• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Nature n’a pas de crédit pour nous

La Nature n’a pas de crédit pour nous

Nous venons de dépasser le jour où les hommes ont consommé les ressources naturelles renouvelables par leur environnement en un an. Nous entamons des ressources naturelles que la planète Terre ne pourra pas reconstituer. L’expression imagée qui nous dit cela, répétée avec toute la puissance des médias et des réseaux sociaux est qu’à partir d’aujourd’hui nous vivons à crédit. Sans doute, attend-on de cette formulation qu’elle soit perceptible par tout le monde : trop de crédits finit par étouffer, étouffer un Etat, étouffer une famille par exemples et aboutit à un fiasco, une faillite, parfois l’arrêt brutal de tout ce qui faisait la vie, une forme de ruine, les objets, achetés avec le crédit quand il y en a, étant vendus à la hâte et dans une situation d’urgence et de dépendance qui en fait chuter les prix au maximum. Même si elle rend sensible notre problème énergétique, si elle en donne une image parlante, il faudrait néanmoins cesser cette comparaison économique, et cela pour plusieurs raisons.

Le crédit distribue l’épargne, l’utilise en la remettant dans un circuit actif ; ou alors, le crédit sert de base à la création monétaire. Cette création monétaire doit, au bout du compte, au bout d’un certain temps, payer des biens ou des services créés, réels, tangibles, demandés et qu’elle a contribué à créer. Quand un jeune couple emprunte pour acheter son appartement, il va rembourser de la monnaie créée pour lui avec son travail et les richesses qu’il crée dans son travail.

 

La première raison de penser que nous ne vivons pas à crédit est qu’il n'y a pas d'épargne de la Nature pour nous faire du crédit. Nous le savons avec cet aphorisme qui circule partout, présenté comme un proverbe des Amérindiens : « Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson. Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas. » Consommer les biens revient à les détruire plus ou moins rapidement (en mangeant la baguette… en roulant avec la voiture, elle finit par s’user). Les « réserves » de la Nature ont longtemps été tellement grandes que les hommes pouvaient les voir comme un crédit perpétuel que la Nature leur faisait. Bien des phénomènes naturels se produisent dans la surabondance et permet des ponctions fortes sans être affecté gravement : On peut manger les pommes et ne mettre en danger ni son verger, ni la survie de l’espèce pommier. Surtout si l’on « arrange » la germination des pépins de pommes. Les « réserves » de la Nature nécessitent des guillemets car ce ne sont des réserves que pour certains animaux et pour les humains. Le très grand nombre de pommes par rapport à la reproduction du pommier n’est pas à proprement parler une épargne, c’est (seulement) un surplus.

Avec la ponction dans les énergies fossiles (charbon, pétrole) ce lien change. Le stock est de belle taille mais il ne se recrée pas dans des temps qui conviennent aux humains. La Nature, ici vue comme un stock, n’est pas inerte. Ce stock se crée et recrée lui-même, mais il lui faut certaines conditions, dont des temps très longs, inaccessibles aux humains.

En un mot : la Nature ne peut pas être notre banquier.

 

En deux : Nous ne payons pas à la nature ce que nous lui prenons. Nous ne payons pas le pétrole à la Terre. Nous payons le travail de l’extraction, du raffinage, du transport. Michel Serres a proposé il y a longtemps de donner un statut juridique à certains éléments de la Nature que nous prenons, que nous volons comme faisaient les chasseurs-cueilleurs que nous sommes encore, sans nous soucier de ce qu’il se passe après. Faire de certains endroits des sujets de droit commence à petit pas un peu partout dans le monde. Il faudrait aussi ouvrir un compte en banque à la Nature, c’est-à-dire prendre dans nos surplus de quoi l’économiser, elle. Tant qu’elle contribuera en apportant des « matières premières » sans marchander quoi que ce soit, l’humanité continuera à se servir abondamment, ne se sentant pas gênée par le gaspillage. (Il y a aussi tout ce qu’on lui « rend », lui demandant de nous en débarrasser avec la même gratuité, ce qu’elle n’arrive plus à faire. Je m’en tiens au dépassement, c’est-à-dire au prélèvement de ressources non-reconstituables dans la durée de leur prélèvement. Je le cite au passage et n’en dis pas plus.).

Et surtout, ce « crédit » que nous fait la planète ne peut être pris comme une création de ressources : elle n’aide pas la création de richesses naturelles nouvelles qui nous permettraient de rembourser le crédit (tout au contraire, l’abondance apparente des ressources conduit à une augmentation considérable et permanente de la dépense).

En un mot : nous devrions être le banquier de la Nature.

 

En trois : Le jour du dépassement est une catastrophe au sens propre de ce mot, à savoir sa survenue toujours plus avancée dans l’année, et le caractère irrésistible de cette avancée qui contient le désastre absolue : la Terre commence à nous manquer. Or, ce jour du dépassement devient un « marronnier ». Un marronnier est un événement cyclique, annuel, saisonnier, qui arrive de façon très prévisible et dont les journalistes sont bien obligés de parler : le chassé-croisé des vacances, le festival d’Avignon, la rentrée des classes, la rentrée littéraire, le début des vendanges, les vacances de Toussaint, Noël… un marronnier appartient à un rite qui scande l’année, beaucoup de répétitions, peu de chance que le cours de la vie en soit modifié. (A moins d’être complètement dedans : de passer son bac ou d’avoir un enfant qui le passe).

 

Se séparer de ce mot « nous vivons à crédit » ne résoudra pas le problème, mais aussi séduisantes que sont les images, les métaphores, les comparaisons, il vaut mieux s’en éloigner car on ne sait jamais les limites de leur domaine de validité. Cette idée de crédit revient à normaliser ce phénomène ; c’est un peu comme le trou de la sécu, on en entend parler, les prestations diminuent mais la sécu est toujours là. Se passer de cette expression « nous vivons à crédit » nous évitera une erreur fondamentale qu’on pourrait nommer : la banalisation.

JPEG -  octets
L’humanité a épuisé les ressources de la planète pour 2018

Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 30 juillet 15:47

    J’adore cette vision comptable de la nature... Débit/Crédit...

    On va résoudre le problème avec la même idéologie que celle qui nous nous a envoyé dans le mur...

    Vivement que les fondamentaux nous renvoient au réel.

    Ça va être brutal, quand les criquets des villes vont déboulés sur la campagne, et qu’ils vont se rendre compte qu’il n’y a rien à bouffer...

    Relire Pilote de guerre du vieux Saint-Ex...


    • Le421 Le421 30 juillet 19:04

      @Clocel
      Bah bah bah !!
      Tout ça, c’est d’un complotisme incroyable.
      Déjà, à la base, tout est faussé.
      Vu que la Terre est plate, si il fait trop chaud de notre côté, il suffit de creuser, passer de l’autre côté pour avoir de la fraîcheur.
      Quand je vois tous ces cons qui installent la clim...
      Avec un copain, on a acheté deux pelles et on creuse. Depuis trois semaines !! smiley


    • baldis30 31 juillet 08:50

      « @Clocel
      bonjour,
        »Relire Pilote de guerre du vieux Saint-Ex...« 

      Interdit ... !  Auteur très dangereux, quel que soit le livre :
      Rend les gens intelligents donc ingouvernables.

       »les fondamentaux nous renvoient au réel
      Par exemple sarcastique ou tragique : Benalla, de Rugy ou Steve
       


    • ASTERIX 31 juillet 09:50

      @Le421

      comme notre gouvernement qui n’a plus aucun crédit  !!!!!!!!!!!!!!!!!

      ce gouvernement est incapable de répliquer aux campagnes de harcèlement telephonique contre les agences fausses ou vraies pour l ’isolation l’amenagement des combles de maisons ou ALORS ILS SONT COMPLICES ET PASSENT A LA CAISSE voir système de RUGY ,,, ????????

      au moins une duzaine d’appels par jout tot le matin pendant les repas ou tard le soir MME BORNE TIENT T ELLE LA CAISSE NE DIT RIEN NE FAIT RIEN

      la PROCHAINE JACQUERIE GROUPANT GILETS JAUNES ET ROUGES INSOUMIS ET PAYSANS L’ EMPORTERA !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • Le421 Le421 31 juillet 10:55

      @ASTERIX
      Où est le problème ?
      Tant qu’il y aura des abrutis pour avaler qu’en payant un mois d’avance, la première semaine est gratuite et que l’on va perdre du poids comme fond un glaçon au soleil...
      Une vraie révolution ?
      Il suffit de mettre en panne les réseaux mobiles et dans les dix minutes qui suivent, chez les moins de quarante ans (et encore !!), c’est l’émeute.
      A désespérer...
      Pour ce qui est des nuisances quotidiennes, dans la mesure où les gens qui sont du bon côté du bâton on maintenant quartier libre total (à quand une condamnation même minuscule des exactions des « forces de l’ordre », notez les guillemets), il n’y a plus de raison de se gêner !!
      Au fait !! Quelqu’un pourra m’expliquer, quand on est à la retraite, comment connaître le montant des impôts prélevés à la Carsat, au RSI, à l’Ircantec, à la ProBTP, au TPG, etc, etc.
      Parce que moi, perso, j’y arrive pas.
      Et les impôts ne communiquent pas là-dessus. Ni par téléphone, ni par mail.
      Donc, c’est « open bar », épicétou !!
      Mais ça, Macron l’avait calculé. Le PAS s’est transformé en une gigantesque entube généralisée...
      Je passe sur les taxes yachts, jets et autres voitures de sport, bijoux, etc.
      Du pipeau de première catégorie !!


    • Spartacus Spartacus 30 juillet 16:28

      Quelle niaiserie cette connerie d’étude sur les ressources à crédit.

      Pauv’ Maltusiens, s’ils avaient appris le cornucopien à l’école et qu’a l’éducation nationale on leur avait appris qui était Julian Simon.

      Cours de cornucopien à recopier 100 fois :

      « Le monde est un système fermé au même titre qu’un piano est un système fermé. L’instrument n’a que 88 notes, mais ces notes peuvent être jouées de manières presque infinies. La même chose s’applique à notre planète. Les atomes de la Terre peuvent être fixes, mais les combinaisons possibles de ces atomes sont infinies. Ce qui compte, ce ne sont donc pas les limites physiques de notre planète, mais la liberté humaine d’expérimenter et de réinventer l’utilisation des ressources que nous avons »

      Et un petit tour sur l’indice des ressources qui répertories les ressources officielles découvertes :

       https://www.cato.org/publications/policy-analysis/simon-abundance-index-new-way-measure-availability-resources

      Que c’est bizarre, elles augmentent toutes, et en nombre de ressources et en volume.. 

      Et oui le capitalisme est une gestion des raretés. Mais va expliquer la base du capitalisme a des gens qui croient l’économie en jeu a somme nulle.


      • Le421 Le421 30 juillet 19:05

        @Spartacus
        Pourtant, le crédit, ça devrait vous interpeller.
        C’est la manière de faire gagner de l’argent à ceux qui en ont déjà plein, appliquée à ceux qui en ont peu.
        Cool, non ??


      • pemile pemile 30 juillet 21:10

        @Spartacus « L’instrument n’a que 88 notes, mais ces notes peuvent être jouées de manières presque infinies »

        Sauf que si vous machouillez une touche par jour pour vous couper la faim, au bout de 87 jours la mélodie sera plus que limitée !


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 21:25

        @pemile

        BB King a scotché Clapton et Gilmour sur ce genre de paris...une note .


      • pemile pemile 30 juillet 21:43

        @Aita Pea Pea « une note . »

        Deux, non ?


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 21:52

        @pemile

        Salut. Non c’était juste sur le vibrato il me semble...


      • pemile pemile 30 juillet 22:13

        @Aita Pea Pea

        Je pensais à ce genre de 2 notes solo (2:58)

        Va falloir que tu sources ! smiley


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 22:38

        @pemile Du haut de mon Smartphone compliqué . Une vidéo que j’ai vue il y a une quinzaine...le père BB donnant la leçon...Clapton et Gilmour en amours .


      • Ouam Ouam 31 juillet 02:23

        @pemile.
        Sa théorie est stupide, il est meme possible de pousser le bouchon plus loin avec UNE seule note via des figures rhytmiques infinies
         
        Puis en plus je ne vois pas le « rapport » avec l’épuisement des ressources...
        Dans son eternelle vision étriquée,
        la planete est « infinie » comme le « con-sommateur » qui doit aussi l’etre smiley
         
        Alors c’te mono ?, tu l’a un peu bichonné j’espere


      • Ouam Ouam 31 juillet 02:36

        @pemile
        Miles Davis, deux accords. (certes pas 2 notes, mais un morceau entier)
        « So What » t’a la partoche la :
        https://www.sheetmusicdirect.com/fr-FR/se/ID_No/62059/Product.aspx
         
        le « la » (A), c’est l’intro, et le Fa mineur 7 + quarte + le (re) mi b 7c’est la fin.
        Le « re min 7 » peut etre omis (c’est la « transition »)

        Un super morceau de 9mn le mieux est de l’écouter si tu ne le connais pas
        https://www.youtube.com/watch?v=ylXk1LBvIqU
         
        Il doit exister des morceauxs sur un accord (musique répétitive) mais c’est moins connu que celui ci qui est un « incontournable » dans l’histoire du jazz


      • baldis30 31 juillet 08:54

        @Aita Pea Pea

         Beethoven l’a fait bien avant ... avec un ré.... et 200 ans après on est toujours en admiration devant l’allegretto ...
        Plus tard Rossini le fit aussi ...
        alors vos petits joueurs c’est de la m.......


      • Spartacus Spartacus 31 juillet 09:44

        @Ouam
        C’est votre vision qui est étriquée, et votre ignorance du cornucopien.

        Votre manière statique de penser sans comprendre la dynamique de la ressource.

        Les ressources utiles ne dépendent pas des limites physiques de matières premières, mais de la capacité de l’homme a adapter son environnement à ses besoins.


      • pemile pemile 31 juillet 12:42

        @Spartacus « mais de la capacité de l’homme a adapter son environnement à ses besoins. »

        Manière vicieuse de déclarer : détruisons tout, nos gamins n’auront qu’à s’adapter en étant inventif ! smiley


      • JC_Lavau JC_Lavau 30 juillet 16:34

        Crédit ? En revanche la crédulité n’a pas de limites.


        • Crab2 30 juillet 16:52

          Le tonneau du libéralisme

          Le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada a été approuvé par l’Assemblée nationale ..Suite  :

          https://laicite-moderne.blogspot.com/2019/07/le-tonneau-du-liberalisme.html



          • Spartacus Spartacus 30 juillet 17:00

            @Crab2
            Et les intellos de gauche et droite laissaient les gens choisir à leur place ?

            Mettez donc un énorme autocolant « viande Canadienne » sur le roti avec 1€ de moins au Kilo, et laissez les gens votez eux même sur ce qu’ils vont manger...

            Arrêtez de vous prendre pour les arbitres du savoir ce qui est bon pour les autres.
            Laissez les gens libres.


          • Clocel Clocel 30 juillet 17:09

            @Spartacus

            Le problème mon bon Salamix, c’est que les gens n’ont pas le choix...
            Ce n’est pas le bœuf canadien qu’ils « choisiront », mais l’économie de 1€ qui leur donnera un peu d’oxygène sur le budget d’autre chose.
            Votre raisonnement est crapuleux et vous le savez bien.


          • Le421 Le421 30 juillet 19:10

            @Clocel
            Enfin, celui qui me fera bouffer du bœuf canadien nourri aux farines animales, soit ce sera à l’insu de mon plein gré, soit ce sera avec un calibre collé sur la tempe.
            Et encore...
            J’adore les raviolis en boîte, ça fait bien vingt ans que j’en ai pas croqué un.
            Bien avant l’affaire Spanghero...


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 19:16

            @Le421

            Ahhhhhh le grand 421 de gooooche ...tellement pas méprisant.


          • Raymond75 30 juillet 20:52

            @Crab2

            Au fait : l’espérance de vie est elle plus faible au Canada qu’en France ? et le niveau sanitaire de la population plus mauvais ?


          • Ouam Ouam 31 juillet 02:47

            @Spartacus
            "Mettez donc un énorme autocolant « viande Canadienne » sur le roti avec 1€ de moins au Kilo, et laissez les gens votez eux même sur ce qu’ils vont manger...

            « 
             
            Pour une fois je suis d’accord avec toi...
             
            Si c’est toi (et tes clones) qui »en con-somment« un max....
            Les idées de merde vonts de pair avec la bouffe de merde
             
            Je suis meme pour l’apport en arsenic, voir l’ajout de concentré de phalloides & co, pour »bonifier« ton »produit final" (lol)
            en faisant une autre sur-réduction de 0.50c d’€ et en te laissant le choisir (re-lol)


          • Spartacus Spartacus 31 juillet 09:50

            @Ouam
            Les pleurnicheries capitalistes pseudo sanitaires anti-capitalistes sont un luxe de bobos des villes totalement décalés des réalités.

            Entre le bio, les voitures électriques et l’envie d’emmerder les autres de leurs interdictions liberticides aux de leurs lubbies d’enfants gâtes...
             


          • Le421 Le421 31 juillet 10:58

            @Spartacus
            Vous devenez illisible, attention !!


          • Hervé Hum Hervé Hum 31 juillet 13:14

            @Spartagugus

            j’aime bien parfois réagir à vos commentaires, tant ils sont stupides.

            En effet, ces lois liberticide n’emmerdent que ceux qui les soutiennent, les autres, enfin, ceux qui en ont les ressources financières, n’en ont rien à foutre, cela ne les concernent pas du tout.

            Parce que, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, plus on est riche, moins les lois s’appliquent à soi même et inversement.

            Pour preuve, plus il y a de taxes sur les carburants pour lutter contre le réchauffement climatique, et plus il y a de bateaux de luxes, de jet privés et même des avions spatiaux. Bref, les lois liberticides ne sont faites que pour ceux qui n’ont pas les moyens de s’y soustraire.


          • Spartacus Spartacus 31 juillet 17:17

            @Hervé le merdeux

            Au cas ou vous l’auriez pas remarqué, les lois liberticides plus on n’en subit pas les conséquences et qu’elles sont pour les autres, plus les gauchistes sont pour, et qu’ils trouvent une bonne raison qu’elles existent.

            Rarement celles qui les concernent.


          • Hervé Hum Hervé Hum 1er août 08:49

            @Spartacus

            On ne remarque pas les mêmes choses, mais la réalité ne laisse guère de doute, les lois liberticides ne concernent que les pauvres, et plus on est riche, moins on subit les lois liberticides. Too big, too fail comme ils disent. C’est d’autant plus vrai, que les lois liberticides auxquelles tu pense sont faites précisément pour protéger le plus de liberté possible aux riches, mais inverser la charge est une technique très utilisée par les défenseurs du système capitaliste, c’est même leur seule façon de procéder, puisque c’est la seule manière de faire passer un système mafieux pour un système vertueux.


          • Hervé Hum Hervé Hum 1er août 10:34

            @Spartagugus

            Tiens, cite moi une seule loi liberticide à laquelle un milliardaire ne puisse pas se soustraire et une seule loi liberticide à laquelle un pauvre peut se soustraire ?

            EN TOUTE LEGALITE BIEN ENTENDU !


          • Hervé Hum Hervé Hum 1er août 12:53

            @sparacul

            tiens, il y a un article de George L. Zeter intitulé « pédophilie, we are the world... The children » pour illustrer l’impact des lois liberticides sur les milliardaires !

            Après tout, selon ton idéologie libérale, interdire la pédophilie est une loi liberticide pour celui qui a les moyens de payer qui des parents ou des enfants eh leur promettant de gigantesques sucettes.


          • Claudec Claudec 30 juillet 17:08

            C’est en effet une monumentale erreur que de considérer que la nature fait crédit à qui ou quoi que ce soit, pour la simple raison qu’un crédit, qui résulte d’un accord entre créancier et débiteur, se rembourse (ou s’annule). Or comment l’humanité pourrait-elle rendre ce qu’elle a abusivement tiré de son habitat et consommé ? La nature n’ayant au demeurant pas vocation de le demander à une humanité qui n’est pour elle-même qu’un aliment, une ressource, un combustible, comme un autre.

            Que l’homme puisse faire durer le plaisir par frugalité ou en réduisant ses effectifs semble possible, mais inévitablement, y compris en comptant avec le cornucopianisme, le festin prendra fin tôt ou tard.


            • floyd floyd 30 juillet 17:16

              Cette notion de crédit n’a aucune valeur rationnelle ou scientifique. C’est juste une connerie de plus pour culpabiliser les gens. Personne ne sait exactement combien de ressources sont disponibles sur la planète. Si on parle des énergies fossiles, les prophètes de malheur se sont toujours trompé dans le passé. De plus de nouvelles technologies permettent d’extraire et d’utiliser de façon de plus en plus efficace les stocks existants et surtout l’être humain découvre sans cesse l’utilisation d’énergie de plus en plus dense (bois->charbon->pétrole->nucléaire). On ne manquera donc jamais d’énergie. Après je ne dis pas qu’il ne faut pas respecter la nature et qu’il ne faut pas être prudent dans certaines circonstances, mais franchement ce catastrophisme constant est écœurant.

              Après, la croissance de l’utilisation des énergies ne doit pas être une fin en soi. Il doit permettre avant tout de se libérer des contraintes matérielles. Dans le meilleur des mondes possible il devrait également permettre à l’être humain de pouvoir développer sa conscience. Les écolos mettent surtout en avant l’apocalypse en espérant que cela modifie profondément le comportement des gens, mais pour moi c’est une aberration. On ne change pas durablement et de façon positif les êtres humains en utilisant la manipulation et la peur. Surtout ils ont une vision très négative de l’être humain. Beaucoup d’entre eux haïssent profondément l’espèce humaine. Comment voulez vous construire un monde de façon durable avec une telle vision ? Il nous faut avant tout une vision intégrale du monde, qui fait la part des choses et qui retient les aspects positifs de chaque période de l’histoire humaine.


              • Xenozoid 30 juillet 19:33

                l’humanité est surtout handicapé,et domestiqué,think about it


                • Raymond75 30 juillet 20:19

                  Une image vaut mieux qu’un long discours :

                  https://www.youtube.com/watch?v=ag3E45H13NA


                  • Sozenz 30 juillet 20:30

                    @Raymond75
                    merci.


                  • San Jose 30 juillet 21:03

                    Les combustibles fossiles ne repoussant pas à notre échelle, et les combustibles fissiles ne repoussant pas du tout, le jour du dépassement est le premier janvier. Flinguez-vous. 


                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 30 juillet 22:08

                      @San Jose On peut le voir comme ça. Sauf que le jour du dépassement prend en compte tous les prélèvements des hommes et pas seulement les fossiles.


                    • San Jose 30 juillet 22:58

                      @Orélien Péréol
                      .
                      L’année où le jour du Dépassement atteindra le 31 décembre de l’année précédente on sera dans la situation des pays dont la dette dépasse 100% du PIB ? Bah, ils ne s’en aperçoivent même pas. 


                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 30 juillet 23:03

                      @San Jose Tout mon article est pour dire que la comparaison ne vaut pas.


                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 30 juillet 22:07

                      Il y a très peu, vraiment très peu de « commentaires » qui réagissent à mon article. Faites l’effort de le lire, déjà et de répondre aux trois arguments présentés (ils sont numérotés). Merci.


                      • Raymond75 31 juillet 08:54

                        @Orélien Péréol

                        Votre article est très intéressant, et vous montrez bien que la notion de ’crédit’ n’a pas de sens quand il s’agit de vivre au dessus des moyens que la nature met à notre disposition, mais qu’il s’agit bien de ’destruction’.

                        Si toute l’humanité devait vivre comme la France, ce qui est parfaitement légitime (à moins de dire qui a droit et qui n’a pas droit) il faudrait trois fois les ressources de la Terre : notre société n’a aucun avenir, et nos petits enfants vont nous haïr.

                        Mais sans aucune provocation de ma part, cela on le sait depuis longtemps, et je dirais ’officiellement’ depuis 1974, lorsque René Dumont s’est présenté à l’élection présidentielle :
                        https://www.youtube.com/watch?v=nMRFKNu0f30

                        Et depuis ? Trahisons et incompétence des politiques, de gauche comme de droite, qui ont laissé le néo-libéralisme s’installer partout, et nous expliquant doctement qu’il s’agit de ’réformes’ indispensables. Le profit à court terme d’une infime minorité, la lutte des plus pauvres contre les pauvres, la recherche névrotique des plus bas salaires, les dumping fiscal et social, la mondialisation ... La société nous échappe et la notion d’intérêt public devient une curiosité de foire !

                        Mais une fois que l’on a dit cela, que l’on se sent individuellement culpabilisé, que pouvons nous faire à notre niveau personnel ? Pas grand chose.

                        Demander aux Gilets Jaunes de quitter leur pavillon en carton pâte et leurs deux voitures, probablement des diesels anciens, ou demander à celles et ceux qui, locataires ou propriétaires ont les pires difficultés pour payer un appartement, de faire l’acquisition d’une petit appartement dans une résidence neuve et très bien isolée, proches des transports et des emplois ? Sérieux, c’est cela qu’il faut dire ?

                        Ne plus consommer de produits, alimentaires ou pas, fabriqués à l’étranger alors que tout vient ou presque de l’étranger ? Et en quoi un produit français, plus cher, serait il meilleur ?

                        Bref, quand il faut passer de la parole aux actes, cela devient difficile !!!

                        Les démocraties ne fonctionnent que sur le très court terme, d’élection en élection. Quel candidat pourrait se présenter en proposant de grandes difficultés pendant une génération pour mettre en place une nouvelle organisation de la société future, à condition que cela soit accepté par tous les autres pays (sauf à vivre en autarcie ? après avoir détruit tous nos moyens ? ) ...

                        Alors il en ira dans l’avenir comme dans le passé : en spectateurs contraints et impuissants, nous attendrons la vraie catastrophe qui imposera des changements radicaux et brutaux, avec de nombreuses victimes, pour se lancer dans une ’reconstruction’ salutaire.

                        Je le déplore, mais je ne crois plus en la sagesse populaire.


                      • Attilax Attilax 30 juillet 22:34

                        Ce n’est pas un problème économique ou politique, c’est un problème d’arithmétique : on ne peut pas croître à l’infini dans un système fini.

                        Les gens ne voudront pas revenir à la bougie, la démographie mondiale est une exponentielle devenue folle, ce sont donc les lois de ce bon vieux Darwin qui s’appliqueront d’ici peu. Ayez un peu foi en l’évolution, que diable ! La vie à la peau dure, il en faudra plus que nous pour l’éradiquer. Et la terre a encore 2.5 milliards d’années pour abriter cette saloperie. Pas de souci pour la planète, donc. Elle est pas née de la dernière pluie.

                        Par contre, pour nous, la période de « transition » risque de piquer un peu.


                        • Ouam Ouam 31 juillet 02:42

                          @Attilax
                          "Ce n’est pas un problème économique ou politique, c’est un problème d’arithmétique : on ne peut pas croître à l’infini dans un système fini.

                          « 
                           
                          +1000
                          Victor Ayoli dans son dernier article sur A Vox en parle aussi...
                           
                           »Par contre, pour nous, la période de « transition » risque de piquer un peu.

                          « 
                          Que veut tu c’est le capitalisme-open-bar-infini qui est »le dogme« pour l’instant...
                           
                          Faudra regler la »facture« et ce n’est pas les »debiteurs "(et ceuxs qui y auronts participé ou promu) qui vonts régler la note....


                        • Spartacus Spartacus 31 juillet 10:07

                          @Attilax
                          « on ne peut pas croître à l’infini dans un système fini »..
                          Quelle absurdité Maltusienne !

                          Si le monde avait eu des ancêtres qui ont vécu des générations avec l’épuisement des Mammouths, nous n’aurions pas de Smarphone qu’ils n’auraient jamais imaginé possible.

                          La corrélation de la croissance n’est pas lié aux ressources physiques, mais à l’ingéniosité de l’homme.

                          Une petite étude de la vie de Normam Borlaug ou un abonnement à la new-letter hebdomadaire de humanprogress vous est nécessaire pour sortir du Maltusianisme et comprendre comment fonctionne le monde. 

                          A lire le fil l’article, on est pétrifié de voir a quel point nous avons une France qui en est resté à une vision manichéenne et statique des réalités du monde qui l’entoure.


                        • Spartacus Spartacus 31 juillet 10:14

                          @Attilax
                          Voici une vidéo (désolé c’est en Anglais) qui pose la question, s’il y a une limite à l’évolution technologique.
                          https://youtu.be/zVsHzS70krg
                          Elle fait comprendre (à ceux qui ont l’esprit ouvert) en quoi les limites physiques des matières premières ne sont pas un problème.


                        • Hervé Hum Hervé Hum 31 juillet 13:03

                          @Spartagugus

                          Quand une cloche écoute le son d’une autre cloche, cela produit seulement plus de bruit, c’est tout.

                          Par exemple, dans la vidéo parlant des limites, si tout n’est pas faux, tout n’est pas vrai et surtout, n’évite pas les absurdités grossières. C’est à dire, qu’avant d’observer une civilisation ET supérieurement évoluée comme celle de type 3, cela veut surtout dire que c’est eux qui nous ont d’abord étudié et non l’inverse, grande cloche.

                          Enfin, le principe de l’épuisement des ressources ne parle pas tant de savoir si une partie de l’humanité en tirera profit et poursuivra la route, mais de savoir dans quelles conditions et quel environnement.

                          Ainsi, quand des milliardaires comme Musk et autre Besos imaginent le futur et investissent massivement dans la technologie, l’un pour aller sur Mars et l’autre pour le cerveau connecté et tous pour construire des bunkers censés résister à tout, ils ne pensent pas à l’humanité toute entière, mais uniquement à eux même et leurs proches. Idem pour l’idée du transhumanisme qui ne concerne qu’une élite autoproclamé supérieure et qui, de ce fait, réfléchissent déjà de savoir comment éradiquer toute cette masse humaine sous évolué et obsolète pour eux.

                          Bref, si on ne considère que la partie détenant la propriété du monde actuel, alors oui, pas de souci de ressources, par contre, si on considère l’ensemble de l’humanité, alors là, même le gars de la vidéo risque de se trouver des accointances avec Malthus.

                          Et encore, on reste ici avec des idées simplistes....


                        • floyd floyd 31 juillet 14:24

                          @Attilax
                          « on ne peut pas croître à l’infini dans un système fini. »

                          Bien sûr que si, puisque toute l’histoire de l’humanité a prouvé le contraire. Ce n’est pas parce que le monde matériel est limité, que l’esprit humain est limité. Si la démographie mondiale a explosé c’est surtout grâce au progrès extraordinaire de la science et de la technologie. Après je n’en fais pas une fin en soi, mais les privilégiés que nous sommes devraient reconnaitre le confort matériel que nous a apporté la modernité, au lieu de crier à l’apocalypse continuellement.
                          Une petite vidéo intéressante sur le sujet : ’La croissance infinie : ça ne va pas plaire aux collapsologues’ : https://www.youtube.com/watch?v=9cazm0313p8


                        • Spartacus Spartacus 31 juillet 16:10

                          @Hervé Hum
                          Frustré pour insulter de la sorte ? Un complexe d’infériorité ?

                          Musk a créé un logiciel précurseur de Altavista et Google.
                          Les retombées dont importantes de nos jours.
                          Musk a créé un moyen de payement international, Paypal.
                          Les retombées sont importantes de nos jours.
                          Musk démocratise le voyage spacial alors qu’avant c’était un monopole d’état.
                          Les retombées futures seront importantes.
                          Musk a démocratisé la voiture rapide électrique.
                          Les retombées seront importantes
                          Musk invente un transport par train subsonique.
                          Les retombées seront importantes.

                          C’est bien la preuve que l’intérêt individuel sert la communauté, il crée des marchés qui se vulgariseront au fur et à mesure que les coûts baisseront.


                        • foufouille foufouille 31 juillet 16:18

                          @Spartacus
                          c’est juste un mec avec des idées qui utilise le fric des autres.
                          il a rien inventé de nouveau.
                          tesla ne fait aucun bénéfice.
                          spacex reçoit des subventions.
                          etc


                        • Spartacus Spartacus 31 juillet 17:02

                          @foufouille
                          Tout le monde utilise les idées de tout le monde.
                          Comme toi tu utilises le ruissellement des idées de Bill Gates en utilisant un ordinateur pour répondre.

                          L’ouvrier qui visse des boulons toute la journée, utilise le ruissellement des idées de celui qui a inventé le pas de vis, ou l’inventeur de la métallurgie qui à leur époque l’ont inventé pour eux et pas pour les autres.

                          Musk crée des marchés. Il serait fou de ne pas utiliser des subventions puisqu’il a des états assez cons pour en donner.
                           Et de nombreuses sociétés attendent des années avant de dégager des bénéfices. Amazon a fait des pertes pendant 20 ans avant de dégager ses premiers bénéfices.

                          Il montre juste que son intérêt, fait que ses réalisations, qu’on approuve ou pas ruissellent ou ruisselleront un jour pour les autres.


                        • foufouille foufouille 31 juillet 17:11

                          @Spartacus
                          ton escroc gates n’a pas inventé l’ordinateur et je suis sous linux.

                          les subventions sont donc bonne pour certains ....

                          amazon ne « ruisselle » pas du tout.


                        • nono le simplet nono le simplet 31 juillet 17:36

                          @Spartacus
                          L’ouvrier qui visse des boulons toute la journée, utilise le ruissellement des idées de celui qui a inventé le pas de vis

                          ouais le ruissellement des idées du mec qui a inventé le pas de vis engendre la sueur de celui qui boulonne ...


                        • Xenozoid 31 juillet 17:49

                          @nono le simplet

                          imagine si sparta avais eu le copyright sur le feu...oh la la


                        • nono le simplet nono le simplet 31 juillet 17:49

                          @Xenozoid
                          lol


                        • Attilax Attilax 31 juillet 19:53

                          @Spartacus

                          Il ne démocratise rien du tout, le citoyen lambda ne fera pas de voyage interplanétaire et n’a pas de tesla à 100.000 boules, ça ne concerne que des gens très riches. Son « train » coûte une véritable fortune et est très énergivore, pareil ça ne concernera pas tout le monde. Et si vous le donniez à tout le monde, il faudrait plusieurs terres vu qu’on va être dix milliards dans pas longtemps... Bref, crois à ce que tu veux, mais je te le redis : on ne produit pas à l’infini dans un système fini, c’est du domaine de l’évidence.


                        • floyd floyd 31 juillet 21:15

                          @Attilax
                          Ce qui est le domaine de l’évidence c’est que grâce à l’effort constant de nombreux ingénieurs depuis des dizaines d’années, notre civilisation a réussi à construire des microprocesseurs des millions de fois plus rapide avec des milliards de transistors et ceci pour des coûts de plus en plus bas. Si ce n’est pas un exemple frappant d’une évolution exponentielle ça ! Ce qui nous permet en autre d’avoir maintenant des sites internet accessibles à tous où les gens peuvent rejeter la croissance et vomir sur la technologie ! N’est-ce pas étonnant ? Le dogmatisme de l’être humain ne cessera jamais de m’étonner.
                          Ce qui n’est pas tenable ce n’est pas une croissance matériel sans fin, mais une croissance qui n’est pas associé à un développement spirituel. Personnellement je constate que tout le monde veut sauver la planète, parce que c’est qu’on répète à longueur de journée dans les médias, mais dans la vie de tous les jours, les gens se regarde de plus en plus le nombril. Donc personnellement, rien à foutre de la nouvelle religion qui veut sauver la planète ! Peu importe de manger des carottes toute la journée, d’aller en bicyclette ou de recycler ces déchets, ce qu’il faut sauver c’est avant tout le cœur des êtres humains qui manquent cruellement de sensibilité et de compassion.


                        • pemile pemile 31 juillet 21:50

                          @Spartacus « Tout le monde utilise les idées de tout le monde. Comme toi tu utilises le ruissellement des idées de Bill Gates en utilisant un ordinateur pour répondre. »

                          Dixit le pigeon formaté Windows, aujourd’hui c’est plutôt Microsoft qui profite du logiciel libre ! - :))


                        • pemile pemile 31 juillet 21:58

                          @floyd "notre civilisation a réussi à construire des microprocesseurs des millions de fois plus rapide avec des milliards de transistors et ceci pour des coûts de plus en plus bas. Si ce n’est pas un exemple frappant d’une évolution exponentielle ça !"

                          Sauf que cette évolution est bouffée par des logiciels de plus en plus gourmands en ressources !


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 31 juillet 22:27

                          @pemile

                          Peut être moins que ta beauceronne qui se gave de musaraignes en apéro. Faut sévir. Arrête ma louloutte...enfin bref faut que ça s’arrête bordel .


                        • pemile pemile 31 juillet 23:13

                          @Aita Pea Pea « ta beauceronne qui se gave de musaraignes en apéro. »

                          A l’image de notre monde, le problème c’est qu’elle creuse comme un caterpillar pour ne se bouffer 10 grammes de musaraignes qu’une fois sur 10 ! smiley


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 31 juillet 23:28

                          @pemile

                          Vais rester sur les chiens ... Histoire de pas déprimer... Tu as un mâle aussi ? (j’aime les bas rouges ) .


                        • Attilax Attilax 31 juillet 23:44

                          @floyd

                          « notre civilisation a réussi à construire des microprocesseurs des millions de fois plus rapide »
                          Et ? On va se transformer en toasters reliés à google ? Je ne vomis pas la technologie en soi, je vomis l’amour de la technologie, car cette dernière doit servir l’Homme et pas l’asservir. Or on est aujourd’hui dans une logique de domination, de flicage et de manipulation à l’échelle mondiale. Une guerre est en cours entre nations et multinationales...

                          "Ce qui n’est pas tenable ce n’est pas une croissance matériel sans fin, mais une croissance qui n’est pas associé à un développement spirituel.« 
                          Yep. Si le prix du confort doit être la disparition des peuples, des histoires, des cultures et des civilisations, je veux bien revenir à la bougie, oui. Encore que je ne crois pas qu’on puisse désapprendre, on passera juste en low tech, indian style. Ça les empêche pas d’envoyer des sondes sur mars...

                           » Donc personnellement, rien à foutre de la nouvelle religion qui veut sauver la planète !« 
                          Ben on est deux, d’autant qu’elle s’en branle, la planète, elle a des milliards d’années pour se refaire une beauté. Ce sont les hommes et le reste du vivant actuel qu’il s’agirait de »sauver« , mais ça n’arrivera pas. L’évolution suivra son cours.

                           »ce qu’il faut sauver c’est avant tout le cœur des êtres humains qui manquent cruellement de sensibilité et de compassion."
                          Oui, là on est bien d’accord. Le problème n’est pas d’ordre technologie ou scientifique.


                        • floyd floyd 1er août 00:00

                          @pemile
                           On peut discuter de l’optimisation des logiciels, mais cela ne remet pas en cause le génie humains qui a réussi à construire des structures qui contiennent des milliards de composants (transistors) qui approchent bientôt la taille de quelques atomes !


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er août 00:38

                          @Attilax

                          Amen ...


                        • nono le simplet nono le simplet 1er août 03:06

                          @Aita Pea Pea
                          (j’aime les bas rouges ) .

                          Ax ça devient 3615 ULLA ...


                        • Hervé Hum Hervé Hum 1er août 08:40

                          @Spartagus

                          tout d’abord, tu ne répond pas à mon commentaire et ensuite, si "Tout le monde utilise les idées de tout le monde.

                          « il n’y a que dans le système capitaliste qui conserve le principe du monopole de l’individu sur la communauté dans tous les domaines.

                          Normalement, dans une communauté, une idée est la propriété d’un individu que tant qu’il la conserve pour lui seul, mais, dès qu’il en fait part à autrui, alors, cette idée devient commune. Or, le principe du brevet repose sur le même principe monarchiste du roi régnant sur ses sujets et son royaume. Ici, rien a voir avec le libéralisme économique, mais la dictature économique, celle des propriétaires et la soumission des prolétaires. Si le brevetage était nécessaire, alors, nous en serions toujours au stade du singe. De plus, les plus grande découvertes scientifiques, sont le fait de personnes qui n’ont jamais demandé la propriété de leur idées, par contre, ceux qui ont su voir en premier comment exploiter ces idées, ont tous demandé la propriété de leur idées d’applications, c’est à dire, ceux qui ont le moins d’idées, mais savent le mieux récupérer celle des autres.

                          Or, une société évolué, reposant sur la citoyenneté et la liberté individuelle et non pas celle de quelques uns, est totalement incompatible avec toute forme de propriété sur la communauté, c’est à dire, y compris les idées. Bref, si tu ne veux pas que quelqu’un vole ou se serve de ton idée, alors, garde la pour toi et n’en parle à personne, sauf que là, c’est toi qui te retrouve le plus dans la merde et qui, même si personne ne te paye, finira par la rendre publique et sinon, ben, un autre finira par avoir la même idée. D’autant qu’ne idée s’impose d’elle même lorsque son heure est venue !

                          Vaut t’il mieux se faire esclave d’une personne ayant une bonne idée ou bien rester libre et se passer d’une bonne idée pour laquelle une personne demande qu’on le serve ? Eh bien, la majorité préfèrera se passer d’une bonne idée dont le prix serait l’asservissement. Sauf un cas précis et qui sert de moyen de soumission, c’est à dire, si l’idée consiste à faire face à un ennemi extérieur. Et c’est sur cette manipulation que réside la force de persuasion du système capitaliste, sur la menace extérieure nécessitant une élite dirigeante. C’est la définition du système mafieux de domination. Le système capitaliste ou »libéral", est fondamentalement un système mafieux et seulement cela.

                          Bref, la seule chose qui ruisselle, c’est la pauvreté et rien d’autre. Et si le but est de faire une société libérale, alors, il faut éradiquer la propriété, sinon, c’est conserver le même système mafieux.


                        • pemile pemile 1er août 09:22

                          @floyd "cela ne remet pas en cause le génie humains qui a réussi à construire des structures qui contiennent des milliards de composants (transistors) qui approchent bientôt la taille de quelques atomes !"

                          Ca prouve juste que c’est plus facile que de prévoir la météo à quelques jours ?


                        • pemile pemile 1er août 09:25

                          @nono le simplet « Ax ça devient 3615 ULLA . »

                          Gaffe, ma deuxième bas rouge, elle chasse pas les musaraignes mais « monte » sur tous les mâles qu’elle croise smiley


                        • Spartacus Spartacus 1er août 11:08

                          @Attilax
                          « Si le prix du confort doit être la disparition des peuples, des histoires, des cultures et des civilisations, je veux bien revenir à la bougie »

                          Un type comme Norman Borloaug a sauvé sur terre des millions de personnes en croisant génétiquement les plantes et au contraire a sauvé des peuples des cultures et civilisations de la misère...

                          La technologie sauve les gens.

                          Vouloir « vivre à la bougie » est un mépris d’enfant gâté du capitalisme occidental, pour des Africains et malheureux de la terre qui n’ont pas la technologie.

                          C’est justement parce qu’ils n’ont pas de technologie, qu’ils disparaissent, que leurs culture ou civilisations s’écroulent....


                        • Attilax Attilax 1er août 21:26

                          @Spartacus

                          La « bougie » n’était qu’une image.

                          Et non, ce n’est pas le manque de technologie qui fait « disparaître » les peuplades « primitives », les peuplades amazoniennes ou de Papouasie disparaissent parce qu’on prend leurs terres et qu’on les chasse, voire qu’on les tue si ils résistent trop. Car dans votre cher capitalisme, les plus riches s’emparent des terres des plus pauvres et peuvent ainsi augmenter leur capital à l’infini. Du moins, comme vous, le croient-ils.


                        • Spartacus Spartacus 2 août 01:54

                          @Attilax
                          C’est une image qui correspond totalement à la pensée gauchiste qui préfère le fantasme utopique des idées à la vie sociale des gens.

                          Les gauchistes ont toujours besoin de faire du misérabilisme et plaindre des minorités pour justifier la frustration d’une réalité qui ne correspond pas aux fantasmes socialistes.
                          La rengaine est éculée, tels les pauvres, les noirs, ici dixit les Indiens, soi disant exploité pour justifier de haïr investisseurs et comerçants...
                           
                          Le capitalisme ne fait pas des révolutions agraire en tuant des millions de personnes. Ne crée pas des famines, des goulags.
                          Il sauve des vie avec des vaccins, Fait des compagnies d’électricité et fait des routes pour commercer et promotionne la technologie.

                          En Amazonie, j’y suis allé et les locaux ne rêvent que de vivre à l’occidentale.
                          La grande partie rêve de vivre en Amérique capitaliste pour vivre dans le modernisme.

                          Ils rêvent de vivre sans moustiquaire et ne pas craindre une saloperie de serpent en marchand la nuit dans la pénombre.
                          Et pouvoir exploiter la foret comme ils ont envie sans que des bobos fonctionnaires qui lisent le nouvel OBS et vivent a des milliers de kilomètres qui fantasment leur réalité et pensent à leur place ce qui est bon pour eux.

                          Et ces gens sont tués par les groupes communistes type FARC qui rançonnent pillent et tuent ou les rendent esclaves. Les capitalistes offrent des débouchés et du travail. 


                        • Attilax Attilax 5 août 16:34

                          @Spartacus

                          Ce sont pourtant bien des sociétés capitalistes qui ont massivement financé le II reich, que je sache ? Bayer, à côté de ses vaccins, a bien fourni le zyklon B pour les camps d’extermination ? Monsanto a bien inventé l’agent Orange qui a pelé les montagnes du sud ouest laotien pour des générations ? Moi aussi, j’y suis allé : plus rien n’y pousse ou n’y vit, les nappes phréatiques sont empoisonnées depuis 40 ans. Les enfants difformes à la naissances sont légions dans les villages alentours. Merci les US et Monsanto !

                          Ton capitalisme, c’est la loi du plus fort, la loi de Dieu et de la « main invisible ». Je préfère une construction plus humaine, ce qui n’exclue en rien les libertés fondamentales, au contraire. Mais la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres, c’est cette notion de réciprocité que tu sembles avoir du mal à assimiler.


                        • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 31 juillet 09:29

                          Le dessin est incomplet.

                          Voici un article où il apparaît complet : ici.

                          Cette année, c’est le 29 juillet, l’an dernier, c’était le 1° août.

                          C’est la régression qui est la plus préoccupante.


                          • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 31 juillet 09:46

                            Il y aurait beaucoup à dire là-dessus, notamment sur les inégalités.

                            Au même moment où l’on dit aux peuples de ne plus consommer, dans les zélites, c’est à qui a le plus grand yacht, la plus grande villa, le nombre le plus grand d’îles sauvages privatisées, le plus grand homard bouffé !

                            Il y a un double discours. Celui pour la populace et celui pour les amis. Le comportement général est de tout bouffer tant qu’il reste quelque chose. Après nous le déluge ! Tant qu’il reste des homards, on les bouffe, tout en prétendant être écoresponsable.

                            Et ce comportement des zélites ruisselle sur la populace. C’est à celui qui a le plus gros 4x4, le plus gros SUV, la bagnole la plus polluante, la plus grande piscine, qui fait le plus de Jetski !

                            Sans parler des entreprises qui n’ont que faire de la planète, hormis faire du « green watching », comme même Total (qui détruit entre autres le delta du Niger) est capable de se prétendre « vert ».

                            Sans parler non plus de l’agriculture qui transforme nos campagnes en zones agro-industrielles pesticidées.

                            Au niveau com, tout est parfait, dans le réel, nous continuons l’autodestruction de l’humanité via celle de la planète.


                            • BA 31 juillet 12:51

                              Mercredi 31 juillet 2019 :


                              Records de chaleur et incendies sans précédent en Arctique émettent des millions de tonnes de CO2.


                              Alors que les régions du cercle polaire arctique connaissent des records de chaleur, un nombre exceptionnel d’importants feux de forêt fait rage dans le cercle arctique depuis le mois de juin, entraînant le rejet de millions de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.


                              Traditionnellement, la saison des incendies de forêt boréale s’étend de mai à octobre, avec un pic d’activité entre juillet et août. Depuis début juin, le Copernicus Atmosphere Monitoring Service (CAMS), mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMMT) pour le compte de l’Union européenne, suit les émissions et l’activité de plus de 100 feux de forêt qui se sont déclarés dans le cercle polaire arctique dans la République de Sakha en Sibérie et en Alaska.


                              En se basant sur 17 années d’observation, il apparait que ces feux de forêt sont d’une ampleur et d’une durée sans précédentpour le mois de juin pour la région. Les incendies en Sibérie et en Alberta au Canada ont été les plus importants jusqu’ici cette année. En mai, on estime que l’incendie Chuckegg Creek a touché plus de 300 000 hectares.


                              Au 9 juillet 2019, il y avait 38 grands incendies en Alaska. Selon le National Interagency Fire Center américain, ils avaient brûlé un total de 282 000 hectares, c’est plus de la moitié de la superficie totale brûlée aux États-Unis en 2019. Le plus grand incendie d’Alaska, Hess Creek, brûlait dans des forêts d’épinettes noires et de feuillus mélangés (bouleaux, trembles et épinettes blanches) au nord de Fairbanks. Au 9 juillet, il avait carbonisé 69 847 hectares, ce qui en faisait le plus gros incendie aux États-Unis en 2019, explique la NASA.


                              Même le Groenland n’est pas épargné puisqu’un incendie s’est déclaré sur la côte ouest de l’île le 10 juillet 2019, à Queqqata Kommunia, à environ 18 kilomètres au nord-ouest de Sarfannguit et juste à l’est de Sisimiut. Le feu consume une zone constituée de marécages et de broussailles.


                              En Russie, les satellites ont observé d’épaisses couches de fumée émanant de dizaines de grands incendies dans le centre-nord de la Russie début juillet 2019. Les incendies se situaient dans une partie reculée du territoire de Krasnoyarsk, au nord de la rivière Angara et de Boguchany. Selon les informations communiquées par l’agence de presse TASS, des incendies à Krasnoyarsk brûlaient activement sur plus de 64 000 hectares au 10 juillet.


                              Au 27 juillet, plus de deux millions d’hectares étaient en feu en Sibérie. Les régions les plus touchées sont Krasnoyarsk, Yakoutie et Irkoutsk. Ces incendies massifs facilitent la fonte du pergélisol.


                              Des millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère


                              De plus, au cours des quatorze premiers jours de juillet, les incendies dans le cercle polaire arctique ont déjà émis dans l’atmosphère environ 31 mégatonnes de CO2 pour un total de 100 millions de tonnes de CO2 depuis juin 2019 , c’est l’équivalent des émissions de la Belgique pour l’année 2017  !


                              En plus de la destruction et des risques d’incendie de forêt, la fumée pose un risque grave pour la santé non seulement à proximité, mais aussi à distance, en raison de son expansion à grande distance par le vent sur des centaines ou des milliers de kilomètres. En effet, au cours d’événements passés au Canada, le CAMS a détecté la fumée sur l’Europe qui traversait l’océan Atlantique pour se rendre en Europe en quelques jours seulement.


                              « Nous surveillons de près l’intensité des incendies et la fumée qu’ils dégagent, explique Mark Parrington, chercheur senior au Copernicus Atmosphere Monitoring Service. Nous savons que les températures dans l’Arctique ont augmenté à un rythme plus rapide que la moyenne mondiale, et que des conditions plus chaudes et plus sèches seront propices à la croissance des incendies lorsqu’ils auront commencé.


                              Les données du Global Fire Assimilation System montrent que les feux dans le cercle polaire arctique se produisent généralement en juillet et en août, il a donc été inhabituel de voir des feux de cette ampleur et de cette durée en juin. Notre surveillance est importante pour sensibiliser l’opinion publique aux impacts à plus grande échelle des feux de forêt et des émissions de fumée, ce qui peut aider les organisations, les entreprises et les particuliers à prévoir les effets de la pollution atmosphérique. »


                              Records de chaleur en Arctique


                              Depuis juin 2019, l’Alaska connaît une vague de chaleur exceptionnelle et de nombreux records battus. Dans certaines parties de l’Alaska, les températures ont dépassé les 30 °C ! Anchorage, Kenai et King Salmon ont battu des records historiques le 4 juillet 2019.


                              Même à l’ouest du Groenland, les températures avoisinent les 20 °C, alors que le maximum normal est plutôt de 10 °C.


                              A ce titre, dimanche 14 juillet 2019 à Alert, une base militaire proche du pôle nord, un record absolu de température a été battu avec + 21 °C, c’est six fois plus que la moyenne au mois de juillet et une première mondiale pour une latitude aussi élevée.


                              « C’est assez phénoménal comme statistique, c’est un exemple parmi des centaines et des centaines d’autres des records établis par le réchauffement climatique », a souligné Armel Castellan, météorologue au ministère canadien de l’Environnement.

                              Rappelons que le mois de juin 2019 a été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré sur Terre.


                              De plus en plus d’incendies dans le monde


                              La fréquence des feux de forêt de haute intensité a augmenté, en partie à cause des conditions météorologiques extrêmes causées par les changements climatiques, les conditions chaudes et sèches étant l’un des facteurs de risque les plus importants.


                              De plus, les feux de forêt sont responsables d’une pollution atmosphérique beaucoup plus importante que les émissions industrielles, car ils produisent une association de particules, de monoxyde de carbone et d’autres polluants.


                              Enfin, les incendies de forêt dans l’Arctique sont particulièrement inquiétants, car les particules risquent davantage de se déposer sur les zones glacées. Cela assombrit la glace et réduit l’albédo : la lumière du soleil est alors absorbée plutôt que réfléchie, une boucle de rétroaction positive qui pourrait exacerber le réchauffement climatique.


                              https://www.notre-planete.info/actualites/3041-incendies-forets-records-arctique


                              • foufouille foufouille 31 juillet 15:58

                                donc on est mort depuis longtemps car 3x 4 mois = un an.


                                • BA 1er août 16:51

                                  En Arctique, rien ne va plus : températures record et incendies gigantesques en Sibérie.


                                  Des feux de forêt sans précédent ravagent l’Arctique. La conséquence d’une météo défavorable. Et la cause probablement d’une accélération du réchauffement climatique. Alors même que la région est actuellement en proie à une intense canicule. De quoi accélérer encore le rythme de la fonte des glaces et élever le niveau de l’océan.


                                  En Sibérie, 3 millions d’hectares de forêts partis en fumée ! Poutine réagit enfin.


                                  Alors que le gouvernement russe avait jusqu’alors choisi de laisser faire la nature et face à la levée de boucliers de la population, des associations et des climatologues, Vladimir Poutine a finalement décidé, ce mercredi 31 juillet, d’ordonner à son armée de prendre part au combat contre les énormes feux de forêt qui ravagent la Sibérie.


                                  Dix avions et dix hélicoptères bombardiers d’eau ont immédiatement été dépêchés dans l’une des régions les plus touchées.


                                  Selon un communiqué du Kremlin, le président russe a même reçu, ce mercredi soir, un appel de Donald Trump lui offrant l’aide américaine. Une offre que le président russe se réserverait le droit d’accepter «  si nécessaire  ».


                                  Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, de son côté, vient d’ordonner à plusieurs ministères et autorités locales que des propositions concrètes en vue de la création d’un centre spécialisé pour la prévention et la lutte contre les feux de forêt lui soient remises avant la fin de ce mois d’août.


                                  Réchauffement climatique et vague de chaleur


                                  De manière plus globale, l’ennui, c’est que sur le seul mois de juin 2019, déjà, ces incendies avaient dégagé quelque 50 gigatonnes de CO2. Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), c’est plus que ce qui a été libéré par les incendies dans l’Arctique pendant tous les mois de juin réunis de 2010 à 2018  ! Et tout ce CO2, bien sûr, contribue au réchauffement climatique. Tout comme les cendres qui, lorsqu’elles se posent sur la glace ou la neige, absorbent le rayonnement solaire au lieu de le réfléchir. Une menace pour les glaces polaires.


                                  Une situation d’autant plus alarmante qu’une masse d’air chaud surplombe aujourd’hui le Groenland. Celle-là même qui a été responsable de la canicule que nous avons vécue la semaine dernière.


                                  Les prévisionnistes annoncent une vague de chaleur qui devrait durer cinq jours. Avec des températures maximales atteignant pas moins de 25 °C. Sachant que la moyenne de cette période se situe habituellement autour... des 10 °C  !


                                  https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-arctique-rien-ne-va-plus-temperatures-record-incendies-gigantesques-siberie-65275/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès