• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La fin du chômage, un mirage ?

La fin du chômage, un mirage ?

Même si à la tête de l’Etat, on fait profil bas, jouant l’humilité, s’armant de prudence, faisant semblant de ne pas se réjouir de l’annonce récente de la baisse du chômage, il serait bon de tenter de comprendre les raisons de cette baisse providentielle.

S’il faut en croire le professeur Jean-Marc Daniel, s’exprimant sur l’antenne de France Culture le 28 octobre 2015, cette baisse, providentielle à l’approche des régionales, ne serait pas due aux actions du gouvernement, mais surtout aux taux d’intérêts qui n’ont jamais été aussi bas, au faible prix de l’énergie, et à la baisse de l’euro face au dollar, le rendant du coup plus compétitif.

Elle serait donc conjoncturelle. lien

Ces trois facteurs auraient, d’après le professeur, permis une relance des entreprises, provoquant une logique embauche. lien 

Et puis sur le fond, cette baisse reste en trompe l’œil, car d’abord elle ne concerne que la catégorie A, et que sur une année, cette catégorie continue à sa hausse (3%). lien

Et pourtant, Manuel Valls, toutes voiles dehors, affirme que c’est « la politique menée par le gouvernement  » qui est à l’origine de la baisse relative que nous connaissons, alors que Rachida El Azzoud, s’exprimant dans les colonnes de Médiapart, dit exactement le contraire. lien

Ce qui explique peut-être le refus d’Hollande d’afficher un triomphalisme mal venu, surtout après toutes les annonces qu’il avait fait auparavant.

Personne n’a oublié sa « vision » de l’inversion des courbes, aberration mathématique, (lien) et les annonces suivantes, lesquelles se sont révélées improductives.

Si la disparition de 23 800 personnes des listes de chômeurs, ce qui représente une baisse de 0,7% par rapport au mois d’aout, soit la baisse la plus importante depuis 8 ans, s’il faut en croire Frédéric Says, sur l’antenne de France Culture le 27 octobre dernier, est du pain bénit pour le gouvernement, il faut donc la relativiser. lien

D’autant que globalement les autres pays européens ont des résultats bien plus encourageants.

L’Espagne, par exemple, connait depuis 5 ans une baisse drastique du chômage, le nombre de « sans emplois » ayant baissé de 75 000 en Juillet, atteignant son chiffre le plus bas depuis septembre 2010. lien

En Allemagne, le taux de chômage était de 4,5% en août dernier, alors que nous étions à 10,8… mais chacun sait que ce succès est du en parti au fait que nos voisins germaniques sont parfois obligés d’accepter des salaires bien plus bas que les nôtres, parfois en dessous de 7 € l’heure. lien

En Italie, cette baisse du nombre de chômeurs s’est produite dès le mois de juin, et dans la zone euro, le taux de chômage a diminué de 0,4% en une année. lien

On peut être surpris de l’incompréhension des gouvernements qui se sont succédés concernant les raisons qui provoquent le chômage.

Il y a quelques temps, sur l’antenne de RMC, avec Jean-Jacques Bourdin, un certain Christophe poussait un coup de gueule libératoire qu’il n’est pas inutile de réécouter. lien

Pour les libéraux, le chômage n’est pas une mauvaise nouvelle, car il met la pression sur le travailleur, permettant aux patrons de les rendre corvéables à merci, vu la rareté de l’offre, ce qui permet de peser sur les salaires, et d’augmenter du coup les bénéfices de l’entreprise.

C’est bien ce qu’ont compris les keynésiens qui jugent qu’il s’agit d’abord d’une crise économique, et que ce n’est qu’en augmentant les salaires que l’on pourra relancer la consommation, et donc créer de l’emploi.

Or le gouvernement, en augmentant drastiquement les impôts, et taxes, des l’entrée au pouvoir de François Hollande, à baissé le pouvoir d’achat des consommateurs, et donc limité ou freiné la production des entreprises.

Au-delà de ces explications, il faut ajouter que la mécanisation permet aux patrons de se passer d’une main d’œuvre, et si l’on en croit les marxistes, la tendance du capitalisme est de remplacer la main d’œuvre par le capital pour augmenter le profit. lien

Considérant avec raison que certains travaux étaient aliénants, l’homme a toujours cherché à s’en exonérer, sans pour autant avoir l’intention de se priver de revenus, même si les soyeux lyonnais détraquaient les métiers jacquard à grand coup de sabots, afin de garder leur emploi, d’où le mot sabotage.

La logique voudrait donc que pour supprimer la notion même du chômage, tout en conservant machines et autres robots, il faudrait en arriver un jour ou l’autre au « revenu universel », appelé aussi « revenu du base », lequel assurerait à tous les citoyens les moyens de consommer.

Les machines ne sont pas salariées, ne tombent pas malades, même si elles ne sont pas à l’abri d’une panne, et continuer de salarier ceux qui ont été privé d’emploi à cause (ou grâce) aux machines, ne diminuera pas le profit des entreprises, mais en permettra d’assurer un pouvoir d’achat aux chômeurs, et donc d’assurer la pérennité de l’entreprise…

Il ne s’agirait donc plus de faire baisser le chômage, mais de l’éradiquer définitivement.

En effet, dès l’instant où chaque français, dès sa majorité se verrait verser un « revenu universel  », qu’il travaille, ou pas, la notion de chômage disparaitrait complètement.

Utopie affirment certains, clamant que cette mesure serait impossible à financer.

Pourtant des experts se sont penchés sur la question, et ont prouvé le contraire.

Il faut bien poser au départ comme donnée que ce versement viendrait en remplacement de toutes les autres aides sociales.

Ajoutons, s’il faut en croire l’économiste Baptiste Mylondo, membre du mouvement défendant cette mesure, s’exprimant dans les colonnes du "Monde Diplomatique", que le financement du revenu de base n’est pas si complexe, et serait même un faux problème.

Il explique : « si l’on se fie à son PIB (produit intérieur brut), la France est aujourd’hui le 5ème pays le plus riche du monde.

En 2010, le revenu disponible (après versement des prestations sociales et prélèvement des impôts directs) s’élevait à 1276 € par mois et par personne, adultes et enfants confondus. C’est nettement plus que le seuil de pauvreté actuel, fixé en France à 60% du revenu médian, soit 960 € par adulte. Qui peut le plus pouvant le moins, la France a donc sans nul doute les moyens d’assurer à tous ses résidents un revenu au moins égal au seuil de pauvreté ». lien

Cette mesure de justice sociale est d’ailleurs défendue par de nombreux décideurs, quels que soient leurs camps politiques.

S’il est vrai que c’est plutôt à gauche que cette mesure est défendue avec le plus de vigueur, on trouve aussi à droite, même à l’extrême droite des élus qui s’en sont emparés.

Dans un sondage canadien d’octobre 2013, 46% de la population y serait favorable, alors que 42% y sont opposés.

En France, ils sont 45% à y être favorables. lien

Les écologistes, le parti pour la décroissance, les partis de gauche, et bien d’autres formations politiques de gauche défendent donc cette mesure, mais à droite aussi.

De Villepin avait intégré à son programme des présidentielles de 2012 l’idée d’un « revenu citoyen », Madelin soulignait que le sujet devait être débattu et expérimenté…

Même à l’extrême droite, Bruno Lemaire, l’un des conseiller de Marine Le Pen, milite pour un « revenu minimum de dignité »… lien

Bien sur certains sont plus ou moins généreux : Christine Boutin évoque 400 €… (lien) alors que De Villepin songe à 850 €… (lien) mais la plupart des défenseurs de cette mesure se basent sur 1000 €.

Au parti socialiste, le maire du 4ème arrondissement de Paris, a pris ouvertement et clairement position pour l’instauration d’un « revenu social garanti ». lien

Par contre, François Hollande ne l’a pas évoqué lors de son discours au Bourget, mais qu’importe, lorsque l’on songe au nombre de promesses qui n’ont pas été tenues. lien

Et comme chacun sait, la baisse du chômage était l’une des promesses du candidat socialiste…il a aussi promis récemment de baisser les impôts…sous condition, dans un 1er temps, d’une amplification de la croissance, or celle-ci est dans un état peu encourageant. lien

Les mauvaises langues pourraient bien rétorquer que cette baisse des prélèvements ressemble furieusement à une mesure électoraliste, à l’approche de la présidentielle…

Rien de surprenant dès lors que le fondateur de nouvelle donne se décide à porter plainte contre l’Elysée l’accusant d’inaction contre le chômage. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « donne une datte au pauvre pour en goûter la vrai saveur  ».

L’image illustrant l’article vient de urtikan.net

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

t’as pas mille balles ?

1000 € pour tous…utopie ou nécessité ?

le salaire du bonheur

que les gros salaires lèvent le doigt

elle est poubelle la vie ?!

nos rêves seront vos cauchemars

Totnes enlève le haut

Le triomphe de l’utopie

l’homme est-il une espèce domestique

le Monde avant l’ère

l’argent par les fenêtres

la fable du « ruissellement »

La fable du modèle allemand

Au doux pays de l’autarcie

Par quatre chemins

L’énergie en partage

L’odeur nauséabonde de l’argent

Travailler ? moi jamais !

Mon village en utopie

L’homme jetable

Salauds de pauvres

A découvrir :

Le site « revenu de base  »

Un court dessin animé sur le RDB ici

Un petit documentaire sur ce lien

Le film  : le revenu de base, une impulsion culturelle

La conférence de Frédéric Bosqué à Genève mars 2013

Un revenu universel est-il raisonnablement finançable ?

Revenu de base

Un dessin animé très pédagogique sur ce lien

le revenu de base, une solution pour les retraites

Les mensonges de l’aide sociale sur ce lien

A lire : le revenu d’existence, attac

L’enjeu du salaire, Bernard Friot, éditions la dispute.

Revenu de citoyenneté, droit au travail, intégration sociale, revue du mauss n°7, 1996

Fin du travail et revenu universel, Michel Husson, n°176, juillet 2005

L’allocation universelle, Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs, la découverte 2005


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • Bernard Pinon Bernard Pinon 29 octobre 2015 10:33

    Olivier, vous oubliez dans votre analyse une cause importante du chômage : le libre-échange, qui entraîne des délocalisations d’emplois vers les pays les moins-disant, comme l’avait montré le prix « nobel » d’économie Maurice Allais. 


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 12:58

      @Bernard Pinon
      oui, c’est vrai... 

      on se demande ce qu’attend l’Europe pour imposer un smic équivalent pour tous les pays qui la composent ?
      ça réglerait pas mal de choses
      merci de votre commentaire

    • bourrico 7 30 octobre 2015 08:37

      @olivier cabanel

      on se demande ce qu’attend l’Europe pour imposer un smic équivalent pour tous les pays qui la composent ?ça réglerait pas mal de choses


      Ben voyons, t’as même pas réfléchit une seule seconde à l’énormité de la connerie que tu viens de sortir, le yakofokon dans toute sa splendeur.
      Soit t’es très très bête, soit tu te paies la tronche de Bernard, c’est l’un ou l’autre.

      Je te laisse réfléchir sur le pourquoi cette idée est l’exemple type d’un simplicisme de crétin.

    • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 08:44

      @bourrico 7
      Hi Han !


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 13:02

      @bourrico 7
      j’ajoute que venant d’un bourrico, l’insulte (qui ne devrait pas avoir cours sur ce site) est en quelque sorte un compliment.

      se faire traiter de crétin par un âne, c’est cadeau.
       smiley

    • gaijin gaijin 29 octobre 2015 10:48

      salut olivier
      " Pour les libéraux, le chômage n’est pas une mauvaise nouvelle, car il met la pression sur le travailleur, permettant aux patrons de les rendre corvéables à merci, vu la rareté de l’offre, ce qui permet de peser sur les salaires, et d’augmenter du coup les bénéfices de l’entreprise. "

      ce que prouve l’augmentation vertigineuse des revenus des 1 %  : guerres , crises etc ......
      a qui profite le crime ?

      mais en outre ( comme disent les caravaniers ) le chomage permet de de maintenir les individus dans la peur ce qui leur évite de penser a autre chose
      ayez peur !
      telle est la principale injonction de tout berger que cette peur soit celle du chomage, des immigrés des sectes , du complot judéo maçonnique .......de l’enfer ......
      l’ important c’est de maintenir le troupeau occupé par la peur .....pendant ce temps les dirigeants ont la paix pour faire avancer leurs projets d’asservissement définitif de l’humanité



      • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 12:59

        @gaijin
        pas mieux !

        merci.
         smiley

      • Le p’tit Charles 29 octobre 2015 10:58

        Notre société à changé..c’est le tour de la machine qui remplace l’homme..Alors (pour moi..) c’est la fin des haricots pour les travailleurs..Mentir au peuple en disant le contraire..c’est une habitude chez les politiciens.. !


        • bourrico 7 29 octobre 2015 11:25

          @Le p’tit Charles


          Tout à fait, sauf pour une chose.
          C’est son métier au politicien de mentir, ça comme ça depuis l’antiquité.

          La soucis ne vient pas d’eux, mais des ceux qui se laissent berner et les portent au pouvoir.

        • Enabomber Enabomber 29 octobre 2015 11:16

          Pour l’Espagne, le chômage a baissé après avoir atteint des records historiques. S’il faut pour pouvoir se réjouir d’une baisse tutoyer les sommets...


          • bourrico 7 29 octobre 2015 11:26

            @Enabomber

            Je pense qu’il sont déjà heureux quand c’est la hausse qui baisse, à savoir la pente de la courbe qui diminue.

            Dans ma phrase, j’ai « baisse » et « diminue », c’est tout ce qui compte.

          • Enabomber Enabomber 29 octobre 2015 14:33

            @bourrico 7
            Ça me rappelle que déjà du temps de Ballamou on se félicitait de la baisse de la hausse du chômage.


          • bourrico 7 30 octobre 2015 08:39

            @Enabomber

            Je crois qu’il en sont toujours la, ils ne jouent plus sur les courbes, mais sur les dérivées, on ne peut qu’admirer. smiley

          • oncle archibald 29 octobre 2015 12:30

            Le chômage ne peut pas baisser dans un contexte de mécanisation et robotisation de très nombreuses taches, plus la délocalisation dans les pays du tiers monde de toute fabrication qui nécessite encore une main d’oeuvre abondante.


            Prétendre ignorer les causes et faire baisser juste au bon moment non pas le chômage mais les chiffres statistiques du chômage, largement manipulés depuis des décennies par les gouvernements successifs c’est jouer à l’autruche qui enfouit sa tête dans le sable pour ne pas voir le danger. Que la baisse soit conjoncturelle ou le fruit d’une manipulation de chiffres ou les deux ne change rien au constat : il n’y a plus du boulot pour tout le monde.

            Mettre sa tête dans le sable ça n’est en rien ce que l’on attend d’un gouvernement qui a la mission de gérer le présent mais surtout de préparer l’avenir. Force est de constater que les gouvernements qui se sont succédé depuis plusieurs décennies ne nous exposent pas les remèdes qu’ils envisagent pour que nous, nos enfants et nos petits enfants puissions vivre dignement avec une diminution importante et durable des offres d’emploi. Leur seule préoccupation semble être de s’accrocher à leurs prérogatives et de réfléchir à la meilleure façon soit d’e rester aux manettes soit d’y revenir. 

            Ceci explique le succès probable de Madame Le Pen qui n’a pas encore eu l’occasion de montrer qu’elle ne ferait pas mieux, et même selon toute probabilité qu’elle ferait pire. La politique de ce début de XXI eme siècle manque cruellement d’un « sauveur », synonyme d’un gestionnaire honnête et pragmatique.

            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 13:08

              @oncle archibald
              c’est ce que j’ai essayé d’expliquer...sauf qu’avec le « revenu de base », on enterre le chômage, et pour longtemps.

              reste à savoir si du coté des patrons, on est capable de réaliser que c’est une solution « gagnant-gagnant », ou si on continue de plonger la tête dans le sable.
               smiley

            • oncle archibald 29 octobre 2015 14:36

              @olivier : sauf aussi que le travail est « indispensable » à l’homme pour sa dignité, pour qu’il ne se sente pas « à charge » du reste de la société. Moi je crois comme vous que c’est tout le système qui est à revoir, mais je crois aussi que « l’assistanat » ou « la débrouille » ne sont pas la bonne solution.


            • soi même 29 octobre 2015 16:25

              Et bien Olivier, est vous sur que vous le voulez  ?
              ( sauf qu’avec le « revenu de base », on enterre le chômage, et pour longtemps. ) Bon je veux bien, expliquez moi d’où viendrait son financement, quand l’on observe d’un coté la dégradation du marché du plein emploi et de l’autre l’abyssale dette publique et de l’autre une application féodalisme de l’économie et de la fiscalité en France  ?

              Il serait important de vraiment être au clair sur le sujet, car sans partage du travail et un changement du paradigme économique où le salaire n’est plus annexé à une activité professionnel , il est évident que le revenu de base est un écran de fumé démagogique.

              Bon comme programme pour alléché le chaland, et inapplicable en réalité dans les faits car l’appliquer signifierait que l’on tourne le dos à la logique néolibéralisme et cela l’UE ne serait pas d’accord du fait même que nous avons plus droit au chapitre sur notre budget national qui doit être soumis à l’aval de Bruxelles.


            • o.man 29 octobre 2015 17:10

              @soi même
              Le revenu de base existe déjà pour les actionnaires sous le non de dividendes , pour eux la question de savoir comment on finance ce RU sans mettre en péril les entreprises , les salariés et l’outil de production ne se pose jamais .

              Et pourtant , l’argent qu’on donne aux actionnaires c’est pour une grande partie de l’argent qui ira dormir dans les coffres d’un paradis fiscal et non de l’argent pour l’économie réelle .

              On retire de l’argent de la circulation pour le donner à une minorité de gens qui ne le consommeront certainement pas de leur vivant et encore moins après .


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 17:22

              @oncle archibald
              tous les travaux ne sont pas indispensables... d’ailleurs, l’origine du mot signifie souffrance, voire torture...les autres travaux sont bien sur louables, bénéfiques pour l’homme...

              ce sont ceux que l’on fait avec plaisir...et non pas contraints et forcés pour « gagner » sa vie..., 
              d’ou l’intérêt des machines, des robots...
              il ne s’agit donc pas de « assistanat »...mais d’une simple mesure citoyenne et sociale.
              et la dignité que vous évoquez sera restituée à l’humain s’il perçoit cette juste mesure qu’est le « revenu de base ».

            • soi même 29 octobre 2015 17:42

              @o.man, je voie que vous allez fort dans le raisonnement, admettons que vous avez raison dans votre argumentation, dites moi , la réticence à que cela soit établie,, elle est d’ordre du Doit de la propriété où d’ordre économique ?

               


            • oncle archibald 29 octobre 2015 17:47

              @olivier cabanel : je ne vous suis pas du tout. Le travail même pénible est revendiqué comme une bonne chose par ceux qui le font parce que tout simplement il leur permet d’être fiers de ce qu’ils ont fait et de ce qu’ils peuvent faire avec l’argent que eux ont gagné. C’est une fierté de pouvoir faire vivre sa famille par son travail. Les plus mal lotis, les mineurs de charbon du Nord, ont fait des gréves quand ils estimaient que les machines, les haveuses, qui à leur place allaient faire tomber le charbon dans la galerie risquaient de les priver de travail. Le travail que l’on fait avec plaisir c’est celui qui vous permet de vivre. Vous ne vous seriez pas amusé à aller dire à un mineur que son travail était dégradant ! Il me semble qu’un clodo qui en faisant la manche assis à la sortie de la gare gagnerait la même chose qu’un mec qui va travailler ne sera pas aussi heureux. Votre « revenu minimum » obtenu sans rien branler ça n’est pas de l’assistanat ?? C’est quoi alors ?


            • soi même 29 octobre 2015 17:47

              @olivier cabanel,votre idéologie du bien être vous pousses à être dans la Fata Morgana, votre réflexion devient de plus en plus hors sol.


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 18:51

              @oncle archibald
              allons ! vous savez bien qu’il y a des taches dont on voudrait se priver, puisque depuis que l’humain existe, il a toujours cherché des mécanismes, des machines, pour alléger cette charge...

              par contre, il y a des taches que nous ne voulons pas confier à des machines...aucun de nos grands peintres n’auraient pu voir se réaliser leurs tableaux...sauf à les copier.
              il ne s’agit pas non plus d’assistanat, il s’agit seulement d’une meilleure répartition de la richesse, mais aussi de faire disparaître d’un seul coup le mot chômage.
              croyez vous vraiment qu’un mineur trouve du plaisir à respirer de la poudre de charbon, trouve du plaisir a mettre sa vie en danger avec les coups de grisous ?
              s’il est vrai que les soyeux lyonnais ont tenté d’enrayer le progres proposé par Jacquard, en donnant, comme je l’expliquais des coups de sabots aux machines, il n’en reste pas moins que la mécanisation a finit par s’imposer, même si quelques artisans fabriquent des tapis d’une valeur bien plus importante que celle que les machines peuvent nous fabriquer, mais ce travail de tisserand, c’est un plaisir... et pas une souffrance, pas une torture.

            • oncle archibald 29 octobre 2015 19:58

              @olivier cabanel : le mineur pas plus que le dessinateur en bureau d’études ou l’étancheur qui trimbale du goudron bouillant dans des seaux en châtaigner, en bref tous ceux qui font des taches subalternes et repetitives, ne viennent pas bosser pour le plaisir de bosser mais pour celui d’être des hommes responsables d’eux même et de leur famille. Ils viennent chercher de quoi boucler leur budget. C’est leur fierté de ne pas être des parasites, et si le boulot leur déplait vraiment ils en cherchent un autre tout en gardant celui là qui leur est indispensable. Visiblement vous voulez nous persuader que ces notions d’honneur et de devoir vous échappent totalement. Un début d’Alzeimer peut être ....


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 20:40

              @oncle archibald
              vous prenez la situation par le petit bout de la lorgnette.

              aujourd’hui, certains gagnent 400 fois le smic ! à quoi bon ???
              le revenu de base est une manière de redonner un sens au mot partage, au mot solidarité, au mot fraternité, et au mot égalité...je crois me souvenir que certains de ces mots sont ceux de notre république...
              on est bien loin de la notion de parasite que vous évoquez.

            • COVADONGA722 COVADONGA722 29 octobre 2015 20:54

              @olivier cabanel
              allons ! vous savez bien qu’il y a des taches dont on voudrait se priver,




              yep ça pue le travail manuel oh bien sur vous excluez de ça les nobles du manuel hein les pâtissiers les ébénistes ect.. bref les artistes , mais nous les pue la sueur c’est incompréhensible hein comment peuvent ils s’accomplirent dans ce bruit cette odeur
              des brutes sans âmes pas vrais ! Nous avons fait tourner les machines des 30glorieuses pendant que des générations d’étudiants sont allés faire des « sciences humaines » pensant bien pour nous et à notre place .Pensez !des prolos ! puis nos gentils soixantes huitards sont devenus des libertariens libéraux et ont regardés passivement l’industrie foutre le camps.pfff qui a besoins de ce toutim nous produirons du beau du conceptuel .
              Alors nous sommes allés mourir doucettement dans des ateliers plus loin plus petits , essayant a 50 ans de se vendre a des boutonneux ayant fait HEC ou ressources humaines .Pendant ce temps trahis par la droite gaulliste l’état passant sous contrôle du capital nous avons vus la gauche nous abandonner en rase campagne .Bordel§§ j’ arrette dans 5 mois monsieur Cabanel presque 40 ans derrière les lignes de machines outils !ce travail si vil ! ces tache dont les vôtres ont dégoutté nos enfants dés le collège," fais tes devoir ou tu finiras ouvrier !
              vous dites il y a fatigue et torture dans le mot travail , mais dans ouvrier il y a ouvrage ! nous avons fait l’ouvrage monsieur le monde s’écroule, mon monde à moi est mort mais le votre nous suit dans le trou monsieur .
              40 ans derrière les imprimantes les fardeleuses les cartonneuses , ça puais , c’était sale et bruyant ce travail ne nous a pas sublimé ni transcendés 
              mais monsieur nous étions !

              .asinus ne varietur


            • philouie 29 octobre 2015 21:02

              @COVADONGA722
              salut covadonga !
              allez, je plusse ton message !


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 21:58

              @Robert Lavigue
              comment faites vous pour être toujours à coté du débat ?

               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 22:00

              @COVADONGA722
              je fais mon pain, et j’en éprouve un plaisir renouvelé...

              votre salve démagogique n’amuse que les naïfs...
              vous n’êtes rien, juste un bouffon, et encore, c’est beaucoup.
               smiley

            • Henry Canant Henry Canant 29 octobre 2015 22:18

              @olivier cabanel
              Le mage de gauche bien pensant déverse le contenu de son intestin pour couvrir le cri de l’ouvrier en colère criant la vérité..

              Vous vous révélez dans toute la splendeur de ce que l’humanité a engendré de plus infect. 

              Je pense n’avoir rien lu de plus honteux sur Agoravox.

            • oncle archibald 29 octobre 2015 22:32

              @COVADONGA722 : bravo,on ne saurait mieux dire. Le monde vu par Cabanel : des petits toutous bien sages qui attendent leurs croquettes. D’ailleurs ça en prend le chemin, déjà les politiques profitent de leurs passages au pouvoir pour « embaucher » des amis fidèles et s’attacher leur vote. Imagine, malheureux, s’ils reviennent, ils egale ces salauds, les autres, ils vont te virer ..... Des « comme ça » il y en a pléthore dans les mairies, les conseils généraux, départementaux, les Sivom les Sictoms et autres sociétés d’économies mixtes créés tout expres ... Cabanes veut faire de nous des insectes rampants justes bons à lécher la main qui les nourrit.


            • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 22:41

              @Henry Canant
               smiley


            • COVADONGA722 COVADONGA722 30 octobre 2015 06:59

              @olivier cabanel
               yep avant de retourner a ses chaines le bouffon vous offre ceci .




              Vous confondez toujours le frère et l’adversaire
              La forme vous suffit pour condamner le fond
              En regardant bouger la surface de la mer
              Vous croyez la connaître jusqu’en son tréfonds

              En voyant votre propre reflet dans la glace
              Vous vous imaginez que vous avez vu Dieu
              En croyant pourchasser votre ennemi de classe
              Vous courrez après vous comme un chien mord sa queue

              Vous êtes les alliés de ceux qui vous détruisent
              Tissez votre linceul soyez vos fossoyeurs
              Nul n’a le monopole des luttes entreprises
              Si elles meurent ici elles renaissent ailleurs


              Gilles Servat


            • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 07:43

              @COVADONGA722
              poésie pour poésie, voici la mienne, en toute modestie

              Le malin qui dirige

              Et qui tient les cordons

              De la bourse boursouflée

              Du cancer du pognon

              a trouvé le moyen

              D’être toujours vainqueur

              Pour s’imposer de droit

              A inventé la peur

              C’est elle qui nous tient

              Comme des chiens serviles

              Zombies traumatisés

              Dans les rues d’une ville

              Un feu rouge par la

              Un passage à piéton

              La hauteur des immeubles

              Le fragile des maisons

              Derrière chaque persienne

              Vit un flic qui s’ignore

              Il regarde ceux qui viennent

              Et voit celui qui sort

              Son œil est un espion

              Sa main une matraque

              Et ses oreilles en long

              Dans chaque coin nous traque

              Et dans chaque bureau le pale fonctionnaire

              Tremble d’un mot de trop

              D’une faute de grammaire

              La moindre opération lui devient un supplice

              Car au-dessus de lui, y a le chef des sévices

              Et ainsi tous les jours, la peur nous tient en laisse

              Fait régner sa terreur jusqu’aux lieux de messe

              Car elle est le garant du roi qui nous domine

              La peur est avec nous de l’usine à la mine

              Des lors tranquillement la peur est dans la tête

              La peur d’être mal compris, de rater une fête

              Et la peur de mourir pousse à assassiner

              Comme celle de souffrir empêchera d’aimer

              La tête s’atrophie, et la pensée s’altère

              Et les yeux rabougris ont perdu leur lumière

              Les sourires lumineux deviennent des grimaces

              Et les poignées de main étranglent des limaces

              Car pour masquer sa peur, à défaut de visière

              On a mis à l’humain de très grandes œillères

              On oppose au hasard chaque coïncidence

              Et la peur du bizarre, s’endort dans la prudence


            • bourrico 7 30 octobre 2015 08:41

              comment faites vous pour être toujours à coté du débat ?


              Quel débat ?
              Tes non sens et tes réflexions d’écolier, t’as beau les prendre pour des prouesses intellectuelles, ce ne sont que des âneries, au sens propre.

            • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 12:57

              @bourrico 7
              venant d’un bourricot, cette ânerie prend tout son poids.

               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 12:59

              @COVADONGA722
              ceci dit, ayant connu Servat, je ne suis pas sur que vous soyez digne de le revendiquer.

               smiley

            • marmor 30 octobre 2015 19:18

              @olivier cabanel
              Honte à vous Monsieur, d’autant que Mr Covadonga ne s’en prenait pas à vous directement, ce que vous faites, vous, et de la manière la plus crasse : 

              vous n’êtes rien, juste un bouffon, et encore, c’est beaucoup.
               
              Et vous Monsieur, vous êtes quoi ? Je pense qu’on peut vous retourner le compliment !.


            • soi même 31 octobre 2015 01:36

              @olivier cabanel, revenont à vos mouton, ( c’est ce que j’ai essayé d’expliquer...sauf qu’avec le « revenu de base », on enterre le chômage, et pour longtemps. ) et bien visiblement vous êtes dans les y a cas, et bien expliquez nous votre méthode pour arriver à votre souhait...


            • Agafia Agafia 31 octobre 2015 07:14

              @COVADONGA722

              Toujours la voix de la sagesse Monsieur Covadonga smiley
              Respect.

            • Agafia Agafia 31 octobre 2015 08:34

              @olivier cabanel

              Alors là.... smiley Là, franchement, vous me décevez Olivier... Vraiment...
              Le « discours » de M. Covadonga n’a rien d’une salve démago et n’a rien d’un amusement pour les naïfs que nous ne sommes pas. Et pour le coup, c’est vous qui portez le couvre chef du bouffon par votre réaction.

              M. Covadonga a tout dit et exprimé fort bien d’une façon vraie et concise qui est l’ouvrier et ce qu’il vit. 40 années à usiner derrière des machines, dans le bruit et la « crasse » rend philosophe tout homme un tant soit peu intelligent. Philosophe et clairvoyant. M. Convadonga n’est pas rien, c’est un Homme intelligent et j’insiste sur le H.

              Vous faites votre pain dites-vous ??? Fort bien... Moi aussi, ça m’arrive, du pain des pita, et tout ça sans machine à pain, je pétris à la sueur de mes mains^^.. ça m’amuse, d’autant que je ne suis pas obligée de le faire, ayant un excellent artisan boulanger en bas de chez moi ^^.... 
              Et puis ??? Je ne comprend pas... Vous considérez cette activité domestique au même niveau que le labeur quotidien d’un ouvrier en usine ??
              Avez-vous réellement conscience de ce qu’est le travail sur une chaine ? De la cadence ? De la pression ? De l’environnement ?
              De ce qu’est le travail sur les routes ? Par tous les temps ? Froid, canicule, pluie... Dans le bruit de la circulation et des engins ? Dans l’odeur et la poussière, du bitume, du tout-venant ?

              Sans oublier l’usure du corps peu à peu, les troubles musculo-squelettiques, les tendinites dues aux gestes répétitifs, l’arthrose, etc etc

              Moi, je suis ouvrière en extérieur, paysagiste, jardinière si vous préférez... Je m’estime chanceuse même si je travaille également parmi la circulation urbaine, avec des machines et par tous les temps. J’ai aussi fait 8 ans en atelier de mécanique moto-culture et en ferronnerie -soudure. 
              En 15 années, j’ai appris à la connaitre cette usure du corps mais aussi de l’esprit car au fil des ans, j’assiste à une dégradation des conditions de travail, du management, des rapports humains, de la considération que nos supérieurs nous accordent et des acquis ou petits avantages qui disparaissent peu à peu, à mesure que la charge de travail et les responsabilités augmentent alors que nos salaires et avancements demeurent en statu quo... 

              Et parmi mes 45 collègues, les plus anciens ont tous le dos cassé, les articulations des coudes et les genoux usés.... Quand ce n’est pas un cancer qui les alpague peu de temps avant la retraite.... Et le moral en berne aussi.

              Mais à la fin de la journée, je regarde les massifs, les haies, les pelouses, les arbres... bref, les taches accomplies et je peux juger du résultat. Je peux mesurer concrètement ce que mes mains et ma tête ont réalisé avec volonté et conscience, durant mes 8h. Cet ouvrage de l’ouvrière que je suis. Et j’en suis parfois fière...Mais fatiguée aussi... Tout ça pour 1200 € net.

              N’empêche que je m’estime chanceuse comparée à l’ouvrier en usine. 

              Alors vous faites votre pain et ça vous fait plaisir. Soit.... Faites en 1500 dans la journée et on pourra causer de la condition ouvrière ^^

            • olivier cabanel olivier cabanel 31 octobre 2015 09:14

              @Agafia
              tant pis si je vous ai déçu, mais je persiste et signe.

              depuis qu’il existe, l’homme fait tout son possible pour se débarrasser des travaux pénibles, et il continuera vaille que vaille a fabriquer des machines pour le remplacer dans ces taches.
              ça ne dévalorise pas pour autant nombre de métiers, et ayant pratiqué l’architecture de nombreuses années, je n’ai jamais traîné les pieds pour faire ce travail, bien au contraire.
              donc j’ai posé le débat sur le fait que les richesses ne sont pas également partagées, que nombre de patrons n’ont pas compris qu’en privant leurs employés de revenus décents, ils se tirent eux-même une balle dans le pied, puisqu’ils perdent des consommateurs potentiels.
              proposer le revenu de base a chaque citoyen n’est pas faire d’eux des « assistés » ou des fainéants, mais leur permet de vivre dignement, plutot que de courir les petits emplois, juste pour survivre.
              les machines ont remplacé l’humain, fort bien, mais le patron a gardé le salaire de ceux qui ont été remplacés par les machines...c’est là que le bât blesse.
              mais ce n’est que mon modeste avis.
               smiley

            • Agafia Agafia 31 octobre 2015 09:32

              @olivier cabanel


              Rien / bouffon / indigne ????? Hé bé......
              Décidément, je vais m’abstenir, c’est préférable.

              C’était juste pour nous glisser que vous aviez connu ce type ?

            • soi même 31 octobre 2015 19:24

              @olivier cabanel, t’es un véritable cave mon bonhomme, inconstant creux et sans aucune envergure à répondre, t’es que du vent, il y a que l’esbroufe qui t’intéresse, à ton age être encore adolescent, si se n’est pas risible, c’est y par ce que te contentent de voir être un beau vieux.

              Triste sire.... !


            • foufouille foufouille 29 octobre 2015 13:19

              un alignement des planètes fera disparaitre le chômage.
              toute personne pouvant produire de l’électricité avec des patates ou deux fils dans le sol par un brevet GNU cabanelyen, un RU est inutile.


              • julius 1ER 29 octobre 2015 15:22

                La logique voudrait donc que pour supprimer la notion même du chômage, tout en conservant machines et autres robots, il faudrait en arriver un jour ou l’autre au « revenu universel », appelé aussi « revenu du base », lequel assurerait à tous les citoyens les moyens de consommer


                @Cabanel, 
                s’il était un argument à retenir, un seul, en faveur du Revenu Universel cela serait celui d’en finir avec cette notion de « variable d’ajustement » qu’est devenu le travail salarié ..... cette monstruosité économique qui est l’anti-thèse de ce que doit -être la finalité de l’économie cad permettre le partage du progrès par tous .....
                 
                or l’on peut dire que cette fameuse notion de variable d’ajustement a permis à des décideurs de s’enrichir en massacrant des milliers de salariés...... d’une part en faisant grimper le cours des actions en bourse mais aussi en percevant des primes énormes par le fait de tailler dans les effectifs...

                en finir avec ce type de conception de l’économie responsable en partie du chômage de masse serait un immense progrès pour les classes moyennes et populaires’( qui il faut malheureusement le dire ) ne sont pas à la pointe du combat pour cette juste cause ...... et je crois une fois de plus il faudra s’en remettre à une mouvance de gens éclairés soucieuse du bien commun et surtout avec une vision que la société dans l’état où elle se trouve ne peut qu’aller dans le mur ......

                car c’est bien de cela qu’il s’agit, on est arrivé au terminus de ce que l’économie néo-libérale a engendré , une économie du chaos où seuls les mieux introduits sont privilégiés mais pas seulement on devrait dire sont dopés par un vecteur essentiel le coefficient multiplicateur de l’argent lorsqu’il abonde dans certains secteurs avec des positions dominantes ....les GAFA en sont l’exemple le plus marquant .
                mais le combat va être encore long avant que l’on puisse inverser certains paradigmes économiques que l’on pourrait qualifier de Dogmes tels le Monétarisme et la Privatisation à outrance .....

                • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 17:23

                  @julius 1ER
                  pas mieux !

                  je partage et remercie.

                • Henry Canant Henry Canant 29 octobre 2015 22:50

                  @olivier cabanel
                  Cabanel le bobo parasite, le chanteur raté subventionné car de gauche qui ne s’est produit que sur les parkings des hyper marchés, fait son pain et cela l’autorise à insulter l’ouvrier.

                  Pas étonnant que les ouvriers, tous cons et démagos qu’ils sont, ne vote plus pour cette engeance.

                  Le jour où tu cesseras de nous polluer, je me déplacerais pas pour pisser sur ta tombe, mais me contenterais de prendre deux fois du dessert.



                • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 09:35

                  @Henry Canant
                  mais nous on t’aime Henry.

                   smiley

                • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 11:44

                  @Porcu Nustrale
                  un petit verre d’eau froide peut-être ?

                   smiley

                • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 19:40

                  @Porcu Nustrale
                  vous ne les méritez même pas.

                   smiley

                • olivier cabanel olivier cabanel 31 octobre 2015 07:26

                  @Porcu Nustrale

                  Pourtant, le sable est dur, et le faible le sait

                  Il est zen, inconstant, soucieux, péremptoire

                  Oublieux des savants, ceux qui comblent l’histoire

                  Lorsqu’elle se complait de la diversité

                   smiley


                • sls0 sls0 29 octobre 2015 15:22

                  J’ai écouté Jacques Sapir, pour lui qui a regardé de plus près les chiffres, il n’y a pas de baisse.
                  Aucun homme politique ne pourra faire baisser le chômage.
                  Déjà 3 raisons au minimum.

                  • 1) Le chômage est lié à la croissance, la croissance ou le PIB est parfaitement corrélée à la consommation d’énergie. Avec la disponibilité du pétrole qui va diminuer quid de l’énergie.
                  • 2) Amazon va bientôt faire tourner sa boutique qu’avec des robots, certains sites de production VAG c’est déjà le cas. L’humain devient de moins en moins indispensable.
                  • 3) la globalisation qui fait qu’on emploie l’humain le moins cher, comme on est dans un pays dit riche, pas de bol.
                  Moins de pétrole, moins de transport car cout plus élevé, les raisons 1 et 3 travaillent parfois en opposé.

                  Le modèles économique de Keynes (notre modèle) découle du modèle Ford qu’il avait analysé.
                  Le modèle Ford a fait son temps comme le modèle économique.
                  Le cercle Production > salaire > achat de la production, si un des paramètres s’effondre, tout s’effondre.
                  Même les très riches ne peuvent faire tourner le système, à la limite en mangeant 50 tonnes de crème glacée au dessert, en buvant 3000 hectolitres de pinard au repas et en s’achetant 200 voitures par jour. 70% du PIB c’est de la consommation.

                  Sans salaire la machine se grippe, le PIB se casse la gueule. Le 1% le plus riche est alimenté par le PIB, le dernier des utra-libéraux le sait.

                  Un salaire universel de base est une ou la solution. Salaire de base non de survie, il faut faire tourner la machine. Au dessus du seuil de pauvreté, ceux qui amènent un plus a la société ont un sursalaire en fonction de son apport. Le système des intermittents du spectacle s’en approche assez bien.

                  Un peu hors sujet, la population mondiale est liée au PIB mondial, ça peut faire réfléchir, toute diminution de la population ne se fera pas sans douleur.


                  • julius 1ER 29 octobre 2015 15:46

                    @sls0


                    globalement on arrive aux mêmes conclusion que Sapir, le Fordisme marche encore dans certains secteurs, mais cela n’est plus suffisant pour faire tourner la machine..... 

                    70% du PIB c’est de la conso, et par là-même de la TVA qui représente l’impôt le plus énorme et le plus inégalitaire et par là aussi le plus anti-républicain qui soit puisque les riches paient leurs denrées au même prix que les pauvres .... hic !!!!

                    alors s’il faut mettre 1 ou 2 points de plus de TVA, pour embrayer sur un nouveau modèle de développement économique .... la réponse est pourquoi pas !!!!

                    car le paradoxe de l’économie libérale c’est que ce modèle engendre une bureaucratie digne de l’ex-URSS.... l’illustration de cette bureaucratie c’est pôle emploi ou des gens vivent en s’assurant qu’il y ait assez de chômeurs pour les faire vivre alors que dans une économie dîte normale .... une simple bourse du travail serait suffisante.... cherchez l’erreur !!!

                    et ce phénomène est valable dans tous les pays occidentaux et ce sans parler des institutions qui se nourrissent littéralement de la pauvreté .... accompagnement qu’ils disent .... sic 

                    sans oublier la formation avec un budget de 35 milliards où les chômeurs sont étrangement absents ........
                     

                  • oncle archibald 29 octobre 2015 16:42

                    @julius 1ER : ah la formation ! Dans un lycée technique qui forme des dessinateurs pour bureaux d’études et cabinets d’architectes il ya encore quelques années on leur apprenait à dessiner sur du calque avec un té et une équerre alors que depuis au moins 1990 pour ceux qui ont tardé dans tous les cabinets d’études on ne dessinait plus que sur l’écran de l’ordinateur ... Quid du coût pour la société puisque ces enfants devront à nouveau être formés à peine leurs études soi disant techniques finies ? Quid de l’amertume de ces enfants qui vont constater qu’on s’est payé leur gueule et qu’ils ne sont pas employables ?



                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 17:24

                    @sls0
                    pas mieux !

                    je partage et remercie.

                  • sls0 sls0 29 octobre 2015 17:43

                    @julius 1ER
                    Il n’y a pas que la TVA si on veut récupérer de l’argent.
                    La Fraude fiscale est équivalente, je préfère ne serait-ce que pas justice qu’on tape sur les délinquants plutôt que sur les non délinquants.
                    Dans les années 70, les dividendes aux actionnaires représentaient 7-8% de la masse salariale, à l’époque les actionnaires ne vivaient pas dans la pauvreté.
                    De nos jours c’est deux fois plus pour les dividendes, les actionnaires ne sont certainement pas dans la pauvreté par contre du salarié pauvre ça commence à se trouver facilement.

                    Avant la financiarisation à outrance sans être franchement égalitaire, c’était quand même moins pourri que maintenant. Les très riches vivaient très bien et pour les autres c’était pas trop mal.
                    Comme nos hommes politiques c’est plus être le toutou du financier que l’avenir des français qui compte, revenir aux années 70 ce qui serait un minimum*, je suis assez circonspect.

                    * Je parle d’économie, ce n’est pas de justice sociale, de la règle de trois c’est tout, pas de moralité.

                    La révolution industrielle, c’est des inventions mais aussi de la financiarisation qui à permis de voir plus grand et faire sortir les inventions des salons, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est comme dans toutes choses, c’est l’excès qui est mauvais
                    Il y a une différence entre je te prête de l’argent pour que tu puisses créer et je joue au monopoly en spéculant sans que mon argent entre dans l’économie réelle.


                  • sls0 sls0 29 octobre 2015 18:22

                    @oncle archibald
                    Déjà on apprend à apprendre à l’école, c’est toute sa vie qu’on apprend.

                    Apprendre le dessin industriel avec un té, c’est comme apprendre à écrire avec un crayon. On emploie un outil, le cerveau qui dirige l’outil est plus important que l’outil.

                    J’ai appris avec un té et j’emploie catia, les bases et les normes sont toujours les mêmes.

                    Pour info, en 1987, j’employais PDMS, donc c’est avant 1990, bon pour faire tourner une vue 3D, il fallait causer machine. Une virgule à la place d’un point-virgule dans 8 lignes de code ça tournait pas et ça répondait syntaxe error.

                    En cas de panne de courant, le té peut servir, être trop dépendant de la technologie c’est pas toujours le top, faire le plan d’une maison, je serai peut être plus rapide avec un té qu’avec catia, pour un avion il vaut mieux catia.

                    En réfléchissant à tout ce qui a été dessiné et construit et qui est connu mondialement, quels est le pourcentage dessinés via la DAO ou la CAO ? 

                    Personnellement le jeune qui crée un robot, qu’il emploie un crayon ou un ordinateur je m’en fous, c’est la création qui m’intéresse. Vous c’est l’outil bipède, moi c’est le créateur bipède.

                    Les USA l’ont bien compris, ils attirent les créateurs et détruisent dans les autres pays les pépinières à créateurs, par rachat et suppression ou par discours tels que le votre ou en formatant des youngs leaders.


                  • bourrico 7 30 octobre 2015 08:46

                    @oncle archibald

                    il ya encore quelques années on leur apprenait à dessiner sur du calque avec un té et une équerre alors que depuis au moins 1990 pour ceux qui ont tardé dans tous les cabinets d’études on ne dessinait plus que sur l’écran de l’ordinateur 


                    Moi je les vois ces génies élevés à l’informatiques, incapables d’aligner deux traits droits même sur leur écran, les rois du bordel et de l’illisible.

                    Navré mais quand on apprends pas la base, on fait de la merde parce qu’on ne comprends pas le pourquoi du comment, on fait bêtement le perroquet, et c’est valable partout.



                  • Agafia Agafia 31 octobre 2015 09:14

                    @bourrico 7

                    Tout à fait d’accord avec vous... Pour une fois ^^

                    Au bureau d’études chez nous, c’est pareil. Sortis d’« autocad », sont pas foutus de faire un plan sur papier... 
                    Symbolique mais quand ils ont refait le bureau l’année dernière, la table à dessin, qui ne servait déjà plus qu’à empiler du bordel, a carrément disparu.... Au rebut !

                  • Spartacus Lequidam Spartacus 29 octobre 2015 17:08

                    Le problème du chômage c’est la peur de la liberté. Insufflé par des les marxistes qui occupent le champ des idées...


                    Ils insuflent le collectivisme qui fait l’apologie que chacun peut vivre aux dépens des autres et que chacun doit confier sa vie à autrui et le bonheur c’est l’emploi à vie et l’employeur qui s’occupe de tout. 

                    Le gens croient que la liberté va leur retirer leur avenir. 

                    Ce qui, pour un certain nombre ce n’est pas faux. Mais pour ceux qui sont libre est une stupidité.

                    • gaijin gaijin 29 octobre 2015 17:31

                      @Spartacus
                      « Ce qui, pour un certain nombre ce n’est pas faux. Mais pour ceux qui sont libre est une stupidité. »
                      bien entendu smiley
                      la liberté que vous invoquez est la liberté pour certain de rendre les autres esclaves !
                      euh ?
                      mais la vraie liberté celle qui consisterait a ne pas être l’esclave de vos pulsions primaires vous ne pouvez même pas soupçonner ce dont il s’agit ...................


                    • Enabomber Enabomber 29 octobre 2015 21:35

                      @gaijin
                      Ne lui parle pas de pulsions, il est convaincu que Sigmund est un affreux bolchevik qui conspire pour l’abattre.


                    • Spartacus Lequidam Spartacus 29 octobre 2015 22:05

                      @gaijin


                      Vous avez le droit de croire que le salariat est une prison. 
                      Mais personne n’est obligé d’accepter et vous avez même le droit de partir....

                      Incroyable ?

                    • bourrico 7 30 octobre 2015 08:42

                      @Spartacus

                      T’es salarié ?

                    • gaijin gaijin 30 octobre 2015 09:26

                      @Spartacus
                      c’est fait ! smiley
                      mais sur le salariat je dirais que j’en ai connu 2 sortes ( dans la même entreprise fondée par un ouvrier et revendue a sa retraite )
                      l’ancienne mode ou on considérait que le salarié était une ressource et ou on valorisait les compétences et l’engagement
                      et la nouvelle celle des grands groupes ou les boites sont envahies par des armées mexicaines de cadres et ou le salarié ( je différencie les cadres des autres salariés parce que le chien n’est pas un mouton ) devient une charge et un pion ......
                      dans l’ancienne version on parlait métier, résultats ........dans la nouvelle : ligne comptable
                      dans l’ancienne version on aboutissait a une cash machine qui pondait des primes mirobolantes dans la nouvelle ces connards avait plié trois boites sur 4 en 5 ans ( avant crise )

                      voilà voilà j’ai vu la même chose se produire ailleurs .......en suivant les mêmes étapes ......je n’ai rien contre l’entreprenariat ou quoi que ce soit mais j’ai quelque trucs a redire aux dogmes imbéciles du néolibéralisme ( ou appelez le comme vous voudrez )

                      mais l’esclavage dont je parle n’est pas ici il est le fait des grands groupes pilotés par des sociopathes : goldman sachs , monsanto .......etc ceux là rêvent en effet d’un monde sans règles ......c’est a dire sans autres règles que que celles qui garantissent leur pouvoir bien entendu


                    • gaijin gaijin 30 octobre 2015 09:30

                      @gaijin
                      ps
                      je précise qu’on bossait infiniment plus dans la première version que dans la seconde ........contrairement a ce qu’on veut nous faire croire la question n’est pas la charge de travail ........


                    • ddacoudre ddacoudre 29 octobre 2015 21:45

                      bonjour olivier
                      dans un monde où un être qui né ne trouvera pas un pouce de terre disponible pour dire qu’il s’y installe sans que quelqu’un vienne lui dire ici tu es chez moi, il ne lui reste qu’a attendre des autres qu’ils lui fasse une place au banquet, soit en partageant le fromage, soit en agrandissant celui-ci.
                      or dans une société d’économie capitaliste celui qui a faim représente une charge si pour le nourrir il ne peut rembourser l’argent que le riche lui prête.
                      http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-marche-et-la-pense-malthusienne-49954151.html
                      cordialement.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 22:43

                        @ddacoudre
                        bel article, merci de me l’avoir proposé.

                        tout est dit !

                      • joletaxi 29 octobre 2015 22:36

                        bonsoir oh Mage

                        mais que vous arrive-t-il ?

                        vous n’envisagez tout de même pas sérieusement de mettre au travail, ou pour quelques rares ici, remettre au travail, l’auditoire de avox ?
                        en tout cas, comptez pas sur moi, j’ai pas une minute à moi pour refaire mes châteaux de sable avec cette mer qui monte à toute vitesse


                        • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2015 22:42

                          @joletaxi
                          oui, et méfiez vous, vos pieds sont déjà dans la flotte.

                           smiley

                        • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 2015 12:13

                          une simple question de temps, le jour ou il n’y aura plus un seul travailleur que toutes les entreprises auront coulées comme un chômeur au bout de 2 ans n’a plus d’alloc donc il n’est plus comptabilisé ( 3 ans pour les séniors) , plus de chômeurs .....il suffit d’attendre .....ça arrive ....


                          • olivier cabanel olivier cabanel 30 octobre 2015 13:15

                            @zygzornifle
                            et on se retrouvera aux temps ou le fascisme triomphant imposera sa loi, comme en Allemagne avant la 2eme guerre mondiale, profitant de la détresse des citoyens.

                            c’est manifestement ce qu’attend le FN... 

                          • zygzornifle zygzornifle 31 octobre 2015 16:15

                            @olivier cabanel

                             si le FN attend cela il ne devra pas beaucoup patienter vu ce que les Fauxcialistes font et ce que les Ripoublicains comptent faire et défaire .....


                          • olivier cabanel olivier cabanel 31 octobre 2015 17:54

                            @zygzornifle
                            oui, effectivement...

                            ça rappelle singulièrement ce qui s’est passé en Allemagne dans les années 30... et on sait comment ça s’est terminé...
                             smiley

                          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 31 octobre 2015 05:53

                            Slu O,
                            pour instaurer le revenu de base, il faut changer de régime, tout remettre à plat la pyramide de cartes, et faire du monoply vertical, un simple jeu des « mille bornes ». Ce serait un exemple comme la France en a déjà proposé dans le passé. Fin de la croissance dans un monde fini, fin de la hiérarchie tout le monde au SMI, franchise que seuls refusent les plus vernis. Les nantis sont ceux qui se gardent les plus grosses dattes et comme tes détracteurs, avalent le noyau...rien que des mégalos !


                            • olivier cabanel olivier cabanel 31 octobre 2015 07:29

                              @Lisa SION 2
                              oui bien sur.

                              en fait, les nantis se tirent une balle dans le pied, en refusant le partage, ils se privent finalement de leur jouet...plus d’acheteurs...plus d’entreprise.
                              et ils restent assis en comptant leurs billets...
                               smiley

                            • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 2015 11:20

                              plus de licenciement sec ..... on attendra un jour de pluie .....


                              • gegemetz gegemetz 1er novembre 2015 12:14

                                bonjour Olivier

                                si ma mémoire ne me joue un tour ...
                                il me semble qu’un pays nordique a instauré un revenu universel  !
                                pour voir ! non ?

                                merci pour vos réflexions et le bonjour à votre ami africain !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès