• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le blog immobilier : les baissiers de la Toile font de la résistance

Le blog immobilier : les baissiers de la Toile font de la résistance

Depuis la rentrée de septembre, il ne se passe pas une semaine sans qu’un magazine publie un dossier sur l’immobilier. Partout, le ton est (raisonnablement) optimiste : le secteur se porte bien, la demande reste forte, il n’y a pas de bulle immobilière, ni de crack en vue. La situation actuelle n’a rien à voir avec celle de 1991, ni avec l’effondrement du marché américain... Sur Internet, en revanche, le ton est radicalement différent : le blog immobilier en tête, des dizaines de sites annoncent l’explosion prochaine de la bulle, et la fin d’une « exubérance irrationnelle » qui menaçait de priver de logement des millions de Français. Info, ou intox ? Jugez-en par vous-mêmes ! 

En attendant le crack

Cette fois, l’oncle Henri était sûr de lui : «  Ça va baisser, je l’ai lu sur Internet », affirmait-il à qui voulait bien l’écouter. Hélas, il avait beau répandre la bonne parole, son discours ne recueillait, au mieux, que du scepticisme. Il est vrai que la baisse dont il parlait, celle des prix de l’immobilier résidentiel, annoncée plusieurs fois depuis trois ans, fait désormais figure d’Arlésienne. Si, selon le proverbe boursier, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, la majorité des Français se sont résignés à les regarder pousser quelques années encore.

Ces dernières semaines, pourtant, quelques articles de la presse écrite, ainsi que les déclarations de Jean-Louis Borloo, le ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, ont introduit une dissonance dans l’habituel concert des haussiers (un haussier, en langage boursier, est un investisseur qui croit que la valeur d’un titre va monter). Et puis, il y a l’augmentation des taux directeurs de la BCE et le dégonflement de la bulle immobilière aux États-Unis. Les experts ont beau déclarer que la baisse ne franchira jamais l’Atlantique et que le marché français est aussi solide que du béton, de plus en plus de particuliers refusent de les croire sur parole.


Internet, paradis des baissiers

Que vous soyez propriétaire ou que vous fassiez le projet de le devenir, la perspective d’une éventuelle baisse - sans parler d’un crack - ne peut vous laisser indifférent. C’est là qu’intervient Internet, ce mauvais génie de l’information, avec ses rumeurs infondées, ses canulars (hoaxes, en anglais), ses opinions partiales et ses billets d’humeur. Plusieurs dizaines de sites sont nés ces derniers temps, avec pour centre d’intérêt unique la baisse des prix de l’immobilier. Cotation-immobiliere.fr, par exemple, synthétise les prix affichés par les principaux sites d’annonces immobilières et les traduit en graphiques permettant de se faire une idée de la tendance dans une ville ou une région. Devinez quoi : sur la France entière, la courbe des prix est nettement orientée à la baisse depuis le début de l’année. Bien sûr, il existe également des sites moins rigoureux, comme immobraderie, immobulle ou immoboum.

Mais le champion incontesté du genre, en termes de quantité de visiteurs, de renouvellement du contenu et de nombre de commentaires, est certainement le-blog-immobilier.com, un membre du Social Media Group spécialisé dans l’immobilier. Créé en avril 2006, ce blog a su conquérir en quelques mois à peine un lectorat fidèle et passionné. Rédigé par Marie Phoenix et quelques autres rédacteurs réguliers, il publie plusieurs billets par jour, qui suivent en temps réel l’actualité du secteur. Dès qu’un article de journal ou de magazine, une émission de radio ou de télévision ou un site Internet évoque les prix de l’immobilier, son contenu est cité et analysé par le blog. Suivent alors les commentaires, où s’affrontent les prophètes de la baisse et les gardiens de la hausse. Le ton est vif, les échanges sont nombreux, et quelques commentateurs savent aligner les chiffres et les arguments économiques pour justifier leur conviction que la baisse est en vue.


Du flou dans les statistiques

Il faut dire que le secteur ne fait guère preuve de transparence dans la diffusion de l’information. Alors que les Américains et les Britanniques, par exemple, ont mis en place des outils statistiques permettant un suivi objectif des prix pratiqués, la France affiche encore en la matière une opacité préoccupante. Les deux sources d’information dont disposent les médias et les particuliers émanent de la Fédération nationale de l’immobilier et des notaires, c’est-à-dire de deux des corps de métier qui tirent le plus profit de la hausse.

Chaque mois, la FNAIM publie un baromètre des prix fondé sur la moyenne des douze derniers mois, comparée à la moyenne des douze mois précédents. Ce savant calcul ne fait apparaître les évolutions du marché qu’avec plusieurs mois de décalage, et lisse toute variation saisonnière. En ce qui concerne les notaires, les statistiques, bien que plus proches de la réalité, ne sont livrés qu’avec six mois de retard, ce qui correspond à des des compromis de vente vieux de neuf mois au moins !

Ces chiffres sont repris par les médias en même temps que les analyses qui les accompagnent, le plus souvent sans aucune distance critique. Les dossiers spéciaux se succèdent avec une imperturbable régularité, clamant tous que l’immobilier se porte bien, que l’atterrissage en douceur se passe comme prévu et que l’investisseur peut acheter en paix. Une telle unanimité finit par susciter la méfiance, d’autant que le dernier crack immobilier (de 1991 à 1996) n’avait pas davantage été annoncé par les experts et les journalistes spécialisés. L’optimisme inoxydable des journaux passe de plus en plus pour de la publicité déguisée, la véritable information demeurant la propriété des initiés (ces investisseurs institutionnels, par exemple, qui se sont récemment débarrassés de leur patrimoine immobilier).


L’épreuve de vérité

Internet remplit donc un vide informatif : là où, parfois pour des raisons légitimes (ne pas effrayer le chaland, ne pas provoquer de panique collective, ne pas causer du tort à un secteur de l’économie qui fait vivre de très nombreuses personnes), les médias traditionnels refusent de publier certaines informations, ou seulement de jouer les prophètes de malheur en annonçant une catastrophe financière, Internet ose prononcer les mots interdits, sans toujours mesurer les conséquences, ni vérifier les informations qu’il publie. Informez, informez, et Dieu reconnaîtra les siens, semblent penser les blogueurs et les rédacteurs de sites. Avec les milliers de visiteurs qui lisent chaque jour les billets du blog immobilier, on ne saurait leur donner tort. Si, comme l’indiquaient Les Échos, la blogosphère croit dans l’imminence d’un crack immobilier, la presse ne peut plus se contenter de faire comme si elle n’avait rien lu.

Les mois qui viennent devraient donc revêtir un intérêt tout particulier pour ceux qui s’intéressent aux médias  : s’il s’avérait que la blogosphère avait raison contre la presse écrite et contre les experts, son influence augmenterait en conséquence et les lecteurs abusés risqueraient de se détourner des dossiers spéciaux financés par des courtiers et des réseaux d’agences, pour consulter gratuitement le blog immobilier, cotation-immobilière.fr ou presscrackimmo.canalblog.com.


La fin d’un monopole

Le mot de la fin revient peut-être à Steven D. Levitt, le brillant économiste, co-auteur du livre Freakonomics. À deux reprises, il mentionne les agents immobiliers : dans l’introduction, il montre qu’ils vendent leurs propres biens immobiliers environ trois pour cent plus cher que ceux de leurs clients, et dans le deuxième chapitre il les compare... au Ku Klux Klan  ! Ce qui rapproche ces deux groupes n’est pas, heureusement, l’usage de la violence ou de l’intimidation, mais un certain rapport à l’information. À l’instar d’un membre de l’organisation raciste, l’agent immobilier utilise, pour transmettre des informations destinées aux acheteurs, un langage codé, des - moz-initial ;
- moz-background-inline-policy : -moz-initial ;">termes apparemment élogieux cachent une estimation précise de la valeur du bien. De même que l’influence Ku Klux Klan a été fortement amoindrie par la révélation de ses rituels et mots de passe, celle des agents immobiliers est nettement entamée par Internet, qui permet au client de se faire une idée du marché sans entrer dans une agence. Quand on sait quel usage les spécialistes font de l’information, il faut se réjouir qu’Internet leur ait volé leur monopole. Même si cela se traduit par la profusion désordonnée qui, à bien y réfléchir, accompagne toujours une démocratie authentique.



Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (348 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • Darkfox (---.---.141.125) 26 octobre 2006 11:10

    Bon article, Mais ne feriez vous pas parti du mouvement pour la baisse ? ;) vous oubliez néanmoins de mettre en avant des facteurs importants tel que le nombre d’européens achetant en France.

    Enfin l’avenir nous dira ce qui se passera


    • SCO (---.---.97.132) 26 octobre 2006 11:39

      L’article me semble pàeu biaisé et sans trop de parti pris. Par contre dire que nombre d’européens achètent en France me parait un peu disproportionné : ce n’est pas parce qu’on en parle au journal de 13h que c’est un phénomène de masse à même de modifier le marché de l’immobilier. Ce qui risque d’avoir un effet, c’est le baby-boomers qui vont faire une migration vers le sud de la France.


    • Darkfox (---.---.141.125) 26 octobre 2006 15:08

      un peu disproportionné...mmhh vous ne vivez pas trop en Normandie ou dans Les Vosges, où les anglais, les hollandais et les Allemands rachètent à tour de bras. Enfin c’es vrai que sur Paris ou l Ile de France on ne les verra jamais. Sinon pour ma part Paris et l ile de France sont arrivé à leur maximum mais à la campagne ça fait très mal car les prix grimpent. Des qu’un tgv se met en place ca se sent passer (TGV Est ..)


    • Ti Bill (---.---.58.249) 27 octobre 2006 10:53

      « les Allemands rachètent à tour de bras... » foutaises et mythes de « on dit que » !! Regardez les prix en Allemagne près de Strasbourg ! pourquoi achèteraient ils dans l’est de la France ? c’est 40 % plus cher pour des biens immobiliers de qualité inférieure. Quand au TGV, c’est pareil : combien de parisiens sont prêts à habiter à Charleville, Metz, Verdun ou Nancy ?? peut être Reims, je vous l’accorde, et encore, on verra en 2008 !


    • pol (---.---.139.242) 28 octobre 2006 19:33

      oserais-tu dire que les prix n’ont pas augmenté à strasbourg et à marseille avec l’arrivée du TGV ????? j’ai profité de cette hausse à strasbourg et à marseille justement et je peux te dire que le TGV m’ a fait gagner un paquet de pognon !


    • armand (---.---.135.8) 26 octobre 2006 11:33

      Il y a des informations objectives : personne ne nie que les « primo-accédants » même dotés d’un bon salaire et d’un apport conséquent,ne peuvent pratiquement plus acheter. Le marché immobilier pourra-t-il continuer à monter, alimenté par les seuls stock-optés, les fils et fifilles à papa, et les déjà-proprios ? Seules trois évolutions sont possibles :

      - les salaires augmentent assez pour permettre à tous de se loger décemment (on peut rire...)
      - l’immobilier baisse comme en 91 et les « vrais gens » peuvent se remettre à acheter.
      - l’Etat prend ses responsabilités, bloque les loyers libres et taxe les ventes spéculatives, ce qui aurait pour effet de casser le marché - hautement improbable à cause de l’Europe, du poids électoral des propriétaires, etc.

      Il est un fait que l’Etat, qui interviendrait, on s’en doute, si l’alimentaiton flambait de plus de 100% en 5 ans, reste curieusement passif devant un phénomène qui empoisonne la vie de milliers d’habitants. Se loger, après tout, est un besoin aussi vital que se nourrir.

      Ce que je ne comprend pas, c’est comment les « haussiers » peuvent envisager sereinement une paupérisation croissante non seulement des « pauvres » mais des classes moyennes, tandis que la richesse, notamment par le biais de l’immobilier, se concentre de plus en plus dans une petite frange de la population.


      • SCO (---.---.97.132) 26 octobre 2006 11:43

        Je vois une quatrieme option (qui ferait froid dans le dos à tous ceux qui auraient eventuellement les moyens d’acheter aujourd(hui, mais qui preferent attendre ) :

        - l’Etat, dans sa splendeur et dans sa grande bonté met en place un nouveau regime de propriété : Tu est proprietaire d’un bien, mais pour une durée définie (99 ans). Tu es en gros co-propriétaire. Ca permettrait de vendre un bien 100kE par exemple (au lieu de 200kE admettons). Tu as les moyens de l’acheter à ce prix ( -50% du prix, quelle affaire !), par contre, dans 99 ans, tu n’as plus rien. Mais en 2105 tu seras mort ... a tes enfants de se debrouiller. Mais bien sur, tu peux aussi acheter un bien advitam eternam, mais là il te coutera 400kE car tous les acquereurs potentiels à un achat definitif vont preferer assurer leur avenir. Les autres ...


      • Ultraw (---.---.205.109) 26 octobre 2006 11:44

        Pour la simple raison que ceux qui sont haussiers ont une énorme commission à prendre à chaque vente, qu’importe que les gens s’endettent pour 30 ans tant qu’ils touchent leur comms, faut vraiment pas chercher plus loin et comme ces gens là sont perçu ’canal officiel de communication’ il n’y a aucune raison que ca change à moins qu’en effet les vrais gens communiquent entre eux pour faire passer le message que le marché immobilier est bullesque au possible pour l’intérêt uniquement que de quelques uns.


      • armand (---.---.135.8) 26 octobre 2006 11:48

        @SCO

        C’est déjà le cas en GB : la plupart des biens vendus sont des « lease-holds » car le parc immobillier anglais est en grande partie aux mains de quemlques familles qui ne veulent pas se dessaisir de leur patrimoine, au moins sur le papier (voir le duc de Westminster, proprio de pratiquement tout Belgravia...) Mais dans les faits, il n’y a pas de grosse différence de prix entre « lease-holds » et « free-holds ».


      • armand (---.---.135.8) 26 octobre 2006 11:51

        @Ultraw Effectivement, mais par « haussiers » je parlais simplement des gens (encore fort nombreux) qui pensent que l’immobilier ne peut jamais baisser. Ils ne semblent pas s’inquiéter des conséquences sociales du phénomène, à terme intenables.


      • SCO (---.---.97.132) 26 octobre 2006 12:40

        Et donc après la reforme des droits de succession, une mesure dans ce gout là n’est pas à exclure. Maintenant, si effectivement les prix sont quasi identiques, l’interet est limité. Sais-tu pourquoi l’ecart des prix est faible ?


      • Ultraw (---.---.205.109) 26 octobre 2006 13:23

        Il est vrai que je n’ai pris comme « haussiers » que ceux qui en vivent, les autres sont « haussiers » par endoctrinement médiatique sans vraiment se rendre compte de la réalité des choses et ceci pour une raison simple : on s’intéresse à l’immo qu’au moment de vendre ou d’acheter.


      • Xavier (---.---.148.35) 26 octobre 2006 18:46

        Il y a une 5ème option :

        La proportion de locataires augmente. La proportion de propriétaires diminue. Et on suit la voie de la Suisse.

        ...une option guère encourageante, je le reconnais. smiley


      • SCO (---.---.97.132) 27 octobre 2006 13:53

        Tu peux nous en dire plus sur le marché immo en Suisse ? ;)


      • (---.---.16.25) 27 octobre 2006 16:55

        Juste deux paramètres pour comprendre la raison du fort taux de location en Suisse.

        Un résident suisse (donc, pas un suisse, mais un immigré) qui ne travaille pas (un rentier, donc) est imposé par rapport à son loyer ou par rapport à la valeur de son appartement. N’ayant pas de revenus du travail, la Suisse considère que le revenu de son foyer est de 5x son loyer annuel ou de 5x la valeur locative de son logement (s’il est propriétaire).

        Il en résulte qu’un résident suisse avec un loyer de 3000CHF est imposé sur la base d’un revenu de 180000CHF. Pour le canton de Geneve, par exemple, cela correspond à un impot maximum de 35000CHF (20%). Pour un propriétaire, les revenus retenus sont d’environ 25% de la valeur du logement (valeur locative moyenne 5%). Il est souvent conseillé de louer pour ne pas être surpris par la hausse de son seuil d’imposition (revalorisation de son logement qui peut être oubliée par le contribuable, alors que l’Etat lui n’oublie pas, le loyer on est prévenu de sa variation).

        Ensuite, la Suisse n’a pas d’imposition sur les gains en capitaux. Donc il est plus intéressant, a priori, pour un suisse de placer son argent pour garantir un revenu non imposable (acheter un logement pour le louer par exemple), que de bloquer cet argent dans un logement personnel.


      • panama (---.---.198.59) 26 octobre 2006 12:55

        L’immobilier baissera quand la bourse remontera. Je m’explique :

        Pour le moment, la croissance chinoise phagocitant pratiquement tous les capitaux disponibles, les bourses européennes font du sur-place.

        Quand les chinois ralentiront, l’immobilier baissera, mais pas avant. Car les capitaux ne pouvant s’investir en bourse se placent sur l’immobilier, et font monter les prix par spéculation.

        C’est con de dire que le prix de votre petit 3 pièces à Bagnolet dépend de la croissance chinoise, hein ? Mais c’est ça la mondialisation !


        • jipé (---.---.221.74) 26 octobre 2006 12:58

          une info inédite (je ne suis pas bloggeur immobilier), mais attention aux mouvements d’humeur : la pression de la demande des ’nordiques’, des nouveaux pays, des ’riches’...ne se relache guère au sud du 45° parallèle !


          • gigi432 (---.---.101.8) 26 octobre 2006 12:59

            Quand les chinois ralentiront ... 15 ans ? 20 ans ? 50 ans ?


            • Panama (---.---.198.59) 26 octobre 2006 14:26

              Peut-être plus tôt... en cas d’accident de surchauffe par exemple, ou de reprise en main idéologique.


            • Serge (---.---.134.232) 26 octobre 2006 13:42

              Je vends actuellement mon appartement à Paris car je veux déménager à Marseille. Or depuis un mois les agences se plaignent d’avoir beaucoup moins de clients, j’ai donc moins de visites pourtant mon prix est celui du marché pour un quartier joli (rue classée). Je me demande si effectivement les prix ne sont pas sur le point de baisser.


              • mitra (---.---.217.127) 26 octobre 2006 13:58

                Encore un bobo qui lit le Figaro ou Libé


              • Panama (---.---.198.59) 26 octobre 2006 14:28

                IL y a plus de vendeurs que d’acheteurs, c’est un fait indiscutable actuellement.

                Mais les prix ne baissent pas pour autant. Ceux qui peuvent acheter deviennent plus exigeants et sélectionnent les biens.


              • ohnil (---.---.218.193) 26 octobre 2006 16:25

                Pour faire parti des acheteurs potentiels, je peux vous dire que je suis particulièrement sélectif sur ce qu’on me présente.

                Partant du principe que j’ai au moins 15 à 20 ans à passer avec ce futur logement, j’ai un certain nombre de critères (d’exigences) qui doivent impérativement être respectées (scolarisation des enfants, facilité d’accès au travail, etc..).

                Par contre, il est vrai aussi qu’un certain nombre de vendeurs et d’agents immobilier ont des tarifs hallucinants (jusqu’à 50 000 € de plus pour un même bien).

                Dans ces conditions, il est normal que les biens soient plus long à vendre.


              • Century67 (---.---.58.249) 27 octobre 2006 12:04

                Ridicule vos « affirmations » à tous sur le marché de l’immobilier. je suis professionnel dans le secteur et peut vous dire que c’est la bérézina. On se bat entre agences sur le même bien à coup de millers d’euros de remise, il y a des « acheteurs » qui n’ont plus un rond, et surtout des « vendeurs » avec des yeux en forme de $$$$ qui attendent de toucher le jackpot.


              • la pute au grand coeur (---.---.146.11) 27 octobre 2006 12:10

                ça c’est vrai,avec la concurrence,il commence à y avoir des soucis !


              • immo1000 (---.---.53.235) 26 octobre 2006 13:46

                Si tu veux connaitre les renumérations des blogeurs il te suffit de repndre a cette annonce http://www.marketingrama.com/veille/index.php?2005/10/10/139-bloguer-c-est-un-metier Tu verras toi même les tarifs


                • Rocla (---.---.98.201) 26 octobre 2006 13:58

                  Ce matin j’ ai vu une délégation du Klu-Klux Klan devant une importante agence immobilière , avec une machine à faire varier les prix . Egalement sur les lieux Tabachnik du Temple solaire , et une délégation des rosés de provence cruciens , au meilleur de leur forme . Ils parlaient entre eux en apparté (ment) pendant que de leur bouches sortaient des bulles ( immobilères ) .

                  Rocla


                  • (---.---.210.26) 26 octobre 2006 13:59

                    Euh, les prix sont déjà en baisse. Je passe tous les jours devant 2 agences immobilières du 18e (Paris), j’ai repéré à plusieurs reprises des studios à vendre. Quelques semaines plus tard ils étaient toujours à l’affiche mais avec un prix nettement diminué de 5 à 10 %, pourtant le descriptif qui en est fait ainsi que leur emplacement est tout à fait correct. Mais je pense que les agents immobiliers et surtout les notaires, n’ont aucun intérêt à signaler la baisse en cours, leurs revenus pourraient en être affectés. Toutefois, cette baisse affecte Paris et certaines banlieues, par contre en province c’est l’inverse, notamment dans l’ouest et le sud ouest. Cette différence, croissance d’un coté et décroissance de l’autre, permet toutes les manipulations de statistiques que l’on souhaite.


                    • Jade (---.---.134.38) 26 octobre 2006 15:10

                      @ IP:xxx.x5.210.26 : en fait je pense que tout bêtement les agences ne trouvent pas d’acheteur et ils baissent les prix pour trouver quelqu’un.. j’ai deja vu ça avec des amis qui bossent dans une agence immo... Les proprios demandent des prix impossibles pour le budget d’une famille moyenne et finissent pas baisser au bout de quelques temps


                    • Rocla (---.---.98.201) 26 octobre 2006 14:03

                      Si les prix des studios baissent , c’ est parce qu’ils enlèvent quelques mètres carrés à la surface totale ,ou alors ils baissent les plafonds et remontent les sols pour faire moins grand .

                      Rocla


                      • déçu (---.---.86.55) 26 octobre 2006 14:08

                        Le débat, au lieu de se recentrer sur l’immobilier, dégénère encore vers les attaques personnelles !

                        Les Français et leurs procès à deux balles !!!!! Je crois que ce blog gêne, car il est sérieux, et semi-officiel, intégré dans un groupe tout ce qu’il y a de plus sérieux. Il n’est pas farefelu comme les deux u trois que vous citez.

                        L’immobilier est dans une situation préoccupante, presque tout le monde est pénalisé. Il serait temps de saisir les élus et d’être SOLIDAIRES.


                        • Bastien (---.---.12.102) 26 octobre 2006 14:12

                          Enfin bon quand on voit que la FNAIM nous dit que ca continue à augmenter tous les mois et que je vois les prix fondre dans les vitrines des agences où les biens sont en vente depuis 1 an j’ai comme un doute. Quand va t il y avoir un article serieux sur tous ceux qui se sont fait arnaqués par les De Robien notamment sur Toulouse où les loyers et les prix d’achats ne valent plus rien eu égard aux constructions démesurées par rapport à la population locale...


                          • bulu (---.---.1.39) 26 octobre 2006 14:13

                            L’immo a pris 100 % en 8 ans. Ce qui est etonnant, c’est qu’aucun politique n’en a fait son cheval de bataille, c’est quand meme une reduction monstrueuse du pouvoir d’achat des francais. Sans parler de ceux qui s’endettent inconsideremment et qui hypotequent les 20 ans a venir.

                            Et pourtant, rien, silence, meme les anti-capitalistes ou anti-liberaux, si prompts a denoncer ces exces habituellement, ne s’emparent pas du sujet. Pourquoi ? A mon sens, ca les decridibilise completement.


                            • Jade (---.---.134.38) 26 octobre 2006 15:21

                              @ bulu : si le programme du ps parle des prix démesurés de l’immobilier qui greffe jusqu’a 50% le budget des ménages.. n’as tu pas vu le « débat » télévisé du mardi 17 octobre derniers entre les « 3 loustics » ?
                              En tout cas je suis tout à fait d’accord avec toi. le probleme du logement devrait être la préoccupation majeure des politiques mais le seul problème c’est que pour une majorité de mec qui sont au pouvoir ca risque de pénaliser leurs petits copains promoteurs qui surfent joyeusement sur la vague de la spéculation immobilière

                              Bastien : la loi de robien (dans l’immo) c’était du chiqué pour profiter aux meilleurs qui savent où construire leur logement pour bien spéculer.. Quant aux malheureux qui construisent là où il n’y a aucun besoin de logement ben c’est tant pis pour eux... J’ai cru lire d’ailleurs un article qui parlait de ce probleme justement que beaucoup en pensant faire une bonne affaire et préparer surement leur retraite se sont fait avoir et se trouvent sans locataire avec un crédit à rembourser !!! D’après moi le seuls organismes compétents à savoir ou créer du logement utile sont les collectivités locales (voire l’état) qui connaissent la démographie de la population et qui devrait définir où construire du logement massivement.

                              Et c’est pas forcément que l’augmentation de la population qui réclame une offre de logement plus vaste.. et pas que les européens qui achètent chez nous.. Il se rajoute à ça un autre paramètre que les hollandais ont compris depuis bien longtemps, c’est que les familles sont de plus en plus monoparentales et qu’au lieu d’avoir un logement pour monsieur et madame il en faut deux !

                              bref... je pense que nos gouvernants connaissent tres bien le probleme du logement mais je crois qu’en fait le majeur probleme c’est qu’une fois les mecs au pouvoir ils oublient leur veritable fonction.. gouverner pour une majorité de citoyens et non une minorité de spéculateurs


                            • Rocla (---.---.98.201) 26 octobre 2006 14:27

                              Dans la Creuse il y a de bonnes affaires à faire . Y a guère de feux de voitures , bref calme et sérénité ,en plus on peut pratiquer la pêche à la ligne .

                              Rocla


                              • dequisemoqueton (---.---.84.30) 26 octobre 2006 14:38

                                Je suis très étonnée par cet article qui s’apparente à un communiqué publicitaire rédigé sur commande pour le blog immobilier tenu par une certaine Marie phoenix qui ne fait que des copier collés des autres blogs et des autres forums, quand ce ne sont pas de simples traductions d’articles étrangers dont la source dans ce cas, n’est bien sûr jamais citée... De plus la lecture de ce blog immo est très pénible en raison des imprécisions de vocabulaire, des traductions approximatives et des fautes d’orthographe.

                                Que vous citiez ce blog immobilier comme le champion « incontesté » du genre en terme de visites alors que cette personne procéde contamment sur les autres forums à des récupérations et à des détournements vers ses « reprises » par le truchement de liens de renvoi sur son blog, sans aucune autre forme de recherche, d’investigation, ou d’analyse personnelle participe de la même imposture.

                                En revanche le blog finance et particulièrement les articles rédigés par Elizabeth Studer sont remarquables.

                                Il est vraiment dommage que le blog immobilier et les autres rubriques dans lesquelles Marie Phoenix reprend systématiquement à son compte les publications d’autrui (forums, presse, etc...) nuisent à la qualité et à la crédibilité de l’ensemble du blog finance et des autres rubriques.


                                • Guy Morant 26 octobre 2006 14:53

                                  Je ne crois pas que l’on puisse accuser Marie Phoenix de malhonnêteté. Il y a effectivement de nombreux liens, mais également des analyses et des réflexions plus approfondies. Quels que soient ses défauts, le blog immobilier a le mérite de présenter une opinion divergente, dans un cadre moins conflictuel que celui de beaucoup de sites consacrés à cette question. Je précise que je ne suis en rien lié à ce blog, qui me semble seulement plus riche que beaucoup d’autres sites que j’ai eu l’occasion de consulter.


                                • La Côte des fossés (---.---.64.135) 26 octobre 2006 15:09

                                  La finance s’est garantie sur les risques entrant dans le marché immobilier.Cette situation de rente n’est tenable que si les differentes bulles spéculatives n’explosent pas ...les dettes des pays riches et le refus chinois et américain d’évaluer leur monnaie correctement impliquent un crack imminent .


                                  • oggy (---.---.26.144) 26 octobre 2006 15:17

                                    Que les personnes qui se posent des questions lisent les dizaines et dizaines d’articles sur le blog immo : http://www.le-blog-immobilier.com, ils auront au moins de l’information pour juger (avant de faire un pret immo sur 50ans...)

                                    Après, parlé de partialité dans Nexity (ya de quoi s’étonner de voir s’envoler des appartements comme des baguettes de pains.., non ??), de guerre entre Marie et Elizabeth, c’est :
                                    - ne parler d’un article et pas d’une centaine voir plus
                                    - être hors-sujet et essayer de semer la zizanie..(comme dans asterix..).

                                    J’apprécie également beaucoup le travail d’Elisabeth, mais que je lis moins (moins mes centres d’interets).

                                    A vos neurones !! (si vous etes capables de les utiliser encore... et de lire de manière critique smiley ).

                                    Par contre, Marie, il te manque des gadgets sur le blog immo.(je blague, ce n’est pas important).


                                    • oggy (---.---.26.144) 26 octobre 2006 15:25

                                      Moi non plus, je ne suis pas lié à ce blog. (Ah si enfin de compte ?, Marie j’attends mon chèque avec mes millions smiley ).

                                      Marie est dans mon top 5 des blogs que je lis réguliérement et où je poste des commentaires, car j’ai la soif de comprendre le pourquoi du comment des choses... Une première ’leçon’ ?? smiley : un marché economique est régit par une règle d’or (à mon humble avis) : l’offre et la demande, après beaucoup de choses viennent complexifier cette base...


                                    • oggy (---.---.26.144) 26 octobre 2006 15:35

                                      « Et l’immobilier, vous en dites quoi ? Vous ne trouvez pas que l’on va dans le mur et que les politiques, tous, de gauche, de droite, se taisent. »

                                      Etant devenu un expert immo ;) , toutes les questions que se posent nos amis lecteurs ici sur agora, ont déja été abordées sur le blog immo : faut fouiller, ou poster dans les commentaires (sans trop être hors sujet quand même). La recherche se fait par moteur Google sur le blog, et il y a un classement important des articles : il existe beaucoup de catégories différentes.


                                    • Jade (---.---.134.38) 26 octobre 2006 18:05

                                      merci oggy .... pour les bons tuyaux ;)


                                    • déçu (---.---.86.55) 26 octobre 2006 15:22

                                      Il ne faut pas se préoccuper des jaloux.

                                      Puis l’immobilier, c’est très sensible. Il y a ceux qui croient avoir la paternité de la réflexion sur la bulle spéculative immobilière, il y a les médioces envieux comme la dame au dessus qui fait signer son fiel par l’une de ses lectrices. Et il y a ceux qui ne veulent pas que ça baisse, ça fait beaucoup d’envieux ou de malintentionnés.

                                      Il faut avoir bcp de courage pour écrire sur ce sujet sensible.

                                      Et l’immobilier, vous en dites quoi ? Vous ne trouvez pas que l’on va dans le mur et que les politiques, tous, de gauche, de droite, se taisent. Ca va finir comment cette sordide histoire de gros sous ? Je suis très inquiet.


                                      • roule ma poule (---.---.146.133) 26 octobre 2006 15:46

                                        Petite mise au point:100 K euros c’est 100 mois de salaire pleins...La « bulle immobilière » éclatera,mais avant les pros se seront mis à l’abri.Tant que l’offre est inférieure à la demande,pas de souci pour les vendeurs.Enfin,à la TV j’ai écouté un agent immobilier parler de son travail:trés difficile:la vente d’un bien lui rapporte en moyenne 9000 euros ! Mais,pour ce faire,il lui faut au moins faire visiter 10 fois le site ! Soit 900 euros par visite ! Qui dit mieux ? je plains ces pauvres agents immobiliers et la dure concurrence qu’ils doivent affronter !


                                        • reinette (---.---.30.35) 26 octobre 2006 15:54

                                          « Je crois que Marseille est incurable à jamais, à moins d’une déportation massive de tous les habitants et d’une transfusion d’hommes du Nord. » Louis Fréron, proconsul de la Convention, 1794

                                          « On va épurer Marseille, qui en a bien besoin. » Pierre Laval, président du Conseil, janvier 1943

                                          « Le quartier [de la Porte] d’Aix est un véritable quartier arabe. Si un jour j’ai le moyen de faire quelque chose à la mairie de Marseille, je le ferai. » Jean-Claude Gaudin - Le Matin, 09/11/85

                                          « On a besoin de gens qui créent de la richesse. Il faut nous débarrasser de la moitié des habitants de la ville. Le cœur de la ville mérite autre chose. » Claude Valette, adjoint au maire, délégué à l’urbanisme - Le Figaro, 18/11/03

                                          « Le Marseille populaire, ce n’est pas le Marseille maghrébin, ce n’est pas le Marseille comorien. Le centre a été envahi par la population étrangère, les Marseillais sont partis. Moi, je rénove, je lutte contre les marchands de sommeil et je fais revenir des habitants qui payent des impôts. » Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, La Tribune, 05/12/01

                                          « A Marseille, ça bouge, et dans le bon sens. Le marché est sain, dynamique et la municipalité joue le jeu. » Guy Nafilyan, président de la branche française de Kaufman & Broad, n°1 mondial de l’immobilier, mai 2002

                                          « Alors, alors seulement, personne ne pourra plus nous déloger. La sociologie de Marseille aura changé, notamment dans les secteurs décisifs sur le plan électoral. Regardez ces grues. Elles construisent des appartements à 20 000 francs le mètre carré. à ce prix-là, la gauche est cuite. » Le directeur de campagne de Gaudin - Le Nouvel Observateur, 22/02/01

                                          « La réhabilitation induit une augmentation des loyers car les prestations seront meilleures. Mais nous n’excluons pas les habitants de leur quartier. [...] Il est vrai que seules les personnes qui pourront assumer l’augmentation des loyers pourront occuper ces logements. » Le directeur de Marseille Aménagement - La Marseillaise, 15/05/01

                                          « Pour que les gens soient mélangés, il faut que certains partent. » Gérard Chenoz, conseiller municipal UDF de Marseille - L’Humanité, 21/04/00


                                          • (---.---.30.35) 26 octobre 2006 16:00

                                            Deux ans après que la République a octroyé la liberté syndicale en 1884, commençent les déménagements à la cloche de bois (sans paiement du terme) orchestrés tambour battant par la Ligue des Antipropriétaires dont il nous reste cette Chanson des Antiproprios (refrain) :

                                            « Un’, deux, trois/ Marquons l’pas/ Les chevaliers d’la cloch’de bois/ Un’, deux, trois/ Marquons l’pas/ C’est la terreur des bourgeois/ Serrons les rangs/ Et portons crânement/ Le gai drapeau/ Des antiproprios ! »


                                          • memo (---.---.30.35) 26 octobre 2006 16:06

                                             » En 1889, Pennelier crée le premier syndicat des locataires dont la tâche principale est d’organiser les déménagements clandestins des ouvriers sans le sou.

                                            Jean Breton dit Constant, ancien communard et artisan en grève de loyers lui emboîte le pas en 1910 avec l’Union syndicale des locataires ouvriers et employés qui revendiquent l’assainissement des logements insalubres par les proprios et l’insaisissabilité du mobilier tout en amplifiant les déménagements à la cloche de bois.

                                            Et enfin Cochon vint.

                                            Nommé à la tête de l’Union syndicale des locataires en 1911, il porte sur la place publique la question du logement : « Vous avez créé ces maisons, j’ai inventé les moyens de s’en servir. » Accompagnés d’une fanfare charivaresque, le Raffut de la Saint-Polycarpe, Cochon exhibant une énorme cloche de bois, les membres du syndicat entassent les meubles et les frusques de la famille menacée d’expulsion dans une charrette à bras et partent gaiement à l’assaut des logements vides.

                                            Lui-même, retranché dans son « Fort Cochon », va livrer bataille une journée durant aux forces de police venues l’expulser en 1912. Soutenu par une partie de la presse, Cochon ne recule devant aucun défi aux pouvoirs en place. Deux jours avant sa propre expulsion, il occupe l’allée centrale du Jardin des Tuileries à l’aide de la première maison en kit confectionnée par des compagnons ouvriers. Juste devant le préfabriqué, cette pancarte : « Maison avec jardin offerte par l’Union syndicale des locataires et le syndicat du bâtiment à une famille de dix personnes abandonnée par l’Assistance publique ».

                                            Évidemment quand il voudra rééditer son tour de Cochon dans la cour de l’Hôtel de Ville ou de la préfecture de police, les heurts avec les pandores, les amendes, les peines de prison vont pleuvoir de toutes parts. Mais Cochon, dont les actions rassemblent jusqu’à 15 000 personnes, n’en a cure et réussit toujours à contraindre les autorités à reloger les familles.

                                            Comme un peu partout en Europe, il faudra la boucherie de 14-18 pour décimer le premier mouvement social d’occupation des logements vides.

                                            Peu avant de mourir en 1959, George Cochon aurait rencontré le déjà vieil abbé Pierre et lui aurait tenu à peu près ce langage : « Ah ! Mon père, si vous aviez des couilles ! » Mais ceci est sûrement un ragot d’un goût douteux...


                                          • wright (---.---.64.135) 26 octobre 2006 16:34

                                            je suppose qu’en bon artiste naincompris ,tu loue une mansarde inondée de fientes de pigeon dans le 18 ° !


                                          • Rocla (---.---.98.201) 26 octobre 2006 16:33

                                            Toutes façons les prix qui baissent à la hausse ,c’ est pas ça qui va hausser les prix à la baisse , c’ est un peu comme la phrase « plus on pédale moins vite , moins vite on va plus loin  » encore faut-il avoir une bicyclette . Le mieux par acquerir une belle propriété , c’ est de séduire un riche et belle propriétaire , genre seule et bien sous tous rapports bancaires .

                                            Rocla , conseils en immobilier


                                            • (---.---.36.195) 26 octobre 2006 16:50

                                              « genre seule et bien sous tous rapports bancaires »

                                              **Seule, bien sous tous rappors et...bancale

                                              y a plus des chances d’en trouver une pas trop agée avec 10 chats confinés dans le hausmannien adamesque...

                                               smiley

                                              http://www.dadàrocla@ff.com


                                            • miguet_mouse (---.---.64.135) 26 octobre 2006 16:59

                                              tss.. seuls les arrondissements de 1 à 10 sont intéressants...


                                              • (---.---.86.55) 26 octobre 2006 17:58

                                                La photo qui illustre l’article a été prise à Puteaux ou à Suresnes, à coté de la gare de l’une de ces deux villes, n’est-ce pas ?


                                                • Guy Morant 27 octobre 2006 15:56

                                                  Puteaux, effectivement, rue Monge. La photo a été trouvée sur Wikimédia : http://commons.wikimedia.org/wiki/Image:Puteaux_Immeuble_rue_monge.JPG


                                                • Rage Rage 26 octobre 2006 18:50

                                                  Mesdames, messieurs, bonsoir.

                                                  A la lecture de l’article, pas grand chose de nouveau sous le « soleil ».

                                                  L’immobilier est à la convergence d’une série de paramètres que sont tous, sauf un, favorable à la hausse. Celui qui n’est pas favorable à la hausse, c’est le pouvoir d’achat des ménages, et donc la part du logement dans les revenus disponibles.

                                                  Pour le reste tout joue en faveur de la hausse :
                                                  - La demande tout d’abord, avec la demande « fantôme » de ceux qui ne devraient pas demander mais ont fait du logement un produit de placement à court terme.
                                                  - Dans la suite des choses, les lois de type « Robien » ou « Besson » qui permettent une défiscalisation outrageuse et incite ceux qui ont déjà un logement à en avoir un autre (d’où une demande soutenue et une vacance à priori plus faible)
                                                  - La demande étrangère, profitant des prix encore bas de la province face à des prix plus élevés et à une monnaie plus favorable pour les Britanniques en particulier.
                                                  - Les effets frontières, parfois, avec la Suisse (bassin de Genève), le Luxembourg, l’Espagne (aura de Barcelone)...
                                                  - La compétitivité des villes et territoires, malgré la sinistrose ambiante, particulièrement pour les villes du sud et les métropoles.
                                                  - Les profits, dégagés par des agences immobilières qui fleurissent de partout et vendent des taudis, ou les profits des notaires, des promoteurs... tous seuls membres « experts » de l’immobilier. En tant qu’expert, avez vous tendance à fusiller la tendance de votre marché, même en phase de bulle évidente ?
                                                  - Les normes EU, toujours plus nombreuses, et donc coûteuses, couplées à des normes environnementales qui ne vont pas tarder à sortir
                                                  - La qualité d’évolution du bien « sec » avec les achats complémentaires de type « cheminée, cuisine équipée etc... » qui incite le vendeur à vendre, cuisine comprise.
                                                  - Le coût des matériaux, toujours en hausse + coût de la main d’oeuvre (lance pierre, mais pierre plus chère !)
                                                  - La hausse du foncier qui en résulte, sous la pression des demandes, les PLU malthusiens qui ont vérrouillé trop de secteurs (rareté) et autres jeu d’urbanisme (HQE and co)
                                                  - La spéculation venue d’ailleurs, de type vente à la découpe
                                                  - Les taux d’intérêts élevés il y a 20 ans qui ont induit un effet « rattrapage » et les taux bas actuels.

                                                  Bref, face à cette déferlante, couplée au report des liquidités boursières dès 2001 (chutte des places boursières) + effets leviers, il n’est pas étonnant que le pauvre et misérable citoyen de base ne puisse que constater la réalité : l’immobilier a doublé en 5-6 ans.

                                                  Pas de doute, la hausse va ralentir, mais elle sera toujours une hausse. Les simples effets de rattrapage des prêts, des nouvelles normes et des équipements, supportera la hausse.

                                                  Par contre, la hausse risque de ne pas être la même partout du tout. A Paris, c’est fini. Les plafonds sont crevés, les citoyens sont déjà très loins et ne peuvent plus aller plus loin sans être hors de portée de leur travail.

                                                  Reste une partie de la Province.

                                                  En dehors des villes du Sud (Cannes, Nice) ou historiquement cotées (Annecy, Annemasse-Genève), il reste encore des secteurs très attractifs où avec 200 000€ (30m² max à Paris) on peut se payer une très belle maison dans l’ouest ou le nord-est de la France.

                                                  L’onde de choc financière est arrivée à terme à Paris. Elle a commencée à agir depuis 3 ans très fortement sur les grandes villes et encore peu sur les petites (100 000hab), encore moins sur les plus petites hors effets touristiques.

                                                  Il advient que des villes de type Reims, Rennes, Poitiers, Limoges, Nancy, ont encore de beaux potentiels de hausse... de même que les villes en grande périphérie de villes de 100 000 à 1M hab (rayon de 25km) pour le reste, attention au plafond, car il n’est pas loin !

                                                  Mais la chutte, je n’y crois pas. Au pire, les gens attendront encore 10 ans avant de vendre, mais peu accepteront de « vendre à perte », même s’ils font toujours une plus-value sur l’achat initial.

                                                  En dehors de cette analyse éco, le marché de l’immobilier est devenu une véritable « mafia », spirale à marginalisation des plus pauvres et à consommation d’énergie de type transports 2h / jour ou à plus de 25km... mais ça, j’y reviendrais bientôt :)

                                                  Merci.


                                                  • Fred (---.---.11.107) 26 octobre 2006 19:02

                                                    Je pense que meme a Paris ce n’est pas fini. Tous les jours je passe devant une agence immobiliere dans le 15eme et je vois de nouveaux aparts avec des prix encore plus hauts qu’avant. Les 2 et 3 pieces ont encore de beaux jours devant eux.


                                                  • www.jean-brice.fr (---.---.108.44) 26 octobre 2006 18:53

                                                    Le marché de l’immobilier est comme les autres marchés, à une différence près, il véhicule des sommes pharamineuses ! La crise, qui s’annonce, dans ce secteur aurait des répercussions dramatiques... Malheureusement, toutes les conditions sont réunies pour qu’il y ait un CLASH. Les conséquences vont être terribles, 1993 nous en a déjà donné un aperçu : l’ennui est que nos dirigeants (à Washington) s’imaginent qu’en faisant tourner LA PLANCHE A BILLETS, ils vont résoudre le problème ! Cela a marché une fois, mais je doute que cette fois ci , le résultat soit le même ...


                                                    • Rocla (---.---.98.201) 26 octobre 2006 19:04

                                                      Il parait que dans la Confédération Helvétique , l’ acquêt d’ une maison est souvent affaire de plusieurs générations .

                                                      Rocla


                                                      • David (---.---.92.11) 27 octobre 2006 14:44

                                                        En Espagne ils ont inventés des crédits à 50 ans http://www.lefigaro.fr/eco/20060720.FIG000000233_l_emprunt_sur_ans_a_taux_v ariable_derniere_folie_des_espagnols.html. La situation y est dramatique, pas de marchés de locations donc obligés d’acheter. Celà devient stupide. A quoi sert il de bosser si on ne peut même pas pourvoir à ce besoin essentiel sans s’endeter de génération en génération... ???


                                                      • Loga (---.---.249.200) 26 octobre 2006 19:10

                                                        Est ce que les prix ne vont pas baisser à cause du temps d endettement. Un prêt sur 20ans devient rare il faut 25/30 ans et les banques sont méfiantes même avec l hypothéque et assurance vie qui parfois n est pas acceptée ou avec majoration des primes.(diabéte,pb cardio vasculaire et autre.)

                                                        Par contre des fonds de pensions étrangers achétent par immeuble pour revendre par appart et quand on connait le taux de rentabilité souhaité par ces fonds on comprend la hausse.

                                                        De toute facon il faudra trouver une solution des entreprises ne peuvent plus se développer car leurs salariés ouvriers, cadres ne peuvent pas se loger .

                                                        Les grands perdants , sont peut être les acheteurs au prix haut car s ils revendent il faut inclure les intéréts du préts :au mini 4% ,le cout de l assurance, s ils baissent le prix la plus value n est plus celle espérée.

                                                        La hausse des prix a une incidence indirecte mais non négligeable les frais de succession .

                                                        donc toujours pareil il faut être riche et en bonne santé.


                                                        • Serge (---.---.134.63) 26 octobre 2006 19:23

                                                          à Demian West

                                                          Je n’ai pas d’intérêt particulier à manipuler quoi que ce soit, loin de moi ces préoccupations mesquines. Je suis juste pressé de vendre car je dois partir à Marseille, déjà parce que j’en ai assez de Paris, et aussi pour me rapprocher de ma mère qui vit seule dans le Lubéron. Pour partir il faut que je vende car je veux racheter sur Marseille. Pas dans les quartiers nord, bien entendu.

                                                          Cordialement.


                                                          • didier (---.---.245.211) 27 octobre 2006 12:47

                                                            LUBEuRON, pas lubéron con !!!


                                                          • (---.---.130.58) 26 octobre 2006 19:40

                                                            « La demande tout d’abord, avec la demande »fantôme« de ceux qui ne devraient pas demander mais ont fait du logement un produit de placement à court terme. Dans la suite des choses, les lois de type »Robien« ou »Besson« qui permettent une défiscalisation outrageuse »

                                                            Facteur aggravant de la prochaine crise. Car après avoir profité des avantages fiscaux, les propriétaires de ces biens vont vouloir assurer une plus-value. Donc augmentation de l’offre, etc... smiley


                                                            • Forest Ent Forest Ent 26 octobre 2006 19:42

                                                              Bon article.

                                                              Deux remarques.

                                                              Le fait que certains médias incitent à acheter en haut de cycle n’est pas propre à l’immobilier. On trouve cela partout, d’où le dicton « vendre au violon, acheter au canon ».

                                                              La crise de 1992 ne s’est pas traduite surtout par une baisse des prix, mais du volume de transactions, ce qui n’a fait le bonheur ni des vendeurs, ni des acheteurs, ni des locataires. En cas de forte baisse des prix, les vendeurs préfèrent attendre des jours meilleurs quand ils le peuvent. Les seuls vendeurs ont été les marchands de bien surexposés et les ménages « accidentés » : successions, divorces, ...


                                                              • (---.---.130.58) 26 octobre 2006 21:05

                                                                « La crise de 1992 ne s’est pas traduite surtout par une baisse des prix, mais du volume de transactions, »

                                                                Entre 1991, le plus haut et 1997, le plus bas, le prix du m2 à Paris a toutefois chuté d’environ 30 %. Et je connais un ami qui entre 1991 et 2000 a fait une moins-value sur un bien immobilier de qualité.


                                                              • Forest Ent Forest Ent 26 octobre 2006 21:43

                                                                C’est vrai, mais le marché était presque vide, ce qui fait que ça n’a pas non plus favorisé le logement. Les mises en chantier ont été divisées par 3 et les loyers n’ont pas baissé, ou si peu.


                                                              • (---.---.120.246) 26 octobre 2006 19:55

                                                                J’observe le Marché du 19 à paris en ce qui concerne les F3 de plus de 59m² sur 3 ans. Pour cela je vais sur le cite de PAP J’ai vu 19 appartement en vente ce jour. Le moins cher est un rez-de-chaussée de 63m² pour 275 000€. Le nombre d’appartement varie sur cette catégorie entre 15 à 25 donc la situation est stable. Mon pronostique est une hausse de 10% sur 12 mois. Quant j’ai vendu mon appartement dans le 19 Il y a un an j’ai constaté que 1O% des acheteurs s’agrandissaient,30% étaient des retraités qui vendaient en banlieue, 30% sont un peu juste financièrement, 30% sont des étrangers : canadien, chinois, malien, ... J’avais un cite qui recevait environ 10 visites en provenance de PAP et 50 en provenance d’adword de google chaque jours. Je constate que sur le 19 il n’y a que très peu de construction et sur le reste de la France il n’y pas de terrain. PS : j’ai vendu 60 000€ au-dessus de l’estimation faite par agence c’est pourtant une agence qui a vendu l’appartement Il m"a fallu 6 mois et j’ai baissé de 40 000€ par rapport àau premier prix !


                                                                • (---.---.120.246) 26 octobre 2006 20:20

                                                                  l’impot sur les plus values existe depuis des lustres !


                                                                • armand (---.---.198.93) 26 octobre 2006 20:54

                                                                  Certes, mais pas sur les résidences principales : une collègue à moi a acheté il y a quelques années un appart dns un coin tellement pourave du 18ème à Paris qu’elle a préféré louer à Saint Mandé, mais elle a gardé officiellement son bien tout en y installant un locataire au black (sens figuré et sens propre). L’an dernier elle a vendu et empoché 100 000E de plus-value, soit trois ans de salaire, net d’impôts. Alors qu’on pourchasse le moindre vendeur de bricoles sur eBay...


                                                                • ThE MaGiCiaN (---.---.132.195) 29 octobre 2006 21:21

                                                                  100 000 / 3 / 12 = 2800 €(en arrondissant). 2800 € de revenu mensuel net, impots déduis ??? Ca va le salaire !!! J’aimerais bien gagner autant moi !!


                                                                • armand (---.---.198.93) 26 octobre 2006 20:04

                                                                  A partir du moment où l’immobilier est considéré comme un bien comme un autre (alors qu’il s’agit d’un bien de première nécessité)il devient un objet de spéculation, et dans ce cas toutes les raisons objectives de hausse listées par Rage plus haut sont valables (encore que, je ne pense pas qu’un couple qui divorce soit capable d’acheter deux nouveaux logements aux prix actuels, ou bien tous les deux sont traders ou cadres sup’ d’une société Cac40 !)). Et tout objet de spéculation qui monte doit fatalement descendre : en général les fonds d’investissement, lorsqu’ils n’ont plus la certitude de gains importants, se dégagent en masse et les cours chutent. Le hic c’est que dans notre société libérale la devise semble être « tous spéculateurs ! » et cette obsession de l’investissement couronné d’une substantielle plus-value semble avoir gagné tout particulièrement les jeunes trentenaires (et même les plus jeunes)- alors qu’il y a quelques années cette catégorie, à part payer le terme du mois et avoir de quoi payer le ciné, ne s’en préoccupait pas. D’où la frénésie d’achat. On peut y voir aussi (dans ce phénomène de « tous spéculateurs ! ») une manière de détourner l’attention des salaires bloqués depuis des années.

                                                                  Il n’en reste pas moins que les prix affichés maintenant, en attendant le plongeon, sont inaccessibles à la vaste majorité de la, population (pour Paris, à moins de 3000E par mois et un apport substantiel, impossible d’acheter, alors que ce niveau de salaire correspond à la frange supérieure - environ 10%-de la population.)

                                                                  Plusieurs intervenants ici ont fait remarquer que les politiques ne bougent pas, or il s’agit certainement d’une des plus graves inégalités à l’heure actuelle et, à moins d’un krach, celle-ci ne fera que s’intensifier.

                                                                  Alors qui serait favorable à une pétition adressée aux présidentiables demandant le blocage des loyers, le retour de l’agrément préalable - pour mettre un terme à la monoactivité et à la colonisation des centre-villes par les grandes enseignes - et la taxation des ventes spéculatives sur toute plus-value dépassant le taux de l’inflation ?


                                                                  • oggy (---.---.26.144) 26 octobre 2006 21:30

                                                                    To rage « par Rage (IP:xxx.x93.197.228) le 26 octobre 2006 à 18H50  »

                                                                    D’ou vient votre certitude, votre maitrise du sujet, cette science infuse en 20 lignes..

                                                                    " Pas de doute, la hausse va ralentir, mais elle sera toujours une hausse." Meme les économistes les plus reconnus ne peuvent prédire avec certitude ce futur.

                                                                    Des Preuves (du factuel : chiffres et source des chiffres) ou la recette de votre boule de cristale..

                                                                    Le marché est cyclique car : la hausse des prix n’est pas compensé par une même revalorisation des salaires : alors oui, le secteur change, on spécule, on fait d’un bien immo un produit à revendre, on invente des produits de luxe pour certains biens. Mais un bien immo, cela sert surtout comme habitation (désolé pour la lapalissade), et au bout d’un moment, il n’y aura plus d’acheteurs ou de locataires de robien sur le marché.. (sauf si les prix baissent..).


                                                                    • Rage Rage 27 octobre 2006 00:01

                                                                      Ma boule de cristale s’appele l’OPALE sur Lyon, la FNAIM sur la France et plus globalement l’expérience issu de multiples rencontres d’acteurs du logement, qu’il s’agisse de « l’habitat intermédiaire », les plans d’urbanisme, les promoteurs de la construction neuve collective (immeuble) et individuelle (maisons), les associations de maire, les services du foncier et de l’urbanisme des grandes agglos et régions.

                                                                      Je pourrais vous noyer sous les chiffres, mais le but n’est pas de jouer à la madame soleil, surtout que certaines données sont données par des juges et partis. Le fichier MINE (celui des notaires) est le plus fiable, mais ne fait qu’indiquer la tendance des transactions 6 à 9 mois plus tôt.

                                                                      Le marché de l’immobilier, c’est un mix de connaissances du marché et du feeling du « vent ». Comme la bourse, il n’y a rien de mathématique ni de rationnel. Pour jouer à ces grands casinos, il faut savoir reconnaître les signes qui ne trompent pas.

                                                                      En l’occurence, les normes, les taux, les liquidités disponibles ou non, la confiance et l’emploi sont des éléments clés à prendre en compte. Dans l’immobilier comme en bourse, il suffit d’une étincelle qui dégénère pour que tout sombre ou que tout s’envole.

                                                                      Néanmoins la « pierre » est toujours une valeur refuge. Cela PEUT baisser, mais sur du long terme, la baisse me semble impossible, d’où ma déclinaison de hausse qui sera plus lente à l’avenir. La vraie variable restant la capacité des ménages à pouvoir s’engager dans l’immobilier : quand « le point d’inflexion » sera atteint, probablement avec la hausse de taux, les hausses de 10% l’an il ne faudra plus trop y croire... mais une baisse significative... non plus.


                                                                      • Marc Bruxman 27 octobre 2006 00:03

                                                                        Quelqu’un de connu a dit : « Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que tu ne pourra rester solvable ».

                                                                        Ca s’appliquer à ceux qui jouaient la baisse de la bourse en vendant à découvert et qui devaient donc couvrir leur pertes lorsqu’elle continuait de monter.

                                                                        Mais ce diction est à méditer.

                                                                        Un autre dicton d’investisseur : La loi du dernier imbécile. « Tu sais pertinamment que tu es le dernier des débiles d’acheter à ce prix, que c’est surévalué et que la raison te dit de ne pas acheter. Mais tu achéte car tu sais qu’il y aura un imbécile encore plus crétin que toi pour te le racheter plus cher. Au final, le seul qui perd, c’est le dernier imbécile de la chaine ».

                                                                        Connaissant ces deux régles, vous pouvez jouer à profiter de l’exubérance irrationelle en espérant ne pas être le dernier imbécile de la chaine !


                                                                        • T.B. (---.---.21.162) 27 octobre 2006 01:30

                                                                          Article nickel chrome et sans bavure.

                                                                          Guy Morant, Argenteuil, de l’argent à l’oeil et l’oeil (le bon) sur l’argent.


                                                                          • T.B. (---.---.21.162) 27 octobre 2006 01:32

                                                                            Article très bien construit.


                                                                          • Cotcodec (---.---.142.97) 27 octobre 2006 02:44

                                                                            très bon article. le temps de la prise de conscience est venu.

                                                                            personnellement, après avoir regardé pour acheter, et bien que j’en aie les moyens, je vais prendre une location prochainement. celle-ci me coûtera 20 euros du m2 là où les mensualités de l’emprunt sur 20 ans m’en coûteraient 40 PLUS les dépenses sèches pour frais de notaire et commission d’agence. dans ces conditions qui sont celles du marché parisien aujourd’hui, acheter m’est donc apparu économiquement stupide en plus d’être structurellement dangereux.

                                                                            les quarantenaires du forum n’ayant connu qu’une hausse ininterrompue du marché depuis 10 ans devraient se rappeler de la baisse de près de 50% entre 91 et 97. et que cette baisse s’est produite dans un contexte de très forte baisse des taux.

                                                                            Rage, je vous trouve bien péremptoire. les sources de vos informations sont des lobbys de l’immobilier, à commencer par la FNAIM - Fédération Nationale des Agents Immobiliers - qui pratique la désinformation sur une large échelle. j’en veux pour preuve leur indice totalement opaque dans sa méthodologie et ses relevés statistiques, ainsi que les déclarations manipulatrices et tonitruantes de son Président.

                                                                            Faire confiance à la FNAIM pour communiquer honnêtement sur l’immobilier, ce serait un peu comme faire confiance au MEDEF pour mesurer l’augmentation du pouvoir d’achat et être le porte-parole de son évolution.

                                                                            enfin, vous dites vous appuyer sur vos connaissances dans le secteur de l’immobilier, donc vous semblez être à l’intérieur. je peux vous dire qu’en 2000, le communauté parisienne de la nouvelle économie n’avait aucune crainte d’une éventuelle surévaluation et que les First Tuesdays étaient remplis de gens euphoriques.

                                                                            la juste vision des choses provient souvent de personnes extérieures qui ont nécessairement plus de recul. en l’occurrence, sur l’immobilier, nombreux sont ceux qui émettent des avis de tempête, des hommes politiques, des économistes, des professionnels, et enfin et surtout des banquiers... qui tiennent les clés du marché.

                                                                            cotcodec


                                                                            • Cotcodec (---.---.142.97) 27 octobre 2006 08:59

                                                                              à Fredal

                                                                              Certes et c’est pourquoi il faut d’abord écouter :

                                                                              - les gens qui ne sont pas partie prenante (donc exit FNAIM par exemple, exit les spéculateurs, exit les militants),

                                                                              - les gens qui ont financièrement le choix (investisseurs immobiliers, primo-accédants avec un dossier solide, cadres supérieurs de retour d’expatriation, etc.).

                                                                              Il y a actuellement beaucoup de gens sans parti pris et avec les moyens qui s’abstiennent d’investir et préfèrent louer. D’autant que le marché de la location se détend...


                                                                            • fredal (---.---.121.76) 27 octobre 2006 05:13

                                                                              tous les haussiers que je connais sont propriétaires et les baissiers sont locataires, aimerraient bien acheter quelque chose mais ne peuvent pas se lancer.

                                                                              => j’ai l’impression que l’engagemment des gens dans le débat est bien plus du a leur situation personnelle qu’a la qualité des arguments/analyses.


                                                                              • Cotcodec (---.---.142.97) 27 octobre 2006 09:00

                                                                                à Fredal

                                                                                Certes et c’est pourquoi il faut d’abord écouter :

                                                                                les gens qui ne sont pas partie prenante (donc exit FNAIM par exemple, exit les spéculateurs, exit les militants),

                                                                                les gens qui ont financièrement le choix (investisseurs immobiliers, primo-accédants avec un dossier solide, cadres supérieurs de retour d’expatriation, etc.).

                                                                                Il y a actuellement beaucoup de gens sans parti pris et avec les moyens qui s’abstiennent d’investir et préfèrent louer. D’autant que le marché de la location se détend...


                                                                              • Jade (---.---.134.38) 27 octobre 2006 10:57

                                                                                @ fredal > je reprends tes termes.. « => j’ai l’impression que l’engagemment des gens dans le débat est bien plus du a leur situation personnelle qu’a la qualité des arguments/analyses. » le meilleur argument est que pour l’achat d’une baraque ou meme la location on en arrive à voir des ménages qui voient leur budget pris à 50% juste pour le logement.. Sans compter ceux qui ne peuvent plus se payer de logement sur paris et meme en Province (sur paris on demande 4 fois le loyer en rentrée d’argent et 3 fois en province).. Perso j’ai tout a gagné à être haussier vue que je suis proprio mais je reste malgré tout réaliste.. la situation ne pourra pas tenir éternellement comme cela ! un système basé sur la spéculation n’est pas un système viable à moyen terme mais bon les AI et les promoteurs s’en foutent en attendant ils auront fait leur beurre ;)


                                                                              • SCO (---.---.97.132) 27 octobre 2006 14:46

                                                                                Fredal, je suis dans la case « locataire » et je suis parfaitement d’accord. Je me leve tous les matins et je plonge dans « Les Echos » à la recherche de l’article qui corrobore ma thèse de la baisse du marché :] Et j’assume !


                                                                              • Rage Rage 27 octobre 2006 10:10

                                                                                Je suis tout à fait d’accord sur l’exit FNAIM et je le précise -sinon je m’en excuse- quelques lignes plus bas.

                                                                                Les commentaires FNAIM sont cependant à écouter, car pour attirer le dernier imbécile, il faut toujours donner des appâts : en l’occurence, plus le discours semble « gros » et plus vous êtes certains que la rupture est proche.

                                                                                Encore un élément, la FNAIM est sans doute le moins pire dans ce milieu. Si on devait écouter ORPI ou Laforêt, voir les risibles century 21, je ne vous raconte pas les crises de fou rire annoncé. Entre le « grand standing en ZUP » et le « lumineux » en RDC 2 hublots, c’est qu’ils m’ont bien fait rire ces voleurs... Sans parler des frais qui eux, sont clairement irrationnels compte tenu du service rendu.


                                                                                • armand (---.---.10.73) 27 octobre 2006 11:00

                                                                                  @Rage Je sais que vous n’êtes pas « madame soleil », mais vous n’enviusagez pas le facteur social : comment une hausse peut-elle se poursuivre sans provoquer, à terme, une explosion sociale ? Et je constate que personne, jusqu’à présent, ne pense qu’il est possible (ou souhaitable) de mettre les politiques au pied du mur. Ou pensez-vous tous que désomais le marché seul gouverne, et que la messe est dite ?


                                                                                  • tvb (---.---.99.222) 27 octobre 2006 11:47

                                                                                    j’ai 33 ans , je gagne assez bien ma vie et j’ai décidé de ne pas acquérir de logement au prix actuel . Si l’immobilier est un bien de conso comme un autre , à 33 ans , nous en avons dejà vu des bulles et des krachs ! La dernière « arnaque » qui m’a marqué était le prix des vins de bordeaux en 2000 . Voir l’evolution des prix 2001-2004 ! Alors maintenant je suis calmé j’attends les papy boomers de 2010 qui vendront en masse pour fondre sur la cote d’Azur « profiter de leur retraite bien méritée » et qui seront encore plus qu’aujourd’hui les seuls à avoir un bon pouvoir d’achat dans notre booo pays . En face (à l’achat) il n’y aura personne (impots « en baisse » + hausse « contenue »(ouarf !) de l’inflation + chomage + délocalisations + salaires de misère+ moral à zéro ). Nous avons aujourd’hui deux couples d’ami qui pensent et agissent de meme.


                                                                                    • panama (---.---.198.59) 27 octobre 2006 12:14

                                                                                      Trop tard pour la côte d’azur. Les prix sont déjà hors de portée des retraités.

                                                                                      Ici, un 2 pièces sans aucune prestation c’est 250 000 euros minimum.


                                                                                    • caramico (---.---.227.100) 27 octobre 2006 12:08

                                                                                      surveillez la bourse, quand celle-ci remontera, l’immobilier baissera.


                                                                                      • panama (---.---.198.59) 27 octobre 2006 12:12

                                                                                        Merci caramico !


                                                                                      • Passe-par -là (---.---.179.110) 27 octobre 2006 13:14

                                                                                        Une petite chose qui me gêne : c’est parler du marché immobilier avec un grand M. 

                                                                                        Peut-on mettre dans le même sac le marché haut de gamme qui peut être soutenu encore longtemps par la forte progression des hauts salaires et le milieu de gamme qui concerne les classes moyennes ? Ces dernières ont un revenu moyen qui stagne. Les prix pratiqués de nos jours les amènent au maximum de leur capacité d’épargne (voire dans le surendettement).

                                                                                        Par ailleurs, la sectorisation du marché est aussi déterminante : quelle ville, quelle région de France, centre urbain, périphérie « rurbaine » ou campagne... ? Les données démographiques ont montré un mouvement des centres villes vers la périphérie. Les prix du marché augmentent donc encore dans les moyennes et petites villes où on assiste à un nivellement relatif par rapport aux prix des centres.

                                                                                        Il faut également prendre en compte l’Histoire et la géographie du tourisme : par exemple en Aveyron, la demande anglaise à fait exploser les prix de la pierre, rendant l’accès à la propriété de l’ancien rénové extrêmement difficile pour ses habitants.

                                                                                        A prendre également en compte l’arrivée à la retraite de la génération baby boom qui va revendre une partie de son patrimoine pour acheter plus petit et plus près des services.

                                                                                        En conclusion, je dirai qu’il existe des inquiétudes justifiées soigneusement tues par les agences en ce qui concerne la baisse des prix d’un certain type de logements dont les tarifs étranglent littéralement les classes moyennes, mais que par ailleurs il reste des perspectives de mouvement fort du marché de l’immobilier qui rendent difficiles les projections.


                                                                                        • Philippe de ... (---.---.86.55) 27 octobre 2006 17:03

                                                                                          « Peut-on mettre dans le même sac le marché haut de gamme qui peut être soutenu encore longtemps par la forte progression des hauts salaires et le milieu de gamme qui concerne les classes moyennes ? »

                                                                                          Les riches savent avant les pauvres et lâchent l’immo les premiers. ils ont des conseillers financiers et le niveau pour comprendre, pas les boeufs qu’on a endettés, ils sont less « cash » but now, plus réactifs.

                                                                                          http://www.le-blog-immobilier.com/2006/10/immobilier_les__5.html la question y a t il des zones à l’abri de la baisse est abordée par les pros, les A Immo aux Etats-Unis


                                                                                          • dominique E (---.---.71.8) 28 octobre 2006 09:37

                                                                                            N’oubliez pas le rôle des banquiers.

                                                                                            Si les banques ont financé à tout va ces dernières années sous l’effet de la concurrence (qualifiée de suicidaire par le bullentin mensuel de la banque de France/ puis BCE) on relève un net changement d’attitude. Fini les financements de biens à 115% (frais d’acquisition compris), fini les taux d’efforts trop élevés, l’absence d’apport personnel, les prêts relais surévalués... Le nombre de demandes de prêts refusés a monté en flèche..

                                                                                            Les productions récentes de crédits (depuis juin 2006 en général, bien avant pour certaines régions) marquent le pas (sont en forte baisse) ... C’est bien la preuve qu’il y a quelque chose dans l’air, également du coté de la demande solvable. Car si les banquiers se montrent très prudents (pas tous il y a encore des exceptions pour raison d’objectifs à remplir, mais ça ne va pas durer) cela va avoir une forte influence sur le marché.. Par ailleurs l’impact de la hausse des taux (qui va se poursuivre et s’amplifier car les banquiers ont pour l’instant minoré cet impact dans leurs conditions) va encore accroître cette désolvabilisation de la demande.

                                                                                            Je serai vendeur, je me dépécherai de vendre, quitte à baisser le prix, car demain il n’est pas du tout sûr que les conditions ne se soient pas encore durçies.


                                                                                            • Sylvain (---.---.137.205) 28 octobre 2006 20:27

                                                                                              N’oubliez pas le rôle des maçons et entreprises de construction qui augmentent leurs tarifs chaque année dans des proportions considérables. Il est vrai qu’ils partaient de bien bas compte tenu de la dureté du métier. Mais les conditions de travail se sont considérablement améliorées grâce à la mécanisation, aux engins de levage, aux nouveaux matériaux... C’est une profession qui ne sera bientôt plus à plaindre. La flambée du marché immo ancien fait que les propriétaires font une plus-value en profitant du travail effectué dans des conditions très pénibles il y a des dizaines, ou des centaines d’années. C’est une forme de délocalisation mais dans le temps et non dans l’espace !


                                                                                              • oliveB13 (---.---.151.69) 29 octobre 2006 08:54

                                                                                                Attendre, encore attendre pour dégager une plus-value, je pense que vous n’y êtes pas. En effet, si vous déduisez du prix de vente, le prix d’achat, les frais initiaux de notaire, les intérêts du prêt que vous aviez pu contracter, les travaux (toujours) ou/et charges de copropiété pour améliorer votre cadre de vie, vous constatez que le bénéfice est maigre, voire inexistant dans certains cas. Pour rechercher une plus value vraiment intéressante, l’idéal était l’achat en neuf il y a 5/10 ans avec revente avant la fin de la deuxième années (pour faire bénéficier à votre futur acquéreur des frais de notaire réduits).

                                                                                                Concernant plus précisement Marseille, ville sous-évaluée, il y 10 ans, l’effet TGV, donc de mode, a occasionné une spéculation et un déséquilibre dans le profil des acheteurs (différentiel des salaires capital-province). Ayant fait de vraiment bonnes affaires et finalement ne se plaisant pas ici, ces spéculateurs sont retournés sur Paris en laissant un coeff X2 sur les prix de vente (stat à sourcer pour être plus précis, mais elle existe (fnaim)).

                                                                                                Autre exemple probant,Euromed, programme de réhabilitation du quartier république à Marseille. La Mairie et la communauté urbaine n’ayant pas les budgets pour rénover, de mêmes que les proprio, l’ensemble des immeubles ont été cédés a des fonds de pensions avec à la clé explusion, et vente à la découpe (laisser faire le privé, c’est plus rapide et d’un point de vue électoral, la karcherisation est plus discrète).

                                                                                                Point de vue du sud par un expatrié de l’est.


                                                                                                • Julien (---.---.202.102) 29 octobre 2006 21:08

                                                                                                  A lire dans le magazine « la gazette de berlin » un article sur les conditions qui pourraient mener au krash, plus un point sur la situation en allemagne. Disponible en ligne sur : http://www.lagazettedeberlin.de/immobilier.0.html


                                                                                                  • Rage Rage 29 octobre 2006 23:09

                                                                                                    Sur Euromed, la méthode est très « Gaudin » : Laissons faire le sale boulot par d’autres, venons à l’inauguration, serrons des mains et fellicitons tout le monde. S’il y a des mécontents, ils seront vite « isolés » et derrière la joie de parade de l’inauguration-fin des travaux qui oserait dire qu’il y a eu « karcherisation sociale du secteur » ?

                                                                                                    Ca s’appelle clairement faire assumer par d’autres ce que l’on n’arrive pas à gerer soi même. Un bon subterfuge pour ensuite chopper les lauriers du maire « batisseur » qui a su redorer l’image de sa ville (en virant tout ce qui ne méritait que peu d’attention, car pas rentable) ! En plus c’est moins fatiguant, plus simple, et plus facile pour les pots de vins :)


                                                                                                    • exilé (---.---.106.140) 30 octobre 2006 03:17

                                                                                                      Voyez la progression hallucinante des stocks d’appartements à vendre. Si les prix ne baissent pas dans ces conditions ce sera le blocage total du marché. Seloger.com : 592 000 ventes cette semaine. Il y en avait 534 000 il y a environ 3 mois !!!


                                                                                                      • SCO (---.---.132.212) 4 novembre 2006 14:22

                                                                                                        Soyons objectif : une augmentation du nombre d’annonce ne signifie pas augmentation des stocks... Un nouveau reseau d’agences peut s’être mis à utiliser le site Web, ou une mise à jour de la base de données à partir d’une source extérieure a fait grimper le nombre d’annonces. C’est a prendre avec des pincettes...


                                                                                                      • Domousse (---.---.53.179) 30 octobre 2006 17:05

                                                                                                        Comment expliquer la stagnation de prix dans ce cas ?...


                                                                                                        • Philippe de ... (---.---.32.83) 30 octobre 2006 22:44

                                                                                                          C’est un marché très lent... tout sauf réactif, mais une fois la tendance confirmée... plus de demi-tour possible


                                                                                                          • papy (---.---.124.148) 3 novembre 2006 12:43

                                                                                                            kraccccccckkkkkkkkk


                                                                                                            • jlhd (---.---.167.152) 5 novembre 2006 11:32

                                                                                                              Nous étions 5 milliards d’humains nous sommes 6.5 milliards en France 50 millions et maintenant 65 les prix baisseront peut être provisoirement mais la surface de la Terre ou de la France n’etant pas extensible je ne vois pas comment les prix pourront baisser. La hausse par ailleurs est supérieure a la campagne par rapport a Paris


                                                                                                              • cdg (---.---.220.124) 11 novembre 2006 23:50

                                                                                                                plus d habitant sur terre oui

                                                                                                                plus en france non (eh oui, on fait pas assez d enfant pour renouveller les generations et l immigration est theoriquement interdite)

                                                                                                                En plus, l important est la demande SOLVABLE. le creve la faim africain (bon un peu dur comme image) ou le CDD francais ne peut pas payer


                                                                                                              • toto (---.---.12.21) 13 novembre 2006 16:07

                                                                                                                Nous sommes en 2015, une famille moyenne de français vie a 3-4 familles dans 80m². En effet, les prix à Paris ont atteint 32000 euros le m².Heureusement notre gouvernement nous a creés un credit intergenerationnel sur 150 ans. Comme le dit la pub « preparer l’avenir de vos petits petits enfants ». Un pays ou l’immobilier est hors de porté des 3/4 de la populations et un pays pauvre, mais ça nous ne le savons pas encore.


                                                                                                                • Philippe de... (---.---.86.236) 14 novembre 2006 02:19

                                                                                                                  a propos du blog immobilier, que vous nous avez fait découvrir, il y a un dossier en deux parties qui démasque complètement la défiscalisation Robien

                                                                                                                  Je vous le recommande, ça fait froid dans le dos, c’est très réaliste.

                                                                                                                  Il semble que le mécanisme est la première fois aussi démonté par un pro.

                                                                                                                  Robien, c’est encore pire que prévu, sauve qui peut, c’est d"ailleurs sa conclusion.

                                                                                                                  http://www.le-blog-immobilier.com/2006/11/immobilier_la_v.html

                                                                                                                  http://www.le-blog-immobilier.com/2006/11/immobilier_la_v_1.html

                                                                                                                  les voleurs ne seront pas pris, les volés vont payer, bcp et longtemps


                                                                                                                  •  :-) (---.---.86.236) 18 novembre 2006 15:42

                                                                                                                    Ca sent le sapin, un AI pète un câle sur le blog immobilier

                                                                                                                    http://www.le-blog-immobilier.com/2006/11/un_agent_immobi.html


                                                                                                                    • Romaric (---.---.180.30) 9 mars 2007 16:05

                                                                                                                      L’acharnement des haussiers est vraiment ridicule. J’ai été agent immobilier pendant 23 ans en Lorraine et ayant pris ma retraite depuis je parlerais sans pb d’éthique (et surtt car j’ai un fils en situation précaire) ! J’ai fait peur aux acheteurs les 5 dernières années en leur annonçant des hausses tjrs plus grandes mais ce discours ne marche plus, toute cette réflexion sur la toile montrent bien que les acheteurs se renseignent de plus en plus au delà des prédictions alarmistes et prémachées des médias. Une collègue d’un cabinet d’analyse m’annonce déjà entre 5 et 10% de baisse pour 2007 ; et cela ne ferait que débuter ! Alors bien sur en tant que retraité j’ai un sacré pactole sous le coude pour une résidence secondaire mais je vais bien attendre deux ans minimum avant de franchir le pas !


                                                                                                                      • Mickey Mouse (---.---.32.98) 15 mars 2007 09:56

                                                                                                                        Les gens se renseignent « de plus en plus au delà des prédictions alarmistes et prémachées des médias ».

                                                                                                                        On voit bien que c’est un AI qui parle ! Je ne suis pas d’accord. Les AI sont des voleurs et des gens sans scrupules en général.

                                                                                                                        Pendant des années, on nous a servi le discours des professionnels et du lobby du BTP qui prédisait une hausse sans fin, et les gens étaient naïfs puisqu’on a battu des records et de prix et de nombre d’appartements vendus et mis en chantier.

                                                                                                                        Justement sur ce blog immobilier, vous avez la preuve de tout ce que j’avance : les années de mensonges, les chiffres records, les déclarations foireuses... www.le-blog-immobilier.com


                                                                                                                      • partissimmo (---.---.233.23) 17 mars 2007 16:55

                                                                                                                        Bonjour, quand on observe le site de cotation des prix de l’immobilier, on constate en effet une certaine baisse des prix de l’immobilier. Mais je me demande si ce phénomène n’est pas aussi lié à une augmentation des annonces émises par des particuliers pour des particuliers pour éviter des frais d’agence jugés trop élevés. Pour Nancy, de nombreux sites d’annnonces de particuliers existent. www.nancy.partissimmo.com est un site d’annonces entièrement gratuites avec jusqu’à 10 photos par annonce de particulier de Nancy.


                                                                                                                        • kikooz 28 novembre 2007 13:25

                                                                                                                          > le premier appartement que jai visité > - à 19 ans - se trouvait... dans cet > immeuble ! il fait le coin de la rue > monge et de la rue saadi carnot à > puteaux. http://defiscalisation.kikooz.com habitant de puteaux, je trouve que moi aussi cest vraiment un très bel immeuble, et je nai pas manqué moi aussi de remarquer cette illustration.

                                                                                                                          je ne peux pas mempécher souvent en passant devant des constructions récentes de remarquer à quel point elles sont mal conçues pour durer dans le temps comparativement.


                                                                                                                          • isamaman 18 janvier 2008 11:04

                                                                                                                            La hausse des prix est certes inévitable.. mais il y a des astuces. Avec mon compagnon, nous avons du nous aggrandir et nous sommes passés par une agence low cost. L’avantage est que nous avons rapidement trouvé acheteur et pu trouvé notre bonheur dans un appart plus grand. L’arrivée d’un bébé, ca chamboule ... franchement, je les recommande parce qu’ils sont efficaces et moins chers.. au final, l’argent economisé est passé pour la déco. L’agence c’est Efficity.com ... Allez-y vous serez satisfaits

                                                                                                                            Isa C


                                                                                                                            • pascal35 9 septembre 2008 12:06

                                                                                                                              bonjour,

                                                                                                                              Je connais ce dont vous parlez. Tu parles Charles..., je leur ai demandé une estimation sur internet de mon bien. Résultat : 600 000 € alors que je le vend 350 000 €, au juste prix du marché. Pas loin du double quand même. êtes vous sur d’avoir fait une bonne affaire en achetant avec eux ? Mon estimation je l’ai fait faire par deux agences locales réputées et un notaire qui m’en ont donné, compte tenu du marché, entre 340 et 360 k€. Et à l’heure ou je vous parle, ca c’est vendu 345 k€. Bonne journée


                                                                                                                            • www.appart-maison.fr 29 août 2008 18:19

                                                                                                                              Dans une interview à une chaîne de télévision américaine, Warren Buffet a récemment comparé Wallstreet à une plage de nudistes. En gros les spéculateurs de wallstreet se sont retrouvé du jour au lendemain nus alors que la marée venait de se retirer.

                                                                                                                              Pour lui, Freddie Mac et Fanny Mae ne feront jamais faillite compte tenu de leur taille et de leur importance dans le système monétaire américain.

                                                                                                                              Enfin, le roi de la finance, comme beaucoup d’économistes, ne voit pas d’amélioration dans les prochains mois. Le scénario deviendrait même plus difficile avec certainement de nouvelles annonces de faillites. Le marché de l’immobilier pour lui ne devrait pas rebondir avant 18 à 24 mois.

                                                                                                                              A bientôt sur www.appart-maison.fr

                                                                                                                               


                                                                                                                              • chasseur immobilier 31 janvier 2009 14:50

                                                                                                                                Très bonne analyse.


                                                                                                                                • Architecte Alsace 19 juillet 2011 18:12

                                                                                                                                  Merci à Sylvain pour son intervention qui rappelle que les métiers de la construction sont parmi les plus pénibles. Les conditions de travail ont en effet été grandement améliorées ces dernières années, mais de façon inégale. En temps qu’architecte alsacien, j’ai à cœur de travailler avec un réseau d’artisans locaux, c’est également là un gage de respect et de mieux-être.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès