• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La diversité crée 15 % du PIB de la France

La diversité crée 15 % du PIB de la France

La "diversité", au sens strict, désigne les personnes d'origine étrangère qui résident sur le sol français, c'est-à-dire les immigrés et leurs descendants. Dans un sens plus étendu, la diversité rend compte du métissage de la population résidente, ce qui implique de comptabiliser les ménages dits "mixtes". 

Selon l'Insee, la diversité rassemble un peu plus de 4,5 millions de ménages qui se répartissent comme suit : 

  • Ménages immigrés : 2,1 millions
  • Ménages descendants d'immigrés : 1,25 millions
  • Ménages mixtes (dont un seul conjoint est immigré) : 1,17 millions 

Je me propose d'estimer la contribution économique de ces personnes à la richesse produite dans notre pays à partir des données que présente l'Insee dans la dernière édition de son enquête "Immigrés et descendants d'immigrés en France-Edition 2012". 

Le résultat obtenu est considérable.

La diversité est à l'origine de 14,8% du Produit intérieur brut de la France, soit 288 milliards d'euros, ce qui équivaut au PIB de l'Autriche

La méthodologie qui permet d'aboutir à ce résultat est assez simple. Elle consiste à calculer les revenus que les ménages concernés ont créés.

 

Au point de départ, nous disposons du précieux tableau ci-dessous, qui indique le revenu disponible moyen par catégorie de ménage ainsi que sa composition. 

diversite

Dans un premier temps, on s'intéresse aux revenus qu'ils reçoivent à l'issue de la production. Il s'agit de salaires, de revenus du travail indépendant et de revenus du patrimoine (loyers, intérêts...).

Dans un second temps, pour disposer d'un panorama complet des richesses crées par le travail de ces personnes, on estime les profits que l'embauche des salariés issus des ménages de la diversité ont procuré à leurs employeurs. Et oui, vous l'avez compris, c'est le moment "marxiste" du billet.

Bien sûr, il faut retraiter les données du tableau ci-dessus, ce qui exige les précisions suivantes :

  • Les immigrés reçoivent 5 milliards d'allocation chômage, qu'on retranchera de la colonne salaires et allocations chômage.
  • Les employeurs des immigrés versent 72 milliards de cotisations sociales à la protection sociale, qu'on ajoutera aux salaires nets pour obtenir le coût salarial total.
  • Le "super brut" salarial moyen correspond à 1,18 fois le salaire net moyen (à utiliser pour évaluer les cotisations sociales des ménages descendants d'immigrés).
  • Répartition de la valeur ajoutée brute produite dans les entreprises : 2/3 salaires 1/3 profits
  • Proportion des salariés d'origine étrangère qui travaillent dans la fonction publique : 8% (pas de profit employeur dans ce cas)

 

Ainsi donc, si par la plus obscure des providences, un régime raciste venait à s'installer en France et qu'il chassait toutes les personnes d'origine étrangères, parents, enfants et conjoints autochtones, la France perdrait instantanément un sixième de sa richesse annuelle.

Au plan matériel, c'est beaucoup, mais en termes de déchéance morale, les dégâts ne sont pas calculables. 


Moyenne des avis sur cet article :  1.72/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • mmbbb 10 août 12:06

    cette etude est connue c est celle qui est officielle Celle qui est promue par la doxa . En revanche il y a d autres etudes qui infirme celle ci notamment sur le cout indirect de l immigration ecole sante logement justice par ailleurs comme par un heureux il n est jamais cite le cout de la délinquance dans ce pays En revanche il est permis de citer d autres etudes http://www.contribuables.org/2011/03/cout-de-limmigration-linsee-confirme-lanalyse-de-contribuables-associes/
    ou http://www.planet.fr/actualites-couts-et-benefices-de-limmigration-un-deni-de-realite.832988.1557.html


    • Jean Pierre 10 août 22:25

      @mmbbb
      La pauvreté et l’inégalité ont des coûts indirects (école, santé, logement , justice, délinquance). S’il y a corrélation entre immigration et pauvreté que faut-il combattre ? La pauvreté ou l’immigration ? Le progressiste et le réactionnaire ont chacun leur réponse.


    • Cateaufoncel 10 août 12:50

       Comme la « diversité » est beaucoup plus prolifique que les indigènes, 4.5 millions de ménages représentent environ un quart de la population de la France, soit 17 millions de personnes, à raison d’une moyenne de 3.75 personnes par ménages (estimation faible).

      Ce quart de population (25 %) représente, 14.8 % du PIB, le compte est donc loin d’y être. Et ça se recoupe avec les données que l’on possède sur les communes en matière de pourcentage des foyers fiscaux soumis à l’impôt*, de médiane du niveau de vie** et de taux de pauvreté***

      * Roubaix, ville très « diversifiée » 31 % - Nancy, ville type, 57 %
      ** Roubaix, 13189 € - Nancy, 19775 €
      *** Roubaix, 42 % - Nancy, 20 %

      Ces deux exemples de villes d’environ 100’000 habitants, sont très parlants. Et Mulhouse, autre ville d’environ 100’000 habitants, à forte population musulmane confirme :
      - Foyers fiscaux soumis à l’impôt : 44 % ; médiane du niveau de vie : 15’444 € ; taux de pauvreté : 32 %

      "
      ...si par la plus obscure des providences, un régime raciste venait à s’installer en France et qu’il chassait toutes les personnes d’origine étrangères..."

      Ca ne se produira jamais parce que les pays d’origine n’accepteront jamais de reprendre ce qui, pour eux, représenterait des surcroîts de surpopulation.


      • Parrhesia Parrhesia 10 août 13:06
        Et à part ça ???
        Quelqu’un pourrait-il nous dire quel est l’impact de la « diversité » sur la dette du pays, telle que cette diversité a été conçue et telle qu’elle est désormais imposée aux contribuable français par des puissances étrangères ???
        Est-il normal de faire subir aux contribuables français le coup du transport de migrants que nous allons chercher jusque sur les rivages sud-méditerranéens afin de leur permettre de venir réoccuper la troisième jungle de Calais alors que nos autorités prétendre être aux abois financiers au point de supprimer, par exemple, une partie des indemnités logements ???
        Évidemment, pourrait-on rétorquer ... Dans la mesure où les dits français sont trop « simples » pour accepter tout cela, il n’y a plus rien d’anormal !!!


        N’est-ce-pas, madame Merkel ???

        • Spartacus Spartacus 10 août 13:08

          Le calcul est archi faux et pire du pire démontre le contraire de ce voudrait démontrer l’auteur....


          Un salaire, une masse salariale sont des « coûts » à charge, certes nécessaires, mais des toujours des coûts, du point de vue de la création de richesse et de la nation, jamais des ressources....

          Le PIB est un calcul de richesse crée.
          Seul l’échange est une création de richesse.

          Il se calcule dans le secteur privé et dans les entreprises publiques qui facturent sur la base du CA au bilan ce qui correspond à la valeur d’échange...Jamais en en fonction d’une masse salariale

          Seul pour le secteur non marchand qui est une exception imparfaite, le salaire par exception est retenu car il est impossible d’évaluer la « production de richesse crée » d’un pompier qui ne fournit pas de facture.

          C’est dommage de ne pas avoir la connaissance de savoir faire un bilan et ne pas distinguer le passif de l’actif. L’auteur n’est pas le seul. Ils sont des millions.

          • arturero 10 août 13:18

            @Spartacus
            Visiblement, vous considérez que le PIB équivaut au chiffre d’affaires des entreprises privées. Je vous conseille de vous rapprocher d’un manuel d’économie de seconde. 



          • FakeNews49 FakeNews49 10 août 13:21

            @arturero

            Et, moi je vous conseille d’aller .... ..... ....... !


          • Spartacus Spartacus 10 août 13:49
            @artuero
            Puis je vous expliquer son calcul puisque vous ne voulez admettre et prenez de haut ceux qui ont pris le soin de vous expliquer comment cela ce calcule.

            Définition du mode de calcul du PIB :
            Le PIB mesure la valeur de l’ensemble des biens et services produits sur le territoire d’un pays donné au cours d’une période...
            Cherchez dans la définition la masse salariale...... smiley

            Comment est il calculé :
            Dans le secteur marcahnd le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées des agents économiques résidents, calculée aux prix du marché, à laquelle on ajoute la part de la valeur ajoutée récupérée par l’État (taxe sur la valeur ajoutée et droits de douane) et de laquelle on soustrait les subventions......
            C’est donc le compte de résultat dans le secteur privé. Confus de ne pas avoir été aussi précis, mais vous insister dans l’erreur. smiley

            En France, le PIB non marchand est presque exclusivement le fait des administrations publiques (sécurité, justice, santé, enseignement). Par convention, il est évalué à son coût de production)
            C’est donc les salaires comme sus-indiqué précédemment. Et je vous ai bien indiqué noir sur blanc que c’était une "extrapolation imparfaite.

            Vous avez le droit de vous tromper et je vous en est excusé car beaucoup comme vous confondent mais si vous persistez dans l’erreur évidente c’est un mauvais signe !.....

          • arturero 10 août 14:05

            @Spartacus
            Je salue votre effort d’auto-instruction, mais vous êtes encore loin du compte.

            Le PIB se calcule de trois manières ; chacune correspondant à l’un des trois pôles du circuit économique :
            -somme des valeurs ajoutées
            -somme des revenus primaires (salaires, profits) 
            -somme des dépenses en bien finals


          • Pere Plexe Pere Plexe 10 août 15:45

            @arturero
            ...je suis toujours effaré que certains moinsse des réalités facilement vérifiable.

            Le prix du refus de savoir sans doute.


          • Alren Alren 10 août 16:45

            @Spartacus

            " Un salaire, une masse salariale sont des « coûts » à charge, certes nécessaires, mais des toujours des coûts, du point de vue de la création de richesse et de la nation, jamais des ressources...« 

            Il faut vraiment être borné ou de mauvaise foi pour proférer une contre-vérité pareille !
            C’est exactement le contraire ! C’est la rente perpétuelle qui est versée au capital par le salarié (sans qu’on lui demande son avis) qui est un coût !!!

            Le salarié produit de la valeur ajoutée par son travail : sans son travail le capital ne vaut rien ! Mais il n’en reçoit qu’une partie, sous forme de salaire net et de cotisations employeur car ledit employeur s’empare d’une partie de la richesse produite sans fournir de travail en échange, c’est sa »marge« .

            Qui plus est le salarié dépense une grande partie de son salaire dans l’économie réelle, contribuant à l’alimenter, à la faire »tourner" par sa demande. Cet argent est à l’économie réelle ce que le sang est à un organisme vivant.

            Le gros employeur s’empare de davantage de revenus qu’il n’en restitue généralement à l’économie réelle pour ses dépenses courantes.
            Si on ajoute une politique fiscale qui lui est favorable (impôts directs et indirects), il est amené à les retirer de l’économie réelle opérant sur elle de ce fait l’équivalent d’une saignée sur un être vivant.
            Or cet prélèvement du capital sur le travail est en hausse de 10% par rapport aux années 80.

            Si on ajoute les délocalisations qui contraignent le consommateur à acheter des produits importés venant des pays à bas coût de main d’œuvre, produits bon marché qui lui donnent l’illusion du maintien de son niveau de vie, on a l’explication de la situation catastrophique des pays de l’ouest-européen si l’on excepte l’Allemagne qui vit en parasite sur eux. 


          • Jean Pierre 10 août 22:09

            @Spartacus

            Le salaire qui est une charge pour une entreprise et une ressource pour une autre qui met sur le marché un produit échangé contre ce salaire. L’essentiel des échanges économiques consiste à troquer des salaires contre des biens. Seul l’échange crée de la richesse, dites-vous. Mais quel serait le niveau des échanges sans la masse salariale dont la destination est d’être échangée ? 
            Distinguer l’actif du passif d’une entreprise est une chose très utile. Mais aucune entreprise ne tourne en circuit fermé. Le passif des unes et l’actif des autres.



          • Areole 10 août 22:45

            @arturero
            Votre analyse économique est tellement rudimentaire qu’elle ne vaudrait pas dix centimes de zakât à la sortie de la mosquée de mon bled, un vendredi soir de pleine lune. Je laisse aux commentateurs de ce fil le soin de démolir vos délires économiques. Je me suis déjà bien trop fatigué à vous répondre. 


          • Djam Djam 11 août 09:45

            @arturero

            Désolé Arturo mais votre article sert uniquement la propagande en cours dans tous les pays d’Europe. Il tente, en vain pour les économistes sérieux, de démontrer la nécessité économique de la fabrique forcée d’une population à l’américaine.

            La richesse d’une nation ne se mesure pas en PIB, cet indicateur est une invention des pays occidentaux qui n’ont aucun intérêt à défendre un peuple donné mais tout intérêt à fabriquer une masse informe...dans laquelle il y a déjà un certain Arturo tres content de son propre anonymat.

            Le métissage et le multiculturalisme n’ont strictement rien à voir avec une supposée richesse, mais avec une idéologie service ad nauseam. Lorsqu’on mesure le bien-être des humains à l’aune de l’exclusive économie on est déjà dans la dictature, celle qui transforme chaque individu en une micro entité profitable.

            Un peuple est un mélange de plusieurs individus d’origine multiple... pas besoin de vos calculs partisans pour savoir ça. En revanche, une émigration orchestrée massivement tue systématiquement le dynamisme locale, et en France comme ailleurs dans cette Europe de comptables obsessionnels, cette invasion est faite pour américaniser la société, car.... les zélateurs européens n’ont qu’un modèle : celui des EU, nation d’enfants demeurés à l’etat d’ados violents, arrogants et destructeurs dont les racines et l’histoire se racontent à l’aune des propagandes choisies.

            Vous devriez aller vivre aux USA pendant quelques temps pour comprendre que votre raisonnement est juste le fruit d’un calcul pensé bien avant vous et par des esprits assez tordus voire amputés d’une bonne partie de leurs capacités.

            Le PIB est une grosse fumisterie d’occidental qui a déjà perdu le sens même de sa propre vie.


          • Spartacus Spartacus 11 août 10:02

            @Jean Pierre

            Un salarié est un « contributeur » à la création de richesse, comme une machine ou le soleil qui éclaire le produit fabriqué.
            Vous ne pouvez dire que le soleil crée la richesse.

            C’est l’échange qui crée la richesse. Que ça et rien d’autre. 
            Dire que c’est le salarié crée la richesse, c’est de la posture bienveillante, mais aucunement une vérité...

            Non ! l’essentiel des échanges ne concerne pas les salaires. C’est une idée fausse.
            La masse salariale de la majorité des entreprises de production ne fait quasi rien au bilan dans les échanges. 
            Seul dans les services, la masse salariale a une importance non négligeable. Et encore, c’est pas une vérité partout.

          • JL JL 11 août 10:37

            @Spartacus
             

             en écrivant : ’’C’est l’échange qui crée la richesse et rien d’autre’’
             
             tout ce que vous prouvez c’est que vous ignorez ce que c’est de créer des richesses ; que vous confondez avec le profit ; vous prouvez que vous avez une déplorable mentalité de commerçant individualiste et ignorant.

          • Spartacus Spartacus 11 août 12:26

            @JL

            Une vraie mentalité de gauchiste qui d’un coté ne sait pas ce qu’est le profit et se permet de l’autre de mépriser le travailleur commerçant...

            Lprofit est le gain réalisé (quand il existe) lors de la cession d’un bien ou d’un service quand on calcule la différence entre le prix retiré de l’échange et l’ensemble des coûts entrepris pour l’élaboration de ce bien ou de ce service. 

            Rechercher le profit, c’est se préoccuper d’autrui. C’est le moteur de la motivation pour rechercher ce qui va satisfaire son prochain et lui procurer ce qu’il lui manque....

            Ne pas comprendre l’utilité sociale majeure du profit, c’est assez triste.


          • JL JL 11 août 12:42

            @Spartacus
             

            si vous avez une once de bon sens répondez intelligemment à cette simple question : qu’est-ce qu’on échange, sinon des richesses qui n’ont pas été créées par échange ?
             
            La plus-value, ça vous dit quelque chose ?

          • Spartacus Spartacus 11 août 14:44

            @JL
            On échange un profit, ou une utilité.

            Si les parties se lancent dans l’échange, c’est parce que chacun espère en tirer un profit ou une utilité. 

            plus-value ? Dans le sens normal, c’est la différence entre prix d’achat et prix de vente souvent utilisé en immobilier.

            Chez les Marxistes, c’est une théorie à la con qui permet de justifier leur racisme patronal.

            La plue-value des gauchistes c’est la différence entre la valeur de la production et salaires qui voudrait expliquer qu’ils sont exploités par des méchants.

            Bien évidemment c’est une connerie réfutée depuis 2 siècles auquel ils s’accrochent quand même.
            Bien évidemment le salaire est un choix contractuel dont la partie majoritaire est indépendante des prix de cession, et le niveau dépend de critères individuels (formation, qualification, indispensabilité, et d’une offre et demande.
            Le coût de production influence l’offre mais n’a jamais fixé un prix d’échange.
            Et bien entendu les indépendants et non-salariés ne s’auto-exploitent pas et démontrent l’absurdité de ces élucubration Melenchoxistes. 

          • pemile pemile 11 août 15:19

            @Spartacus « Le coût de production influence l’offre mais n’a jamais fixé un prix d’échange. »

            Encore une de vos imbécillité à encadrer ! smiley


          • Spartacus Spartacus 11 août 16:56

            @pemile
            Encadre la bien ! smiley

            Au moins tu aura quelque chose d’utile de moins imbécile accroché au mur que la faucille et le marteau !

            Tout prix (y compris le salaire) est le résultat de la rencontre d’une offre et d’une demande et prend en compte les raretés relatives. (base de l’économie).

            Un coût de production ne fixe jamais le prix d’échange. (sauf chez les marxistes qui n’ont pas évolué).

            Comment encore des ânes peuvent soutenir que le prix d’une marchandise ne dépend que de son coût de production ? 

            Va vendre tes vieilles baskets à la foire au bordel dans ta rue et essaye donc de les vendre au prix de production...« imbécile » (ce sont bien tes mots).
            Tu verra si c’est l’offre et la demande ou le prix de production qui fait le prix ...... 
            Tu va pouvoir tester en live tes théories marxistes confrontés à la réalité. smiley smiley


          • JL JL 11 août 17:57

            @Spartacus
             

            je vois, pour vous tout est échange. Celui qui vit en autarcie ne produit ni ne consomme aucune richesse donc !
             
            Pfff !
             
            Avec un vocabulaire si pauvre en concepts vous ne pouvez qu’avoir des raisonnements simplistes.
             


          • pemile pemile 11 août 18:08

            @Spartacus

            Noyer le poisson en faisant une confusion entre le prix du neuf et le prix d’occasion, ça vole haut ! smiley


          • Xenozoid Xenozoid 11 août 18:41

            @JL

            l’illusion,il choisit lui même ses papier capitonés fait en chine....c’est bon pout une partie du décor

          • Spartacus Spartacus 11 août 19:26

            @pemile

            Quelle excuse....
            C’est un peu le concept du gauchiste, ne jamais admettre et rester toujours dans le déni même avec l’évidence. Rester borné sur ses positons même si c’est hors bon sens.

            Qu’importe ! Vend donc du neuf. Ça ne change rien de rien.

            Prend donc de la peinture et fabrique 2 beaux tableaux « tout neuf » représentant une faucille et un marteau et va donc le vendre l’un à Neuilly et l’autre à Sarcelle. Et ne revient que s’il sont vendus pour.

            Et regardes si tu va trouver un acheteur au même prix « de production ».........

          • Spartacus Spartacus 11 août 19:56

            @JL


            On prend conscience de la richesse que dans l’échange. Car l’échange ou l’idée d’échange donne la valeur à un bien. Point.
            Il faut être 2 pour échanger. 

            Personne ne vit en autarcie complète. Il faut avoir un raisonnement « simpliste » pour sortir un tel exemple (ce sont vos mots).
            Même en Amazonie dans les tribus reculées et primitives, le pécheur du rio Putamayo échange son poisson contre du manioc au sein de son clan.



          • pemile pemile 11 août 20:03

            @Spartacus « Le coût de production n’a jamais fixé un prix d’échange. »

            C’est tellement grotesque et vos tergiversations sont tellement ridicules que si vous voulez vendre sans marge, libre à vous !

            Doublez aussi le salaire de vos employés sans modifier votre prix de vente ! smiley


          • Xenozoid Xenozoid 11 août 20:10

            @pemile


            il faut des échangeurs payant

          • Spartacus Spartacus 12 août 10:52

            @pemile
            En fait t’es tellement endoctriné depuis tellement longtemps et borné que t’es même pas capable de te rendre contre de la réalité.

            Le déni du gauchiste qui comprend même pas le ridicule de shéma de pensée...

            On peut parfaitement doubler les salaires sans modifier le prix de vente... Evidemment !. 
            Le salarié est payé en fonction de multiples critères comme la trésorerie disponible, la marge ou les normes du contrat de travail, un apport en capital...
            le coût de production n’est qu’un critère parmi plein d’autres.

            Que faut il être grotesque (ce sont tes mots) pour persister dans la niaiserie...

            Encore un gugus qui vient vous expliquer comment fonctionne une entreprise et de sa vie n’a jamais rien créé, n’a jamais fait un salaire et ne sait pas comment lire un compte de résultat et n’a surement jamais fixé un prix de vente de sa vie...

            Bref un éloigné dans l’univers parallèle du rentier de la gamelle de l’état ou d’un statut....

          • pemile pemile 12 août 11:04

            @Spartacus "Encore un gugus qui vient vous expliquer comment fonctionne une entreprise et de sa vie n’a jamais rien créé, n’a jamais fait un salaire et ne sait pas comment lire un compte de résultat et n’a surement jamais fixé un prix de vente de sa vie...« 


            Tout faux, c’est en tant que salarié que j’ai très peu d’expérience.

             »Le salarié est payé en fonction de multiples critères comme la trésorerie disponible, la marge ou les normes du contrat de travail, un apport en capital..."

             smiley


          • Spartacus Spartacus 12 août 12:00

            @pemile


            On a tous bien compris que t’a jamais rien créé, n’a jamais fait un salaire et ne sait pas comment lire un compte de résultat et n’a surement jamais fixé un prix de vente de sa vie..

            C’est écrit dans le livre rouge du coco, en cas argumentation qui ne va pas dans le sens il faut toujours nier.... Ici c’est l’habitude. Vous vous ressemblez tous.

            Vu que tu dois modifier tes prix de vente pour augmenter tes salariés car ça augmente ton coût de production....Sic.
            Pauvres salariés ! Devenus des fonctionnaires du secteur marchand.
            Wahahhahahahaaha !
             smiley

          • pemile pemile 12 août 12:20

            @Spartacus "On a tous bien compris que t’a jamais rien créé, n’a jamais fait un salaire et ne sait pas comment lire un compte de résultat et n’a surement jamais fixé un prix de vente de sa vie.."

            T’es juste en train de démontrer que t’es incapable de comprendre quoi que ce soit ! smiley


          • Spartacus Spartacus 12 août 12:57

            @pemile


            Je sais le coco attaque systématiquement sur la personne quand il est à court d’arguments, c’est écrit dans son livre rouge du parfait coco....

            Dalleurs il n’ a qu’a lire dès le début du fil tes interventions. Ça commence immédiatement par un qualificatif ad personnam sans arguments.

            A chaque fois une petite « bave de mépris » qui démontre une fermeture à l’esprit de contradiction.

            Il n’y a qu’a lire le fils pour l’admettre, mais je sais aussi que le déni de l’évidence est la règle.

            Les leçons de compréhension d’un formaté, c’est un peu comme celui qui a peur de l’eau et sait pas nager qui voudrait apprendre a nager aux autres....Sic ! 



          • pemile pemile 12 août 13:24

            @Spartacus « attaque systématiquement sur la personne quand il est à court d’arguments »

            Relisez vous si la poutre dans votre oeil vous le permet ! smiley

            J’ai bossé que deux ans en tant que salarié et j’ai quelques siren et siret alors vos préjugés simplistes et vos biais ridicules me font bien marrer.


          • Spartacus Spartacus 12 août 13:39

            @pemile

            Je réponds toujours dans la manière dont on m’expose la contradiction.
            Mais évidemment le fil n’a pas commencé par une bave me qualifiant « d’imbécile » évidemment, c’est pas écrit. C’est certain. Même l’évidence est une négation.

            Un peu comme tout ce que tu dis. Tout est certain. C’est dans ta bible rouge.
            Et pour voir un numéro RCS, n’importe qui peut en demander un. L’important n’est pas d’en avoir un c’est ce qu’on en fait.
            Et démontre nous a quel point l’offre et la demande n’ont aucune importance dans la conception d’un prix.....
            Je crois que ça doit valoir ton kilo de mauvaise foi.

          • pemile pemile 12 août 13:48

            @Spartacus « Et démontre nous a quel point l’offre et la demande n’ont aucune importance dans la conception d’un prix. »

            Encore un biais ridicule, où aurais je déclaré cela ?

            « L’important n’est pas d’en avoir un c’est ce qu’on en fait. »

            Vous parlez encore dans le vide sans savoir ! Ca fait 32 ans que mes affaires roulent, et vous, quelles sont/furent vos activités professionnelles ?


          • pemile pemile 12 août 13:54

            @Spartacus « me qualifiant « d’imbécile » »

            Oui, en lisant vos argumentations et tergiversations, c’est évident. A l’inverse, vos allusions aux « déni gauchiste, bible rouge, faucille et marteau, concept du gauchiste, livre rouge du coco, jamais rien créé, rentier de la gamelle de l’état, etc, etc » vous les sortez d’où ?


          • pemile pemile 12 août 15:11

            @Posé Y Don

            T’inquiètes, la science du complexe et les théories systémiques c’est aussi mon dada


          • JL JL 13 août 08:13

            @Spartacus
             

             vous êtes en contradiction totale avec les principes de base du libéralisme, je vous explique : le mythe fondateur du libéralisme c’est Robinson Crusoé, celui-là même qui crée des richesses en autarcie, sans aucun échange donc. Est-ce que vous comprenez votre erreur ?
             
            Vous n’êtes donc pas un libéral mais un commerçant. Nuance. Et les commerçants qui défendent les thèses libérales, je n’en connais qu’une tendance : le poujadisme.
             
            CQFD

          • Spartacus Spartacus 13 août 11:08

            @pemile
            Bien on avance « un peu ». Les déni cachés et les dénis avec revirement c’est drôle !


            Déja un petit « oui » noyé dans un océan pour noyer le poisson et se donner une contenance qui avoue que c’est bien lui qui a commencé a se comporter comme un malotru...
            Un déni de l’évidence admis mais qui devrait être minimisé car je lui ai répondu... 
            Hélas non !
            *****

            « Et démontre nous a quel point l’offre et la demande n’ont aucune importance dans la conception d’un prix. »

            Encore un biais ridicule, où aurais je déclaré cela ?

            Relit toi :

            Mais lorsque j’ai indiqué que « Le coût de production influence l’offre mais n’a jamais fixé un prix d’échange. »

            Et que ta réaction a été de mépris gratuit autant que stupide « une imbécillité à encadrer ».... 

            Cette réaction démontre a tout un chacun que tu contestes cette phrase, sinon pourquoi l’aurait tu signalé avec ces mots ?...
            Et donc contester cette phrase revient à exposer que la demande, la rareté, le monopole, l’indispensabilité, ou quoi que soit d’autre ne peut avoir une influence et que le coût de production est donc le seul déterminant dans la conception...

            Le paradoxe de la girouette, l’insulte gratuite, le revirement de ses propos devant la réalité et le déni de ses propres propos...

            Et oui tu l’as dit, y’a pas photo..... Et tu viens de prendre conscience que t’étais un malotru et qu’en plus t’a contesté une évidence stupidement...
            Mais comme d’habitude...c’est conceptuel le déni. L’admettre c’est compliqué ! Pas vrai ?






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Arturero


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires