• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’Or et le pouvoir

L’Or et le pouvoir

La conjoncture actuelle est inédite à plus d’un titre : Le F.M.I. ayant effectivement initié la semaine dernière les ventes progressives d’une partie de son stock d’Or, ces 200 tonnes ainsi déversées ont contre toute attente contribué à faire franchir un nouveau palier à la hausse aux cours du métal précieux...

Et pour cause puisque l’intégralité de cette transaction a été immédiatement absorbée par la Banque Centrale Indienne dans un contexte où la majorité des Banques Centrales Européennes écoulent pourtant régulièrement sur le marché des portions plus ou moins substantielles de leurs réserves, la Banque d’Angleterre ayant effectivement réduit le sien de moitié depuis le début de la crise...

Cette razzia Indienne incite à la réflexion car, si elle a à juste titre marqué les esprits, elle n’en dénote pas moins une différence de perception fondamentale - et de la part des Banques Centrales non Occidentales et des intervenants du marché - envers le métal jaune. Les prochaines ventes du F.M.I. verront-elles une ruée des établissements centraux Chinois, Brésiliens ou Russes, anxieux à l’idée d’en avoir un maximum en échange de leurs Dollars ?

Cette ruée vers l’Or, version XXI ème siècle, trahit tout bonnement un sauve-qui-peut généralisé hors d’une monnaie US - et hors de la monnaie fiduciaire d’une manière générale - et alors que les déclarations des autorités Américaines au plus haut niveau (Obama, Geithner) évoquant un Dollar fort (comme pour amuser la galerie ? ) ne trompent plus personne tant il est vrai que leurs actes sont à l’extrême opposé de leurs paroles ! Taux d’intérêts zéro et déficits abyssaux étant effectivement les paroles magiques qui agissent à la manière d’une véritable pierre philosophale sur les cours de l’Or.

Avec ses (seules) 1’000 tonnes de réserves, la Chine songe tous les jours de plus en plus sérieusement à convertir une partie au moins de ses 2’000 milliards de dollars en Or ... à condition bien-sûr qu’elle en trouve sur les marchés ! La vente récente des 200 tonnes ayant rapporté la somme de 6,7 milliards de Dollars au F.M.I., la Chine - et d’autres - se livrent inlassablement à des simulations de reconversion de leurs billets verts en métal jaune en imaginant un scénario idéal où certaines nations Européennes qui détiennent environ 70% de leurs réserves en Or ( comme la France, l’Italie ou l’Allemagne ) consentiraient à leur en vendre une partie...

La balance du pouvoir et de la richesse, qui passe inexorablement d’Ouest en Est, passera également par un ré équilibrage des réserves d’Or. A cet effet, le potentiel de perte d’importance de nos pauvres nations Occidentales débitrices est absolument gigantesque car la Chine, l’Inde et la Russie ne détiennent respectivement que 1.9%, 6.2% et 4.3% d’Or dans leurs réserves !


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 11 novembre 2009 13:21

    Sur ce sujet il y a ce papier du blog de Jesrad, amha plus complet.


    • monbula 11 novembre 2009 14:52

      Peripate

      En effet, votre lien est plus complet et plus simple pour la compréhension.
      Un article à garder au chaud.


    • Céphale Céphale 11 novembre 2009 20:55

      @Michel Santi

      Cet excellent article me rappelle que la spéculation est une pratique qui remonte au moyen-âge. Elle a commencé avec la spéculation sur les matières premières : acheter en période de faible demande, stocker, puis revendre avec bénéfice en période de forte demande. Cette pratique s’est amplifiée et étendue au commerce des actions avec l’apparition de la bourse.

      Maurice Allais (prix Nobel d’économie) disait déjà en 1960 que l’économie repose sur une gigantesque pyramide de dettes. Il avait évalué d’une part le flux monétaire qui accompagnait le commerce des biens et d’autre part celui qui accompagnait la spéculation boursière. En 1960 le second était déjà 30 fois plus grand que le premier. Actuellement je ne sais pas où on en est : 100 fois, 200 fois ?

      Permettez-moi une métaphore. Des animaux peuvent avoir des parasites, par exemple un chien peut avoir des tiques. Nous sommes en présence d’un cas unique où le parasite est 100 fois plus gros que son hôte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès