• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La folie de l’austérité

La folie de l’austérité

Certains apprentis sorciers politiques, semblent n'avoir toujours rien compris à l'Economie solidaire.

« Ils sont presque fous ceux qui pensent qu’on peut diriger un pays comme un ménage » C’est ce qu’a dit Adam Smith le premier des grands économistes du 18 è siècle. Cet avertissement a été repris par J.M. Keynes au début du 20 è siècle. Ce qui n’a pas empêché nos dirigeants depuis des lustres de prôner l’austérité : « ne pas vivre au-dessus de ses moyens » est un slogan électoraliste purement démagogique qu’ils reprennent en cœur. Ce qui est valable pour chacun de nous ou pour les entreprises est une faute pour un pays, car cela mène au mieux à la décrépitude, à la misère d’une partie de sa population, au pire à la révolte, parce que la dépense est ce qui fait marcher la machine, comme un cycliste se « dépense » pour avancer en appuyant sur les pédales.

Quand un candidat à la présidence ose dire qu’il faut diminuer le nombre de fonctionnaires, il ne ferait qu’enfoncer le pays dans le marasme : par l’argent qu’ils reçoivent et qu’ils dépensent, ils font avancer le pays comme ce cycliste. C‘est donc une hérésie à une époque où justement la croissance stagne depuis longtemps. Prôner une telle ineptie sur le plan humain mériterait les tribunaux pour trahison à l’engagement de servir le pays dans son ensemble et pour incitation à la violence. C’est brutal disent les opposants. Doux euphémisme !

La technique austéritaire a été instaurée en France en 1973 par une loi qui interdisait à l’Etat de combler ses éventuels déficits budgétaires par la création monétaire. Le prétexte (fallacieux) était officiellement que la création monétaire engendrait l’inflation. L’horreur ! C’est faux, sauf si les entreprises en profitent pour augmenter leurs prix en disant, ce qui est vrai, que plus l’argent circule, plus sa valeur baisse. Encore faut-il que cette compensation soit ajustée. Or les entreprises qui subissaient également une pression de la part de leurs employés pour qu’ils augmentent les salaires, toujours pour la même raison, en « profitaient » pour dépasser un peu, par précaution, l’augmentation juste de leur prix. On entrait alors dans une espèce de mécanique infernal de course à l’échalote entre les trois protagonistes, l’Etat, les salariés, et les producteurs et intermédiaires distributeurs des biens achetés par ces salariés, chacun cherchant à se réajuster par rapporte à la perte de valeur monétaire, qui se terminait toujours à l’avantage des producteurs-distributeurs. Parce que la pression des salariés dépendait des possibilités de faire durer les grèves. Evidemment les moyens financiers de résister sont du côté des employeurs. Cette façon de voir l’Economie est le monétarisme, type anglo-saxon. Pourquoi l’Amérique a-t-elle pu appliquer cette technique ? En grande partie parce que l’inflation est moins forte dans un pays où les intermédiaires de la distribution, comme de la fabrication sont moins nombreux. Où l’on revient à mon article précédent sur les méfaits de la TVA.

Quant à l’Etat, pour soi-disant enrayer l’inflation, il a interdit la création monétaire, ce qui, arrangeait les banques prêteuses, qui, - cherchez l’erreur ! - , étaient le plus concernées par la perte de valeur monétaire. Le problème est que l’efficacité de cette technique s’est montrée dirigée dans un seul sens : si l’inflation a bien diminuée à ce jour, c’est parce que les ajustements salariaux n’ont pu se réaliser, notamment dans la grande industrie, du fait que celles-ci se sont empressées de créer des filiales et autres sous-traitants. En dispersant ainsi la masse des salariés, les grèves ne pouvaient durer. Entre l’inflation et l’austérité, c’est l’entreprise, principalement la grande, et la finance qui ont gagné. Là aussi, cherchez l’erreur !


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    



    • Hecetuye howahkan howahkan 24 mars 12:06

      Salut...respect et robustesse..

      chercher l’erreur est il dit..je trouve que c’est une excellente question..

      Pour moi l’économie est l’organisation de la compétition entre tous, elle est organisée cette compétition par celui qui est déjà le gagnant..

      le monopoly nous apprends déjà cela...avant de commencer la banque existe déjà...il nous apprend comme tous les sports de compétition que le principe est d’éliminer tous les autres...pour qu’il n’en reste que un...genre de jugement de Dieu donc..

      dans la genèse il est dit :

      -

      Au commencement, le banquier créa Dieu qui créa les cieux et la terre. 1.2 La terre était informe et vide, pas un troquet pas une mobylette disait Saint Coluche : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de la banque se mouvait au-dessus des eaux. 1.3 Le banquier dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut.etc..
      =-=-=-=-=

      Lloyd Blankfein, illustre ex-directeur de la FED qui n’est pas du tout fédérale a dit

      les compagnies qui grandissent créent de la richesse, ceci en retours donne du travail aux gens qui crée encore plus de richesses et de croissance, c’est un cercle vertueux.....

      rigolez pas c’est un de nos maîtres..qui a aussi dit : nous faisons l’œuvre de Dieu..

      non, non rigolez pas c’est une de nos maîtres...c’est un dieu....notre dieu...et oui...

      Ceci perdurera tant que nous nous obstinons sur la voie de refus de la coopération et du partage équitable...attention ceci ne peut être que volontaire..

      Ceci est notre choix majoritaire et la majorité a raison....euh non a le pouvoir...qu’elle laisse de suite au banquier..car dans toute compétition qui élimine il y a toujours un sommet qui dirige tout...

      Alors d’un coté on dit : oui génial compétition pour tous on va tous gagner ..

      quelques  temps après une majorité de perdants se retrouve la queue entre les jambes..et chante ils ont gagné les doigts dans le nez, on a perdu les doigts dans le cul..

      La majorité des perdants veut se refaire et en fait s’enfonce de plus en plus ....tout en chantant la même chanson avec la variante suivante

      lis ont encore gagné les doigts dans le nez, on a encore perdu les doigts dans le cul..

      Voila à peu prés la situation depuis 3000 ans..merci de votre attention, à vous les studios


      • zygzornifle zygzornifle 24 mars 12:59

        o stérité ho désespoir ho vieillesse ennemie ...... pour sauver la France il faut sacrifier son peuple ......


        • julius 1ER 24 mars 15:01
          @l’auteur, 
          en fait vous auriez pu dire que l’économie doit être étudiée dans un mouvement dynamique, car en économie 1+1 ne fait jamais 2 .... il y a des investissements qui ne peuvent rapporter que sur le long terme exemple des tunnels ou canaux que l’on creuse et qui souvent représentent un coût faramineux ...... avec parfois des risques de faillites globales !!!
          est-ce que le canal de panama ou de suez ont été des mauvaises choses ???
          est-ce que le tunnel sous la manche a été une mauvaise chose ????

          les réponses doivent être creusées c’est sûr car les réponses sont complexes ... mais pour Panama on voit que malgré toutes les vicissitudes engendrées par les travaux de ce canal sur plus d’1 siècle la réponse est claire on a relancé une série de grands travaux avec des investissements énormes pour le rendre encore plus facile d’utilisation !!!
          c’est donc que l’investissement est rentable !!!!
          chez -nous cette vision de boutiquiers comptable est directement issue de la logique des privatisations, ou 1 doit doit rapporter 2 ou 3 le plus vite possible, c’est d’ailleurs la logique qui existait au début du Capitalisme où tout était à faire .... c’est sûr qu’à l’époque 1 rapportait 2,3, 4,parfois plus ...

          maintenant c’est le contraire c’est aussi le pourquoi de ce mouvement de concentration capitaliste qui est une façon de réduire la concurrence et ce faisant de protéger ses propres investissements !!

          avec ce capitalisme monopoliste d’état qui a pris place en France en 1945 on a pu mettre en place d’immenses travaux du fait des nombreuses nationalisations et aussi du fait de l’Etat patron directeur dans de nombreux domaines énergie, transport, infrastructures .... etc 

          soyons clairs si l’Etat n’avait pas relancé la machine en 1945 et avait compté sur les « Privés » pour le faire la France serait au niveau de la Slovénie au jour d’aujourdhui et ceux qui pensent que le tout « privatif » représente la meilleure issue pour le pays sont dans l’erreur .... car aucun privé ne peut s’engager sur des travaux d’infrastructures qui nécessitent une coopération à plusieurs !!

          le nucléaire est assez emblématique sur ce sujet, tout a commencé avec la force de frappe et le nucléaire civil a permis de rentabiliser cet investissement coûteux qui ne rapporte rien( sauf si l’on décidait de vendre la technologie à tout le monde ) ce qui serait explosif compte-tenu de l’usage qui peut en être fait par des pays mal intentionnés !!!!
          c’est juste un exemple car le nucléaire reste un mauvais investissement quoiqu’on en dise car il oblitère d’autres possibilités de développement mais il explique assez bien une situation à un moment de l’Histoire !!!
          on finira avec la phrase, OH combien dévoyée :
          « les investissements d’aujourdhui, sont les emplois de demain » !!! 

          • petit gibus 24 mars 15:26
            @julius 1ER

            J’ai toujours pensé que l’économie relevait
            du simple bon sens et surtout pas des obscurs blablabla
            de nos experts actuels

            Ton post est un bel exemple de ce que tout le monde
            est capable de comprendre sans trop se torturer les méninges smiley

          • Peretz1 Peretz1 24 mars 23:49

            @julius 1ER Les investissements, grands travaux, entre autres, sont effectivement la clé d’une économie « normale ». C’est le dynamisme monétaire issu du travail que J.M. Keynes a toujours prôné en estimant nécessaire les incitations à la demande. Malheureusement, Milton Friedmann, a estimé que ce n’était pas à l’Etat de s’en occuper. L’Amérique étant la patrie du « business », il fallait laisser faire l’Entreprise. Le mal vient de là. Je le confirme dans un bouquin qui vient de sortir : « L’Economie humaine n’est pas un gros mot » qui reprend le monétarisme, mais vu par un informaticien et non par un économiste professionnel.


          • JL JL 24 mars 15:11

            ’’Prôner une telle ineptie sur le plan humain mériterait les tribunaux pour trahison à l’engagement de servir le pays dans son ensemble et pour incitation à la violence’’

             
             C’est d’autant plus vrai que ces escrocs piquent dans la caisse, en nous disant devant les millions : « Et alors ? »

            • Rincevent Rincevent 24 mars 18:22

              Le libéralisme fait des victimes ? C’est parce qu’on n’a pas assez libéralisé. L’Europe, pareil ? C’est parce qu’il n’y a pas assez d’Europe… Albert, reviens, ils sont devenus fous ! La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent - Albert Einstein.


              • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 mars 09:11

                Bonjour,
                .
                « Certains apprentis sorciers politiques, semblent n’avoir toujours rien compris à l’Économie solidaire. »
                .
                Si, les apprentis sorciers politiques ont tout compris, surtout les « young leaders » car ils sont devenue les complices du monde de la finance.
                .
                Ses apprentis sorciers reçoivent leur programme politique dicte par la commission européenne qui fixe les Grandes Orientations Politiques et Économiques que la France doit appliquer !
                .
                Les GOPÉ’s, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne.
                https://www.upr.fr/actualite/gope-nos-gouvernements-subordonnes-a-commission-europeenne
                .
                Oligarchie financière >> lobbyistes Bruxelles >> Commission européenne >> GOPE’s >> Notre gouvernement quel qu’il soit (de droite ou de gauche) est obligé d’appliquer les GOPE’s.
                .
                L’article 121 du TFUE stipule dans le paragraphe 2

                Le Conseil, sur recommandation de la Commission, élabore un projet pour les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union et en fait rapport au Conseil européen !
                https://www.youtube.com/watch?v=TR2EiJaIXCE&t=3s
                .
                La commission européenne est dévoue à obéir aux plus de 6000 groupes lobbyistes qui gravitent au tout d’elle à Bruxelles.
                .
                La commission européenne ignore l’intérêt général des européen et elle est une institution complétement antidémocratique !
                .
                Viviane Reding : 75 à 80% des lois nationales viennent de l’UE
                https://www.youtube.com/watch?v=c0IqaAhF_YA
                .
                L’austérité est programmé, elle est voulu par l’oligarchie financière, qui nous fait saigner, pour satisfaire leur boulimie à l’argent et au pouvoir.
                .
                Ou vas notre argent ?
                Classement Forbes 2017 Des Milliardaires Français
                http://www.forbes.fr/classements/classement-forbes-2017-des-milliardaires-francais/
                .
                L’UPR est le seul parti politique qui permet aux français de mettre un terme au programme d’austérité car nous allons mettre un terme aux GOPE’s donc aucun autre parti politique en parle !
                .
                Si les Français veulent arrêter cette escroquerie, choisir eux-mêmes les politiques qu’ils souhaitent dans tous les domaines et ainsi déterminer souverainement leur avenir, il n’y a pas d’autre solution que de sortir de l’UE. Ce que seul l’article 50 du TUE permet de faire sereinement, dans le respect de nos partenaires européens et du droit international.
                .
                Quittons le Titanic de l’UE ... la deuxième place de sortie est encore libre...
                1. BREXIT
                2. FREXIT (avec l’UPR) .... ? La décision appartient aux électeurs.
                .
                Le prix Nobel d’Économie, connu pour ses positions keynésiennes, Joseph Stiglitz, disait : « Les premiers qui quitteront l’euro s’en sortiront le mieux » !
                http://www.observatoiredeleurope.com/Stiglitz-les-premiers-qui-quitteront-l-euro-s-en-sortiront-le-mieux_a1710.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès