• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’auto-entrepreneur : facteur de concurrence déloyale, privilège (...)

L’auto-entrepreneur : facteur de concurrence déloyale, privilège fiscal, gadget entrepreneurial ?

Faut dire qu’il n’y a pas grand chose à y redire de ce tout nouveau régime hyper simplifié de l’auto-entrepreneur, tellement il est au point..., à tel point que certains trouverons ça suspect ou vous inviteront à attendre, attendre que d’autres épluchent les vices cachés ou dévissent sur les exceptions. D’autres, j’ai lu ça quelque part, vous expliqueront que c’est une forme de légalisation du travail au noir et un blanc seing (cool) donné aux vendeurs non déclarés qui iront encore plus polluer un marché déjà encombré où il n’est pas facile d’identifier les vrais professionnels, comme si le fait de maintenir un marché parallèle suffisait à le rendre plus transparent. Pour le Syndicat national unifié des impôts (SNUI), une organisation de joyeux entrepreneurs, rien ne justifie que le statut d’auto-entrepreneur (qui n’en est pas un) soit déconnecté du droit commun et considère qu’en soit, c’est une rupture de l’« égalité de traitement » devant l’impôt là où d’autres encore vous expliquerons qu’au contraire la fiscalité du régime de l’auto-entrepreneur est beaucoup plus lourde qu’on ne veut bien le dire. L’auto-entrepreneur : facteur de concurrence déloyale, privilège fiscal, gadget entrepreneurial ?

La réalité est tout autre car ce nouveau régime de l’auto-entrepreneur, c’est tout abord un engouement populaire sans précédent, malgré les doutes légitimes ou les interrogations encore posées. Plus de 40000 inscriptions au 1er mois de lancement, dont deux tiers se sont faites en ligne sur www.lautoentrepreneur.fr, des objectifs revus très largement à la hausse par les services de Novelli qui tablent dorénavant sur 300000 nouveaux entrepreneurs en fin 2009. Il n’y avait qu’à observer le stand de l’auto-entrepreneur au Salon des Entrepreneurs les 4 et 5 février derniers, Porte Maillot, si tant est qu’on ait pu l’approcher, « full complet » du début à la fin, sans compter la conférence plénière chargée à bloc de ses plus de 10000 auditeurs, temps de crise oblige bien sur, mais pas seulement. Le ton est donné, ce sont bien les personnes, prises dans leur individualité qui sont en train massivement de construire le succès de cette initiative parce que tout simplement cela vient combler un vide et cela répond a un besoin fondamental.

Premier constat, au-delà des chiffres, au delà des caractéristiques techniques de ce nouveau régime « minceur », pour la première fois, nous assistons à une vraie rupture, certains vont jusqu’à parler de révolution. Car chacun peut dorénavant, quelque soit sa situation (et sans prise de tête) devenir son propre boss. Si l’on pousse le curseur un peu plus loin, cela veux dire surtout que chacun peut, dorénavant et beaucoup plus qu’avant, mettre du sens à ses projets et à ses rêves, tout simplement, devenir entrepreneur, ne serait ce que pour réaliser enfin que « …l’audace a du génie, du pouvoir, de la magie »
Car il y a beaucoup à entendre avec ce nouveau régime de l’auto-entrepreneur et cela relève autant du registre des affects, de l’envie et de l’espérance que de celui de l’économie.

Alors bien entendu, l’efficacité de ce dispositif sera aussi la capacité de chacun à traduire son projet en monnaie presque sonnante. Que signifieraient 300000 auto-entrepreneurs dont 80% n’auraient fait qu’ajouter leur nom à une liste, pour se retrouver radiés, de facto, un an après une pseudo tentative. Le succès, au-delà du label « auto-entrepreneur », se mesurera par l’activité réelle dégagée par les néo-entrepreneurs ainsi qu’au nombre de ceux, qui fort de leurs réussites iront alors migrer vers les rangs des entreprises dites « traditionnelles ».

Mais je fais le pari que même s’il est probable qu’on assiste à une forte volatilité des candidats auto-entrepreneurs, que même si tout n’est pas aussi bien ficelé qu’il n’y paraît et que des ajustements sont encore nécessaires pour venir corriger les cas particuliers, que même si l’expérimentation et l’appropriation de ces nouveaux modes de travail n’en sont qu’à leurs débuts et que par définition nous n’en avons pas encore le retour, je fais le pari, donc, que le succès sera au rendez-vous, car c’est avant tout une question d’oxygène, ou plus exactement de respiration, et de cela nous en avons tous la plus impérieuse des nécessités.

..........

Pour en savoir plus sur le régime de l’auto-entrepreneur, car je ne m’étendrai pas sur les aspects techniques parfaitement décrits par ailleurs, je vous invite à découvrir cette vidéo réalisée par Jean-Paul Debeuret, créateur notamment de la Caravane des Entrepreneurs : l’auto-entrepreneur en pratique sur www.tvdesentrepreneurs.com

http://www.tvdesentrepreneurs.com/permalink-8284/lautoentrepreneur-en-pratique.aspx

Ou encore l’intervention d’Alain Bosetti, président du salon des micro-entreprises sur www.newzy.fr : Auto-entrepreneur : pourquoi pas vous ?

http://www.newzy.fr/pro/entreprises/auto-entrepreneur-pourquoi-pas-vous.html

Sans oublier l’incontournable, le portail officiel de www.lautoentrepreneur.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • fredleborgne fredleborgne 25 février 2009 18:21

    Je retiens certains passages qualifiant ce statut de révolutionnaire. En effet, il redonne à chacun le droit d’entreprendre "facilement".
    Ensuite, qu’il y ait des imperfections, cela ne m’étonne pas. Si ce statut devait être trop déstabilisant pour le reste, il faudrait pouvoir le torpiller.
    Je ne peux encore en parler "d’expérience". Mais j’avoue être tenté.
    Bravo d’avoir su en faire un article positif, malgré le titre.


    • Alpo47 Alpo47 25 février 2009 19:55

      Donner à tous la possibilité de vivre de son travail, de prendre des initiatives sans risquer tous ses biens, de travailler à son compte... OK.
      Et, en même temps, l’avantage principal du statut d’autoentrepreneur me semble être ... pour les employeurs.
      On a déjà proposé à un de mes proches, en retraite, de revenir travailler (transports), au coup par coup, avec le statut d’autoentrepreneur.
      Avantage principal pour l’entreprise : PAS DE CHARGES PATRONALES (20 à 40%) à régler.


    • jacques jacques 25 février 2009 20:30

      Le risque de ce statut est de créer une nouvelle race d’employé corvéable à merci et sans droit.Mais en dehors de ce risque majeur, l’idée est bonne.


    • xa 26 février 2009 15:13

      "Le risque de ce statut est de créer une nouvelle race d’employé corvéable à merci"

      Euh ... non justement. Si vous êtes auto-entrepreneur, vous n’êtes plus employé. Vous gagnez la possibilité de dire "non, je ne prends plus de contrat, je n’ai pas le temps, pas l’envie, ...."

      Le risque, c’est plutôt qu’un autoentrepreneur, au même titre qu’un indépendant, ne sache pas se limiter en terme de charge (si je prend des vacances c’est une perte sèche => je ne prends pas de vacances), et bien sûr de ne pas dépendre d’un seul client (sinon le lien de subordination réapparait très très vite).


    • Radix Radix 25 février 2009 19:22

      Bonjour

      Je pense qu’il faut dissocier l’idée de la volonté sous-jacente.

      L’idée est séduisante, valorisante etc...

      Le but est de faire baisser le nombre de chômeurs indemnisé, car un patron qui fait faillite n’a pas d’allocations chômage.

      Le taux de faillites la deuxième année est faramineux !

      Mais après tout comme le plein emploi ne reviendra jamais peut-être que certains s’en tireront, pour les autres...

      Radix


      • xa 26 février 2009 15:21

        Techniquement, il est difficile de faire faillite avec ce nouveau statut ... Il est prévu pour du travail "basique", une petite activité. Il exclut toutes dépenses administratives s’il n’y a pas en face de rentrée d’argent. Il n’est pas prévu pour faire du gros commerce, ni du développement. 

        Du coup vos frais généraux sont nuls, si vous ne facturez rien. Et si vous facturez moins que cela ne vous coûte ... vous méritez de faire faillite.


      • Yohan Yohan 25 février 2009 19:33

        Rien à redire en effet. Vu la situation de l’emploi en France et les tracasseries administratives et fiscales encore persistantes qui brident la création, il était temps que ça arrive. Il y a des jaloux comme toujours. Moi je préfére regarder le verre plein et imaginer l’élan positif et le débridage qu’il sous tend. De plus, avec tous ces nouveaux entrepreneurs suscités, il faut bien voir que ce sont pour certaines des start up en herbe qui grandiront et créeront de l’emploi.
        Personne ne devrait se plaindre et si il y a qq chose à réclamer, c’est d’assouplir au maximum pour le plus grand nombre d’entreprises déjà existantes.
        Il y a bcp de porteurs de projets qui n’avaient besoin que de ça pour se lancer. Faire l’expérience de la création d’entreprise, il n’y a pas plus formateur
        On ne va donc pas, encore une fois, faire la fine bouche et pinailler sur ce statut


        • Yohan Yohan 25 février 2009 19:36

          PS merci à l’auteur de positiver, pour une fois sur agoravox !


          • LaEr LaEr 26 février 2009 13:22

            Disons que pour une fois, il y a enfin une proposition de Sarko qui tient la route...Comme quoi, tout arrive !

            Là, il y a une réelle bonne idée et une volonté de simplifier cette administration tueuse d’initiatives. Bien sûr, des abus pourraient arriver, mais de toute façon, l’être humain est assez pervers pour réussir à détourner n’importe quoi.


          • Traroth Traroth 26 février 2009 18:35

            L’idée est bonne, mais le texte est lamentable d’imprécision. Par exemple :

            - je suis salarié et auto-entrepreneur avec 0€ de CA actuellement. Je perds mon emploi. Est-ce que j’ai droit aux ASSEDIC ? Si non, pourquoi est-ce que je cotise en tant que salarié, au fait ?

            - je suis chômeur. Je lance mon auto-entreprise. Ca ne marche pas bien, et après avoir fait du CA pendant quelques mois, je n’ai plus de rentrée d’argent. Est-ce que je touche les ASSEDIC ?

            - Je suis salarié et auto-entrepreneur, et je gagne de l’argent en même temps de mes occupations. Je perds mon emploi, puis quelques temps après, je ne fais plus de CA. Est-ce que j’ai droit aux ASSEDIC ?

            En l’absence de réponse sur ces points (pas trouvé sur le site web), et tous les autres du même genre qu’on peut encore trouver (sur les ASSEDIC, mais aussi la retraite, la maladie, etc), je dirais que ça ressemble beaucoup à un piège à con pour faire perdre leurs droits aux gens. Droits pour lesquels vous cotisez toute l’année, je le rappelle.


          • foufouille foufouille 25 février 2009 20:47

            truc bien pour essayer mais sans plus
            y en a plein qui vont etre dans la merde au bout de 6 mois


            • bestof32 bestof32 25 février 2009 21:46

              Le rêve le plus fou de nos patrons en train de se réaliser : l’ntreprise sans salarié.
              Dans 20 ans il y aura 30 millions d’AutoEntrepreneurs, Plus de charge, plus de congé, plus d’arrêt maladie, plus de grève, juste trente millions de sous-traitants qui se battront pour décrocher un contrat,
              le travail allant au moins disant.
              Le tiers monde est à nos portes.


              • Yohan Yohan 25 février 2009 22:06

                Bestof

                celle là il fallait l’oser. Je vous décerne le prix citron de l’année


              • Yohan Yohan 25 février 2009 22:10

                Ceci dit Bestof quand on lit ce genre d’aigreur typique des gens qui haïssent les entrepreneurs sauf le pognon qu’ils leur filent, ça donne effectivement l’envie de ne créer que pour soi et de laisser les sots se démerder pour s’assumer.


              • foufouille foufouille 26 février 2009 10:32

                @ yohan
                vu le peu de cotisations, il a pas tort
                salarie en gros 100% du net
                travailleur independant non salarie 45%
                auto entrepreneur 20% du CA
                avec ca tu as juste la secu
                pas de retraite, etc


              • Emile Red Emile Red 26 février 2009 10:39

                Pourtant, Yohan, il n’a pas tord, mon fils cadet est auto-entrepreneur, après un an et demi de chomage, dans l’entretien des parcs et jardins.
                Son premier client fut une boîte dont le patron lui a dit : " Je vais pouvoir virer le personnel d’entretien qui me coûte beaucoup plus cher que vous".
                En controlant factures et charges on comprend bien pourquoi, la sécu et les caisses retraite vont faire grise mine à la longue et par ricochet, nous aussi...


              • oncle archibald 26 février 2009 13:52

                 Les charges sociales il faut les prélever sur le revenu et non pas sur le travail, un seul impot, l’ISR pour tous et par tranches à taux progressif. Et rien d’autre, plus de cotisations retraite, maladie, chomage... tout le monde cotise aux besoins sociaux suivant ses revenus, et c’est l’état qui gère tout ce pognon d’utilité publique, point barre . Et nous pourrons donc tous être si c’est possible auto-entrepreneurs, ou membres d’une scop, ou salarié d’une multinationale, suivant les possibilités qui s’offrent à nous. Liberté, égalité, fraternité ! Bordel !


              • Lucie Vivien 26 février 2009 14:07

                N’importe quoi ! Un auto-entrepreneur n’est pas un sous-traitant ! Et, à la limite, il vaudrait mieux être un sous-traitant qui choisit ses contraintes et ses libertés qu’un salarié esclave de son patron qui lui choisit même la date de ses vacances


              • xa 26 février 2009 15:33

                @foufouille

                Un indépendant a des charges calculées sur son CA, pas sur son salaire. Comme l’autoentrepreneur. La différence ? Un indépendant verse en gros 33% de son CA àl’Urssaf, et le jour où il redevient salarié, il paye pendant encore un an (le temps que l’Urssaf se rende compte qu’il n’est plus indépendant).

                Dans les charges de l’autoentrepreneur, il y a la sécu, la retraite sécu et la retraite complémentaire obligatoire. Certes, ce n’est pas lourd, mais c’est inclus (comme pour l’indépendant d’ailleurs). Certes, derrière s’il veut avoir de quoi vivre à la retraite, il faut qu’il prévoit en plus (ce qui augmente le taux de cotisations réels).

                Mais il faut retenir, quand même, que les charges sont à 20%, en gros, du CA. On ne déduit pas les frais nécessaire à l’activité (frais de déplacements, fournitures, etc...).


                Pour un salarié, les cotisations sont effectivement d’environ 1x le net (ce qui donne un taux de cotisations de 50% du "CA" du salarié). Mais, comme vous l’avez souligné, le salarié a droit au chomage.


              • Yohan Yohan 26 février 2009 18:49

                @ Foufouille
                Les déclarations à l’emporte pièce de Bestof ne me feront pas changer d’avis. J’ai assez d’expérience aujourd’hui du monde du travail pour éviter les poncifs grossiers du genre "entrepreneurs salauds" "salariés bétail". ^Même si ça existe, la vérité est qu’il y a des salauds des deux côtés.
                Les auto entrepreneurs ne menaçent en rien l’entreprise, il y a de la place pour deux. 
                Mais en France, il y a une méfiance vis à vis des entrepreneurs qui est proprement insupportable.
                Venez faire un tour au Greffe, vous y verrez des entrepreneurs très simples, pas salaud du tout, et harassés, des gens comme monsieur tout le monde, qui bossent 80heures par semaine et qui se payent des clopinettes, et qui pourtant ont mis toutes leurs économies dans leur petite boite et qui en font vivre d’autres.


              • Traroth Traroth 27 février 2009 10:57

                Ouais... enfin des salariés qui se comportent comme des "salauds" avec leur employeur, j’en connais pas, moi. L’inverse par contre, je connais, j’ai même vécu.


              • Traroth Traroth 27 février 2009 14:26

                @Yohan : C’est marrant, quand on vous lit, on a l’impression que les entrepreneurs sont des philanthropes. Chacun jugera de la crédibilité de ce que vous racontez...


              • foufouille foufouille 25 février 2009 22:03

                haddock, t’as jamais ete malade ?


              • babz 26 février 2009 17:45

                quand on est à son compte ....on a pas le droit...
                mais c’est un privilege que d’etre à son compte...
                le pouvoir de dire merde
                sans compter le black smiley


              • Goldy Goldy 25 février 2009 22:46

                C’est marrant, j’ai passé la soirée à me renseigner sur le status d’auto-entrepreneur, dois-je concidérer cette article comme un signe ? smiley


                • Emile Red Emile Red 26 février 2009 10:44

                  C’est encore le vieux J, ce quart de poulet qu’a fait des siennes, après nous avoir traité d’européens à faible constitution ?


                • Vincent 26 février 2009 11:23

                  J’ai du mal à voir l’innovation dans ce nouveau statu,

                   

                  Auparavant il existait, le statu de micro entreprise et / ou de travailleur indépendant.

                  Le statu de micro était essentiellement réservé aux salariés qui souhaitaient avoir une activité supplémentaire et complémentaire à leur job.

                   

                  Le statu de travailleur indépendant pour tout autre personne qui voulait bosser dans les services, consultant, négociateur immobilier, sont les principaux exemples qui me viennent en tête.

                   

                  Par exemple la plus part des agences immobilières ne prennent plus que des indépendants auxquels ils établissent un contrat de mandat définissant leur périmètre, leur commissions et éventuellement les clauses de non concurrence, ainsi plus de cotisation patronale à verser pour l’agent immobilier propriétaire de l’agence, et pour l’indépendant environs 35% de cotisations.

                   

                  Avec possibilité pour les deux de rompre le contrat de mandat à n’importe quel moment.

                  Par ailleurs je doute que cela fasse sortir du bois certain E-bayer mais bon on ne sait jamais.

                  Maintenant reste à savoir si l’administration va suivre, car pour info il y a eu fusion en les RSI et les autres caisses d’assurance, le guichet unique ils appelle ça, je puis vous assurer que depuis deux ans, c’est un sacré bordel et que régulièrement nous recevons des injonctions de payer des cotisations sociales que nous avons déjà payées.

                   

                  Alors maintenant que l’on ajoute un étage supplémentaire, sans ajouter de personnel supplémentaire pour traiter les bug informatique ou les incompétences des personnels, ça risque d’être sportif pour ceux qui ont décider de rentrer dans le rang.

                   

                  Enfin dernier petit truc qui a tout de même son importance, allez voir un société classique et proposez lui une facture en franchise de TVA, vous allez voir la réaction.

                   

                  Aller ne soyons pas pessimiste, au moins cela fera diminuer le nombre officiel de chômeur


                  • xa 26 février 2009 15:45

                    L’auto entrepreneur est un statut de micro entreprise (limitation à 32k de CA dans le domaine des services, 80 dans le commerce). 

                    En "travailleur indépendant", vous devez choisir un statut. Vous avez le choix (selon votre domaine) entre profession libérale, artisan, entreprise individuelle (dite aussi en nom propre), EURL, ...

                    Chaque choix a ses avantages et ses inconvénients. En EURL, votre responsabilité est limitée, mais vous avez les lourdeurs de la SARL. En EI, vous êtes redevable sur l’ensemble de vos biens (sauf résidence principal). En autoentrepreneur, vous n’avez pas les optimisations fiscales des statuts prédédents (imposition sur la base du CA, pas des bénéfices).

                    C’est donc juste un statut léger, permettant de tenter une activité annexe sans contrainte aussi forte que les anciens status, ou de débuter une activité. Ensuite, si vous sortez du cadre micro-entreprise, vous n’êtes plus auto-entrepreneur (vous devez mettre à jour votre statut en conséquence).


                  • Vincent 26 février 2009 15:57

                    Oui en gros l’ancien principe de la micro entreprise.
                    pour l’Ei il faut faire une déclaration d’insaisissabilité, tout comme l’auto entrepreneur d’ailleurs.


                  • xa 26 février 2009 16:02

                    "Par exemple la plus part des agences immobilières ne prennent plus que des indépendants auxquels ils établissent un contrat de mandat définissant leur périmètre"

                    Hum... La profession d’agent commercial (les indépendants en immobilier) est réglementée. En particulier, la clause de non concurrence concerne l’impossibilité pour un agent co de travailler pour une autre agence tant qu’il est sous contrat. En cas de rupture de contrat, il n’y a plus de clause de non concurrence (contrairement au salarié qui peut se voir interdire pendant 2 ans d’exercer une activité concurrente sur un secteur donné, avec une contrepartie indemnitaire correspondante). Et bien sur, pour être agent co, il faut sa carte professionnelle, il ne suffit pas de dire "je veux êter agent co" pour le devenir.


                    "
                    ainsi plus de cotisation patronale à verser pour l’agent immobilier propriétaire de l’agence"
                    Certes, mais les agents co ont une commission beaucoup plus élevée que les agents immobiliers (qui eux sont salariés). Pour un patron d’agence, l’agent co a comme avantage de ne couter que lorsqu’il vend (ou rentre du mandat). Il a comme inconvénient de ne pas être un salarié (un agent co gère son temps comme il l’entend tant que cela n’impacte pas le fonctionnement normal de l’entreprise, il peut donc "décider" de partir à 16h, sauf s’il est de permanence).

                    Autre chose, le propriétaire de l’agence n’est pas nécessairement un agent immobilier. Mais une agence doit avoir un titulaire de la carte professionnelle (donc un ancien agent immobilier) pour pouvoir exercer. Ce titulaire de la carte pro peut parfaitement être un directeur salarié, et non le propriétaire de l’agence.


                    Les agences immobilières que je connais remplace les agents co par des salariés, justement parce que les salariés sont plus corvéables, malléables et encadrables que les agents co.


                    "
                    Avec possibilité pour les deux de rompre le contrat de mandat à n’importe quel moment."

                    Pas à n’importe quel moment. Soit à la reconduite du contrat, soit d’un commun accord avec l’agent co. On ne rompt pas un contrat "quand on en a envie", mais quand on peut le faire légalement.



                  • xa 26 février 2009 16:14

                    "Oui en gros l’ancien principe de la micro entreprise."

                    Non, vous n’avez pas compris.

                    La micro entreprise est un régime fiscal, ca n’a rien à voir avec le statut social.

                    Auto-entrepreneur, c’est un nouveau statut social. Il vient en complément de ce qui existait, en apportant son lot d’avantage et d’inconvénients. Il a la particularité, contrairement à l’EI, l’EURL ou aux professions libérales en général, d’être contraint à respecter le statut fiscal de micro entreprise.


                  • saint_sebastien saint_sebastien 26 février 2009 11:50

                    je ne crois au remplacement du salariat par les auto entrepreneur. Les relations entre un patron et son employé, et un patron et un prestataire ne sont pas les mêmes. De plus dans le cadre du service , 32k euros max par ans quand on est à son compte et qu’on a aucun parachute en cas de problème ( pas d’assedics , etc... ) c’est chaud ! comment voulez vous louer un logement , faire un crédit en étant auto entrepreneur. 

                    Et je rappelle qu"on est imposé sur son chiffre d’affaire , pas ses gains donc pas d’investissement possibles(impossible de déduire les frais fixes , déplacements , repas , téléphone , internet , assurance pro ,sga , ect !! impossible de pratiquer les prix des autres professionnels qui ne pourront pas déduire la tva , donc obliger de vendre du service à 20% loins cher pour être compétitif, etc///). 

                    Ce n’est qu’une manière pour l’état de récuperer l’argent des vendeurs Ebays et autres , mais ce n’est pas forcement in tric à faire à temps , plein , quelle crédibilité a une société sans capital ? aucune...

                    Enfin , les % d’impots sont pour l’instant modérés , mais ils vont vite aller rejoindre les % des autres status , de plus l’auto entrepreneuriat ne dispense pas d’avoir assurance professionnel , etc non déductibles avant impots !


                    • Yohan Yohan 26 février 2009 14:56

                      Merci Arthur pour ce point d’éclaircissement.
                       


                    • foufouille foufouille 26 février 2009 15:03

                      @ arthur
                      80000 pour les marchandises
                      sans deductions de charges reelle, assurances, voiture, achat, etc
                      tu paye les cotisations sur tout le CA, pas sur ton salaire ..............


                    • saint_sebastien saint_sebastien 26 février 2009 15:32

                      Enfin, les déductions de TVA sont également possibles.

                      c’esr faux



                    • saint_sebastien saint_sebastien 26 février 2009 15:37

                      Etre opposé à un gouvernement n’interdit pas de rapporter avec justesse les réalisations de ce dernier car sinon, outre la perte de crédibilité ainsi engendrée pour l’opposition, à quel saint se vouer ?

                      je n’ai jamais dit que j’était opposé à quoique ce soit, mais je ne suis pas un cr*tin béni oui oui comme vous


                    • saint_sebastien saint_sebastien 26 février 2009 15:38

                      Vos informations sont erronnées :

                      les votres sont mensongères et partisanes, monsieur UMP


                    • xa 26 février 2009 16:06

                      @Mage

                      je confirme ce que dit foufouille : 80k maximum, et les cotisations sont payées sur le CA. Aucune déduction des frais, TVA, etc...

                      Les 2,2% d’imposition forfaitaire s’entendent sur le CA aussi., ce qui porte le prélèvement total à 23,5% du CA dans le cas "Autres prestations de services".


                    • foufouille foufouille 26 février 2009 17:40

                      "Il n’y a pas de TVA à reverser. Vous n’acquittez pas de taxe professionnelle les premières années (au maximum 3 ans)."

                      ce qui ne veut pas dire que tu puisse te le faire rembourser et faire du HT
                      tu ferait mieux de lire le forum


                    • babz 26 février 2009 18:01

                      étant donné qu’on ne paye pas de TVA ,on facture hors taxes donc pas d’incidence pour le client qui n’aura pas besoin de recuperer la TVA qu’il n’a pas payé...


                    • babz 26 février 2009 18:03

                      on ne paye pas de TVA donc on ne la recupere pas non plus...logique


                    • babz 26 février 2009 18:06

                      Si on opte pas pour le prelevement liberatoire de l’IR ,il est alors calculé sur le benefice,c’est tout un calcul à faire pour savoir ce qui est le plus valable


                    • chmoll chmoll 26 février 2009 12:27

                      ouvrir une boite dans s’pays,mème si j’y croirais dur comme fer à ma boite

                      ça relève du suicide

                      ceux qui viennende s’installer savent de koi il en retourne,pour les futurs c larme et sang

                      tention g pas l’intention de mettre la frousse,mais c une réalité


                      • Vincent 26 février 2009 14:31

                        Pour l’avoir fait il y a maintenant trois ans et pour en aider certain maintenant à le faire car notre activité nous permet d’intervenir en amont de la phase de création dans certains cas, je puis vous assurer que ce n’est pas si compliqué que cela que de monter sa société.

                        En plus du courage et d’un savoir faire indispensable, ça demande du temps, comme ça on évite d’être lobotomiser par les émission de TF1 ou autres.

                        De l’investissement personnel et pas que financier

                        De la réflexion.

                        Et surtout l’ensemble des démarches si elles paraissent fastidieuses au départ servent aussi à blinder le projet et elles se révèlent assez minimes aux vues des suivantes en fonctionnement normal.

                        Enfin combien d’auto-entrepreneurs impulsifs seront sur le carreau dans un an ?

                        J’espère que notre ministre nous le dira car on communique énormément sur le nombre de création et très peu sur le nombre de plantage.

                        Il faut cesser de faire croire à l’ensemble de la population qu’elle a les capacité d’être chef d’entreprise. Ce n’est statistiquement pas possible.


                      • Yohan Yohan 26 février 2009 14:59

                        Je confirme.
                        J’ai commis un article sur le sujet il y a plus d’un mois. Ma création d’entreprise n’est toujours pas faite, faute à l’incurie de services (CFE et Greffe) qui se tirent la bourre entre eux et à un luxe de petits détails sur les formulaires qui entraînent des rejets. Pour avoir son Kbis, ce n’est pas si simple. Bah ! pas le choix il faut avancer mais quelle perte de temps.


                      • Vincent 26 février 2009 16:00

                        VBous pouvez quand même excercer sans Kbis ni N° qui vont bien il vous suffit de mettre au bas de vos facture toutes les infos dont vous disposez déjà en ensuite d’ajouter Entreprise en cours d’immatriculation.

                        Pour info, il y a trois ans l’immatriculation de notre SARL avait pris 5 jours.


                      • Yohan Yohan 26 février 2009 18:34

                        Oui ça je le sais, heureusement je continue de travailler mais par contre mon capital est toujours bloqué à la banque et seul le K bis peut le libérer.


                      • goc goc 26 février 2009 12:50

                        je suis independant, et j’avoue avoir ete tres interessé par ce nouveau statut, mais....


                        d’abord il y a le problème de la tva, c’est à dire qu’avant mes clients recuperaient la tva , et avec ce statut, c’est elles qui devront la payer à ma place, cela veut dire que je deviens plus cher de 20%

                        ensuite il y a les problèmes d’investissement, qui sont non deductibles (et a voir avec les frais de fonctionnement comme par exemple les frais de deplacement). D’ailleurs il y a un flou certain a ce sujet

                        enfin le pb majeur, c’est la limite financiere de ce statut : un prestataire de service ne peut etre sur ce statut que s’il fait un chiffre d’affaire inferieur à 32000 euros, ce qui fait 2600 euros/mois (soit 15kf/mois) ce qui est un salaire tres moyen compte tenu justement des frais annexes obligatoires (tel que mutuelle, voiture, etc..), et je ne vous parle pas de la période (si ca marche bien) de basculement entre regime autoentrepreneur vers le regime normal, là il faudra passer d’un seul coup, de 32k€/an à 60k€ si on ne veut pas sombrer avec des charges qui passeront de 6k€ à de 20 à 25k€


                        • goc goc 26 février 2009 13:10

                          oups, jme suis trompé avec le pb de la tva, c’est un peu plus compliqué, le client ne paye pas la tva, mais du coup l’auto-entrepreneur ne peut pas deduire la tva sur ce qu’il achete



                          mais il peut aussi opter pour la solution classique


                        • Lucie Vivien 26 février 2009 14:20

                          Payer ses cotisations sociales en fonction de son chiffre d’affaire et non de son revenu, cela me paraît dangereux.


                        • Vincent 26 février 2009 14:39

                          Vous avez entièrement raison, beaucoup de jeunes créateurs confondent CA et bénéfices, ils l’apprennent souvent à leurs dépends. Et d’un seul coup ils comprennent aussi la signification du mot déficit et dépot de bilan.
                          Payer des cotisations sociales sur le CA revient en quelques sorte à assoir les cotisations pour partie à l’inflation, car plus les produits de base ou matière première achetés seront chers plus les prix de vente finaux le seront aussi, sans pour autant agmenter la marge.

                          Ou comment assoir une cotisation sociale sur l’inflation. C’est assez tordu comme idée mais bon ce n’est pas la première idée de ce type sortie de la tête des conseillés de notre prézydent


                        • xa 26 février 2009 16:17

                          "Payer ses cotisations sociales en fonction de son chiffre d’affaire et non de son revenu, cela me paraît dangereux."

                          Ce n’est pourtant pas nouveau. C’est le cas des EI, des TNS, des professions libérales, ... En gros des indépendants.


                        • Vincent 26 février 2009 17:38

                          Pas vraiment, les cotisations soaciale des TNS sont calculée sur ce que touche le TNS de sa société dans le cas d’un gérant majoritaire non salarié.
                          Le but étant de se verser un minimum histoire de valider les trimestres pour la retraite et de minimiser les cotisations sociales et ensuite de se rémunérer autrement, actions, remboursement de frais, enfin la paniplie complète des petits artifices bien connus des TNS.
                          En aucun cas les cotisations sociales ne sont basées sur le CA.


                        • babz 26 février 2009 18:12

                          que ce soit la micro ou ce nouveau statut,c’est tout bon pour faire un maximum de black tout en étant couvert...
                          allez comprendre...car il est evident qu’on peut vite depasser les plafonds smiley


                        • babz 26 février 2009 18:14

                          pour les autres status,tout est calculé sur le benefice et non le CA,hormis la TVA


                        • kristin66 26 février 2009 15:05

                          Je ne sais pas. Il faut que j’étudie le sujet.
                          Mais je pense que pour mon projet de création d’entreprise, ce n’est pas un bon plan. J’aurais besoin de beaucoup investir. Je pense néanmoins que pour certains projets, cela peut être une bonne opportunité.

                          Par contre, je suis scandalisée par ce que cette modernisation de l’économie peut apporter au sujet des vide-greniers.
                          A partir de maintenant, un particulier n’a pas le droit à plus de deux vide-greniers par an. Au-delà, il faut qu’il soit un "auto-entrepreneur". Quelle misère !!!
                          Moi, qui comptait faire des vide-greniers à la bonne saison, afin de vider mes armoires de fringues d’enfants et arrondir les débuts de mois.
                          Il est évident que je ne vais pas me faire auto-entrepreneur pour aligner quelques vide-greniers.
                          Par exemple, mon dernier vide-grenier, CA : 50 euros, location de la place 15 euros (vraiment pas cher, les professionnels payent plus cher), reste 35 euros pour une journée de 12h. Ce vide-grenier était vraiment pas terrible.
                          Avec le statut d’auto-entrepreneur : La location de la place 24 euros. Avec un CA de 50 euros, il reste 26 euros. On retire le prélevement de 12% du CA, donc 6 euros. Reste 20 euros. Dans ce cas fictif, cela revient à payer 30% de taxe sur ce que j’ai gagné en net sur des articles dont la TVA a déjà été payée.
                          Cet exemple extrème montre bien que le statut d’auto-entrepreneur n’est pas idéal pour tous.

                          La mort des vide-greniers et brocantes ????
                          Cette loi de modernisation risque d’être un désastre pour les particuliers acheteurs et vendeurs, les brocanteurs professionnels et les organisateurs de vide-greniers. Quel gachis, à l’époque où nous vivons.

                          Et sur E-bay, il me semble, si je ne me trompe, que l’on passe professionnel à partir de 2 000 euros par mois.


                          • babz 26 février 2009 18:17

                            il est clair que c’est un statut pour entreprise light smiley


                          • MICHEL GERMAIN jacques Roux 26 février 2009 15:06

                            Autant le dire tout de suite je suis conseiller à la création d’entreprise. c’est mon métier depuis plus de 20 ans.

                            De ce fait j’ai cotoyé des centaines de personnes cherchant à créer leur emploi, à devenir chef d’entreprise, à quitter le salariat ou le chômage...j’ai vu à peu prés tous les cas de figure. j’ai aussi constaté les défaillances, les succés financiers.

                            Aujourd’hui un "statut" qui n’a rien d’un statut juridique mais plusieurs fois annoncé sur ce site comme étant miraculeux, ou peu s’en faut, reçoit les hommages des quelques uns qui sont publiés et, moins, l’opprobre de quelques autres. J’en suis encore à me demander pourquoi l’article que j’avais envoyé sur ce thème à Agoravox n’a pas été retenu. je me demande également pourquoi seuls ceux qui vantent les mérites de cette forme d’entreprise sont dignes d’être publiés ? (c’est au moins la troisième fois en moins de deux mois).

                            Je, et mes collègues tout autant, reçois depuis janvier de cette année, pleine d’espoir qui fait briller les yeux, des tas (7/10 environ) de gens qui voudraient se lancer sous cette forme. Mais aussi des gens qui ayant eu jusqu’à aujourd’hui des CDD, par exemple, de quelques mois depuis quelques années se voient aujourd’hui incités par leur employeur devenu tout soudain "donneur d’ordre" à revêtir ce "statut" pour récupérer cet emploi, estival pour certains. Je vois des retraités, des salariés, trois policiers il y a quelques jours, optant pour cette religion. J’entends des patrons dire qu’ils pourraient employer leurs plus anciens salariés, opportunément mis en retraite (un cynique m’a même dit "en maladie") venir travailler pour eux sous cette forme exonérée des cotisations patronales pour l’employeur. Quelques autres encore, du Bâtiment, un peu bousculés en ce moment , savent bien comment ils vont recruter sur des chantiers de quelques mois...d’autres qui trouvent la une façon de règler les heures supplémentaires. Je vois des retraités, désespérant d’obtenir un jour de l’Etat une augmentation de leur pension aprés 40 ans de bonnes et loyales cotisations, songer, de guerre, suppliques et manifestations lasses, songer disais-je à faire un peu de plomberie le W.E., de conseils financiers le soir, sous ce régime miraculeux. Les plombiers et conseils financiers déclarés n’ayant qu’à bien se tenir, chacun ses problèmes. 

                            Quelques "Services Minimum" dans les écoles et le Service Public en général...Pour ce qui est des grèves, d’autres avant moi en ont parlé. La maladie, si j’en crois l’un des intervenants, n’étant réservée qu’aux fainéants qui se cassent plus facilement une jambe et ont plus de cancers que les travailleurs normaux.

                            C’est merveilleux, effectivement, de voir comment les enfants croient aux histoires qu’on leur raconte. Le fameux "pied à l’étrier" de ce nouveau régime ne pouvait qu’être annoncé de la sorte. Comment peut on imaginer une seconde un Etat, un Gouvernement, présentant une loi, un texte, et qui dirait : " franchement, chers Français, cette loi, ce texte sont nuls, risqués pour vous sinon dangereux". Comment peut on ?

                             Les chiffres du chômage baisseront un peu (très peu), au début, puis, plus tard, le résultat des entreprises et les niveaux de pension. Comme en Grande Bretagne avec le "One Man Business" on finira bien par voir que 10% de Chiffre d’Affaire déclaré en Auto-Entrepreneur et 90 % au noir ne font pas de cotisations, pardon de "Charges", sociales mais ne font pas non plus de retraites et régularisent le "black" le rendant incontrôlable... Mais "plus tard" ne fait pas partie du raisonnement moderne des jeunes loups en bonne santé. il y en a encore paraît il.



                             
                             


                            • saint_sebastien saint_sebastien 26 février 2009 15:51

                              comment adhérer a votre discour stupide ? ce status est un piège à con, on ne crée pas une boite avec 0 capital , pas de tva déductible tout en étant imposé sur son CA, c’est suicidaire, ...


                            • saint_sebastien saint_sebastien 26 février 2009 16:21

                              et bien ne réagissez pas stupidement à mes propos... à bon entendeur.


                            • xa 26 février 2009 16:35

                              Pourquoi serait-ce suicidaire  ?

                              Prenons un exmple. Un informaticien, salarié d’une SSII, décide de se lancer, en parallèle, dans la conception d’applications web. Il décide pour cela d’utiliser son ordinateur personnel, et des logiciels gratuits. 

                              1) Indépendant classique (EURL ou EI).
                              Pas de TVA déductible, il n’a pas de frais (il utilise un matériel acquis avant la création de "sa boite" qu’il apporte en capital à celle-ci). Par contre, il facture la TVA (19,6% de son tarif) qu’il rembourse à l’Etat. Ses charges (EURL) seront calculée sur la base de son CA (30% en gros payable par trimestre d’avance sur la base du CA de l’année précédente et rectifié en Janvier). Il a des frais de comptabilité, de rappots annuels et de dépots des comptes au greffe du TC.

                              Il veut arreter (plus le temps). Pendant 1 an, il continue de verser l’Urssaf, jusqu’à ce qu’on lui rembourse le "trop versé".

                              2) auto entrepreneur.
                              Il facture 20% moins cher que dans le statut précédent. Donc il fait le même CA. Il n’a toujours pas de frais puisqu’il utilise un matériel acquis avant la création de "sa boite". Il verse 23,5% de son CA a l’Etat. Ce qui reste est du "net d’impot".

                              Il veut arreter (plus le temps), il déclare 0 en CA, ne paye plus rien, et déclare ne plus être auto-entrepreneur.


                              Non sérieusement, ce n’est pas un statut adapté à toute activité (inutile d’envisager de faire Plombier en auto entrepreneur, ce serait du suicide), mais pour certains types d’activité nécessitant peu d’investissement, c’est une solution à regarder.


                            • saint_sebastien saint_sebastien 26 février 2009 16:47

                              et votre informaticien, il vole ses client à son patron ? lol, prospecter une clientelle ça coute de l’argent et du temps, être contacté par un client et lui dire qu’on ne peut lui répondre par ce qu’on est au boulot ça fait pas sérieux... en général en SSII on a pas trop le temps de bosser à coter, à moins d’être payé à rien foutre..


                            • xa 26 février 2009 17:35

                              Rechercher des clients prend du temps ... Vous réfléchissez sur le mode Indépendant pur uniquement.

                              Pour un travail obligatoire, il faut chercher des clients, c’est le boulot d’un indépendant. Est-ce que ca coute de l’argent ? Pas nécessairement. Ca coute avant tout du temps. Mais votre recherche peut se limiter à quelques coups de fils (gratuit avec votre ligne adsl) et quelques mails (idem).

                              Pour un indépendant pur, c’est plus compliqué, certes, mais si vous êtes un peu connu, ou que vous avez des amis bien placé qui savent que vous avez du temps et la volonté de faire ....... Le réseau ne coute rien (sauf un repas entre potes de temps en temps).

                              Je peux vous donner les coordonnées de personnes qui travaillent dans une SSII à 80% (développement, Itil, préproduction), qui sont indépendant par ailleurs (formation), et qui n’ont pas besoin de chercher de clients. Ils sont en train de migrer, d’ailleurs, vers une répartition 50 / 50 de leurs activités, avec accord de leur employeur.

                              Vous n’avez pas le temps en SSII (je suppose que vous travaillez dans une SSII), mais cela ne signifie pas que tous n’ont pas le temps. Tous ne sont pas développeurs ou CdP sur un projet charette parce que sous chiffré. Certains sont administrateurs, travaillent le WE donc 3j au lieu de 5, ont des réductions de temps effectif en raison d’un déplacement loin de leur domicile, etc...




                            • Yohan Yohan 26 février 2009 18:27

                              Si c’est aussi suicidaire que vous le dites ; alors il y a 300.000 couillons qui viennent de plonger dans un seau de merde. J’espère que vous ne croyez quand même pas que tous les porteurs de projets soient aussi bêtes.
                              Il sera temps de corriger les défauts du statut si défauts il y a.
                              En attendant, puisque les grosses entreprises comme les petites dégraissent (rappel 90.000 chômeurs de plus en janvier) il faut bien trouver un moyen de susciter la création d’entreprise 


                            • Annie 26 février 2009 15:47

                              Cela fait treize ans que je suis une auto-entrepreneuse, depuis que ce statut a été créé en Angleterre pour stimuler la création d’emploi. J’ai commencé petit et un peu par hasard, parce qu’on m’a demandé de faire un projet alors que j’élevais mes deux enfants. J’ai commencé à accepter plus de projets lorsqu’ils sont allés à l’école (qui commence à 5 ans de ce pays et seulement l’après-midi), mais aujourd’hui je travaille à plein temps, en fait je travaille souvent le weekend, et je ne prends pas tellement de vacances. Le système est très flexible, la bureaucratie réduite au minimum, ce que les Anglais appellent le red tape. Je paie un forfait de cotisations sociales plus une part sur mes revenus. Je calcule moi-même mes impôts (qui sont ensuite vérifiés), et j’ai choisi d’être exonérée de TVA. Je cotise pour ma retraite etc.. Il y a tous les avantages et les inconvénients d’être à son compte, mais personnellement, lorsque je vois la structuration du travail aujourd’hui dans les entreprises, je préfère encore ma place. Et si je dois parfois composer avec mes clients, au bout du compte, je ne suis aux ordres de personne.


                              • impots-utiles.com 26 février 2009 17:14

                                Chaque année, il faut revoir les possibilités d’optimiser sa fiscalité en fonction de sa situation, de la manière dont on voit l’avenir et de ce que l’on a ou pas. En cette période de crise et de perte de pouvoir d’achat, chaque euro compte.
                                Nous avons donc rédigé un petit guide d’optimisation fiscale, sans prétentions mais quand même d’une vingtaine de pages pour indiquer clairement les possibilités concrètes et pratique pour payer moins d’impôts.

                                http://www.impots-utiles.com/optimisation-impots-2009.php


                                • foufouille foufouille 26 février 2009 17:42

                                  @ mage

                                  http://www.auto-entrepreneur.fr/

                                  le vrai site d’information ouvert depuis novembre/decembre


                                  • foufouille foufouille 26 février 2009 18:38

                                    oui pour s’inscrire, pas pour etre informer


                                  • Annie 26 février 2009 17:54

                                    Je ne vois pas très bien le rapport avec les ratons-laveurs fluorescents (enfin un petit peu), mais cela aura égayé ma soirée.


                                    • Yohan Yohan 26 février 2009 18:37

                                      à Arthur Mage
                                      Sur Avox il faut se blinder avec les moinsseurs pathétiques. Voir plus haut le commentaire de BestOf 32 plussé à 9 et le mien à -5. smiley


                                    • bestof32 bestof32 26 février 2009 20:57

                                      Normal Arthur, il y en a encore qui réfléchissent et qui regardent plus loin que la pointe de leurs sabots.
                                      Je comprends que l’objet vous intéresse, je m’y interesse moi même, mais ne vous y trompez pas, ceux qui l’ont conçu ont en consience enfoncé un coing de plus dans le droit du travail pour le faire éclater.
                                      Travaillez OK, mais levez la tête de temps en temps...


                                      • donino30 donino30 27 février 2009 09:30

                                        Enfin un peu de positivisme ça fait plaisir, merci. Voici enfin la première réforme utile depuis l’arrivée de Sarko, j’ai été surpris de constater qu’il y avait encore quelques politiciens qui étaient en mesure de réfléchir pour concevoir ce projet. Et encore plus surpris de lire que globalement, les commentaires agoravox l’accueillent plutôt favorablement, les mentalités seraient elles entrain d’évoluer ? Un peu tard malheureusement, mais bon mieux vaut tard que jamais...


                                        • Philibert 28 février 2009 23:44

                                           Laissez donc les auto-entrepreneurs entreprendre .
                                          Ce qui fait le succès de l’affaire : Pas de prise de tête , pas de tracasseries . 
                                          S’ils échouent , eh bien , au moins ils auront essayé .


                                          • Christoff_M Christoff_M 3 mars 2009 07:55

                                            les auto entrepreneurs issus du chomage sont moins de 100000...

                                            je me demande pourquoi on en parle à part pour flatter l’ego des grosses tetes qui ont inventé cela !! ou le journalisme cire pompe qui fait des scoops sur de faux evenements fabriqués par notre gouvernement de communiquants et d’avocats....


                                            • SergeC 26 juillet 2009 22:04

                                              Ne crachons pas dans la soupe, ne soyons pas jaloux de ceux qui valsent avec le libéralisme pour se sortir de la crise, du chômage, du train train, ou que sais je encore ? si des employés de banque veulent vendre les chaussettes qu’ils tricotent depuis 15 ans, ça les regarde ! on peut pas arriver là et sous prétexte de bonne conscience anti ceci anti cela, mettre les pieds dans le plat et perdre son énergie à arguer contre les travailleurs zélés ou intéressés. Moi je dis l’argent qui est pris n’est plus à prendre. Si l’auto entrepreneuriat permet de clôturer des fins de mois, fonce Marcel, même si t’es carté au PCF depuis mathusalem


                                              • Forumrégion 27 juillet 2009 11:34

                                                Tournée nationale du Forum de l’Union des Auto-Entrepreneurs

                                                Les auto-entrepreneurs vont enfin avoir leurs réunions professionnelles en région, au cours desquelles ils pourront approfondir leur projet de création d’activité et poser leurs questions aux institutionnels, et partenaires du régime.

                                                Organisés sur 9 villes en France, les forums de l’Union des Auto-entrepreneurs se veulent avant tout des rendez vous professionnels.

                                                La participation à ces forums est gratuite et sur inscription à l’adresse suivante : http://www.forum-union-autoentrepreneurs.com/


                                                • nemopsy nemopsy 27 juillet 2009 11:56

                                                  On peut déplorer que l’auto-entrepreneur reste seul. Pourquoi ne pas rejoindre la Fédération des Auto-entrepreneurs ?

                                                  http://www.federation-auto-entrepreneur.fr/

                                                  Comme chacun sait l’enthousiasme résiste mal aux créanciers.

                                                  nemopsy.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès