 septembre 2014, lors d’un entretien avec Manuel Valls, les promesses d’investissement et de création d’emplois de son fondateur Ren Zhengfei, ont semble t-il, convaincu le Premier ministre, de soutenir l’implantation du géant des télécom.

Mais le gouvernement peut-il ignorer les recommandations du rapport du sénateur Jean Marie Bockel, et décider de faciliter l’implantation d’un groupe suspecté d’espionnage et déjà jugé indésirable par l’UE, les USA et l’Australie. 

Des élus locaux, nationaux et membres du gouvernement ont-ils vocation, sans une consultation préalable de l’ensemble des partenaires européens, à décider de l’avenir de l’industrie manufacturière européenne au moment où certains pays comptent 40 % ou 50 % de jeunes chômeurs. Bon nombre de pays membres de l’UE bâtissent une grande part de leur développement avec une industrie manufacturière pouvant représenter jusqu’à 35 % de l’emploi pour certains d’entre-eux. Les pays de l’UE seraient parfaitement fondés à s’opposer à des projets qui modifieraient leurs orientations économiques, feraient bondir leur chômage et lamineraient ce qu’il reste de l’industrie européenne.

 QUI PAIERA POUR CES PROJETS PHARAONIQUES ?

On peut se demander comment les mises de base des fonds d’investissement, de 20 millions pour le projet de Châteauroux ou 150 millions d’euros pour celui d’Illange, pourraient permettre d’ériger ces véritables villes. Il convient de comptabiliser toutes les dépenses dont celles générées par la construction des infrastructures publiques indispensables.

Alors comment seront réellement financés ces deux projets pharaoniques ? Quel sera le montant des subventions distribuées aux entreprises ? En cas d’aides jugées non conformes, l’État français sera ensuite tenu de payer des amendes à la commission Européenne mais parviendra t-il à obtenir des entreprises chinoises, la restitution des aides, ordonnée par Bruxelles ?

Combien d’usines françaises fermeront ? La perte de 100 000 ou 200 000 emplois ouvriers, estimation basse, pourrait représenter, si l’on tient compte des emplois indirects et induits, une perte de 300 000 à 800 000 emplois dont le coût annuel en dépenses pour l’emploi (DPE) et dépenses connexes, pourrait atteindre 7.5 à 20 milliards. Par ailleurs, il nous faudra aussi appréhender les effets en cascade. L’aggravation du déficit de la balance commerciale et des comptes publics dont celui des régimes de protection sociale due à la baisse du nombre de cotisants. Et si l’on ajoute les effets d’une accentuation de la désertification dans de nombreux territoires, les préjudices seraient multiples. Aussi, le coût total pour le contribuable français, pourrait à terme, atteindre plusieurs dizaines de milliards d’euros.

Les gaspillages ou scandales de l’argent public sont certes légion, néanmoins, bon nombre de contribuables pourraient juger intolérable que l’État français cofinance des projets émanant du gouvernement central de la République Populaire de Chine, dictature qui continue à exécuter chaque année plusieurs milliers de ses opposants politiques, ou de fonds d’investissement basés dans des paradis fiscaux dont le souci n’est certainement pas la création d’emploi et dont l’opacité des capitaux devrait interpeller.                              

L'INCOHERENCE D’ARNAUD MONTEBOURG 

Ces projets mortifères pour la fabrication française, sont connus depuis plus de 4 ans, pourtant les ténors des gouvernements n’ont jamais protesté. L’ancien ministre du Redressement Productif connait le porteur du projet d’illange, Régis Passerieux, depuis la fin des années 80. Cet énarque, avocat, et ancien maire PS qui à milité aux cotés de l’actuel ministre du travail François Rebsamen, aurait déclaré en 2013, a la suite d’une entrevue avec Arnaud Montebourg « Bien sur que je lui en ai parlé. Il m’a écouté attentivement et n’a semblé ne rien avoir contre. » Pourtant, qui peut nier que ces concepts sont susceptibles de galvauder définitivement l’image de la fabrication française et de provoquer la fermeture de nombreuses usines sur le territoire français. Alors cela interroge encore : Est-il acceptable que des ministres, pourtant rémunérés pour protéger l’économie et l’emploi, aient fermé les yeux. 

Maintenant, notre association, bien que non subventionnée, doit s’ériger pour palier leur manquement et constituer une opposition à ces deux projets éminemment dangereux pour notre pays.

Souhaitons que notre article alerte le premier Président de la Cour des Comptes Didier Migaud et que celui-ci tire la sonnette d’alarme avant un désastre industriel. Le gouvernement pourrait également se raviser avant un scandale qui éclabousserait la classe politique. Il est en effet probable que la justice devra un jour déterminer la responsabilité de chacun des acteurs publics qui auront facilité l’aboutissement de projets engageant sans visibilité et sans limite, l’argent de tous les contribuables français. Pourquoi ne pas créer une commission d’enquête parlementaire. Aujourd’hui, les pouvoirs publics ne semblent pas encore avoir pris toute la mesure de scandales certes, en devenir mais déjà manifestes de l’argent public.

Des députés des 28 pays membres de l’UE pourraient également se révéler soucieux de la sauvegarde de leurs industries manufacturières et décider de faire valoir auprès de la Commission Européenne, une légitime opposition à ces implantations, justifiée, entre autres, par des aides disproportionnées, des accusations d’espionnage et une distorsion accrue de la concurrence, basée notamment sur le dumping.

Francis JOURNOT est membre des associations citoyennes www.vetements-made-in-france.comwww.rendez-nous-notre-industrie.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 18 novembre 2014 09:06

    On achètera chinois « made in France » .....Cocorrico .....


    • lsga lsga 18 novembre 2014 11:07

      Ah bas c’est toute la logique du « Made In ... »

       
      Au Vénézuela, Chavez fait assembler des téléphones par des ouvriers vénézuéliens qui sont normalement assemblée par des machines en Chine.
       
       
      Mais dans l’économie Capitaliste, l’exploitation et l’aliénation sont obligatoire.

    • soi même 18 novembre 2014 19:30

      Isga, le voila Maoïste néo libérale, tu es un brave sous ta calotte de phrygien !


    • lsga lsga 18 novembre 2014 19:47

      soi même évite d’utiliser des mots que tu ne comprends pas. 


    • soi même 18 novembre 2014 19:54

      Allez ramène ta science que l’on rigole !


    • Alice Rupert 18 novembre 2014 22:40

      "On achètera chinois « made in France » .....Cocorrico ....."


      Et jusqu’ici on achetais « français » made in China : la boucle est bouclée d’une politique commencée il y a 40 ans sous Giscard (mondialisme).


       

      C’est une bonne nouvelle pour eux car cela prouve que la tiers-mondisation de la France est enfin en voie de réussite.

       

      Les prospères capitalistes communistes chinois délocalisent dans ce pays du tiers-monde qui a pour nom France. Une main-d’oeuvre abondante (bientôt 10 millions de chômeurs : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-septembre-158515) et sous-payée.


       

      Le rêve des mondialistes est devenu réalité.


    • lloreen 23 novembre 2014 13:38

      « Chavez fait assembler des téléphones »

      Chavez est mort le 5 mars 2013...


    • adeline 18 novembre 2014 09:15

      si les élus (nos élus) qui signent les contrats ont prévu une clause d’embauche de régionaux avec les conditions habituelles au droit français, c’est bien, s’ils n’ont prévu aucune clause de ce genre c’est de la trahison (une de plus)


      • Ruut Ruut 18 novembre 2014 09:42

        Le made in France made in china est déjà bien présent dans nos rayons de magasins.
        Le pire c’est que c’est Légal.


        • lloreen 18 novembre 2014 22:21

          Personne n’ est obligé d ’ acheter ces produits .
          Le boycott existe encore et fonctionne très bien.


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 novembre 2014 09:00

          Ruut,
          C’est légal, puisqu’il s’agit de l’application des articles 32 & 63 du TFUE qui interdisent aux Etats de contrôler les mouvements de capitaux. Avant ce n’était pas interdit, mais régulé, en fonction des intérêts stratégiques du pays.


          Hollande ne peut s’y opposer, pas plus que les gouvernements précédents n’ont pu s’opposer à l’achat d’ Arcelor par Mittal ou aux délocalisations...Depuis Maastritch, les capitaux doivent circuler librement, les entreprises peuvent sortir leurs capitaux pour délocaliser ailleurs.

          Ceci prouve que dans le UE, les gouvernements ne peuvent plus défendre l’intérêt général, ni les entreprises, ni les emplois.

        • asterix asterix 18 novembre 2014 10:06

          Nouvelle démonstration par A + B que la Chine nous a piqué le capitalisme et nous a laissé le social.


          • L'enfoiré L’enfoiré 18 novembre 2014 15:41

            Tout à fait.

            Je me suis amusé à lire le pseudo choisi par l’auteure pour écrire ses articles.
            A quelle raison attribue-t-elle cette situation ?
            Depuis 2005, j’en parle avec ce titre « Nous sommes tous responsables ».
            La suite était prévisible.
            La vitrine chinois du monde était à soigner. 

          • Yurf_coco Yurf_coco 19 novembre 2014 16:12

            Oui enfin... C’est pas tellement les chinois. 


            Le capitalisme laisse les gouvernements combattre le sociale à sa place, point.

          • foufouille foufouille 18 novembre 2014 10:22

            c’est la mondialisation qui arrive. ce sera pire et mieux quand les chinois vendront tout en direct sur internet.
            on peut déjà acheter de nombreux objets direct en chine.
            au mieux, on peut espérer griller les multiples importateurs de daubes qui se goinfrent au passage. finit le tee shirt vendu 1 ou 2€ par le grossiste.
            le particulier ne paye pas la douane en cas de petits colis.
            cela pourra être bénéfique pour nous.



            • Le p’tit Charles 18 novembre 2014 10:24

              Déjà (ça remonte à loin) les Chinois au moment de la fermeture des filatures dans le nord, venaient racheter toutes les installations (une bouchée de pain, et démontées par eux morceaux par morceaux) pour les expédier en Chine avec le concours de spécialistes Français pour les aider dans cette entreprise !
              Notre pays est voué à disparaître dans peu de temps il me semble ?


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 novembre 2014 09:04

                Le Charles,
                ça remonte aux décisions des Commissaires européens à l’ OMC, qui ont décidé que des pans entiers de l’industrie française devaient disparaître, les chantiers navals, la sidérurgie, le textile.
                La France a un siège à l’ OMC, mais c’est un Commissaire européen qui négocie au nom de la France, comme ils le font pour TAFTA.


                « La France et l’ OMC » par Asselineau.

                Les Commissaires européens, élus par personne, on décidé que la France, c’était les services et le tourisme.

              • soi même 18 novembre 2014 13:20

                Il faut le crié plus fort, la France est a vendre, cela vous rappel rien quand la mafia a acheter Cuba ?


                • lsga lsga 18 novembre 2014 13:21

                  La France ? non, la force de travail en France est à vendre, et ça a toujours été le cas, ça s’appelle le Capitalisme. 


                • Yurf_coco Yurf_coco 19 novembre 2014 16:19

                  La France est à vendre ? Quelle France ?


                  On a privatisé tout ce qui était à nous en 20 ans et on a juste gardé les dettes...

                  Que se soit un capitaliste français ou un capitaliste chinois m’importe peu.

                • Claude Simon Claude Simon 18 novembre 2014 16:32

                  La Comex, est une société financière qui s’occupe de spolier les petits spéculateurs sur l’or-papier et l’argent-papier.

                  De là à considérer qu’il y a financement de la Comex Holding, je ne saurais dire.

                  • ricoxy 18 novembre 2014 16:41

                     
                    Souvent, le « made in China » est synonyme de « merde in China »
                     


                    • L'enfoiré L’enfoiré 18 novembre 2014 17:04

                      C’était le cas.

                      Ce ne l’est plus.
                      L’usine du monde a évolué.
                      Il suffit de voir l’évolution technologique.
                      Le textile n’est plus leurs seules exportations.
                      Si vous ne voyez pas ce qui s’est passé avec le photovoltaïque.
                      Le textile, désormais, il faut le chercher ailleurs comme en Ethiopie.

                    • foufouille foufouille 18 novembre 2014 19:41

                      tout à fait d’accord. c’était le client qui demandait de la merde.
                      les chinois veulent gagner du fric et c’est tout.


                    • lloreen 23 novembre 2014 13:47

                      « c’était le client qui demandait de la merde. »

                      Le client est comparable au plumé et n’ a aucun choix.
                      Le client est un travailleur.Donc moins il est moins il a le choix. On lui impose ses conditions de travail, on lui impose tout et il n’ a aucun choix.
                      Comme il gagne de moins en moins il est acculé et ne peut qu’ acheter ce qui est vendu peu cher.

                      Un smicard ne peut guère payer un costume ou un manteau 220 euros ou plus...Ni des chaussures à 180 euros ou plus.
                      C ’est un cercle vicieux.Un salarié est un esclave du capital et en tant que maillon, il contribue à faire tourner le système et à se comporter lui même comme le bourreau de salariés moins bien lotis que lui.
                       


                    • foufouille foufouille 23 novembre 2014 15:00

                      le client du chinois. l’importateur, si tu préfères. le client final aussi pour con-sommer.
                      le chinois vends donc sur internet.


                    • Cassiopée R 18 novembre 2014 17:12

                      La Chine est l’eldorado capitaliste, esclave ou main d’oeuvre à faible coût, pas de protection sociale, pas de syndicats et pas de lois environnementales et climatiques.

                      Tout pour se goinfrer d’argent sur le dos des salariés (ou esclaves) et de la Nature.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 18 novembre 2014 18:14

                        Encore une fois, cela a évolué.

                        Vous décrivez plus la situation du Bangladesh, aujourd’hui

                      • Lucide bdpif@laposte.net 18 novembre 2014 20:10

                        Heu pas vraiment non ...




                        Moi desormais, j’achete mes fournitures professionels aux USA. Avant, j’achetais en chine, mais sur le point de vue moral, c’est plus possible. Et en plus, avec le TAFTA, on aura plus aucuns frais de douane avec les usa.

                      • Alice Rupert 18 novembre 2014 22:56

                        « Moi desormais, j’achete mes fournitures professionels aux USA »

                         

                        Les travailleurs locaux et les chômeurs te disent mer...ci smiley

                        à toi et à ta « morale » 

                         

                        Tu deviens bien américain : tu as déjà perdu l’usage des accents, tu es en bonne voie.


                      • Lucide bdpif@laposte.net 19 novembre 2014 00:10

                        Oui, tu sais jeune homme.

                        Je fabrique mes confitures. Je fais mon magret. J’ai des poules pour mes oeufs. Je vais au marché touT les samedi m’acheter mon poisson. J’ai mon potager. Chaque année, j’ai une vingtaine de pieds de tomates, une cinquantaine de pieds de piments.

                        Mais tu vois, pour acheter des cartes meres d’ordinateur pour mes clients, je suis curieux de connaitre tes adresses de travailleurs locaux. SI tu m’en trouves au marché francais, je suis preneur. 

                        Parce qu’à part les etats unis et la chine je vois pas trop bien où je peux acheter des pieces pour les reparations de vos putains d’ordis que vous achetez en chine.

                        Surtout que je revends et répare du IBM Lenovo.

                        Donc pour en revenir au sujet, et j’invite mes collegues à faire de même, ACHETEZ VOS PIECES AUX USA.

                        La chine, c’est trés avantageux pour faire des affaires. Des tarifs exceptionels. Un service nickel. On gagne de l’argent. Mais on fait du fric sur les esclaves.

                        Après je suis de gauche (PCF), j’ai quelques valeurs morales tout de même.
                        Faire bosser des gamins de 13 ans 16 HEURES PAR JOUR ; cà me pose un petit problème de conscience. Je suis du coté du peuple chinois, mais pas du regime en place. Parce que comme je suis de gauche, j’ai horreur des exploiteurs et des assassins oprésseurs.

                        Donc, LE TAFTA, và grandement pallier aux ecarts de prix avec la chine par l exoneration des charges dounieres.

                        Pour le vin aussi.
                        Les quelques chateaux du coin qui n’ont pas été rachetés par les chinois (je suis dans le bordelais) vont egalement en profiter pour gagner des marges.





                      • Lucide bdpif@laposte.net 19 novembre 2014 00:12

                        Je peux egalement avoir une orthographe parfaite, mais c’est une perte de temps face à l’extreme betise des commentaires de ce site. Je ne merelis donc jamais ici ;) Ce serait donner de la confiture aux cochons.


                      • Lucide bdpif@laposte.net 19 novembre 2014 00:20

                        @Ruppert


                        Je te parlais du vin.

                        Il arivre que la terre du coin se venge de tout ces rachats par les chinois.

                        On souhaite la mort de personne, mais des milliardaires chinois sur nos terres, on en a marre aussi. Surtout quand on sait d’ou viennent leur argent. Alors les esprits de la terre se mettent à parler.


                      • Arleen Arleen 19 novembre 2014 01:02

                        « Je fabrique mes confitures. Je fais mon magret. J’ai des poules pour mes oeufs. Je vais au marché touT les samedi m’acheter mon poisson. J’ai mon potager. Chaque année, j’ai une vingtaine de pieds de tomates, une cinquantaine de pieds de piments. »


                         

                        As-tu pensé au manque à gagner que tu causes à Monsanto, Syngenta, Carouf et autres par ton indocilité ?

                        Va falloir changer ça.


                        « Après je suis de gauche (PCF), j’ai quelques valeurs morales tout de même. » Roooh...

                        Et quelques autres à droite, quant même, non ? Le porte-feuille, par exemple. Faut un équilibre.


                        « La chine, c’est trés avantageux pour faire des affaires. Des tarifs exceptionels. Un service nickel. On gagne de l’argent. Mais on fait du fric sur les esclaves.

                        Faire bosser des gamins de 13 ans 16 HEURES PAR JOUR ; »


                        T’inquiètes ; du train où ça va, tu pourras bientôt le faire en France.


                      • Lucide bdpif@laposte.net 19 novembre 2014 10:46

                        @Aarleen


                        J’ai longtemps milité pour le made in France. J’ai même voté Montebourg aux primaires du PS. 

                        Mais bon, il n’y a aucun esprit civique dans ce pays.

                        J’ai donc abandonné de conva incre.

                      • foufouille foufouille 19 novembre 2014 11:28

                        toute l’informatique vient de chine. si c’est fini aux usa, c’est le maximum


                      • GUIGUI971 GUIGUI971 19 novembre 2014 12:52

                        Ha bon ? Parce qu’aux USA c’est plus moral ? Va voire comment çà se passe au Mexique : un max d’entreprises US se sont mises près de la frontière US pour bénéficier de salariés aux rabais


                      • Lucide bdpif@laposte.net 19 novembre 2014 13:36

                        Oui, c"est plus moral d’acheter aux USA qu’en chine.


                        D’une part parce que les entreprises que vous citez sont des exceptions. Alors qu’en chine, c’est une généralité voulu par le pouvoir ;)

                      • Lucide bdpif@laposte.net 19 novembre 2014 13:38

                        Les chinois ont meme racheté la division informatique d’ibm, ce qui a donné Lenovo.



                      • lisca lisca 24 novembre 2014 08:56

                        Les cochons te remercient.


                      • lloreen 18 novembre 2014 22:17

                        Les conseils généraux et autres auto promoteurs sont les nouvelles mafias locales qui détroussent les personnes au RSA pour des motifs futiles et illégitimes et détournent des millions d’ aides sociales pour des projets pharaoniques qui engraisseront une nouvelle oligarchie.

                        Ces gens font leur lit politique sur la misère des gens.
                        C ’est une honte.


                        • lloreen 18 novembre 2014 22:24

                          Il n’ y a pas que la Chine.
                          Les produits européens sont maintenant « transformés » dans les pays comme la Pologne, la Hongrie ou la Bulgarie avant d’ atterrir dans les rayons des grandes surfaces.
                          La loi Bolkenstein qui fait des siennes.


                          • yoananda 18 novembre 2014 23:56

                            ouai mais vous croyez que les chinois ont sauvé les banques françaises gratos ?


                            • Shanan Khairi Shanan Khairi 19 novembre 2014 00:23

                              Cet article témoigne de l’égarement du débat public européen, plus palpable encore en France (où vos politiciens sont en pleine déroute idéologique) qu’ailleurs, en plein délire isolationniste. Des Chinois vont venir installer des entreprises en Europe. Très bien. Rien de neuf. Des subsides publics sont impliqués. Très bien. Rien de neuf non plus. Il y a aura des transferts de technologies. Toujours rien de neuf. Où est le problème ? Il n’y en a pas.

                              Pour rappel, l’Europe installe également des entreprises en Chine. Avec également des aides publiques ou des facilités fiscales. Et, il faut bien le rappeler, pour l’instant, l’Europe possède toujours de très loin plus de capitaux dans le reste du monde que le reste du monde n’en possède en Europe. Le PNB européen reste le plus élevé par ailleurs et le restera pour longtemps même avec une faible croissance.

                              La mondialisation n’est pas un problème en soi et ceux qui s’égarent dans les cris isolationnistes / protectionnistes ne peuvent que nuire à l’Europe elle-même. De même le taux de faible croissance n’est pas un problème, les économies à forte croissance ne faisant que rattraper leur retard. Ce qui pose problème c’est l’organisation fiscale et sociale de l’Europe. Ce qui pose problème, c’est la gestion de nos énormes capitaux et de nos postes d’emploi et leur distribution.


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 novembre 2014 09:12

                                Shanan,
                                La différence est immense, c’est que les Traités européens ont ouvert les portes toutes grandes à la mondialisation.

                                Alors que les autres pays du monde, comme les USA ou la Russie, ou la Chine, ont conservé le contrôle des mouvements de capitaux, les taxes aux frontières etc,
                                 Ils se protègent quand ça les arrange, ce que les pays européens ne peuvent plus faire...
                                Essayez d’aller acheter une partie du patrimoine dans ces pays...


                              • Shanan Khairi Shanan Khairi 19 novembre 2014 18:20

                                Les pays européens possèdent plus de capitaux dans le reste du monde que l’inverse. C’est un fait. Le reste relève de la propagande.


                              • adrien50 adrien50 19 novembre 2014 19:48

                                Shanan Khairi, un petit lien que tu ferais bien de regarder :

                                https://www.youtube.com/watch?v=QUbIOMhzjeY


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 novembre 2014 22:18

                                Shanan,
                                Entre posséder des capitaux et pouvoir les faire circuler, sans que les Gouvernements ne puissent rien dire, il y a une différence qui s’appelle, « le contrôle des mouvements de capitaux » que tous les pays du monde pratiquent, sauf les pays de l’ UE, depuis le Traité de Maastritch 1992 .

                                 Document officiel de l’ UE, sur la fin du contrôle, qui parle pudiquement du milieu des années 90. 


                              • Shanan Khairi Shanan Khairi 19 novembre 2014 23:21

                                @Adrien50 : merci de m’épargner la propagande de sectes ultra-nationalistes. Asselineau... quelle pitié.


                              • Shanan Khairi Shanan Khairi 19 novembre 2014 23:31

                                Peu importe. Cela ne change rien à la réalité que j’ai décrite. Par ailleurs, seule la Chine impose des contrôle sur la circulation des capitaux out et in de son territoire. Vous confondez circulation des capitaux et investissements. Quant à ces derniers, les règles sont fixées par l’OMC et les mêmes pour tous. De temps en temps des entorses sont faites, mais elles sont sanctionnées à coups d’amendes et tout à fait marginales.
                                Le temps où l’Europe dictait sa loi au reste du monde est révolu. La France devra s’y faire comme les autres. Les PVDs sont en phénomène de rattrapage et ce mouvement se poursuivra pour un siècle ou deux.
                                Vos politiciens qui se proposent de répondre à la crise qu’ils ont eux-mêmes été incapables de prévenir par de l’isolationnisme sont des imbéciles. Vouloir détruire l’intégration financière est stupide. La réponse à apporter est autre : s’atteler maintenant à construire une intégration fiscale et sociale, d’abord à échelle régionale puis inter-régionale.


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 novembre 2014 09:31

                                Shanan,
                                1- Pour pouvoir investir, il faut d’abord déplacer les capitaux.
                                * De la France vers les pays où l’on souhaite délocaliser.
                                * Des pays étrangers vers la France.
                                Cela s’appelle, soit la libre circulation des capitaux, c’est le cas de l’ UE
                                Soit une régulation des mouvements de capitaux, c’est ce qui existait en France avant Maastritch.


                                L’opposition entre capitaux et investissements, que vous faites, est donc factice et montre que vous ne connaissez pas grand chose au domaine économique..

                                Vous parlez de contrôles, et d’isolationnisme. Ce qui n’est pas la même chose non plus.
                                La Corée du nord est isolationniste.
                                Tous les autres pays du monde ont conservé un contrôle du mouvements de capitaux.

                                Si vous parlez de régulation, alors vous dites exactement ce que propose l’ UPR, que vous qualifiez de « nationaliste ».

                                Le mieux serait quand même de s’informer avant de juger... 


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 23 novembre 2014 21:51

                                Shanan,
                                Ce n’est pas l’ UPR qui a rédigé les Traités européens !


                              • lisca lisca 24 novembre 2014 09:09

                                « Le temps où l’Europe dictait sa loi au reste du monde est révolu. »

                                Affirmation simpliste, infondée, non scientifique, visant à justifier une prise de pouvoir totalement sournoise d’un système néo-esclavagiste déguisé en vengeance vertueuse.

                                Le temps où les peuples européens (essentiellement artisans indépendants et paysans, donc sédentaires, ou parfois marins, métier alors très dur, ou explorateurs, métier très courageux, ou artistes, alors un vrai métier, ou écrivains, idem) se tuaient au travail pour investir des infrastructures et une mécanisation libératrice dans un monde alors peu ou non développé, fonctionnant la plupart du temps sur des systèmes obsolètes d’esclavage cruel (l’Algérie sous babouche turque par exemple), ce temps est peut-être révolu, mais les Européens continuent de se tuer au travail pour d’autres qu’eux-mêmes, quand ils ne sont pas mis en inactivité forcée et sous dépendance par le néo-esclavagisme qui s’installe en Europe.


                              • smilodon smilodon 19 novembre 2014 21:38

                                De toute façon, l’argent du « contribuable français » n’est destiné qu’aux « autres » !... Grand bien leur fasse !.... Ca fait plus de 40 ans que je bosse, 40 ans que je « contribue », et 40 ans que c’est la « crise » !.... Alors bon, j’ai bien compris que si je pouvais vivre encore 40 ans, rien ne changerait pour moi, et qu’en 2054 ce serait toujours la « crise » !.... Plus besoin de me faire un dessin !.... Si on avait « occupé » nos impôts, nos taxes, nos retraits sur salaires et notre TVA à arranger la vie de ceux qui l’ont faite et la font encore, sans vouloir sauver le monde entier à n’importe quel prix (ce qui est impossible), on en serait pas là !.... On en serait pas au point où ceux qui payent pour la misère du monde, sont sur le point de devenir plus miséreux encore !....... Nulle question de « couleurs » ou « d’origine » dans mes propos. Juste un système de « vases communicants » qui est en train de se renverser !..... Accueillir toute la misère de monde, ne pourra que rendre chacun plus miséreux !... C’est simplement « mathématique » !....... Ce « système » va péricliter parce qu’il n’est pas viable. Il ne l’est pas !....Adishatz.


                                • lloreen 23 novembre 2014 12:04

                                  Participez à un autre fonctionnement sociétal si tel est votre choix.
                                  Un tas d’ alternatives existent.Il suffit de se renseigner puis de faire passer les informations.

                                  http://www.villagedurable.com/

                                  Extrait (Source:lien).

                                  Dans le sillon des associations de défense de la terre et des valeurs humaines, Village Durable est un label à visée sociale et écologique ayant pour mission de développer la solidarité et les échanges au sein des villages en créant des synergies entre les habitants actifs et les habitants inactifs de ces villages participants. L’enjeu est avant tout communautaire puisque le projet est un projet bénévole dans lequel tous les acteurs seront membres actifs de cette aventure participative et collaborative.

                                  Sur ce site vous pourrez inscrire votre village puis ajouter ou répertorier des échanges de services. Une seconde partie sera dédiée au troc de produits et d’objets.

                                  Exemple : Marc est un travailleur très actif et célibataire qui n’a pas le temps de s’occuper de son potager ni de son jardin et est obligé de manger des surgelés et des plats tout faits du coup il peut décider d’ajouter une fiche de demande de service sur l’espace consacré à son village et des personnes intéressées pourront alors répondre à son offre via le site en proposant de prendre par exemple une partie de la récolte ou bien en demandant une contre partie en bien ou service… les possibilités sont infinies puisqu’il s’agit là d’un retour pur et dur aux valeurs du troc en prévision des temps durs qui arrivent…

                                  En re-répartissant les richesses, le travail et les services entre les habitants d’un village, nous permettons à chacun de faire des économies dans la vie de tous les jours, de tisser un lien avec ses voisins de village, de se sentir utile à la communauté et à l’amélioration du bien-être et de la vie au sein du village.

                                  Il y a aussi cette initiative très intéressante des incroyables comestibles à faire prospérer au moment où les malfrats de Monsanto voudraient imposer leurs graines manipulées...

                                  http://www.incredible-edible.info/

                                  Les malfrats de Monsanto et leurs graines génétiquement modifiées.

                                  https://www.youtube.com/watch?v=Uqx3xCh-kVc

                                  Chacun doit agir et réagir pour faire front contre ces fossoyeurs de l’ humanité. Faites-le pour vous même, vos enfants et petits-enfants. Ne leur laissons pas une décharge stérile.


                                  • lloreen 23 novembre 2014 12:33

                                    Il y a aussi un excellent lien francophone que je vous invite à consulter.

                                    http://eyeswideopen.over-blog.com/

                                    Les initiatives sont légion mais la propagande assénée peut faussement laisser penser qu’ il n’ y a que la politique des fantoches vendues à la finance mondialiste et que le monde est laid.
                                    Or c ’est exactement l’ inverse qui est vrai.

                                    Un nouveau monde émerge et ceux qui ont les yeux et les oreilles ouverts le remarquent tous les jours et apportent leur pierre à l’ édifice pour le faire émerger à la vue de tous un peu plus tous les jours.
                                    Ne serait-ce que l’ émergence des BRICS, qui ouvre la perspective de la fin des escrocs à la tête de leurs multinationales gouvernementales.

                                    Les anciens pouvoirs sont forclos depuis le 25 décembre 2012.

                                    Vous trouverez toutes les informations en lien.
                                    http://sans-langue-de-bois.eklablog.fr/un-groupe-d-avocats-contre-le-systeme-decident-de-corriger-les-injusti-a80445134

                                    Extrait (source:lien).

                                    "

                                    Quand nos Gouvernements sont-ils devenus des sociétés ? Tout a commencé avec l’introduction du système bancaire dénommé, la Réserve Fédérale. Lorsque le décret de la Réserve Fédérale fut voté par le congrès aux Etats Unis en 1913, le Député Charles Lindbergh a prévenu le Congrès Américain dans un registre du Congrès daté du 22 décembre 1913 (vol. 51), qu’en instituant le système privé de la Réserve Fédérale, la conséquence inévitable serait qu’en utilisant le pouvoir de créer la monnaie, permettrait de provoquer l’inflation et la déflation de l’économie, et les grandes entreprises prendraient le contrôle. Selon les termes du député Lindbergh : “A partir de maintenant, les dépressions seront créées scientifiquement”. Et elles le sont. En 1929, les « pouvoirs du passé » ont délibérément fait chuter la bourse. Comment ? Les fluctuations des titres de la bourse sont causées par l’émotion. Avant le crash de 1929, on a créé une euphorie qui a généré une période d’inflation. Les pouvoirs aux commandes ont vendu leurs titres à prix élevé, puis créé la panique sur la baisse dans le marché. Lorsque les cours se sont effondrés, ils ont racheté leurs titres pour une bouchée de pain – et éliminé la concurrence aux abois du même coup. En bref, la Grande Dépression de 1929 a été générée artificiellement afin que les grandes entreprises qui contrôlaient  la bourse puissent en profiter pour prêter aux gouvernements l’argent nécessaire pour sortir de l’effondrement qu’elles avaient provoqué. Les nations souveraines ont finalement été forcées de signer des emprunts qui, par leur nature même, ne pourraient jamais être remboursés. Et comme les dettes souveraines ne cessaient de s’accroître, le paradigme de « l’esclavage par l’endettement » a été formalisé … et les grandes entreprises ont pris le contrôle. De nos jours, les multinationales Gouvernementales continuent de feindre d’être les vrais gouvernements. Le Système des Banques centrales (qui domine actuellement les économies occidentales) continue d’alterner les périodes de ‘boom des marchés’ et de ‘dépression des marchés’ en restreignant ou relâchant stratégiquement l’émission de monnaie et de crédit. L’actuelle Crise Financière Mondiale en est un parfait exemple. Et en même temps, les grands médias jouent leurs rôles en manipulant les humeurs de la bourse sur les marchés et en facilitant les contre-vérités politiques. Mais la campagne judiciaire complexe entreprise par l’OPPT a mené à la saisie des avoirs et propriétés du système des grandes  multinationales. Toutes les sociétés privées, y compris les systèmes gouvernementaux et bancaires, ont été saisies de leurs avoirs en utilisant leurs propres mécanismes de législation/réglementation commerciale. En langage juridique, cela signifie la fin pour les anciens Trust du vieux système et le début pour les nouveaux ! Alors est-ce le « renversement du Gouvernement » ? Non – c’est le renversement des grandes multinationales qui se sont comportées comme des gouvernements. Si vous comprenez que les «  Gouvernements » sont en fait des entreprises privées qui ont, par ruse, altéré les constitutions des nations souveraines, leur acte de décès était un fait programmé à venir. La fraude du gouvernement est réelle. Et finalement – par leur incapacité à réfuter les accusations basées sur le CCU (le Code de Commerce Uniforme) – l’imbrication des multinationales gouvernementales dans son ensemble se trouve coupable de fraude, de trahison et d’esclavage. En vertu du droit international, l’OPPT a le droit d’exiger la réparation par dédommagement de ces crimes. Celles-ci ont choisi la saisie de leurs avoirs et la cessation de leurs activités de grandes entreprises, banques et gouvernements en tant que responsables ainsi que la confiscation de leurs titres et avoirs des infrastructures légales – y compris l’or et l’argent détenus comme garanties par le système financier – pour les transférer entre les mains de l’OPPT. N’y pensez pas en termes de renversement, mais comme la saisie de biens usurpés. Les poursuites en justice de l’OPPT récupèrent ce qui nous appartient en tant qu’êtres souverains sur cette planète. La loi Universelle, la Common Law et le C.C.U. sont maintenant la loi applicable sur cette planète."

                                    • lloreen 23 novembre 2014 12:44

                                      Chacun se trouve donc confronté à un choix .
                                      Soit continuer à gémir, à se plaindre ou alors être souverain de ses actes et de ses choix et s’ engager.

                                      Tout en sachant bien sûr, que ceux qui ont été contrés - qualifiés de pouvoirs qui étaient« -continuent à agir comme si de rien n’ était en promulguant, des lois illégitimes, signant des traités nuls et non avenus, inondant les ondes de leur propagande pour continuer leur manipulation.

                                      A titre d’ illustration voilà leur façon de procéder. Elle n’ est pas très originale et ne change pas. Ce qui à la longue finit par interpeler...

                                      Extrait (Source:lienhttp://fr.sott.net/article/23935-TransCanada-ou-l-exemple-concret-d-une-manipulation-de-l-opinion-publique-a-grande-echelle)

                                       »Les documents secrets élaborés par Edelman se sont retrouvés, grâce à un informateur anonyme, dans les mains de Greenpeace qui les a transmis aux médias. La centaine de pages exposant la stratégie Edelman contient des méthodes jugées très déloyales par certains observateurs, « aussi sales que leur pétrole » selon d’autres.

                                      Jugez-en :

                                      - Créer de toutes pièces une mobilisation citoyenne en recrutant 35 000 activistes pour écrire des articles favorables ou en commenter d’autres sur Internet et en particulier sur les médias sociaux.
                                      - Tenter de mettre de leur côté des universitaires « car ils sont particulièrement crédibles aux yeux des Québécois » en organisant « une campagne de financement majeure » d’une université québécoise pour la recherche environnementale.
                                      - Tenter d’entrer en relation avec des « personnes d’influence, potentiellement favorables au projet ». Une liste contenant plusieurs noms est fournie : on y trouve d’anciens Premiers ministres, des maires de grandes villes (Montréal, Québec), différents PDG, etc.
                                      - Contrer les opposants au projet en travaillant avec des tierces parties que « nous armerons de l’information dont ils ont besoin pour leur mettre de la pression et les distraire de leur mission ».
                                      - Faire une « recherche de fond détaillée sur les principaux groupes d’opposition ».
                                      - Etc. "


                                      • lisca lisca 24 novembre 2014 09:20

                                        En admettant, ce qui paraît douteux, que les sino-chose fondent des emplois, qui a envie d’avoir un patron chinois en France ?
                                        C’est déjà dur en Chine.
                                        L’Europe est devenue ce qu"elle est (ce qu’elle fut avant 1914) parce que son peuple y était relativement libre.
                                        L’artisan avait son échoppe, l’Européen possédait souvent sa maison et son champ.
                                        L’Europe aux européens, et pour cela, il faut des frontières, du contrôle.
                                        Sinon, automatiquement : esclavage.


                                        • lisca lisca 24 novembre 2014 09:33

                                          J’ai revu hier un film des années 90.
                                          La vie rêvée des anges.
                                          Les jeunes protagonistes travaillaient dans une usine d’assemblage textile à Lille. rien d’enviable, mais du boulot.
                                          Le patron était étranger. Les ouvrières françaises.
                                          Puis elles se faisaient embaucher dans une boîte de nuit.
                                          Le patron était « français » en théorie, pas vraiment chti en apparence, mais ne fichait rien de la journée ; c’était un héritier, à mentalité non européenne. En europe, ouvrier ou patron, on bosse, on se cultive, on s’active. Lui traînait, c’était sa vie.
                                          Il profitait de cette vie dans laquelle il n’avait pas fait ses preuves ; et éventuellement des filles à son service.
                                          Aujourd’hui, vers Lille, il n’y a plus guère que des étudiants et des chômeurs ou allocataires. Les rares emplois sont restés « de service » ou pénibles, souvent déplacés vers des étrangers importés par le mondialisme, sans l’avis des autochtones, qui n’étaient déjà pas vernis.
                                          Ouvrier européen, patron européen, puis ouvrier étranger, patron étranger, puis aucun patron petit ou moyen, aucun ouvrier protégé, aucune indépendance quelle qu’elle soit, esclaves sans vie ni personnalité ni culture, et employeur collectif sans feu ni lieu, sans foi ni loi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès