• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les fonctionnaires, grands perdants de la faillite des États

Les fonctionnaires, grands perdants de la faillite des États

La crise financière mondiale entre dans une nouvelle séquence.

Désormais ce sont les États, endettés à un niveau rendant impossible le remboursement ne serait-ce que des intérêts de ce qu'ils empruntent, qui se retrouvent en situation d'étranglement irrémédiable avec en ligne de mire la banqueroute et l'assèchement des ressources financières pour faire face aux dépenses courantes de fonctionnement.

Dans le même temps, le financement du développement et de la croissance est devenu impossible à mettre en œuvre, la stagnation puis la décroissance sont les seules issues à cette crise si on ne change pas radicalement de paradigme politique, sociétal et financier.

 On entend dire partout que la résultante sera bientôt "la ruine sociale".

Personne ne sait précisément ce qui va se produire à court et moyen terme, lorsque les États ne pourront plus faire face à leurs échéances.

Bien sûr, les créances privées seront reportées et prorogées, les délais de paiement des fournisseurs de l'État, qui sont déjà anormalement longs, vont être encore prolongés davantage, conduisant à la ruine nombre de petites ou grandes entreprises en quelques mois pour les plus fragiles jusqu'à quelques années pour les plus solides.

À court terme, l'État diminuera fortement toutes ses dépenses, et coupera massivement dans tous ses budgets.

Très vite ensuite, on constatera la diminution des services publics rendus dans tous les domaines, l'arrêt progressif de la maintenance des infrastructures, etc.

Effet domino garanti, avec effets visibles.

 

Mais qui seront réellement les premiers touchés ?

Une population dont on ne parle jamais est paticulièrement exposée, ce sont les "fonctionnaires de l'État", tous corps confondus.

D'une manière générale, tous ceux qui sont embauchés dans la fonction publique, ou assimilés, et qui pourraient prochainement, d'un jour à l'autre, se retrouver d'abord avec des retards de paiement de salaire, puis des acomptes versés au lieu d'un salaire complet, puis voir leur salaire baisser "par la force des choses" dans le cadre d'un programme nécessaire de baisse des coûts et des coupes budgétaires.

Tous les pays sont concernés, et la France bien entendu aussi, bien que cela devrait se produire d'abord ailleurs en Europe, en Espagne et en Italie, après la Grèce déjà concernée.

Ce qui est formidable dans cette histoire, c'est qu'on a toujours entendu dire que "les fonctionnaires étaient les privilégiés, quoi qu'il arrive, ils seront toujours payés, c'est l'État donc c'est très fiable".

Foutaise, bien entendu, dans le cas de la banqueroute d'un pays.

La ruine sociale ne se fera pas sans l'effondrement du revenu de millions de fonctionnaires et des innombrables conséquences liées.

Je sais que le scénario est difficile à imaginer, mais avant les salariés, avant les chômeurs, avant les retraités, les populations les plus exposées à un brutal retour à la réalité en cas de banqueroute d'un État, ce sont les fonctionnaires.

Ni préparés, ni habitués à l'instabilité, ne se sentant même pas concernés, les millions de fonctionnaires laminés précipiteront à la catastrophe toute une organisation publique et privée, dont ils sont l'un des éléments essentiel.

Avec eux, bien sûr, les chômeurs déjà confrontés à la misère, les retraités déjà limités financièrement feront pâle figure, l'impact de la ruine sociale leur sera moins sensible.

Avec l'inflation liée à une sortie de l'euro désorganisée (car non souhaitée par le pouvoir en place), les salariés seront ensuite projetés à la rue, au rythme des faillites d'entreprises qui vont se multiplier par voie de conséquence.

Les malades seront moins bien soignés, et disparaitront plus rapidement.

 

Comment va-t-on s'en sortir ?

Le monde occidental libre, laïque et démocratique était un beau projet, sur le papier, hélas rendu irréaliste par la nature de l'Homme.

L'Europe, et l'euro étaient également de magnifiques projets, encore aurait-il fallu que la composante sociale et politique soit prédominante.

Les solutions les plus évidentes, à court terme, pour limiter la casse sont :

- laisser les banques faire faillite, tout en protégeant les avoirs des clients,

- nationaliser les banques, faire contrôler les banques par les peuples au travers un système démocratique favorisant l'intérêt général,

- contraindre et contrôler les banques pour qu'elle assurent leur métier et uniquement leur métier qui consiste à financer directement le développement privé,

- développer des réseaux de banques destinées uniquement aux entreprises et à leurs spécificités métiers,

- décentraliser le pouvoir politique, et le concentrer davantage au niveau local pour favoriser la dimension humaine,

- rendre la Nation souveraine dans ses choix stratégiques et ses décisions,

- produire sa propre monnaie, au plan national, ou au plan européen si l'euro est maintenu,

- décider d'annuler tout ou partie des dettes bancaires, par des décisions politiques fortes et irrévocables,

- ne plus emprunter sur les marchés ni auprès de banques privées quand il s'agit des États,

- contrôler les frontières,

- limiter la globalisation des échanges,

- taxer fortement les produits importés qui existent déjà localement,

- réindustrialiser en urgence au niveau local,

- interdire la spéculation quand elle n'a pas vocation au développement des hommes et des entreprises,

- interdire la spéculation à la baisse d'une manière générale sur les marchés financiers,

- interdire la spéculation sur les matières premières et les produits d'alimentation,

- uniformaliser et stabiliser à long terme le prix des produits généralisés, comme l'électricité, l'eau, l'internet mais aussi le carburant, le gaz,

... et probablement d'autres choses encore plus difficiles à écrire.

 

Espérons que nous éviterons au maximum les troubles sociaux, la grande rigueur et l'insécurité qui s'annoncent à nos portes et que nous n'ayons pas à nous opposer les uns aux autres lorsqu'il s'agira de trouver de quoi vivre au quotidien.

Pour ceux qui peuvent, il va devenir vite essentiel de savoir cultiver le moindre mètre carré de terre dans son jardin.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • titi 8 août 2011 10:09

    « À court terme, l’État diminuera fortement toutes ses dépenses, et coupera massivement dans tous ses budgets.

    Très vite ensuite, on constatera la diminution des services publics rendus dans tous les domaines, l’arrêt progressif de la maintenance des infrastructures, etc »

    Vous n’envisagez pas dans vos hypothèses, une augmentation du rendement des investissements de l’Etat... Est ce un gros mot ?

     


    • platon613 9 août 2011 13:16

      La faillite générale nous guette !

      Krach boursier et record de l’or

      La situation sur les marchés financiers surchauffe de façon spectaculaire. Les rumeurs d’une dégradation de la notation de la France aggrave encore davantage la situation. La menace : une course aux déclassements avec des conséquences désastreuses. L’or demeure le seul salut...

      http://www.news-26.com/econmie/901-...


    • chapoutier 8 août 2011 10:17

      Olivier
      vous écrivez :
      - nationaliser les banques, faire contrôler les banques par les peuples au travers un système démocratique favorisant l’intérêt général,
      entièrement d’accord mais il va s’en dire :sans indemnisation ni rachat


      • chapoutier 8 août 2011 21:06

        on vas dire que certains sont scato


      • Laratapinhata 8 août 2011 23:52

        ça s’appelle « saisir » et pas nationaliser...


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 août 2011 02:36

        @ Le sudiste


         Toujours ? Disons plutôt depuis la chute du mur… Aujourd’hui, Droite comme Gauche n’ont qu’un ennemi : le corporatisme résultant de la fusion du Capital et de l’État. Nationaliser les institutions financières et reprendre le contrôle de la monnaie est un impératif, mais il faut aussi rembourser la dette publique qui est le licou que nous ont passé les banksters. Or ce n’est pas la complexe et difficile décision qu’on voudrait nous faire croire. Si on peut prendre le contrôle des banques, payer la dette est un simple jeu d’écritures. Un geste INDISPENSABLE.




      • chapoutier 9 août 2011 11:12

        le CNR à bien privatisé Renault sans indemnité pour collaboration avec les nazis.
        ce n’était que justice.
        il n’y as pas de problème morale à saisir le butin du larcin ; le butin des banques est le résultat du plus grand hold-up de l’histoire.
        s’il s’agit d’un problème de sémantique, alors oui, l’état doit saisir le butin des mafieux.
        mais quel état ?
        La question est : qui sera en mesure de mettre en œuvre une politique de salut public ?
        quels sont les intérêts qui prime ? ceux des grandes familles du krach 40 ou les millions d’hommes et de femmes qui tous les matins se lèvent sans savoir de quoi demain sera fait.


      • Winston Smith 14 août 2011 11:39

        « - nationaliser les banques, faire contrôler les banques par les peuples au travers un système démocratique favorisant l’intérêt général,
        entièrement d’accord mais il va s’en dire :sans indemnisation ni rachat »


        Totalement interdit par la Constitution. A moins de vouloir déclencher une guerre civil, pour un interet nul (Le Crédit Lyonnais)...

        Au fait, comment va votre psychatre ?

      • Marc Viot Marc Viot 8 août 2011 10:27

        Déjà confirmé aux USA où des enseignants continuent à bosser à 75 ans bien après l’age de la retraite du fait de la faillite de leur caisse collective et à qui on propose 30 % de l’indemnité prévue initialement à condition qu’ils stoppent les poursuites envers la collectivité ...


        • Marc Viot Marc Viot 8 août 2011 10:34

          Cliquer sur la vidéo en lien : USA, les caisses de retraites sont à sec


        • Muriel74 Muriel74 8 août 2011 10:40

          Les métiers de la fonction publique ne sont pas qu’administratifs. La sécurité civile et les secours, le service à la population, les interventions techniques, la fonction hospitalière, l’éducation...en font partie. Si l’état ne peut plus les payer, l’organisation du pays sera fortement compromise
          Cela commence aux Etats-Unis http://wikistrike.over-blog.com/article-dette-americaine-les-fonctionnaires-ne-sont-plus-payes-dans-35-etats-80221455.html
          Merci pour votre article


          • diogene 8 août 2011 14:18

            Soyez assuré qu’il y aura au moins un poste de fonctionnaires qui ne sera pas abandonné et ce sera les brigades anti-émeute. En plus du salaire des hommes politiques, bien entendu.

            Aurons-nous la volonté d’imposer les changements nécessaires ?

            Aurons-nous le courage de tout foutre par terre ?

            Aurons-nous la force de résister ?

            «  »« Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible nont jamais avancé d’un seul pas. »«  » Bakounine


          • Aldous Aldous 8 août 2011 18:26

            Tous les bureaucrates ne sont pas affectés par ce problème :

            Les fonctionnaires de l’UE se portent à merveille, gras salaire et peu de risques de faillite.

            Les fonctionnaires régionaux (réforme de l’UE oblige) non plus ne sont pas à plaindre.

            Bref ce sont les moyens d’action des Etats Nations qui sont en pleine décomposition mais les fonctionnaires du Nouvel Ordre se portent bien.

            Quand aux services publics, ils ne font plus partie de l’équation selon les tenants de l’Ecole de Chicago qui ont façonné l’ordre nouveau...


          • djyne djyne 9 août 2011 01:41

            c’est même déjà commencé en ce qui concerne les fonctionnaires, tout est bon pour ne pas embaucher, sauf des contrats limités, des postes pas remplacés et les autres qui croulent sous le boulot (pour un salaire minable) je suis dans le social, et tant mieux s’ils suppriment cette branche cela fera de l’argent en plus dans les caisses car on ne regarde pas !


          • Nickiwi Nickiwi 9 août 2011 20:25

            Aldous écrit « Les fonctionnaires de l’UE se portent à merveille, gras salaire et peu de risques de faillite. ».

            Faux - les salaires des fonctionnaires UE suivent l’évolution de ceux des fonctionnaires nationaux des pays membres de l’UE, en baisse comme en hausse, avec du retard.

          • chapoutier 8 août 2011 10:53

            les maires des petites communes connaissent bien le probleme : l’état n’assure plus l’aide technique aux communes rurales par le biais de la DDE


            • djyne djyne 9 août 2011 01:44

              pas besoin des petites communes, à PARIS (jamais aussi sale que maintenant) les locaux sont dans un état de vétusté sauf ceux qui sont médiatisés et encore faut pas regarder de près !


            • yellowsubmarine 8 août 2011 11:07

              Comme par hasard, l’éditocrate Dessertine a demandé la baisse du salaire des fonctionnaires, mais n’a rien dit sur les revenus des parafonctionnaires ou assistés sociaux ou fiscaux.

              Exemples :

              - médecins, pharmaciens, sont des parafonctionnaires, car sans sécurité sociale d’Etat obligatoire, et déficitaire (prélèvement obligatoire), rares seraient les patients solvables, et l’inflation sur les revenus médicaux serait moindre : demander des efforts aux fonctionnaires sans demander aussi la diminution des honoraires médicaux est un choix néo-conservateur néo-féodal, le choix de toujours privilégier les nantis

              - agriculteurs : subventions de l’UE via l’aide de la France à l’UE à l’élevage concentrationnaire en Bretagne, scandale éthique, et sanitaire

              - restaurateurs

              - non progressivité de l’impôt : les classes moyennes paient plus d’impôts que les très riches, et les PME plus d’impôt que les grandes entreprises

              - erreurs de gestion : vente de l’or de la banque de France à vil prix, déficits accentués, subventions massives au tourisme social (alors qu’il suffirait de conditions de nationalité ou de résidence fiscale d’au moins 10 ans), et après ces imposteurs donnent des leçons de gestion avec la règle d’or !

               


              • yellowsubmarine 8 août 2011 11:14

                suppression du Sénat, de la moitié des députés, et des comités théodule, 1 milliard d’euros d’économies

                et ainsi de suite


              • diogene 8 août 2011 14:28

                - Dé-professionnalisation du politique
                - mandat unique et sans cumul
                - suppression de la loi rothchild, de maastrich et lisbonne
                - création d’un secteur bancaire publique et monopole de la création monétaire
                - éducation populaire pour tous
                - indépendance totale de la justice
                - législation pour crimes contre les peuples
                - jugement pour les traitres financiers et politiques
                - ré-ouverture de cayenne pour eux

                etc... etc...


              • lagabe 8 août 2011 18:41

                bravo
                -on est au 12 ème rang pour la santé , 11.8 % du pib alors que les premiers dépensent 3 % de moins
                - les 3 % les + riches paient moins que les classes moyennes
                - 50 milliards de niches fiscales qui profitent aux + riches et par rapport a 30 ans , on paie moins d’ilmpôts


              • djyne djyne 9 août 2011 01:46

                depuis plus de 2 ans pas d’augmentation et la dernière 7€ par mois et un surcroit de travail énorme -il faut penser aux petits fonctionnaires ceux-là ne sont pas du tout chouchoutés


              • panpan 9 août 2011 22:35

                Arrêtez de parler de fonctionnaires ! Ne confondez pas « petits » fonctionnaires ( entre 40 et 7 euros d’augmentation en 15 ans) et qui eux vont bien morfler... et hauts fonctionnaires qui eux n’ont pas, n’ont jamais eu et n’auront jamais aucun problème. (retraites, indemnités, etc...) C’est normal, d’ailleurs, ce sont eux qui « gèrent » le pays


              • Caleidoscophase Caleidoscophase 8 août 2011 11:08

                à moins que Zorro ne fasse irruption ce qui pourrait se traduire par l’apparition voire la reconduction d’un petit chef autoritaire capable de galvaniser les foules en les braquant les unes contre les autres de manière à mieux les mater ensuite !
                Dans tous les cas ,des perspectives peu réjouissantes !


                • NeverMore 8 août 2011 11:45

                  Bien vu.

                  D’ailleurs, je me laisse pousser la moustache et une mèche sur le front.

                  Je termine aussi un petit livre qui résume ma pensée.

                  A Bientôt.


                • BOBW BOBW 8 août 2011 12:47
                  «  capable de galvaniser les foules en les braquant les unes contre les autres de manière à mieux les mater ensuite » !

                  -Avec l’Armée (plus aucun traitement perçu).

                  -La Police         (idem )        )

                  Avec l ’oriflamme Fainéants Nationaux ou  Union des Mignons Pétochards ??


                • Croa Croa 8 août 2011 15:02

                   smiley SarkoZi


                • JL JL 8 août 2011 12:00

                  « Désormais ce sont les États, endettés à un niveau rendant impossible le remboursement ne serait-ce que des intérêts de ce qu’ils empruntent » (Olivier Rimmel)

                  Cette phrase résume à elle seule l’état d’esprit dans lequel l’obscurantisme libéral nous a plongé !

                  En effet, on accepte la pespective que les travailleurs de l’Etat ne soient pas payés, mais on refuse l’idée qu’on ne payerait pas l’usure à ceux qui nous ont mis là ! Ces gens ne sont pas pressés qu’on rembourse nos dettes, puisqu’on paie des intérêts. C’est un comble !

                  Faisons une expérience de pensée : l’Etat s’engage à payer indéfiniment les intérêts de ses emprunts, à un taux déterminé par consensus entre les parties, mais en reportant le remboursement du capital à une échéance infiniment lointaine. Autrement dit, jamais.

                  Plus de dettes, mais des ayants droit. Autrement dit, des rentiers de l’Etat. Comme s’ils touchaient ce fameux RU. Et avec transmission de ces droits aux héritiers. Serait-ce juste ? Pourquoi ceux-ci conserveraient-ils des avantages acquis dans une période de folie libérale, sans rien faire que de l’opportunisme pour certains d’entre eux, et pourquoi ceux-là qui ont acqui les leurs par le travail, à l’issue de durs combats ( cf. le programme du CNR ) devraient-ils perdre les leurs au profit des premiers ?

                  Quelqu’un peut-il répondre à cette question ?


                  • JL JL 8 août 2011 12:09

                    La question qui est posée est celle de l’arbitrage entre avantages acquis et trésors de guerre.

                    La grosse différence c’est que les premiers sont attachés à la personne, les seconds s’accumulent au fil des générations. Et c’est là que le bât blesse.


                  • diogene 8 août 2011 14:49

                    @JL

                    Ce ne serait que justice, mais la justice n’est qu’un mot creux depuis longtemps, peut être même depuis toujours.

                    Alors ? il reste le défaut de paiement. Il semble assez logique que le 1er pays qui se déclarerait en défaut provoquerait la chute des autres dominos.

                    Les financiers seraient, alors, en faillite à leur tour puisque leurs sources de richesses seraient taries.

                    Les états nationaliseraient les banques et garantiraient les déposants et le crédit au secteur productif.

                    Ils font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher cela car ils savent que ce serait la fin de leur système oligarchique, mais les faits sont là, et même la rigueur la plus extrème imposée aux peuples ne sauverait pas ce système.

                    Reste la guerre.

                    Civile dans le cas où ils décideraient de faire payer les peuples, ce qui semble être l’option choisie..

                    WW3 dans le cas où, certaines puissances chercheraient à se refaire payer par la force. Suivez mon regard...

                    Ce genre de « fin de système » s’est toujours fini dans la guerre. Pour l’instant c’est l’option guerre civile qui semble en tête du peloton.


                  • Winston Smith 14 août 2011 11:43

                    «  Pourquoi ceux-ci conserveraient-ils des avantages acquis dans une période de folie libérale, sans rien faire que de l’opportunisme pour certains d’entre eux, et pourquoi ceux-là qui ont acqui les leurs par le travail, à l’issue de durs combats ( cf. le programme du CNR ) devraient-ils perdre les leurs au profit des premiers ? »



                    Ou avez vous vu un « folie libéral » en France, qui est socialiste depuis les années 70 ???

                    Par ailleurs, si vos types ont « combattu », c’est bien parce qu’ils n’avaient pas le droit, en réalité, à ces avantage -sinon ils les auraient eut, comme à par exemple un salarié son salaire, contrat.

                    On ne fait donc que rétablir la Justice social en reprenant à ces racailles ce qui ne leur à JAMAIS appartenu légitimement -étant donné que seul le contrat volontaire est légitime entre les hommes, et que personne ne peut forcer un autre homme à faire ce qu’il ne veut pas.


                  • sisyphe sisyphe 8 août 2011 12:34

                    Oui ; je voulais également relever cette phrase : 


                    Le monde occidental libre, laïque et démocratique était un beau projet, sur le papier, hélas rendu irréaliste par la nature de l’Homme.

                    Non ; comme le démontrent toutes les mesures que vous préconisez ensuite, ce n’est pas la « nature de l’homme » qui est en question, mais bien la nature d’un SYSTÈME ; la capitalisme ultralibéral, pour le nommer, qui a pourri ce projet. 

                    Et la seule solution, la première, à mettre en oeuvre pour changer les choses, c’est l’urgente réforme monétaire , que vous évoquez, qui redonne aux états, et AUX ETATS SEULS, la maîtrise et la souveraineté de la création monétaire. 

                    Hors la maîtrise monétaire, point de salut. 

                  • asterix asterix 8 août 2011 12:11

                    En lisant d’abord votre curriculum, je me suis demandé quelles énormités vous alliez sortir.
                    Que du contraire ! Il est quelque part réconfortant de lire qu’un business man bourré de diplômes et d’expérience de management ait à ce point mis le doigt sur la plaie.
                    Nous sommes au bord d’une crise systémique sans précédent qui nous mènera soit à la guerre, soit à un bouleversement complet des mentalités. Merci d’avoir apporté votre pierre à la construction de cet édifice, mais où est le ciment ?


                    • bluebeer bluebeer 8 août 2011 12:46

                      Bonjour.

                      Tout à fait d’accord avec les grandes lignes de votre article. Mais les fonctionnaires, en quelque sorte, c’est l’état, la collectivité. Les fonctionnaires sont payés par la communauté parce qu’en principe, ils servent la communauté. La question est surtout de savoir combien de temps cette masse citoyenne va rester inerte face aux événements en cours, et si elle finira par prendre conscience à la fois de son intérêt et de sa force au sein de la société.

                      Jusqu’à présent, le monde de la finance a pu conquérir une partie importante de la société civile et citoyenne en prodiguant - autorisant - un certain niveau de confort au plus grand nombre de ses membres. Elle a pu prospérer parce que finalement, la majorité des gens se contentent de ce qu’ils ont ou ne briguent guère plus. Mais si demain, c’est réellement le chaos et la disette, la précarité, la famine, alors gageons que des mouvements vont se créer qui vont fédérer rapidement les masses assoupies. Les petites vaguelettes causées par les indignés, embryons de renouveau politique, risquent de gonfler et de se transformer en une puissante marée dévastatrice pour l’establishment actuel. Quand on a rien, on a rien à perdre.

                      Le monde dans lequel nous vivons existe. Il pourrait être identique ou presque, mais avec des règles différentes, celles que vous proposez par exemple. Il suffirait que l’immense majorité des personnes intéressées - les citoyens - en prennent conscience et les dicte à la petite minorité de prédateurs qui nos parasite - les banksters. Et pour qu’il y ait une prise de conscience, il faut 1) se sentir effectivement agressé - ce qui ne saurait tarder, et 2) avoir la possibilité de communiquer pour se fédérer.Au bout du compte, la force est du côté du nombre, et l’union fait la force ;


                      • mortelune mortelune 8 août 2011 12:47

                        Les crises et autres cracks boursiers ne sont pas le fait du hasard. Elles sont voulus, désirées, préparées, évaluées et contrôlées pour avancer les pions sur l’échiquier de la mondialisation « privée ». L’objectif étant d’aboutir à une privatisation forcée de tout ce qui est du domaine public. Les grands conquérants n’ont-ils pas rêvés de devenir maitre du monde ? Dans le passé ils savaient se faire connaître, aujourd’hui celui qui joue se rôle a compris que c’est dans l’ombre qu’il pourrait réussir. Dire son nom ne sert à rien puisque, la manipulation aidant, ceux qui se risqueraient à le désigner passeraient rapidement pour des ’complotistes’ et seraient donc peu crédibles aux yeux des ’larbins’.

                        Cordialement,

                        • Croa Croa 8 août 2011 15:11

                          Voulues NoN, désirées NoN, préparées OUI !

                          L’objectif, c’est un peu ça. Les choses ne sont pas parfaites comme tous mauvais coups et quelques grains d’incertitude demeurent, comme toujours dans l’Histoire en devenir smiley


                        • hacheii 8 août 2011 13:17

                          Ce sont quand même les fonctionnaires qui auront bien contribué à ruiner le pays. Mais quand on pense qu’ils risquent de se retrouver dans le privé et être obligé de travailler réellement, on tremble pour eux !
                          .
                          La ruine est venue par la gauche, fasciste, c’est à dire débile, faites une recherche sur Internet, qui nous a imposé l’immigration et les 7 millions de fonctionnaires à 2350 euros net chacun. ( rapport cours des comptes et wiki ; fonction publique)
                          .
                          A mesure qu’ils vont partir à la retraite, ils vont couler le pays.
                          .
                          La gauche est ultra libérale, ils se foutent totalement des gens qui travaillent pour les entretenir ; ils ne pensent qu’à eux : Il y a des fonctionnaires qui partent à la retraite en outre-mer parce que leur retraite y est quasiment doublée.
                          .
                          En réalité nous sommes dans un pays fasciste, les petits malins qui nous gouvernent utilse la gauche fasciste comme une force d’inertie visant à paralyser et inhiber tout le monde.
                           Personne n’a le droit de bouger le petit doigt en France sans l’autorisation de l’Etat. On ne peut rien faire sans demander la permission à un fonctionnaire, et c’est aussi la raison pour laquelle ils deviennent fonctionnaires, pour avoir un pouvoir sur les gens.
                          En plus ils ont des salaires confortables et em......... ouvertement les gens qui travaillent : que demander de plus ?
                           Dans le délire fasciste - gauchiste, au lieu que l’Etat soit au service du peuple, c’est le peuple qui est au service de l’Etat. Les fonctionnaires se croient tout permis et ont tous les droits, parce qu’ils estiment que les lois ce n’est pas pour eux, eux, sont là pour les appliquer pas pour les subir.
                          On ne peut pas bouger le petit doigt en France sans avoir un flic sur le dos, oubliez de mettre votre ceinture un jour, oubliez trente seconde les limitations de vitesse, ou comme l’a dit soral : on ne peut pas boire une bière sur le trottoir d’un bistrot sans qu’un flic viennent vous dire que « monsieur c’est interdit, vous n’avez pas le droit ! » !
                          Et la gauche ne dit rien parce qu’ils sont tous fonctionnaire et fasciste, et que plus l’Etat à de pouvoirs, c’est à dire plus les fonctionnaires ont de pouvoirs plus ils sont contents, ce sont leurs propres pouvoirs qui augmentent au dépends des libertés de la majorité.
                          .
                          C’est (en partie) en raison du comportement des fonctionnaires qu’on a eut les émeutes de 2005 et 2007, parce que les flics sont dans le même délire, ils veulent casser tous ceux qui résistent à la force contraignante de l’état, parce qu’ils croient que l’Etat est Dieu sur terre, que l’Etat c’est le bien, que tout ce qui en faveur de l’Etat est bien ; et que donc tout ce qui s’oppose ou résiste doit être cassé ; que tout le monde doit obéir sans discuter, le fascisme est est une pathologie de l’autorité ( personnalité autoritaire , Adorno) 


                          • sisyphe sisyphe 8 août 2011 13:46

                            Franchement, à lire de telles énormes conneries, une question se pose : hacheii est-il aussi con qu’il le parait, ou défend-il son petit bout de gras ? 


                            Dans un cas comme dans l’autre, commentaire à jeter à la poubelle. 

                            Suivant..

                          • chapoutier 8 août 2011 14:48

                            vous avez un problème d’addiction aux fonctionnaires, vous !
                            voulez vous en parler ?


                          • Redj Redj 8 août 2011 15:07

                            Donc les flics sont des gauchistes !!! Et beh... smiley


                            A ce niveau là ce ne sont plus des conneries, mais de la grosse diarrhée, à l’image de ce que Monsieur « a chier » a dans la tête !!!!



                          • diogene 8 août 2011 15:08

                            Il n’y a qu’une seule explication à tout ce vomis que vous déversez ici : vous un troll de 1ère classe.

                            « Don’t feed the troll » voilà l’avis que je vais suivre et que j’espère d’autres suivront ici.


                          • diogene 9 août 2011 00:31

                            @sudiste

                            Tu réponds à qui tu veux mec, moi je m’en tape grave.
                            J’ai juste dis « j’espère » il n’y a donc aucun impératif, ce n’est qu’un souhait... alors tu restes calme et si on se croise on se connait pas, d’accord ?


                          • djyne djyne 9 août 2011 01:59

                            ce ne sont pas les fonctionnaires qui ont mis le pays dans ce marasme, mais MITTERAND et la gauche qui l’ont fait en trompe l’oeil pour descendre le taux de chômeurs - nous ne sommes pour rien dans le nombre de candidats reçus - moi il y avait 62 postes et 4000 candidats et depuis il y en a encore moins - donc arrêtez de critiquer tout le temps les fonctionnaires (ceux du bas) et ne soyez pas désagréable si vous n’avez pas eu la chance d’avoir eu un concours - je reconnais aussi que si mieux organisé il devrait y en avoir moins mais pas facile pour ce gouvernement d’éponger le surplus du PS ; - ce qui ferait des chômeurs encore en plus !


                          • panpan 9 août 2011 22:49

                            Tous les fonctionnaires ne sont pas flics. Tous les fonctionnaires ne rêvent pas d’emmerder le monde. En revanche les trois quart des gens (fonctionnaires ou pas) sur la planète rêvent d’emmerder le quart restant et c’est pourquoi nous en sommes là.
                            Si Monsieur, il y a des fonctionnaires qui font leur boulot sans emmerder le monde. Et qui, après trente ans de maison et Bac + 4 ont effectivement 2 300 euros par mois net. Et une jolie retraite promise à 65 ans à 1 700 euros par mois... Enfin, c’est ce qu’on nous dit, qu’on veut nous faire croire... Vie belle, vie donnée, pas vrai ?
                            Sur ce, je vais bêcher mon gazon de 100 m2 et planter des patates... ou des fraises... Parce qu’on n’aura peut-être plus d’électricité ni de gaz pour les faire cuire, les patates...


                          • BOBW BOBW 8 août 2011 13:40

                            @ l’auteur :

                            « Pour ceux qui peuvent, il va devenir vite essentiel de savoir cultiver le moindre mètre carré de terre dans son jardin. »

                            Bon à l’experience, si l’on a conservé quelques semences personnelles non ogèmisées, pas trop de difficulté à se courber pour les retraités, mais encore faut-il que la sècheresse ne sévisse pas, ni les inondations.

                            • lloyd henreid lloyd henreid 8 août 2011 13:53

                              Merci de penser aux fonctionnaires, ça change des discours contribuant au « diviser pour mieux régner ».

                              La crise, tout le monde en souffre. Presque tout le monde, du moins. Ce qui permet au gouvernement de faire passer n’importe quelle loi, si destructrice soit-elle sur les plans social, économique, politique ; c’est la propension de chaque citoyen à taper sur / reporter la faute sur le voisin. On tape tour à tour sur les fonctionnaires, avec mention spéciale pour ces fainéants de profs et ces cheminots qui, en grève, prennent toute la France en otage ; et puis après, les médecins, les magistrats, les « privilégiés » d’EDF, ceux d’en bas comme d’en haut de l’échelle du « prestige » socio-professionnel. Et pendant ce temps, les vrais escrocs se frottent les mains.

                              C’est le même processus qui intervient au niveau global / européen, savoir : on nivelle vers le bas. Plutôt que d’aligner tous les pays de l’Union sur le niveau de vie des citoyens les mieux pourvus en termes de salaire, protection sociale, service public, etc. (seules raisons d’être d’un gouvernement « légitime », au passage), on stigmatise ceux qui font le moins d’« efforts » face à la crise. En clair, ceux qui ont le plus de mal à renoncer à leurs acquis sociaux (généralement payés au prix fort par leurs ancêtres).

                              Il faudra bien qu’un jour, les banksters comprennent que leur argent, c’est une valeur humaine. L’abstraction d’une valeur humaine, pour être exact ; et qu’aucun de ces euros / dollars ne leur appartient. Ils représentent l’activité du peuple, c’est-à-dire le cumul des efforts consentis par chaque citoyen — qu’il soit ouvrier, cheminot, prof, agent administratif ou technique, public / privé, etc. —, au nom du vivre « ensemble », et non « les uns contre les autres ». De même, la préservation des acquis et le nivellement des conditions de vie par le haut (plutôt que par le bas), ne pourra se faire qu’au nom du vivre « ensemble » ; sûrement pas en s’entre-déchirant comme des chiens.

                              Les vieux veulent une retraite ; les jeunes veulent du travail. Les chômeurs aussi veulent du travail pour vivre dignement, quand les actifs se sentent « débordés », « stressés », « surmenés », parfois au point de se suicider au bureau. J’ai peut-être l’esprit trop cartésien pour comprendre la mécanique plus « complexe » de la sphère socio-économique, mais quand même... j’ai comme l’impression qu’on pourrait bien s’entendre, et que les difficultés, se sont nos gouvernants qui les inventent, les maintiennent, et nous les imposent !


                              • Croa Croa 8 août 2011 15:20


                                Coupez la télé et nous pourrons nous entendre !


                              • diogene 8 août 2011 15:21

                                @Llyod henreid

                                «  »«  »"Il faudra bien qu’un jour, les banksters comprennent que leur argent, c’est une valeur humaine. L’abstraction d’une valeur humaine, pour être exact «  »«  »« 

                                Vous avez ce genre d’espoir ?? vraiment ??? vous pensez que les »banksters« sont susceptibles de comprendre autre chose que les chiffres qui s’alignent du coté positif d’un bilan comptable ?

                                Je ne m’aventurerais jamais à faire appel aux bons sentiments de ces hyènes, ni même à leur prêter la moindre once de bon sens.

                                Donc je suis bien en phase avec votre post sauf en ce qui concerne cette phrase. J’aurais mis »«  »Il faudra bien qu’un jour,nous leur passions une muselière avant de les envoyer à cayenne casser des cailloux.«  »«  » mais je suis, peut être un peu trop radical, cela vient de ma nausée, sûrement...


                              • lloyd henreid lloyd henreid 8 août 2011 16:01

                                @ Croa

                                En ce qui me concerne, c’est déjà fait smiley

                                @ diogene

                                Pardon, je me suis mal exprimé : « il faudra bien qu’un jour, l’on fasse comprendre aux banksters que rien ne leur appartient ». C’est mieux comme ça, en effet.

                                @ moi-même

                                ce * sont nos gouvernements qui inventent les difficultés, bougre d’andouille !


                              • BA 8 août 2011 14:34
                                Lundi 8 août 2011 :

                                Berlin ne veut pas parler d’augmentation du fonds européen de secours.

                                Un porte-parole du gouvernement allemand a déclaré lundi que le fonds européen de secours (FESF) devait « rester comme il est », face aux appels à l’augmenter pour faire face à la crise à la dette.

                                Lors d’un sommet européen exceptionnel « le 21 juillet il a été décidé que le FESF, reste comme il est et qu’il garde le montant qu’il avait avant cette date », a dit le porte-parole lors d’une conférence de presse, alors que le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn ont appelé à « réévaluer » le montant de ce fonds.

                                Créé en 2010 pour venir en aide à l’Irlande puis au Portugal, ce fonds a une taille de 750 milliards d’euros, avec une capacité effective de prêts de 440 milliards d’euros, jugée insuffisante pour sauver un pays comme l’Italie.


                                • diogene 8 août 2011 15:28

                                  Pragmatique cet allemand, il sait bien que ce fond n’est qu’un gouffre qui n’en a pas, ,justement, de fond. Le tonneau des danaides il ne veut même plus faire semblant de le remplir.

                                  Si même eux n’y croient plus, c’est que leur système est bien moribond. Reste plus qu’à lui administrer l’extrème onction de toute urgence, pendant qu’il lui reste un semblant de souffle.

                                  Après on passe à autre chose, c’est qu’on a un nouveau système à construire nous... le bancor, il en est où ??


                                • Jason Jason 8 août 2011 15:10

                                  Vous dites : « Le monde occidental libre, laïque et démocratique était un beau projet, sur le papier, hélas rendu irréaliste par la nature de l’Homme. » Bel aveu d’impuissance et de conservatisme désespéré. Cela exonère les responsables qui, depuis 30 ans ont fait croire au reste du monde que le capitalisme était un système auto-réglé, et que la fameuse loi de l’équilibre empruntée aux théories thermodynamiques du XIXème allait tout régler. Comme si l’école de Chicago et consorts n’avaient jamais existé. On s’attendait mieux que ce genre de foutaise de la part d’un homme au CV si distingué !

                                  Vous ajoutez : « laisser les banques faire faillite, tout en protégeant les avoirs des clients, » Auprès de qui les entreprises se fourniront en trésorerie, en croissance, en financement de leur R & D ? etc. Décidément vous n’êtes pas au courant du fonctionnement des entreprises. C’est triste.

                                  D’accord pour décentraliser les pouvoirs de l’Etat. La bureaucratie étatique n’a jamais fait preuve de créativité. En France on fonctionne avec 8.500 lois, 155.000 décrets et 63 codes de lois. Sans compter les quelque 600 commissions diverses qui n’ont qu’une fonction consultative. On crève sous l’information. Paradoxe : On sait tout, mais on ne fait pas grand’chose. On en parle, et les média se régalent. Ce qui manque c’est la responsabilité. Bref, une autre culture.

                                  « produire sa propre monnaie, » Il ne peut pas y avoir d’Euro si chacun produit sa propre monnaie. Autant retourner aux monnaies nationales d’autrefois et laisser les spéculateurs internationaux faire leur profit. Prédominance accrue de l’économie financière, qui est la plaie aujourd’hui.

                                  « limiter la globalisation des échanges, » Oui, et retourner à des accords par secteur, et non par pays. Faillite notoire de l’OMC.

                                  « interdire la spéculation sur les matières premières et les produits d’alimentation, ». La spéculation aura du mal a être éradiquée. Les marchés à terme des produits alimentaires couvrant aussi les aléas des producteurs. Très difficile à mettre en place.

                                  Vous prônez des contrôles des prix sur presque tout. Fort bien, en principe et cela s’est déjà fait. Mais les acteurs vont se cabrer et mettre le système actuel en paralysie complète.

                                  Ah, oui, j’oubliais, le printemps prochain, je vais acheter des plants de pommes de terre. On ne sait jamais...


                                  • panpan 9 août 2011 23:01

                                    Pas la peine d’acheter des « plants » de pomme de terre. Il suffit de les laisser germer vos vieilles p. de t. dans le noir puis de les enterrer quand elles sont germées. Les planter les enterrer) germes vers le ciel (en ménageant un certain espace entre chaque patate) et attendre. Arroser de temps en temps (quand c’est sec...). Une tige verte avec des feuilles va sortir, puis avec des fleurs. Laisser sécher (enfin mourir la tige). Retourner la terre. En principe une patate en donne entre 5 et 10. Ah ! Joubliais : Il faut se baisser pour les ramasser.
                                    Va falloir aller prendre des cours de jardinage.

                                    N.B. : C’est vrai que les patates MONSANTO ne germent pas, elles. On peut les garder longtemps....


                                  • phyto 8 août 2011 15:32

                                    Étonnant tout de même car l’Etat aura tout intérêt à diminuer les retraites, car les retraités ne font pas ce que font les fonctionnaires école, police, hopitaux, pompier, impôts, ministères, recherche, etc.
                                    C’est donc à mon avis les retraités qui vont en prendre plein la gueule les premiers avec bien entendu les plus faibles... comme d’hab les plus mal lotis vont payer pour les actionnaires, les banquiers et leurs copains, d’ailleurs les pertes en bourse sont en parti financé par l’état, et oui !
                                    Voir le dégrèvement sur le revenus.

                                    Quant aux privés payés par les impôts agriculteurs de la PAC, médecins, labos et autres pharmaciens de la Sécu... pour eux c’est plein les fouilles au frais de la princesses ; mais vaut mieux taper sur les fonctionnaires ça marche mieux sur TF1 pour se faire élire !


                                    • Laratapinhata 8 août 2011 23:49

                                      Ben si les retraités sont arnaqués, les actifs ne cotiseront plus du tout... Et toc. D’une pierre deux coups:on nous débarrasse de la fonction publique, et du système de retraite... Elle est pas belle la vie ?
                                      Vous êtes si pessimistes que ça sur la possibilité que le peuple se prenne en main ? Comment voulez-vous faire pour changer tout quand il y a des tas de gens qui ont l’impression qu’ils vont perdre leur sécurité ?
                                      Quand on n’a plus rien à perdre, là on est partant pour le Grand Changement....


                                    • MYOSOTIS 8 août 2011 15:46

                                      Ca ne pourra que finir mal si on en vient à faire des coupes sombres dans les salaires des fonctionnaires, qui ne sont pour la plupart pas mirobolants ! je ne vous compte pas le nombre d’agents C qui font le boulot d’agents B et n’ont aucun plan de carrière ! les fonctionnaires n’ont aucune promotion et un agent C a très peu de chance de finir B si il ne prend pas du temps sur lui pour passer le concours ! et les conditions de travail se sont beaucoup dégradées depuis la mise en place de la RGPP !!! dans certaines boites privées, on a des primes au rendement ! dans le fonctionnariat on a rien et dans certains ministères, les primes de noel ont été supprimées en 2010 et en 2011, idem forcément ! tous ces fonctionnaires sur qui tout le monde tape, sont des citoyens comme les autres, qui ont besoin de leur salaire pour vivre, éduquer leurs enfants ! et les salaires ne dépassent pas les 1500 € pour beaucoup malgré 20 ans d’ancienneté !!! pourtant certains se réjouissent de les voir dégringoler ! on devrait tous s’unir (public et privé) pour refuser cette austérité qui va nous être imposée !


                                      • Laratapinhata 8 août 2011 23:51

                                        Qu’ils changent de métier...


                                      • djyne djyne 9 août 2011 02:07

                                        BRAVO MYOSOTIS !

                                        vous le dites bien, c’est que les C font un travail de B et ce sans rien en plus euh si la surcharge de travail et les plus mal défendus - nous sommes les « igigi » de l’administration - et si pas content on nous dit d’aller voir ailleurs - comme le harcèlement moral fait bonne figure aussi et personne pour vous défendre !

                                      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 8 août 2011 20:35

                                        Le titre est une évidence (autant enfoncer une porte ouverte).


                                        Le reste de l’article tient la guimauve démocratiste habituelle.

                                        Pourtant une phrase sort du lot : Le monde occidental libre, laïque et démocratique était un beau projet, sur le papier, hélas rendu irréaliste par la nature de l’Homme.

                                        Belle phrase, mais je ne ferais pas porter la faute de l’irréalisme démocratique à l’Homme. Je pense que c’est l’irréalisme des philosophes, politiciens et autres idéologues, ayant imposé les théories démocratiques et égalitaires, qui sont à l’origine de l’échec. Pas la nature de l’Homme.

                                        Dommage que cette phrase n’ait pas alimenté votre réflexion, qui, au final, sombre dans les poncifs habituels.



                                        • Sat is Fay 8 août 2011 23:26

                                          Par contre pour faire la guerre y en a des milliards, va falloir encore combien de SDF pour que ces « patriotes » se réveillent sur la véritable essence de leur « patrie » , qui n’a plus rien à voir avec celle de ses pères fondateurs. On supprime leur retraite à leurs vieux et ils sont encore là à beugler « youhaissai » (USA)


                                          • lesdiguières lesdiguières 9 août 2011 09:51

                                            A ajouter à la liste non exhaustive des mesures proposées celle-ci :

                                            Désengorger l’État des fonctionnaires corporatistes :

                                             

                                            Par l’abandon de l’enseignement, rendre au privé (laïc et clérical) la charge de l’éducation et de l’enseignement de la maternelle aux universités.

                                             


                                            • Laratapinhata 9 août 2011 16:08

                                              Même pas... L’instruction est obligatoire,pas l’école (loi du 28 mars 1882).. les familles peuvent prendre en charge l’instruction de leurs enfants... vu le niveau de prestation de l’Education Nationale, on peut difficilement faire pire... 


                                            • lemouton lemouton 9 août 2011 13:39

                                              à l’auteur..

                                              J’avoue que je ne comprends pas trés bien pourquoi les fonctionnaires seraient les grands perdants... smiley

                                              Tout le monde est dans le même bateau... smiley

                                              Et si l’entreprise commune, l’administration de notre pays commence à se gripper, je peux vous assurer, qu’il y aurait déjà pas mal de dégats dans le privé, et une destruction totale de la société dans les semaines suivantes.. smiley

                                              par contre, je suis entièrement d’accord avec votre liste
                                               « Les solutions les plus évidentes, à court terme, pour limiter la casse sont : » smiley


                                              • sparte sparte 9 août 2011 17:58

                                                Bonjour à tous,

                                                OLIVIER vous avez écrit :
                                                « les populations les plus exposées à un brutal retour à la réalité en cas de banqueroute d’un État, ce sont les fonctionnaires »

                                                je ne doute pas de votre honnêteté intellectuelle amis vous rendez vous compte de ce que vous écrivez ; Alors qu’il y a près de 6 millions de chômeurs selon les chiffres officiels ( en fait ils seraient entre 8 et 9 millions, en comptant les rmistes, les préretraités, les étudiants 3ème chance, etc. )

                                                tous les pays qui laissent à l’état le soin de s’occuper de tâches privées condamnent leurs citoyens à a faillite ; faites bien la revue des grandes faillites d’état, de l’Argentine aux EUA
                                                ( encore que les EUA ont une telle capacité productive et de telles « valeurs » ( de liberté ) qu’ils s’en remettront : Obama ou son successeur sera bien obligé de se rendre à l’évidence : c’est le système Médicare qui est responsable de l’énorme dette américaine

                                                Déjà il a cédé devant les arguments des membres du Congrès, essentiellement des républicains mais aussi des démocrates et son projet d’extension gratuite du système social va être revu à la baisse

                                                en France la Sécu coûte une moyenne de 7.500 euros par an et par habitant, soit 30.000 euros par an pour un ménage avec 2 enfants ... évidemment les comptes de la Sécu ne peuvent payer cela : sur 450 MDS de dépenses ( hôpital surtout )

                                                170 MDS pourront être payés par les salariés et les entreprises en 2011 : LE « TROU » ... LE FAMEUX TROU DE LA SECU EST DONC DE 280MDS

                                                il faudra 70 MDS de la csg - c’est à dire de l’impôt sur les salaires les retraites, les loyers ( donc payés par les ménages ), les dicivdendes ( donc payés en fait par les consommateurs ) et 60 MDS d’impôts et taxes détournés de leur emploi dans le budget de l’état

                                                ... et recourir à 60 MDS d’emprunt sur le marché ! ! ! Donc que nous et peut être nos enfants paieront plus tard

                                                non les vrais victimes sont le peuple et les plus faibles

                                                L’Etat ne devrait s’occuper que de la défense extérieure, la sécurité intérieure, le justice, les douanes, bref ce qu’ont appellent les fonctions régaliennes.

                                                Pour la santé et la retraite il existe les ASSURANCES et cela fonctionne très bien dans tous les pays non socialistes

                                                Nous nous payons ce gabegi par un niveau de vie très faible,
                                                bientôt ce sera la ruine car la dette accumulé de l’état est de 1.300 MDS à laquelle il faut ajouté les retraites des fonctionnaires soit 2.800 MDS calculez combien cela fait par tête de pipe : c’est impossible à rembourser or chaque semain le Trésor Public emprunte 8 à 9 MDS de plus aux banquiers internationaux ( ceux qu’on appellent les spéculateurs ) ... effectivement un jour ils disent stop ! IL faudra ruiner les épargnants, et voler les retraités par toujours plus de csg, mettre des impôts supplémentaires sur les logements privés, bref voler le peuple.

                                                voilà je pense avoir tout dit

                                                si j’étais caustique je dirais que le fonctionnaire qui a dépensé sans compter, sans épargné, aura bien vécu, et qu’il restera toujours quelque chose de sa retraite à 2.500 euros, acquise depuis 50 - 55 ans , alors qu’à resposnabilité égales eclle d’un employé du privé n’est que de 1.700 euros à partir de 60 ans et celle d’un indépendant de 1.200 à partir de 65 ans.

                                                la solution à nos problème est simple ... mais plus on tarde plus la tragédie qui frappera le peuple sera grande.

                                                mais TOUTES vos solutions sont illusoires car contraire à la liberté individuelle, à la responsabilité professionnelle, et à la propriété familiale : toutes vos propositions commencent net par « contraindre » et « interdire » ...

                                                 c’est comme cela que les soviets en sont arrivé au goulag pour y mettre ceux qui comprenaient que ça ne marchait pas ; mais je crois que le peuple à compris ; : il sait qu’aux EUA on peut acheter un beau side car pour 5.000 dollars alors que nous ne fabriquons même plus demobylette

                                                regardez autour de vous : notre système socialste - cat nous sommes dans une ripoublique socialsite depuis 1945 a ruiné l’économie : l’industrie est exangue, plus d’artisans ni de ( petits) commerçants, l’agriculture a ... ruiné les agriculteurs par le système des subventions, et les services sont mal en point : même le tourisme est mal : trop de charges sociales, trop de taxes ; trop de règlements administratif

                                                Allez voyager en Allemagne et vous verrez que j’ai raison : dans chaque village il y a des PME, les maisons sont belles, les commerces nombreux et les brasseries et restaurants également . Ici, quand on voyage, on a l’impression qu’une bombe à neutrons a dévasté les villages 

                                                mais quand donc les Français comprendront ils que le socialisme, comme le communisme, c’est la mort ?

                                                Je regrette mais vos propos sont de l’IDEOLOGIE pure, et d’est cela qui fait le mal français
                                                nous avons eu la chance de ne pas connaitre un régime soviétique , car nou somms l e seul pays communiste qui ait ... réussi tellement le système privé a travaillé et a été pillé par l’état qui a trop embauché de fonctionnaires et trop distribué d’allocations ; maintenant c’est fini le secteur privé est liquidé, et nous n’avons plus ni artisans, ni industrie, donc assez de monde pour payer ... d’où ces emprunts massifs de l’état pour fiancer les déficits

                                                encore une fois ouvrez les yeux et faites marcher votre intelligence, je pense qu’elle en est capable : cette année le « déficite » de l’état sera de 67 MDS et celui dy système social sera de 280 MDS soit un total de 350 MDS à ajouter à la « dette » ; nom de D. heureusement que les banquiers réalisent qu’ils ne seront pas remboursés sinon jusqu’où endetterions nos enfants ... 350 MDS à ajoiuter aux 2.800 MDS présentés ci avant cela fera 3.150 MDS fin 2011 , soit plus de 520 mille euros par habitant.

                                                vous rendez vous compte

                                                un dernier chiffre : celui du cout de la « sécu » soit 450 MDS pour 2001

                                                savez vous quelle est la richesse de toutes les propriétés de l’état ?
                                                elle est de 400 MDS !
                                                vendre tous les bâtiments : ministères, barrages, routes nationales, musées, ne permettrait pas de financer une seule année de ce monstre qui a dévoré ses enfants que nous sommes ! ! ! c’est inimaginable comme ces chiffres sont inconnus de la plupart ; je les ai découverts par moi même et croyez moi il faut chercher ! ! ! tout cela est caché avec la complicité des médiats ... car jamais un post comme le mien ne passerait sur les commentaires de Libé, de l’Express, du Fig, de TF1,etc.
                                                MERCI AGORAVOX
                                                  
                                                n’y a -t - il pas matière à ce que vous demandiez pardon pour avoir écrit de telle inepties ?

                                                prenez votre temps pour répondre c’est important ; sauf si la lumière vous illumine tout de suite

                                                Amitiés      

                                                 


                                                • Winston Smith 14 août 2011 11:48

                                                  « Bientot 1789 ; vous etes le type meme de l infividu qui aurait interet a se mettre au jogging....ca peut sauver une vie...parfois.... »


                                                  Heu, 1789, c’est exactement SES IDEES coco : 1789, c’est l’Ultra Libéralisme.

                                                  Enfin bon, il ne faut pas trop en demander à la populace..


                                                • sparte sparte 14 août 2011 18:38

                                                  Vous n’avez aucune assurance pour quoi ce ce soit ?
                                                  assurance pour une auto, assurance en responsabilité civile, assurance pour vos enfants ... ?
                                                  en quoi s’assurer contre un risque ferait de quelqu’un un « ultra libéral »  ?
                                                  Y a qque chose qui m’échappe ...

                                                  1789 ne fut pas une révolution libérale mais bourgeoise et corporatiste
                                                  c’est différent .. enfin on s’éloigne un peu du N.O.M. 

                                                   S


                                                • Winston Smith 14 août 2011 18:50

                                                  « 1789 ne fut pas une révolution libérale mais bourgeoise et corporatiste »



                                                  Faux. 1789, c’est une révolte de la Noblesse, qui veut réformer d’un seul coup la France pour adopter le modèle Anglais, c’est à dire le libéralisme, la DDH n’étant qu’une mise par écrit des droits des Anglais, c’est à dire, des règles de base du CAPITALISME, le tout afin de rattraper le retard dans la guerre économique que nous livre les anglais et que nous sommes en train de perdre.

                                                  C’est un échec complet, car on ne reforme pas une Société à coup de Lois... 
                                                  La punition : à partir de 1815, le monde Anlgo-Saxon domine le monde, la France n’est plus la première puissance mondiale et entame son déclin (nous sommes 7éme aujourd’hui et on devrait être 13éme dans 10 ans, avec le niveau de vie qui va avec)..

                                                  Bourgeoise ? Non, suffisait de collationner les révolutionnaires, ce qu’à fait il y a plus de 50 ans un historiens Canadien. On remarque encore une fois la puissance de l’illusion chez les cons : puisque CA DEVAIT être Bourgeois -sinon, le Marxisme s’effondre, encore.. rien de neuf, donc..- et bien pendants 150 ans, on n’a rien vérifié ! Et « on » a enseigné « ca » pendant 100 ans pour fabriquer du républicain à la noix ! Grotesque, évidement.



                                                • sparte sparte 14 août 2011 20:46

                                                  Oui d’inspiration maçonnique anglaise ... qui ont créé deux siècles après : le N.O.M. Ce sont toujours les mêmes familles, et elles ont « essaimé » aux EUA.

                                                  Ne me faites pas un procès sur le mot bourgeoisie puisque cette classe a pu se développer - entre nobles et ouvriers - après 1789 ; ceux qui à travers les LOGES ont véhiculé en France les thèse « libérales  » dont vous parlez se sont appuyés sur cette classe, sans parler de libéralisme. Ils furent plus subtils. La noblesse française n’a pas ( pu ) participer au développement économique comme ce fut le cas en Angleterre. Je ne l’employais pas avec la connotation marxiste négative.
                                                  dont act, merci !

                                                  S


                                                • Jason Jason 10 août 2011 22:57

                                                  Une addition à mon commentaire, plus haut. Les fonctionnaires vont pâtir, dites-vous. Oui, mais pas tous. Les hauts fonctionnaires que sont les préfets vont continuer à habiter dans des palais, avec jardiniers, chauffeur, personnel de maison, comme de vrais nababs. Leur traitement ne sera pas touché. Le tout aux frais du contribuable. 

                                                  Il y aura même un tordu qui va proposer d’augmenter la TVA pour que l’Etat continue de distribuer des sinécures ;

                                                  Par contre l’Etat va virer tous les non-fonctionnaires (et ils sont légion). Qui souffrira ? Je vous laisse deviner...


                                                  • tchoo 14 août 2011 22:27

                                                    À court terme, l’État diminuera fortement toutes ses dépenses, et coupera massivement dans tous ses budgets.

                                                    Très vite ensuite, on constatera la diminution des services publics rendus dans tous les domaines, l’arrêt progressif de la maintenance des infrastructures, etc.

                                                    Effet domino garanti, avec effets visibles.

                                                    Mais Monsieur Rimmel, nous y sommes déjà : à voir le réseau ferré qui part en déconfiture, les services médicaux qui fonctionnent avec des bouts de ficelles, un manque cruel de personnel qui fait que ceux présent subissent une fatigue physique et morale se traduisant par des arrêts de travail de plus en plus nombreux et de plus en plus long.

                                                    Nous sommes entrer dans une ère de paupérisation et devenons peu à peu un pays du tiers monde.

                                                    Beaucoup d’entre vous ne le voyez pas encore, mais hélas, vous ne tarderez pas à être aussi touché

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès