• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le travail, baisser les bras ou se relever les manches ?

Le travail, baisser les bras ou se relever les manches ?

Le débat actuel sur les retraites fait plus penser à une débandade (après moi le déluge) qu'à la reconstruction sociale d'un système qui prend l'eau faute d'avoir su s'adapter dans le temps

Après la seconde guerre mondiale le travail ne faisait débat ni en Europe ni en France. Le pays était ruiné, ses infrastructures, nombre de ses habitations, ses institutions à terre. Il fallait tour reconstruire, travailler 48h (en moyenne) par semaine et ne pas compter sa peine afin de retrouver (grâce aussi au Plan Marshall) un niveau de vie se rapprochant de celui de l'avant-guerre.

Pendant une quarantaine d'années les Français n'ont pas compté leur temps, ni mesuré leur peine, ils ont reconstruit un pays exsangue et développé de nouveaux concepts comme le confort (moins de 10 %des habitations avaient une salle de bain après-guerre), le temps libre (inauguré en 1936 quand l'effort industriel et d'armement de l'Allemagne nazie était à son paroxysme). Enfin dans les années 80 (le programme commun) notre pays inventa le social comme une nouvelle industrie (4 semaines de CP, puis 5, puis la retraite à 60 ans, puis les 35 heures...).

Depuis les années 80 nous dépensons plus que nous produisons et ce mouvement nous conduit logiquement à la ruine

Le social ne produit pas de richesses, on ne peut distribuer que ce qu'on a gagné (de là le terme trompeur de "redistribution") mais notre pays n'en a cure. Les socialistes ne pouvant distribuer de pouvoir d'achat dans un monde globalisé ils inventèrent le temps libre sans fin, le traitement social du chômage (on garde les jeunes le plus longtemps possible à l'école et à la fac, on occupe les chômeurs dans des stages parking et enfin on évacue les seniors le plus tôt possible du travail (pré-retraite, départs naturels, mesures d'âge...) .

Dans 2, 5 ou 10 ans, à la prochaine crise financière (qui sera non pas une crise du capitalisme) mais une crise des Etats ruinés notre pays ne pourra plus emprunter dans une monnaie forte comme l'est l'euro (une monnaie pour les peuples courageux et entreprenants du Nord) et nous devrons (contraints et forcés) reprendre notre monnaie nationale

Le Franc deviendra une monnaie de singe qui perdra toute valeur au fil du temps

Avec l'Euro pour payer le social à tous, les retraites prématurées, les aides en tout genre il n'y a plus la solution des dévaluations (compétitives) et de la planche à billet. Nous allons donc un jour sans doute (malheureusement car ce sera la fin de l'Europe et sans doute le début de nouvelles tensions nationalistes) récupérer notre franc français

- les ménages et entreprises endettées seront ruinés s'ils remboursent la contrevaleur des Euros dans une monnaie nationale (le Franc) qui perdra chaque année (chaque mois) de sa valeur

- si le gouvernement décide de convertir toutes les dettes en Francs plus personne ne nous prêtera un centime ou à des taux d'intérêt prohibitifs (rétribuant le risque)

- les Français verront leur pouvoir d'achat diminuer drastiquement. Tous les produits et services venant de l'étranger (plus de 60 % de notre consommation nationale) deviendront hors de prix, s'acheter un kilo d'oranges coutera 2 jours de salaire, un téléphone portable six mois de travail et les voitures (et l'essence) seront réservés aux millionnaires.

Nous reviendrons peut-être à un mode de vie plus simple et authentique

Comme au XIXe siècle il faudra travailler (sans beaucoup d'outils) 12 ou 15h par jour pour avoir un minimum de confort (chauffage, nourriture et logement), les aides sociales auront disparu depuis belle lurette, la sécurité sociale ne pourra plus payer de médicaments (importés à 80%) ni même de soins à tous. Le salariat aura disparu depuis belle lurette (impossible d'assurer un salaire chargé et régulier à chaque travailleur) et nous pourrons redécouvrir le travail, ce que signifie gagner sa vie à la sueur de son front.


Moyenne des avis sur cet article :  1.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 2 janvier 12:15

    Ben oui quoi le but de la vie après conditionnement de masse c’est bien d’être esclave de personnes qui savent mieux que nous ce qui est bon pour nous, non ?


    • Yaurrick Yaurrick 2 janvier 12:40

      @samy Levrai
      Vous parlez sans doute de ceux qui nous disent « mangez cinq fruits et légumes par jour », ceux qui nous obligent à avoir une assurance chômage/santé monopolistique, ceux qui nous ponctionnent 50% de ce que paye l’employeur parce que « nous serions trop cons et irions tout dépenser dans les bistrots », ceux qui nous pondent ce bazar kafkaïen qui nous sert d’administration ?


    • samy Levrai samy Levrai 2 janvier 13:09

      @Yaurrick
      Non je parlais de ceux qui nous disent qu’il faut travailler 60 heures par semaines jusqu’à la mort dans des conditions de survie pour enrichir des gens qui n’en ont pas besoin...
      Je parle de pays qui chaque année deviennent plus riche alors que leurs populations deviennent plus pauvre, de riches qui accumulent et de pauvres qui pullulent.
      Je parlais de gilets jaunes et de grévistes, de manque de democratie, de liberté, d’égalité, de fraternité ...
      Je parlais de guerres neo coloniales de rapine, de surveillance de masse pauvre de conditionnements de masse
      Je parlais de répression contre les pauvres, de ruissellement à l’envers de la richesse, des riches qui volent les pauvres et leur demande de travailler plus pour eux...
      Je parlais des ouvriers qui seul travaillant faisaient vivre leur famille il n’y a pas si longtemps... je parlais de machines remplaçant l’homme, de chômage, de solidarité, je parlais de tout sauf ...  


    • samy Levrai samy Levrai 2 janvier 16:02

      @Yaurrick
      oui aussi


    • Raymond75 2 janvier 12:23

      « Nous reviendrons peut-être à un mode de vie plus simple et authentique », par exemple avoir une petite maison bien équipée (ou un appartement), du travail, une petite voiture, offrir des études à ses enfants, partir en vacances de temps en temps, être en bonne santé, profiter du dimanche  smiley


      • Le421 Le421 2 janvier 17:53

        @Raymond75
        Profiter du Dimanche ?
        Pour aller faire ses courses à l’hyper ??
        A moins de n’y travailler soi-même....  smiley
        Bizness is bizness, and bizness first !! As usual...


      • Sozenz 2 janvier 13:48

        ce qui je trouve désolant c est le principe .

         apres la guerre la question ne se posait pas .

         vous voudriez peut etre un bonne petite guerre comme je l entends souvents de la parts de la generation 45-50 . ils n ont pas connu la guerre mais on connu la reconstruction alors leur logique c est une bonne petite guerre .

         mais travailler pour travailler est ce intelligent ? casser pour travailler .. putain la logique de merde ..

        sauf que ça use les gens et les ressources .

        bon apres . votre logique c est qu’ il faudrait retourner tous au boulot et en donner un bon coup ; sauf que monsieur , avec la mécanisation , la robotisation ; forcement , y aura moins de boulot . c est qfd .

        pfff .en fait faudrait exclure toutes les personnes qui sont des ravagés du boulot car ils sont capable de faire n importe quoi et n importe comment pour bosser .

        pour ma part je trouve que les gens fous de boulot sont des malades .

        faites un beau travail dans l éthique et dans le véritablement utile, ou dans la beauté du geste et ce sera magnifique .


        • V_Parlier V_Parlier 3 janvier 10:03

          @Sozenz
          La seule chose pertinente que je vois dans l’article c’est que l’auteur reconnait implicitement que le social est incompatible avec la monaie commune et le libre-échange. Au moins quelque chose de factuel. Quant au reste c’est son choix personnel : Il préfère le libéralisme impitoyable, seule méthode pour garder l’Euro, l’UE et le libre échange. Au moins c’est cash et sans détours...


        • McGurk McGurk 2 janvier 15:03

          Le social ne produit pas de richesses, on ne peut distribuer que ce qu’on a gagné

          Pur point de vue capitaliste.

          Le social produit de base des « richesses » qui ne sont pas monétaires. D’autre part, certaines entreprises dans le domaine de l’ESS en produisent mais utilisent une partie plus ou moins importante de leur capital pour des projets de société bien plus utiles que d’engraisser l’actionnaire majoritaire riche à en crever/d’être plus productive.

          notre pays inventa le social comme une nouvelle industrie

          Un pays reconstruit n’a plus besoin d’avoir des travailleurs bossant jusqu’à en crever. Le travail s’adapte donc à la situation économique et également aux nouvelles technologies qui facilitent la chose.

          Le « retour sur investissement » était donc et devrait toujours l’être le social et l’épanouissement de l’individu. Le libéralisme est la cause essentielle de la régression de notre société. A qui profite le fait de travailler plus ? Certainement pas aux employés.

          et nous pourrons redécouvrir le travail, ce que signifie gagner sa vie à la sueur de son front.

          Une belle vision...macronesque de la vie (pour les « pauvres » bien entendu).

          Plus de protection sociale, bosser pour ne rien gagner ou presque de quoi payer ses factures , un travailleur corvéable à merci qu’on peut embaucher/licencier à volonté selon l’humeur du jour.

          Ce qui signifie une société très pauvre, une élite affreusement riche et puissante, un taux de mortalité très élevé, une situation sanitaire épouvantable. En bref, un pays du tiers-monde comme nous le prépare notre cher Zéro national et ses fidèles toutous. Aucune vision de l’avenir ou d’espoir d’ascension sociale, c’est « tu bosses et tu fermes ta gueule sale esclave ».

          Le salariat disparaître ? C’est une idée totalement stupide. A moins de revenir au Moyen-Age avec des échoppes...

          L’avenir n’est pas du tout de revenir au 19ème siècle. C’est de repenser totalement le travail et le capitalisme afin d’équilibrer les rapports travail/vie personnelle, travail/gain/évolution professionnelle. Sinon, il n’y aura pas d’avenir du tout...


          • Sozenz 2 janvier 17:23

            @McGurk
            je mettrais bien l auteur a casser du cailloux à la masse .. ; payé au rendement ...
            il sentirait bien l effort du travail . etre payé à la sueur de son front .


          • Sozenz 2 janvier 17:29

            @McGurk

            Aucune vision de l’avenir ou d’espoir d’ascension sociale,

            c est quoi l ascension sociale ? gagner plus ? avoir plus de reconnaissance ? pour faire quoi ?
            sachez que l ambition pour l argent ou pour la gloire et le pire des poisons .
            On serine les gens avec cette ascension sociale ; l ambition . et ce que je vois c est que les gens se bouffent entre eux et on des visions absurde de ce qu’ est la vie . même les animaux sont moins cons ......


          • foufouille foufouille 2 janvier 17:49

            @Sozenz

            c’est le deuxième pseudo de spartacus qui a hérité de ses « cinq entreprises » imaginaires.


          • McGurk McGurk 2 janvier 19:25

            @Sozenz

            L’ascension sociale n’est pas forcément nécessaire pour tout le monde. Par exemple, lorsqu’on est le fils d’un « bourgeois » bien introduit, cela se fait probablement via des contacts ou des réseaux de grandes écoles.

            Cela peut être les jeunes qui rêvent de s’insérer dans la société et d’y trouver leur place/rôle/une reconnaissance via le travail, une promotion bien méritée, une évolution économique (statut de « pauvre » à un autre plus « aisé »), etc. Il ne faut pas forcément voire un modèle jusqu’au-boutiste et infini comme la doctrine libérale.

            Les animaux n’ont pas les mêmes besoins car ces derniers sont avant tout primaires (boire, se nourrir/se reproduire). Tout comme leur intelligence/évolution est conditionnée à leurs besoins et survie.


          • McGurk McGurk 2 janvier 19:26

            @Sozenz

            Chacun à le droit d’imaginer l’avenir comme il le souhaite.

            Cependant, étant donné l’évolution naturelle des sociétés, la vision régressiste de l’auteur risque de ne pas tenir longtemps avant de laisser place à un modèle plus équitable...du moins je l’espère.


          • McGurk McGurk 2 janvier 19:35

            @McGurk

            *voir


          • Aimable 2 janvier 19:54

            @Sozenz
            Et pour lui , 10ans a ce régime , pas question de retraite parce qu’il ne l’atteindra pas .


          • Sozenz 2 janvier 23:56

            @McGurk

            Chacun à le droit d’imaginer l’avenir comme il le souhaite.

            oui oui , chacun à le droit de fantasmer pendant qu’ il se fait .... tout en priant que ça ne durera pas trop longtemps ...et en se disant qu’ il commence à avoir mal aux genoux ..
            ou sinon il a le droit de se rever à penser qu’ il est un saint tout en braquant les gens .. ;
            l ascension sociale ! ah ; ça fait rêver ...

            je vais vous dire une chose . c est le p^roncipe de l auteur qui risque de se mettre en place car il y en a trop qui pensent encore comme lui et trop de gros entrepreneurs qui veulent un bon retour au 19 eme siecle pour ce qui est du social.
             ils revent de capitalisme à la dure .
            les mecs en ont rien a battre des humains et de la terre . c est pognon et petits culs frais 
            ils se trouvent dans les sphères les plus basses en énergie . enfer , avidité , animalité .
            ça fait presque trois millenaires qu’ on connait ce principe , mais non , ça n est toujours pas monté au cerveau de l humain ... pauvres bêtes .
            comme un ami disait , pardonnez leur . ils ne savent pas ce qu’ ils font .

            pour que vous voyez les fantasmes de nos hommes a pognon ; jetez un coup d oeil à l aéroport de Denver ...

            ah , pour ceux qui revent d ascension sociale demandez leur ce qu’ ils veulent en faire de cette ascension ..
            une grosse voiture , un grosse maison . une femme un chien une piscine .. ah oui la piscine ;..j allais l oublier
            pouvoir se faire la fete et se beurrer la gueule tous les week end en boite de nuit .IBIZA , montrer son beau cul ( ou laid , tant qu’ il y a des tues on peut etre n importe quel sac ) ..
            c est caricaturale ; mais pas tant que cela ... je ne suis pas si loin de la triste réalité .


          • foufouille foufouille 2 janvier 17:47

            article hyper nul ou délirant.

            une monnaie faible permet aussi de relocaliser, etc.


            • Le421 Le421 2 janvier 17:55

              Le seul souci du rétablissement de l’esclavage, c’est le problème du gîte et du couvert normalement du au personnel.

              Va falloir « discuter » avec la CFDT pour savoir comment contourner cette règle ancestrale...


              • Cadoudal Cadoudal 2 janvier 17:58

                @Le421
                Y a aussi le problème du transport...

                mais j’ai cru comprendre que Mélenchon avait beaucoup d’amis négriers...

                ça devrait se régler rapidement...


              • Buzzcocks 2 janvier 21:54

                Je connais un labo pharma hollando-Belge avec un centre en France.... et strictement aucun flamand n’échangerait ses horaires avec un chercheur français.

                Vous êtes sur de vraiment connaitre le monde de l’entreprise ? J’ai l’impression que comme spartacus, vous êtes juste un benêt.

                En France, les cadres bossent le soir, la nuit et le week end. En Flandre, personne ne répondra à un mail envoyé à un horaire folklorique (après 17h30 ou le week end). 


                • Pierrot 3 janvier 07:57

                  @The Pilgrim

                  1) On parle ici de tous les cadres. Les cadres sup ne sont donc pas les seuls concernés, loin de là.

                  2) La plupart des cadres ont un salaire forfaitaire indépendant du nombre d’heures travaillées. Ils ne sont donc pas soumis à la doctrine du « travailler plus pour gagner plus », mais plutôt du « travailler plus pour le même prix ». Il est même assez courant que le rapport entre leur salaire et le nombre d’heures que leur tâche leur impose tourne autour du SMIC horaire.

                  3) Les métiers « de tâcheron » (dans lesquels le salaire n’augmente pas avec le temps passé au travail) sont nombreux et pas toujours bien rémunérés. Ceux qui les pratiquent ne les ont généralement pas choisis pour s’enrichir rapidement, mais plutôt par conviction et conscience professionnelle, ou par la simple nécessité d’avoir un emploi. Les conditions de travail sont quant à elles le plus souvent subies et imposées par le patronat.


                • Buzzcocks 3 janvier 08:36

                  Voici le monde réel de Perceval qui a quitté l’enseignement pour se confronter à la vraie vie :

                  Comme le rappelle le directeur de l’institut DIW Marcel Fratzscher dans une tribune publiée par Die Zeit, « il y a peu de pays du monde occidental où le temps de travail moyen a autant baissé qu’en Allemagne ».

                  Et oui Perceval, on bosse comme des forçats dans l’Europe du Nord.... sauf que c’est faux :) Faut juste se renseigner avant de publier un tissu de conneries.


                  • Buzzcocks 3 janvier 09:58

                    @exol
                    C’est vrai que vous avez l’air de vous foulez beaucoup vous.... des messages minables sans contenu intellectuel, une pensée digne d’un enfant de 3 ans.
                    Lisez, instruisez vous, vous n’allez pas rester ignorant toute votre vie ? La retraite, c’est fait pour ça, comblez vos immenses lacunes.
                    Sinon, oui, je ne me fatigue pas trop au turbin, je devrais ? Mais étant travailleur indépendant, ça ne regarde que moi, je gère mon temps comme je veux, et je trouve visiblement des clients pour payer mon « expertise ». 
                    En gros, je suis maitre de ma vie, pas salarié, je gère comme je veux mon temps, mes salaires, et ça roule pour moi. Je ne sui spas un gros aigri comme vous.
                     


                  • Buzzcocks 3 janvier 12:00

                    @exol

                    En gros dans un premier message vous me reprochez de ne rien branler, pour m’avouer ensuite que vous même vous ne branlez rien.
                    On n’y comprend rien à votre philosophie. Enfin, le mot un peu fort, vous ne savez pas ce que recouvre ce terme. Remplacez philosophie par pensée crasseuse.


                  • Samson Samson 3 janvier 18:22

                    En Marche vers nulle part - Consigne aux adeptes

                    A pieusement réciter durant chaque repas ( !!!sans allonger le temps de pause !!!) :

                    « Notre giton de Rothschild qui êtes à l’Élysée
                    Que votre nom nous terrorise
                    Que votre régime pille et mutile
                    Que la volonté des actionnaires s’impose dans la start-up »France« comme en €urocratie et à Wall Street
                    Facturez-nous aujourd’hui notre LBD quotidien
                    Crachez sur notre dignité
                    Comme nous méprisons aussi les gens qui ne sont rien
                    Et asservissez-nous à la finance
                    En nous délivrant de toute humanité.

                    Penser Printemps ! »

                    Puis retournez produire, après vous être signé en prononçant la formule rituelle :

                    « Au nom de Mutilator 1er, de la start-up « France » et de la Sainte Croissance,
                    Penser Printemps ! »

                    Checked & certified « dogma fully conform » & « fake-news free » by Decodex

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès