• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le Crédit Suisse et la banqueroute du Mozambique

Le Crédit Suisse et la banqueroute du Mozambique

Un des pays les plus pauvres de la planète dans les griffes d’un gouvernement corrompu, d’une banque peu diligente, d’un entrepreneur cupide et de pays bien trop crédules. 

Est-ce que le Crédit Suisse serait coresponsable de la banqueroute de la République du Mozambique ? L’Autorité Fédérale de Surveillance des Marchés Financiers, FINMA, en tout cas, s’intéresse depuis quelque temps à cette question, ainsi qu’aux circonstances dans lesquels un crédit de 2 mia USD avait été organisé par la banque suisse en faveur de trois entreprises publiques mozambiquaises pour l’acquisition de 24 bateaux de pêche, de navires de patrouille ainsi que d’équipement nautique divers.

L’exécution de la commande avait été confiée à la société « Privinvest Group » de l’entrepreneur franco-libanais Iskander Safa, deuxième fortune du Liban, derrière celle de la famille Hariri. Le 5 mars 2013, les ouvriers du chantier naval de la « maison Safa », « Constructions mécaniques de Normandie » à Cherbourg, avaient fêté cette commande dignement, en présence de l’entrepreneur et du président François Hollande. Toutefois, la joie fut de courte durée, car il s’avérait par la suite que 16 des 24 navires furent construit par « Shipyard ATG Giurgiu » en Roumanie à un coût inférieur de 30 à 40%.

La société « Kroll », de son côté, révèle dans son rapport que, selon les estimations des ses experts, la République du Mozambique aurait surpayé la livraison de ces navires, qui rouillent actuellement dans le port Maputo faute de personnel compétent sans avoir pêché un seul poisson, de 487 mio USD. Cherchez l’erreur ! 

« Privinvest » justifie la différence de prix avec le transfert de « know how » et « un projet sur mesure » incluant également la livraison de « marchandise » et annonce d’ores et déjà de vouloir attaquer la société « Kroll » en justice.

Le rapport révèle, en outre, que le Crédit Suisse aurait encaissé pour la transaction des commissions d’une valeur de 160 mio USD. Celle-ci conteste.

Gretta Fenner, directrice du « Basel Institute on Governance », une organisation non gouvernementale, associée à l’Université de Bâle, déclare dans l’émission « Frontal 21 » de la télévision allemande ZDF que le produit de l’émission obligataire, n’avait pas été versé au gouvernement du Mozambique, mais à « Privinvest » qui elle reversait les fonds à ses propres sociétés mozambiquaises, spécialement créées à cet effet. En d’autres termes, « Privinvest » avait commandé les bateaux auprès de « Privinest ».

Outre le fait que le parlement mozambiquais n’avait jamais été consulté, ce qui est anticonstitutionnel, bien qu’Iskander Safa affirme que celui-ci aurait autorisé la transaction après coup, au mois d’avril de cette année, il s’avère également que la société publique mozambiquaise « EMATUM » qui réceptionna les bateaux, pêche, en moyenne, du thon d’une valeur de 450'000 USD par année. Les projections de vente annoncées par le gouvernement en vue de l’obtention du crédit en 2013 étaient de 18 mio USD par année, des projections qui ne semblent pas avoir ému outre mesure le Crédit Suisse. (Oxfam)

Pour la petite histoire, Andrew Pearse, architecte du deal, a quitté le Crédit Suisse juste après la transaction et travaille depuis étroitement avec l’empire de l’homme d’affaires libanais Iskander Safa. (Oxfam)

L’implication du gouvernement français dans la livraison du matériel militaire, accompagnant la transaction « de pêche », pose la question sur le respect du « code de conduite européen » en matière d’exportation de matériel de guerre.

Toujours est-il, le « Fonds Monétaire International » a cessé ses paiements en faveur du Mozambique depuis avril 2016, avec toutes les conséquences qu’on peut imaginer pour un des pays les plus pauvres de la planète. Selon Oxfam, en 2016, celui-ci dépensait 12,6 % de ses revenus pour le service de sa dette extérieure.

Entre-temps « Privinvest » continue à faire de bonnes affaires, notamment avec l’armée allemande. Sa branche berlinoise « German Naval Yards » vient de décrocher un contrat pour la livraison de 5 frégates d’une valeur de 2,5 mia USD. L’affaire du Mozambique ne semble pas avoir ému non plus Ursula Von der Leyen, la ministre de la défense allemande.

« German Naval Yards est déjà dans les « starting blocks » pour un autre projet de l’armée allemande, l’acquisition de plusieurs navires de guerres polyvalents d’une valeur de 4,5 mia USD. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • baldis30 26 juillet 12:50

    bonjour,

    article 1 )

    les banques suisses sont au-dessus de tout soupçon

    article 2)

    si quelqu’un en vient à soupçonner les banques suisses c’est l’article 1 qui s’applique


    • sls0 sls0 26 juillet 13:45

      A partir d’une certaine somme on est au dessus des lois.

      Les potes sont là pour protéger. La bonne stratégie c’est d’avoir président, ministres et députés comme potes. Qu’ils soient aux ordres est suffisant la valeur morale des hommes politiques ayant sérieusement baissé ces derniers temps.

      • Spartacus Spartacus 26 juillet 16:26

        Oxfam est une fausse ONG contrôlée par un ramassi de propagandistes Marxiste qui sortent des rapports tous plus ubuesques les uns que les autres et niaiseries sur niaiseries.


        Le seul but est d’obtenir des subventions que les grands élus socialistes de l’Europe, et en échange leur donner des rapports faussement sérieux toujours à charge du capitalisme pour que ces grands élus du parlement européen les utilisent en références et à leur profit politique....

        Une info sortie de Oxfam c’est un peu comme une info sortie de la Pravda....
        C’est toujours de l’info fouareuse dès qu’on creuse un peu...

        La conclusion systémique c’est « le monde capitaliste c’est de méchants..... » et en plus ces conneries sont sont a charge de la subvention payée par tous.

        • zygzornifle zygzornifle 26 juillet 16:54

          dans les griffes d’un gouvernement corrompu..... tous les gouvernements sont plus ou moins corrompus et quand on croit le contraire c’est que la corruption est bien dissimulée ......


          • zygzornifle zygzornifle 26 juillet 16:58
            le Crédit Suisse serait coresponsable de la banqueroute de la République du Mozambique.... Macron va avoir la larme a l’œil, il va observer une minute de silence pour honorer la mémoire de ses potes tombés au combat .....

            • Initiativedharman Initiativedharman 26 juillet 21:38

              Les banques suisses blanchissent tout : le trafic d’armes, le trafic de drogue, et tant d’autres trafics inhumains.

              Honte à ceux qui se font domicilier en Suisse pour éviter l’impôt français.

              • Initiativedharman Initiativedharman 26 juillet 21:38

                Les banques suisses blanchissent tout : le trafic d’armes, le trafic de drogue, et tant d’autres trafics inhumains.

                Honte à ceux qui se font domicilier en Suisse pour éviter l’impôt français.

                • Emmanuel Glais 27 juillet 11:55

                  Merci pour cet article.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires