• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La rente française où comment nous nous croyons protégés derrière des (...)
#96 des Tendances

La rente française où comment nous nous croyons protégés derrière des barrières

La rente est partout en France : Sociale, économique, politique, scolaire, administrative..
Chacun cherche sa rente, sa niche, puis s'y réfugie et accuse les autres de le provoquer ou de vouloir le ruiner

Les Français sont peut-être réfractaires au changement (mais quelle réforme positive a mené l'Etat depuis 20 ou 30 ans et qui aurait laissé des souvenirs satisfaisants) mais surtout il semble bien peu outillés (armés) pour jouer leur partitition sur une planète qui comptera bientôt 10 milliards d'habitants, où les cartes économiques et sociales sont rebattues en permanence et où celui qui ne change pas (très vite) risque d'être rapidement et définitivement éliminé du jeu

Le rentier du XIXe siècle décrit par Balzac (le père Goriot) est notre modèle national

Le rentier, cet oisif qui vit du travail des autres ou qui s'enrichit en dormant n'a jamais eu bonne presse en France. Pourtant la démocratisation de l'économie de marché, le développement des classes moyennes et désormais la socialisation de tous les revenus ont fait de l'ensemble des Français des rentiers.

La rente reste présente mais elle est d'abord devenue sociale

Même si l'impôt sur le revenu (introduit en 1914), les deux guerres mondiales et les impôts sur les héritages ont largement dilué la fortune des Français (aujourd'hui 50 % des Français disposent de 40 % de la fortune nationale)

 La France s'est fait un spécialité depuis Vauban : construire des forts, des protections, des frontières afin de se protéger des autres : les étrangers supposés déloyaux, les spéculateurs supposés avides de nos richesses, les concurrents supposés trop forts pour nous.

Dans les années 30 la ligne Maginot était censée protéger les Français d'une nouvelle guerre avec l'Allemagne

A l'abris de notre ligne Maginot nous estimions que le nazisme ne nous atteindrait pas, que nous pouvions nous reposer (le front populaire) en octroyant des congés payés oula semaine de 40 heures face à une Allemagne nazie qui elle travaillait bien plus et construisait sa future (et heureusement temporaire) domination de l'Europe.

Après la guerre la France s'est lentement installée dans un espace européen censé la remettre à niveau
Cette ouverture sur l'Europe (Marché commun, CEE puis Union Européenne) avait trois fonctions principales 

  1. Eviter de nouvelles guerres en Europe (on n'attaque pas son partenaire économique sous peine d'être ruiné avec lui) 
  2. Faire face aux deux énormes puissances de l'époque : USA et URSS tout en luttant contre le communisme et ses avatars socialisants (l'Allemagne ne risquant pas de devenir communiste avec l'exemple qu'elle avait de la RDA et du rideau de fer)
  3. Ouvrir l'économie française (jusque là recluse sur ses frontières ou son ancien empire colonial) et lui permettre à la fois d'exporter plus mais aussi et surtout d'améliorer ses performances grâce à la concurrence (c'est en se confrontant aux autres qu'on apprend et qu'on progresse)

L'ouverture sur l'Europe et sur le monde a partiellement échoué en France du fait d'une économie de rentes

 La rente administrative permet à une armée (6 millions) de fonctionnaires de contrôler (et de brimer) toute l'activité du pays. Que dirait-on d'une entreprise qui dépenserait plus de 50 % de son CA dans son administration (les services supports) ? Cette entreprise serait évidemment non rentable et très vite les consommateurs lui tournerait le dos. En France l'administration représente plus de 50 % des frais généraux du pays. Au lieu d'y consacrer 10 ou 15 % de notre richesse nous y consacrons (aides sociales comprises) plus de 60 %. Ce quasi record mondial entraîne trois sortes de conséquences

  • Les Français sont empêchés d'entreprendre et s'ils se lancent malgré tout ils comprendront très vite que les cartes sont truquées, que la "start up nation" est un leurre, qu'ils sont condamnés à demander des aides à l'Etat, à partir à l'étranger pour produire des richesses ou à travailler 70 heures par semaine pour à peine faire les frais. Les PME connaissent ce problème mais aussi de plus en plus les grandes entreprises (souvent des sous-traitants...mal traités par les donneurs d'ordres).
  • Les Français sont assistés mais très mal accompagnés. Si encore le système administratif français était efficace (comme dans les pays scandinaves) on pourrait estimer que c'est le prix à payer pour la paix sociale et une vraie efficacité (sécurité, santé, éducation). Sauf qu'il n'en est rien. Aujourd'hui l'Etat est à la ramasse dans la plupart de ses attributions : l'école chavire (tout en coûtant une fortune) elle n'a plus de valeur ajoutée (un riche y trouve son compte, un pauvre sera leurré puis accompagné dans son déclassement), le système de santé publique implose à force de non gestion et d'absence de responsabilisation (les Urgences sont la face émergée de l'iceberg d'une médecine publique devenue l'ombre d'elle-même). La sécurité n'est plus assurée dans de nombreux quartiers qui sont aux mains de mafias diverses et variées (les intégristes, les communistes, les populistes...)
  •  Le pays s'enfonce dans la dette, les déficits sociaux car il n'est globalement plus capable de produire des richesses (des richesses concurrentielles face aux autres pays) et donc il lui faut subventionner à la fois les transports, la production de biens et services et tout le social (le social n'est pas financé par l'économie mais représente en France une véritable industrie lourde payée par la dette et des charges sociales écrasantes)

A suivre


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • McGurk McGurk 26 octobre 16:13

    Macron, sors de ce corps !  smiley


    • Samson Samson 26 octobre 16:59

      Au nom de Mutilator 1er, de la start-up « France » et de la Sainte Croissance, Amen, Amen, Amen, .... !!!

      Et certains en sont encore à s’inquiéter de l’intégrisme islamiste, ...

       smiley smiley smiley


      • McGurk McGurk 26 octobre 18:09

        @Samson

        Vous oubliez Tonton (dans le sens parrain de la mafia) Castaner Ministre de la répression , Benalla « Chef du cabinet » et mercenaire honoraire de la police , Tata Schiappa « Kissétousurtou » mitrailleuse mythomane à argumentation bobo.

        Ca fait une sacrée famille de cons...royalement d’ailleurs...


      • Le421 Le421 26 octobre 19:25

        Chacun sa rente.

        Certains ont trimé pendant plus de 40 ans pour toucher 1200€ par mois quand d’autres n’ont rien branlé et ramassent 100.000€ par mois car ils sont né au bon endroit...

        Effectivement, chacun sa rente.

        Le « boss » a dit qu’il voulait plein de milliardaires.

        C’est mal barré, non ?

        Livreur de pizza à vélo, même électrique, faudra bosser 2456 ans si j’ai bien compté !! Et encore, sans rien dépenser.  smiley


        • eric 27 octobre 10:36

          @Le421

          Les à 100 000, on doit les compter sur quelques mains. Surtout ceux qui n’ont rien branlé. Cette dernière catégorie ne nous intéresse pas puisque par définition, elle vit de ses rentes ( pas de boulot, pas de retraite) et donc ne pompe pas l’argent public ; nos cotisations et impots. En revanche, on a en gros un retraité par actif dans la fonction publique d’etat. Certes, a vue de nez, ils n’ont en moyenne « que » 70% de retraite en plus, à cotisations inferieures. (1900 euros). Je dis à vue de nez, parcequ’une petite moitié est polypensionnée. Quand on nous dit que nous financons 5 ou 6 millions de fonctionnaires, c’est vrai et faux à la fois. Vrai parce qu’on a cet ordre de grandeur stricto senso. Faux parce que personne ne connait le chiffre exact pour les trois fonctions publique, parcequ’ils utilisent de plus en plus de précaires et autres hors statut pour faire le sale boulot, parce que pret de 2 millions d’employés du secteur sanitaire et social plus ou moins para associatif, sont aussi à la charge du secteur productif. Et puis il y a les rentiers. Rien que la fonction publique d’etat il y a 2 millions de retraité pour 2,2 d’actifs. A tous les niveaux, hors top catégorie A, ils sont mieux payés à travail égal que dans le privé, cotisent peu pour leurs retraite et ne sont pas solidaires avec les chômeurs( genre, « on n’est pas à risque nous », comme si les jeunes estimaient devoir payer moins pour la santé, parce qu’ils sont en meulleur santé.....). Leur rente, c’est les autres contribuables. Fusillons les quelques centaines de rentiers à 100k euros. Reste 3% de pib de déficit et de 8 à 11 millions de pauvres. Y a pas, il y a un moment ou les petits et moyens fonctionnaires fifies’ et les haut fonctionnaires macronniens vont devoir partger Enfin, si on tient vraiment à faire du social....


        • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 27 octobre 23:56

          @eric Bonjour Éric,

          « Fusillons les quelques centaines de rentiers... » ; permettez-moi, en toute modestie, de vous inviter à prendre note que figure ci-dessus (j’espère encore) l’admirable article de Gérard Desmaretz > Armes longues : carabines et fusils.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 octobre 09:59

          @eric
          A part les riches, personne ne paie d’impôts en France, c’est ça ?
          D’ailleurs, c’est bien connu, les riches ne font jamais appel à des spécialistes de « l’optimisation fiscale »...

          Les fonctionnaires ne payent aucun impôt, ni impôt sur le revenu, ni TVA, ni taxes diverses. Ils en sont exemptés par la grâce divine de Bercy. 

          Les pauvres ne payent pas d’impôt sur le revenu, mais sont exemptés aussi de la TVA sur chacun de leurs achats, j’ai tout bon ? Alors que la TVA représente la moitié des revenus fiscaux et que c’est un impôt injuste.

          Je compatis et je comprends le malheur de ces pauvres riches qui vont s’installer sous les cieux plus cléments de la Belgique, à qui ils ont demandé, et obtenu, l’asile fiscal... « La Belgique, refuge des Français allergiques aux impôts »


        • Yaurrick Yaurrick 28 octobre 19:10

          @Fifi Brind_acier
          10% des ménages les plus aisés s’acquittent de 70% de l’IR, et ces mêmes 10% paient bien plus de TVA en volume que les pauvres, et se mangent énormément de taxes et d’impôts locaux.
          A part vouloir que tout le monde ait le même « reste à vivre » qui est une utopie (ou plutôt une connerie), les impôts proportionnels sont les plus justes, et présentent l’avantage d’être simple à recouvrir.
          La fiscalité française n’est pas seulement inégalitaire mais très lourde, y compris pour les bas revenus. Même la classe moyenne en a marre de se faire tondre du fait d’un état ventripotent.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 09:02

          @Yaurrick
          Les Français ne font rien comme les autres, il faut vous résigner.
          Ils sont d’accord pour payer des impôts pour la solidarité et les services publics.
          A condition que ça fonctionne.

          Mais depuis notre belle Europe de 1992, la solidarité est remplacée de plus en plus par le privé, et les services publics partent en barigoule.

          A partir de là, ils se demandent où passe l’argent, et deviennent rétifs aux impôts et aux taxes, les Gilets jaunes l’ont fait savoir. Mais la réponse libérale n’est pas de rétablir la situation précédente, mais de tout privatiser.

          Brader ce que nous avons mis des années à financer, et qui nous appartient, on n’est pas d’accord non plus !


        • Yaurrick Yaurrick 29 octobre 10:59

          @Fifi Brind_acier
          « A condition que ça marche », c’est justement ça le problème, il n’y a aucun choix possible du fait des monopoles légaux. Et donc aucune exigence d’efficience.

          Vous voulez savoir où passe l’argent collecté en impôts ? Mais c’est extrêmement simple, il sert à entretenir toute la frange des apparatchiks de l’état.

          Ce sont les individus qui sont le mieux placés pour savoir quoi faire de leur propre argent. Ni moi, ni vous, ni une quelconque entité.


        • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 20:19

          bonjour

          je crois que quelque chose t’échappe, mais rassures toi ils sont des milliards dans ton cas, et toi tu trouves que ce sont des rentiers 21 millions de salariés qui en nourrissent 56. 

          https://ddacoudrev2.blogspot.com/2019/07/les-salaries-qui-paient-leurs-retraites.html

          cordialement.


          • exol 26 octobre 20:50

            @ddacoudre
            Personne ne m’a jamais nourri . Pas comme toi qui a passé ta vie à faire chier le patronat et à pleurnicher sur ton sort . Dédé tu fais parti de la race des faignasses.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 octobre 10:52

            @exol
            Personne ne m’a jamais nourri


            Pas nourri, mais servi par la solidarité nationale : les écoles gratuites, les déplacements des pompiers gratuits, le Samu et le SMUR, la Sécurité sociale, les retraites par répartition, les installations sportives souvent gratuites, les APL, les allocations familiales, et j’en oublie sûrement !


          • The Pilgrim The Pilgrim 26 octobre 22:35

            Vous me balancerez deux haters, et, trois pavés pour plagier le « Tout est permis, rien n’est possible ! » qui a valu son éviction du Parti qui facilita le libéralisme-libertaire, dont visiblement, vous êtes adepte, à un obscur petit prof du sud-ouest.


            • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 27 octobre 02:57

              Perceval, bonjour,

              Quand on a bossé comme moi dans le privé mais aussi dans le public, ce commentaire... Bon, je dirais pas le mot.

              Et si un fonctionnaire, pompier, infirmière, postier, prof, etc., il avait ça dans le sang ? :

              le sens de la vie passe par un dévouement à l’autre ? Et si toute activité dont le but n’est pas service à destination d’autrui (ventes pour consommations grotesques, obscènes démesurées, enrichissement personnel, invention de techniques inutiles, abrutissement, enrôlement, manipulation par DRH, conditionnement, etc.) était une erreur, une tare ... Un fourvoiement dans lequel s’est engouffré l’Homo sapiens il y a 7 435 ans...heu environ ?, ou bien qques millions...

              Ceci dit, Il est clair qu’aujourd’hui nous subissons un hold-up de la part de l’État, pourquoi ne pas le reconnaître ? Que des lendemains qui déchantent voient les initiés se ruer sur tout ce qui brille, jusqu’à l’alliance de la mamie assise sur un banc avant de rejoindre la boulangerie qui n’a pas encre fermé.

              Me trompe-je ?

              Ceci dit, en dehors de profiteurs des deux côtés (privé/public, mais quelle connerie de les opposer ! - aparté) on oublie trop souvent la nécessité vitale de l’entrepreneur, le vrai, l’utile. Je l’ajoute parce qu’avec le monde de la société commerciale, industrielle, etc. et toutes leurs vicissitudes, il est trop souvent amalgamé.

              Cordialement.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 octobre 10:12

                @un des P’tite Goutte
                Servir les autres, mais quelle idée saugrenue !
                L’auteur explique pourtant bien que les fonctionnaires ne produisent rien !

                Ils vivent sur la bête, c’est à dire sur le dos des riches. Lesquels sont tellement spoliés, qu’ils se débrouillent pour payer le moins possible d’impôts, aussi bien en France, que dans les autres pays du monde, d’ailleurs....

                Par contre, quand il s’agit de privatiser les services publics, comme par enchantement, les capitalistes trouvent toutes les vertus aux aéroports, aux barrages, aux autoroutes, aux banques, et bientôt aux hôpitaux, aux routes nationales... et pourquoi pas, aux écoles, comme en GB et aux USA.

                Ils feront même des prêts aux étudiants, pour qu’à la retraite, ils n’aient pas tous remboursé leur emprunt... Et trouveront un charme fou à privatiser la Sécurité sociale et la remplacer par des mutuelles privées. Notre santé n’a pas de prix !

                Ils achèteront les services publics à prix d’amis, et parleront « des services rendus à la société »...


              • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 28 octobre 15:37

                @Fifi Brind_acier

                Et trouverons un charme fou...j’adore la formule (et la chanson...) !

                L’être humain est formé pour entretenir des relations de fraternité avec son prochain, au départ, puis il s’est dévoyé. Postulat.

                Actuellement, un maximum d’entre nous devons (faire) prendre conscience du nécessaire retour de l’humanité au plus profond de soi, sinon, ben, on est très mal barrés.

                Prenons maintenant un riche : François Bernard de la Villardière, que nous appellerons franchounet, c + court & + simple. franchounet optimise à tout va, se vautre dans le luxe et le plaisir, méprise ce qui ne lui ressemble pas, engrôsse sa fortune par économie virtuelle exclusivement et ne participe en rien à la marche du pays, n’embauche que dans quelques rares entreprises inutiles, etc.

                Eh bien selon le postulat 1 (il n’y en a qu’un seul, ndlr) franchounet est le fruit le plus signifiant d’une aberration chromosomique. Il est (pour les croyants et/ou pour la métaphore) l’expression paroxystique de la chute d’Adam. La variation homo poco sapiens poter poter (du latin potere, poterum, rosas, rosae = pouvoir) est aussi particulièrement touché par un ensemble similaire de mutations. Ces créatures manient avec excellence l’art de se faire croire indispensables à tous, rien de moins !

                Une fois l’assimilation du sens de l’humanité et donc du vivre ensemble effectuée chez un nombre suffisant de personnes (éventuellement dans la clandestinité ; au sein de collectivités isolées, etc.) la nécessaire présence de franchounet et surtout de ses cousins prédateurs d’âme « poter-pouvoir » disparaîtra d’elle-même. Progressivement mais sûrement.

                Évidemment qu’il y a un boulot énôrme !


              • Jason Jason 28 octobre 18:36

                @un des P’tite Goutte

                « L’être humain est formé pour entretenir des relations de fraternité avec son prochain, au départ, puis il s’est dévoyé. Postulat. » La fraternité, c’est une notion récente. je préfère celle d’animal grégaire doté d’un langage aux possibilités quasi infinies.

                J’aimerais bien vous croire, mais malheureusement l’Histoire, surtout celle du siècle dernier, dément votre postulat. Et ça ne s’est pas arrangé depuis.

                Je voudrais bien prendre un bâton de pèlerin, mais j’ai passé l’âge.

              • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 28 octobre 19:02

                @Jason

                Bonjour Jason,

                Merci pour votre remarque, évidemment imparable, avec une grande qualité antibisounoursèque.

                Eh bien disons effet de rhétorique ! Nos prédispositions à l’égard d’autrui restent de toute façon du ressort de notre libre arbitre.

                Ce qui, soit dit en passant, responsabilise d’autant plus tout oppresseur.

                Cordialement


              • Jason Jason 27 octobre 10:27
                La rente n’existe que grâce au(x) pouvoir(s) exercé(s) par ceux qui en profitent. Ces pouvoirs sont partout : de l’entrepreneur, de l’intermédiaire du commerce, de l’investisseur et ses dividendes, du rentier de situation (fonctionnaires, professions libérales, professionnels face à une population captive, détenteurs d’oligopoles [propane domestique, électricité, eau, contrôles techniques obligatoires, assurances, etc.], du propriétaire immobilier, syndicats qui font oeuvre utile mais en en profitant pour étendre leur périmètre, etc.

                Il y a de bonnes rentes, et de mauvaises rentes, chacun des « rentiers » se défendant d’être « utile » et se vantant de rendre service à la société. Il est donc nécessaire de se départir de la notion initiale de rente comme ce qui profite à celui qui ne fournit pas de travail. Et distinguer entre rente financière pure et rente de situation expliquée ci-dessus. Le commerce, qui écrase les populations, est-il une rente ? Très souvent, mais on n’en parle pas. Il fait partie du « décor ». Rente de situation utile diront certains...

                • Désintox Désintox 28 octobre 09:47

                  « armée (6 millions) de fonctionnaires »

                  Qu’est-ce qu’un fonctionnaire ? Un bureaucrate qui fait des cocottes en papiers ?

                  Ou alors :

                  • Un policier
                  • Un militaire
                  • Un professeur
                  • Un chercheur
                  • Un médecin hospitalier
                  • Un infirmier
                  • Un juge
                  • etc

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 octobre 10:13

                    @Désintox
                    Pour l’auteur, un bon fonctionnaire est un fonctionnaire privatisé.


                  • JL JL 28 octobre 10:22

                    @Fifi Brind_acier
                     
                     ’’Pour l’auteur, un bon fonctionnaire est un fonctionnaire privatisé.’’
                     
                     j’en ai connu qui disait qu’un bon fonctionnaire est un fonctionnaire mort.

                    D’ailleurs, je me demande où il est passé celui-là ? Est-il encore de ce monde ?


                  • Yaurrick Yaurrick 28 octobre 19:25

                    @Désintox
                    5.7 millions de fonctionnaires dont :
                    262000 pour la défense
                    295000 pour le judiciaire
                    1040000 pour le personnel hospitalier
                    1050000 pour l’éducation nationale

                    Que fait le reste (la fonction publique territoriale) et les quelques 830000 fonctionnaires de l’état attachés aux ministères et autre établissements publics  ?


                  • Roubachoff 29 octobre 01:47

                    @Désintox
                    Et le signataire de ce texte inepte appelle la police quand on le cambriole, trouve normal que l’armée s’interpose si on l’attaque, envoie sa marmaille à l’école puis à l’université, profite de toutes les améliorations techniques et scientifiques, se précipite à l’hôpital quand il est malade, est ravi qu’un infirmier ou une infirmière lui pique les fesses (ou le torche dans son EHPAD quand se fait dessus) et exige que la justice soit impitoyable dès que quelque chose lui fout la trouille.
                    50% à l’administration, vraiment ?
                    Petite précision : je ne suis pas fonctionnaire mais indépendant, ce qui n’empêche pas de voir la réalité en face.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 octobre 09:14

                    @Yaurrick
                    La fonction publique territoriale sert parfois à fournir des emplois de complaisance à certains élus, quelle que soit leur couleur politique, on ne peut pas le nier.

                    Les autres emplois sont le résultat du millefeuille administratif qu’impose l’ UE avec les Grandes Régions à taille européenne, et les regroupements de Communes.
                    Dans le but d’en finir avec l’Etat français, et de rattacher les euro régions à Bruxelles.

                    Alors que les Français sont très attachés aux Départements et aux Communes, on leur a ajouté deux couches supplémentaires, ce qui fait que plus personne ne comprend rien aux compétences des divers niveaux.

                    Si nous arrivons à sortir de l’ UE, on reviendra aux structures anciennes, les Communes et les Départements.


                  • Yaurrick Yaurrick 29 octobre 10:49

                    @Fifi Brind_acier
                    Le but des regroupement n’est il pas justement de mettre en commun les ressoruces, les effectifs ? Là, on est exactement dans l’inverse donc à supposer que l’on sorte de l’UE, vous devrez donc fortement diminuer les effectifs.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 octobre 10:46
                    1. Éviter de nouvelles guerres en Europe
                    2. Faire face aux deux énormes puissances de l’époque : USA et URSS...
                    3. Ouvrir l’économie française (jusque là recluse sur ses frontières ou son ancien empire colonial) et lui permettre à la fois d’exporter plus mais aussi et surtout d’améliorer ses performances grâce à la concurrence .

                    L’auteur recrache les mensonges habituels qui ont été servis aux européens :

                    « L’Europe, c’est la Paix ! » Jamais la France n’a été aussi souvent en guerre : Yougoslavie, Afghanistan, Ukraine, Libye, Syrie, Mali, Centrafrique et plus si affinités...


                    « Faire contrepoids aux USA et à la Chine », du pipeau !

                    L’UE n’a rien fait lors de la vente d’Alstom aux Américains.

                    Et la Chine achète tout ce qu’elle veut : immeubles, hôtels, châteaux viticoles, terres agricoles en France, sans oublier le port du Pirée en Grèce.

                    Une Commissaire européenne a interdit à Alstom de s’allier à Siemens pour fabriquer des trains, mais pas d’interdiction au plus gros fabricant de trains chinois, d’acheter une entreprise allemande, d’où 900 emplois menacés en Alsace.

                    L’UE finance avec nos impôts un grand pont en Croatie... avec une entreprise chinoise et pas avec des entreprises européennes.


                    « La concurrence et ses vertus » du pipeau par mensonge par omission.

                    Ce qu’on a oublié de dire aux européens, et particulièrement aux Français, c’est qu’il s’agit de concurrence faussée.

                    Puisque la Chine et d’autres pays dans le monde ont conservé les régulations antérieures, ils dévaluent leur monnaie, ils mettent des taxes aux importations, ils protègent leur patrimoine , leurs entreprises et leurs emplois.

                    Les dindons de la farce, c’est nous.

                    La mondialisation et la pseudo concurrence n’avaient pour but que les délocalisations d’entreprises, pour maximiser les profits, et nous inonder de merdouilles à obsolescence programmée, qui encombrent les déchèteries.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès