• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les contraintes budgétaires, c’est pour les pauvres…

Les contraintes budgétaires, c’est pour les pauvres…

Si Thomas Porcher est l’inspirateur de ce papier, il faut reconnaître que son bon mot caractérise remarquablement bien notre époque. Depuis des décennies, les professeurs de vertu ultralibérale ne cessent de défendre l’austérité. Mais quand nos dirigeants des deux côtés de l’Atlantique l’oublient au bénéfice des plus riches et des entreprises, on les entend moins.

 

Deux poids, deux mesures austéritaires
 
Quand il s’agit de continuer à couper dans les effectifs d’une fonction publique pourtant déjà insuffisante en nombre, que ce soit pour maintenir l’ordre ou éduquer nos enfants, nos trois derniers présidents et leur majorité n’ont guère d’état d’âme. A tout seigneur, tout honneur, Nicolas Sarkozy et sa RGPP, qui a réduit le nombre de policiers dans nos rues avant les attaques terroristes et qui a taillé dans le nombre de professeurs, malgré les statistiques. Certes, Hollande a ralenti le rythme des suppressions de poste, mais il les a poursuivi, au point de désarmer l’Etat dans certaines de ses fonctions régaliennes. Et Macron promet encore 160 000 suppressions de postes en 5 ans !
 
 
Pour qui prend un peu de recul, sur les dix dernières années, difficile de ne pas être pris de vertige devant cette austérité à géométrie si variable. Si Sarkozy a mis en place la RGPP et lancé une cure d’austérité sur la fin de son mandat au nom des équilibres budgétaires, on lui doit aussi le paquet fiscal et de multiples niches coûteuses à destination des plus riches et des entreprises. De même pour Hollande, qui, tout en prolongeant l’austérité pour tenir les objectifs européens, n’a pas hésité à consacrer environ 50 milliards pour des baisses du prix du travail à la faveur des entreprises, dans une quête de compétitivité totalement illusoire et délétère dans le contexte même de l’UE.
 
Macron semble vouloir accentuer le phénomène, en continuant à donner des gages sur la réduction des dépenses publiques, tout en mettant en place un programme massif, injuste et révoltant de baisse de la fiscalité pour les plus riches (fin de l’ISF, forte réduction de la fiscalité sur les revenus du capital) et les entreprises (forte baisse de l’IS), dans la droite lignée des mesures de l’administration Trump aux Etats-Unis. Autant il faudrait veiller à chaque euro de dépense dans les services publics, autant toute rigueur semble oubliée quand il s’agit de réduire la contribution de ceux qui vont le mieux, fussent-ils des milliardaires, dont quelques uns gagneront un million par an avec Macron.
 
Plus fort encore, ces paragons de vertu austéritaire défendent ces choix budgétaires absurdes. The Economist, tout opposé à Trump soit-il, en vient à défendre le plan fiscal totalement à contre-temps des Etats-Unis. Car comment justifier 1450 milliards de dollars de cadeaux fiscaux aux plus riches après 8 années de croissance et un déficit public supérieur à 3% du PIB, qui passera à 5% en conséquence dès 2019 ? De tels projets n’ont aucun sens, tant ils accentuent des inégalités déjà aux plus hauts, désarment l’Etat avant les prochaines tempêtes, tout en contrevenant même aux recommandations du peu progressiste FMI qui note qu’il vaut mieux aider les classes populaires.
 
 
Le seul point positif de cette séquence est de montrer au grand jour à quel point les ultralibéraux sont en fait des oligo-libéraux, qui défendent, consciemment ou pas, un agenda de classe, sans même être cohérents intellectuellement. Dans la réalité, l’austérité qu’ils défendent ne concerne que les plus pauvres et les classes moyennes et en aucun cas eux-mêmes ou leurs amis.

Moyenne des avis sur cet article :  4.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Dan22 28 février 11:21

    Mais puisque les Français sont d’accord  !!!!!
    Il n’y a rien à faire , à part serrer les fesses ou se barrer à l’étranger .....
    Pays de c... comme avait dit un politique bien connu !
    Daniel


    • Dzan 28 février 12:14

      A une époque pas lointaine, les gens avaient des couilles. Ils les ont troquées, contre des smartphones, des TV K4, des SUV, des vacances à la neige, d’autres à Bali, etc...


      • Venceslas Venceslas 28 février 12:35

        Ça fait du bien de lire autre chose que les media mainstream. Merci, Laurent. 


        • zygzornifle zygzornifle 28 février 15:48

          Et l’écologie a la Hulot en rajoute une belle couche , les pauvres sont tellement accablés qu’un jour la peau de leur ventre touchera celle de leurs dos par l’intérieur et qu’ils marcheront avec le menton frottant sur le trottoir , faisons confiance a nos politiques pour cela .....


          • zygzornifle zygzornifle 28 février 15:53

            Ne vous inquiétez surtout pas les pauvres mougeons le gouvernement pensera a vous en cas de conflit , il vous enverra en première ligne vous faire étriper pour défendre ceux qui vous ont tant oppressés et en tant que lobotomisés un bon coup de Marseillaise vous enverra le sourire béat aux lèvres vous faire massacrer .... 


            • Tom France Tom France 28 février 18:18

              Actuellement, l’oligarchie cosmopolite qui règne via le mensonge démocratique liquide par tous les moyens la classe moyenne : les taxes par ci par là, les coupes dans les salaires, les suppressions massives d’emplois, la désindustrialisation à outrance, la dette des parasitaires nomades spéculateurs des banques, les parasites nomades que sont les migrants etc... C’est une lutte des classes à mort mais ça, le con qui vote ne le comprendra jamais.


              • jesaispas jesaispas 28 février 23:01

                oui et non, si les fonctionnaires n avaient pas tirer sur la corde depuis 40 ans non ?
                vous les francais vous pleurez, mais jamais vous prenez votre destin en main ?
                vous ne pouvez pas voter correctement, vous ne pouvez pas travailler correctement, c’est toujours la faute des autres, du gouvernement, bougez vous ?
                anyway it is too late, no need to worry

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès