• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le travail nuit gravement à la santé

Le travail nuit gravement à la santé

« Rien faire, c’est la conserver » chantait Henri Salvador en évoquant la santé... et en ces temps où le travail se raréfie, boostant le chômage, malgré les annonces lénifiantes d’un gouvernement dans le déni, des scientifiques inspirés font l’apologie de la paresse.

Les machines, on le sait, ont vocation à remplacer l’humain de plus en plus, s’invitant même aux caisses de supermarchés, mettant à la porte des centaines de caissières... et ce n’est qu'une partie visible de l’iceberg.

L’entreprise Amazon est à la pointe de l’innovation, et a remplacé tous les manutentionnaires par des robots... pour l’instant ce n’est probablement qu’en Californie, mais il serait surprenant que la tendance ne se développe pas dans le monde entier. lien

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles si les fruits du travail étaient enfin partagés équitablement, mais au vu de la progression salariale des grands patrons, des grands politiques, et de la haute administration, entraînant une baisse draconienne du pouvoir d’achat pour la plus grande partie de la population, il est clair que nous ne sommes pas sortis de l’auberge, loin s’en faut.

Bien sûr, il y a eu la tentative timide des 35 heures qui a provoqué une levée de bouclier dans le camp des conservateurs... mais la notion même du partage du travail n’a pas fait l’unanimité dans un pays qui se targue pourtant d’égalité et de solidarité, surtout quand 1% des plus riches ont plus que le reste du monde. lien

Mais quid de la paresse ?

Elle est le péché capital le mieux toléré, peut-être parce qu’elle est à la fois un vice et une vertu

Des chercheurs de l’Université de Keio, au Japon, en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Melbourne, en Australie, ont réalisé une étude dont le résultat pourrait en surprendre plus d’un : « le temps optimal de travail par semaine serait de 25 heures », ajoutant que si les travailleurs ne sont pas assez performants, c’est parce qu’ils travaillent trop.

Loin du concept sarkozyste, voici donc venu le temps du « travailler moins pour produire plus ».

D’après ces chercheurs, les résultats sont là, tangibles et incontournables : ce concept, consistant à travailler moins permettrait de « réaliser un chiffre d’affaire décuplé, une croissance boostée, un investissement du personnel dans l’entreprise renforcé ».

Ajoutons quand même que les résultats de cette étude ne sont valables qu’à partir d’un certain âge, ainsi, selon ces chercheurs, ce n’est qu’une fois passé le cap de 40 ans, qu’une réduction du temps de travail, passant de 5 à 3 jours par semaine, permet d’atteindre les résultats annoncés.

L’enquête a porté sur 6500 individus de plus de 40 ans en utilisant des tests de logique, de raisonnement, de mémoire et de perception. lien

Un documentaire en deux partie, de Delphine Chaume, réalisé par Thomas Beau, intitulé « la paresse est l’avenir de l’homme », et diffusé par France Culture ne dit pas autre chose. lien

« Faire moins est une stratégie gagnante »...c’est en résumé le fil conducteur de ce documentaire.

La paresse, c’est aussi le thème que développe la psychologue du travail Gwenaëlle Hamelin, spécialiste du burn-out et du stress au travail, qui décrypte les stratégies gagnantes des paresseux en s’appuyant sur les récentes publications neuroscientifiques. lien

Le Burn-out, s’il faut en croire Philippe Zawieja, chercheur à l’Université de Sherbrook, au Québec, est le nouveau mal du siècle, frappant de plus en plus souvent les travailleurs, entraînant des périodes de longue dépression, même si aujourd’hui encore il n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle.

Plusieurs phases préviennent ce grave état...

Il commence par le sentiment d’être indispensable, invulnérable, et ce sentiment est accompagné d’une forme de frénésie...

Puis suit un désinvestissement des relations et activités humaines : prise de distance, froideur, perte d’empathie, cynisme, difficultés d’écouter, de donner, sentiment de ras-le-bol...

La 3ème étape c’est la détresse psychologique, l’autodépréciation, la jalousie, l’irritabilité, mais aussi la tendance à déclencher des conflits.

S’enchaînent ensuite des troubles de la concentration, de la mémoire, la perte du sens de l’humour, et finalement, le burn-out est là, avec son ballet de dérapages psychosomatiques, troubles du sommeil, troubles sexuels, mal de dos, ulcères, prise (ou perte) de poids, consommation d’alcool, de café, et autres psychostimulants...lien

Pour éviter le burn out, plusieurs solutions existent, et une étude, réalisée aux USA, propose des solutions logiques...que le bon La Palisse n’aurait pas contesté.

Au moment où les dirigeants du monde entier prônent l’ascension sociale, basée sur un investissement forcené dans le travail, d’autres ont décidé de s’extraire de la course sociale, refusant le scénario d’une vie déjà toute tracée.

La paresse serait-elle donc l’avenir, se demandent maintenant certains chefs d’entreprise, en s’appuyant sur ces recherches scientifiques récentes ?

Le célèbre Bill Gates ne disait-il pas : « je choisis une personne paresseuse pour un travail difficile, car une personne paresseuse va trouver un moyen facile de le faire  ».

Encore mieux, une étude émanant de la « Florida Gulf Coast University » est arrivée à la conclusion que les personnes ayant un QI élevé sont plus paresseuses que les autres, et le Professeur Eisuke Hasegawa a démontré dans une autre étude que les individus considérés comme paresseux sont les seuls à être réactifs aux situations d’urgence. lien

D’autres vont encore plus loin.

Il existerait un « gène de la paresse », car selon une autre étude, américaine celle-là, nous n’avons pas tous la même motivation face à l’exercice physique.

L’expérience a été réalisée sur des rats, amenant une conclusion surprenante : la progéniture des rats s’étant montrée paresseuse tout autant que ces ancêtres.

Michael Roberts, l’auteur de cette étude, est professeur à l’Université « Missouri’s College of Veterinary Medecine », et pour démontrer sa découverte, il a comparé l’ADN et les cellules musculaires des deux groupes de rats, les « travailleurs » et les autres. lien

Voilà qui aurait pu réjouir le regretté Georges Moustaki, lequel dans sa chanson, faisait l’éloge de Paul Lafargue, l’auteur du droit à la paresse.

Au niveau mondial, on ne peut que constater une baisse régulière du temps de travail, et l’Allemagne est à l’avant-garde de sa réduction, avec en moyenne 19 heures par semaine, précédant la Suède avec 24 h, et selon une étude, la France, en ce qui concerne les travailleurs indépendants, est un des pays qui conduit à travailler le plus durement. lien

Finalement, toutes ces études convergent.

D’une part, montrant que les paresseux détiennent une solution positive, d’autre part que le travail forcené provoque des dégâts humains considérables, elles nous incitent à considérer l’organisation actuelle du monde du travail en général nuisible au travailleur, mais aussi à l’entreprise.

Comme dit mon vieil ami africain : « il ne faut pas perdre sa vie à la gagner ».

L’image illustrant l’article vient de www.topsante.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Bonjour les robots, adieu les humains

Le travail est mort, vive la paresse

L’argent ne fait peut-être pas le malheur, mais il y contribue

Travailler ? Moi jamais !

Mon village en utopie

L’homme jetable

Salauds de pauvres

Des métiers à la con

Le travail est mort, vive la paresse

L’homme est-il une espèce domestique

Ces tout petits humains

Utopie quand tu nous tiens !

T’as pas mille balles ?

1000 € pour tous…utopie ou nécessité ?

Le salaire du bonheur

Nos rêves seront vos cauchemars

Le triomphe de l’utopie

Au doux pays de l’autarcie

Par quatre chemins

L’odeur nauséabonde de l’argent


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • Ben Schott 22 février 10:15

     

    « Comme dit mon vieil ami africain : « il ne faut pas perdre sa vie à la gagner ». »
     
    Il a bien raison, il vaut mieux débarquer en France et toucher le chômage !
     


    • Albert123 22 février 11:51

      @Ben Schott

      allocation chômage qui sont le fruit du labeur de ceux qui bossent pour rappel.

      l’argent ne tombant pas du ciel comme la pluie et la magie gauchiste si généreuse avec l’argent des autres à ses limites.

    • ZenZoe ZenZoe 22 février 14:47

      @Ben Schott
      Dans le même genre, il y a les créoles avec ce proverbe
       :
      Toujou couri pour gagner vie
      Quand bien couru vie l’est foutue



    • gogoRat gogoRat 22 février 15:01

       Et le bon sens logique le plus limpide, clairement exprimé par un logicien renommé et reconnu comme philosophe reste scandaleusement snobé par notre prétendue ’intelligentsia’ en France :

      encore une fois, (tous les grands mots essayez les, réessayez-les) ,
      relire
        ’In praise of idleness’  !!!

       (là ce n’est pas un éloge de la paresse : ne pas s’y tromper, ne pas tromper)


    • Le421 Le421 22 février 19:35

      @Ben Schott
      Effectivement, suivant certains sites d’extrême droite spécialistes en intox et fake news, les immigrés ont droit à tout, chômage, retraite pour les plus vieux, aide médicale gratuite, tickets restaurants et heureusement qu’il n’y a plus de bordels, sinon, ils auraient des entrées à demi tarif.
      Y’a pas si longtemps, y’en a un sur Agoravox qui dénonçait une « conseillère municipale algérienne ».

      Avant de se prétendre plus français que les autres, il serait utile de connaître un minimum les lois.

      Mais bon. Dites du mal, il en restera toujours quelque chose.
      Dites du bien, il n’en restera rien...


    • julius 1ER 23 février 07:49

      @Le421

      ce qui est drôle ....encore que ??? 
      finalement ce n’est pas si drôle que çà c’est que les salariés payent une assurance chômage et dans assurance chômage il y a le terme « assurance » ... 

      on paye des assurances pour beaucoup de choses ( et souvent en fait on est rarement couvert ou plutôt mal couvert) mais bon c’est une parenthèse ....

      et l’assurance chômage n’échappe pas à la règle, on est plutôt mal couvert lorsque l’on est au chômage que ce soit dans la durée ou que ce soit en termes financiers aussi c’est quand même incroyable que la pensée d’extrème- droite soit parvenue à en faire une sorte de tare alors que bien souvent le bénéficiaire paye ses cotisations chômage (va t’on reprocher, à celui qui paye sa cotisation retraite, ou maladie d’en bénéficier lorsque le besoin s’en fait sentir ?????

      encore un paradoxe mais bon, beaucoup s’attellent à tout dévoyer même les choses les mieux organisées  !!!!

    • Alibaba007 Alibaba007 26 février 17:56

      @julius 1ER « et dans assurance chômage il y a le terme « assurance » ...  »



      Et oui, tu viens de confirmer que les assureurs sont bien des escrocs... qui gouvernent le monde avec les banques... 

      Les esclavagistes de toujours ont peur de tout ce qui pourrait les prendre à leur propre piège, calculant les risques de perdre les profits réalisés sur le dos de leurs clients... des règles qui changent avec le temps, selon leur propre convoitise et avidité, ils les font adapter par les politiques, valider et appliquer via la loi qu’ils font modifier par leurs « influences lobbyistes » auprès de leurs « obligés corrompus ».

      Le simple péquin ne se pose pas trop de questions ...tant qu’il a de quoi manger et s’abrutir, mais l’avidité sans limites des 1% est devenue tellement haute quelle a dépassé le niveau maximal de rentabilité de notre système de consommation ( grosse pyramide de Ponzi englobant tous les consommateurs des pays développés et industrialisés).

      Ceux qui perdent leur travail voient ce qui en coûte de passer par la case Chômage, le choc pour certains est tel qu’ils revoient leur copie, apprennent à acquérir de l’indépendance, sortent du système de consommation et s’autonomisent en apprenant à ne plus gaspiller,à réparer, recycler, échanger ou même à donner.

      Demain c’est ...Aujourd’hui déjà...

      Des systèmes se mettent en place pour palier à ce système qui broie les individus, qui dans leur malheur, se regroupent, renouant des liens avec ses proches et voisins de communauté qu’ils redécouvrent...

      Se mettent en place des monnaies qui ne sont plus contrôlées par les états ou les banques, des associations se mettent en place pour informer les citoyens pour qu’ils redeviennent les acteurs majeurs politique d’une vraie et réelle démocratie (sans novlangue), et qu’ils se préparent à changer ce système inique ...car il est utopique de parier sur une consommation infinie sur une planète avec des ressources somme toutes importantes, mais limitées.


       

      Et pour reprendre un slogan imbécile lancé par un abruti (ou l’inverse aussi) smiley

         « Le changement c’est MAINTENANT - En Marche ! » 


        Allez les politiciens corrompus et inutiles !!! smiley la « Democratic Piñata Party » c’est pour bientôt ! smiley



       

    • joletaxi 22 février 10:52

      Bonjour oh Mage,défenseur intransigeant et obstiné du travailleur esclave du système turbocapitaliste mangeur d’enfants.
      Il faut dire que c’est une constante, ce sont ceux qui n’ont pratiquement jamais été « au charbon » qui en parlent le plus,du travail,notre grand Cabanou ne faillit pas à la règle.

      On se demandait comment notre VRP en shampoings avait conservé son poste( paraît que c’est un travail, du moins c’est ce que ne cessait de répéter la folle du Poitou)
      Ben on a la réponse
      500 nervis du « système » ont usé de la force la plus brutale pour expulser de gentils citoyens responsables,qui n’avaient d’autre intention que de nous sauver
      Et notre sinistre vert s’occupe des voies sur berges

      Pas à dire, il est très très « malin » le président, bien joué


      • olivier cabanel olivier cabanel 24 février 08:28

        @joletaxi
        la surveillance n’est plus ce qu’elle était !

        on vous laissé vous échapper de l’asile ?
         smiley

      • nono le simplet nono le simplet 22 février 11:43

        ayant quelques amis extraterrestres, j’ai reçu récemment copie ( par télépathie ) du rapport du vénérable Xultian célèbre ethnologue de la planète Xotholi du système de Durdane 

        je vous lis quelques extraits traduits avec difficulté, ne maîtrisant pas bien leur langue

        "  lors de mon dernier passage, au début de leur XIXème siècle j’avais remarqué une amélioration très nette de leurs conditions de vie [ ,,,] ma surprise fût grande de voir, malgré une grande mécanisation des travaux les plus durs une régression sociale importante dans les 30 dernières années[ ,,], l’immense majorité de la population de leur planète vit très mal, seuls quelques[ ,,,](intraduisible) ,,, vivent dans un confort et une oisiveté acceptables ,,, [...](intraduisible mais correspondant à un rire) [...] quand on pense que les sous développés sont cent fois plus nombreux que les [ ,,,](intraduisible), on se demande s’ils n’ont pas ce qu’ils méritent  ... [...] ... (suivent quelques formules de politesse et de remerciements et une pensée amicale pour moi ) . signé Xultian "

        je n’ai pas pu traduire les solutions qu’il préconisait pour arranger les choses mais cela semblait assez simple !



        • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 13:06

          @nono le simplet
          vous avez de belles lectures.

          ne répondez pas aux trolls habituels, qui ne sont là que pour nous faire perdre du temps, et égarer le lecteur...
          à+

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 février 12:01

          Ma réponse est sans ambiguïté : quand il est contraint,...


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 février 10:48

            @kelenborn
            Je ne vous dirai pas quel était mon pseudo sur Atlantico,... Rayski m’a certainement oubliée, mais il faut dire que j’ai réussi à le mettre hors de lui,...et c’est peu dire. pPourtant, personne ne pourra jamais m’accuser d’anti-sémitisme,...


          • oncle archibald 22 février 12:36

            Votre vieil ami africain il était sur le boul’ Mich’ en 1968 et il n’a pas lu correctement ce qui était écrit sur les murs : « il ne faut pas perdre sa vie à essayer de la gagner ».

            Ceci dit il est tout à fait faux de prétendre que « si les travailleurs ne sont pas assez performants, c’est parce qu’ils travaillent trop ». Les travailleurs deviennent très performants dès qu’on met une carotte au bout du bâton. Quand un chantier est très en retard et que l’enjeu d’une livraison au délai convenu est important l’encadrement en accord avec la direction y affecte les meilleurs ouvriers et on leur précise à l’avance le montant de la prime substantielle qu’ils obtiendront s’il est livré au D Day .... et ça marche très bien !

            Pour éviter le burn-out c’est aussi simple : après le chantier sur lequel ils ont fait beaucoup d’heures sup (bien payées et sans charges) on leur donne une semaine de repos compensateur et avec le pognon « en plus » du règlementaire que représente leur prime ils peuvent partir se reposer au ski avec leur famille. Que du bonheur !

            La paresse ne mène à rien. Tous les instits « ancien modèle » vous diront qu’à 7/8 ans on voit très bien si un enfant sera un bosseur ou un cossard, et que c’est pour la vie, quelle que soit la voie suivie ! manuel ou intellectuel même combat : il faut avoir envie d’apprendre et donc envie de bosser. Mon père disait aussi que gagner du pognon est à la portée du premier con venu qui veut s’en donner la peine. Vérifiable mille fois en regardant autour de soi.


            • gaijin gaijin 22 février 13:02

              @oncle archibald
              " Mon père disait aussi que gagner du pognon est à la portée du premier con venu qui veut s’en donner la peine. Vérifiable mille fois en regardant autour de soi."

              et donc vous avez gagné combien ?

              feignant..............


            • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 13:09

              @oncle archibald
              laissez les carottes où elles sont le mieux...

              se dédier à une activité, ce n’est pas faire l’âne en regardant une carotte...
               smiley

            • oncle archibald 22 février 13:57

              @gaijin : vous vous méprenez, je ne suis pas le premier con venu !


            • oncle archibald 22 février 14:04

              @olivier cabanel : pour le boulot c’est un peu comme en F1, les meilleurs pilotes sont sur les meilleures voitures, ça n’est pas par hasard, et dans les entreprises les plus bosseurs sont aux postes les plus intéressants et les mieux payés, ca n’est pas par hasard non plus. La prime au fainéant ça n’existe que dans votre esprit déformé par une idéologie malsaine.


            • joletaxi 22 février 14:22

              @oncle archibald

              non le premier ici c’est moi, mais rien ne vous empêche de tenter votre chance

              et oui, le « travailleur » voit d’abord son avantage, et quand cela l’arrange, se regroupe avec d’autres ayant le même intérêt, l’argent l’ étant sous quelque forme que ce soit, avec d’ailleurs la création de syndicats.

              Me souviens, dans un atelier,de mécanique une commande cruciale, et urgente.
              En accord avec les outilleurs, et après essais, on avait convenu(j’étais jeune et novice.. quelle époque)d’un temps d’usinage ? Sur cette base, une prime avait été promise, et une surprime substantielle pour les équipes de nuit.
              A la faveur d’un début d’incendie, on a constaté que l’équipe de nuit dormait, les machines tournaient à vide, car ,le temps d’usinage était largement surévalué,et en fait le travail s’effectuait sur 12 heures au lieu de 24.Un ancien outilleur avait mis au point un petit « truc » , qu’il a d’ailleurs soigneusement gardé pour lui, malgré notre curiosité.
              Pas con hein, le prolétaire


            • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 16:13

              @oncle archibald
              il n’a jamais été question de « prime au fainéants » si vous avez bien lu les analyses des scientifiques que j’évoque dans l’article...

              et j’imagine que ces scientifiques n’ont pas « une idéologie malsaine »... ce sont juste des chercheurs.
              ensuite rien ne vous empêche de leur écrire en leur démontrant qu’ils se sont trompés.
              tenez nous au courant.
               smiley

            • Xenozoid Xenozoid 22 février 16:18

              @olivier cabanel

              tu aurais du dire :
              travaillez bien.
              tenez nous au courant.....
              arbeit macht frei


            • pipiou2 22 février 16:26

              @olivier cabanel
              C’est sûr que scientifiquement les paresseux sont l’avenir de l’agriculture biologique : pourquoi se casser le dos à désherber quand on fait le même boulot avec une bonne dose de round-up, hein.

              Voltaire a dit « il faut cultiver notre jardin » mais n’a pas précisé si on devait se casser le cul à faire le boulot des robots.


            • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 18:21

              @pipiou2
              votre problème, c’est que vous ne vous informez pas... sinon vous auriez entendu parler du BRF...

              et comme vous n’êtes pas apparemment du clan des paresseux, faites donc des recherches, ça vous évitera d’écrire des âneries (le round up)
               smiley

            • gaijin gaijin 22 février 19:12

              @oncle archibald
              donc un feignant c’est bien ce que je pensais ......


            • julius 1ER 23 février 08:11

              @gaijin


              en fait ce n’est pas l’éloge de la paresse qu’il faut faire .... mais l’éloge de la « répartition »  !!!!

              le contrat social sous lequel on vit encore était qu’à la suite des différentes révoltes ouvrières provoquées par la mécanisation du travail au 19ie siècle il était convenu que la mécanisation du travail n’était un progrès que si ses fruits profitaient à tous ... mais le Capitalisme privé et l’appropriation privée sont venus parasiter la chose, on le voit très bien avec la Taylorisation du travail chez Ford au début du 20ie siècle où un ouvrier pouvait s’acheter la Ford T après 3 mois de travail maintenant un smicard ne peut certainement pas s’acheter une « Twingo » après 3 mois de turf !!!

              c’est bien la preuve que le Capital s’est taillé la part du lion, encore une fois avec cette « croissance » dont on fait l’Alpha et l’Oméga de l’économie, croissance à deux chiffres mais uniquement pour les salaires des dirigeants et des actionnaires ....
              il ne faut pas se leurrer le Capitalisme est immuable que ce soit au 19ie, 20ie, ou 21ie siècle il engendre les mêmes causes et les mêmes effets....
              tout le reste n’est que littérature !!!!!!!!!!! 

            • joletaxi 22 février 14:01

              tiens dans un autre ordre d’idées( pas la peine de s’étendre sur le problème du travail, dont très peu ici sur ce site sont concernés), un commentaire publié sur le site des affreux, concernant les sociétés publiques, en pleine déconfiture, m’a paru un bon début de discussions citoyennes :

              https://www.contrepoints.org/2018/02/19/242348-edf-sncf-areva-la-faillite-du-secteur-public

              Berkli écrit

              EDF est une S.A. depuis 2005 monsieur Nicoulaud devrait se renseigner avent de critiquer ce qu’il ne connait pas
              EDF vous assure une production d’ electricité des moins chere d’Europe, des plus fiable et décarbonnée à 90%, comparez avec l’Allemagne notamment au niveau du prix du Kwh
              EDF a versé 20 milliards de dividendes à l’état depuis l’ouverture de son capital soit depuis 10 ans (2 milliards par an)
              EDF a financée seule par emprunts son programme nucléaire des années 80, l’état n’y a pas mis un radis, mais s’est bien servi au passage.
              EDF c’est le seul producteur qui est obligé de racheter à 3 fois le prix du marché l’énergie produite par les gadgets éoliens et PV (sans cela ça ne survit pas) et l’état lui doit encore 5 milliards de CSPE non remboursée relative à ces gadgets.
              EDF c’est des milliards de taxes professionnelles versées aux communautés locales
              EDF c’est 200000 emplois de sous traitance notamment sur les sites de production

              je ne sais plus qui croire, car ici, je lis exactement le contraire ?
              déjà qu’avec le nuage machin....


              • Jean Roque Jean Roque 22 février 14:07

                Par féminisme, la gauche a légalisé le travail de nuit des femmes.
                Puis la location des ventres au nom aussi de la « liberté »
                Y-a-t-il plus hypocrite qu’un gauchiste ?


                • pipiou2 22 février 14:22

                  En cette époque où l’on essaie de remettre nos enfants au travail scolaire, cette « ode à la paresse » est vraiment un régal de naïveté (ou pire).

                  Oui il est connu que , dans certaines disciplines, la paresse est un atout puisqu’elle encourage à plus d’efficacité.

                  Mais quand certains de ces prétendus paresseux réussissent les concours les plus difficiles il faut quand même relativiser cette paresse, qui n’est que de façade.

                  Mais quand on aime caricaturer comme le Cabanel, on a arrive à ce genre de conclusion déconnante.
                  Au moins Cabanel n’est pas un paresseux de la caricature ni de la distribution de chiffres à côté de la plaque.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 16:16

                    @pipiou2
                    si vous aviez lu attentivement l’article, vous auriez compris que cette diminution d’horaire ne s’adressait pas à « nos enfants »

                    mais je perds mon temps avec vous...
                     smiley

                  • pipiou2 22 février 21:17

                    @olivier cabanel

                    Moi non plus, je ne s’adressais pas à nos enfants mais à ces adultes qui ignorent la mauvaise exemplarité qu’ils peuvent donner et qui ont oublié le bon sens qu’on a essayé de leur inculquer en leur faisant lire des oeuvres comme « Candide ».

                    Bon si vous ne connaissez pas ce livre, ne paniquez pas et continuez à lire le guide du zadiste smiley


                  • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 21:27

                    @pipiou2
                     !

                    vous ne vous rappelez même plus de ce que vous avez écrit !
                    c’est grave docteur ?  
                    oui, c’est grave
                     smiley

                  • pipiou2 22 février 22:13

                    @olivier cabanel

                    Je vous sens un peu en manque de munitions Cabanel ...

                    Vous avez très bien compris ce que j’ai dit : je vous parlais de conduite de vie.

                    Votre paresse vous a malheureusement conduit là vous en êtes : esprit critique et capacité d’analyse défaillante, besoin de représenter la sagesse, avec des africains ou autres, alors que sagesse n’en avez aucune.

                    Alors oui c’est navrant docteur cabanel.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 23 février 08:14

                    @pipiou2
                    merci de ce diagnostic éclairé.

                     smiley

                  • Axel Axel 22 février 14:46
                    Pour aller dans le même sens une émission récente sur FC :


                    Et parmi les livres indispensables :


                    • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 18:22

                      @Axel
                      merci de ces précieux conseils.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 19:09

                      @Axel
                      le premier lien est déjà dans mon article... smiley


                    • ZenZoe ZenZoe 22 février 14:58

                      Bonjour Olivier,
                      Pour répondre à votre question, un travail qui ne plait pas du tout est un désastre pour la santé mentale et physique. Stress, anxiété, et la souffrance de gâcher la seule vie qu’on a sur terre...

                      Et d’ailleurs, la vraie paresse existe-t-elle vraiment ? Ou est-ce un moyen de dire non à ce qu’il nous gonfle de faire ? Car on trouve toujours de l’énergie si on adore ce qu’on fait non ?


                      • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 16:15

                        @ZenZoe
                        c’est une évidence...

                        mais même lorsque l’on pratique un métier qui nous plait, le risque de burn out demeure, non ?

                      • ZenZoe ZenZoe 22 février 18:15

                        @olivier cabanel
                        Tout à fait. La faute au système de management d’aujourd’hui, toujours plus vite, toujours plus de gains de temps et d’argent au détriment du travail bien fait et des relations de travail humaines.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 22 février 18:26

                        @ZenZoe
                        ça me fait penser à un épisode de ma vie, ou je me suis retrouvé à France Inter, en compagnie d’Haroun Tazieff...dans l’émission « avec ou sans sucre » de José Arthur (vers les 12h)... ce dernier m’avait invité pour passer mon disque « non au nucléaire »...alors que celui ci subissait une sévère censure...

                        bref, il me demanda à quel poste je verrais bien Tazieff... je proposais l’environnement... ce qu’il est devenu quelques années après...
                        et vous, quelle place vous aimeriez avoir si vous rentriez dans le gouvernement. me demanda-t-il ?
                        le ministère de la paresse, lui ais-je répondu !
                         smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès