• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le système bancaire américain n’a aucune chance de survivre

Le système bancaire américain n’a aucune chance de survivre

La réalité comptable le démontre...

Voici un point sur l’état de la crise financière américaine.

Selon les différentes études publiées récemment aux Etats-Unis, la capitalisation des banques oscille entre 1 500 et 2 000 milliards de dollars.

En face, l’encours des titres hypothécaires est d’environ 11 000 milliards de dollars. L’exposition des banques américaines sur ces titres tourne autour de 50 %, soit 5 500 milliards de dollars.

L’immobilier américain a chuté de 10-12 %, soit un trou dans la compta de 1 100 à 1 400 milliards de dollars, donc à peu de choses près la totalité du capital des banques américaines, sans même compter les autres segments du marché du crédit, type prêt étudiant, prêt à la consommation, crédit auto et, surtout, l’ensemble des prêts aux entreprises...

Déjà, à ce stade, c’est à peu près l’ensemble de la banque américaine qui est en cessation de paiement virtuellement.

Mais que savons-nous de l’immobilier américain ? Qu’il est déconnecté comme de nombreux pays dans le monde du pouvoir d’achat. Compte tenu de la situation de la finance dans le pays, avec les millions de saisies entraînant un excédent d’offre de maisons et appartements, on peut raisonnablement estimer que la correction baissière va se poursuivre avec une première target située entre -20 et -30 % à horizon d’un ou deux ans. En effet, dès que la valeur de l’emprunt immobilier dépasse celle d’un bien, les Américains ont intérêt à se déclarer en faillite. Seul un marché haussier de l’immobilier pourrait calmer le jeu. Est-ce crédible à ce stade ?

Etablissons un scénario moyennement pessimiste avec une chute de 25 %. Cela fait un trou de 2 500 à 3 000 milliards de dollars. Il suffit de faire ces additions pour comprendre que la finance américaine est fichue ! Elle ne peut pas payer le gouffre. Le dollar également ne pourra pas résister.

Il ne s’agit que d’une question de temps. Le pire va arriver. Simplement, les Etats-Unis sont en année électorale et ne sont pas prêts à faire le ménage. Tout va être fait pour décaler dans le temps la facture. Ce qu’il y a d’amusant, c’est qu’on pensait avec Haberrer à la tête du Crédit lyonnais avoir fait le tour de la question au début des années 90 au niveau des dérapages, mais les Américains nous ont largement dépassés dans la discipline. Le contribuable français n’a finalement pas payé très cher au vu de ce que vont débourser les contribuables américains...

Conséquence, les matières premières libellées en dollars vont exploser à la hausse !

Fortement probable aussi, la finance américaine risque d’être nationalisée.

Selon Business Week, les Hedge Funds sont plusieurs dizaines à avoir fait faillites, plusieurs centaines à bloquer les retraits des investisseurs. La Fed dans son souci de préserver le système bancaire en place, provoque les appels de marge et l’écroulement des financiers, encore hier stars parmi les stars.

Les Français avides de l’échec de la finance spéculative ne devraient pas se réjouir : entre 20 et 40 % des actifs des fonds de pension, selon les pays, sont investis dans ces hedge funds. Les très méchants spéculateurs gèrent en réalité l’argent des retraites... et ils sont en train de boire la tasse, avec un grand B.

Et je le répète après l’avoir écrit il y a un peu moins d’un an dans mon livre Acheter ou louer son logement, Georges Bush est le plus grand cambrioleur de toute l’histoire de l’humanité. Il a en huit ans détruit ce que Bill Clinton avait merveilleusement construit... Je trouve les médias particulièrement silencieux sur la responsabilité de l’administration républicaine et ses guerres qu’elle n’avait pas les moyens de payer. Greenspan a voulu éviter la récession économique de 2001 par le biais du transfert de la bulle internet vers la bulle immobilière. J’ignore dans quelle mesure Bush et Greenspan se sont arrangés, mais le résultat final est là. C’est une sombre répétition de l’Histoire sur un plan bancaire, monétaire et immobilier !

La France, qui a inventé le concept de monnaie papier reposant sur la confiance, a déjà expérimenté cet éclatement monétaire il y plusieurs siècles. L’objectif et la cause de l’échec étaient identiques à savoir le financement de la guerre...

Les hommes politiques sont fous. Générations après générations, siècles après siècles, ils recommencent les mêmes erreurs. Très franchement, c’est maladif chez eux de dépenser plus que ce qui ne rentre dans les caisses. Cela me dépasse, surtout cette constance dans la dépense publique.

La nouveauté, c’est qu’ils ont entraîné avec eux les individus et, dans une certaine mesure, les entreprises. Car la bulle du crédit est plus celle des particuliers américains et des entreprises que celle de l’Etat qui a juste calculé qu’il profiterait d’une croissance fictive basée sur de la dette pour engranger toujours plus de recettes fiscales...

C’est à se demander si le rattachement des devises à l’étalon or n’est pas la seule solution possible dans la pratique au vu du développement cérébral limité des politiciens dans le domaine économique... sans bien sûr masquer la perversité sans nom des banquiers.


Moyenne des avis sur cet article :  4.88/5   (139 votes)




Réagissez à l'article

121 réactions à cet article    


  • morice morice 18 mars 2008 10:27

    Mentir on ne peut plus alors ? Ça va devenir difficile de vendre !!


    • stephanemot stephanemot 18 mars 2008 12:12

      Les politiques sont naturellement fautifs, mais s’ils peuvent défaire une économie, ce n’est pas toujours eux qui la font.

      Une fois de plus ( http://blogules.blogspot.com/2007/07/mondialisation-du-free-market-au-fair.html ), ce n’est pas une crise financière mais une crise de la finance. L’économie a besoin de l’expertise financière mais ne saurait être contrôlée durablement suivant une logique purement financière.

      Si les financiers ont pu déraper, c’est aussi parce que les acteurs qui font l’économie ont démissionné au niveau de la vision stratégique et industrielle (au sens noble du terme). Si l’on soulève le couvercle, on s’aperçoit souvent de l’absence de logique économique (toujours au sens noble, large et non partisan du terme).

      Les opérations cosmétiques des banques centrales trahissent l’absence de vision stratégique. Les autres piliers de l’économie doivent au plus vite revoir leur façon de concevoir et de faire leur métier.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 mars 2008 16:01

      Il existe déjà de fait un étalon monétaire. Il est basé sur le bouquet énergétique et c ’est le prix du TEP (equivalent énergétique d’une tonne de pétrole) . Substituez le prix du petrole à celui du dollar dans tous les échanges internationaux et vous voyez apparaitre une courbe bien moins erratique... Evidemment, les USA tueraient pour que ça n’arrive pas. En fait, ils le font tous les jours...

       

      Pierre JC Allard


    • Krokodilo Krokodilo 18 mars 2008 10:44

      Je ne savais pas que la France avait inventé le papier-monnaie. Sinon, il y a longtemps que les Etastuniens vivent à crédit, consommateurs frénétiques, pollueurs et gaspilleurs insouciants (Las Végas et sa consommation en eau !) grâce à la confiance dans le dollar (il me semble qu’ils n’indiquent plus leurs réserves en or, non ?) et au soutien de la Chine, du Japon, et des pays du golfe qui possèdent les créances. Un peu de réalisme ne leur fera pas de mal, mais malheureusement tout le monde craint que cette opération vérité n’entraîne une crise mondiale.


      • Krokodilo Krokodilo 18 mars 2008 10:47

        Par ailleurs, les politiciens étatsuniens ne sont pas les seuls à dépenser plus que ce qu’ils ont : la télé France 24 nous coûte 80m/an alors qu’elle est absolument inutile, qu’il sufifsait de diffuser sur la Toile et mondialement une sélection des infos et des émissions des chaînes publiques, voire privées sous forme de partenariat comme TF1 avec French 24.


      • Internaute Internaute 18 mars 2008 12:27

        Ce sont les assignats à l’époque de la révolution. C’était la première fois que les démocrates croyaient qu’il suffisait de faire marcher l’imprimerie pour payer les frais de l’état. Au bout d’un moment ils ne valaient absolument plus rien.


      • thirqual 18 mars 2008 12:53

        Non, déjà avant sous Louis XV il y a eu des projets de monnaie-papier.


      • faxtronic faxtronic 18 mars 2008 15:45

        Paris, Regence (entre Louis XIV et XV), 1723, Crise de Law. Papier monnaie qui implique une crise monetaire et de confiance. Cause : speculation.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 mars 2008 22:05

        Bien évidemment, ce n’est pas la guerre, qui a bon dos, mais la vénalité qui a aux débuts, plombé l’idée du papier monnaie et la crise de confiance aussi, un assignat signé d’une personne ayant une plus grande confiance qu’un billet de papier garanti par l’Etat. Il faudra attendre un siècle, avec Napoléon, pour que la monnaie, instrument essentiel de l’économie, soit opérationnelle


      • tvargentine.com lerma 18 mars 2008 10:51

        Qui va payer l’ardoise ?

        Déjà en France,la répercution de cette très grave crise économique,qui à l’image de la crise de 1929 se répercute en rampant tranquillement en Europe et particulièrement en France.

        NATIXIS,née en 2006 de la fusion des activités de gros des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne prépare un plan social.

        Ce plan ,d’après les milieux bien informés,consistent dans un premier temps à supprimer du personnel des sociétés de prestatation sous-traitante externes (1000 personnes !) et plusieurs centaines de personnes en interne.

        Cette stratégie des banques qui à l’image du Crédit Lyonnais durant le débat des années 90 qui avait apporté
        la plus grave recession économique de notre pays est en train de se reproduire.

        Quand généralement on s’attaque ainsi aux sous-traitants ,c’est le début d’une anticipation d’un fort ralentissement économique et les sociétés se libérent de leurs sous-traitants rapidement pour économiser des budgets.

        Les informaticiens se rappeleront de la grave crise de 1993 et un peu moins de celle de 2002-2003

        Avons nous un crack financier rampant qui va durer des années ou aurons un crack financier brutal au conséquence immédiate (plans sociaux comme NATEXIS ?)

        L’avenir nous le dira,mais en attendant,attendons nous à une très grave recession économique car entre le baril de pétrole qui flambe et qui va obligatoirement flamber à la pompe après les élections municipales et les matières premières qui flambent sur les marchés internationnaux (le blé depuis le début de l’année 2008 à augmenté de 48% !) soyons certain que notre avenir n’est pas rose

        Nous n’avons pas à laisser des trusts diriger un pays ,mais les obliger par la régulation de la loi,à les obliger de respecter des régles qui garantissent un bon fonctionnement de marché et supprimer des intermédiaires dans une chaine alimentaire qui ne sont que des intermédiaires financiers encourageant la spéculation et l’inflation des denrées alimentaires

        La réforme doit se faire rapidement car le temps presse et ne rien faire nous améne directement vers un scénario à l’argentine

        Je signale que beaucoup de fond de pension sont présent dans l’actionnariat de société de service informatique (GEMINI,GFI,....)

        Qui va payer en France ?

         


        • Alpo47 Alpo47 18 mars 2008 10:58

          Pour la France, un gros souci, notre président est l’ami et le "fondé de pouvoir " des riches et très riches. Il le montre tous les jours dans ces décisions, à commencer par le bouclier fiscal. On peut donc vraiment douter qu’il prenne des mesures de protection pour les salariés lambda, retraités, notamment en bloquant les prix de denrées de base, ou en prenant des mesures favorisant l’économie réelle et notre pouvoir d’achat.


        • Yann 35 Yann 35 18 mars 2008 16:32

          D’où la nécessité (urgente) de faire de la politique autrement : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=37545.


        • Alpo47 Alpo47 18 mars 2008 10:53

          Bien d’accord, le système financier et bancaire américain est en train de s’effondrer. Responsable ? L’avidité de ceux qui sont aux commandes et qui ont déjà tout.

          Autant on peut comprendre et il est normal que ceux qui ont de petits revenus aient envie de les améliorer et leur vie avec, autant j’ai du mal avec ceux qui ont déjà tout et qui sont dans le "toujours plus"... Gros actionnaires, financiers ... sont responsables de cette déroute.

          Par contre, je ne partage par vraiment votre analyse lorsque vous indiquez que les matières premières vont flamber. Actuellement, il y a d’abord, sur certains produits, une demande supérieure à l’offre, mais également une spéculation réorientée sur ces produits. Je pense que tout va changer lorsque l’économie américaine, et les autres, vont vraiment entrer en récession. A activité ralentie, consommation ralentie. La demande en produits pétroliers, et en autres matières premières, devrait donc logiquement ralentir, les prix diminuer également.

          La question est également de savoir quelle sera l’influence de cet effondrement, qui est déjà acquis, sur l’europe et la France. Pour ma part, je pense que ça n’atteidra pas le coté catastrophique que prennent les USA, mais que ce sera tout de même important ...

          Demain sera plus difficile qu’aujourd’hui ...


          • Yann 35 Yann 35 18 mars 2008 16:34

            Au cas où vous n’auriez pas remarqué nous sommes entré dans le "sauve qui peut !" où ceux qui peuvent sont en train d’engranger un maximum.


          • pifo 18 mars 2008 18:46

            Miser sur le ralentissement de la demande en produits pétroliers et autres matières premières c’est sous-estimer l’importance de la croissance de la demande internationale. Le ralentissement peut se ressentir au USA, voire en Europe. Qu’en sera-t-il de l’Asie, et plus particulièrement de la Chine qui est un véritable gouffre insatiable ?

            M’est avis qu’il ne faut pas trop miser sur le ralentissement.

             


          • Dégueuloir Dégueuloir 18 mars 2008 19:03

            VIVE LA DÉCROISSANCE !!!!!

             


          • Gilles Gilles 23 mars 2008 08:22

            Alpo

            "je ne partage par vraiment votre analyse lorsque vous indiquez que les matières premières vont flamber."

            J’ai lu que les investisseurs se jetaient de plus en plus sur le pétrole et les matières premières, ce qui expliquerait en partie l’augmentation de leurs cours (30% du prix du pétrole serait du aux spéculateurs) et vu la conconcture cela risque de s’intensifier

            Aprés avoir spéculé sur les techno internet, puis ’immobilier, ils ont trouvé un nouveau champs d’action pour se faire du pognon vite et facile. Sauf que là, leur action risque de provoquer une vraie cata mondiale, encore pise que celle ci


          • Lisa SION 2 Lisa SION 18 mars 2008 10:58

            L’immobilier américain a chuté de 10-12 %,...avez vous écrit.

            Donc, quand chez nous l’immobilier est à la hausse, cela jette des gens dans la rue.

            Quand là-bas l’immobilier est en chute, cela jette des gens à la rue...

            Tout est donc inversement relatif...


            • Internaute Internaute 18 mars 2008 12:19

              Ce n’est pas si simple. La relation de cause à effets serait plutôt la suivante. 1/Alan Greenspan baisse au maximum les taux d’intérêts pour soutenir une croissance basée sur la dette. Il faut savoir que 75% du PIB des USA est fait par la consommation des ménages. Il faut donc soutenir la consommation. 2/ Les banques sont incitées à prêter à n’importe qui, sans respect des règles qui garantissent un remboursement. 3/ La demande de logement créée artificiellement par le crédit fait monter les prix de l’immobilier. 4/ Pour continuer la course les banques proposent des crédits à mensualités croissantes. 5/ Quand la mensualité atteint son premier échelon de hausse, beaucoup d’emprunteur NINJA (No Income, No Job or Assets) ne peuvent plus payer les mensualités. 6/ Les banques doivent saisir les biens et les vendre ce qui n’est pas si évident car on ne sait plus qui est le propriétaire à cause de la titrisation de la dette hypothécaire. Le prix des propriétés chute, y compris celles tenues par des gens sérieux. Pourquoi votre appartement vaudrait 5.000 euros le mètre carré si sur le même palier un pauvre homme poursuivi par la justice voit le sien mis en vente pour 4.000 euros ?

               

              Donc les gens sont mis dehors parcequ’il ne peuvent pas assumer la hausse des mensualités et en conséquence leurs biens sont vendu ce qui fait chuter les prix de l’immobilier.

               

              On continue. En 2006, les ménages américains ont tiré pour 680 milliards de crédits (presque la moitité du PIB de la France) sur la hausse artificielle du prix de leur maison. En effet, si vous vous endettez pour acheter une maison qui vaut 300.000 euros et que l’année suivante elle en vaut 400.000 vous pouvez vous ré-endetter sur les 100.000 gagnés. Cet argent est parti dans la consommation des ménages. En 2007 il n’ont plus tiré que 470 milliards. Autrement dit, la consommation intérieure est entrain de chuter.

              Les banques échaudées ne prêtent plus sans regarder de prés. Résultat il y 10 mois de vente de maisons en stocks. Autant dire que le secteur de la consruction vit au ralenti.

               

              Ensuite on passe à ce qu’on fait les banques avec ces crédits et c’est le sujet de l’article.


            • Lisa SION 2 Lisa SION 18 mars 2008 18:02

              Donc les gens sont mis dehors parce qu’il ne peuvent pas assumer la hausse des mensualités et en conséquence leurs biens sont vendus ce qui fait chuter les prix de l’immobilier...avez vous écrit.

              Et pourquoi donc les taux d’intérêt ne sont ils pas indexés au cours de l’immobilier, Ce n’est pas si difficile ; Un petit peu de souplesse dans les mécanismes du remboursements du prêt immobilier, avec ajustements sur la durée pouvant être revisitée à quarente au lieu de trente ans, et années de pause tous les dix ans...C’est pas interdit dans un monde qui se dit libéral.

              Autre sujet, EADS vient de signer un super contrat en dollars de quarente milliards, En imaginant qu’il faudra peut-être six ans pour livrer et donc payer, dans cinq ans, le dollar pourrait très bien se retrouver à zéro, ou à dix francs, ce qui ferait soixante dix milliards. Mais, l’action même après l’annonce en grande pompe le mois dernier à malgré tout perdu quarente pour cent depuis janvier. Alors, est ce que c’est le syndrome d’Euro -tunnel ou est ce le moment d’acheter... ?


            • Forest Ent Forest Ent 18 mars 2008 11:28

              C’est assez vrai, mais quelques petites imprécisions.

              D’abord, les banques ne sont pas directement exposées aux dépréciations d’actifs, mais à l’insolvabilité sur les prêts concernant ces actifs.

              Ensuite, ça ne concerne pas surtout l’immobilier, mais tous les dérivés, quatre fois plus nombreux.

              Clinton n’a rien construit de génial. Il n’a fait que poursuivre la tendance au surendettement initiée par Reagan.

              Enfin, la monnaie-or n’évite pas les bulles : elle ne l’a pas fait dans le passé. On peut toujours dériver des titres de n’importe quelle monnaie.

              A part ça, c’est bien vrai que c’est la merde, mais que c’était prévisible et prévu...


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 mars 2008 15:24

                 @ Forest Ent : Bien sur, c’était prévu depuis longtemps, mais je salue la précision de vos prévisions à court terme : il y a des mois que vous annoncez les échéances avec maestria. Beware the Ides of March... A voir, maintenant, si mes prévisions d’un contrôle des changes, d’une cessation des paiements internationaux U.S et de la prise en charge effective "temporaire" de l’économie américaine pas l’État va se réaliser.... 

                Pierre JC Allard


              • Dégueuloir Dégueuloir 18 mars 2008 19:04

                VIVE LA DÉCROISSANCE,LE SEUL SALUT !.......,DE GRÉ OU DE FORCE.......


              • Emmanuel W 18 mars 2008 11:30

                Exact. 

                Espérons que les acteurs du métier de la finance se retrouvent à la rue et se suicident en masse, ils ne méritent pas mieux. 

                Si vous avez plein d’actifs en dollar, le mieux est de racheter tranquillement l’Amérique en solde avant qu’il ne devienne monnaie de singe, son destin inéluctable.


                • sale bête 18 mars 2008 11:46

                  @ l’auteur

                   

                  La France, qui a inventé le concept de monnaie papier reposant sur la confiance,

                   

                   

                  la monnaie virtuelle a été inventé par les mésopotamiens il y a + de 3750 années

                  elle y est clairement mentionnée dans le code d’Hammurabi, (voire il y a 4100 ans dans le Code d’Ur-Nammu.)

                   

                  § 100 - Si un marchand a donné à un commis (voyageur) de l’argent pour
                  vendre (livrer) et acheter et l’a envoyé en voyage (d’affaires), le commis, lors du voyage a
                  mis en négoce l’argent qu’il lui a confié, et si là où il est allé il a obtenu un bénéfice, il
                  comptabilisera l’intérêt de tout l’argent qu’il a reçu, ils compteront ses jours, puis il
                  satisfera son marchand.

                  § 104 - Si un marchand a donné à un commis de l’orge, de la laine, de l’huile,
                  ou tout autre bien mobilier (marchandises) pour (les) vendre, le commis comptabilisera
                  l’argent (qu’il a obtenu) et le rendra au marchand ; le commis recevra (prendra) un acte
                  (une tablette) scellé(e) pour l’argent qu’il a donné au marchand.

                  § 105 - Si un commis a été négligent et n’a pas pris d’acte scellé pour l’argent
                  qu’il a donné au marchand, l’argent (que) sans acte scellé (il a donné) ne sera pas porté à
                  son compte.

                   

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_d%27Hammurabi

                  en outre, c’est certainement en s’inspirant partiellement de ce texte que les hébreux ont écrit leur bible 1000 ans plus tard

                  (on y trouve la loi du talion) ...

                   

                   

                  des milliers de tablettes qui donnent des éléments comptables encore plus précis. L’immense
                  travail archéologique du début du siècle a permis de mettre en lumière les habitudes des
                  sumériens et des babyloniens.
                  Voyageant du bord de la Méditerranée aux confins de la
                  Perse, ils avaient l’obligation de ne pas risquer de se faire voler l’argent liquide. Ils
                  avaient déjà inventé la lettre de crédit qui leur permettait de limiter les espèces, et ils
                  n’hésitaient pas à s’engager dans des contrats de sociétés où la répartition du capital et la
                  distribution des bénéfices futurs étaient consignés.

                   

                   

                  http://cref.u-bordeaux4.fr/doc/cahiers/Degos%201999.pdf

                   

                  de nombreux siècles avant les européens les chinois utilisaient aussi le papier monnaie

                   

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Monnaie#Historique

                   

                   

                   

                   

                   

                   


                  • Roland Verhille Roland Verhille 18 mars 2008 12:37

                    Les Sumériens qui ont presque tout inventé n’ont pas inventé la monnaie, du moins au sens où s’entend ce mot. Leur économie était rapidement devenue une économie d’échange, "capitaliste", mais sans l’instrument des échanges qu’est la monnaie. C’est le troc qui se pratiquait (échange d’un bien ou service contre un autre. Certains biens, grace à leur "liquidité", étaient utilisés comme monnaie (pierres précieuses, le boeuf chez les Romains primitifs, etc.). Les Egyptiens, en rapport étroits et suivis avec les Sumériens, n’ont pas non plus inventé la monnaie. Mais ils ont inventé l’unité de compte, le shat. Il s’agissait pour eux de convertir la valeur marchande de biens divers en une commune unité.


                  • armand armand 18 mars 2008 15:00

                    Mention spéciale pour le génial et perturbé sultan de Delhi, Muhammad bin Tughlaq (XIVe siècle) celui auquel a rendu visite le voyageur maghébin Ibn Battuta.

                    Optant plutôt pour des jetons de cuivre, il a remplacé les pièces d’or et d’argent par des monnaies fiduciaires en cuivre portant mention de leur valeur et de l’inscription persane : ’Celui qui obéit au sultan, obéit à Dieu’.

                    Vous imaginez la suite, "la maison de chaque Hindou devint atelier de faussaire", écrivit un chroniqueur.

                    Devant le désastre, le sultan reprit toutes ces espèces à leur valeur faciale, même les fausses, et de nouvelles monnaies d’or furent frappées avec l’inscription suivante : "Dieu et riche et vous êtes pauvres".

                    On ne sait pas si c’était de l’humour...

                    Pour revenir à l’affaire des banques américaines, de tout temps les USA ont joué avec la monnaie-papier, tout en présentant l’image d’un pays où l’on aimait les espèces sonnantes et trébuchantes où tous les billets de banque, depuis 1862, ont encore cours (essayez en France de changer les francs que votre grandmère a caché dans la lessiveuse...)

                    Au XIXe, les liquidités étaient composées de billets de banques privées, qui perdaient de leur valeur quand on quittait la région, ou quand la banque faisait faillite (très souvent). L’idée était de les dépenser au plus vite pour faire marcher le commerce, non de les thésauriser.

                    Pendant la guerre civile, Lincoln fit imprimer une fortune en ’greenbacks’ non convertibles, qui conservèrent de leur valeur simplement par la force des armes. En revanche, les billets du Sud perdirent la leur dès 1864.

                    Et tous les visiteurs en Amérique au cours des années ’20 s’étonnaient de l’endettement record de tous les particuliers.

                    Pour juguler la crise Roosevelt procéda tout simplement à l’inderdiction de posséder de l’or. Comme plus tard, quand Nixon supprima la convertibilité du dollar. On voit par ces quelques exemples que l’orthodoxie bancaire et une gestion en bon ’père de famille’ n’ont jamais eu cours outre-Atlantique.


                  • wesson wesson 18 mars 2008 11:49

                    Bonjour l’auteur,

                    OK, on savait que tôt ou tard, la merde de la finance allait toucher le ventilateur...

                     

                    Maintenant, reste à savoir à quel point on va en recevoir les éclaboussures.

                     

                    J’en jubile d’impatience, d’entendre tous les Baverez, les Manière (philippe), les Attali, tous les porteurs d’eau du libéralisme, de la mondialisation et du marché lorsqu’il vont devoir ramer pour expliquer à quel point ils se sont fourvoyés !


                    • Emmanuel W 18 mars 2008 11:52

                      Ouai, ces connards sont gravement attendus au tournant...


                    • Valparaiso JJSS1979 18 mars 2008 15:28

                      Vous oubliez Eric Le boucher du Monde qui déjà fait moins le malin ces dernier temps


                    • ZEN ZEN 18 mars 2008 11:51

                      @ Forest

                      "Présible", oui, je me rappelle certains de tes articles, où d’aucuns te prenaient pour un oiseau de mauvaise augure...

                      On peut sans doute considérer la journée d’hier comme une sorte de "lundi noir" ou ses prémisses, à partir de ce florilège d’articles...ou suis-je trop pessimiste ?

                       

                      Tempête financière aux USA : de la dénégation à l’aveu


                      - "Les États-Unis sont-ils à la veille d’un collapsus majeur de leur système bancaire ? L’hypothèse, jusqu’ici impensable, est désormais prise très au sérieux au plus haut niveau de l’Administration américaine. La première économie mondiale se trouve au seuil d’une récession profonde, et la chute sans fin du dollar traduit une perte de confiance préoccupante des bailleurs de fonds internationaux, à l’égard du pays. En insistant longuement, mercredi soir, sur les risques posés par l’affaiblissement du billet vert, George W. Bush a admis la gravité de la situation. .."(Le Figaro)


                      Le dollar s’effondre sur fond de panique bancaire
                      "...Les économistes ne craignent plus seulement l’entrée en récession de la première économie mondiale, ils se demandent si ce n’est pas l’ensemble du système financier américain qui est en train de s’écrouler, avec des risques de faillites bancaires en cascade, comme les Etats-Unis en avaient connu durant la Grande Dépression..." (Le Monde)


                      Pour sauver Wall Street Bernanke plombe le dollar :
                      " Devant l’absence de l’autorité et du courage politique requis pour trancher dans le vif, la Fed en est réduite aux expédients qui, s’ils permettent de masquer l’ampleur des pertes, retardent l’heure de vérité et compromettent le dollar. Pour sauver Wall Street, Bernanke exporte la crise et fait naître une poussée de fièvre inflationniste mondiale, au risque d’un retour de bâton dévastateur : l’abandon du dollar comme monnaie de réserve mondiale." (Contre-info)

                      -Crise Financière : nous sommes tous roubinistes désormais
                      "Les pertes du système financier sont maintenant estimées entre 2000 et 3000 milliards de dollars, ce qui place virtuellement les banques dans une situation de faillite généralisée. En tentant de se protéger en différant la reconnaissance de leurs pertes, elles accroissent le risque d’un effondrement systémique. Tous les économistes s’accordent à penser qu’une recapitalisation d’urgence est nécessaire. Mais cette mesure nécessiterait une nationalisation massive du système bancaire, impensable au pays de la libre entreprise, et ceci d’autant plus en année électorale. Faute de pouvoir - pour l’instant - briser ce tabou, la Fed en est réduite aux expédients et se transforme en mont de piété pour créances douteuses." (contre-info)

                      Marchés : « La crise la plus grave depuis la seconde guerre mondiale »
                      "Selon Alan Greenspan, qui a été président de la Fed pendant 19 ans, « la crise financière aux Etats-Unis va être vraisemblablement jugée comme la plus grave depuis la seconde guerre mondiale ». Pour lui, la crise prendra fin quand les prix des biens immobiliers se stabiliseront, entrainant celui du prix des produits financiers adossés à des prêts hypothécaires." (Le Figaro)

                      Sarkozy face au rebond de la crise financière
                      "« Les crises financière et monétaire se renforcent l’une l’autre comme si la force de la mondialisation se retournait contre elle, analyse Eloi Laurent, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). L’excédent commercial de la France vis-à-vis des Etats-Unis se transforme en déficit. Un euro à 1,40$, c’est un problème. A 1,60$ c’est une catastrophe ! » (Marianne)


                      • Internaute Internaute 18 mars 2008 11:58

                        On est tout à fait d’accord. La destruction de richesse va à une vitesse qui donne le vertige. La banque Bear Stearn a vu son action chuter de 170$ à 2 $ en quelques jours. Alitalia, aprés une chute de 38% de son cours en une journée, valait encore 0,33 euros. Le lendemain ils ont accepté le rachat par AF à 0,10 euros soit une nouvelle dévalorisation des 2/3 de leur valeur. Cela en dit long sur la mauvaise estimation de la valeur des choses. La Citigroup a perdu 60% de sa valeur et vient de passer derrière la WellsFargo en terme de capitalisation.

                        Je pense que vous oubliez un point. L’effet de levier dont vous parlez provoque chez les grosses banques la vente d’actifs de qualité à n’importe quel prix pour sortir un peu de cash. C’est la raison pour laquelle les bourses vont lourdement chuter, même pour des sociétés en parfaite santé. Ceux qui ont du cash à investir feront de bonnes affaires dans peu de temps.

                        Il y a un point que je n’ai pas compris. Les banques commerciales ont depuis 1971 le pouvoir de créer de l’argent à partir de rien en donnant du crédit. C’est un peu de la fausse monnaie mais c’est comme cela qu’elles fonctionnent. S’il leur manque des liquidités, pourquoi donc ne se donnent-elles pas des milliards de crédits l’une à l’autre ?

                        De toutes façon le dollar est foutu. les USA ont une économie de pays sous-développé qui vit depuis bien trop longtemps sur la dette. Maintenant, la dette va se payer avec l’inflation et la hausse des prix. Il ne faut pas trop rêver, l’Euro n’est pas une monnaie refuge. Les pays européens sont beaucoup trop endettés et de toute manière ils créeront de la monnaie pour soutenir le dollar si bien qu’on coulera tous ensembles.


                        • SciFi SciFi 18 mars 2008 15:01

                          @Internaute

                          "Il y a un point que je n’ai pas compris. Les banques commerciales ont depuis 1971 le pouvoir de créer de l’argent à partir de rien en donnant du crédit. C’est un peu de la fausse monnaie mais c’est comme cela qu’elles fonctionnent. S’il leur manque des liquidités, pourquoi donc ne se donnent-elles pas des milliards de crédits l’une à l’autre ?"

                          Il y a des règles du jeu qui ne permettent pas aux banques de créer de la monnaie indéfiniment. Le manque de transparence sur les liquidités immobilisées entraine un manque de confiance des banques entre elles et cela fait qu’une banque ne prêtera pas facilement à une autre, en admettant qu’elle même dispose de liquidités.

                           


                        • Yann 35 Yann 35 18 mars 2008 16:38

                          Destruction de richesses ou transfert vers la Chine ? Après que des millions d’occidentaux aient concentré les richesses planétaires au détriment des milliards d’habitants du Tiers Monde, allons-nous vers la concentration par les milliards de chinois au détriment du reste du Monde ?


                        • Claude Simon Tzecoatl 18 mars 2008 11:59

                          @ L’auteur qui écrit :

                          "Le système bancaire américain n’a aucune chance de survivre

                          La réalité comptable le démontre..."

                          Les banques se passent très bien d’une saine comptabilité.


                          • pallas 18 mars 2008 12:12

                            Les etats unis sont dans une crise sans precedent, sa veut dire qu’ils sont a la hauteur d’un pays du tiers monde. Sachant qu’ils sont dans l’impasse, ils font du forcing en disant que si eux tombe, la planete tombe, c’est un mensonge, et surtout un appel a l’aide. L’economie mondial peut tres bien se passer des usa, parcontre les usa ne peuvent pas se passer de l’economie mondial. Donc pour essayer de survivre ils essaient de faire un chantage qui evidemment ne marche pas pour la direction de la banque européenne qui definit la hauteur de l’euro, qui reste stable et devient une monnaie de plus en plus forte, le directeur de la banque centrale européenne a agit de la sorte pour cette situation, les autres pays du monde se sont preparé aussi. L’inde, la Chine, la Russie ont un devellopement economique tres important. Autrefois les americains etaient les principaux consommateurs de bien, mais aujour’dhui, ils ne representent largement moin de la moitier. L’europe se devellopê, la zone euro n’est pas pret de tombé. Le potentiel economique de l’europe a un potentiel largement superieur aux usa. Sarkozy et son staf, sont pros americains, donc le pouvoir en place influe sur les medias sur la soit disante importance des usa dans le monde. La chine developpe son propre secteur economique, en innovation sa explose, les usines, les industries qui ont ete delocalisé en Asie, ont permis un transfert de savoir important, donc une creation d’une nouvelle classe de travailleur specialisé. L’inde est reconnu par la performence des ingenieurs dans le secteur informatique, le Japon est reconnu dans sa capacité de la robotechnologie, il suffit de voir la creation de leurs nouveaux robots. La France n’en est pas en reste, notre capacité d’innovation, touche tout aussi bien, l’industrie spatial et electronique. Autrefois les usa, etaient les numero 1 dans l’aerospatial, maintenant c’est la France, la Chine ainsi que le Japon qui rentre dans le pas, la Russie se defend tres bien. En matiere aeronautique, l’industrie Airbus est devenu le numero 1, meme l’armée americaine achete nos avions, sa n’est pas rien. En matiere agricole, autrefois, les usa etaient encore une fois les numero, maintenant ils sont largement depassé, par les pays d’amerique du sud, l’europe se defend tres bien. L’europe est treqs forte, sa monnaie est tres forte, mais le dollars lui a perdu bcp de ces capacités. Il y a des possibilité que la futur monnaie internationnal soit l’Euro, et la, l’Europe va avoir un boom economique sans precedent, les actifs financiers du monde entier vont venir chez nous. Ou bien le Dollars, sera transformé, sa veut dire qu’il restera en place, mais ne sera plus gerer par la banque centrale americaine, donc la creation de 2 monnais de dollars differente. Pour ce cas la, les usa, veulent crée une federation avec le Mexique et le Canada et crée une nouvelle monnaie. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas craindre l’avenir. La preuve, la plus importante, l’immobilier en Europe, se porte toujours aussi bien, alors qu’aux USA, l’immobilier c’est totalement ecrouler.


                            • manusan 18 mars 2008 12:34

                              Pallas je ne partage pas votre point de vue.

                              Les économies des grands pays sont tellement imbriquées qui si un a un sérieux soucis, les autres en auront des conséquences. Pour info 50% environ des sous traitants d’airbus sont à l’étranger, de même 50% des sous-traitant de boeing. Je ne parle même pas du secteur auto ou de l’électronique.

                              Les régions du monde se sont spécialisées, et de plus en plus, tout le monde dépend de tout le monde. Il y a peut être de bons ingénieurs en programmation à Bangalore, mais les compétences s’arrêtent là, pas d’ingé dans d’autres domaines, et question logistique l’Inde a encore des progrés à faire.

                              En tout cas ça va faire mal, on avait l’habiture d’entendre des discours rassurants même quand ça n’allait pas, on imagine ce qui va se passer.


                            • pierce 23 mars 2008 09:31

                              en attendant l’écroulement des Etats-Unis, votre texte est une preuve manifeste de la faillite du système d’éducation français :)

                               

                               


                            • pierce 23 mars 2008 10:07

                              à mon humble avis de non spécialiste, la crise n’existe aujourd’hui que parce que on commence à se heurter à un problème simple : l’épuisement relatif des matières premières à faible coût. L’économie s’est abreuvée aux sources de pétrole à bon marché (le baril de pérole d’arabie saoudite coûte 1 $ à extraire) qui impliquait que beaucoup de matières premières (et notamment les denrées alientaires), le coût du transport était lui aussi très faible. On pouvait créer des richesses facilement, il suffisait d’ouvrir les vannes des champs pétrolifères pour apporter de nouvelles richesses, pour renflouer les caisses sans douleur. On pouvait payer des soins médicaux, donner des salaires hors de proportion avec les plus values réelles du travail, créer des infrastructures pharaoniques, générer des profits fabuleux basés sur du sable... On a appelé ça les "trente glorieuses", on aurait dû l’appeler l’ère des autruches (ou des cigales, au choix...)

                              Tout ça c’est "gone with the wind" et est en train de s’écrouler puisqu’il faut maintenant commencer à payer la vraie note, la vérité des prix, c’est terrible quand le porte feuille est vide. La suite ? mais tout le monde la connait : le chaos, la guerre, les famines, les boulversements inéluctables, en fait, le retour à la vraie vie.

                              L’économie s’est saoulée avec le pétrole, la gueule de bois durera longtemps...

                               

                               


                            • gnarf 18 mars 2008 12:13

                              Je me rappelle quand l’Euro avait vecu des heures difficiles, un certain George Soros nous annoncait que l’Euro et le systeme bancaire Europeen n’avait aucune chance de survivre.

                              Statistiquement, ceux qui crient que tout va s’ecrouler se trompent bien plus souvent que les autres. Quand a ceux qui jubilent et qui souhaitent que les gens travaillant dans la finance se suicident....ce sont des cretins, il n’y a pas d’autre mots. Une crise gravissime toucherait tout le monde, grands financiers comme petits artisans...et quand un grand financier se suicide les choses vont si mal que 10 petits artisans ont fait de meme avant lui.


                              • Emmanuel W 18 mars 2008 12:42

                                Faudrait voir à assumer un minimum : quand on prône la déregularisation des flux et la privatisation à tout va, on vient pas faire sa pleureuse keynésienne...

                                Quant aux artisans, s’ils travaillent sur des vrais richesses et non pas sur des produits foireux issus des cerveaux malades de la finance, ils n’ont rien à craindre...


                              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 mars 2008 15:46

                                 La crise financière américaine sera réglée par une solution politique. L’État va prendre le contrôle du systeme financier, geler les bourses ’for the duration", puis "interrompre" la convertibilité du dollar et donc ses paiements internationaux. Pour les USA qui, avec leurs dépendances directes, constituent une autarcie, on remet les pendules à l’heur et la vie continuera. pour le reste du monde, ce sera le chaos.... Il faudra trouver une solution et je n’ai pas de solution à offrir.

                                 

                                Pierre JC Allard


                              • Yann 35 Yann 35 18 mars 2008 16:40

                                Pas sûr que le négationnisme d’anticipation nous évite le chaos mais c’est courageux de rester optimiste.


                              • ZEN ZEN 18 mars 2008 12:41

                                "A long terme, tout ira bien pour notre économie", a dit M. Bush.

                                Ouf ! On est rassuré...

                                Cela me rappelle la fameuse phrase : " A long terme, nous serons tous morts"


                                • pallas 18 mars 2008 12:45

                                  Je ne comprend pas cette envie que le monde entier tombe dans le chaos economique et social. Est ce un esprit de vengeance et d’impuissance pour applaudir la crise aux usa ?. La plupart des americains ne sont en rien responsable de la crise et de la corruption, la plupart des americains ne vivent pas dans un monde de l’american pie ou des series du style, californication, la plupart des americains ne sont pas blancs, c’est un conglomerat de plusieurs ethnies differente. La Californie ne represente pas les usa, chaque etat est different. Il y a des etats pour la peine de mort, d’autres non, il y guere que 3 etats tout au plus plus l’interdiction de la cigarette et la grande majorité non. Le Texas, La Californie ne represente pas l’amerique, loin de la. La crise qui touche les usa, ne touche uniquement que ce pays, qui part en lambeau qui derriere la crise economique se cache une crise pire encore, une guerre civil larvé entre les differentes ethnies, et la possibilité en moyen terme, de cessession des etats, donc la mort pure et simple des USA. Il faut savoir que chaque etat a une superficie quasi aussi grande que la France et qu’il y a 51 etats, ce qui represente un peut plus que la superfice total de l’Europe. Il n’y a que 250 millions d’americains sur un sol presque aussi grand que l’Europe qui a une pollution avoisinnant les 500 millions d’habitants. L’Europe a un role bien plus important en terme de stabilité mondial que le usa. NOus commerçons avec la Russie et l’ancien bloque sovietique, avec la Chine aussi, le moyen orient, le japon, l’amerique du sud. La part de la consommation Européenne sur l’echiquier mondial en devient grandissant. Le march" européen interieur se porte de mieu en mieu car il y a enormement de potentiel entre divers etats. Avec la Russie, l’europe a besoin de la Russie en matiere energetique, tel que le gaz, ainsi que des nouveaux gisement de petrole, sa construit a fond en Siberie qui degele et revele enormement de gisement energetique. Les Pipelines entre la Russie et l’Europe, se construisent a vue d’oeil. La Russie a besoin de l’Europe, l’Europe a besoin de la Russie, c’est une sorte de creation d’un mega bloque occidental en creation, c’est pour sa que la discution tres serieuse de la Russie devenant membre de l’europe est discuter depuis des années ou en tout cas un partenariat tres profond. La Russie, l’Iran, qui represente l’axe des pays non alignés, ont une dent contre les USA, sa represente une grande part de l’humanité sa veut dire les 3/4 de la planete veulent la mort pur et simple economique des usa, c’est une 3 eme guerre mondial silencieuse et qui fait tout de meme pas mal de victime, l’Europe quand a elle est pris entre 2 feux. Le veritable enjeux est la prise de controle du pouvoir economoque mondial apres la mort des USA, dont les initié et elites etaient deja au courant depuis une 10 enes d’années. Ce qui se passe aujourd’hui etait prevu.

                                   


                                  • gnarf 18 mars 2008 14:01

                                    Les Francais veulent de plus en plus un effondrement de l’economie de libre-marche, ils ne se reconnaissent pas dans ce systeme.

                                    Ils croient representer une alternative, alors qu’ils sont le maillon le plus vulnerable de l’economie de libre-marche....celui qui en vit tout en la denigrant, facon bobo, et qui s’ecrase en premier lors de l’effondrement et prend tous les autres sur la figure.

                                    C’est un choix. Libre a eux.


                                  • pallas 18 mars 2008 12:51

                                    Il ne faut pas craindre une grave crise mondial comme a la 1929, mais plutot a un changement d’actif du territoire americain sur les autres pays, aussi en europe. Le monde change de visage, les USA ne sont plus les numero 1, il n’y a plus de leaders mondiaux. Les capitaux placé aux usa fuient vers d’autres pays, ce qui plonge la bourse americaine, ainsi que les banques qui ne peuvent pas faire face a cette fuite. Les USA ne sont pas le monde, le Monde n’est pas les USA. La television pro americaine nous a trop bourré le moue sur sa, il serait temps je pense de se reveiller, car l’economie mondial ne chutera pas, seul les USA tomberont.

                                     


                                    • Spookimouk 18 mars 2008 14:11

                                      Lors de la crise de 1929 les banques américaines en difficulté ont vendu tous leurs actifs en europe pour récupérer de l’argent, déclenchant ainsi une crise en europe.

                                      A combien s’élèvent les investissement américains en Europe en 2008 ?


                                    • ZEN ZEN 18 mars 2008 13:08

                                      "applaudir la crise aux usa ?. ..."

                                      On ne fait que constater, mon cher Pallas.....Hélas !

                                      Toujours à contre-sens, mon vieux...

                                      Mme Parisot, notre Jeanne d’Arc des affaires ,vient de déclarer sur F.Inter qu’elle condamnait l’immoralité des financiers à l’origine de la crise actuelle.Elle a certainement lu Frédéric Lordon ;" Et la vertu sauvera le monde"....



                                      • Spookimouk 18 mars 2008 13:39

                                        Je trouve la situation interressante d’un point de vue historique mais pas réjouissante. L’écroulement financier des USA aura imanquablement des conséquences négatives pour nous en Europe, même si ce sera moins pire chez nous que chez eux. Comme le disait quelqu’un plus haut, les economies sont largement imbriquées, surtout dans l’industrie de pointe (50% des pièces des Airbus sont made in USA).

                                        Je me pose une question : Un pays au bord du gouffre et détenteur de 60% de l’armement mondial peut il utiliser la force d’une facon ou d’une autre pour se sortir de l’impasse ? Je vois mal comment ca pourrait les aider mais il reste encore cette carte dans leur jeu.


                                        • jondegre jondegre 18 mars 2008 14:50

                                          La question est la en effet. Car parallelement a la bulle immo/credit/taux bas, la guerre contre le terrorisme s’est mise en place. Reste a voir si/quand les decideurs US vont lier les 2...


                                        • Valparaiso JJSS1979 18 mars 2008 15:45

                                          Sauf si la guerre contre le terrorisme est une invention des USA eux-même pour se créer un ennemi qui pallierai à la chute de l’URSS. Avec un Saddam Hussein qui a joué l’interimaire entre 1989 et 2001.

                                           www.editionsdemilune.com/laterreurfabriquemadeinusa-p-6.html


                                           


                                        • Emmanuel W 18 mars 2008 16:01

                                          @JJSS1979

                                          Seuls les atlantistes primaires nient cette évidence.

                                           


                                        • Mr Mimose Mr Mimose 18 mars 2008 13:44

                                          Il y a quelques mois ceux qui évoquaient une probable crise financière aux USA étaient insultés.

                                          Aujourd’hui on rigole déja un peu moins, en tout cas moi j’ai déja fait des réserves de boites de conserves et de sac de farine au cas ou il me faudrait une brouette d’euros pour pouvoir les acheter d’ici quelques temps. Ha oui, j’ai acheté aussi plein de cigarettes et de chocolat, ça s’échange bien en tant de crise.

                                          J’ai aussi des saucissons et fruits secs. J’ai planté des tomates sur mon balcon.

                                          Voila je suis prêt pour la crise.

                                          En toute sérénité, bye !


                                          • Mr Mimose Mr Mimose 18 mars 2008 14:38

                                            Les nouvelles sont bien mauvaises en effet. Ils leur reste à entamer une guerre pour pouvoir s’en sortir, en iran par exemple. Un petit attentat sur le sol américain, on accuse des terroristes soutenu par l’affreux Amadinedjad, on décrète la loi martiale, et c’est parti mon kiki, comme en 40 !

                                            Un bon élan patriotique, on fait tourner la machine de guerre à plein régime, et tout est résolu. On sombre dans une bonne guerre mondiale, ça va épurer un peu toute cette merde, on y verra plus clair après. Quelques bombes atomiques distillées avec parcimonie, oh le beau champignon !

                                            On vient d’enterrer le dernier des poilus Lazare Ponticelli, Lazare lève toi et marche, tu croyais que t’allais t’en tirer comme ça, tiens après la 1ère et 2ème , voici la 3ème guerre mondiale.

                                            Adieu ma future retraite dorée, mon PEL et autre PEA, mon crédit auto, sniff sniff.

                                            Bien sur c’est juste un scénario, ça n’arrivera pas, vous le savez tout aussi bien que moi


                                            • Spookimouk 18 mars 2008 14:48

                                              Un élan patriotique, une guerre, les usines à bombes.. oui ca met un coup de fouet à l’économie pendant quelques temps, mais c’est du court terme et les US sont déja en guerre en Irak, ca leur coute une fortune et l’opinion publique n’y est pas favorable. 

                                              Je ne suis pas expert en la matière mais, même si effectivement ils en ont les moyens, je ne vois pas comment le bombardement d’un nouveau pays sauverait leur économie (sauf si c’est pour empêcher le pays en question de vendre du pétrole en euro).


                                            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 18 mars 2008 21:36

                                              @ Mr Mimose

                                              Merci, j’ai bien ri.

                                              C’est un peu fou de rire de quelque chose d’aussi terrible mais il y a dans ces guerres mondiales que vous évoquez un comique de répétition qui exprime avec force l’insondable connerie de l’être humain, et surtout, de ceux qui continuent à nous siffloter le pipeau du "tout va bien", "les gouvernants travaillent pour votre bien", "ils sont honnêtes" etc.

                                              Nous sommes tous des moutons et le risque de nous voir plus ou moins rapidement amenés à la guerre n’est en effet pas négligeable.

                                              Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

                                              L’économie américaine s’est remise sur pied non grâce au New Deal de Roosevelt mais grâce à la 2e guerre mondiale (cf. Jacques Pauwels, "Le mythe de la bonne guerre".)

                                              Elle est de fait devenue une économie de guerre permanente (les USA n’ont à peu près jamais cessé d’être en guerre (froide ou autres) depuis la fin des années 40).

                                              Les guerres en Afghanistan puis en Irak ont d’abord servi à alimenter le complexe militaro-industriel qui a cancérisé l’économie américaine (de sorte que tout le monde ou presque est pour son maintien), mais cela n’a pas suffi.

                                              Alors, oui, l’Iran est une cible de choix pour mettre le feu aux poudres. Les médias US mais aussi français ont fait tout ce qu’il fallait pour préparer les esprits à cette éventualité.

                                              Nos médias me font honte. Je me sentais mieux informé quand j’étais en Suisse. Heureusement, il y a internet.

                                               


                                            • Mr Mimose Mr Mimose 18 mars 2008 14:48

                                              Les chinois lachent les USA :

                                              * Dans l’affaire Bear Stearns, on remarque peu le rôle de la société d’investissement chinoise Citic. Les Chinois avaient l’intention d’avancer de l’argent pour soutenir Bear Stearns. Il pourrait y avoir de nombreuses explications au fait que l’accord avec Citic n’a pas abouti, mais nous en suggérons une qui est la plus lourde d’implications : les étrangers commencent à se méfier des Etats-Unis. Vous vous rappellerez peut-être notre ami qui nous conseillait de "vendre les Etats-Unis... vendre leur devise... vendre leurs actions... vendre leurs obligations". Cette attitude est de plus en plus répandue — la conviction qu’il vaut mieux vendre les USA.

                                              * "Pendant des années", commence un article du Wall Street Journal, "l’économie américaine a emprunté à des prêteurs riches en liquidités, de l’Asie au Moyen-Orient. Les sociétés et les ménages américains ont profité d’un crédit facilement disponible, à des termes favorables, même pour des paris risqués. Ce n’est plus le cas".

                                              * "De toute évidence, le monde entier est concentré sur la crise financière ; les Etats-Unis sont en fait l’épicentre de cette tension", déclare Carlos Asills, de Globista Investments, cité par le journal. "Résultat, nous voyons les capitaux fuir les Etats-Unis".

                                              * Ed Hadas ajoute :

                                              * "L’aide apportée par la Fed à Bear Stearns augmente les chances d’un sauvetage financier généralisé, financé par le contribuable — associé à des taux super-bas, qui augmenteront la pression sur le dollar mis à mal. Bear est la plus grande société, à ce jour, à mordre la poussière. Mais la plus grande victime financière pourrait en fin de compte se révéler être les Etats-Unis".


                                              • frédéric lyon 18 mars 2008 15:26

                                                Rien que le titre de cet article prête à rire. On appelle cela la méthode Coué.

                                                L’auteur pourrait-il nous faire le plaisir de nous dire quelles sont ses qualifications en finance internationale ?

                                                Qu’il se rassure, les Bourses ont récupéré aujourd’hui leurs (légères) pertes d’hier.

                                                Lorsqu’un journal emploie un journaliste, il prend la peine de vérifier ses qualifications. Malheureusement ce n’est pas le cas sur Agoravox, où l’on peut voir des auteurs qui ont au préalable falsifié leur CV, sachant qu’il ne pourrait pas être vérifié, publier des articles sur des sujets qu’ils ne connaissent pas.

                                                C’est la plus grande faiblesse de cette Presse soi-disant citoyenne, et d’Agoravox en particulier qui me parait particulièrement laxiste en la matière.

                                                A tire d’exemple : combien y-a-t-il eu d’articles nous annonçant la mort du capitalisme ou la "chute de l’empire américain" parut sur Agoravox au cours de ces derniers douze mois ?

                                                 


                                                • Spookimouk 18 mars 2008 15:44

                                                  "A tire d’exemple : combien y-a-t-il eu d’articles nous annonçant la mort du capitalisme ou la "chute de l’empire américain" parut sur Agoravox au cours de ces derniers douze mois ?"

                                                  Je dirai à peut prés autant que ceux nous annonçant l’éclatement de la bulle immobilière.

                                                   


                                                • Vincent Frédéric Stéphane 18 mars 2008 16:53

                                                  Les qualfications des commentateurs ne sont pas vérifiées non plus ! "articles parut" ! Et ce n’est pas une faute de frappe, regardez le clavier !

                                                  Ce monsieur lyon ne doit pas connaître LEAP2020.

                                                  Que nous dira-t-il fin 2008 ? Je parie qu’il changera de pseudo.


                                                • saint_sebastien saint_sebastien 18 mars 2008 16:04

                                                  je pense que vous vous trompez largement. A quoi sert se genre de crise ? et bien à racheter des entreprises , des établissements banquairs ainsi que des propriétiés pour pas cher. JP morgan et consorts vont très bien et font mains basses sur d’autres banques en ce moment, de la même manière que pendant la crise de 1929.


                                                  • Le péripate Le péripate 18 mars 2008 16:08

                                                    Il faut bien comprendre d’où provient l’argent ainsi perdu. De la dette des ménages. Car le capitalisme neo libéral par la concurrence effrénée sur les prix ne peut plus trouver dans les dépenses liées aux salaires les conditions de son développement illimité.

                                                    L’épargne peut aussi jouer ce rôle, et c’est le cas des pays qui ont jetés aux orties la retraite par répartition.

                                                    Si l’on suit les recommandations Attali, c’est une voie originale qui pourrait être trouvée par le capitalisme français, faute de vouloir augmenter les salaires, c’est les stocks options pour tout le monde... C’est ça, être moderne, avoir son salaire indexé sur la Bourse, et, un jour, pfuitt.

                                                    À propos, pour ne pas faire que du TSS, demandons à Mme Royal si elle a révisé ses propositions présidentielles en la matière, l’extension de l’actionnariat salarié et de la retraite capitalisée.


                                                    • pallas 18 mars 2008 16:10

                                                      Et puis c’est quoi cette fausse rebellion contre le capitalisme, le pauvre restera pauvre point a la ligne. Il n’a pas a discuter de sujet qui le depasse, il s’interesse au foot et a la star academy, c’est largement suffisant pour son niveau intellectuel. Pour ce qui est des jeux economique qu’il laisse cela au grande personne. Si les pauvres comment a agir en parlant de l’economie c’est la crise assuré. Les usa tombent, c’est comme sa, ce pays se relevera apres les elections, c’est la loi du marché.


                                                      • pallas 18 mars 2008 16:12

                                                        De toute maniere le pauvre n’a qu’a que travailler pendant ces 35 heures, heureusement que bientot le marché du travail ainsi que du salaire seront deregulé, le systeme marche et ne s’effondrera pas et heureusement. Les pauvres n’ont pas a reflechir sur sa, qu’ils bossent ont ne leur a rien demander.


                                                      • Gilles Gilles 23 mars 2008 08:34

                                                        Pallas

                                                        "le pauvre restera pauvre point a la ligne. Il n’a pas a discuter de sujet qui le depasse, il s’interesse au foot et a la star academy, c’est largement suffisant pour son niveau intellectuel."

                                                        D’accord avec vous ; c’est effectivement comme ça que ça ce passe dans ce bas monde depuis longtemps....du pain et des jeux et restez dans votre taudis !

                                                        Heureusement qu’une certaine gauche pas le PS ben entendu) prétend changer quelque peu tout ça !


                                                      • Philippe MEONI Philippe MEONI 18 mars 2008 16:17

                                                        L’article et les commentaires sont passionnants... Est ce que cette crise sonnera le glas de l’usine à gaz économique mondiale ? Est ce qu’elle mettra un terme à la frénésie spéculative, laquelle, somme toute, semble la grande fautive ? Remettrat t’elle en cause les notions de "croissance", de "développement" qui ne peuvent probablement pas s’étendre à l’infini ? Passerons nous à une ère de suffisance et non plus celle de la surconsommation et du "tout jetable" ? Ou sommes nous encore très loin de la sagesse pour tenter de sauver un système qui ne permet qu’à quelques centaines de nantis de vivre sur le dos d’une majorité de peuples de plus en plus pauvres ???


                                                        • Trashon Trashon 18 mars 2008 16:22

                                                          "Qu’il se rassure, les Bourses ont récupéré aujourd’hui leurs (légères) pertes d’hier."

                                                          Evolution des indices boursiers depuis le 1er janvier :

                                                          CAC40 : -18,63 %

                                                          NASDAC : - 16,13 %

                                                          DOWJONES : - 7,71 %

                                                          TECHN ALL SHARE : -27,29%

                                                          HANG SENG : -23,11 %

                                                          NIKKEI225 : -21,84 %

                                                          Nous ne devoons pas donner la même signification au mot récupéré et légères je pense.....


                                                          • frédéric lyon 18 mars 2008 16:32

                                                            Essayez plutôt d’être intelligent et honnête et donnez les courbes des Bourses sur ces cinq ou dix dernières années !


                                                            • pallas 18 mars 2008 16:46

                                                              De toute manier au pire ce sont les pauvres qui payeront la casse qu’ils ont provoqué par leurs feignantises et bosseront d’autant mieux, c’est une bonne chose.

                                                               


                                                              • Spookimouk 18 mars 2008 16:52

                                                                Ca c’est sûr, en cas de nationalisation de la dette, c’est encore une fois les contribuables et les pauvres qui vont casquer.


                                                              • Mr Mimose Mr Mimose 18 mars 2008 16:48

                                                                @ Frederic lyon

                                                                Il n’y a pas de crise aux USA , c’est clair que les plus riches sont toujours aussi riches.

                                                                Mais malheureusement des millions d’américains sont jetés à la rue ayant perdus leurs maisons, le pire c’est qu’ils doivent continuer à payer leurs crédits immobilier bien qu’ils aient perdus leurs toits.

                                                                Sinon à part ça tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles aux USA

                                                                Bise à Madame


                                                                • Mr Mimose Mr Mimose 18 mars 2008 16:52

                                                                  Frederic Lyon

                                                                  "Essayez plutôt d’être intelligent et honnête et donnez les courbes des Bourses sur ces cinq ou dix dernières années ! "

                                                                  Ben tiens ça me fait une belle jambe la courbe de tes bourses !

                                                                  Ho Mamadou regarde cette belle courbe !

                                                                  Mamadou : j’ai faim !

                                                                  Putain de pauvre qui comprend rien à l’économie !


                                                                • Alberjack Alberjack 18 mars 2008 16:58

                                                                  par Mr Mimose (IP:xxx.x50.77.53) le 18 mars 2008 à 16H52

                                                                   
                                                                  Frederic Lyon

                                                                  "Essayez plutôt d’être intelligent et honnête et donnez les courbes des Bourses sur ces cinq ou dix dernières années ! "

                                                                  Ben tiens ça me fait une belle jambe la courbe de tes bourses !

                                                                  __________________________________________________

                                                                  Décidément ! Tout part en couilles.


                                                                  • Gary Gaignon Gary Gaignon 18 mars 2008 17:07

                                                                    Qui d’entre nous peut souhaiter la chute de l’Occident ? Que le leadership financier et militaire, en revanche, change de mains, ça d’accord, applaudissons à tout rompre !

                                                                    Les Anglo-Américains ont assez monopolisé la scène mondiale, merci bien ! La Révolution industrielle a été déclenchée par les Anglo-Saxons.

                                                                    On sait maintenant, faits à l’appui, avec quelles conséquences écosystémiques planétaires ! Seulement voilà, comme je l’écrivais à une amie éditrice de quelques génies parisiens, vous seriez surpris desquels :

                                                                    « Toute cette histoire de réchauffement climatique, comme s’il s’agissait d’un simple thermostat industriel réglable grâce à un consensus mondial, me fait bien hausser les épaules.

                                                                    C’est fou à quel point l’Occident s’imagine avoir dominé Gaïa ! Nous nous imaginons être aux commandes du climat planétaire. Quelle illusion magique !

                                                                    Que ce soit la Révolution industrielle et ses retombées polluantes qui pèsent depuis 300 ans de plus en plus lourdement sur l’accélérateur, je n’en ai aucun doute.

                                                                    Que le Titanic du Marché-Providence puisse faire machine arrière ou même virer de cap, c’est tout bêtement absurde.

                                                                    Demandez à vos génies que vous publiez si j’ai si complètement tort d’afficher ces opinions sur l’impuissance toute relative de la science, à part la prise de conscience collective qu’elle a suscitée sur les faits d’expérience qu’elle a démontrés. »

                                                                    À quoi elle me répondit : « Je suis assez d’accord avec vous... et de grands scientifiques et philosophes aussi, mais ils ne le diront jamais "officiellement" ! La peur d’être rejeté du groupe sans doute... l’instinct grégaire ! »

                                                                    Je vous le demande donc : quel intérêt objectif aurions-nous que le système financier international s’effondre sur notre dos ? Ce serait ruiner la dernière chance que nous avons d’instaurer dans nos pays un impôt négatif à même enfin d’abolir les inéquités révoltantes qu’il génère.


                                                                    • Emmanuel W 18 mars 2008 17:18

                                                                      L’intérêt de nous aider à considérer les fondamentaux : recherche de symbioses entre l’environnement et le bas de la pyramide de Maslow.


                                                                    • Emmanuel W 18 mars 2008 17:26

                                                                      Votre amie, elle bosse chez Grasset  ?


                                                                    • Gary Gaignon Gary Gaignon 18 mars 2008 17:46

                                                                      Elle a sa propre boîte parisienne.


                                                                    • Spookimouk 18 mars 2008 18:25

                                                                      @Gary Gaignon

                                                                      Nous vivons en occident et personne (pauvre ou riche) ne souhaite la ruine de notre economie. Cependant nous ne sommes pas là pour exprimer des souhaits mais plutot pour constater la situation et essayer de comprendre comment elle pourrait évoluer dans les mois qui viennent.

                                                                      C’est un peu comme regarder la météo. Si demain il doit pleuvoir, vous ne pourrez pas l’empecher, mais au moins vous penserez à prendre votre parapluie.


                                                                    • chmoll chmoll 18 mars 2008 17:10

                                                                      reus’ment qui a les pauvres pour payer, tout ça


                                                                      • frédéric lyon 18 mars 2008 17:24

                                                                        Le système bancaire américain n’a aucune chance de survivre !

                                                                        Diable, rien que ça ?

                                                                        En revanche la connerie a de bonne chance de survivre en France, car elle est cultivée sur une grande échelle.

                                                                        Chers amis, pourquoi ne foutez-vous pas la paix au système bancaire américain, ou pas américain, ainsi qu’au "capitalisme", aux courbes de la bourse, ou à l’économie en général et à tous ces sujets qui vous passent dix kilomètres au dessus de la tête ?

                                                                        Cela vous éviterez de faire des prédictions osées, très osées, et de dire des bêtises, choses qui vous arrivent plus souvent qu’à votre tour.

                                                                        Songez seulement que des personnes beaucoup plus qualifiées que vous pour parler du système bancaire américain, ou tchecoslovaque, se garderaient bien de faire des prévisions aussi péremptoires et définitives sur un sujet aussi vaste et complexe.

                                                                        Alors qu’est-ce qui vous permet de faire ces prévisions à leur place ?

                                                                        Votre ignorance encyclopédique, ou votre folie douce ?

                                                                         


                                                                        • Spookimouk 18 mars 2008 18:18

                                                                          Frédéric,

                                                                          Personne ne prétend connaître le futur à 100%, donc vous avez peut être raison. Par contre, on peut estimer des risques. Les lecteurs et rédacteurs d’Agoravox ne sont pas les seuls à être péssimistes (lisez la presse, et meme la presse spécialisée !).

                                                                          Personnellement, je n’achete pas d’action en bourse en ce moment. Si toutefois vous etes confiant dans le système actuel et pensez qu’il va rebondir rapidement, alors placez-y vos économies, vous gagnerez beaucoup d’argent... ou pas. Dans 6 mois - 1 an on fera les comptes.


                                                                        • Loïc Decrauze Loïc Decrauze 18 mars 2008 18:00

                                                                          A travers ce passionnant débat, je constate, comme toujours, que personne n’aborde la racine première du mal : le comportement malfaisant de certains opportunistes financiers et la nauséeuse tendance grégaire de l’univers boursier qui fonctionne avant tout sur la rumeur et ses attributs : défiance ou confiance.

                                                                          Jouer ainsi avec les fonds financiers et risquer l’effondrement (passager) de l’économie mondiale ne permettra aucune saine évolution, car rien, dans la nature humaine, n’y est disposé. Croiser les bras, donc... et s’indigner pour ne pas se leurrer.

                                                                          Sur un ton plus léger, et plus iconoclaste, lisez mes Angles de vie, sur ce sujet et dautres, qui ne passeront jamais sur Agoravox.


                                                                          • Gzorg 18 mars 2008 18:25

                                                                            C’est interressant un Frédéric Lyon, tout compte fait !

                                                                            Ca montre a quel point le lavage de cerveau à la sauce télévisuel , permet a certain de croire que en fait rien n’est grave , tout va bien madame la marquise, c’est juste une petite correction...

                                                                            Le marché va tout reglé , vous verrez c’est même Jacques Marseille qui l’a dit hier à la télé !

                                                                            20 années d’une propagande idéologique ou on a voulu faire croire a tout un chacun que le chaos et l’anarchie , c’etait le moteur d’une juste régulation économique, 20 ans qu’ils nous bassinent avec leurs contre-vérités digne du parfait Novlangue économique ou chaque mot est decris comme l’inverse de ses propres conséquences !

                                                                            Le résultat ça donne un Frédéric Lyon qui a 10 cent de dollar pour un euro continuera a soutenir que tout ça n’est que le juste équilibre des marchés dérégulés.

                                                                            J’en connais un autre d’ailleur, il s’apelle Nicolas S. et parait il , il prend conseil au pres du grand dramaturge economique : mr Baverez, ils y croiront jusqu’au bout , jusqu’a la fin...

                                                                            A nous de penser une autre façon d’être entre nous, pour nous et surtout pour nos enfants !

                                                                             



                                                                              • Dégueuloir Dégueuloir 18 mars 2008 19:00

                                                                                systéme libéral capitaliste=systéme stalinien=oppression=dictature........le système va s’écrouler...tant-mieux !!!,article de tafiole !



                                                                              • sobriquet 18 mars 2008 20:10

                                                                                J’aimerais bien que quelqu’un m’explique, concrètement, les répercussions que cette situation risque d’avoir sur un français moyen, avec un boulot assez stable, un crédit raisonnable, quelques économies et tout et tout.

                                                                                Parce s’il n’y que les financiers qui trinquent, j’aurais tendance à prendre ça pour une bonne nouvelle.


                                                                                • Donoso Cortes 18 mars 2008 20:55

                                                                                  Comment savoir ? S’appuyer sur l’histoire n’est pas suffisant, car l’histoire ne se répète jamais à l’identique. Si on s’appuie sur l’exemple de la crise de 29, on remarque que la France a été moins touchée que les EU, notamment parce qu’elle était déjà engagée dans une économie que l’on peut qualifier de plus administrée. Par contre si la choc a été moins rude, la sortie de crise a été plus longue.

                                                                                  Bien sûr que nous souffrirons aussi. Et cela sera d’autant plus vrai que nous sommes petit...Je ne me réjouis pas de cet effondrement. Même si je l’avoue, j’ai bien malgré moi une satisfaction intellectuelle à voir se vérifier ce que j’expliquais à mes étudiants au milieu des années 80. Difficilement, car j’étais à contre courant. Aujourd’hui on comprend mieux à quel point le caractère artificiel de la croissance n’est pas sain. Car fondé sur l’endettement, et pour une part notable sur l’injustice. C’est parce que le partage de la valeur ajoutée ne respecte plus la part légitime qui doit revenir aux salaires, que beaucoup plus doivent s’endetter et plus lourdement.

                                                                                  S’il ressort de tout cela, que nous rompons avec la logique du capitalisme que déplorais F. Perroux http://spesmethodologie.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=71&Itemid=1 , et qu’alors nous remettons l’économie à sa place, c’est à dire aux services des personnes, alors il sortira de cette crise un plus grand bien. Et finalement, nous ressortirons plus riche. Pas en avoir, mais en possibilité d’être.

                                                                                   


                                                                                • Savinien 18 mars 2008 21:43

                                                                                  Dans l’hypothése du pire, ce sera la revanche des haricots et des patates cultivées maison. Du moins pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardinet à cultiver. Pour les autres, les malchanceux, faudra prévoir un régime fortement amaigrissant, genre Ethiopie années soixante dix et quatre vingt. Quant à nos amis les chats et les chiens, la vie risque d’être sacrément difficile sinon impossible pour eux, qui finiront en ragout sans même les petits oignons... Sur le plan politique, faudra aussi perdre l’habitude de mettre un bulletin de vote dans l’urne, histoire de ne pas froisser les futurs guides suprêmes de la nation qui, à cette occasion, ne manqueront pas de s’emparer du gouvernail de l’Etat. Car eux, le chaos et la crise, ils adorent vraiment. C’est même leur bain de jouvence, et l’avenir pourrait bien appartenir à ces adeptes du knout et du poteau à douze balles... Trop pessimiste ? Je l’espère. Mais il vaut mieux imaginer le pire, afin d’en prévenir l’apparition et les conséquences. Autrement dit : agir avant que ce pire ne se manifeste tout en bottes et flingues prets à tirer.


                                                                                • Marc Bruxman 19 mars 2008 02:25

                                                                                  Il n’y a jamais QUE les financiers qui trinquent. Car ces financiers que l’on le veuille ou non remplissent un role utile pour l’économie. Si ils cessent de le remplir, c’est la cata pour tout le monde.

                                                                                  Pour la suite, il est fort possible que cela soit une catastrophe pour les états unis, espérons quand meme qu’elle reste limitée. (Une bonne partie d’entre eux n’a quand même pas votée pour Bush).

                                                                                  Les effets de cette cata sur l’europe sont difficiles à prévoir car l’euro risque alors de devenir de-facto la monnaie de réserve du monde. Ce qui va alors contrebalancer en partie la catastrophe économique. Cela signifie aussi que beaucoup de gens talentueux vont probablement émigrer des Etats-Unis vers l’europe et qu’ils pourraient dynamiser économiquement notre continent. Sur l’économie je ne suis donc pas trop pessimiste, du moins pour la zone euro.

                                                                                  Ce qui me fout la trouille c’est plutot la géopolitique. Lorsque les lignes changent de façon brutale on a un fort risque de guerre. Le fait que la France et l’Angleterre possédent la bombe atomique permettra toutefois surement de se protéger...

                                                                                  Mais la chute des états unis risque de provoquer un climat de fanatisme religieux sans précédent au moyen orient. Il va donc falloir jouer très serré pour éviter les problèmes...


                                                                                • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 18 mars 2008 21:14

                                                                                  La crise financière était prévisible, car sans rien changer aux comportements des banquiers faux-monnayeurs, sans frein à la cupidité, le chaos finit par s’installer. Reste à savoir si, pour être prévisible, elle est évitable...

                                                                                  Je ne le crois pas, car cupidité et courte vision restent les deux mamelles du capitalisme financier.

                                                                                  La monnaie est avant tout un moyen d’échange, et devrait le rester, pour uniquement échanger les richesses réelles (la fonction de réserve de valeur devant être dévolue à un autre support**). Elle ne devrait exister qu’en contrepartie d’une richesse réelle déjà créée, et donc être fabriquée (électroniquement) uniquement en échange d’un travail. Comme toute richesse n’existe que par le travail, il n’y a pas lieu de rémunérer l’argent, puisque seul, il ne produit rien. Le capital financier d’investissement est une stupidité à notre époque où la monnaie est totalement dématérialisée et découplée de toute matière réelle (même si le capitalisme financier a eu son utilité dans le décollement de l’économie technologique).

                                                                                  Un exemple tout simple : tous les pays du monde ont d’énormes besoins en infrastructure, des ressources pour les réaliser, des compétences pour les projeter, et de la main-d’oeuvre pour y travailler. Cependant, partout il manque de l’argent. Pourquoi ? L’argent en tant que chose rare et matérielle est une idée du passé ! L’argent est le SEUL maillon de la chaîne du développement sur lequel nous, les humains, avons un contrôle total ! Conséquence : nous nous heurtons à un mur imaginaire. Dire que la crise financière va détruire l’économie est stupide ! Demain, les usines seront encore là, les ouvriers, cadres, ingénieurs, dirigeants aussi ! Ce qui va être (probablement) détruit, c’est de la fumée, du vent, des symboles monétaires, et même pire : la valeur symbolique des entreprises ! Pas l’économie réelle, celle issue du travail !

                                                                                  Tout ce que cela démontre, c’est la stupidité conceptuelle d’une monnaie issue du passé, et de son rôle, purement conventionnel par ailleurs, sur nos modes de pensée. Ce que j’espère moi, c’est que cette crise soit assez profonde pour nécessiter un nouveau Bretton Woods, à l’issu duquel une conception totalement innovante de la monnaie sera proposée comme base de l’économie, avec de vrais enjeu de développement humain (et pas seulement matériel), et un objectif mondial de croissance zéro (voire décroissance, mais il serait tout aussi stupide de créer un système qui aurait structurellement besoin de la décroissance, qu’il est crétin de continuer à encenscer un système qui a structurellement besoin de la croissance).

                                                                                  Le capitalisme a eu son utilité, mais il ne représente qu’une courte parenthèse dans l’histoire humaine (moins de 300 ans). Il a apporté des bienfaits, permis de développer des techniques, d’explorer le savoir comme jamais auparavant, etc, mais il est sans doute arrivé au bout du rouleau, car la croissance n’est plus tenable pour nous ni pour la planète. Le chemin de l’humanité vers un monde toujours plus conscient de lui même est passé par la case "capitalisme", mais il faut maintenant en sortir. Le capitalisme a été un outil, mais pour affiner la tâche du développement humain, il n’est plus adapté, et il faut changer d’outil. Par analogie, imaginez un arbre, puis toutes les étapes nécessaires à le transformer en une belle chambre à coucher marquetée et sculptée. Croyez-vous possible de réaliser ce travail uniquement avec une tronçonneuse ? Non, car à chaque étape du travail, il est nécessaire de prendre un outil adapté. Notre propre évolution en tant qu’espèce ne déroge pas à la règle, passant de structure sociale en structure sociale, de mode économique en mode économique, depuis des millénaires. Une autre étape peut désormais être franchie. A nous de décider si nous la laissons s’imposer par le délitement violent d’un système moribon, ou si nous basculons volontairement et pacifiquement vers autre chose.

                                                                                   

                                                                                  **La monnaie actuelle combine deux fonctions très différentes, et qui s’interfèrent mutuellement : moyen d’échange et réserve de valeur. Le moyen d’échange peut (et presque, doit) se dévaloriser pour assurer une circulation rapide, et donc une "irrigation" efficace de l’économie. La réserve de valeur ne doit pas se dévaloriser, car sinon, elle perd, par définition, tout intérêt pour cette fonction ! Ce phénomène de double fonction est parfaitement illustré par ce qu’il est convenu d’appeler "la loi de Gresham", qui dit que si deux monnaies circulent la "mauvaise" (celle qui se dévalorise) chasse la "bonne" (celle qui ne se dévalorise pas). Le jugement de valeur de Gresham est, à mon avis, sans fondement. En effet, son observation ne va pas au fond des choses, et la vérité serait que, lorsque cela est possible à travers un système bi-monétaire, les fonctions "moyen d’échange" et "réserve de valeur" de la monnaie se séparent naturellement, la monnaie la plus stable tendant à disparaître des échanges commerciaux. L’appréciation rapide de l’euro face au dollar pourrait d’ailleurs s’expliquer par un phénomène de Gresham : l’euro ne se dévalorise pas, il a donc une meilleure fonction de réserve de valeur que le dollar, qui lui se dévalorise par la crise de la finance, et reste par ailleurs le moyen d’échange conventionnel au niveau international.

                                                                                   


                                                                                  • Dégueuloir Dégueuloir 18 mars 2008 22:40

                                                                                    EXCELLENT COMMENTAIRE !..j’y ajouterai plusieurs points ; Depuis le "911",les us se suicident littéralement ! au niveau des libertés,de l’économie,et surtout des guerres absurdes et illégales en cours et à venir....des dettes monstrueuses,font que l’on assiste petit à petit à l’écroulement de l’empire dans un fond de tension international inquiétant,la machine ne pourra pas tenir encore bien longtemps,c’est évident ! nous rentrons dans une période de temps agité à fort,voire très fort......


                                                                                  • Johan Johan 19 mars 2008 01:03

                                                                                    D’abord, oui c’est un très bon article.

                                                                                     

                                                                                    Mais est ce les banques sont vraiment foutues ? Leurs clients ne sont plus capables de payer leurs emprunts. C’est pas grave car elles vont faire marcher leurs hypothèques et récupérer les biens. C’est parce qu’elles essayent de les revendre que le marché se retourne plus gravement.

                                                                                     

                                                                                    Bientôt, elles auront assez de biens immobiliers entre elles pour créer une entente et monter les loyers. Et ce n’est pas le Gouvernement qui le en empêchera.

                                                                                     

                                                                                    Depuis la crise argentine, on sait règler les crises financières : on fait tourner la planche à billets et on finance les banques avec des taux très bas. C’est à dire qu’on prète en dernier ressort à ceux qui ont pris tous les risques pour faire plus de pognon. ils seraient bêtes de ne pas en profiter. Ca déprécie la monnaie, mais qui est perdant ? Le salarié, le consommateur, le locataire. L’Etat américain se fiche peut être de baisser sa monnaie, vu le dumping monétaire que lui impose la Chine. Mais quand les chinois vont arreter de jouer, c’est à dire quand ils seront devenus la manufacture du Monde, et qu’ils vont faire payer plus cher leurs produits, ça va faire mal.

                                                                                     

                                                                                    Autre problème : la titrisation. Les créances toutes pourries des banques se dispersent dans le monde, y compris en Europe. Sauf qu’en Europe, la Banque Centrale a pour objectif conventionnel de lutter contre l’inflation. Donc de faire tourner au minimum sa planche à billets. Alors si les banques européennes ne prennent pas toutes le même niveau de risque, comment on fait, vu qu’on a une monnaie unique, pour renflouer ces imbéciles ? On a recours au patriotisme économique, on compte sur le fait que l’Etat ne laissera pas en plan ses copains, comme on l’a vu lors de l’affaire de la Société Générale ou pour la Northern ?

                                                                                     

                                                                                    Est ce que ça va nous mener à changer le rôle de la BCE ? A revenir aux monnaies nationales ? Ou est ce que la peur de se faire racheter par des fonds étrangers va responsabiliser nos banques ? quand est ce qu’on fera des EXEMPLES  ?

                                                                                     

                                                                                     


                                                                                    • Marc Bruxman 19 mars 2008 02:15

                                                                                      Article intéressant.

                                                                                      Concernant les subprimes, il va être très intéréssant de suivre ce qui va se passer. Ce qui est clair c’est que cela va tanguer très fort pour plusieurs raisons :

                                                                                      • L’état américain est mouillé jusqu’au cou dans cette histoire et la FED avec. La politique monétaire a été tellement irresponsable ces derniéres années que l’état fera tout pour éviter que la crise se liquide trop vite. Certaines personnes pourraient en effet y laisse de grosses plumes lorsque les américains comprendront à quel point ils ont été trahis par leurs dirigeants. La politique irresponsable recommence d’ailleurs. Avec des taux à 2.5% (baisse de ce soir), tout est fait pour relancer la pompe à liquidités. Mais attention, il y a un seuil ou ce trop plein d’argent va devenir toxique. La récente chute du dollar et la montée des cours des matiéres premiéres ainsi que la hausse des prix semble montrer que la phase toxique a commencée.
                                                                                      • D’autant que la FED cherche maintenant probablement à obtenir une forte inflation. La seule solution aux problèmes de solvabilité des banques c’est en effet de créer une inflation afin d’absorber les subprimes dedans. Ainsi les prix de l’immobillier vont recommencer à monter (grace à l’inflation) accompagnés des salaires et du cout de la vie. Subitement les collatéraux des prêts vont se réevaluer et le système aura été remis à flot. Bien sur avec l’inflation c’est tous les américains qui vont payer la facture sans exception. Bien sur aussi ceux qui sont investis dans les bonnes classes d’actifs vont se les dorer à l’or fin. Une crise c’est avant tout un boulversements. Si on parle souvent des perdants, on évoque rarement les gagnants. Il y en aura dans cette crise comme les précédentes. Et ils se feront discrets.
                                                                                      • Le problème avec l’inflation c’est qu’il est difficile de la controler. Si il est probable qu’une inflation à 10% l’an arrangerait bien les affaires de tout le monde, une inflation plus forte aurait l’effet d’une bombe. Seulement l’inflation ne se décréte pas. Alors si la FED ne fait pas gaffe.... Boum ! Les états unis seront virtuellement rayés de la carte comme puissance économique mondiale. Les pays du golfe feront leur marché et auront alors une position brusquement renforcée.
                                                                                      • Pendant ce temps, l’europe fait preuve de discipline monétaire comparativement aux états unis même si il a également fallu abuser de la pompe à liquidités. Mais moins que la bas. Le calcul est clair : Certes cette politique handicape notre économie à court terme. Mais à long terme si le dollar venait à s’effondrer, l’euro deviendrait de-facto la monnaie d’échange international. Ce qui renforcerait alors énormément l’économie européenne. A condition qu’une europe politique parvienne à se construire.
                                                                                      • La Chine risque quand à elle de payer très cher si les etats unis sont en crise. Mais les européens ont besoin de la chine et il est probable qu’ils ne la laisseront pas tomber...
                                                                                      • Le principal risque est en fait géopolitique : Comment vont se réorganiser les alliances entre Europe, Russie, Chine et Moyen-Orient. Et surtout comment vont réagir les etats unis à leur subite perte de puissance. Espérons qu’ils n’élisent pas un taré à la tête de leur pays. Car leur chute risque d’être très brutale. En tout cas nos diplomates vont avoir un role très important à jouer. Car c’est bel et bien de ces futures alliances que dépendra ultimement la place de l’europe dans le monde. Plus que jamais, il faut faire l’europe politique afin que les européens puissent défendre leur place dans le monde.

                                                                                       

                                                                                       

                                                                                       

                                                                                       

                                                                                       


                                                                                      • frédéric lyon 19 mars 2008 06:17

                                                                                        Chers amis, vous souffrez d’une maladie bien française : la prévisionnite. Et vous perdez votre temps dans des discussions et des commentaires qui ne révèlent que vos passions, vos jalousies et vos petits dépits personnels et collectifs. Quand on n’est plus un acteur de l’Histoire, on en est réduit à devenir un commentateur, n’est-ce pas ?

                                                                                        Un bon conseil pour commencer : Foutez donc la paix aux américains, qui se moquent bien de vous et savent à peine que vous existez. Ils n’ont guère besoin qu’on les défende, car ils savent très bien le faire tout seul, et n’est-ce pas ce qui vous chagrine, finalement ? En revanche, vos dégueulis incessants finissent par indisposer tout le monde autour de vous.

                                                                                        Mettez-vous donc ceci dans le crane : Les USA sont la première puissance dans le monde et leur modèle socio-économique a triomphé partout. Je dis bien PARTOUT. Tandis que celui que vous défendez a perdu. Un point c’est tout. Ce triomphe se manifeste par la prééminence du dollar, la domination de la langue anglaise, la puissance économique, la puissance militaire, le nombre de Prix Nobel, le leadership dans tous les secteurs de la Recherche et des technologies nouvelles. Et j’en passe.

                                                                                        On dirait que celà vous étonne. Redoutez-vous d’en tirer les conclusions qui s’imposent ? Alors tirons-les pour vous : les américains sont plus intelligents et mieux organisés que nous, voilà tout. Et la meilleure preuve de ce que j’avance est dans la réalité que l’on peut constater sur le terrain : n’ètes vous pas de misérables et méprisables vermisseaux ? 

                                                                                        A votre place je ne compterais pas trop sur un miracle, ou une "crise" quelconque, pour inverser le résultat de l’Histoire. Cessez donc de danser autour de votre totem en chantant : "les américains sont foutus", vous ètes ridicule.

                                                                                        Quant à la crise des prêts hypothécaires aux USA, elle n’est pas de nature à provoquer la "chute de l’Empire américain", je vous assure. Elle va mettre sur le carreau quelques banques qui se sont imprudemment exposées aux risques, ce qui permettra à leurs concurrents de les racheter pour pas cher.

                                                                                        Ce qui sera justice et assainira le marché. On appelle celà "la destruction créatrice", mais laissez tomber vous n’y comprendrez RIEN !

                                                                                        Un dernier détail : Contrairement à vos rèves, l’Europe ne se construira pas contre les Etats-Unis, car AUCUN de nos partenaires ne s’engagera dans cette voie. Ni les allemands, ni les anglais, ni les italiens, ni les espagnols, ni les irlandais, ni les polonais, ni les tchèques, ni les finlandais, ni les danois, ni les hollandais, ni les luxembourgeois, ni les belges, ni les croates, ni les hongrois......Comprenez-vous, bande d’ânes bâtés, ou faut-il que je poursuive la liste ? 


                                                                                        • Le péripate Le péripate 19 mars 2008 08:22

                                                                                          Comment espérer convaincre si vous insultez systématiquement  ?

                                                                                          Signé un vermisseau-âne bâté


                                                                                        • geko 19 mars 2008 09:10

                                                                                          Les laches ont toujours l’insulte facile planqués derrière leur écran !


                                                                                        • Dominique Larchey-Wendling 19 mars 2008 09:15

                                                                                          Ce qui sera justice et assainira le marché. On appelle celà "la destruction créatrice",

                                                                                          Mais quelle perspective formidable que la destruction créactrice monsieur Lyon : je crois que ça porte un nom plus courant : "la loi de la jungle". Je doute que les autorités américaines le laisse s’appliquer à elle-même. Bien-sûr, ça ne les dérange pas de l’appliquer aux autres genre Irak, Afghanistan etc ... mais les lois qui s’appliquent au maître ne sont pas celles des vassauts.

                                                                                          Comment se fait-il que ce principe ne soit pas appliqué au cas de la banque Bear Stearns et que la Fed ait prêté de l’argent du contribuable à la banque privée JP Morgan pour son sauvetage ?

                                                                                           


                                                                                        • ZEN ZEN 19 mars 2008 08:26

                                                                                          Vers une nationalisation à l’américaine , le temps d’éponger les dettes sur le dos des citoyens ?...

                                                                                           

                                                                                          http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1838

                                                                                           


                                                                                          • Hermes Hermes 19 mars 2008 09:08

                                                                                            Attention, rien n’est plus dangereux qu’un prédateur blessé. Le tigre a de belles griffes et de superbes canines... qui ne sont pas de papier !


                                                                                            • millesime 19 mars 2008 09:26

                                                                                              Les banques US n’ont plus d’argent, c’est aussi simple et dramatique que cela , de sorte que l’on peut s’attendre à d’autres faillites bancaires. Ainsi le système financier "mondial" risque d’être mis à mal. (car les Etats-Unis ont vendu au monde entier le "produit dette" ...mais il était pourri !

                                                                                              La FED d’Atlanta vient de mettre à dispostion un DVD intitulé "se préparer à la crise : reconnecter son flux financier vital" .... ! (ce qui permettrait aux financiers de tous horizons de mieux s’y préparer).

                                                                                              Dans la période actuelle, mis à part pour les spéculateurs, la "liquidité" me semble être la solution la mieux appropriée. (et pas dans n’importer quelle monnaie (n’en déplaise à frédéric Lyon)

                                                                                              le risque est grand de voir les retraites versées par les Fonds de pension amputées sensiblement dans les années à venir....à suivre


                                                                                              • saint_sebastien saint_sebastien 19 mars 2008 09:33

                                                                                                le libéralime n’est rien d’autre que la privatisation des profits et la mutualisation des pertes. ce sont les états donc les citoyens qui épongent les pertes des banques. certaines continuent à distribuer des dividendes alors qu’elle sonten faillite, puis l’état nationalise ces boites pourries...


                                                                                                • dup 19 mars 2008 09:47

                                                                                                  le bal va s’ouvrir bientot . attendez vous à de nombreuses ¨’attractrions’

                                                                                                  http://www.dailymotion.com/video/x4qukv_illuminati-session-huis-clos-du-14_politics

                                                                                                   

                                                                                                   

                                                                                                   


                                                                                                  • saint_sebastien saint_sebastien 19 mars 2008 10:06

                                                                                                    j’y crois moyen, car trop d’armes à feu disponibles aux usa,impossible d’établir une dictature du jour au lendemain labas.


                                                                                                  • Spookimouk 19 mars 2008 10:33

                                                                                                    Ce genre de video manque cruellement de documentation, d’arguments et de sources. Fiabilité de l’information : 2% grand max.


                                                                                                  • dup 19 mars 2008 12:08

                                                                                                    la documentation existe .Il faut la rassembler soi même et se poser des question sur le lien possible d’évenement apparament séparés. Comment se fait il que la civilisation de loisir pédite à juste titre par les ’experts’ d’il y a30 ans , se soit muée en faillite générale avec hausse de l’age de la retraire , démontage des servies publiques ,caisses vides ,et .. la grosse blague du terrorisme . Comment se fait il qu’on regresse vers Germinal avec toutes les prouesses technique dont a fait preuve l’humanité de ce 21e siècle

                                                                                                    http://www.dailymotion.com/jfkdjfkjdfjdkfj/video/x4o08t_illuminati-strategies-de-manipulati_politics

                                                                                                    http://www.alterinfo.net/Aaron-Russo-sur-le-911,-le-CFR-et-Rockefeller-video-_a14810.html?voir_commentaire=oui

                                                                                                    quand aux armes , elle sont entrain d’être retirées . des projets sont en cours dans ce sens , même si les effets vous echappent pour le moment

                                                                                                     


                                                                                                  • dup 19 mars 2008 09:47

                                                                                                    le bal va s’ouvrir bientot . attendez vous à de nombreuses ¨’attractions’

                                                                                                    http://www.dailymotion.com/video/x4qukv_illuminati-session-huis-clos-du-14_politics

                                                                                                     

                                                                                                     

                                                                                                     


                                                                                                    • leréveur 19 mars 2008 09:57

                                                                                                      @lyon

                                                                                                      c’est mauvais signe quand un amateur perd son calme pour éructer n’importe quelle sornette.
                                                                                                      Le grand mérite du papier de DEREEPER est de rassembler en une page des infos d’ordinaire dispersées. La responsabilité de Greenspan est accablante dans la faillite du système bancaire américain.
                                                                                                      On sait maintenant que crétin-lyon n’est pas économiste !! On sait aussi qu’il confond une réflexion avec des psalmodies du talmud.
                                                                                                      crétin-lyon ne réalise pas que l’économie mondiale bascule vers le travail de 1,6 milliard de chinois et de 1,1 milliard d’indiens.
                                                                                                      crétin-lyon ne lit pas les editos des grands journaux financiers internationaux ; il y verrait les chiffres rassemblés par DERREPER et que les vrais ennuis sont à venir, et que les investisseurs fuient le dollar, quand ils n’essaient pas de retirer leurs billes en vitesse.
                                                                                                       
                                                                                                      crétin-lyon est dans la position de la poule qui vient de se faire larguer par son mac ; chochote ne sait plus vers qui se tourner pour faire la pute.
                                                                                                      Je suis souvent assez réservé sur l’intérêt d’agoravox mais là je vois que ça sert au moins à montrer que ce genre de crétin (*) existe.
                                                                                                       
                                                                                                      (*) pathologie répertorié en psychiatrie

                                                                                                      • fantomas 19 mars 2008 10:48

                                                                                                        Ce n’est pas parce que M Lyon ne dis pas ce que vous voulez entendre qu’il a forcément tort.

                                                                                                        Les américains s’en sortiront, ils ont la culture du travail (regardez la production pendant la 2éme guerre mondiale), c’est beaucoup plus relatif chez nous.

                                                                                                         


                                                                                                        • armand armand 21 mars 2008 10:05

                                                                                                          On oublie parfois qu’il n’y a pas que le concret, le rationnel. L’économie financière, avec ses milliards décuplés par les effets de levier est nerveuse, réactive, moutonnière. Quand on commence à acheter, tout le monde achète, quand on commence à vendre, on se bouscule à la porte et les cours s’effondrent malgré de bons fondamentaux.

                                                                                                          Dans ce contexte on attend de Bernanke pas seulement des mesures concrètes, mais une réactivité immédiate - c’est ce qu’il a fait ces derniers temps.

                                                                                                          Reste à savoir combien de temps cela pourra durer. Mais je rappelle à toutes fins utiles que la politique monétaire américaine suit la même tendance depuis ses débuts.


                                                                                                          • veda veda 22 mars 2008 13:04

                                                                                                            Pour comprendre certains éléments sous-jacents à la crise mondiale qui se configure, il peut être utile de faire le parallèle avec la gestion de la FED avant 1929.

                                                                                                            Je vous recommande la partie III de Zeitgeist : 

                                                                                                            >>> http://www.dailymotion.com/CHOIX-REALITE/video/x4jhkg_zeitgeist-remasterise-complet_news

                                                                                                            C’est un premier point.


                                                                                                            • veda veda 22 mars 2008 13:05

                                                                                                              Vu comment je le comprends la crise financière repose au final sur une inertie du système, une desaffection ou distortion des acteurs ou consommateurs que nous sommes. Néammoins un certains nombres de personnes essayent de contenir et orienter ce phénomène pour le juguler et le faire tomber dans une finalité qui servira leur intêrets et pas le notre...

                                                                                                              Il est temps de se reveiller.


                                                                                                            • Pierre Boisjoli Pierre Boisjoli 23 mars 2008 00:38

                                                                                                              on n’a pas géré en bon père de famille. On a mis sur le marché des papiers commerciaux sans valeur et on s’est imaginé que le système les achèterait tout le temps. IL faut revenir à des valeurs morales plus grandes. Ce sera encore la manière de sortir de cette crise.


                                                                                                              • Gilles Gilles 23 mars 2008 08:55

                                                                                                                Que deux ou trois millions de foyers perdent leur logement et contribue à recréer des bidonvilles de tentes ....on n’en parle pas trop, on s’en fout. D’ailleurs Bush a jeté aussi la faute sur ces cons d’emprunteurs qui ont pris trop de risques qu’ils doivent payer maintenant ; normal me direz vous !

                                                                                                                Mais le big...danger est :

                                                                                                                Among the 100 top shareholders in investment bank Bear Stearns & Co. are Ohio’s two largest public pensions, the State Teachers Retirement System of Ohio fund and the Ohio Public Employees Retirement fund.

                                                                                                                Pension funds of Chicago-area government units are slipping into a deeper financial hole, with their collective unfunded liabilities now surpassing $16 billion, according to a report released Friday morning by the Civic Federation.

                                                                                                                ...etc etc faites pensions funds et bankrupt dasn Gogle, vous verrez

                                                                                                                Voilà, ce coup là ils n’ont pas tout perdu, mais si d ’autres institutions financières lâchent, je vous dis pas le bordel ! Les fonds de pensions ayant des milliers de milliards investit, se seront des dizaines de millions d’américians qui verront leur retraite péricliter, voir leur santé vu que cette argent investit à aussi un rapport avec les health care 

                                                                                                                Remarquez ce ne serait pas la première fois que des fonds de penson font faillite (chaque années plusieurs coulent) et entrainent dans ma misère leurs cotisants (sauf quand l’Etat prend en charge les perdants), mais là l’échelle risque d’être revue à la hausse si la crise s’intensifie.

                                                                                                                La confiance dans le système financier risque d’être anihilé (aux chiottes les fonds de pension) avec probablement un peuple votant vers le plus démagogique et extrémiste des candidats


                                                                                                                • Charles Dereeper Charles Dereeper 23 mars 2008 10:08

                                                                                                                  bonjour à tous, l’interface AGORAVOX me convient pas trop. je n’ai jamais pu apporter les modifs que je souhaitais après avoir écrit le papier qui a donc été publié dans sa version brute par erreur. celle ci ouvre la porte à une mauvaise compréhension au niveau des pertes bancaires US.

                                                                                                                  J’ai précisé cela sur Cotation-immobiliere.fr dans deux articles liés aux faillites. http://www.cotation-immobiliere.fr/AnalysEconomieDetail.aspx?sPageId=debut_faillites2_charles-dereeper

                                                                                                                  et celui qui calcule le taux de défaut de paiement http://www.cotation-immobiliere.fr/AnalysEconomieDetail.aspx?sPageId=faillites_bancairesUS_charles-dereeper

                                                                                                                  Tant que le marché immobilier reste autour de -10 / -15% de baisse, le système financier US n’a rien à craindre. Les problèmes viendront si il y a chute de -25 ou -30% de l’immobilier ancien. on ne connait pas le seuil exact, mais il est clair que le danger sera alors très grand.

                                                                                                                  charles Dereeper

                                                                                                                   


                                                                                                                  • leréveur 23 mars 2008 13:16

                                                                                                                     

                                                                                                                    je vous rassure C. Dereeper , cette interface ne peut pas convenir à des intervenants intellectuellement honnêtes , donc qui se limitent aux faits et aux chiffres

                                                                                                                    c’est un parfait forum pour la glose de la madone du Poitou ; ils s’y sentent dans leur élément ...

                                                                                                                    il n’y a aucun doute que l’administration du site est orientée et passablement "tordue"

                                                                                                                    demandez au magistrat Bilger comment il est traité !!!


                                                                                                                  • FYI FYI 23 mars 2008 15:03
                                                                                                                    Nous ne sommes qu’a l’aube de conflits majeurs, les lendemains qui s’annoncent sont plus que sombres, n’en doutez pas.
                                                                                                                    Les dés ont été jetés depuis le 11 Septembre 2001, prélude d’un jeu macabre et sournoi planifié de longue date.
                                                                                                                    Bércés de l’illusion que nos confortables modes de vies d’occidentaux modernes sont immuables et eternelles, nous avons tant accumulé, nous sommes si irrémediablement lié à un systeme, nous avons tant à perdre, que nous tremblons de peur à l’idée que les choses pourraient ne plus etres se qu’elles sont.
                                                                                                                    Nous tremblons à l’idée de devoir nous priver, nous tremblons à l’idée de devoir souffrir et endurer tant nous somme matérnés et surveillés, engourdis dans le luxe relatifs de nos sociétés sécurisés.
                                                                                                                    Peut d’entre nous ne supporte ne serait ce que l’idée qu’il puisse en être autrement, ainsi donc nous poursuivons nos existances d’autistes volontaires, tout en souhaitant chaques jours que ces menaces ne soient ni réelles ni possibles, mais juste le fruit de l’imagination de quelques joyeux théoriciens du complot, non pas par le fait que leurs arguments ne soient valables mais parce que nous ne voulons ni l’anticiper ni l’envisager, car nous sommes trop profondement atteints par le syndrome de l’auto-immunisation socio-psycholgique.
                                                                                                                    Privés de notre volonté et de notre courrage, par tant d’années d’endormissement mental et social, par le biais d’informations trés orientés, nous imploserions dans l’impuissance si d’aventure ne devions faire face à une crise majeure.
                                                                                                                    Dans cette "guerre" sociologique le parti de ceux qui veulent etablir "quelque chose" de nouveau ont largement remportés la 1ère manche, et sont en passe de rafler toutes les autres car les dés sont evidemment "pipés".
                                                                                                                    Mais qu’il subsiste une seule idée contradictoire, une seule voix discordante, une seul doute, un dernier bastion qui n’accepte pas la becqué d’information prédigérée, et la partie ne peut etre complètement remportée.

                                                                                                                    Discutez, doutez, ébranlez vos propres certitudes, réfléchissez, confrontez vos ideés, allez au delà de ce qui est officielement présenté, n’acceptez pas en masse la bouillis mediatico-politique, soyez seul maitre de la nature de vos désirs et de vos pensés, nous ne sommes ni des pions ni des chiffres mais bien des Hommes.

                                                                                                                    Ne laissons pas aux mains d’une minorité la destinée et les intérêts du plus grand nombre.

                                                                                                                    N’en déplaise à Darwin, La nature n’autorise pas que le plus fort qui gagne à tous les coups, car elle laisse une chance au plus détérminée.

                                                                                                                    Pour terminer :

                                                                                                                    Si vous mettez une grenouille dans de l’eau bouillante elle y sort aussitôt, par contre si la vous mettez dans de l’eau tiéde et que vous la faites chauffer tout doucement, elle y reste et fini par mourir.

                                                                                                                    C’est ce que nous subissons, nous tuer petit à petit ....


                                                                                                                    • Reflex Reflex 24 mars 2008 17:28

                                                                                                                      Bravo ! Obtenir plus de 100 réactions sur un sujet aussi aride devraient inciter Charles Dereeper à délaisser le trading au bénéfice d’une plume qu’il a enjouée et remarquablement vulgarisatrice. Face au déchaînement des lecteurs, on ne peut que s’incliner devant le talent de l’auteur.

                                                                                                                      Avec un bémol, inhérent à sa démarche. Vulgarisation rime avec simplification comme l’illustrent trop de réactions à chaud et manifestement réduites à un duel US-France chez les plus obtus, US-UE chez les plus délurés.

                                                                                                                      Les premiers découvrent la lune et le déficit commercial américain doublé d’un déficit budgétaire endémique. Car, dans un système bipolaire, on constate inévitablement que la gauche prend en charge les mesures impopulaires, arrivant à la suite d’une droite laissant exsangues les Etats qu’elle a gérés au bénéfice des nantis. Le dernier président socialiste français n’avait pas peu déchanté lorsqu’il lui avait fallu épouser "la rigueur". Qui succédera à un Sarkozy constatant que les caisses sont vides et s’empresse d’encore les épuiser davantage, se trouvera en butte à la même désillusion, ramenant encore la droite au pouvoir…

                                                                                                                      Ce cercle si peu vertueux n’est pas l’apanage de la France. Les Etats-Unis, hérauts du libéralisme, crient aujourd’hui de partout à la rescousse. En Afganistan d’abord, en Irak ensuite, ils tentent d’attirer l’OTAN dans leurs déboires militaires. La planète financière subit un sort comparable, Wall Street s’asphyxiant et appelant les marges des riches bailleurs que sont les fonds souverains.

                                                                                                                      Toutefois, en 2000 aux yeux de tous, la donne a changé avec la diffusion publique de l’euro et, surtout, l’émergence du conseil des finances. Si — il est vrai — ces politiques se heurtent aux prétendues indépendance et neutralité des banquiers centraux régentant la Banque Centrale Européenne corsetée dans sa mission anti-inflationniste, la monnaie européenne constitue aujourd’hui une alternative ô combien crédible au billet vert. Cabriolant en tête du système monétaire mondial, l’euro contraint à droite un dollar érodé sur sa gauche par le yen et le yuan. Cet étau, s’il daignait s’articuler, pourrait forcer la Federal Reserve à porter le fer dans un système bancaire américain obsolète, responsable des pires crises financières qui sporadiquement démontrent que le libéralisme ne survit que grâce à la nationalisation récurrente des pertes.

                                                                                                                      Cette nationalisation fait cependant l’impasse sur ses premières victimes, les "salariés pauvres" américains avec lesquels les banques ont cruellement joué. Aujourd’hui privés de logement, demain de moyen de locomotion, ils ne tarderont pas à perdre leur qualité de salarié pour rester simplement pauvres. On peut comprendre l’urticaire du patron de Fortis contraint d’acter plus de trois milliards d’euros de dépréciation de ses créances américaines quand il vient, avec deux compères, d’acquérir un fleuron historique de la banque hollandaise. On voudrait qu’au vecteur US du risque systémique mondial qui menace les moins malsaines des économies, celles-ci imposent une mise sous tutelle de longue durée. Ce pourrait être le rôle de la Banque mondiale si celle-ci n’avait montré si souvent le mauvais exemple.

                                                                                                                      Il faudra donc se résoudre à trouver de nouvelles ficelles pour rafistoler le système financier américain et rendre espoir à ses victimes. Aujourd’hui proie du dollar faible, la vieille Europe détient néanmoins un pouvoir dont elle n’a plus joui depuis l’orée du XXe siècle. Osera-t-elle en faire usage pour contraindre son partenaire américain à un véritable assainissement de sa situation de faillite virtuelle ? L’heure n’est-elle pas venue, une fois ratifié le traité de Lisbonne, d’imaginer une Banque européenne pour la reconstruction et de développement des USA ?


                                                                                                                      • leréveur 25 mars 2008 15:17
                                                                                                                         
                                                                                                                         
                                                                                                                         
                                                                                                                         
                                                                                                                         
                                                                                                                         
                                                                                                                         
                                                                                                                        Maurice De Boisséson : " Les États-Unis sont comme une grande banque en déficit "
                                                                                                                         
                                                                                                                         
                                                                                                                        La semaine dernière, Bear Stearns, la banque de marché américaine spécialiste de la titrisation, dont le bilan s’élève à 500 milliards de dollars, n’a été sauvée de la faillite que par un apport d’argent de 30 milliards de la Reserve fédérale (Fed). Elle sera probablement vendue pour une somme symbolique à JP Morgan Chase, un grand concurrent. Puis, devant l’ampleur de la crise financière, la Fed a continué à baisser ses taux d’intérêt, sacrifiant le dollar qui ne vaut plus que 100 yens, un franc suisse ou 64 centimes d’euro. Quelles sont les conséquences d’une baisse du dollar ? En regardant la balance des paiements américaine pour 2007, qui vient d’être publiée, on remarque que le déficit de la balance commerciale, c’est-à-dire les échanges de biens et services, est passé de 759 milliards de dollars à 709 milliards. Il y a donc une certaine amélioration, grâce à une forte baisse du dollar qui a favorisé les exportations. Mais le déficit est encore considérable. On remarque aussi que les revenus des investissements américains à l’étranger se sont élevés à 782 milliards, supérieurs aux 708 milliards qui ont été payés aux étrangers comme revenus de leurs placements aux États-Unis. Comme les avoirs américains à l’étranger s’élevaient à 13.800 milliards de dollars en début d’année, le rendement s’est élevé à 5, 5 %. À l’inverse, sur les 16.300 milliards détenus par les étrangers aux États-Unis, le coût n’est que de 4, 3 %. La marge est donc de 1, 2 %, à laquelle s’ajoutent des plus-values sur actifs (certaines Bourses ont beaucoup monté en 2007), et de confortables gains de change. Cette différence de 1, 2 % est la marge que font les États-Unis en tant que banquier du monde, recevant, d’une part, des dépôts des étrangers qui cherchent la sécurité et la liquidité et souscrivent des bons du Trésor malgré une faible rémunération, investissant, d’autre part, avec profit dans le reste du monde. Elle n’est possible que parce que le monde entier a confiance dans le système bancaire américain et dans la stabilité du dollar. C’est cette confiance que les Américains sont en train de perdre et ils risquent de voir s’enfuir les 16.300 milliards de dollars de " dépôts ", ou d’avoir à payer beaucoup plus cher pour les retenir. Les États-Unis ressemblent à une grande banque en déficit, au bord de la crise de liquidité.
                                                                                                                        _____________
                                                                                                                         
                                                                                                                        @Charles DEREEPER
                                                                                                                         
                                                                                                                        La Tribune d’aujourd’hui
                                                                                                                        vous avez raison agoravox est plus proche de l’AG soixante huitarde (sans la fumée de clopes) que d’un forum de discussions sérieuses ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès