• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les chiffres ! Rien que des chiffres pour comprendre !

Les chiffres ! Rien que des chiffres pour comprendre !

Pour comprendre une situation, il est bon de connaitre les chiffres.

Pour analyser il est interessant de les retrouver. 

Pour dialoguer ou contreverser, partons de chiffres.

JPEG - 153.9 ko

Les chiffres valent mieux qu'un long discourt.

  • Le total des impôts et des ressources annuelles de l'état est de 376 milliards.
  • Le triple net réel des ressources de l'état est de 219 milliards. (hors subventions aux collectivités, hors participation CEE, hors impôt négatif ).
  • Les dépenses annuelles de l'état sont de 294 milliards.
  • Le déficit annuel de l'état est de 79 milliards. Chaque année 27% du budget n'est pas provisionné.
  • Ça fait 40 ans d'affilée qu'on a des budgets en déficit.
  • Le dernier trimestre de chaque année, la France vit à crédit. Les fonctionnaires sont payés par l'emprunt.
  • 0.1% de croissance envisagée. Il faut 2.5% de croissance pour simplement commencer a rembourser de la dette.
  • Pour la première fois depuis la guerre, le pouvoir d'achat a baissé en 2012. -0.4% pour les ménages, et -1% pour les seuls ou célibataires.
  • 46.7% des foyers Français ne payent pas d’impôts sur le revenu.

 

  • Les dépenses publiques annuelles hexagonales depuis 1973 ont généré une dette qui augmente en permanence :
  • - en 2010 : 1 094 milliards d'euros
  • - en 2011 : 1 119 milliards d'euros
  • - en 2012 : 1 149 milliards d'euros
  • Les collectivités locales, ont contracté 174 milliards de dettes.
  • 5500 villes ont contractés pour 24 milliards d'emprunts dit "toxiques".
  • L’État est caution, à hauteur de plus de 170 milliards d’euros pour AREVA, EDF, ADP, GDF, France Télécom, La Poste, SNCF, etc....Toutes ces entreprises ne sont pas en forme.
  • L'état est garant des dépôts bancaires. Les banques Françaises ont de mauvais bilans.
  • La France est le premier pays emprunteur d’Europe.
  • La dette cumulée entraîne chaque année 60 milliards d'euros d’intérêts, nous empruntons pour les payer...

 

  • La Sécurité Sociale, accumule un déficit à hauteur de 210 milliards d’euros.
  • La Caisse Maladie a vendu la totalité de son patrimoine immobilier elle n'a plus aucun actif.
  • Les retraites n’ont jamais été provisionnées900 milliards d’euros pour les fonctionnaires, 3600 milliards pour celles du secteur privé.
  • Il y a 2.2 millions de fonctionnaires actif pour 2.3 millions de fonctionnaires en retraite. En régimes spéciaux.
  • Il faut 3 cotisants actifs pour financer 70% de la pension d'un retraité dans le privé.
  • Il faut 5 cotisants actifs pour financer 70% de la pension d'un retraité dans le public.
  • 500 000 nouveaux retraités en 2012. En 2003 il y en avait 125 000. La croissance annuelle est à 2 chiffres. 
  • Le régime par répartition en dessous de 3 cotisants pour 1 retraité n'est pas viable. Avec l'évolution démographique elle est obligatoirement condamnée.

 

  • L'école et l'enseignement supérieur représentent au budget 150 milliards (hors social et retraite). Soit 69% des ressources triple net de l'état (219 milliards).
  • Il ne reste que 69 milliards pour payer la totalité des services de l'état. Administration, aide publique, culture, défense, écologie, économie, justice, outre mer, travail, logement sport, sécurité etc...Largement insuffisant.
  • 63% des enfants d’enseignants obtiennent un diplôme au moins égal à bac + 3, contre 52% des enfants de cadres.
  • 98 000 sur les 850 000 enseignants sont payés à autre chose qu'enseigner et n'ont pas de classe affectée.
  •  260.000 étudiants étrangers sont formés par la France.
  • 50.000 nouveaux étudiants étrangers s'ajouteront en 2013.

 

  • Il y a 4.8 millions de chômeurs toutes catégories confondues.
  • L'assurance chômage c'est 36 milliards d’euros, dont 27 pour les allocations et 9 pour le fonctionnement.
  • Notre pays comptabilise 26 millions d'actifs de 65 millions d'individus.
  • 5,3 millions ont un emploi à vie : fonctionnaire d'Etat, Territoriaux,de santé, et régimes spéciaux...)
  • 1 jeune sur 4 sorti de l'éducation nationale est inemployable en l'état, et démarre chômeur dans la vie.
  • 6,3 millions de personnes "vivent" des minima CMU-RSA, prévision de 7 millions en fin d'année.

 

  • Le code du travail comporte plus de 10 000 articles, 2800 pages, 8 tomes, classées en Livres, Titres, Chapitres, Sections, et Paragraphes, et en dernier les articles, (celui de la Suisse n’en possède que 54 articles).
  • 3,6 millions d'entreprises en France. 63% ont moins de 10 ans.
  • 67% des entreprises Françaises ont 0 salariés.
  • 82% des nouvelles embauches sont des CDD.
  • Les embauche en CDI ont chûtés de 10% en un an.
  • La feuille de paye avait 23 lignes fin 2012.

 

  • Le déficit des allocations familiales est de 2.2 milliards.
  • 33% des allocations et prestations sociales d'ayants droit ne sont pas réclamées.
  • Notre pays est le plus grand paradis social d’Europe pour les plus pauvres de la terre.
  • Quand un migrant arrive, il bénéficie de l'allocation ATA de 336€, l'accès au logement prioritaire, la santé AME est gratuite. (En Algérie, le salaire mensuel médian est de 80€, au Mali de 36€).
  •  Seuls 12% des immigrés légaux hors CEE viennent pour le travail. l'immigration peu qualifiée est majoritaire.
  • 88% des immigrés légaux hors CEE viennent pour d'autres raisons, regroupement, mariage etc...
  • La France accorde 2 millions de Visa par An.

 

  • 62% des entreprises de moins de 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires n’ont qu’un seul partenaire bancaire.
  • 60.000 entreprises ont déposé le bilan en 2012, en hausse de 2,7% par rapport à 2011.
  • Le déficit commercial Français 2012 est de 67,5 milliards d'euros. record historique.
  • Notre pays est un enfer fiscal pour les investisseurs, la cession des plus values est taxée dans certains cas à 64.5% et doivent être comparés aux 0% en Suisse, 0% Belgique, ou 0% Pays bas, 18% Angleterre.
  • Plongeon du capital risque investi en France 9.7 milliards en 2011, 6 milliards en 2012.
  • Plongeon des investissements étranger en capital risque. passage de 50% à 30% des capitaux levés en un an.
  • l'investissement dans les entreprises a reculé de 0,5% en 2012.

 

On été exclus de ces chiffres le PIB, puisque c'est un agrégat artificiel ,qui biaise la réalité économique utilisé par les politiciens pour masquer la réalité économique.

La richesse d'un pays n'est pas mesurable, il n'existe pas d'instrument pour mesurer le bénévolat, le travail au noir, les travaux personnels et la dépréciation.

 

Qu'en conclure ?.......Normalement la faillite de l'état est proche. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.24/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • alberto alberto 11 mai 2013 10:13

    « Les dépenses publiques annuelles hexagonales depuis 1973 ont généré une dette qui augmente en permanence »

    Tiens ? C’est marrant, toi aussi tu démarres le début de la mouise en 1973 !

    Mais que c’est-il donc passé en 1973 ?


    • spartacus spartacus 11 mai 2013 10:37

      @par alberto

      Le pétrole pas cher d’après guerre a permit le passage de l’énergie du cheval au moteur a combustion. Une énergie 40 fois plus forte pour pas cher. C’est la croissance des 30 glorieuses.

      -En 73, le pétrole augmente, les politiques n’adaptent pas cette nouvelle donne au budget du pays et pour se faire ré-élire, préfèrent emprunter que de baisser les dépenses publiques...Laissant aux générations futures une dette.

    • foufouille foufouille 11 mai 2013 11:25

      @par crassus
      ce serait pas plutot les banques privées ?


    • alberto alberto 11 mai 2013 13:17

      Sparta, tu te fous de la gueule de qui : tu nous prends pour des billes ?

      La loi du 3 janvier 1973 ça ne concerne pas le pétrole, mais le pognon !

      Auparavant, l’État empruntait à la Banque de France quasiment sans intérêt, ce qui évidemment ne satisfaisait pas les banques privées qui voyaient une manne leur échapper : qu’à cela ne tienne, dans la plus grande discrétion, surtout sans en informer réellement quiconque y compris les parlementaires de l’époque qui ont voté cette loi comme des moutons, le lobby bancaire a fait la promotion de cette loi qui d’après certains ne sert à rien d’autre que de rafler le pognon des contribuable via des taux d’intérêts « intéressants » ...


    • spartacus spartacus 11 mai 2013 14:03

      Et en plus la banque de France a continué a coûter plus cher et embaucher des effectifs....

      On a même pas compensé.
      Dingue n’est ce pas ?

    • alberto alberto 11 mai 2013 14:45

      Là, tu bifurques...


    • Karash 11 mai 2013 15:20

      C’est surtout le couplage mai 68/choc pétrolier qui a été désastreux, bien plus que la réforme de la banque de force, qui a clairement été un non événement, comme démontré par lior shamla et magali pernin.


      Les 68 ards, par leur opportunisme et leur irresponsabilité, ont largement aggravé les conséquences des chocs pétroliers en refusant de s’adapter, s’enfermant dans le rêve du « retour prochain à la croissance » pour rendre intellectuellement soutenable de s’endetter ou de vendre les bijoux de famille de l’Etat pour financer leurs gabegies.

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 mai 2013 01:01

      Auparavant, l’État empruntait à la Banque de France quasiment sans intérêt, ce qui évidemment ne satisfaisait pas les banques privées qui voyaient une manne leur échapper : qu’à cela ne tienne, dans la plus grande discrétion, surtout sans en informer réellement quiconque y compris les parlementaires de l’époque qui ont voté cette loi comme des moutons, le lobby bancaire a fait la promotion de cette loi qui d’après certains ne sert à rien d’autre que de rafler le pognon des contribuable via des taux d’intérêts « intéressants » ...



      Ce qui est totalement faux.

      - La Banque de France n’était autorisée, avant 73, à ne prêter que 3 milliards de Francs à taux zéro. 3 autres milliard étaient disponibles à taux réduits mais le reste était emprunté au taux du marché.

      Pour information, en 1972, la France avait un budget de 192 milliards de francs.

      - La loi de 73 n’a pas interdit à l’Etat de continuer à emprunter de cette façon. Elle a juste changé les modalités d’emprunts. Avant, les députés votaient pour autoriser le gouvernement à user de cette facilité de crédit. Après, le gouvernement pouvait le faire directement et informer l’assemblée nationale ensuite.

    • mac 12 mai 2013 08:40

      La loi de 73 fait partie d’un ensemble d’actions menées par des hommes politiques qui se sont nettement éloignés du gaullisme même lorsqu’ils s’en réclamaient et qui visaient à réduire les capacités de l’état au profit d’intérêts privés. La destruction d’une partie du circuit de financement de l’état en constitue l’un de volet les plus importants et ne s’arrête pas du tout à cette fameuse loi de 73.



    • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 mai 2013 12:40

      Toi t’es pas du genre à écouter mais à ressasser comme un perroquet...


    • yoananda 12 mai 2013 19:32

      En 73 on a décidé qu’on allait emprunter a l’étranger pour payer nos fonctionnaires. Ni plus, ni moins.
      La planche à billet n’est pas magique, sauf pour les neuneus qui ne comprennent rien a l’économie.


    • sam turlupine sam turlupine 13 mai 2013 11:07

      Si, si : pour les banques, la planche à billet est tout à fait magique, puisqu’elle a disparu, et été remplacée par juste quelques écritures.
      Une banque a le droit de créer de l’argent ex-nihilo : 10 fois plus qu’elle n’en possède ; c’est l’argent de la dette.

      Jusqu’à 1973 ; voyez comme c’est bizarre  : pas de dette.
      En 73, loi Giscard-Pompidou, suivie des Accords de la Jamaïque, puis du Traité de Maastricht, OBLIGEANT les états à emprunter aux banques privées, et hop, départ exponentiel de la dette.

      Rappelons aux oublieux ou mal-comprenants, que l’argent emprunté par l’état aux banques a DÉJÀ ÉTÉ INTÉGRALEMENT REMBOURSE ! le dette qui subsiste ne représente que les intérêts illégitimes engendrés par ce mécanisme d’usurier des états, ayant engendré le marché spéculatif, la financiarisation de l’économie, la privatisation et l’asservissement des états et des citoyens par les mafias financières.

      Les Mmarvin et autres spartacus feraient bien de fermer leur gueule ; ça leur éviterait qu’on s’aperçoive de leur collaboration à un système mafieux et dictatorial.

      Les voilà, les vrais chiffes  : (évolution de la dette française depuis 1950) ; bizarre, spartacucus ne nous les a pas sortis, ceux-là !

      L’endettement des pays a, évidement, été créé de toutes pièces, pour IMPOSER le libéralisme, la privatisation du monde, et sa dépendance aux mafias financières.

      Tous les économistes et analystes sérieux le savent, le disent (le plus souvent dans le désert, tant leur discours est couvert par la doxa libérale soutenue par tous les médias) depuis des années.

      Pour ceux qui s’intéressent un minimum à ces choses, la seule chose claire est que ceux qui continuent le déni, et à défendre le système actuel, sont ; soit ceux qui en profitent (au détriment du plus grand nombre, c’est à dire des exploiteurs, des oppresseurs, des bandits), soit des collabos, qui espèrent en profiter bientôt ou syndrome du larbin), soit des abrutis qui n’ont pas les capacités intellectuelles d’analyser les choses, au delà du discours TINA imposé.

      Dans tous les cas, des imbéciles nuisibles.


    • spartacus spartacus 13 mai 2013 12:02

      Que répondre ? 

      C’est tellement peu informé et plein d’idéologie.

      Jusque 73 pas de dettes...Faux !
      Il y a un héritage des 30 glorieuses, en 74 elle était déjà à 57% du PIB.

      *l’argent emprunté par l’état aux banques a DÉJÀ ÉTÉ INTÉGRALEMENT REMBOURSE FAUX !
      Tout le monde sait que « Les obligations d’état sont remboursé »in finé". C’est a dire que sont remboursé en premier les intérêts, pas la dette.

       *feraient bien de fermer leur gueule ; ça leur éviterait qu’on s’aperçoive de leur collaboration à un système mafieux et dictatorial.
      C’est juste de la collaboration a des confrontation d’idées. Vous avez un problème avec le respect des contradicteurs ?

      *spartacucus 
      Déformer le pseudo donne une légitimité supérieure ?

      *abrutis qui n’ont pas les capacités intellectuelles d’analyser les choses, imbéciles nuisibles.

      Vous avez le droit de ne pas être en accord, c’est légitime, mais restez dans une limite de respect des contradicteurs, pas sur que cela appuie vos idées bien au contraire.


    • sam turlupine sam turlupine 13 mai 2013 12:11

      Par Mmarvinbear (---.---.---.140) 12 mai 01:01

      Auparavant, l’État empruntait à la Banque de France quasiment sans intérêt, ce qui évidemment ne satisfaisait pas les banques privées qui voyaient une manne leur échapper : qu’à cela ne tienne, dans la plus grande discrétion, surtout sans en informer réellement quiconque y compris les parlementaires de l’époque qui ont voté cette loi comme des moutons, le lobby bancaire a fait la promotion de cette loi qui d’après certains ne sert à rien d’autre que de rafler le pognon des contribuable via des taux d’intérêts « intéressants » ...



      Ce qui est totalement faux.

      - La Banque de France n’était autorisée, avant 73, à ne prêter que 3 milliards de Francs à taux zéro. 3 autres milliard étaient disponibles à taux réduits mais le reste était emprunté au taux du marché.

      Ah ! Sauf que le « taux du marché », justement, n’était pas dicté par les banques et organismes financiers ; à preuve, jusqu’en 1973, aucun endettement d’aucun pays ! Et d’une
       !
      Pour information, en 1972, la France avait un budget de 192 milliards de francs.

      - La loi de 73 n’a pas interdit à l’Etat de continuer à emprunter de cette façon. Elle a juste changé les modalités d’emprunts.

      FAUX. La loi de 73 INTERDIT précisément à l’état d’emprunter à la Banque centrale

       Avant, les députés votaient pour autoriser le gouvernement à user de cette facilité de crédit. Après, le gouverneme

      nt pouvait le faire directement et informer l’assemblée nationale ensuite.

      Encore FAUX, bien évidemment. Ni les députés ni le gouvernement n’ont le moindre droit d’emprunter à la Banque Centrale : la loi les OBLIGE à emprunter aux banques et organismes privés.

      Marvinbear ou le roi du sophisme et de la désinformation.

      Soit tu n’es pas au courant ; auquel cas, tais-toi : ça t’empêchera de dire des conneries ,
      soit tu es au courant, et tu joues l’embrouille : idéologiquement, ou par intérêt personnel ?


    • sam turlupine sam turlupine 13 mai 2013 12:23

      Par spartacus (---.---.---.149) 13 mai 12:02

      Que répondre ? 

      C’est tellement peu informé et plein d’idéologie. :
       smiley

      Jusque 73 pas de dettes...Faux !
      Il y a un héritage des 30 glorieuses, en 74 elle était déjà à 57% du PIB.

      TOTALEMENT FAUX ; je vous ai posté, plus haut, le lien, qui indique l’endettement de la France, de 1950 à 2012 ; début 74, sous Pompidou, la France n’a AUCUNE DETTE , et est à 0,1% de bénéfices. Je vous le remets, parce que manifestement, vous n’avez pas les yeux en face des trous..


      *l’argent emprunté par l’état aux banques a DÉJÀ ÉTÉ INTÉGRALEMENT REMBOURSE FAUX !
      Tout le monde sait que « Les obligations d’état sont remboursé »in finé". C’est a dire que sont remboursé en premier les intérêts, pas la dette.

      Ça, c’est la meilleure ! smiley smiley
      Ah oui, vous m’avez remboursé ce que je vous ai prêté, mais ce n’était que les intérêts : vous me devez encore’ la dette ! smiley Dans le genre arnaque, on ne fait pas mieux ! Sauf que sans les intérêts, l’argent de la dette est bel et bien remboursé. Les intérêts, c’est justement l’arnaque du siècle !


       *feraient bien de fermer leur gueule ; ça leur éviterait qu’on s’aperçoive de leur collaboration à un système mafieux et dictatorial.
      C’est juste de la collaboration a des confrontation d’idées. Vous avez un problème avec le respect des contradicteurs ?

      Non ; je n’ai pas affaire à un « contradicteur », mais à un adversaire : des pires qui soient, les collabos d’un système dictatorial de prédation : contre un prédateur, on ne discute pas ; on se bat, pour l’empêcher de nuire. Et je n’ai aucun respect pour les idées que vous représentez et que vous défendez ; je ne respecte pas celui qui veut me détruire, et détruire la majorité pour son profit ; AUCUN RESPECT.

      Vous êtes un menteur, un désinformateur, et un prédateur ; à empêcher de nuire, pour le bien de l’humanité.


    • spartacus spartacus 13 mai 2013 17:46
      Que te dire sinon que tu vis dans le monde des bouc émissaires.
      A chaque problème son coupable, riches, banques, etc.. 
      Responsable mais pas coupable..c’est pas une phrase de gauche ? 

      Y’a même des banques qui sont des coopératives, de dangereux coopérateurs capitalistes et vautours...

    • spartacus spartacus 14 mai 2013 09:39

      J’avais oublié l’oligarchie comme bouc émissaire !!! smiley smiley smiley smiley


      Quand a Chouard, un prof de gauche qui nous explique que la banque « crée de l’argent » alors que c’est l’emprunt qui crée de l’argent.

      Il appelle « riches » les « banques » ou les « préteurs » ce qui montre a quel point les profs sont incultes en économie et emfumés de Marxisme. 
      Comme si en économie on s’exprime comme cela.
      Dire que c’est un prof d’économie !
      Ils sont à 75% endoctrinés dans une idéologie Marxiste. Ils votent tous a gauche.

      Les prêteurs sont des personnes morales, c’est a dire des fonds de pension (des retraités), des assurances (qui placent la trésorerie de milliers de souscripteurs), des (heidge fond) des associations d’investisseurs (majoritairement des petits), le placement individuel unipersonnel étant inférieur à 15%. 
      Loin du cliché des riches.

      Des ignorants en économie enseignent l’économie.
      Y’en a même une prof d’éco ignare qui c’est présenté a la présidentielle
       

      Il nous sort des « boboitudes » du genre que l’impot sert a rembourser les intérêts ce qui est vrai

    • Stof Stof 11 mai 2013 10:31

      Choc pétrolier, fin des 30 « glorieuses ». C’est aussi la fin de la possibilité d’émettre librement des Francs pour la Banque de France.

      A partir de cette époque, la création monétaire est adossée à de la création de dette. Ce qui signifie que la croissance, désormais, servira à rembourser la dette de l’état (donc du peuple).
      En clair, les gains de richesse et de productivité iront alors dans les poches des plus riches, ce qui explique pourquoi les inégalités ne cessent de se creuser.
      Plutôt que de partager la prospérité, on la concentre dans les mains d’une minorité. La richesse ne « ruisselle » plus du haut vers le bas mais elle est désormais aspirée dans la sphère financière.

      • spartacus spartacus 11 mai 2013 10:52

        L’accusation monétaire, c’est un leurre de politicien de gauche irresponsable qui vend des illusions, pour faire croire que l’on peut emprunter sans rembourser...Cette illusion a simplement comme but d’attirer des votes de ceux qui ne veulent pas avoir a rembourser les dettes....


        La création monétaire étatique génère l’inflation. L’inflation pèse sur la croissance. Fait baisser le pouvoir d’achat et appauvrit les masses.
        Exemple, pendant les 30 glorieuses, l’Allemagne avec moins d’inflation aura 6% par an de croissance alors que la France seulement 5%.
        L’inflation en retournement de conjoncture est vecteur de chômage de masse.

        La création monétaire est adossée au remboursement de cette même création. 
        Une banque c’est une banque. Elle n’est qu’intermédiaire. 

      • foufouille foufouille 11 mai 2013 11:26

        @ crassus
        mais si
        l’inflation est faite par les banques qui pretent 10 fois leur argent


      • Karash 11 mai 2013 15:22

        A gauche, on croit toujours qu’il existe une relation directe en inflation et chomage, via la courbe de phillips, même si dans le milieu académique on ne donne plus aucun crédit à ces sornettes depuis belle lurette. 


      • gaijin gaijin 12 mai 2013 18:33

        spartacus
        " c’est un leurre de politicien de gauche irresponsable qui vend des illusions, pour faire croire que l’on peut emprunter sans rembourser."
        dommage jusque là votre propos avait l’air sérieux
        c’est pas droite gauche droite gauche .......... ????
        dites donc un leurre de politiciens irresponsables tout court !
        du genre de ceux qui expliquaient fin des années 90 qu’il fallait désindustrialiser la france


      • Stof Stof 13 mai 2013 07:43

        Je ne dis pas qu’on peut emprunter sans rtembourser (ce que fait la droite aussi, au passage). Je dis qu’on peut émettre de la monnaie sans rien devoir aux actionnaires d’une quelconque banque.


      • jef88 jef88 11 mai 2013 11:02

        1973 ! crise pétrolière !
        les ressources ne devaient durer que 30 ans !

        Après ce fut le duo Giscard Barre !
        Mort aux canards boiteux ! disait ce dernier à la télé ....
        Les canards c’étaient les PME et en général les boites non cotées en bourse .

        Leur destruction dure depuis cette époque !
        TOUS les gouvernements de gauche et de droite ont joué ce jeu !
        Alors 40ans après n’est il pas normal que l’on soit dans la dèche ?????


        • vesjem vesjem 11 mai 2013 23:42

          ok jef , j’ai été témoins du rachat par les boîtes allemandes (dans les années 70) ,de boîtes françaises en difficulté (crise 73) ,ayants un bon potentiel « brevets »


        • foufouille foufouille 11 mai 2013 11:29
          • L’État est caution, à hauteur de plus de 170 milliards d’euros pour AREVA, EDF, ADP, GDF, France Télécom, La Poste, SNCF, etc....Toutes ces entreprises ne sont pas en forme.
          et les autoroutes privées ...........
          • L’état est garant des dépôts bancaires. Les banques Françaises ont de mauvais bilans.
           ??
          • La France est le premier pays emprunteur d’Europe.
          aupres des banques privées
          • La dette cumulée entraîne chaque année 60 milliards d’euros d’intérêts, nous empruntons pour les payer...

          idem

          • La Sécurité Sociale, accumule un déficit à hauteur de 210 milliards d’euros.
          grace aux assurances privées et aux délocalisations

          • Stof Stof 14 mai 2013 14:56

            Juste une question : comment un état surendetté peut il être garant de quoi que ce soit ? En cas de bank run ou de faillites bancaires il le prendra où l’argent ? Il y a un fond de secours de prévu ? Non.

            De la théorie à la pratique, la marche est tellement haute qu’on risque bien de se casser la figure.

          • Rensk Rensk 11 mai 2013 11:32

            Selon l’OCDE la France n’a que 6.0% d’étrangers en 2010, la Suisse 22.1% ( http://dx.doi.org/10.1787/888932647114 ) et que dire du fait que nous accordons 40’000 passeports et la France que 140’000 ? Le rapport ne joue pas-là non plus... vu que par rapport à la population vous devriez en accorder 400’000 par année... (donc plus que le nombre d’immigrés par année)...

            Vous disiez « LES CHIFFRES » ?


            • Rensk Rensk 11 mai 2013 11:54

              Bien, je voulais juste vous dire qu’ont peu faire dire n’importe quoi aux chiffres :

              Comment interprétez-vous le fait que 33% des personnes, ayants des droits, ne les réclament pas ?

              Chez-nous on a osé prétendre que les (petits)suisses sont trop fier pour passer par le social...

              Bien sûr, il doit y en avoir de ceux-là mais... La majorité des gens dans ce cas ne demandent rien car, ils ne savent pas, personne leurs a dit comment fonctionne la société. Même l’école ne le fait dans ses cours « civiques »...


            • spartacus spartacus 11 mai 2013 12:42

              @ Rensk

              Le non recours aux minimas sociaux a été découvert par le député Dominique Tian lors de l’écriture et l’analyse des chiffre su le rapport qu’il a fait sur les fraudes sociales.

              Ca se compose de plusieurs phénomènes, 
              -La complication de base. La majorité des aides sociales Françaises ont étés pensées pour en profiter pour « embaucher du fonctionnaire ». Elle sont donc ultra complexes pour les ayants droits.

              -Les « pauvres » ne souhaitent pas être classé comme pauvre. Ils ne veulent pas être « différenciés ». C’est un phénomène naturel que l’on retrouve partout. Exemple la Tata en Inde, la voiture la moins chère du monde ne se vent pas car elle associe le conducteur à un pauvre.

              -Le laxisme de ceux qui ont le pouvoir de donner. La feuille d’impôt pourrait donner sans attendre la demande. Elle pourrait automatiser un lien vers EDF pour que les ayants droit bénéficient de tarifs sociaux.

              En réalité, les pauvres, ne veulent pas de charité, ni de RSA, ni de produits pour pauvres....Il s veulent l’autonomie et du travail. L’aide sociale n’est qu’une excuse politique de leur impuissance. 
              Mais c’est plus facile d’emprunter pour aider sure les générations suivantes que d’aller chercher des investisseurs.

            • Ruut Ruut 11 mai 2013 12:52

              En effet si un citoyen a droit a quelque chose il devrait recevoir sans devoir demander.

              Lorsque ce même citoyen doit quelque chose, on luis réclame alors qu’il n’as rien demandé.


            • foufouille foufouille 11 mai 2013 12:54

              « Comment interprétez-vous le fait que 33% des personnes, ayants des droits, ne les réclament pas ? »

              ils y ont pas droit le plus souvent
              ensuite, il faut remplir de la paperasse comme dans le prive et l’envoyer
              souvent peu rentable


            • mac 12 mai 2013 08:51

              Aller chercher des investisseurs où ça ? Chez les retraités anglo-saxons histoire de perdre encore plus notre autonomie ?

              L’épargne française est colossale et ne demande qu’à être investie, à condition que l’état cesse de fusiller les PME au profit de multinationales qui ne jouent pas le jeu et sont aux mains de fonds d’investissement étrangers.
              Pourquoi le Japon met-il tant de temps à couler alors qu’il est endetté de façon monstrueuse ?
              Parce que jusqu’à présent sa dette était aux mains des japonnais.

              Pourquoi en France on n’a pas su faire alors qu’on a des milliers de milliards qui dorment dans de banques ou des assurances ? Peut-être un peu parce que nos dirigeants n’ont pas joué le jeu de France ?



            • heliogabale heliogabale 11 mai 2013 11:54

              Qu’en conclure ?.......Normalement la faillite de l’état est proche.

              Tant mieux ! On pourra alors définanciariser l’économie...


              • fg 11 mai 2013 12:48

                Les chiffres seuls ne veulent rien dire : si j’ai la tête dans un four allumé et les pieds dans un congélateur, en moyenne je suis parfaitement bien.

                Il faut aussi ajouter les descriptions de ce que l’on compare.


                • ecolittoral ecolittoral 11 mai 2013 13:27

                  C’est curieux cette habitude de parler toujours de dépenses de l’état mais jamais des recettes générées par ces dépenses !!!!

                  Ou vont les dépenses des fonctionnaires, chômeurs, retraités sinon dans la poche du boulanger, du concessionnaire automobile, du banquier pour les prêts immobiliers ou à la consommation, de l’entreprise X ou Y qui remporte le « marché public » etc....
                  Ça aussi, ce sont des chiffres, rien que des chiffres !!!

                  « Normalement la faillite de l’état est proche. »
                  Evidemment ! Comme tous les états.

                  • fb 11 mai 2013 13:31

                    C’est un bilan global. Donc les recettes indirectes liées aux dépenses sont comptabilisées. Autrement dit le budget est déficitaire sans même comptabiliser le principal (la dette) mais uniquement les intérêts qui augmentent en volume chaque année à cause des emprunts.


                  • Jagermaster Jagermaster 11 mai 2013 16:46

                    C’est navrant à dire, mais la seule personne à avoir parler de la nécessité de réduire le millefeuille administratif, c’est Parisot...

                    Pourtant, c’est le plus urgent non ?


                  • Montagnais Montagnais 11 mai 2013 13:34

                    Eblouissant tableau .. clair constat à l’attention de tous sans contestations .. 10 chiffres valent cent mille bla-bla


                    Et encore ! .. heureusement que le pétrole est presque gratuit .. A quel prix serait-il ?.. si on provisionnait les besoins de 3 ou 4 générations à venir ?

                    Vous dites : 

                    « Pour la première fois depuis la guerre, le pouvoir d’achat a baissé en 2012. -0.4% pour les ménages, et -1% pour les seuls ou célibataires. »

                    C’est une très bonne nouvelle .. 

                    .. mais on vous croit pas : ce week-end, sur la côte, on est une multitude, joyeuse et colorée, tous motos, belle autos puissantes, SUV .. à se prélasser sans souci, entouré de musique à fond les manettes .. Tout va bien, au contraire de ce que pourraient en conclure à tord certains à la lecture de votre rapport.

                    Bonne nouvelle .. 

                    .. mais on vous croit pas .. pour revenir à un niveau éthique, économique, esthétique .. de « consommation » et de cadence, il faudrait mettre proprole à l’eau, au smic à 400 Euros, 10 ou 20 ans de silence ..

                    Bien évidemment, les gras-riches à la potence ..

                    On va pas dans ce sens.

                    • L'enfoiré L’enfoiré 11 mai 2013 13:39

                      Belle avalanche de chiffres. smiley


                      « La richesse d’un pays n’est pas mesurable »
                      C’est le PIB qui reflète pourtant cela de manière général sous forme de bilan comptable d’un pays.

                      « il n’existe pas d’instrument pour mesurer le bénévolat, le travail au noir, les travaux personnels et la dépréciation. »

                      Un PIB peut se calculer de manière précise ou approximative en fonction d’indices très explicite. Le bénévolat, le fait augmenter, donc pas de problème. Le travail au noir peut être diminué mais est-ce vraiment toujours nécessaire ? Il comble les manquement du travail officiel au niveau des petites dénigrés par les entreprises officielles. La dépréciation du matérielle est parfaitement comptabilisée. Quant à la dépréciation due à l’âge des hommes, là, il y a des problèmes à résoudre dans l’allongement des carrières ou par d’autres voies comme les robots. 
                      .
                      Les dettes sont bien là, la question est de savoir si elles sont intérieures ou extérieures.
                      Le jeux de robinets s’installe ensuite.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 11 mai 2013 13:50

                        J’oubliais la dévaluation de la monnaie dans le processus d’échange pour augmenter les exportations, mais cette fois, c’est au niveau européen que cela se passe.

                        Le monétarisme vaudou, comme il a été appelé. smiley

                      • gege061 gege061 11 mai 2013 15:35

                        Lorsqu’on donne des chiffres il faut être précis. Pour un domaine que je connais , celui de de la sécurité sociale voila le chiffre habituellement admis. Il faudrait calculer ce que rapporte les soins par exemple en réduisant l’arrêt de maladie, il faudrait connaitre le gain de rentabilité en pouvoir d’achat redistribué par les fonctionnaires qui travaillent dans un hôpital pour être exhaustif. Les chiffres donc :
                        pour 2009 le déficit était de 10 milliards
                        Pour 2011 le « trou » pour la Sécu de 19,5 milliards pour 2011
                        enfin pour 2012 il est de 18,5 milliards
                        Et ceci malgré une augmentation annuelle de l’ONDAM d’environ 3% .

                        Et le bons sens alors ! http://papyencolere.over-blog.com/


                        • spartacus spartacus 11 mai 2013 16:58

                          @gégé61

                          Déja dans un premier temps il fraudai calculer l’incurie de l’incompétence des dirigeants actuels !

                          Quand le dirigeant de la CNAM nommé en 2004 aligne un déficit cumulé de plus de 60 milliards d’euros en 8 ans sans rendre des comptes et est toujours en poste sans rien craindre de son conseil d’administration !
                          Vous imaginez un président de conseil d’administration privé avec actionnaires encore en place ? 
                          D’autant plus que ce looser refuse de communiquer les chiffres et s’oppose à l’open data.


                        • gege061 gege061 11 mai 2013 17:42

                          additif :

                          La Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) est un impôt crée en 1996 pour résorber l’endettement de la sécu. Le taux de la CRDS est fixé à 0,5 % quel que soit le revenu concerné (revenu d’activité, de remplacement, du patrimoine, de placement mais aussi de ventes de métaux, d’objets précieux, de bijoux, d’objets d’art ou de collection et sur les jeux de hasard).

                          Le terme « dette sociale » fait référence au déficit accumulé par le régime général de la protection sociale à la date de promulgation de l’ordonnance. source wikipedia


                        • walden walden 11 mai 2013 15:59

                          absolument rien compris à l’économie, le gars. confond le numéraire et la valeur économique produite par l’activité : les dettes ont une contre-partie, les créances, ces créances sont des pseudo congélateurs à valeur économique, le numéraire qu’elles représentent n’est qu’un à valoir sur une production future.
                          la sacralisation du numéraire (et sa confusion avec la valeur économique) empêche de voir la source de la richesse : le travail. on en vient à blâmer les travailleurs pour leur coût sans voir que le système de dette (et de créance, du coup) est forcément une pyramide de Ponzi : on ne peut rémunérer du capital non réaliser sans ponction in fine sur le trésor public. bref, le problème, ce n’est pas de payer une dette impayable, c’est de trouver un modèle économique
                          - qui permette une production qui corresponde aux besoins (on est loin de l’âge de pierre, cela devrait être possible)
                          - qui redistribue les richesses de telle sorte que l’accumulation soit limitée (pour éviter l’effet pyramide de ponzi)

                          tout le reste (oh, les méchants, coûteux immigrés ; oh les méchants et coûteux fonctionnaires - qui réalise du capital et produisent de la valeur économique ; oh, ma bonne dame, va bien falloir payer la dette en dépit des défauts dont l’histoire de France n’est pas avare et de la nature des créancier). l’argent est une invention humaine créé par les créances que consentent les banques, il peut devenir - comme il l’a été - une institution nationale sans crédit et sans taux d’intérêt. si l’argent est un problème, on a cas en faire.

                          j’oubliais la dévaluation évoquée dans l’un ou l’autre des commentaires n’est une piste intéressante que pour un petit pays en crise entouré de grands pays prospères ... pas de chance, la France est un grand pays et son environnement économique ne lui permettra pas de trouver de débouchés faute de demande extérieure.

                          par contre, les chiffres empêchent toute réflexion sur la pérennité de l’économie matérielle : que dire de ces comptables qui poussent au pillage des ressources naturelles, à l’agriculture stérile, au déclassement de la main d’oeuvre ...


                          • L'enfoiré L’enfoiré 11 mai 2013 16:36

                            « la source de la richesse : le travail »

                            Désolé, mais ceci est une idée un peu obsolète dans notre monde actuel. Ce n’est pas le travail répétitif qui gagne, mais les idées qui rapportent. Le travailler plus de votre ancien président est une connerie. Travailler plus efficacement, c’est tout autre chose. Le travail tel qu’on le concevait, il y a peu, périclite. Les sociétés se sont rationalisées à l’économie. Si vous n’avez pas remarqué la montée de la Bourse alors que le chômage augment, vous n’avez rien vu.. 

                            « - qui permette une production qui corresponde aux besoins (on est loin de l’âge de pierre, cela devrait être possible) »

                            Pourquoi exporte-t-on plutôt que de consommer sur place ? La réponse est simple, on produit plus que ce qu’on a besoin. Les machines sont là pour accélérer la production.


                            « - qui redistribue les richesses de telle sorte que l’accumulation soit limitée (pour éviter l’effet pyramide de ponzi) »

                            Allez raconter cela à un Chinois, cela m’amuserait d’entendre sa réponse.

                            « va bien falloir payer la dette en dépit des défauts dont l’histoire de France n’est pas avare et de la nature des créancier). l’argent est une invention humaine créé par les créances que consentent les banques, il peut devenir - comme il l’a été - une institution nationale sans crédit et sans taux d’intérêt. si l’argent est un problème, on a cas en faire. »

                            Tout à fait, mais c’est au niveau de l’Europe que cela se passe les échanges bancaires..

                            « la dévaluation n’est une piste intéressante que pour un petit pays en crise entouré de grands pays prospères ... pas de chance, la France est un grand pays et son environnement économique ne lui permettra pas de trouver de débouchés faute de demande extérieure. »

                            - Une grande puissance, la France, contre les autres blocs mondiaux ?

                            C’est fini le franc français, je rappelle. 

                            « que dire de ces comptables qui poussent au pillage des ressources naturelles, à l’agriculture stérile, au déclassement de la main d’oeuvre ... »

                            Les marchés s’en foutent, c’est tout. On fait du bénéfice entre le prix de revient et le prix de vente. Le prix de revient, le coût, est fixé par de multiples facteurs. 


                          • julius 1ER 12 mai 2013 08:37

                            ce Spartacus n’est qu’un affreux pessimiste !!!!!!!!!

                            l’argent et le système monétaire ne repose que sur la confiance, quelqu’un d’endetté est un bon client et la France restera un bon client, et contrairement à ce que dit AYrault rembourser la dette et en faire une priorité au détriment de tout le reste de l’économie est la pire bêtise qui soit !! ce qui va arriver va être ceci, la banque centrale va créer quelques pièces de monnaie de 1000 milliards de valeur chacune que certains vont acheter et mettre au clou, et l’économie repartira car l’argent ne prend de la valeur que lorsqu’il est compensé par une activité(seule créatrice de richesses) le reste n’est que littérature !!!!!!!!!!!!!!!!!!
                            J’ ajouterai que la France est un pays hautement crédible car j’ai lu il y a quelques jours que son territoire maritime dans la région du Pacifique est l’équivalent grâce à ses îles, du territoire européen avec toutes les richesses que çà implique, en cela on arrive juste derrière les USA alors, il faut arrêter de nous parler de pays en voie de clochardisation, car quand un banquier vous prête de l’argent c’est parcequ’il sait que derrière vous il y a le « backing »......
                            ce pays a juste besoin de plus de justice sociale et d’une meilleure répartition des richesses, pour le reste nous ne sommes pas plus bêtes qu’ailleurs !!!!!!!!!!!!

                          • walden walden 12 mai 2013 09:28

                            inutile de dire que l’intelligence humaine au service de la production de valeur économique, c’est du travail.


                          • walden walden 12 mai 2013 09:35

                            la france est une grande puissance en terme de consommation : vu la taille de son économie, il lui sera difficile de trouver des débouchés extérieurs pour soutenir sa production intérieure - qu’elle soit libellée en florin, en dragme ou en bolivars ne change rien à l’affaire. je ne vois pas la France exporter une partie significative de sa production en chine ou aux états-unis qui pratiquent tous les deux la déflation salariale ... ni en Allemagne qui s’en aussi fait une spécialité.
                            par ailleurs, au vu du montant de la dette française, si la France faisait défaut, c’est le système financier dans son intégralité qui s’écroulerait (c’est le cas même pour un petit pays comme le mien). il y a là un rapport de force à exploiter : quand on a une dette d’un million, on a un dproblème, quand on a une dette d’un milliard, c’est notre banquier qui a un problème.
                            au risque de me répéter, la france est un pays de haute technologie, avec un personnel très qualifié, des infrastructures, un tissu industriel, une agriculture exportatrice, etc. les français ne sont pas des haïtiens, n’en déplaisent aux cassandres libéraux.


                          • walden walden 12 mai 2013 09:48

                            par rapport à la chine, il faut signaler que la croissance chinoise correspond à une croissance des salaires - y compris des salaires minimaux - dans ce pays (ils sont en train de dépasser le mexique, par exemple, et subissent d’ailleurs les premières délocalisation à destination du bangladesh, par exemple). cette augmentation de salaire massive a permis l’émergence d’une classe moyenne chinoise qui porte la croissance.
                            aussi incroyable que cela paraisse, dans un régime capitaliste, le problème n’est pas de produire, c’est de réaliser la production.


                          • walden walden 11 mai 2013 16:05

                            excusez mes fautes d’orthographe, j’ai été un peu vite mais j’oubliais,
                            le trou de la sécu est facile à combler, il suffit d’augmenter les cotisations obligatoires, en aucun cas de réduire les dépenses, ce qu’une numéromanie bornée pourrait suggérer.
                            à l’inverse, il faudrait augmenter lesdites dépenses puisqu’il s’agit de capital immédiatement réalisé qui permet de cesser d’entretenir la bulle spéculative (financière, banquière, obligataire ou de produit dérivés). comme les agents économiques sont en concurrence, ils devront tous aligner leur prix sans perdre de part de marché.


                            • BA 11 mai 2013 16:57

                              A propos de l’Italie :

                              Toujours selon la banque centrale, les banques du pays ont renforcé leurs avoirs en obligations souveraines italiennes, à 363 milliards d’euros au total, contre 351,6 milliards en février. Ce montant est le plus élevé depuis 15 ans que la Banque d’Italie en compile la statistique et il représente une augmentation de près de 25% depuis mars 2012.


                              http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00520264-italie-banques-les-creances-douteuses-en-forte-hausse-en-mars-565185.php


                              Les banques italiennes préparent l’avenir : les banques italiennes se chargent en obligations de l’Etat italien.

                              Quand la prochaine crise bancaire arrivera, les banques italiennes diront à l’Etat italien :

                              « Maintenant, tu vas lever des impôts supplémentaires pour nous renflouer. Si tu le fais, tout ira bien. Si tu ne le fais pas, nous faisons faillite, mais nous t’entraînons dans notre chute. Il n’y aura plus personne au monde pour te prêter de l’argent. Quant aux milliers de milliards d’euros que vont perdre les épargnants italiens, tu t’expliqueras avec eux. »

                              En clair : les banques italiennes tiennent l’Etat italien par les c… , et elles le tiennent très fort.

                              Pronostic :

                              - Les banques italiennes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat italien va se déclarer en défaut de paiement.

                              - Les banques grecques vont faire faillite ET AUSSI l’Etat grec va se déclarer en défaut de paiement.

                              - Les banques irlandaises vont faire faillite ET AUSSI l’Etat irlandais va se déclarer en défaut de paiement.

                              - Les banques portugaises vont faire faillite ET AUSSI l’Etat portugais va se déclarer en défaut de paiement.

                              - Les banques espagnoles vont faire faillite ET AUSSI l’Etat espagnol va se déclarer en défaut de paiement.

                              - Les banques chypriotes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat chypriote va se déclarer en défaut de paiement.

                              - Les banques slovènes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat slovène va se déclarer en défaut de paiement.

                              - Les banques belges vont faire faillite ET AUSSI l’Etat belge va se déclarer en défaut de paiement.

                              (Liste non exhaustive)


                              • L'enfoiré L’enfoiré 11 mai 2013 18:23

                                Je crois qu’il faut voir cela en élevant le niveau à celui de l’Europe.

                                ceux des Etats-Unis.
                                La différence entre les trois, c’est quoi ?
                                La confiance... dans la monnaie, dans les potentiels de développements et ceux de pouvoir réagir à un problème donné et la solution à donner.
                                Quand vous devez organiser une réunion à 27, combien de temps faut-il ?
                                On parlait hier des jours fériés en France
                                Les graphiques de ce « No-vacation nation » ne vous dit rien ?

                              • travelworld travelworld 11 mai 2013 17:27

                                Personne n’évoque la spéculation immobilière qui fait beaucoup de mal, l’Espagne évidement, mais aussi le Japon dans les années 90, les célèbres « subprimes »aux U.S etc.
                                Le ralentissement de la consommation en France vient de là également.
                                Autrefois le fondateur de Sony ou Honda je ne sais plus visitant les USA déclarât :« Vous formez des avocats, nous des ingénieurs »
                                Nous pourrions dire nous formons des agents immobiliers, mais pas assez d’ingénieurs, les Français investissent très peu dans leurs entreprises, les petits porteurs ont déserté la bourse, moi le premier....
                                L’absence de politique industrielle et recherche depuis Chirac, en gros, nous a fait beaucoup de mal !!!


                                • Pyrathome Pyrathome 11 mai 2013 17:39

                                  Des chiffres ?

                                  + de 25 000 milliards dans les paradis fiscaux.....

                                  Fraude fiscale en France = + 200 milliards s’évaporent chaque année....


                                  • spartacus spartacus 11 mai 2013 20:54

                                    @par pyrathome

                                    Les chiffres cités dans l’article, correspondent a des publication vérifiées.

                                    Sans la nier, personne ne connait la réalité des fonds dans les paradis fiscaux et la Fraude fiscale.
                                    Les chiffres que vous donnez sont en général des propagandes destiné des clientèles politiques réceptives a la stigmatisation pour détourner des vrais chiffres que chacun devrait connaitre...

                                  • benyx benyx 11 mai 2013 18:21

                                    Spartacus, arrêtez d’appliquer un raisonnement de micro-économie à une logique macro-économique. Vous faites une erreur de débutant ignorant des bases de l’économie. Vos réactions et vos articles sont des inepties économiques, celles que répètent les néo-libéraux (par ignorance ou par intérêt). Lisez Keynes, vous comprendrez (je l’espère), vous gagnerez du temps à ne plus écrire n’importe quoi !


                                    • spartacus spartacus 11 mai 2013 20:48

                                      Semble t-il les Keynésiens n’aiment pas la critique.....


                                      Avec votre Formidable Keynésianisme et 1149 milliards de dette pour la création de relance par l’emprunt, nous devrions tous être au plein emploi, mais 4.8 millions de chômeurs.

                                      Et dire que c’est le Keysianisme qu’on instruit à l’ENA et Science Po et l’éducation nationale.....

                                      Vous n’avez pas l’impression que les faits vous donnent tors ? Il est vrai qu’il vous reste la langue de bois pour ne jamais admettre l’écroulement des idées Keynésiennes...

                                    • vesjem vesjem 11 mai 2013 23:32

                                      on peut aussi penser par soi-même ,après avoir analysé les infos locales et globale ,et tenté de faire une synthèse sans faire référence à untel .
                                      les raisonnements macros et micros sont utiles et complémentaires .
                                      salutations


                                    • walden walden 12 mai 2013 09:25

                                      non, la dette française est due à 85% aux intérêts. ces intérêts proviennent du mode de financement de ladite dette : l’état emprunte aux banques privées. ce qui est remarquable, c’est que ces banques empruntent elles-mêmes aux banques publiques à un taux (presque) nul. en dernière instance, la création monétaire est le fait de la banque publique ou du crédit. quand elle est le fait du crédit, la masse de dette croît plus rapidement que la masse monétaire puisque les créances sont rétribuées.
                                      si l’état français s’était directement financé, sa dette serait de 200 mds actuellement pour les mêmes dépenses.
                                      il est également remarquable, en France, que la question de la dette demeurait un problème de faible portée pendant les trente glorieuses keynésiano-gaulliennes.


                                    • vesjem vesjem 11 mai 2013 18:22

                                      je ne peux que faire confiance à spartacus et ses chiffres ;
                                      un petit exemple : quand l’europe « pond » une directive technique , elle y associe une prime à exécution ; toutes les villes d’europe , pour obtenir la dite prime , se lancent inconsidérément dans ces travaux (souvent inutiles) , à grands renforts d’emprunts toxiques ou non ; ceci depuis des lustres ; n’avons-nous pas tous observé depuis une dizaine d’année, une accélération de travaux gigantesques dans nos agglomérations  ;tout-à-l’égout ici , couloirs de bus là , destructions/reconstructions imbéciles des cités (au lieu de céder aux locataires , ces logements depuis longtemps remboursés) , etc ... autant de dettes (et pas des petites) qui gonflent celle globale ; la dernière nouveauté sont les « partenariats public / privé » , qui retardent une dette que nous laisseront à nos enfants , et de plus ,en truquant les bilans des municipalités ;
                                      j’ai questionné ma mairie sans succès ; je suis preneur d’explications plus précises .


                                      • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 18:21

                                        Rebonjour vesjem,


                                        « Je ne peux que faire confiance à spartacus et ses chiffres »
                                        J’ai confiance aussi.
                                        Désolé de revenir.

                                        « quand l’europe « pond » une directive technique , elle y associe une prime à exécution »

                                        Il ne faut pas voir le pouvoir de l’Europe sous ce angle. La CE fait des injonctions mais n’offre pas de primes à l’exécution.
                                        Le rôle de la CE et son mandat s’établit ainsi : « La Commission européenne promeut l’intérêt général de l’Union et prend les initiatives appropriées à cette fin. Elle assure la représentation extérieure de l’Union à l’exception de la PESC et des autres cas prévus par les traités (art. 17 TUE). Elle assure également les relations avec les organisations internationales et met en place les délégations auprès des pays tiers. »

                                        Les grands travaux sont réalisés et financés au niveau du pays, de la région ou de la mairie (commune pour nous). L’Europe ne se permettrait pas de s’immiscer dans les affaires d’un Etat. Celui-ci doit se débrouiller pour trouver les sous. 

                                        « la dernière nouveauté sont les « partenariats public / privé » »

                                        Exact. Il y a seulement une règle de conduite, l’obligation de trouver un nombre d’entreprises privées candidates pour faire certains travaux importants. Il y a eu assez d’affaires qui se sont terminées en justice pour raison manquement à cette règle.
                                        Si vous ne vous souvenez pas des affaires contre Microsoft et d’autres multinationales.
                                        Pas de monopole.... 


                                      • vesjem vesjem 13 mai 2013 12:04

                                        salut enfoiré
                                        je suis au regret de te dire que tu retombes dans tes travers ; ne vois pas en moi un ennemi ;
                                        l’europe subventionne (même petitement) les travaux qu’elle « préconise »  ; est-ce vrai ou non ?


                                      • benyx benyx 11 mai 2013 21:31

                                        C’est quoi les trente glorieuse comme politiques... Une politique keynessienne a l’échelle Européenne, Chinoise ou autre grand bloc avec le contrôle des marchés vous relance l’économie que la politique néo-libérale à détruit en 30 ans.


                                        • spartacus spartacus 11 mai 2013 23:05

                                          Les 30 glorieuses on le paye encore aujourd’hui.....

                                          Cet après guerre c’est aussi fait par une dette sur les générations suivantes....

                                          Vous avez vu un jour une politique libérale en France ?....Vous êtes bien le seul.

                                        • walden walden 12 mai 2013 09:27

                                          de nouveau, l’essentiel de la dette est postérieure au keynésianisme des trente glorieuses keynésienne, bien plus, elle s’est surtout accumulée après ... le tournant de la rigueur de triste mémoire : regardez l’historique des chiffres.


                                        • yoananda 12 mai 2013 00:20

                                          Bravo.
                                          Bon courage car Agoravox est complètement noyauté par des fonctionnaires gauchistes qui refusent tout dialogue et toute remise en cause.

                                          J’avais fait le constat de la ruine de l’état dès 2010.

                                          http://yoananda.wordpress.com/2010/09/23/la-france-en-ruine/

                                          Complètement d’accord avec vous : les politiques monétaires ne sont qu’une cause lointaine du vrai soucis : le choc pétrolier des années 70, a partir duquel tout à changé. Nombre de courbes en attestent.
                                          D’ailleurs 2005 est aussi un choc pétrolier, mais bon, ... autant pisser dans un violon.


                                          • mortelune mortelune 12 mai 2013 02:12

                                            Les chiffres sont une bonne chose et leur interprétation en est une meilleur. Cette avalanche de chiffres ne mérite pas les maux de tête qu’elle va entrainer et l’aspirine qu’il va falloir prendre. Sans le vouloir vous participez au déficit de la sécu...


                                            « l ne reste que 69 milliards pour payer la totalité des services de l’état. Administration, aide publique, culture, défense,  »

                                            Puisque vous évoquez la défense. Pourquoi cacher ce poste de dépense à coté de la culture et des aides publiques ? La défense nationale représente 13% du budget de la nation ce qui en fait le troisième poste de dépense. Quand on parle de ’défense nationale’ il est bon d’ajouter que notre armée passe davantage de temps à tuer des hommes, femmes et enfants à des milliers de kms de nos frontières au lieu de nous protéger des attaques des financiers de la City et de Wall street. 

                                            Comme des graphiques valent mieux que des miriades de chiffres très mal commentés voici une page beaucoup plus simple à lire : les dépenses de l’état

                                            NB. Tout votre article pour montrer que les fonctionnaires coutent chers aux français, vous auriez pu aller directement au fait. De mon coté j’ai le sentiment que les gens comme vous coutent bien plus cher à la société et que lorsque je vois une infirmière ou un(e) collègue enseignant(e) je vois quelqu’un d’honnête qui fait son travail le mieux qu’il peut. 

                                            • spartacus spartacus 12 mai 2013 09:00

                                              @Mortelune

                                              Je n’ai rien voulu démontrer, sauf exposer aux bonimenteurs la réalité.
                                              Ce n’est que de la transparence.
                                              Quand on est prof comme vous aux Dom Tom au soleil, et qu’on bénéficie de privilèges de double paye et autres privilèges de retraite avancée, et qu’on dénonce ses voisins de la défense..On en conclus ce que l’on veut.

                                            • mortelune mortelune 12 mai 2013 13:14

                                              Chacun mène la vie qu’il peut Spartacus et il n’y a rien à renier sauf à déplorer que des gens comme vous ne puissent pas imaginer une seconde que tout le monde à le droit au bonheur et que celui-ci ne se trouve pas forcément au pied des cheminées d’usines. Vos chiffres ne sont pas de la transparence puisqu’il s’agit surtout pour vous et d’autres de les manipuler pour en faire un outil de propagande à deux sous. Vous êtes un sionistes et fier de l’être et ça je vous le met dans la figure sans hésitation. J’ajoute même que la terre se porterait bien mieux sans des arrivistes comme vous. Réfléchissez-y deux minutes et retournez faire travailler vos ouvriers je suis certaine que vous avez hates de leur filer un coup de pieds aux fesses pour le grand bien de votre rentabilité. 


                                            • spartacus spartacus 12 mai 2013 18:16

                                              Menez la vie que vous voulez, et prenez du bonheur aux frais du contribuable, mais évitez de donner des leçons de justice soi disant sociale, quand on bénéficie de privilèges c’est toujours amusant de voir le maître nageur ne pas savoir nager.


                                              Sioniste ? N’étant ni juif, ni Israélien, je ne comprend pas l’allusion. Vous avez des problèmes antisémites ? C’est la culture communiste ?

                                              Et l’arriviste que je suis ne demande rien à l’état de le prendre en charge et mes salariés sont libres.
                                              Et la rentabilité est la logique même, sauf pour les emploi à vie de la puissance publique qui vivent sur la bête de l’état.

                                            • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 18:28

                                              +1 Spartacus.


                                               « tout le monde à le droit au bonheur » dit Mortelune.

                                              Tout à fait d’accord et pas nécessairement en effectuant un travail abêtissant.
                                              Il y a le PIB et il y a le BIB, le Bonheur Intérieur Brut" comme je l’ai appelé.
                                              Un rapport avait été commandé à Stiglitz en 2008 par Sarkozy.
                                              Le bonheur un question de mesure... bien plus difficilement chiffrable. 

                                            • HugoS HugoS 12 mai 2013 19:08

                                              Résumé de la discussion entre @Spartacus et @Mortelune :
                                              Spartacus : « MOI J’AI LE DROIT DE DONNER DES LECONS AUX AUTRES ET DE LES TRAITES DE COMMUNISTES HAINEUX, MAIS PAS TOI, NA ! » smiley

                                              Le pire c’est que je caricature à peine.


                                            • spartacus spartacus 13 mai 2013 08:32

                                              @gauche normale

                                              Je lui en déjà ai fait la réflexion, et elle l’a confirmé. Vous qui êtes envieux, vous ne savez pas que l’impôt sur la fortune en Nouvelle Calédonie est principalement payé par les ménages de profs en double paye ?
                                              La grande différence, c’est que l’entrepreneur ne prend pas son argent sur le contribuable ni de privilèges sur le dos du bien collectif.
                                              On peut louer des yacht pas cher a Madagascar, aujourd’hui chacun peut se payer une belle limousine, on trouve des Lexus sur le bon con, et disposer d’un logement sur Dubai ne me choque pas.

                                            • spartacus spartacus 13 mai 2013 11:47

                                              Haït celui qui est plus riche que toi.....Sortez de cette pleine culture Marxiste aveuglante, imaginez que la richesse s’obtient majoritairement par le travail et le talent, et arrêtez de confondre exceptions avec généralités....


                                              Que les fonctionnaires méritent leur salaire je n’en doute pas, mais les privilèges, désolé ça ne marche pas. Surtout quand on sait ce que cela coûte. 

                                              Parlez pas de cotisations comparées, vous connaissez le brut de brut d’un fonctionnaire, vous vous aventurez sur un terrain qui n’est pas favorable aux obligés de l’état ?

                                              Bénéficier d’un doublement de salaire pour vivre en Nouvelle Calédonie, et une retraite améliorée payable sur le contribuable..et de l’autre nous faire un déferlement sur les « privilèges »....

                                              Maintenant si vous estimez que le contribuable préfère payer avec les impôts, des primes de vacances pour des corporation au détriment de se payer avec des biens pour lui...Pour vous le monde est beau.

                                              Mais il vrai que pour vous l’argent tombe du ciel, les ressources de l’état sont incommensurables, et les obligés sont des gens qui doivent prioritairement profiter de la manne contribuable.

                                            • Mycroft 13 mai 2013 13:56

                                              Jusqu’à preuve du contraire, Spartacus, la grande majorité des fonctionnaire, et la totalité des enseignant, sont issus de concours. On ne né pas fonctionnaire, c’est un poste qui s’obtient par travail et mérite.

                                              Contrairement à celui d’entrepreneur, qui est lié à l’héritage, que ce soit les grandes entreprises ou les petites.

                                              Les profs, que vous l’acceptiez ou non, sont une élite intellectuelle. La preuve en est, ils arrivent à éduquer leur enfants, qui réussisse massivement (ce qui est rassurant dans une certaine mesure, ça prouve qu’ils font bien leur taf et que le problème est massivement dans l’incompétence des parents). Et ne venez pas parlez de tricherie, les concours sont anonymes. 


                                            • spartacus spartacus 13 mai 2013 15:13

                                              @par Mycroft

                                              Vous avez raison, n’est pas enseignant qui veut, j’en convient sans aucune équivoque.
                                              Comme entrepreneur, j’ai démarré à 0, et une grande majorité aussi, votre vision de l’entrepreneur que vous enseignez, en est resté à Zola, Hugo ou Marx....

                                              La prédominance des résultats de profs vient principalement de leur connaissance du système et des filières d’orientation complexe et opaques pour les quidams. 

                                              Quand a votre vision de l’« élite » elle ressemble surtout a une corporation jalouse et profiteuse sur le dos de la collectivités de privilèges.
                                              Un privilège est un avantage garanti au détriment des autres. Et les autres se sont les contribuables.
                                              En Suisse le statut de fonctionnaire n’existe plus.
                                              En Italie et Autriche, Suède, l’emploi à vie n’existe que pour les professions régaliennes. Les profs n’en font pas partie. 
                                              Se considérer comme une élite est présomptueux ! 

                                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 mai 2013 15:31

                                              Se considérer comme une élite est présomptueux ! 


                                              Surtout si on vit sur le dos des autres .

                                            • Mycroft 14 mai 2013 12:49

                                              Pour votre gouverne, je ne suis pas enseignant ou fonctionnaire, mais bien salarié du privé. Et plus utile pour ma boite que son fondateur qui se trouve être mon employeur.

                                              Vous prétendez êtres partie de zéros. Je ne doute pas que vous en soyez convaincu. Je ne doute pas non plus que ça soit faux. Vous avez sans aucun doute bénéficié de prèts pour vous lancer dans votre aventure. Prêts qui ne s’obtiennent pas sans un minimum de garantie. Et quand bien même vous seriez cette perle rare, cet réel self made man, ça ne fait pas de vous le modèle de entrepreneuriat.

                                              Vous citez le nombre de fils d’enseignant qui réussissent (chose qui s’explique simplement, puisque un enfant d’enseignant est éduqué 24h/24 par des professionnels alors que les autres ne le sont que 8h/24) pouvez vous citez le nombre d’entrepreneurs fils de pauvre ? Comment expliquez vous ce chiffre qui doit être abyssalement bas ?

                                              Contrairement à l’enseignant, qui a besoin d’une certaine maitrise intellectuelle, un entrepreneur n’a pas besoin d’être un as. Il lui suffit d’avoir des contactes compétents et pas ambitieux (ce qui, pour une raison qui m’échappe, correspond à la majorité des gens compétents). 

                                              Le système d’orientation n’a rien d’opaque. Le seul problème du système d’orientation, c’est la FAC, qui ne sert à rien, excepté au niveau du doctorat et pour quelques autre domaines pour lesquels ils n’existent pas d’école d’ingénieur. Mais il n’y a pas grand besoin d’être un connaisseur pour savoir quelle formation suivre. Excepté quand on a pas le niveau de faire des études supérieurs, ce qui est le cas de plus de la moitié de ceux qui se lancent dans l’aventure.

                                              Un privilège n’est choquant que s’il est l’apanage d’une caste héréditaire, certainement pas quand il résulte d’une méritocratie, la meilleur d’entre elle étant celle du concours.

                                              Se considérer comme une élite, avant d’être présomptueux, c’est, quand on comprend réellement comment fonctionne les mathématiques et la science, être réaliste.


                                            • spartacus spartacus 14 mai 2013 14:14

                                              Pour l’entrepreneur, chaque bilan annuel est un concours.

                                              Perso, les entrepreneurs que je coutoie sont des gens de toutes origines, et l’ambition est souvent le moteur.

                                              Pour l’entrepreneur, chaque bilan annuel est un concours, et nous n’avons pas le même sens des droits et privilèges.

                                            • Mycroft 14 mai 2013 16:26

                                              Comme si un bilan annuel était un moyen de juger le travail et la compétence d’une personne. Ca dépend de tellement de chose qu’on est en droit de se demander si la compétence de l’entrepreneur entre en compte. Un concours, c’est un moyen clair et efficace de sélectionner une élite. Pas forcément parfais, mais il n’existe pas, à l’heure actuelle, de meilleurs système de sélection.

                                              Vous avez raison, les entrepreneurs sont en effet souvent des gens ambitieux. Mais présentez leur une publication pointue, un brevet, ou n’importe quoi de technique, et vous les larguez rapidement, à quelques exceptions près.

                                              Ceux qui font tournez les boites, ce sont les experts techniques. Ingénieur, scientifiques, ceux qui font des publications et des brevets. Ceux là créer des richesses. Bien plus que ce que leur maigre salaire représente. Apple n’existe pas grâce à Steves Job mais à Steve Wozniak. Et c’est tout le temps comme ça. L’homme de l’ombre, l’expert, fait le vrai boulot, le « dent longue » rafle la mise. Sauf pour les entreprises artisanale, pour lesquels il n’y pas vraiment d’innovation, mais peut on vraiment penser que ces entreprises créent de la richesse à l’heure d’aujourd’hui ? Elles sont un résidus du passé, certainement pas un exemple. Une société structurée a besoin d’ouvrier, pas d’artisan.


                                            • Montagnais Montagnais 12 mai 2013 04:39

                                              A benyx


                                              Vous seriez pas élève en Hypokeynes vous ? en tout cas ..

                                              Vous êtes bien péremptoire petite tête du haut de vos 15 commentaires, sans un papier sans un article, bizarrement accroché aux thèses du vieux baron godon antic comme une bigote à sa fiole d’eau bénite .. Vade Retro Spartacus !..

                                              Spartacus, lui, a réalisé des trucs .. vous .. qu’avez fait ? minaudé ?.. Keynes affiché comme nouvelle paire de pompes, Converse et Niké !..

                                              Keynes, jeune fleur primesautière, sachez, ne sert plus qu’aux deuxième années d’action co et aux élus de Clochemerle-les-Bouriquots .. pour expliquer l’économie aux pompiers et aux rombières .. briller au repas de faim damnée ..

                                              Les conditions historiques se sont modifiées de façon empyréïque .. Truisme Montagnais !.. 

                                              Keynes aux questions économiques de maintenant - et encore plus pour le futur - , c’est Bourvil dans la révolution technologique, de Funès et Tom Ripley ministres de la culture ..

                                              Vous faites une erreur de débutant ignorant de la réalité du moment


                                              Lisez le Washington Post d’avant-hier, ou le Los Angeles Times d’aujourd’hui .. vous comprendrez (je l’espère), vous gagnerez du temps à ne plus écrire n’importe quoi !

                                              • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 08:56
                                                Spartacus,

                                                 Désolé de le dire, mais vos commentaires sont mous. Il ne suffit pas d’énoncer les chiffres, mais de savoir ce qu’on en fait.
                                                 J’ai été un homme de chiffres pendant ma vie active. Les graphiques, leur interprétation, je connais.
                                                 On vous dit que « ’appliquer un raisonnement de micro-économie à une logique macro-économique », ce que je trouve tout à fait exact, vous répondez à côté de la plaque.
                                                 La marco-économique n’a rien à voir avec votre petit business dans vos coins où vous avez décidé de déposer vos valises.
                                                 Il faut prendre du recul devant des chiffres, faire le bilan et en tirer des conclusions pour les améliorer.
                                                 Bien sûr que les dettes devront être payées dans le futur, mais tout dépend de ce qu’on fait des emprunts. Si une dette est fait pour une amélioration de la situation, elle sera remboursée par elle.
                                                « Les chiffres sont une bonne chose et leur interprétation en est une meilleur » dit Mortelune, et il à 100% raison. Quand on investit pour détruire, c’est à fond perdu.
                                                 Quand à vos attaques contre les fonctionnaires, ils sont un peu périmés. L’Etat agit aujourd’hui comme un chef d’entreprise. Il élague là où il faut, pour faire des économies. La Cours des Comptes de la France, je ne connais pas assez, mais chez moi, c’est le cas.
                                                 Alors, SVP, racontez-nous dans un prochain articles dans quel cas vous avez fait évolué le schmilblick dans le bon sens. 
                                                C’est de la microéconomique, mais, au moins, de cela vous pouvez parler.
                                                @+


                                                • spartacus spartacus 12 mai 2013 09:37

                                                  @par l’enfouaré

                                                  Mes articles passent rarement la censure des modérateurs de gauche en surnombre sur Agoravox.
                                                  Ca peut vous donner une idée de « mollesse »

                                                  Contrairement a ce que vous pensez je n’ai rien contre les fonctionnaires en soi, juste leur nombre.

                                                  Quand a croire que l’état agit comme un chef d’entreprise on en est loin, très loin.
                                                  Les politiciens agissent pour se faire réélire en fonction de « clientèles ».

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 09:51
                                                  « Mes articles passent rarement la censure des modérateurs de gauche en surnombre sur Agoravox. »

                                                  Je m’en doute. Je ne suis pas contre vous, j’essaye de vous aiguiller. Parler d’économie, c’est sortir d’un pays pour le retrouver au niveau général et mondial. La France, cela représente quoi dans le monde ? Les Droits de l’Homme,... et encore. Ils sont en perte de vitesse.
                                                  Ce qui est intéressant puisque vous aimez les chiffres et leur contenu, c’est de partir par le bas, par votre expérience, parler de votre vécu, des bons et des mauvais points que vous rencontrez sur votre chemin. Soyez plus intimiste, que diable.
                                                  Il faut se mouiller la chemise quand on écrit comme on le fait dans la vie de tous les jours. 
                                                  C’est çà, sortir de la mollesse.
                                                  La modération, j’en ai fait pendant un an. Je n’en fais plus. Perdues dans ce monde de modération qui ne dit plus son nom ne m’intéresse plus. C’est du sable mouvant être modérateur après avoir publié quelques articles ; 

                                                  Ok, pour les fonctionnaires. Il y a fonctionnaire et fonctionnaire. Il y a un esprit fonctionnaire, c’est exact, mais il est occupé à en recevoir plein la gueule. Vous ne connaissez peut-être pas le BPost avec les tournées qui sont gérées par un logiciel Georoute (qui est déjà à sa nième version) 

                                                  « Quand a croire que l’état agit comme un chef d’entreprise on en est loin, très loin. »
                                                  Vous parlez encore une fois pour la France, qui a énormément de retard dans beacuoup de domaines

                                                  « Les politiciens agissent pour se faire réélire en fonction de « clientèles ». »

                                                  Yes, rien de nouveau sous le soleil.



                                                • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 09:55

                                                  Au niveau, de ce que je vous disais au début de mon commentaire, sachez que pour donne l’envie d’entreprendre, la télé belge (La1) donne tous les jours des exemples de PME qui réussissent en dépit de la crise, sous le titre générique de « Made in Belgium ».

                                                  C’est exactement ce que vous devriez faire ici, sur cette antenne, si votre télé n’en est pas capable.
                                                   smiley

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 10:12

                                                  En d’autres mots : faites votre bilan personnel.

                                                  Là, on pourra compter les points.
                                                   smiley 

                                                • vesjem vesjem 12 mai 2013 13:26

                                                  enfoiré , pourquoi t’excites-tu comme une puce ; as-tu besoin de reconnaissance ? tu tournes les commentaires en dérision de manière un peu simpliste pour qu’on te réponde ; voilà , c’est fait ; je n’ai rien dit de constructif pour te signifier que tu fais du vent ; applique-toi ,si tu veux bien ,tu as sûrement de bonnes idées enfouies en toi ,mais tes révoltes te les masquent .


                                                • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 16:32

                                                  Vesjem,


                                                  « pourquoi t’excites-tu comme une puce »

                                                  Parce que j’aime la puce. C’est un petit animal qui n’en a rien à faire de l’endroit où il s’installe.
                                                  Il chatouille, il grattouille quand les autres se mouillent. 

                                                  « as-tu besoin de reconnaissance ? »

                                                  Ah, non, j’adore l’ombre. Justement comme une puce.

                                                  « tu tournes les commentaires en dérision de manière un peu simpliste pour qu’on te réponde »

                                                  Ben oui, c’est un tort, d’après toi ?

                                                  « voilà , c’est fait ; je n’ai rien dit de constructif pour te signifier que tu fais du vent »

                                                  J’aime le vent, aussi. Son souffle me permet de sauter bien plus loin.

                                                  « applique-toi ,si tu veux bien ,tu as sûrement de bonnes idées enfouies en toi ,mais tes révoltes te les masquent »

                                                  Les révoltes et les masques ? 
                                                  A y réfléchir, oui, c’est le rôle de la puce, elle masque ses révoltes... 

                                                  Robert Clausard a écrit un poème, la « Puce-chien » que je ne trouve pas mal.
                                                  J’espère qu’il vous plaira aussi.
                                                   smiley

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 18:01

                                                  Merci de m’avoir donné l’opportunité de changer mon avatar smiley 


                                                • spartacus spartacus 12 mai 2013 19:20

                                                  @par l’enfouaré.

                                                  Parler de mon vécu sur le terrain pourrait être préjudiciable a mes activités.
                                                  La France n’est pas la Belgique, c’est un pays de jalousie extrême. La France est l’un des pays ou l’entrepreneur est ostracisé et doit vivre caché.
                                                  Agoravox doit rester un amusement, c’est pour cela que je suis toujours resté généraliste... 
                                                  Mais je retiens de parler plus de mes déplacements, et de la place perçue de la France à l’extérieur.

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 20:18

                                                  +1 Spartacus


                                                  « La France n’est pas la Belgique, c’est un pays de jalousie extrême. La France est l’un des pays ou l’entrepreneur est ostracisé et doit vivre caché. »

                                                  Je ne connais la France que pendant des périodes courtes de vacances. J’en ai entendu parlé, c’est tout. Mais je m’instruis en votre présence. smiley

                                                  « Agoravox doit rester un amusement, c’est pour cela que je suis toujours resté généraliste... »

                                                  Ok, Je comprends. Pour moi aussi. A une certaine époque, la base m’a invité à y publier. Aujourd’hui, je ne fais plus que commenter en étant revenu sur ma base de départ. 
                                                   
                                                  « Mais je retiens de parler plus de mes déplacements, et de la place perçue de la France à l’extérieur. »

                                                  Agoravox existe en Belgique. Cela s’appelle medium4you.be
                                                  C’est moins agité.

                                                • crétin alpestre 12 mai 2013 09:05
                                                  Bonjour spartacus

                                                  Je suis nul en économie et j’aurais deux questions :

                                                  Quelle est la nature de la dette publique (en France ou ailleurs), ou plus précisément, sur quelle contre-valeur tangible est-elle adossée ?
                                                  Ensuite, quel état dans le monde pratique une politique libérale, selon les critères du libéralisme économique actuel ?

                                                  Pouvez-vous m’éclairer ? Merci...

                                                  • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 09:13

                                                    Nul en économie et en recherches sur Internet ?

                                                    Il suffit de quelques clics et vous avez la réponse à votre question.

                                                  • spartacus spartacus 12 mai 2013 09:29

                                                    @bonjour crétin alpestre

                                                    La dette est assise sur le PIB. Le PIB est « soi disant » la richesse produite.
                                                    La richesse produite par essence n’appartient pas à l’état. 
                                                    C’est donc sur le pouvoir de coercition, c’est a dire le pouvoir de lever des impôts que la dette est adossée.

                                                    Une politique est libérale, le libéralisme est une éthique, pas une idéologie.
                                                    Les pays sont démocrates ou socialistes ou communistes.
                                                    Par exemple la Chine en économie applique une certaine forme de libéralisme, mais ne peut être qualifié de pays libéral, puisque la liberté doit être aussi politique et individuelle.

                                                    On retrouve principalement le libéralisme dans les pays démocrates.
                                                    On dit qu’un pays suit une politique libérale, mais pas qu’un pays est libéral.
                                                    Hong Kong, la Suisse, Singapour, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Australie, Barhein ont des politiques libérales.
                                                    Le Chili et le royaume unis depuis 2010 ont des nouveaux gouvernements libéraux depuis 2010.
                                                    Au Chili le chômage a baissé de 7 à 6% en 2 ans. En Angleterre de 9.5 à 7.8 en 2 ans.

                                                    Il existe des auteurs simples à lire qui expliquent l’économie pour ceux qui veulent s’instrure en économie rapidement comme Henry Hazlitt et Hayeck
                                                    Exemple : Sources Henry Haslitz « Economics in One Lesson ».

                                                    Sa lecture en Français est gratuite sur Internet

                                                    Une fois avoir lu lisez Hayeck La Route de la servitude qui est aussi assez simple a lire, même si les références au réel sont assez anciennes.


                                                  • walden walden 12 mai 2013 09:43

                                                    chiffre pour chiffre, il est utile de préciser que dans certains quartiers d’Edimbourg, l’espérance de vie atteint le chiffre remarquable de 56 ans, presque aussi bien qu’en Inde. effectivement, si le taux de chômage indemnisé est le critère ultime, alors l’angleterre est l’exemple mais si l’on parle de la dette publique, de la santé publique, de la productivité, du devenir du tissu industriel, alors l’Europe du nord ou la France me semblent des exemples plus intéressants. à vous de voir s’il faut diminuer le taux de chômage indemnisé à tout prix ou s’il faut vivre en bonne santé avec des usines qui tournent ...
                                                    pour hayeck, rappelons que toute dépense est inflationniste : les investissements et la formation ne constituent pas des placements à terme intéressants, ils n’ont pas d’effet sur la production de valeur. formidable. du coup le libéralisme ramène lentement mais sûrement à l’âge de la pierre à coup de ’capitaine d’industrie’ et de ’créateur de valeur’.


                                                  • foufouille foufouille 12 mai 2013 11:52

                                                    Le Chili et le royaume unis depuis 2010 ont des nouveaux gouvernements libéraux depuis 2010.

                                                    et en GB, ils ont deja plus de 10000 morts ..........


                                                  • spartacus spartacus 12 mai 2013 18:42

                                                    @Walden et Gauche normale prennent des « références » communistes....


                                                    PIB, espérance de vie, taux de pauvreté, c’est une constante et une culture des partis de gauche historique de leur propagandes de référence stupides utilisées pour arriver au pouvoir.
                                                    La culture de la référence « bidon » forcément misérabiliste !

                                                    L’espérance de vie est fonction de toute une vie. C’est une hérésie de faire une analyse dessus.
                                                    Exemple : espérance de vie sur 2 personnes. Une personne morte par événement naturel à 25 ans et une autre morte a 100 ans, l’espérance de vie est de 62.5ans.
                                                    Autre exemple : espérance de vie sur 2 personnes mortes de mort naturelle à 70 ans. l’espérance de vie est de 70 ans. 

                                                    Le taux de pauvreté est une analyse sur la base d’un seul en France et en valeur absolue dans les pays anglo saxons. 

                                                    A part les cocos qui se gargarisent de ces chiffres pour exposer leur haine, rien n’est analysable sur ces chiffres qui sont des agrégats propagandistes.
                                                    Par exemple le « pauvre » américain a 2 voitures, la clim et une maison de 6 pièces.

                                                  • HugoS HugoS 12 mai 2013 19:04

                                                    @Spartacus :
                                                    "PIB [...] c’est une constante et une culture des partis de gauche historique de leur propagandes de référence stupides utilisées pour arriver au pouvoir.« 
                                                    Plus haut dans l’article :
                                                     »0.1% de croissance envisagée. Il faut 2.5% de croissance pour simplement commencer a rembourser de la dette."
                                                    Et la croissance on la mesure avec quoi hein ? smiley


                                                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 mai 2013 19:06

                                                    la croissance se mesure avec des pains au chocolat .


                                                  • spartacus spartacus 12 mai 2013 19:24

                                                    @HugoS

                                                    Exact on mesure la croissance sur les différences de PIB.
                                                    En plus on y déduit l’inflation parfois curieusement, et j’ai toujours pensé que les chiffres de l’inflation étaient truqués pour pouvoir afficher plus de croissance.
                                                    Je vous accorde avoir eu tors de mettre la croissance dans les chiffres.

                                                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 mai 2013 15:34

                                                    24 000 chômeurs ont été obligés de travailler gratuitement en 2011 pendant 4 semaines si ils ne voulaient pas perdre leurs allocs


                                                    les salariés aussi sont obligés de travailler s’ is ne veulent pas perdre leur salaire 
                                                    sauf s’ ils sont fonctionnaires ...

                                                  • crétin alpestre 12 mai 2013 09:21

                                                    Merci L’enfoiré, mais ça ne répond pas exactement à mes questions...


                                                    • L'enfoiré L’enfoiré 12 mai 2013 10:06

                                                      Alors reprenons-les.


                                                      « Quelle est la nature de la dette publique »
                                                      La dette publique sert à tout ce qui est publique et non pris en charge par le privé. Ce sont aussi les entreprises pour améliorer les conditions de vie des citoyens d’un pays, à payer ses fonctionnaires, l’entretien des routes, les services publiques du transport, à récolter vos impôts, à payer les pensions de retraites, le chômage et j’en passe et des meilleurs. Il y a des immeubles qui constituent les « bijoux de famille » qui vendus, permettent de boucher un trou.
                                                      En fait, c’est le citoyen qui fait des dettes pour son confort par l’intermédiaire de tiers chargés de le faire. 

                                                      « sur quelle contre-valeur tangible est-elle adossée ? »
                                                      Principalement, par les impôts et par les revenus des « bijoux de famille » par les successions...

                                                      « Ensuite, quel état dans le monde pratique une politique libérale, selon les critères du libéralisme économique actuel ? »

                                                      Question piège smiley
                                                      Je dirais dans le monde actuel, tous sont tenus par la barbichette du libéralisme.
                                                      Le pognon qui fait la pluie et le beau temps. Le nerf de la guerre.
                                                      Quelques états font semblant d’être communistes.
                                                      Un seul peut-être qui vit en quasi autarcie : la Corée du Nord. 

                                                    • Montagnais Montagnais 12 mai 2013 10:14

                                                      An Analysis of the Keynesian Fallacies, Hazlitt a dit que tout ce que Keynes a dit de nouveau est faux, tout ce qu’il a dit de juste n’a rien de nouveau .. CQ..

                                                      - Ceci étant son best seller est un truc à gogo .. un amoncellement de sophismes rigolos, à la hauteur de ses lecteurs, chef-d’oeuvre de la pensée mégarique .. 

                                                      .. qui d’ailleurs anticipe bien la notion absurde de PIB qui comptabilise l’activité des dealers, des foutballeurs, des alcooliques, des tabagiques, des catcheurs, des comiques, des putes, de la réclame, des chanteurs, des amuseurs, des casseurs de vitres .. j’en passe mille exemple et des meilleurs. 

                                                      La « Science économique » (Wouarfff !) s’est toujours refusé à entrevoir sa révolution épistémologique .. 

                                                      .. nos « Actions Co » pourront ainsi continuer longtemps à vous prendre pour des cons 

                                                      L’indubitable basic de l’economic, c’est que le bipède bouffe son substrat, ne produit rien, absolument rien, en dehors du déchet et que, comme disait le vigneron de la Moselle :

                                                      « Nous sommes dans un réseau de filous ou tout le monde cherche à baiser les autres et où tout le monde s’endette et réciproquement .. » 

                                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 mai 2013 09:16

                                                        Bonjour crétin alpestre , suis envieux de votre pseudo , 

                                                        étant  un crétin du Vaucluse .

                                                        Voyons maintenant lesquels ne se prennent pas pour des crétins ... smiley

                                                        Cordialement . 

                                                        • jjwaDal jjwaDal 13 mai 2013 10:56

                                                           Votre litanie de chiffres ne signifie rien s’il n’y a pas derrière la recherche de l’origine des causes ou de la « mère de toutes les causes ». Ce qui est vrai c’est qu’il y a eu un point d’inflexion significatif du niveau de l’endettement de l’Etat à partir de 1973, année qui a vu l’Etat soumis à l’usure comme un individu avec une privatisation de fait de la création monétaire et financière et le premier choc pétrolier qui a fait exploser tous les équilibres budgétaires. Dans l’urgence je vous rappelle qu’on a cassé les centrales à fioul pour se lancer à grand coût dans la construction à grande vitesse du parc électronucléaire en empruntant sur les marchés financiers de l’époque et à des taux peu sympathiques de mémoire. S’en est suivis une mise en compétition féroce des Etats pour sauver leur peau (qui passait par le « dégraissage » des actifs) et le passage progressif du contrôle effectif de l’économie par l’Etat aux grandes entreprises. Ce n’est sûrement pas le peuple (au demeurant peu éclairé) qui a demandé un peu plus tard la délocalisation de l’industrie manufacturière dans des endroits où les formes modernes d’esclavage étaient mieux tolérés qu’en europe, l’abolition des tarifs douaniers (une forme primitive de taxe carbone et d’assurance chômage car quand on met en compétition directe des salariés à 1000 euros et 150, l’issue est forcément fatale, etc...).
                                                            Bref au final à comptabiliser toutes les séquelles on finit par en oublier les causes. Il faut toujours rappeler qu’un individu qui a 1000 euros de revenus par mois dépensera cette somme pour l’essentiel en salaires d’autres personnes (coiffeur, agriculteur, etc..), sûrement pas le cas à 2000/5000/10000... Ce sont bien ces premiers 1000 euros qui font l’activité économique (l’argent circule) et tolérer que certains en soient privés quand dans le même temps on glose sur le taux de prélèvement sur les hauts salaires revient à nous tirer une balle dans le pied.
                                                            Hors bulle il n’y aura probablement plus de croissance à 2,5% avant une ou deux générations alors autant revoir notre copie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès