• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le profit contre l’homme

Le profit contre l’homme

"C'est le riche qui commet la faute, c'est le pauvre qui demande pardon"

Je ne sais pas si les agoravoxiens ont l'esprit logique, je le pense, ainsi, avec un peu de chance, peut-être pourront-ils nous aider à comprendre le sens qui se cache derrière les grandes théories du capitalisme et précisément celles du profit, qui si pour certaines commencent à dater, alimentent pourtant toujours abondamment la mythologie libérale contemporaine, nourrissant la pensée du marchand de tapis anonyme jusqu'à celle de notre « business-friendly » président de la république, admirateur de grandes fortunes et de success stories, en passant par l'invincible armada médiatique presque toute acquise à leur cause, faisant admirablement le lien entre les deux bouts.

 

 

Alors revenons aux bases, le profit, qu'est-ce que c'est ?

 

Selon wikipédia, il s'agirait d 'un « gain financier obtenu [lors] d'une opération économique ».

Il est a noter que ce terme est très proche du verbe « profiter  », qui selon la "définition simple et facile" de l'Internaute consiste en le fait de « tirer profit d'une situation ou d'une personne. » Larousse nous propose, parmi d'autres, une définition supplémentaire certes un peu plus péjorative consistant à «  tirer un profit abusif de la bonne volonté de quelqu'un ou de sa faiblesse. »

Ce qui est assez intéressant pour notre propos, en conviendrez-vous...

 

Le capitaliste, accumulateur sans fin, (que nous sommes tous par la force des choses, ne serait-ce que par notre passivité, notre complaisance ou notre collaboration avec le système), c'est à dire l'amateur de marges, bénéfices ou autres plus-values, voit en le monde une espèce de «  géant casino » ou chacun essaierait de gagner- dans le meilleur des cas toucher le jackpot- un peu plus que les autres pour vivre (ou survivre), par une série d'artifices plus ou moins voyants pour satisfaire parfois sa soif irrépressible d'argent, qui se perçoit en général au nombre de zéros figurant sur ses comptes en banque, quand ils ne sont pas cachés dans des parasites fiscaux. La sagesse chinoise nous rappelant qu'« il n'existe que deux types d'hommes vertueux sur Terre, ceux qui sont morts, et ceux qui ne sont pas encore nés  », nous éviterons de jeter l'opprobre à tout va sur « les autres », les êtres cupides potentiels qui s'ignorent se comptant probablement par milliards sur notre belle planète...

 

Pour prendre un exemple un peu rustre, faire du profit serait ainsi :

 

« Je te donne 10, mais moi j'essaie de te prendre 11, 12, 15, 20, car je suis plus habile que toi et surtout j'en ai plus besoin, notamment parce que je le vaux bien. » Nous reviendrons sur ce formidable argument plus tard...

Pour légitimer ce type de transaction apparemment immoral que l'on aurait appelé simplement en d'autres temps "du vol" et pourtant aujourd'hui largement institutionnalisé, des penseurs dits « libéraux » ont réfléchi longuement, et ils ont fini par pondre quelque chose, (même si çà leur a pris plusieurs siècles) déguisée en raisonnement abscons, censés n'être compris que par les initiés ou les simples d'esprit, sans vouloir faire offense ni aux uns ni aux autres pour peu que l'on puisse faire la différence entre les deux.

 

Voici donc la crème de leur pensée :

 

1. La théorie de l'investissement : immortalisée par Elmut kohl

Les profits d'aujourd'hui font les investissements de demain et les emplois d'après demain.

Cela aurait pu être une phrase de Coluche, mais force est de constater qu'Elmut le pensait vraiment. Un petit diagramme nous permettra de relativiser son propos. Depuis quand les profits créent-ils de l'emploi ? Sur le papier oui, et dans une certaine mesure, mais combien d'emplois détruits par l'innovation et la recherche d'économies sur les coûts salariaux ? Les rapports alarmants récents sur la robotisation de l'économie devraient au moins mettre en doute cette théorie, même chez les plus radicaux.

 

 

 

2. La théorie du "bien social"  : la célèbre Ecole autrichienne d'économie ultra-libérale avance l'idée que le profit rémunère « l'agent économique qui satisfait des besoins sociaux  ».

 

  • "Le profit est la force motrice de l'économie de marché. Plus grands sont les profits, et mieux les besoins des consommateurs sont satisfaits." (Ludwig von Mises, un des leader du courant)

Cet argument, assez proche du précédent, est fondamental dans la pensée néo-libérale (qui se démarque de la vision classique qui voyait en le profit un ajustement économique temporaire légitime). Pourquoi ? Parce-que c'est là que se joue toute sa vision actuelle du monde. Il faut croître, se développer, tant qu'il y a des clients qui achètent. Bien fou celui qui s'arrêterait en si bon chemin (ex :Facebook deviendra plus puissant que la NSA en moins de 10 ans – à moins qu’on ne l’arrête, par Nafeez Ahmed les crises.fr)... Alors que dans tout système vivant, la croissance d'un corps s'arrête une fois son épanouissement accompli, afin de transmettre et libérer la place pour les autres, le capitaliste vénal (je ne sais pas s'il s'agit d'un pléonasme) croit pouvoir continuer indéfiniment sa course en avant, jusqu'à absorber toute conccurence et même arriver à des situations de monopole... Argument imparable : tant qu'il y a des clients, c'est que le produit a un rôle social, alors on continue, pendant que j'engrange le cash-flow bien-entendu... La biologie nous enseigne que dans un organisme seules les cellules cancéreuses poursuivent cette logique de développpement anarchique totalitaire, jusqu'à affaiblir et détruire l'ensemble du système cohérent et collaboratif auquel elles appartiennent pourtant. Voilà comment on passe d'une société artisanale riche et diversifiée à l'uniformisme fasco-industriel contemporain.

Coca-Cola, Nutella, ou Kronenbourg pourront malgré tout se conforter, par cet argument de poids même si largement bancal, dans le fait de penser que leurs marges sont proportionnelles aux « besoins sociaux » qu'ils créent ou auxquels ils répondent…

 

 

3. La théorie du « risque » :

Bien souvent, la vie d'un entrepreneur est bien plus dure que celle d'un salarié, il ne faut pas l'oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties. E.Macron
 

Argument phare, devenu antienne néolibérale pour justifier la raison d'être du profit qui serait celle du risque encouru par l'entrepreneur, le décideur, l'actionnariat, et qui d'autre encore… Le risque serait notamment celui de voir s'écrouler sa boîte un jour en raison d'un imprévu(qui ne serait évidemment pas de sa faute), et plus le risque serait important, plus le bénéfice en amont serait légitime, bien sûr les assurances existent mais pas dans dans le cas de risques inconnus… Certains se seront peut-être demandé comment il est alors possible de quantifier une marge en rapport avec un risque imprévisible...

 

Alors quoi de mieux pour illustrer une telle imposture intellectuelle que celle des rentes autoroutières qui défraient régulièrement la chronique, encore ici récemment sur AgoraV….Mais les exemples vont à foison, connaissez-vous d'ailleurs des multinationales qui font faillite, même après des scandales honteux (dieselgate, obsolescence programmée, crises sanitaires, ou les multiples ententes illicites passées sous silence par les médias) ? Oui, peut-être des banques lors d'un krach boursier qu'elles auront elles-mêmes provoquées mais quoi d'autre, pour justifier la paupérisation de la société toute entière sur l'autel de leurs dividendes ? La peur d'un astéroïde géant qui viendrait s'écraser sur la Silicon Valley ? Au passage on notera l'hypocrisie du libéral qui outre le fait de faire payer aux employés, via la casse sociale, ses "prises de risques" que personne ne lui a pourtant demandées n'hésite pas à les faire payer aussi à la collectivité en cas de coup dur (subventionnisme, optimisation fiscale, renflouement, capitalisme de connivence, protection de l'Etat...). Et on ne parle pas des parachutes dorés ou autres avantages provisionnés pour les responsables en cas de perte.

Alors, de quels risques parlez-vous monsieur le président ?

 

 

4. La théorie du « mérite » : A l'origine des discours droitisants sur l'« assistanat », souvent exacerbés dans l’idéologie sociale-libérale-conservatrice, c'est à dire dorénavant tout sauf l'extrême gauche. Il y a ceux qui bossent, et il y a ceux qui fument des joints dans des ZAD ou des HLM, pour paraphraser de manière un peu simpliste, c'est vrai, ce qui doit s'insinuer de manière sous-jacente dans les réunions du MEDEF ou les meeting de Davos...

«  Si je suis riche, c'est que je le mérite : si tu es pauvre c'est que tu l'as voulu. » Traduisez : "moi j'ai le droit de vivre et de m'en mettre plein les fouilles, toi tu dois être soit un entrepreneur comme moi, ou te mettre à mes pieds, ou tu dois mourir, si vraiment tu es un bon à rien, comme tous ces satanés fonctionnaires, exception faite des militaires ou des flics, car eux au moins, ils nous protègent et en plus ils ferment leur gueule..."

On est ici probablement plus dans l'instinctif que le réflectif, assez loin de la pensée humaniste, voire de la pensée tout court. Une théorie basée sur des pulsions primitives d'auto-conservation d'un animal en rut ou apeuré devrait pourtant nous mettre la puce à l'oreille...Lorsque c'est le cerveau limbique qui prend le pouvoir sur le cortex préfontal, il est possible que la théorie hobbesienne selon laquelle l'homme serait un loup pour l'homme soit finalement assez proche de la réalité...

 

Si j'étais chômeur, je n'attendrais pas tout de l'autre, j'essaierais de me battre d'abord. E.Macron

Ainsi le profit serait-il une récompense pour le travail accompli par le leader, celui qui crée des emplois tout seul, à la seule force de son poignet : grand écueil de notre société qui accorde à l'« intellectuel » et au leadership, plus de valeur qu'au manuel et à l'« exécutant ».Le mythe de l'"Elu". Cette pensée est pourtant à l'origine de toutes les tyrannies contre lesquelles nos démocraties tentent en apparence de se prémunir. Le chef serait donc plus méritant que les membres de sa tribu ? Ne parlerait-on pas plus d'un gourou dans ce cas là, qui a la main mise sur sa secte ? La Miviludes s'intéressera-t-elle un jour à certaines entreprises ou autres startups boursières dont les communications internes n'ont rien à envier aux propagandes officielles de certains régimes dictatoriaux ? Ou à l'administration ? Le culte de la personnalité et l'exploitation de l'homme par l'homme ne serait-elle donc réservée qu'aux tyrans sanguinaires, aux raëliens ou la scientologie ?

 

Quid de l'actionnaire, de l'héritier, ou du rentier qui s'enrichie sans rien faire ?

 

 

5. Les inégalités sont nécessaires, appelez çà l'« équité » si çà vous chante... :

J'avais failli lire John Rawls, il y a quelques années, je l'avais même acheté, et puis quand j'ai vu son énorme pavé posé dans mon salon, traitant de sa « Théorie de la justice », j'ai eu comme une révélation, avant même que la machine à lire sans ouvrir les pages soit inventée par la science 15 ans plus tard, je me suis moi aussi dit que je pouvais être critique littéraire en ayant simplement lu la quatrième de couverture. Alors cher John Rawls, sache que le dicton nous rappelle qu'« à mauvaise cause, force paroles  ». Bien que ta quête de justice sociale soit tout à fait louable j'avoue que c'est ce mot « Théorie » décliné en 900 pages qui doit me faire en réalité un peu peur…

Il est néanmoins amusant de constater que les économistes "orthodoxes" ( en général ceux qui gagnent bien leur vie) pensent toujours que les inégalités sont nécessaires, même dans une certaine mesure, en raison de nos productivités et besoins différents, ce qui est vrai ( dans une certaine mesure aussi) que seule la quête d'enrichissment personnel est vecteur de créativité mais peut-être faudrait-il leur conseiller d'étudier l'économie pré-capitaliste, qui a duré bien plus longtemps que celui qu'ils ont passé à faire leurs études financées au passage par la collectivité et des professeurs payés au lance-pierre, car à l'utilité probablement beaucoup moins importante que les traders ou cadres de banques d'affaires qui doivent représenter pour eux les phares de l'humanité. 

Certains iront pousser l'absurdité jusqu'à prétendre que "les inégalités sont nécessaires tant qu'elles contribuent à réduire les inégalités" Je n'ai malheureusement pas réussi à retrouver le lien menant vers cette perle…Mais va comprendre comment l'esprit tortueux de certains bonshommes essaie toujours de retomber sur ses pattes...

 

Le coefficient de Gini(indice de 0 à 100 sur le diagramme) est une mesure statistique de la dispersion d'une distribution dans une population donnée, développée par le statisticien italien Corrado Gini. Le coefficient de Gini est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie l'égalité parfaite et 1 signifie une inégalité parfaite (par exemple un seul salarié dispose de tous les revenus et les autres n'ont aucun revenu).wikipédia

 

6. « There is no alternative » (TINA) slogan immortalisé dans les années 80 en Grande Bretagne par Margareth Thatcher, la célèbre «  Dame de Fer », probablement en raison de sa politique néo-libérale considérée comme étant déjà « un peu » brutale à l'époque…

En gros, « circulez y'a rien à voir, si vous êtes pas content c'est pareil…, et surtout, évitez de trop réfléchir, çà ne sert à rien... »

Et puis si vous insistez un peu on vous ressortira les millions de morts de Staline ou le régime nord coréen, et que le communisme n'a pas marché, ce qui est vrai, en omettant de préciser que le capitalisme n'en a plus pour très longtemps lui non plus et peut-être même en encore pire...Mais l'écologie étant un peu l'angle mort de la doxa économique libérale, les éditorialistes nationaux dûment choisis par les thuriféraires du système, auront vite fait de vous remettre dans le droit chemin, en invoquant l'hymne hypnotique et sacré de la Croissance dont aucune démocratie moderne digne de ce nom ne saurait faire l'impasse, course à l'emploi et compétition internationale obligent…

TINA serait ainsi un peu la face tyrannique du : « de toute façon tout le monde fait pareil  » issu des excuses de cours d'écoles pour légitimer maladroitement des actes pourtant théoriquement répréhensibles par la morale et le justice...

(liberté, égalité, fraternité, çà vous dit quelque chose ?)…

Non, de quoi vous parlez ?

 

sources : wikibéral, wikipédia, alternatives économique, A quoi sert le profit ?, Martin Masse, pour le fun, d'autres et moi-même, mais moi-même n'est-il pas un autre pour un autre "moi-même" ? Bon ok je m'arrête là :)


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • pipiou3 19 février 15:04

    Le profit n’est pas une théorie !

    Profiter c’est tirer un bénéfice ou un avantage, c’est-à-dire un bienfait matériel ou moral et heureusement que l’homme est sensible au profit.


    • Yanleroc Yanleroc 19 février 22:15

      @pipiou3, 


      ce que tu viens d’ écrire sera gravé sur ta tombe pour l’ éternité, 

      en témoignage de que ce l’ humain peut produire de plus con !! (excuse moi pour la grossièreté du terme..connard ! s’cuses..encore..)

      La notion de profit, l’ amour du profil, la satisfaction obtenue par le profit, 
      c’ est justement ce qui amènera l’ humanité à sa perte, 
      c’ est faire appel aux plus bas instincts des hybridés que nous sommes !
      Mais toi, ça ne te gêne pas.

    • pipiou2 19 février 23:07

      @Yanleroc
      ça tombe bien puisque je compte vivre pour l’éternité, alors tu peux jouer avec les epitaphes smiley

      C’est juste des définitions du dictionnaire, tu as raison de les trouver très con.
      Un dictionnaire ça n’est pas pour toi : tu en profiterais pour devenir intelligent.

      Alors je te souhaite de ne pas profiter de la vie, conformément à ta religion smiley  smiley  smiley


    • Yanleroc Yanleroc 19 février 23:30

      @pipiou2, on va dire : « peut mieux faire ! »

      (je suis dans mes bons jours.)

    • Yanleroc Yanleroc 19 février 23:32

      ..mais pourquoi tu ricanes tout le temps, bêtement ?..


    • pipiou2 20 février 00:37

      @Yanleroc

      Si tu passais moins de temps à jouer avec les reptiliens tu comprendrais un peu mieux la subtilité.
      Et tu saurais qu’ici il n’y a pas de smiley pour le ricanement smiley

      Je te laisse creuser tes contradictions, ça t’occuperas et pendant ce temps tu ecriras moins de conneries sur Internet smiley


    • hervepasgrave hervepasgrave 19 février 15:06

      bonjour,
      Wouah ! dans ton cv ou dans ta présentation tu déclares « j’apprécie l’esprit d’agoravox » « woui,oui ! ce n’est pas vraiment cohérent avec ton article,discours.Il me semble, qu’Il ne faut pas lècher le cul des autres pour émettre un avis personnel de mon simple et inique avis.Mais bon !je ne sais pas vraiment faire de la communication.La cause est simple j’aurai l’impression de faire la pu...
      Sur ton article révolutionnaire ,que retenir ?Liberté,fraternité et va te faire ... Alors la seule chose que je retiendrais de tes sornettes c’est qu’elles ne sont que le fruit de l’intoxication générale.
      Le plus raisonnable a penser ,n’est pas la mort du capitalisme ,mais plutôt comment elle agit pour que demain cela devienne invisible.Et les capitalistes lèverons leur verre et dirons tous en cœur »Le capitalisme est mort,vive le capitalisme". Alors ! liberté/égalité/Fraternité bienvenue dans cette nouvelle ère.Je ne sais pas si l’on doit distribuer des claques pour refaire l’éducation ou simplement pour donner la vue et un regard franc et net sur les choses.Allez ne te vexes pas cestapsgrave, ce n’est que didactique et utile.


      • Elixir Elixir 19 février 20:38

        @hervepasgrave

        J’ai essayé de comprendre ton commentaire, je n’ai pas réussi, dommage j’aime bien la contradiction...

      • Yanleroc Yanleroc 19 février 22:27

        @Elixir, salut, il faut le connaître ! Relis, ce qu’ il dit n’ est pas inintéressant, il témoigne !


        @ hervé,
        No futur ?
        tu me fous le plomb ! 
        Est-ce-que tu joues au tiercé, au loto, tu pries, tu informes l’ eau, tu profites de la puissance de ton esprit pour influencer la matière, les événements, le cours de ta vie..la flèche du temps, si t’ es ambitieux !
        Chais pas moi, fais quelque chose. (en tout cas, moi je pense à toi très fort, sans dèc !)

        @Elixir,
        Si tu aimes la contradiction, t’es pile-poil, au bon endroit, au bon moment ! En gros tu serais raccord.


      • hervepasgrave hervepasgrave 20 février 07:20

        @Yanleroc
        Bonjour,
        Au moins ,cela t« amuse ,alors ! c’est déjà pas mal comme occupation.Ce n’est pas »no futur« mais plutôt  »no present« . L’auteur de l’article aurait été mieux de dire simplement que nous sommes une bande de C.. pour en être arriver là. Et traiter du sujet » le capitalisme "est la grande mode du moment une excuse toute trouvée.C’est bien pratique pour cacher son petit commerce.Je n’informe pas l’eau et cestpasgrave ,mais je vais penser a lui demander son avis.Elle a une sacrée mémoire parait-il.Alors j’ai de quoi m’occuper sainement pour apprendre son langage.


      • Jean Roque Jean Roque 19 février 15:26

        TINA suffit.
         
        Manque que le libéralisme se pare des vertus du progrès scientifique, vrai moteur de l’amélioration du niveau de vie. L’électricité, l’atome, la génétique ne sont pas le fait d’entrepreneurs. Ce n’est pas en perfectionnant la bougie que vient l’ampoule électrique.


        • Spartacus Spartacus 19 février 17:48

          @Jean Roque
          C’est le mobile qui permet aux pauvres miséreux du monde entier de communiquer ou d’avoir une banque virtuelle.

          C’est google qui permet de se passer d’encyclopédie en 15 volumes pour les masses.
          L’ampoule c’est Edisson qui l’a fabriquée et ça a fait sa fortune.


        • Le421 Le421 19 février 19:07

          @Spartacus
          Non, « Eddy Zone », pas « Edisson ».

          Franchement, faut pas être une lumière pour écrire correctement le nom de Thomas Edison...

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Edison


        • Jean Roque Jean Roque 19 février 21:06

          @Spartacus
          Google n’a pas découvert la physique quantique qui permet l’effet tunnel du transistor qui permet le routeur Cisco et le PC.
          L’ampoule électrique a été découverte par Lindsay 40 ans avant.
          Faut éviter la télé.


        • Jean Roque Jean Roque 20 février 06:31

          @Spartacus
          Développement de la Chine en régime communiste avec recherche et industrie nationnalisées, Corée du Sud, régime fasciste d’un général, Japon, régime fasciste d’un Empereur, Inde, régime nationaliste de Néru, Allemagne, reich protectionniste, France, protectionniste etc. L’Angleterre n’est devenue libre-échangiste qu’à la moitié du 19ème quand elle avait garanti sa supériorité concurrentielle. Les US ont fait aussi du protectionnisme.


        • zygzornifle zygzornifle 19 février 16:14

          Albert Einstein »L’Etat est notre serviteur et nous n’avons pas à en être les esclaves. "


          • Spartacus Spartacus 19 février 17:40
            1-Le profit est une motivation. Pas une idéologie.
            C’est ce qui permet a chacun de donner du meilleur de soi-même pour offrir le meilleur a des gens à travers l’échange.

            C’est ce qui fait qu’en Allemagne de l’Est les vendeurs n’avaient rien a foutre des clients, et les gens faisaient la queue pour avoir des Traban bien pourrie qui tombaient en panne dans l’indifférence.
            Là ou en Allemagne on construisait des BMW et des gens faisaient du mieux possible pour aider son prochain.

            2-La pensée a somme nulle des gauchistes est affligeante. 
            Les investissements créent des emplois. 
            Si tu remplaces une chignole par une perceuse tu perces plus vite et tu crée des emploi car tu peux être plus compétitif.
            Les profits n’ont rien a voir avec la valeur ajoutée mais avec le marché de l’offre et la demande d’investisseurs.
            De la même manière les investissements d’une société industrielle qui est passée a une société tertiaire de services ne nécessite pas les mêmes charges. L’industrie ne représente que 17% des salariés de ce pays.
            Les profits dépendent du marché de l’offre et la demande de fonds d’investissement. Les impôts sur les profits ayant augmentés sur les dernières années, il est nécessaire de donner plus de profit aux investisseurs pour les attirer. 

            « connaissez-vous d’ailleurs des multinationales qui font faillite » 
            Y’en a plein : AREVA, KODAK, LEYMAN BROTHER, Fermetures Eclair etc, etc...

            3-Le coefficient Gini : il démontre dans un pays libéral comme l’’Allemagne que les inégalités sont moindre qu’un pays quasi-communiste comme la France (nous travaillons à 57% pour l’état) que le libéralisme n’est pas si inégalitaire.

            Bref un texte qui trimbale un sacré paquet de clichés.

            • Elixir Elixir 19 février 20:50

              @Spartacus

              Pourquoi gagner plus que son prochain devrait être une motivation pour vivre ?
              Moi je vois plutôt çà comme une maladie sociale...

              Par ailleurs comme je l’ai dit je ne crois pas au communisme non plus.

              Pour les multinationales qui font faillites oui c’est vrai çà existe, elles se font d’ailleurs souvent racheter et en général ce sont les employés qui payent les pots cassés...



            • pipiou2 19 février 23:13

              @Elixir
              « Pourquoi gagner plus que son prochain »
              ça c’est votre besoin de vous comparer à votre prochain, ne projetez pas vos travers sur les autres.

              Beaucoup de gens cherchent juste à gagner ce qu’ils meritent sans avoir besoin de se préoccuper des autres, ni de les jalouser.


            • Yanleroc Yanleroc 19 février 23:44

              @pipiou2, « gagner ce qu’ on mérite »


              1- Ou mets-tu le curseur ?.. qui décide ?.

              2- As-tu pensé auparavant, à une espèce de Revenu Universel 
              afin de protéger les moins enclins à la compétition, non pas par manque de capacités, mais par..quelque chose que tu ignores complètement et dont je te parlerai une autre fois !..(si g du tps à perdre.) 


            • Spartacus Spartacus 20 février 08:54

              @Elixir
              Le profit est une motivation pour soi-même, le capitalisme n’a jamais imposé pas de « gagner plus que son prochain ».


              Le capitalisme n’est qu’un vulgaire outil de coopération économique entre les humains. 
              Le capitalisme n’a aucune valeur morale ou immorale qui lui sont propres.

              Il ne fait que refléter et rendre visible les valeurs humaines, et ces valeurs évoluent dans le temps dans une destruction créatrice. 

              Le capitalisme est imparfait car il expose au grand jour des vérités, mais c’est le meilleur moyen connu qui permet a chacun de faire du mieux possible envers des gens qu’on ne connait pas.

              Les gens font d’ailleurs davantage d’efforts pour se renseigner et réfléchir lorsqu’ils concluent une transaction de marché que lorsqu’ils votent. 

              Ce mode de coopération capitaliste est nettement préférable à la centralisation des décisions au sein d’un état, même s’il est démocratiquement élu. Comme veulent le faire croire socialisme, souverainisme, communisme et totalitarisme.


              C’est comme un couteau de cuisine. Vous pouvez l’utiliser pour couper des citrons et il est merveilleux, mais le couteau n’est pas responsable que certain l’utilisent pour tuer leur belle mère.

            • Elixir Elixir 20 février 09:16

              @Spartacus


              merci pour ce commentaire construit.

              Il existe des alternatives à tous les systèmes que vous citez mais évidemment elles n’intéressent personne parce qu’ils ’agit d’un changement de paradigme.Voilà pourquoi je dis que capitalisme et communisme sont les meilleurs ennemis, un peu comme Mélanchon et Macron. D’ailleurs ces idéologies sont en réalité tellement compatible qu’elles ont créé le capitalo-communisme chinois qui fonctionne très bien en terme de croissance...

              Il existe des modes de gouvernance dans les entreprises ou ailleurs qui fonctionnent bien mieux que la gouvernance strictement autoritaire( sociocratie par exemple). Renseignez-vous.

              Sans parlez de l’Economie sociale et solidaire, aujourd’hui enseignée à l’université, et oui c’est vrai BFM n’en parle pas, en économie, ils ne connaissent que le cac 40...

              Par ailleurs le capitalisme est foncièrement centralisateur, et plutot que de concentrer le pouvoir dan l’etat, il va le concentrer dans une oligarchie, qui pour le coup devient autoritaire....la boucle est bouclée...


               

            • Yanleroc Yanleroc 20 février 11:48

              @Elixir, et on en arrive au NWO !


              Le dormeur doit se réveiller.

            • Hervé Hum Hervé Hum 21 février 12:07

              @Elixir
               
              il peut exister dans l’imaginaire autant d’alternative que d’êtres humains, mais dans la réalité physique, il n’en existe pas beaucoup.

              A priori, vous ne savez pas plus que spartagus ce que veut dire capitalisme et communisme. Vous confondez les deux et cela tombe bien, la confusion est ce qui interdit toute alternative et maintien le cogito dans l’impasse.

              Vous parlez de paradigme, mais savez vous ce que signifie ce mot et surtout, ce que cela implique au niveau du raisonnement ?

              Tout système, quel qu’il soit, obéit toujours à son ordre premier, directeur. Mais quel est donc cet ordre premier du système capitaliste qui le rendrait compatible avec le système communiste ?


            • Jao Aliber 19 février 17:51

              La source de l’emploi, c’est le profit par l’agrandissement de l’entreprise ou par la création d’une nouvelle(pour créer une entreprise, il faut plus que le minimum vital sinon ce sera grâce aux profits des banques à travers leur prêt ).

              Mais en même temps, la source du chômage c’est évidemment le profit par la hausse de la productivité du travail.

              Il y a donc deux forces objectives contraires en lutte.A ces deux forces correspondent deux forces subjectives :

              1.Le désir d’accumuler de l’argent du capitaliste correspondant à la création des emplois salariés.

              2.Le désir du communisme, de la justice sociale correspondant à la destruction du capitalisme : le chômage. Le communiste, ennemi suprême du capitalisme désir ardemment la hausse du chômage pour accroître la force potentielle de sa superclasse(les chômeurs ).Donc le communiste a intérêt à l’accélération de la productivité pour détruire le capitalisme.Ce que messieurs les capitalistes font avec dévouement (cupidité, désir profond de se faire du profit) au grand malheur des salariés qui ne voient que leurs salaires de façon égoïstes et bornés.Quant aux chômeurs non seulement, ils sont exclus de toute activité professionnelle mais leur ancien revenu n’est pas maintenu.Trouver cela normal est une déclaration de guerre.Les lois économiques de cette société et les intérêts des chômeurs sont irréconciliables. On peut continuer à jouer de la comédie mais dès que le rapport de forces economiques change entre les deux superclasses, l’Etat actuel sera renversé par la violence.Point départ pour une nouvelle société débarrassée du chômage et donc du salariat.


              • Yanleroc Yanleroc 20 février 00:12

                @Jao Aliber


                (il me semble que) l’ issue pour la planète à plus ou moins long terme, est qu’ elle ne forme qu’ Une  ! Ce qui n’ empêche pas la préservation des identités locales. 

                Et il devient évident que de compétition malsaine, de profits dégradants par leur seule qualité, 
                nous n’ aurons plus à faire à condition d’ évoluer et de le vouloir, à plusieurs ! 
                Le monde évolue très vite et certaines « mentalités » aussi..

                Pendant que certains zététiciens de mes deux, freinent des 4 fers, 

                des plus pressés, plus curieux qu’ eux prennent les devants, 
                et il faut les louer malgré les chemins de traverse qu’ ils auront dû emprunter ! 

                Chacun son job.

                Pour répondre sur le fond, je pense qu’ une nouvelle forme de communisme mondial est inévitable.
                Elle est en fait déjà en train de se mettre en place avec le NWO, qu’ il soit d’ apparence Impérialiste US ou issue d’ un temporaire pouvoir multipolaire, source de conflit par définition chez les humains !

                A nous de dire tt de suite si ns voulons être mangés à leur sauce ou à notre goût !
                Pour l’ Europe sociale et humaniste, ça a foiré,
                et pour le NOM ?

              • JL JL 19 février 18:44

                « Si l’éthique était source de profit, ce serait formidable : on n’aurait plus besoin de travailler, plus besoin d’entreprises, plus besoin du capitalisme – les bons sentiments suffiraient. Si l’économie était morale, ce serait formidable : on n’aurait plus besoin ni d’Etat ni de vertu – le marché suffirait. Mais cela n’est pas…. C’est parce que l’économie (notamment capitaliste) n’est pas plus morale que la morale n’est lucrative – distinction des ordres – que nous avons besoin des deux. Et c’est parce qu’elles ne suffisent ni l’une ni l’autre que nous avons besoin, tous, de politique. » (André Comte-sponville)
                 
                Ce ne sont pas les capitalistes qui sont à critiquer mais les médias.

                « Le capitalisme (et la science), la politique (et la justice) et la morale relèvent de trois ordres distincts et qu’il ne faut pas confondre sous peine de sombrer dans le ridicule. Une presse a-morale n’a pas lieu d’être et c’est l’honneur des journalistes de la respecter (la morale) ». (Comte-Sponville)
                 
                 Aujourd’hui il faut dire : ce serait l’honneur des journalistes de respecter la morale.


                • hervepasgrave hervepasgrave 19 février 20:59

                  @JL
                  Bonsoir, voila bien le message le plus universellement servi pour croire que le capitalisme doit exister et faire croire que cela équilibre les choses.C’est formidable l’évolution des mentalités,« le pied sur le frein » C’est totalement faux et vendu,sponsorisé a grand frais. Car je voudrais bien savoir pourquoi des échanges nationaux/internationaux sans profit et avec équilibre empêcherai de travailler ,de créer ?? Oui c’est surtout qu’il faut maintenir le joug par peur de perdre ses petits privilèges et petits profits.C’est bien là dans la réalité le coût exorbitant des gens inutiles et destructeurs de toutes civilisations qui voudraient avancer.Mais il est évident qu’Eux perdraient lourd et seraient obligé de cracher dans leurs mains,pour exister,bouffer.Cestpasgrave a votre avis ?. Prêcher et vendre de telles idées mérite dans notre monde la reconnaissance,des médailles et quelques gratitudes ??
                  « oui !oui ! Hum ! n’est-elle pas belle la vie ? »


                • Yanleroc Yanleroc 19 février 21:58

                  @ mon cher hervepasgrave,

                  « 
                        • Car je voudrais bien savoir pourquoi des échanges nationaux/internationaux sans profit et avec équilibre empêcherai de travailler ,de créer ?? »

                      • C’ est là que nous divergeons : il ne s’ agit plus d’ échanges multipolaires pour l’ avenir à long terme si tant est qu’ il est prévisible, contrairement à ce que fantasment certains,
                      • mais d’ une production-redistribution par le haut !

                      • Ce qui n’ empêche pas la démocratie directe locale,
                      • ainsi que la préservation des identités culturelles endogènes,

                      • mais ce que tu appelles des échanges, n’ aura plus lieu d’ être,
                      • les productions de matières premières doivent être gérées de façon globale 
                      • et régulées dans leurs débits par une Entité Gouvernante Mondiale, 


                      • Il ne s’ agit pas de dictature en mode 84, 
                      • pas plus de ce qu’ il est convenu d’ appeler la Démocratie, 
                      • qui comme tt le monde le sait, n’ est qu’ une grosse enculade,

                      • mais d’ une Organisation mondiale, (j’ assume et j’ emmerde Brezinzski et Attali et le Nouvel Ordre Mondial à leur sauce !! - et FiFi par la même occasion..)

                      • s’ appuyant sur le Big Data, 

                      • cet espèce « d’ apaisement de la planète », est dicté par ..la nature, l’ évolution néguentropique, tendant vers l’ ordre, 

                      • en ce sens que les sociétés humaines n’ ont cessé de s’ amalgamer pour former des agglomérats toujours de + en + gros ! Combien de nations comptent sur la scène internationale, moins d’ une dizaine et je « crois » qu’ il y en aura de moins en moins. ce ne pas forcément un désastre si on sait l’ anticiper !!

                      • Bientôt (relativement), plus qu’ un seul peuple terrien , une, ou pas, de religion, pour s’ affirmer en tant que Peuple face au reste des Entités vivantes de l’ Univers ,tu me suis ?..

                      • (C’ est à nous d’ anticiper le NWO et de frapper directement là où il faut, en une seule fois  !!
                      • C’ est à dire tout en haut !
                      • Mais toi tu te vois tout en bas !)

                      • Salut à toi camarade.




                • hervepasgrave hervepasgrave 20 février 07:56

                  @Yanleroc
                   Re bonjour,
                  Non ! je suis très bien ton discours et j’ai peut-être quelques différences sur la vision des choses.Mais je reste lucide. Qu’il y ait un ordre mondial ne me gêne pas.Tu as a ce sujet totalement raison.Ce n’est pas une idée nouvelle de vouloir un gouvernement de sages.Mais c’est comme le conseil constitutionnel ,avec ses représentants de hauts grands maitres de l’équité ,mais qui n’étaient que ceux qui avaient le pouvoir dans les mains avant.Changeront ils l’ordre des mauvaises choses ? seront ’ils garant du bon fonctionnement de ce NOM, hum !
                  Mais sur la marche des choses .Il faudrait peut-être énoncer les choses le comment du pourquoi. Quand je parle d’échange par exemple c’est qu’il n’y aurait plus de produits/productions en déséquilibre. Les produits utiles et exotiques doivent avoir « une valeur égale ».D’ailleurs ce qui est exotique ici est l’inverse la-bas. Pour essayer de faire simple .Pour faire transiter les produits et donner une égalité de valeur cela doit reposer sur des échanges (qui ai un cout,je ne parle même pas de gratuité,je reste les pieds sur terre) A savoir un équilibre a obtenir. du donnant donnant.
                  Maintenant nous ne pouvons pas faire confiance aux humains.C’est malheureusement dans la nature des choses. Que reste-il pour arriver a créer et maintenir a long terme un tel projet de NWO pour et par le peuple ? Le bâton ??La dictature ? L’informatique bête et disciplinée ,maitre impitoyable sans âme comme juge et bourreau ? Le vévert que je suis a de quoi rêver ,pour toutes ambitions. Et je ne me vois pas tout en bas ,j’y suis et ce n’est pas cela qui me gêne.En Français dans le texte « je n’en ai rien a ... » Mais a défaut j’ai des buts dans la vie.Ils sont modestes certes,mais eux sont haut placés.Un monde meilleur pour nos enfants (je rectifie pour eux c’est déjà foutu ! ils le savent ,je leur rappelle .« Je le sais ,cela fait mauvais genre et ne donne pas l’impression d’aimer ?! »Alors ! pour les,nos petits enfants. Car ils sont bien parti pour être des victimes sans le savoir. Certes,Ils sont choyé,tous est aussi beau que leurs chambres bien décorées ,rangées etc .. Mais cela donne l’aspect d’avoir une belle femme (mari) une belle bagnole,une belle maison etc ,mais derrière cela ?? Piges tu Camarade ?Est-ce un peu plus clair et si tu as réussi a me comprendre dans mon charabia matinal ,car je n’avais pas envie ,ni la tête a pianoter .


                • Yanleroc Yanleroc 20 février 08:53

                  @hervepasgrave, aussi limpide que la Divulgation, c’ est dire !


                  Tu as tout à fait raison sur les illusions que ns nous faisons de nos possessions 
                  et dire que certains achètent déjà des sex-dolls, voir plus que pour le sexe, 
                  tes arrières petits enfants ne verront peut être jamais l’ horizon autre que quantique.

                  Alors je crois que c’ est TOUT de SUITE, qu’ il faut se bouger le cul. Nos édiles l’ on bien compris et se sont fait leur réserve de noisettes, et on va laisser faire ?..
                  Boycott !
                  Raisonnablement, nous n’ y croyant pas , pourtant il le faut !!

                • hervepasgrave hervepasgrave 20 février 21:11

                  @Yanleroc
                  Hélas ,oui ! le problème pour moi c’est que je suis devenu « un bras cassé » .aussi costaud que tu peux être ,il y a des limites,que tu ne peux tenir.Mais je n’ai jamais cédé et je n’ai jamais voulu être un faux jeton ou trou du cul et ne surtout pas me vendre sans broncher.Alors le résultat se fait sentir a un moment ou a un autre.Et cestpasgrave !.Je reconnais que c’est vrai qu’il faudrait ,qu’il faut bouger rapidement.Mais est-ce une nouveauté ?? Bien évidemment que non ! La différence qu’en j’avais vingt ans et aujourd’hui n’est franchement pas éloignée.A mon époque les jeunes restaient éternellement des écoliers/étudiants délirants.D’ailleurs regarde autour de toi aujourd’hui.Tes proches,tes parents sont des branleurs.Ils connaissent toute la littérature,toutes les cultures,toutes les sciences,techniques et je n’en finirai pas de montrer leurs savoirs et ils rigolent ,rigolent encore.Alors,c’est certainement pour cela que le monde d’aujourd’hui est dans cet état ?Quand a cette nouvelle génération ou trouver les différences ?Eux c’est aussi la fête !Un exemple que je disais aux jeunes cons comme à un de mes enfants.Tu rêves d’avoir un bonnet rouge et d’aller dans la rue ??Mais pourquoi ? Simplement revenir le soir délirer derrière une bonne bière,la pizza à la main ,conter à tes copains bobo tes aventures ??Hum ! comment leur faire comprendre ? Alors que malgré tout la précédente génération aurait résisté en en prenant plein la gueule,mais pour celle-ci « aie ;aie ! » Ils peuvent rêver de porter le foulard des palestiniens,ou un bonnet rouge ou tout autres artifices,mais a côté de toutes ces populations ,ils ne tiendraient pas cinq minutes.Et pour conclure ,faire la révolution c’est malgré tout facile de tout casser,mais « après ? » « comment faire pour que cela dure et ne dérape pas de nouveau ? » Tu as raison,il le faut mais pas n’importe comment.Mais surtout et principalement ,ce qu’il faut retenir ce n’est pas forcément de son vivant,pour son profit (quand je dis profit ,je devrais dire profiter du résultat) Alors ! le faire,mais être bien préparé sur le sujet.Car en fasse ils sont prêt depuis la nuit des temps et ont de l’avance et des moyens surdimensionné.Le plus raisonnable c’est d’abord de bouger les esprits.Quand cela rentre d’un côté par la raison et de l’autre par force et contrainte.Cela ne peux que changer les choses.Cestpasgrave ce n’est pourtant pas compliqué a comprendre,non ? Il faut d’abord parler des choses sérieuses ,s’entre déchirer et finir assis autour du bonne assiette ou de ce que l’on a sous la main.Et tout ira mieux.Maintenant et aujourd’hui la fête est au devant des choses ,le reste est subalterne ou fait vivre.


                • Ecométa Ecométa 20 février 10:53

                  Nous ne faisons pas réellement de l’économie au sens complexe du terme mais exclusivement du capitalisme ; même pire, car le capitalisme est totalement dépassé : nous ne faisons désormais que du financiarisme ! Et tant va la cruche à l’eau...

                  Le capitalisme, le financiarisme, le libre-échangisme, aussi le productivisme, au passage ce sont des paroxysmes, sont des concepts poussés à l’abus ; ce sont en réalité des maladies économiques ! On peut même dire les « pires maladies » car elle sont virales !

                  Pour autant il ne s’agit pas d’être contre le capital, ni le libre-échange, ni a finance, qui sont des moyens utiles et nécessaires à toute économie nationale, mais contre le « capitalisme »... usage paroxysmique du capital et réduction de l’ économie au seul moyen qu’est le capital de même pour le financiarisme ; et contre le libre-échangisme réduction de l’économie aux seuls échanges internationaux, tout ceci étant orchestré par une mise en concurrence sauvage mondialisée et tout simplement une guerre économique mondiale ! 

                  Le libre-échangisme est définit par ses tenants, notamment Philippe Manière , comme une vision du monde qui donne le primat à la liberté ! Un primat à la liberté sur quoi ? Un primat à la liberté pour qui ?

                  Un primat à la liberté d’un pseudo système économique capitaliste et libre-échangiste sur les contraintes économiques sociétales, démocratiques et républicaines, qui entravent la liberté des entrepreneurs affairistes de faire un maximum de profit . Et donc un primat à une liberté purement systémique pour les tenants de ce système et leurs seuls aboutissants contre tous es autres agents économiques qui doivent s’y plier !

                  C’est la société au service de ce « système capitalo-financier » alors que c’est le système économique qui devrait être au service de la société !

                  C’est la charrue avant les bœufs ou encore une véritable course à l’échalote   !


                  • pasglop 20 février 14:34

                    @écométa


                     « Et donc un primat à une liberté purement systémique pour les tenants de ce système et leurs seuls aboutissants contre tous es autres agents économiques qui doivent s’y plier ! »

                    C’était déjà la lettre et l’esprit de la déclaration d’indépendance des Etats-Unis en 1776.
                    Pour resituer le contexte, une déclaration rédigée par les possédants, ceux là même qui avaient appelé à la sédition contre l’Angleterre et réprimaient un peu plus tard leur main d’oeuvre en l’accusant de ne pas respecer la légalité.
                    Une caste de propriétaires fonciers s’étant accaparé la terre via l’expulsion par les armes des indigènes et plus tard par la spéculation.

                    Le moteur de l’adhésion populaire à cette déclaration, l’union sacrée contre l’Angleterre, n’a tenu qu le temps de la victoire.
                    L’ordre économique honni, une fois l’indépendance acquise, n’a eu de cesse de croître et de se renforcer, à savoir : esclavage massif, exploitation sans vergogne ds petits paysans (l’immense majorité) qui ne possédaient rien, souvent à peine leurs outils, pour ne rien dire des « natives ».

                    Le XXI iéme siècle n’a rien inventé... Le problème c’est que nous en sommes toujours là.

                  • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 20 février 11:43

                    Compétition = élimination = guerre = torture = vol= tricheries = saloperies = souffrance = destruction = vie de merde = démence = perversion = non sens total...= haine de sa vie = nous sommes une espèce qui ne justifie plus d’être aux yeux de L’Origine = suicide global = ouf bien fait smiley

                    en clair le voleur dirige depuis genre 3000 ans environ ,mais voir + ou - selon le degré énorme de fausseté de l’histoire officielle ,

                    il est issu du mauvais tournant pris par la masse qui a perdu certaines capacités mentales innées que nous avons tous , et qui a fait que seule la pensée marche aujourd’hui dans nos cerveaux..

                    la pensée est une simple machine programmée et limitée qui est apte à croire ses propres illusions qui n’existent pas sauf dans une boite crânienne

                    ceci est souffrance et la souffrance mène au suicide et à + de souffrance si on ne sait pas que faire avec , ce qui est notre cas , car nous régressons d’une manière vertigineuse....

                    la pensée n’est pas dans la vie elle est un outil....elle refuse la mort donc la vie...par programmation, elle ne sait rien d’elle , rien de son programme, ,rien de ses peurs, rien de sa souffrance , rien de ses illusions , bref rien à part là ou elle doit exercer ses compétences dans les domaines pratiques et encore, elle ne réalise pas sa démence..croyant que le mot suffise à ce que la chose pensée soit...bien sur ceci est encore une illusion...

                    mais lorsque la pensée domine a ce point l’univers y a inclus un compte a rebours...notre fin est donc programmé sauf changement radical de direction....

                    là par contre j’ignore totalement ce qui peut se passer...si des visions j’ai des fois, là je ne sais rien..

                    la compétition n’existe pas dans l’univers, seule le voleur a réussi a persuader la masse de cela..en fait le problème de fond n’est même pas la démence du voleur-tueur-massacreur mais celle de la masse abrutie par l’ignorance de la vie ..

                    je ne suis pas ignorant du fait que ce propos ne peut parler à une majorité...et que cela ne sert à rien de le dire....mais est ce le cas, le cas ? là non plus je ne sais pas..après tout vivre ne sert à rien , vivre est le miracle nous en avons fait un désastre avec des machines ..la vie elle ne serait peut être que l’expression d’une Origine inconnue des humains qui ne peut être que au delà du temps, ni née ni non née...

                    nos autres capacités doivent s réveiller...tant que cela n’est pas a titre personnel ou global vivre est une souffrance et une terreur ,surtout pour ceux qui font semblant et jouent un rôle pour paraître, mais on ne peut voler et faire mal aux autres que si sa vie "est une souffrance in supportable et les autres vont payer pour cela ..mais la nuit seul face à soi même, c’est pas brillant bien sur....l’angoisse est a son comble..

                    bon juste un post en passant agora-vox traîne trop de désespérance à tous niveaux pour y rester en fait ..

                    respect et robustesse

                    pauvre d nous , qu’avons nous faits ???


                    • Yanleroc Yanleroc 20 février 11:55

                      @Hecetuye howahkan

                                • après tout vivre ne sert à rien , vivre est le miracle, nous en avons fait un désastre avec des machines ..la vie elle ne serait peut être que l’expression d’une Origine inconnue des humains qui ne peut être que au delà du temps, ni née ni non née...

                                • Nous sommes nous même des machines inscrites entre deux infinis !

                                • Des voyageurs égarées de notre point de vue, mais peut-être moins de celui de nos créateurs-manipulateurs..

                                            • Salut à toi.


                    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 20 février 15:50

                      @Yanleroc

                      Salut à toi également, je faisais juste un bref passage, content de te revoir ,enfin virtuellement bien sur, bien sur je suis d’accord sur nous avons un aspect « machine », mécanique , etc que ce soit le corps bien sur , mais sorte de machine vivante qui s’ auto répare éventuellement, nos machines elles ne s’ auto réparent pas ...j’ai essayé avec un tél, cassé avec un marteau et bien lui il ne s’est pas réparé tout seul, un gag simpliste juste pour dire que il y a des niveaux différents, ce que tu sais ..juste pour dire. il y a une Origine, il y a création de matière, création impliquant fin et il y a nos machines...

                      bon porte toi bien

                      @ +

                      respect et robustesse smiley


                    • Hervé Hum Hervé Hum 20 février 13:57

                      je vous suit sur tout, sauf sur le principe du mérite et qui implique celui d’équité, là, vous ne suivez pas la logique, car vous vous laissez dépasser par le désir de contradiction par opposition et non par raison.

                      Le principe du mérite est biaisé en système capitaliste, parce qu’il admet la prédation du mérite d’autrui pour en tirer profit. L’astuce du système capitaliste est donc d’amalgamer mérite personnel et collectif, en mérite « surpersonnel »,consistant à capitaliser celui d’autrui via la propriété économique. (sans le profit, la propriété est vidé de sa raison d’être)

                      Mais il faut très clairement distinguer le principe du mérite personnel et du mérite collectif, de celui de la prédation d’autrui, que ce soit sa vie, son temps de vie ou son talent.

                      Maintenant, une société égalitariste à ceci comme faiblesse de faire aussi une société tyrannique, celle de la médiocrité. On ne peut pas trouver l’équilibre en passant d’un extrême à l’autre, mais uniquement en oscillant faiblement de l’un vers l’autre de manière à rester près du centre ou milieu.

                      Par définition, l’équité est une égalité, mais pas une égalité abstraite consistant à donner à tous la même chose indépendamment de son apport personnel, mais une égalité relative, en fonction de son apport personnel, mais contingenté à la somme de tous les apports personnels à la collectivité.

                      Le principe du profit continu d’exister car un principe établit ne peut plus être supprimé, mais uniquement déplacé dans l’ordre des impératifs. C’est à dire, que le profit de chacun se prend à travers son apport personnel à l’accomplissement de la volonté collective (sauf si une personne renonce à la vie collective) et non plus en capitalisant une partie de l’apport de chacun à son profit, donc, en dehors de son propre apport personnel et qui est la forme humaine de la prédation animale, soit donc, son temps de vie.

                      On peut le résumer de la sorte

                      nul ne peut prétendre à plus de droits qu’il accomplit de devoirs et nul ne peut se voir exiger plus de devoirs qu’il ne réclame de droits.

                      L’équité implique le principe d’égalité entre droit et devoir . Une égalité à somme nulle où tout déséquilibre introduit le risque d’inégalité relative et d’irresponsabilité personnelle et collective.

                      Ici, la notion de croissance économique disparaît ! Elle est remplacé par la notion d’équilibre économique et qui repose sur la synthèse des idéologies économiques et quelques autres « choses ».


                      • Hervé Hum Hervé Hum 21 février 14:39

                        Au fait, le capitalisme n’a rien à voir avec les avancées de la science et à peine avec l’innovation technique.

                        Peu importe le système politique et économique, ce qui importe, c’est la volonté de se doter d’un outil, d’un savoir, quelle que soit sa motivation.

                        Autrement dit, ce qui fait avancer la science, ce sont les défis que se propose de relever l’humain et lui seul.
                         
                        Voilà pourquoi un régime autoritaire peut donner lieu à des avancées scientifiques et innovations.

                        L’histoire nous enseigne que c’est le refus d’acquérir de nouvelles connaissances pour quelques raison que ce soit, mais surtout par conservatisme, qui est le principal frein à la science.

                        Ce n’est donc pas non plus la concurrence ou compétition qui est source, bien au contraire. Elles sont certes nécessaires, mais pas comme cause, seulement en tant que moyen utile à l’émulation, c’est à dire, permettre d’étudier différentes solutions et leur mise en perspective pour trouver la plus efficace pour atteindre l’objectif fixé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès