• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La crise US arrive ! puisque c’est la courbe inversée qui le (...)

La crise US arrive ! puisque c’est la courbe inversée qui le dit

Cette fois c’est la bonne, la crise arrive. C’est la courbe des taux qui le dit, et elle ne se trompe jamais : à chaque fois qu’elle s’inverse, la récession arrive. Puisque tout est déjà écrit, alors la messe est dite ? 13 réponses plus ou moins sérieuses.

PNG

« Ce n’est pas parce que je rougis quand je mens, que je mens quand je rougis », répond le suspect à un inspecteur Maigret désarçonné. Il faut dire que le raisonnement du suspect est logiquement irrécusable : A implique B n’est pas équivalent à B implique A.

 

Mais dans le cas de notre courbe de taux inversée, cela donnerait quoi ?

  • Le sceptique : ce n’est pas parce qu’une récession est toujours précédée d’une inversion de la courbe, qu’une inversion de la courbe anticipe toujours une récession
  • L’oracle : eh bien si ! et les faits sont têtus : les 7 récessions économiques survenues aux US depuis 1965 ont bien été précédées par les 7 inversions de la courbe… (enfin presque).
     
    Questions : suffit-il d'y croire pour que cela marche, ou bien la courbe de taux inversée a-t-elle déjà décidé à notre place, ou bien encore circulez il n’y a rien à voir ?
     
    Lexique : lorsque le taux d’intérêt à 10 ans devient inférieur au taux d’intérêt à 2 ans, on dit que la courbe de taux est inversée ; traditionnellement cette différence est positive parce que 10 ans est toujours plus incertain que 2 ans, et c’est d’ailleurs pour cela que votre banquier vous propose un taux de crédit plus élevé si vous empruntez à plus long terme.
     
    Précision : le taux 10 ans est effectivement passé furtivement sous les taux 2 ans, mais depuis le taux 2 ans est repassé en dessous…

La tragédie des prédicteurs

Prévoir est une affaire sérieuse en finance. Ainsi, la recherche académique multiplie les efforts, à charge et à décharge, depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il existerait une liste plus ou moins officielle de variables à surveiller comme du lait sur le feu, même si leur pouvoir prédictif reste débattu. Malheureusement, un point commun relie toutes ces variables : elles seraient de moins en moins performantes pour prévoir correctement. En particulier, le PER jugé trop élevé du marché d’actions américain nous annonçait une correction sévère, que l’on attend toujours. Autre exemple, les taux d’intérêt réels jugés trop faibles, nous annonçaient une remontée des taux, que l’on attend toujours. Mais cette fois c’est au tour de la courbe des taux de nous annoncer la crise, et la courbe ne s’est jamais trompée… enfin presque : il y a bien une fois fin 98, où la courbe s’est ponctuellement légèrement inversée, sans qu’une récession économique survienne par la-suite.

La courbe vous la voulez comment ?

Nous avons défini la courbe de taux inversée par des taux d’intérêt à 10 ans qui deviennent inférieurs aux taux à 2 ans. Mais, pourquoi cette courbe et pas une autre ? Après tout, nous aurions pu considérer la différence entre les taux à 10 ans et les taux à 3 mois, ou les taux 30 ans et les taux 5 ans, etc… Ainsi, il existe un nombre important de courbe possibles. Alors pourquoi la courbe du taux 10 ans moins le taux 2 ans ? Parce qu’elle fonctionne, mieux que les autres. Et dans les autres pays ? Pas en Europe ni en Asie, mais seulement aux Etats – Unis. Et depuis quand ? Seulement depuis 1965, car avant on rencontre quelques problèmes de données ou de qualité. Pour prévoir quoi au fait ? La récession économique telle que définie par le NBER, et pas seulement une double contraction du PIB telle que définie traditionnellement.

Justice divine et libre arbitre

« Cela a fonctionné par le passé, donc cela fonctionnera dans le futur » ; ou encore « si les choses ont trop monté, alors elles doivent baisser ». Le dogme prédictif repose sur de tels principes : nous serions seulement spectateurs d’un destin déjà tracé ; comme si le passé avait déjà dévoré l’avenir (Thomas Piketty). La courbe de taux est inversée ? Il n’y a rien à faire, c’est trop tard, la récession économique va arriver. Pas si naïf que cela puisqu’il est effectivement possible que des crises soient prévisibles, mais que je choisisse de ne rien faire pour les éviter : mon frigo est vide, je prévois que j’aurai faim demain donc je devrais faire les courses ; mais je viens de terminer un bon repas et je n’ai vraiment pas envie de faire les courses maintenant. Très sérieux, en finance on appelle cela des variations rationnelles des primes de risque. Oui mais voilà, vint alors le dogme du « cette fois c’est différent » : si les taux sont si bas, c’est parce que le taux d’intérêt neutre serait plus bas  ; si l’inflation n’est pas là c’est parce que la concurrence en ligne, etc… Et tout cela justifierait que finalement les taux longs convergent et pourquoi pas passent sous les taux courts, d’où la courbe inversée, sans qu’aucune récession économique ne soit à l’horizon.

Du côté obscur

La courbe est inversée et nous voilà passés du côté obscur. Et si les taux 10 ans étaient à peine supérieurs aux taux 2 ans mais très proches de 0 quand même ? Et bien non, cela ne fonctionnerait pas : pas de récession à venir. La lecture est binaire 0 ou 1, récession ou pas, il n’y pas de demi-mesure. D’ailleurs, les modèles populaires qui cherchent à prévoir les crises reposent sur ce principe (modèles Probit). Pourquoi pas ? Pourquoi les choses seraient-elles linéaires ou continues ? Il existerait donc un seuil à partir duquel tout change : un peu comme l’eau qui devient glaçon seulement si la température passe sous les 0 %.

Sur quelle planète habite la courbe ?

« Le prix d’un actif seul ne pourra jamais vous dire sur quelle planète vous habitez » (J. Cochrane). Cette phrase fait toujours mouche car elle est toujours vraie. En effet, tant que le prix d’un actif sera déterminé à la fois par les anticipations des agents économiques et leurs préférences, et qu’il sera impossible de démêler l’un de l’autre, alors il sera impossible de savoir ce que révèle le prix d’un actif. Par exemple, le prix d’une action peut monter parce que les investisseurs anticipent une accélération des bénéfices, ou bien ils n’anticipent pas d’accélération mais se montrent simplement plus enclins à acheter des actions, ou les deux. Pour caricaturer, un extraterrestre recevant pour seul signal une courbe de taux inversée, serait incapable d’en déduire la planète d’où provient le signal.

Victor Hugo et l’effet moutonnier

Puisque tout le monde fait la même chose, faisons comme eux. Ainsi, puisque tout le monde pense que la courbe inversée anticipe la crise, elle finira bien par arriver et cela ne sert à rien de chercher à l’éviter : « Tout bruit écouté longtemps devient une voix », Victor Hugo avait ainsi défini l’effet moutonnier. Effectivement, mais cela commence quand l’effet moutonnier ? et cela finit quand ? En fait, on-est pas plus avancé. En effet, la courbe inversée est suivie d’une récession économique en moyenne 14 mois plus tard, mais dans les faits cela peut aller de 7 à 18 mois. Et il n’y a aucune raison de penser que demain, on reste entre 7 et 18 mois. 

Comment reconnaitre un bon melon ?

Comment deux melons aussi semblables peuvent-ils avoir un goût aussi différent ? Ainsi, les seules apparences ne suffiraient pas toujours à déduire. Pour savoir, il faut couper et gouter. Et dans le cas de notre courbe de taux inversée cela donnerait quoi ? Et bien plutôt que de se contenter de constater l’inversion de la courbe, il s’agirait de poser la question : pourquoi la courbe s’est inversée ? Les taux courts ont-ils plus monté que les taux longs ? auquel cas on anticipe une hausse des taux courts qui valide une expansion de l’activité ? Ou bien encore, l’inversion de la courbe est due à une baisse des taux longs plus forte que les taux courts, ce qui anticipe une baisse des taux courts car la croissance va ralentir. Les travaux vont même encore plus loin puisque l’on décompose la courbe en plusieurs composantes, et on en déduit qu’une inversion de la courbe sera plus ou moins défavorable selon les composantes qui l’ont causée.

Hasard ou nécessité

Une courbe de taux inversée aurait donc des raisons plus ou moins fondées de prévoir la récession économique. Mais pourquoi tant d’égards avec la raison ? Pourquoi ne pas imaginer des inversions de courbes complètement infondées et qui finissent effectivement par déclencher des crises ? Dans la série des tragédies absurdes : mettons-nous dans la peau d'Archibald Buttle (Brazil, T. Gilliam) dont le B devint un T suite à la chute d’un insecte tombant dans l'imprimante de l'ordinateur central, il devient alors par erreur un dangereux dissident recherché par les autorités : une toute petite cause peut avoir de très grands effets (effet papillon). Plus sérieux qu’il n’y parait puisque les sciences dures sont confrontées à ce type de problème dans certains cas où la suite des évènements dépend de conditions initiales que l’on ne peut pas bien mesurer (billard, ou problème des 3 corps de Poincaré).

Pas besoin d’y croire pour que cela marche

D’un certain point de vue, l’inversion de la courbe pourrait être interprétée comme un chat noir qui passe sous une échelle un vendredi 13. Autrement dit, la courbe inversée serait une forme de méga mauvais présage synthétisant un ensemble de petits mauvais présages. La question est alors la suivante : y croit-on ? Qu’importe dira Niels Bohr évoquant son fer à cheval. Ce porte-bonheur s'affichait, bien en évidence, au seuil de la demeure du célèbre physicien danois. À qui s'étonnait qu'un savant si sérieux pût accorder crédit à ce genre de superstition, Bohr aurait répondu : « Je n'y crois pas, mais on dit que ça porte chance, qu'on y croie ou non... »

La peur de passer pour la chouette de minerve

L’envol de la chouette de minerve (Hegel) définirait ce moment où la crise est finalement arrivée, et ce n’est que maintenant que l’on peut commencer à comprendre. Autrement dit, il s’agit de l’ennemi absolu en économie et en finance, où l’idée serait plutôt d’anticiper avant pour mieux prévenir la suite. Personne ne veut donc passer pour un chouette de minerve annonçant après coup : « c’était évident ». On a alors une forte tentation à annoncer le pire avant qu’il n’arrive, plutôt qu’après. Et si l’on se trompe ? les dégâts seront de toute façon moins nombreux que si on l’annonce trop tard.

L’homme descend du songe

Ainsi parlait Antoine Blondin : l’homme, la femme, brillent par leur capacité à pouvoir fantasmer sur tout ce qui passe. Certes, il existe des domaines où des limites sont imposées par le cadre, comme dans les sciences dures. Mais lorsque le cadre est moins rigide, voire inexistant, alors tout est permis. Ainsi, puisque les sciences économiques sont autant des sciences sociales plutôt que des sciences dures, elles continueront d’écouter des histoires plus ou moins crédibles, faciles à comprendre, agréables à écouter, dans l’ère du temps, et dont la véracité ou la fausseté sont parfois infalsifiables. D’ailleurs, la finance contemporaine comprend de mieux en mieux le phénomène et lui fait une place entre le tout rationnel et le tout irrationnel : rationalité limitée, finance comportementale, faux souvenirs, vérités alternatives, etc… autant d’histoires bien racontées par le prix nobel Robert Shiller.

Et même si c’était vrai

..Cela ne voudrait pas dire qu’on aurait raison de penser ce que l’on pense. En effet, dans notre cas nous croyons que la courbe de taux inversée anticipe la récession, nous avons des raisons de penser que cette croyance est justifiée, et il s’avère effectivement qu’une récession suit l’inversion de la courbe. Nous pourrions alors penser que nous venons de définir une connaissance (Platon) : l’inversion de la courbe anticipe bel et bien une récession ; c’est une croyance, vraie, et justifiée. Et bien non, c’est ce que nous apprend le problème de Gettier : il est aussi possible que la récession arrive pour des raisons qui n’ont rien à voir avec l’inversion de la courbe, mais dont nous sommes incapables de nous rendre compte (comme l’arrivée d’extraterrestres invisibles…) ; du coup nous resterions persuadés que c’est bien l’inversion de la courbe qui l’a causée.

Il ne reste plus qu’à attendre

Quels que soient les arguments avancés pour nous convaincre du pouvoir prédictif de la courbe inversée, aucun ne sera plus convaincant que la crise elle-même. Il faut donc attendre que la crise arrive pour savoir si la courbe avait une nouvelle fois raison. Mais, il faut aussi rappeler qu’il est impossible de savoir si la crise n’arrivera jamais, puisqu’on ne connait pas la date de péremption du pouvoir prédictif de la courbe inversée. Autrement dit, qui décidera que maintenant il est trop tard ? c’est-à-dire que la courbe s’est finalement trompée ? Il faut donc attendre et écouter, le débit faisant le bonheur de l’orateur.

  


Moyenne des avis sur cet article :  2.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 22 août 07:28

    @machin
    Pédaler pouvez vous préciser ?
    Produire , réindustrialiser ?
    Créer des flopées de start up ?
    Laisser l’économie du net envahir le paysage et parasiter l’artisanat , l’hôtellerie et tous les services , en prélevant une dîme au passage, et en étranglant financièrement ceux qui font le travail (ex : la maintenance confiée à des auto entrepreneurs à peine formés et non contrôlés (tarifs) ...., la réparation automobile ...etc etc ....
    ....
    La médecine actuellement est pointée :
    avec les déserts médicaux qui s’étendent maintenant dans les grandes agglomérations , les banlieues , et naturellement dans les zones rurales , aussi bien en ce qui concerne la médecine généraliste que les spécialistes ...
    ....
    Avec ces hôpitaux gigantesques , de véritables usines , et les inconvénients qui vont avec : les maladies nosocomiales , les délais d’attente ( tiens : l’hôpital de Créteil Henri Mondor subit en ce moment un gigantesque incendie dans une de ses tours sur plusieurs étages ...)
    ....
    Qui a favorisé cette médecine libérale depuis 40 ans , où nos médecins sont formés gratis par l’état et les collectivités , où les diplômés « ont le libre choix de leur installation » , y compris de s’installer dans les rares zones déjà surmédicalisées- où l’on trouve une clientèle riche et à qui on peut imposer des dépassements d’honoraires- alors qu’ailleurs c’est le vide de plus en plus absolu , ne laissant aux gens que la fausse solution de se pointer aux urgences par eux mêmes , ou en VSL .... ?
    Voilà ce qui se passe quand on pousse les dérèglementations et le manque de planification à leur extrême : le marché libre ne règle rien du tout . Il continue à casser nos sociétés ...


  • chantecler chantecler 22 août 07:35

    @chantecler
    Ah pardon !
    On parle de plus en plus de « télémédecine »...
    Se faire soigner via des ordinateurs ...
    C’est le must , paraît-il selon nos médias .....
    Avec naturellement un marché technique de nouvelles start up pour mettre en place ce nouveau machin , lucratif puisque le médecin à distance va toucher logiquement ses tarifs de consultations via la S.S , toujours bonne fille ...
    ....
    Qu’est ce qu’il chantait Léo Ferré en 70 ?
    « Il n’y a plus rien »
    Il ne croyait pas si bien dire , à l’époque ...
    Que chanterait il aujourd’hui ?


  • Laulau Laulau 21 août 09:51

    Je me fiche bien de « l’inversion de la courbe », mais ce que je sais c’est que c’est la banque fédérale qui achète la dette américaine parce que les chinois, les russes et bien d’autres n’en veulent plus. Ce que je sais aussi c’est que des bulles de dettes ne font que croitre aux USA :étudiante, pétrolière, immobiliaire ... Les USA vivent sur une montagne croissante de création monétaire et les montagnes ne vont pas jusques aux cieux......

    Alors quand, je ne sais pas mais ce qui est sûr c’est que la crise viendra.


    • Julot_Fr 21 août 15:06

      @Laulau

      Vous croyez quil n’y a que les usa qui soient endettes ?


    • toma 21 août 17:11

      @Julot_Fr

      Que les USA... Aucune idée, mais les Russes ont se la marge. Le taux d’emprunt crédit voiture a 17%, immobilier a 10%... Ça n’accelere pas la croissance, mais ça fait que bcp n’achète qu’après avoir économiser l’argent, sans crédit !

      Aux usa on fait ses courses avec sa 5e carte de crédit vidée chez wall mart. Les études chez nous comme soins de santé sont gratuits/peu chères. On a pas ces bulles de dettes étudiantes ou de soins de santé.


    • goc goc 21 août 18:52

      @Laulau
      bonjour Laulau
      Vous avez parfaitement raison. J’y ajouterais le fait qu’aujourd’hui on se trouve à la fin du régime de cheval que les banques centrales ont donné à l’économie avec leur QE et leurs taux bas en 2008. Ce remède n’a permis qu’une seule chose : gagner du temps.
      En plus les banques centrales ont cru que tout cet argent sera injecté dans l’économie en augmentant le pouvoir d’achat des particuliers, alors qu’il n’a fait qu’enrichir artificiellement les banques et les marchés boursiers. Donc la fête est finie, il n’y a plus de sous et les particuliers sont moins riches encore qu’en 2008, et plus endettés encore.
      Alors que va faire la FED ?, soit elle va repartir comme en 14 avec un nouveau QE, et on va repartir pour un tour, soit elle ne fera rien et ce sera THE (last) crise !.

      Quand à l’article, avec son analyse partielle et superficielle (ce ne sont pas les taux qui créent la crise mais l’état calamiteux de l’économie), il me fait plus penser à la citation de Confucius : « quand le sage montre la lune du doigt.... »


    • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 21 août 12:08

      L’économie mondiale ressemble à ces dessins animés où l’on voit un lapin sur une planche retenue par rien au dessus du vide.

      Tant qu’il ne voit pas qu’il est retenu par le vide, il peut sans souci marcher sur la planche qui reste droite.

      Dés qu’il s’aperçoit qu’il est dans le vide, il panique et la planche tombe !


      • Julot_Fr 21 août 15:16

        Les banques centrales decident du timing du cycle boom bust qu’elles gerent avec leur monopole de controle des taux et du QE.. dans le court terme, l’objectif etant de faire de la mauvaise pub a Trump pour empecher sa reelection on peut s’attendre a 30% de declin dans les marches d’actions. C’etait prevu pour janvier dernier avec la hausse des taux par la Fed mais Trump avait stopper le mouvement en critiquant la Fed tous les jours (posant le blame ou il se doit en cas de crise) et en menacant de retirer les troupes US servant de dumb giant aux financiers de la city de Londres


        • sweach 22 août 14:06

          Bon si j’ai bien suivi (pas sure :-P)

          Actuellement au USA les taux d’emprunt à 2 ans sont supérieur au taux d’emprunt à 10 ans.

          Un signe qui a déjà démontré l’arrivé d’une récession (pour faire simpliste disons une baisse du PIB)

          Un emprunt suit des règles d’offre et de demande ainsi que des notions de risques, donc si les taux d’emprunt à 2 ans sont supérieur à ceux de 10 ans c’est que la demande d’emprunt à court terme est forte et que les risques sont plus grand que sur 10 ans.

          On peut y voir du pessimisme des préteurs sur le court terme, ce qui peut expliquer que cela provoque une récession.

          Mais il ne faut pas oublier que la marge sur du plus long terme pour le préteur est supérieur, donc il peut vouloir rendre plus attractif l’emprunt long terme à l’emprunt court terme. 

          Après ce qu’on ne voit pas sur cette courbe c’est si les taux qui précède ces crises était en croissance ou bien en décroissance ?

          On n’a pas non plus de recul sur le niveau de ces taux, une rapport 10%  10.1% a t’il le même impact qu’un rapport 1%  1.01% 

          Il est possible que les Américains connaissent une récession, mais ça sera surtout due à leur baisse d’impôt et aux manques d’investissement public qui vont en découler.


          • JorgeChavez 25 août 10:45

            La dette, ou le prix d’une vision d’un monde. Prix que celui qui en bénéfice doit payer, logique...


            • ddacoudre ddacoudre 26 août 18:49

              Bonjour J’ai apprécié. Ton article plein de références scientifiques, tu aurais même pu faire appel au principe d’incertitude d Eisenberg. Moi il est une courbe que j’aimerai voir d’inverser c’est celle des blocages psychiques vieux de 5000 ans Lien http://ddacoudre.over-blog.com/2019/08/supprimer-l-impot-sur-les-societes-que-paient-les-salaries.html Cordialement ddacoudre OverBlog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès