• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les statistiques suisses confirment qu’il n’existe aucun (...)

Les statistiques suisses confirment qu’il n’existe aucun rapport entre la taille d’un pays et son niveau de vie et d’emploi

Le taux de chômage en suisse vient de tomber à 2,9% !

On se rappelle que, voici un mois, Nicolas Sarkozy, invité au « Swiss Economic Forum » d'Interlaken, avait eu le culot d'aller dire à nos amis suisses que leur système politique est « inefficace, désuet » et qu'ils devraient adhérer dare-dare à l'Union européenne. Ce qui lui avait valu de se faire vertement remettre à sa place par Adolf Ogi, ancien président de la Confédération helvétique.

L'outrecuidance de Nicolas Sarkozy saute aux yeux si l'on songe que son passage à l'Élysée s'est traduit, de 2007 à 2012, non seulement par une hausse vertigineuse de notre endettement public (+600 milliards d'euros), mais une hausse non moins phénoménale du nombre de chômeurs officiellement recensés en France : + 747 000, soit +35% ! Sous la gestion de Sarkozy, le chômage est ainsi passé officiellement de 8% à 9,4% de la population active.

Ces résultats catastrophiques montrent le crédit qu'il faut attacher aux rodomontades de ce donneur de leçons, surtout lorsqu'on les compare aux nouvelles économiques venues de Suisse.

On vient en effet d'apprendre, ce lundi 7 juillet, que la Confédération Helvétique ne comptait plus, à la fin du mois de juin 2014, que 126 632 demandeurs d'emploi, soit un taux de chômage exceptionnellement bas de 2,9% - quasiment un record mondial -, en baisse sensible depuis un an (où il n'était déjà plus que de 3,5%).

Il faut savoir que le taux de 3% est souvent considéré par les économistes comme "incompressible" et équivalent à un plein emploi, du fait des délais d'attente entre deux emplois et d'un pourcentage inévitable de personnes inaptes à l'emploi.

Pourtant, mettant à mal cette théorie, quelques cantons suisses réalisent la prouesse d'avoir un taux de chômage encore très inférieur : le taux de chômage en Suisse alémanique tombe à 2,4%, il n'est que de 2,3 % dans le canton de Berne, et même de... 0,9 % dans les cantons de Nidwald, et Obwald. En revanche, le taux de chômage est le plus élevé en Suisse romande, et culmine à 5,4% dans le canton de Genève.

Au niveau national, le chômage des jeunes de moins de 24 ans est quant à lui tombé au taux incroyablement bas de 2,7 %.

Et le nombre d'offres d'emploi augmente...

Taux de chomage en suisse

Dans le même temps, le cabinet d'audit Ernst & Young annonce que ce petit pays de huit millions d'habitants est passé de la 14e à la 12e place du classement des lieux d'investissements en Europe.

Quant à la croissance du produit intérieur brut de la Suisse, elle devrait atteindre 2,1 % en 2014, ce qui est exceptionnel compte tenu du marasme économique de tous les pays qui entourent notre petit voisin.

Sources :

Ce même lundi 7 juillet, on a appris en revanche que la production industrielle allemande - pourtant donnée en exemple dans tous les pays de la zone euro et en particulier en France - a plongé de -1,8% en mai par rapport à avril, en données corrigées des variations saisonnières.

L'ensemble des conjoncturistes, qui tablaient sur une stabilisation, ont été surpris par cette mauvaise nouvelle. Ils en tirent la conséquence que la croissance de la première économie européenne devrait être nettement plus faible qu'espérée au deuxième trimestre 2014. En bref, le redémarrage de la croissance en Europe, c'est encore raté !

Source : http://www.romandie.com/news/Allemagne-coup-de-frein-en-vue-sur-la-croissance-au-deuxieme_RP/494816.rom

Commentaires : aucun rapport entre la taille d’un pays, son niveau de vie et son taux de chômage

L'excellente tenue de l'économie suisse est là pour nous rappeler qu'il n'y a strictement aucun lien scientifiquement prouvé entre :

  • d'une part la taille d'un pays en population et en superficie,
  • d'autre part son niveau de vie moyen par habitant, son taux de croissance et son taux de chômage.

Examinons cela pour quelques pays du monde.

(NOTA : les statistiques qui suivent sont extraites du "CIA - The World factbook" disponible sur le site Internet de l'Agence de renseignement américaine : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/ . C'est une source évidemment contestable, comme toutes les sources, mais elle offre le mérite d'être très complète et de présenter des statistiques harmonisées et cohérentes.)

Bien plus petits que la France, mais avec de bien meilleurs résultats...

Les exemples d’États beaucoup plus petits que la France, en population et en superficie, et qui obtiennent pourtant des résultats meilleurs que notre pays sont nombreux.

Citons par exemple :

Corée du SudLa Corée du sud :

- sa superficie (96 000 km²) équivaut seulement à 15% de la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population (49 M. hab) représente 74% de la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, son taux de croissance a été estimé à + 2,8% (0,3% officiellement en France) et son taux de chômage à 3,2% (10,2% officiellement en France). Et l'on a appris il y a quelques jours que le revenu moyen des Sud-Coréens devrait dépasser, en parité de pouvoir d’achat, celui des Français en 2018 (cf. http://www.bfmtv.com/economie/revenu-moyen-coreens-depassera-celui-francais-2018-789949.html)

SingapourSingapour :

- sa superficie (647 km²) équivaut seulement à 0,1% de la superficie de la France ou 6 fois celle de Paris intra-muros ; et sa population (5,5 M. hab) ne représente que 8,5% de la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, son taux de croissance a été estimé à + 4,1% (0,3% officiellement en France) et son taux de chômage à 1,9% (10,2% officiellement en France). Quant à son revenu moyen, il était estimé, en parité de pouvoir d’achat, à 62 400 dollars par habitant, soit 75% plus élevé que le revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

NorvègeNorvège :

- sa superficie (304 000 km²) équivaut seulement à 47,5% de la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population (5,1 M. hab) représente 7,7% de la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, son taux de croissance a été estimé à + 1,6% (0,3% officiellement en France) et son taux de chômage à 3,6% (10,2% officiellement en France). Quant à son revenu moyen, il était estimé, en parité de pouvoir d’achat, à 55 400 dollars par habitant, soit 55% plus élevé que le revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

IslandeIslande :

- sa superficie (100 000 km²) équivaut seulement à 15,6% de la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population (317 000 hab) représente 0,5% de la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, son taux de croissance a été estimé à + 1,9% (0,3% officiellement en France) et son taux de chômage à 4,5% (10,2% officiellement en France). Quant à son revenu moyen, il était estimé, en parité de pouvoir d’achat, à 40 700 dollars par habitant, soit 14% plus élevé que le revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

Les États mastodontes ont généralement des niveaux de vie médiocres. Inversement, la plupart des États très grands par leur superficie ou la taille de leur population ont des performances économiques médiocres ou mauvaises, en dépit de leur forte croissance :

BrésilBrésil :

- sa superficie (8 459 000 km²) équivaut à 13,2 fois la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population (202,7 M. hab) représente 3,1 fois la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, si son taux de croissance, relativement élevé, a été estimé à + 2,3% (0,3% officiellement en France) et son taux de chômage à 5,7% (10,2% officiellement en France), son revenu moyen n’était estimé, en parité de pouvoir d’achat, qu’à 12 100 dollars par habitant, soit 33,9% seulement du revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

IndeInde :

- sa superficie (2 973 000 km²) équivaut à 4,6 fois la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population (1 236 M. hab) représente 18,7 fois la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, si son taux de croissance, relativement élevé, a été estimé à + 3,2% (0,3% officiellement en France), son taux de chômage officiel est élevé (8,8%) (10,2% officiellement en France) et son revenu moyen n’était estimé, en parité de pouvoir d’achat, qu’à 4 000 dollars par habitant, soit 11% seulement du revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

PakistanPakistan :

- sa superficie (770 000 km²) est 20% supérieure à la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population (196,2 M. hab) représente 3 fois la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, si son taux de croissance, relativement élevé, a été estimé à + 3,6% (0,3% officiellement en France), son taux de chômage officiel est moyen (6,6%) (10,2% officiellement en France) et son revenu moyen n’était estimé, en parité de pouvoir d’achat, qu’à 3 100 dollars par habitant, soit 8,7% seulement du revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

Indonésie Indonésie :

- sa superficie (1 812 000 km²) équivaut à 2,8 fois la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population (253,6 M. hab) représente 3,8 fois la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, si son taux de croissance, très élevé, a été estimé à + 5,3% (0,3% officiellement en France), son taux de chômage officiel est moyen (6,6%) (10,2% officiellement en France) et son revenu moyen n’était estimé, en parité de pouvoir d’achat, qu’à 5 200 dollars par habitant, soit 14,6% seulement du revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

10372077_10152536903737612_5280339439164825556_nChine :

- sa superficie (9 326 000 km²) équivaut à 14,6 fois la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population ( 1 356 M. hab) représente 20,5 fois la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, si son taux de croissance, très élevé, a été estimé à + 7,7% (0,3% officiellement en France) et si son taux de chômage officiel est bas (4,1%) (10,2% officiellement en France), son revenu moyen n’est encore estimé, en parité de pouvoir d’achat, qu’à 9 800 dollars par habitant, soit 27% seulement du revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant), et cela malgré le développement économique phénoménal enregistré au cours des 20 dernières années.

10447837_10152536925697612_8913481391360908794_nNigéria :

- sa superficie (924 000 km²) équivaut à près de 1,5 fois la superficie de la France (640 000 km² avec l’Outre-mer) et sa population ( 177,2 M. hab) représente 2,7 fois la population française (66 M. hab).

- pourtant, en 2013, si son taux de croissance, très élevé, a été estimé à + 6,2% (0,3% officiellement en France), son taux de chômage officiel est calamiteux (23,9%) (10,2% officiellement en France), et son revenu moyen, en parité de pouvoir d’achat, n'est que de 2 800 dollars par habitant, soit 7,8% seulement du revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant).

CONCLUSION : LA « TAILLE-NÉCESSAIRE-POUR-LE-MONDE-DU-XXIe-SIÈCLE » EST UN ARGUMENT OBJECTIVEMENT FAUX

Que l'on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas.

Il est exact que l'on peut trouver des contre-exemples à la liste précédente.

Le principal contre-exemple d'un État mastodonte ayant un très haut niveau de vie est évidemment celui des États-Unis, qui sont un très grand État, à la fois soit par la superficie (9 827 000 km², soit 15,4 fois la France) et par la taille de sa population (318,9 M. hab, soit 4,8 fois la France), et dont le niveau de vie est supérieur à celui de la France : 52 800 dollars par habitant, soit 48% plus élevé que le revenu moyen des Français (35 700 dollars par habitant). Mais 15% inférieur à celui des Singapouriens.

Cependant, on notera que le taux de chômage aux États-Unis n'est pas bon (7,3% officiellement), et que la croissance y est faible (1,6%).

Encore ne s'agit-il d'ailleurs que de statistiques officielles - tirées du site Internet de la CIA - et je ne crois pas utile de revenir ici, ni sur le rôle central et scandaleux du dollar dans la prospérité américaine, ni sur la tendance au déclin rapide de la suprématie américaine.

De la même façon, on peut trouver des petits États, qui comptent parmi les plus pauvres du monde : la Sierra-Leone, Haïti, les Comores, l'Érythrée, la Guinée Bissau, la Guinée, Tokelau, le Malawi en font partie, et ont un revenu par habitant inférieur à 1 500 dollars par an.

Il n'en demeure pas moins que, si l'on prend la liste des 38 États ou territoires dont le revenu par habitant est supérieur à celui de la France en 2013 (selon les statistiques de la CIA : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/rankorder/2004rank.html?countryname=American%20Samoa&countrycode=aq®ionCode=aus&rank=134#aq ),

on découvre que :

(NOTA : il s'agit d'États ou territoires statistiquement distincts : la Nouvelle-Calédonie, par exemple, bien que faisant partie de la République française est comptabilisée à part ; de même que l'Île de Man, les Îles Falkland ou les Îles vierges britanniques, comptabilisées à part du Royaume-Uni)

  • 3 États seulement sur les 38 comptent plus d'habitants que la France  : les États-Unis, l'Allemagne et le Japon.
  • 3 États seulement sur les 38 ont une superficie supérieure à celle de la France  : les États-Unis, le Canada et l'Australie.
  • 33 de ces 38 États ou territoires sont à la fois moins peuplés et moins grands que la France.

En voici la liste - j'ai indiqué en gras les 33 États ou territoires à la fois moins peuplés ET moins grands en superficie que la France, mais dont le niveau de vie est supérieur.

1 Qatar $ 102,100
2 Liechtenstein $ 89,400
3 Macao $ 88,700
4 Bermudes $ 86,000
5 Monaco $ 85,500
6 Luxembourg $ 77,900
7 Singapour $ 62,400
8 Jersey $ 57,000
9 Norvège $ 55,400
10 Iles Falkland (Malouines) $ 55,400
11 Suisse $ 54,800
12 Sultanat de Brunei $ 54,800
13 Ile de Man $ 53,800
14 États-Unis $ 52,800
15 Hong Kong $ 52,700
16 Guernsey $ 44,600
17 Iles Cayman $ 43,800
18 Pays-Bas $ 43,300
19 Canada $ 43,100
20 Gibraltar $ 43,000
21 Australie $ 43,000
22 Autriche $ 42,600
23 Iles Vierges Britanniques $ 42,300
24 Koweït $ 42,100
25 Irlande $ 41,300
26 Suède $ 40,900
27 Islande $ 40,700
28 Taïwan $ 39,600
29 Allemagne $ 39,500
30 Groenland $ 38,400
31 Belgique $ 37,800
32 Danemark $ 37,800
33 Nouvelle Calédonie $
37,700 34 Royaume-Uni $ 37,300
35 Andorre $ 37,200
36 Japon $ 37,100
37 Israël $ 36,200
38 Finlande $ 35,900
[ 39 France $ 35,700 ] 

Que conclure de tout cela ?

  • Bien sûr, certains voudront relativiser ce classement en soulignant le rôle joué par la finance, ou par les activités de plate-forme commerciale, ou par les ressources en hydrocarbures, dans l'excellent classement de tel ou tel petit État.

C'est vrai pour certains. Ce n'est pas vrai pour tous : les Falkland, les Pays-Bas, la Suède, l'Islande, l'Autriche, Taïwan, le Groenland, l'Irlande, le Danemark, la Finlande, par exemple, n'entrent pas dans ces catégories.

  • D'autres feront valoir que ce classement résulte pour partie de l'histoire économique passée, et que les bouleversements en cours pourraient bien en changer la physionomie dans les décennies qui viennent.

Ce n'est pas forcément faux.

Mais, s'il est probable que la Chine, l'Inde ou la Russie, par exemple, devraient continuer à grimper dans le classement mondial des revenus par habitant - sous réserve cependant que l'ensemble du système financier international ne s'effondre pas -, il est tout aussi probable que les États-Unis et les États ligotés par l'euro devraient poursuivre leur dégringolade dans ce classement (Allemagne, Autriche, Irlande, Pays-Bas, Belgique, France).

En d'autres termes, la seule conclusion à tirer de toutes ces statistiques mondiales, c'est qu'il n'existe en réalité aucun lien scientifiquement prouvé entre la taille d'un pays en population et en superficie d'un côté, son revenu moyen par habitant, son taux de croissance et son taux de chômage de l'autre côté.

Cela signifie en clair que l'un des arguments-massues de la propagande européiste - celui qui nous assure qu'il faudrait impérativement que la France fusionne avec les pays alentour pour « avoir la taille nécessaire pour le XXIe siècle » - est un argument objectivement faux et dépourvu de toute valeur.

En revanche, et je l'ai montré ailleurs, il existe une corrélation très forte entre l'appartenance à la zone euro et... un taux de chômage très élevé.

Les statistiques suisses de ce jour viennent de nous apporter une nouvelle confirmation de ces constats essentiels.

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.u-p-r.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (94 votes)




Réagissez à l'article

127 réactions à cet article    


  • colza 8 juillet 2014 11:20

    Mais puisqu’on vous dit que, T I N A, il FAUT que l’UE perdure pour le plus grand profit de l’industrie et de la finance...

    Et pour le plus grand malheur des peuples de l’Europe.
    Avec à la tête de l’UE un libéral fédéraliste paradis-fiscaliste comme Junker, les citoyens européens n’ont pas fini de souffrir si ils ne se révoltent pas, car il ne faut pas se cacher la vérité : ils ne veulent pas entendre.

    • Croa Croa 8 juillet 2014 12:45

      TINA n’a aucun sens pour un pays indépendant, par exemple pour la Suisse. Par contre pour nous... smiley !


    • agocount 9 juillet 2014 13:34

      Ce n’est pas « ils ne veulent pas entendre » c’est « Je me fiche et contre fiche de ce que vous pensez, on fait comme je l’entend car c’est moi qui commande ».

      Pour voir l’avis de Junker sur la situation c’est ici : https://fr.news.yahoo.com/juncker-invite-paris-%C3%A0-ne-plus-se-d%C3%A9fausser-081346505—sector.html

      Ceci dit, c’est un hypocrite car il sait parfaitement que les traités européens sont la politique de la France, reste que le gouvernement est aussi capable de changer pas mal de choses genre rendre la fiscalité lisible, le système bureaucratique rapide et efficace, le système de lois lisibles et compréhensible par tous, une éducation orientée réalisations, ... pour cela faudrait il qu’il est une légitimité.

      Bref les français devraient faire un choix intelligent quand les élections ne leur proposent / imposent rien de bon : voter blanc, nul ou s’abstenir, avec 51% de tels votants le pays serait ingouvernable mais les français préfèrent jouer aux plus malins et rester dans une dialectique hégélienne : gauche / droite, le résultat est là.

      Le système mafieux en place est là pour le rester : la France sous médicaments ça doit bien profiter à quelqu’un, de même la France taxée à mort sur le pétrole pour tous les transports aussi, la France tous les samedis dans les super marché aussi, la France qui ne conçoit les choses que si elles sont belles aussi, la France scotchée devant un écran toute la journée aussi, peut être qu’en regardant ici on y verra plus clair à qui ça profite : http://www.inegalites.fr/spip.php?article269 et http://www.inegalites.fr/spip.php?article1071

      Ceci dit aussi, si les riches le sont c’est qu’ils ont agi pour et que donc ils récoltent le fruit de leurs actions.


    • mac 8 juillet 2014 11:30

      Ce raisonnement du trop petit pour être indépendant est l’argument majeur des anglo-saxons pour constituer leur empire avec tous leurs vassaux dont malheureusement la France est maintenant entrée au club.

      C’est avec ce même raisonnement que l’on persuade les québecois qu’un Québec indépendant ne serait pas viable. Comme si un pays grand comme trois fois la France qui possède autant des ressources naturelles avec une quasi indépendance énergétique, un des meilleurs système universitaire au monde, un industrie de pointe, un PIB qui talonne celui de la Suède ou de la Suisse ne pouvait être viable que dominé.




      • Fergus Fergus 8 juillet 2014 11:41

        Bonjour, François.

        Le titre est justifié, mais la démonstration n’est pas porteuse de sens, en grande partie, et vous l’avez reconnu vous-même, parce qu’un nombre important des pays cités sont des paradis fiscaux, ou ont organisé leur réussite économique autour de la finance. C’est notamment le cas de 9 des 10 premiers pays cités, ce qui relativise la pertinence de cet article.


        • Croa Croa 8 juillet 2014 12:53

          Contrairement aux idées reçues, l’économie Suisse ne repose pas essentiellement sur la finance.

          La prospérité Suisse tient essentiellement à son caractère réellement démocratique et à son indépendance.


        • Spartacus Spartacus 8 juillet 2014 12:56

          Au nom de quel aveuglement idéologique faudrait il exclure les pays à fiscalité moins forte ?

          Il y a des routes, des écoles et des services publics, dans ces pays...
          Et en plus beaucoup ont des contraintes économique par la géographie que n’ont pas les autres pays puisqu’il y a beaucoup d’îles. 

          Au contraire c’est très porteur de sens, vous êtes dans le déni

          Vous n’aimez pas lire ce qui ne va pas dans le sens de vos idéologies. 
          Moins d’état Keynésien et interventionniste entraîne une meilleure économie et moins de chômage. Ces pays le prouvent.

        • César Castique César Castique 8 juillet 2014 18:24

          « La prospérité Suisse tient essentiellement à son caractère réellement démocratique et à son indépendance. »


          La prospérité de la Suisse tient essentiellement à la qualité de son peuplement. Depuis des années, le pays est sur le podium, et souvent premier, dans les domaines de la compétitivité et de l’innovation. 

          Il n’y a pratiquement jamais de grèves et quand on demande aux Suisses s’ils veulent d’un SMIC, qui serait le plus élevé du monde, ils votent « NON » à plus de 76 %, en observant : « il ne faut pas de SMiC, ça va fragiliser les entreprises, et si on fragilise les entreprises, on aura du chômage... »

           Concrètement, tout cela se traduit (source : Index Mundi 2011) par un volume d’exportations de 40’000 dollars par habitant contre 9’000 pour la France et 17’300 pour l’Allemagne

        • François Asselineau François Asselineau 8 juillet 2014 21:56

          @Fergus

          Je me demande si vous avez lu attentivement mon article. Je reprends donc brièvement ma démonstration :

          1)- la plupart des plus gros États du monde - en population et en superficie (ce que j’appelle les « États mastodontes ») sont mal classés dans le classement du revenu moyen par habitant.
          Je donne une série d’exemples précis, que l’on peut d’ailleurs étoffer : si vous consultez le classement établi par le CIA World Factbook, vous constaterez vous-même que, dans ce classement mondial  :
          - la Russie se classe à la 77e place sur 228 États et territoires recensés
          - le Brésil se classe à la 105e place
          - la Chine se classe à la 121e place
          - l’Indonésie se classe à la 158e place
          - l’Inde se classe à la 169e place
          - le Pakistan se classe à la 177e place
          - le Nigéria se classe à la 180e place
          - le Bangladesh se classe à la 194e place.

          2)- de nombreux petits États, beaucoup plus petits que la France, font mieux que notre pays, lequel se classe 39e.

          3)- parmi ces nombreux petits États, il y en a certes qui doivent leur classement en tête de liste à des activités financières, ou commerciales, ou à des ressources pétrolières ; mais il y en a aussi beaucoup d’autres pour lesquels ce n’est pas le cas, j’en ai donné une liste.

          4)- j’aurais pu ajouter que de gros ou très gros États disposent de ressources en matières premières énergétiques colossales et que cela ne les empêche pas d’être mal, voire très mal classés : la Russie (77e), le Venezuela (99e), la Chine (121e), le Turkmenistan (122e), l’Irak (141e), l’Angola (147e), l’Indonésie (158e), etc.

          5)- j’en conclus qu’il n’existe donc aucun lien scientifiquement prouvé entre la taille d’un pays en population et en superficie d’un côté, son revenu moyen par habitant de l’autre côté (je le montre aussi pour le taux de croissance le taux de chômage).

          J’estime que, contrairement à ce que vous dites, cette conclusion est on ne peut plus pertinente.

          Sinon, il vous appartient de nous prouver l’inverse, à savoir que plus un État serait gros en population et en superficie, et plus sa richesse par habitant, son taux de croissance et son taux d’emploi seraient élevés.

          Or vous ne pourrez pas le prouver car cette corrélation n’existe pas.

          C’est un constat capital car il ruine l’un des arguments les plus constants des européistes, qui veulent nous faire croire qu’il serait impératif de « construire l’Europe » pour être « à la taille de la mondialisation ».

          François Asselineau


        • Croa Croa 9 juillet 2014 07:34

          Pour César « Depuis des années, le pays est sur le podium, et souvent premier, dans les domaines de la compétitivité et de l’innovation. »


          Ce qui est certainement vrai mais cela ne suffit pas ! En France nous sommes au moins aussi bon sauf que cela nous est volé alors que les Suisses, restés indépendants, conservent la possibilité de protéger leurs industries et autres richesses réelles.

        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 juillet 2014 16:00

          @ F.Asselineau & Fergus


          Non, il n’y a pas de correlation naturelle entre la taille d’un pays et sa richesse ; je ne crois pas que Fergus ni quiconque le prétende. Il y a des biais qui sont sytemiques, toutefois. et qui peuvent etre percus comme une correlation. 
           
          Ainsi, un pays plus ’« gros » tendra a devenir plus riche, dans la mesure où il utilisera ;a force pour extoquer les petits ou leurs imposer des traités inegaux. C’est le non-dit qu’on avait fait miroiter aux Européens ... et qui ne fonctionne évidemment pas si le ’gros« est sous tuetlle d’un autre gros plus futé... i.e les USA

          Il peut y avoir une correlation inverse, si un pays n’est pas vraiment une entité naturelle qui se veur optimalement autarcique, mais une sous-entité dont la fonction est précisement de se nourrir de ses voisins... comme les paradis fiscaux (c’est la fable des membres et de l’estomac) 
           
          Quant au chomage, la notion du ’frictionnel » fixant un seuil infranchissable est devenu inane, avec la capacite. de traitement informatique qui a explosé et qui permettrait maintenent à peu de frais de suivre et d’aider INDIVIDUELLEMENT chaque travailleur dans son plan de carrière. J’ecrivais dejè sur ce theme dans les années ’60, quand j’étais Directeur général de la Main-d"oeuvre du Québec. Aujourd’hui, cette approche qui etait un projet pour l’avenir est possible. La Suisse s’en approche. L’U.E non... , et ne le veut surtout pas !

          PJCA



        • julius 1ER 14 juillet 2014 09:50

          Mr Asselineau, SVP arrêtez d’encenser la Suisse car vous survolez de loin ce pays et la prospérité à la manière de la fameuse théorie du « ruissellement » est loin de rejaillir sur tous le monde ! Caritas une des associations d’aide les mieux reconnus révélait il y a de cela quelque jours qu’un million de personne vit ou survit sous le seuil de pauvreté en Suisse, ce qui compte tenu du PIB et du nombre de milliardaires au M2 vivant là-bas est tout bonnement indécent..............je devrais dire que pour un pays qui vient de refuser le SMIC par voie référendaire, est en train de créer un sous-prolétariat qui n’a même pas accès au minimum ....... aussi si votre vision de la Suisse(image d’épinal) rejoint vos analyses sur la situation française et européenne, alors permettez moi d’être sceptique quand à vos solutions................


        • clodius clodius 14 juillet 2014 15:57

          Vous avez raison.
          En Suisse il faut avoir moins de 40 ans, ensuite commence la galère...
          En plus vous avez une administration policée. Une grande différence de mentalité :
          les Suisses allemands pensent on va dire différemment, ils ont un esprit de groupe.
           Leurs stats sur le chômage j’y crois pas.
          (j’en ai fait 2ans dans ce merveilleux pays, avant de me mettre à mon compte)


        • Laurent Simon 23 juillet 2014 18:11

          Les arguments dans cet article sont assez justes, mais la conclusion ne l’est pas.

          "Cela signifie en clair que l’un des arguments-massues de la propagande européiste - celui qui nous assure qu’il faudrait impérativement que la France fusionne avec les pays alentour pour « avoir la taille nécessaire pour le XXIe siècle » - est un argument objectivement faux et dépourvu de toute valeur.

          En revanche, et je l’ai montré ailleurs, il existe une corrélation très forte entre l’appartenance à la zone euro et... un taux de chômage très élevé."

          Car, notamment :

          - cet argument de taille n’est pas l’essentiel de l’argumentation européiste

          - vous oubliez allègrement les accords économiques qui existent entre la Suisse et l’UE, et/ou entre la Suisse et une bonne partie des Etats qui composernt l’UE. Ce qui fait que la Suisse bénéficie de l’UE... contrairement à tout ce qui s’affirme allègrement partout !

          En revanche, il n’existe pas de lien entre l’appartenance à la zone euro et un taux de chômage élevé. Si vous avez essayé de montrer ce lien, alors c’est que vous avez regardé les statistiques bien après tout ce qui a été entrepris pour créer la zone euro, et notamment le marché unique de 1992 (et les mesures prises dès 1987)... qui bénéficie aussi à d’autres pays, qui ne font pas partie de la zone euro.... dont la Suisse !!!

          Je suis tout à fait d’accord que la Suisse peut nous montrer beaucoup de choses positives, POUR LA FRANCE, mais cela n’a pas de rapport avec l’UE ! La France crève non pas l’UE, mais de son système social totalement décalé, inadapté, des convictions antilibérales de ses citoyens (la Suisse montre l’exemple !), de sa morosité, de la méfiance envers les entrepreneurs et les patrons, etc.

          L’UE n’a rien à voir avec cela.


        • xael 17 septembre 2014 16:51

          Les convictions antilibérales des citoyens français, qu’elles plaisent ou pas aux chantres de l’ultralibéralisme, on se doute bien que non...
          Cela fait maintenant 15 ans que l’on s’ingénie à détruire les services publics français, sans la moindre amélioration de la croissance et du chômage.
          Oser dire aujourd’hui qu’il n’y a aucun rapport entre l’euro et le chômage, c’est d’une part faux et en plus terriblement méprisant pour tous ceux qui ont vu de leurs yeux un état fort et providentiel (ce n’est pas contradictoire) se faire démolir, à grand coup de slogans.
          Nous les pauvres nous ne croyons plus et ne voulons plus croire cette idéologie mortifère, qui a conduit l’an dernier à la mort de plus de 400 sans abris dont 15 enfants dans notre pays.
          Nous avons compris que l’ensemble des médias en France sont tenus d’une main de fer par des intérêts financiers qui œuvrent contre l’intérêt public. C’était au départ une simple intuition, de bon sens, heureusement des hommes de qualité nous amènent la preuve de cette réalité.
          Nous voyons des pays qui n’ont pas du tout adopté ces principes libéraux offrir un qualité de vie supérieure à leurs habitants, par exemple Cuba où tous les soins médicaux sont gratuits. Que voulez-vous ajouter à cela, à part des insultes comme traiter les dirigeant de pays qui ont choisi une voie indépendante de « dictateurs ».
          Il y a un moment où l’on devra bien s’en remettre à ce que désire cette masse idiote de citoyens pour décider de son propre avenir. L’Histoire nous a déjà donné la preuve que ce système que vous voulez voir disparaître est tout à fait fonctionnel (cf les trente glorieuses), argumenter dans le sens inverse ne fait que prouver le dogmatisme pro européen.
          Ce n’est ni d’extrême droite, ni xénophobe de vouloir retrouver notre indépendance.
          Les arguments sont clairs et tout à fait cohérents.
          Merci M. Asselineau.


        • rocla+ rocla+ 17 septembre 2014 16:55

          Non non Spartacus j’ étais en Suisse l’ autre jour , je confirme je n’ ai pas 

           vu de routes ni de voitures automobiles , il n’ y a pas d’ écoles non plus 
          les gens ne savent ni lre .

          Ils ont raison de vous moinsser les moinsseurs .

          Non mais ...

        • Robert GIL ROBERT GIL 8 juillet 2014 12:01

          plutot que des grands discours, lire :
          POUR GARANTIR LE PLEIN EMPLOI, IL FAUT …


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 juillet 2014 19:43

            Robert Gil,
            Ce que vous proposez est exactement l’inverse de ce que Bruxelles a décidé pour l’année 2014/2015...
            On se demande bien pourquoi vous tenez tant à y rester ?


          • claude-michel claude-michel 8 juillet 2014 12:33

            Des trois derniers présidents à avoir dirigé la France, c’est Nicolas Sarkozy qui affiche les meilleurs résultats en termes d’emploi. En mars 2008, le taux de chômage en France métropolitaine est à son plus bas depuis janvier 1996, à 6,8%, et même depuis juin 1983. C’est 3 points de moins qu’au dernier trimestre 2013. Le plus faible nombre de chômeurs de catégorie A depuis 1996 a lui aussi été enregistré sous le prédécesseur de François Hollande, en février 2008, à 1 983 500 dans la métropole, soit 69% de moins qu’en février 2014....Article à revoir il me semble.. ?


            • Croa Croa 8 juillet 2014 13:00

              N’importe quoi ! Il faut remonter carrément aux années 60 pour retrouver une période prospère en France.


            • claude-michel claude-michel 8 juillet 2014 15:07

              Par Croa...Vous savez...Ah-ce lino est coutumier de la désinformation...Une seconde nature...Allez sur le net vous aurez toutes vraies les réponses.. !


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 juillet 2014 19:52

              Chiffres réels du chômage par Jacques Sapir depuis 2008.

              Les artifices ( ou bidouillages) des statistiques du chômage.

              Ceux qui contestent n’ont qu’à donner leurs propres chiffres....


            • François Asselineau François Asselineau 8 juillet 2014 22:01

              Je maintiens totalement mon article est les données qui y figurent.
              Sur les cinq années de présidence Sarkozy, le chômage est passé de 8% à 9,4% de la population active.
              Pôle Emploi a recensé 747.000 chômeurs de catégorie A de plus en métropole, un chiffre en hausse de 35%.
              Source : http://www.europe1.fr/Economie/Chomage-quel-est-le-bilan-de-Sarkozy-1057865/

              Du reste, ces chiffres ont été manipulés à la baisse par des artifices de présentation.
              Le nombre de sans emploi et de sous-emploi en France est beaucoup plus élevé.

              François Asselineau


            • Mowgli 9 juillet 2014 03:35

              "Des trois derniers présidents à avoir dirigé la France, c’est Nicolas Sarkozy qui..."

              Pourquoi TROIS ?


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 06:42

              Mowgli
              Parce qu’avant 1992, Traité de Maastritch, l’UE et l’euro n’existaient pas.


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 06:46

              Topaze,
              Si vous preniez le temps de lire les liens, comme celui de Jacques Sapir, vous sauriez... Sapir montre que le chômage réel en France est à 14,7%, ce qui est bien au dessus des chiffres données par François Asselineau qui sont les chiffres officiels, mais bidouillés.


            • François Asselineau François Asselineau 9 juillet 2014 09:17

              @Topaze
              Plutôt que de m’insulter, vous feriez mieux de lire les analyses très précises produites par l’UPR sur la question de la manipulation des chiffres du chômage :
              https://www.upr.fr/actualite/france/les-artifices-statistiques-de-la-baisse-du-chomage-quand-la-boite-outils-presidentielle-se-transforme-en-bidouillage-par-charles-henri-gallois

              S’il y a quelqu’un qui a des problèmes de « cheville » et « d’égo », ce n’est pas moi mais vous qui, du haut de votre anonymat, n’apportez rien d’autre au débat que l’insulte.


            • François Asselineau François Asselineau 9 juillet 2014 09:34

              @Claude-Michel

              Vous avez prétendu que mon analyse sur l’envolée du chômage sous Sarkozy était fausse. Vous nous avez produit des chiffres sur la prétendue baisse du chômage sous Sarkozy, dont tout le monde sait intuitivement qu’elles ne correspondent à aucune réalité. Vous ne les n’avez d’ailleurs assortis d’aucune source.

              Je vous ai aussitôt répondu en vous donnant, moi, mes sources.
              Elles n’ont d’ailleurs rien d’anti-sarkozystes puisqu’il s’agit d’Europe 1.
              Et en réponse, vous m’insultez en me traitant de menteur et de manipulateur....

              Il est curieux que vous ne mesuriez pas à quel point cette réponse insultante achève de vous décrédibiliser aux yeux des lecteurs. Vous devriez méditer cette maxime de Confucius : « Ne pas reconnaître son erreur, voilà la véritable erreur ».

              François Asselineau


            • claude-michel claude-michel 9 juillet 2014 10:08

              Source les Echos...

              Sous Sarkozy (de Juin 2007 à Avril 2012, soit 58 mois), le taux de chômage en France a augmenté de 25%. Sous Hollande (de Juin 2012 à Mars 2013, soit 9 mois), il a augmenté de 16%. Le chômage augmente donc beaucoup plus rapidement sous la présidence socialiste. Certains en concluront que les politiques de lutte anti-chômage de Hollande sont moins efficaces (plus inefficaces) que celles de Sarkozy.... !


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 9 juillet 2014 17:03

              @claude-michel,

              « Sous Sarkozy (de Juin 2007 à Avril 2012, soit 58 mois), le taux de chômage en France a augmenté de 25%. »
              — fin de citation —

              Voiçi le vrai Bilan du chômage en France sous Sarkozy :

              La France compte 747.000 chômeurs de plus qu’en mars 2007, soit +35%.

              @Topaz le Troll,

              L’esprit brille davantage dans le dénigrement que dans l’éloge.
              Proverbe de Maurice Chapelan

              Je vous verrais bien remplacer un phare à la coté atlantique ...


            • claude-michel claude-michel 9 juillet 2014 17:32

              Par claude-michel...Y a au moins 13 personnes dans votre secte.. ?
              C’est combien le droit d’entrée.. ?


            • Criseuro Criseuro 9 juillet 2014 17:36

              @ François Asselineau, vous devriez vous aussi méditer cette maxime de Confucius : « Ne pas reconnaître son erreur, voilà la véritable erreur ».
              Je vous suggère de l’appliquer à vous-même de temps à autre, histoire de donner le bon exemple en bon pédagogue que vous êtes.

              Autres sources de méditation suggérées dans les citations de Confucius ? smiley

              « Celui qui est sévère envers lui-même et indulgent envers les autres évite les mécontentements. »
              « L’homme supérieur c’est celui qui d’abord met ses paroles en pratique, et ensuite parle conformément à ses actions. »
              « Ce qu’on sait, savoir qu’on le sait ; ce qu’on ne sait pas, savoir qu’on ne le sait pas : c’est savoir véritablement ».

              Enfin, the last but not the least (à méditer tous les soirs si possible, posologie fortement recommandée) :
              « Agis avec gentillesse, mais n’attends pas de la reconnaissance. » smiley


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 juillet 2014 16:24

              @ F,Asselieneau


              Bien sûr. Mais toutes les stats du chomage de tous les pays sont des maquillages. Et la part de l’imagination creatrice s’accroit,dans la mesure où augmente le travail autonome en relation aux emplois, puisqu’on ne peut plus corroborer intrants et extrants dans la Main-d’oeuvre. La distinction s’estompe, d’ailleursm entre ce qui est travail production et les mille excuses à l’assistanat déguisé. On ne sortira qu’en acceptant le principe d’un revenu garanti... et d’un travail assuré

              PJCA

            • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 11 juillet 2014 02:41

              Monsieur Asselineau, il faut écouter quand un chef d’état parle...


              Par exemple, la dernière phrase de Paul Bismuth-Sarkosy de son discours suite à sa défaite aux présidentielles de 2012 a été :
              « Je remercie tous les français, je ne pourrai jamais leur rendre tout ce qu’ils m’ont donné... » Quel joli pied de nez quand-même...non ?

              Revenons-en au chômage : François Hollande n’a jamais promis qu’il y aurait moins de chômeurs, il a juste promis qu’il ferait baisser « les chiffres du chômage », et ça, c’est assez facile à tenir comme promesse...les chiffres, on en fait ce qu’on veut...

            • julius 1ER 14 juillet 2014 10:02

              Ce qui est absurde va bientôt devenir intolérable. Non pas intolérable pour quelques-uns, mais intolérable pour vous, pour moi et pour tous, à la mesure de l’insécurité croissante que va introduire pour tous l’accélération de la transformation des méthodes et des modalités de travail. Aujourd’hui, avoir travaillé dix ans dans une activité programmable sans avoir été recyclé, c’est déjà vivre en sursis de chômage et jouir d’une chance inespérée.

              @JC ALLARD
              ce copier-collé du lien que vous donnez est admirable de la duplicité du système ! en fait la dernière phrase illustre parfaitement ce que tous les gens qui ont conscience du système dans lequel on vit , peuvent ressentir !!! il n’y a que les béotiens comme Spartacul et Asselineau, maintenant pour nous faire prendre « l’Helvétie pour des lanternes ».....

            • Spartacus Spartacus 8 juillet 2014 12:44
              Beaucoup d’enseignements et corrélations à faire....

              Le classement est très très proche du classement « doing-business ». Classement élevé sur l’indice de facilité de faire des affaires dans un environnement réglementaire propice aux opérations commerciales...

              Plus un pays est capitaliste et libéral, plus le pays a un faible chômage et un revenu par habitant élevé....
              Plus il est Keynésien plus il est en bas de classement et un chômage élevé...



              • Fergus Fergus 8 juillet 2014 15:08

                Bonjour, Spartacus.

                Votre vision est déformée. Je dirais, pour ma part, que plus un pays met en place des facilités fiscales totalement déconnectées de l’économie réelle, plus il attire de capitaux ponctionnés sur les populations des pays qui ont une politique responsable, et plus il permet à sa petite population de tirer profit de la paupérisation de centaines de millions de travailleurs sur la planète ! Belle morale !


              • Spartacus Spartacus 8 juillet 2014 15:54

                C’est toute la votre au contraire qui est déformée.


                En quoi le fait de moins taxer est déconnecté ?
                Je viens de vous expliquer que ces pays ont des services public. Des écoles, des institutions.

                Ces pays ont de vrais gros désavantages comme souvent la géographie. 
                La loi du plus attractif ne doit pas être confondue avec la loi du tricheur. Ces pays ne « trichent pas », par contre il sont intellectualisé la concurrence fiscale. 

              • Fergus Fergus 8 juillet 2014 16:06

                @ Spartacus.

                « ces pays ont des services public. Des écoles, des institutions. » En effet, et des impôts très faibles, quand ils ne sont pas inexistants, pour les ressortissants. Et pour cause : tout cela est financé par les masses financières attirées là par de très faibles taxes, au mépris de toute morale. Vous imaginez bien que si tous les pays agissaient de la même manière, ces eldorados de l’optimisation fiscale en seraient réduits comme les autres, tous ceux qui n’ont pas adopté une politique de paradis fiscal, à se débrouiller avec les moyens locaux. 


              • Jeff84 9 juillet 2014 08:18

                Ah, il y en a un qui a vu l’évidence, quand même. Ca crève littéralement les yeux en regardant les chiffres ci-dessus, mais les gens comme Fergus sont tellement formatés et idéologues qu’ils sont incapables de le voir :


                Socialisme = pauvreté
                Libéralisme = richesse

                Règle absolue, confirmée encore et encore par l’histoire.

                Mais il y aura toujours des socialistes bornés comme Fergus, dont le seul argument, répété deux fois ci-dessus, est de monter la garde sur le mur de Berlin pour empêcher les méchants employeurs et salariés de quitter leur « paradis socialiste ». Cirez bien vos bottes, soldat Fergus.

                Mais autant essayer de convaincre le mur de Berlin lui-même. Ils ne s’arrêtent pas maintenant, quand un million de Français travaillent en Angleterre ou en Suisse, où ils gagnent largement mieux leur vie. Ils ne s’arrêteront pas quand ce seront plusieurs millions. Ni quand finalement la France sera pour ces pays, ce que l’Algérie a été pour nous.

              • Spartacus Spartacus 9 juillet 2014 09:42

                Effectivement, attirer les « capitaux » est pour eux « immoral ». 


                Ces gens là ont un problème avec l’argent et un problème avec la définition de « moralité ». 

                Le plus « curieux » c’est qu’on nom de leur moralités ces gens sont les premiers bénéficiaires de régimes sociaux inéquitables, a attirer les privilèges sociaux vers les plus « protégés », et ils n’y voient pas là une « immoralité » ou une « indécence »...

              • Robert GIL ROBERT GIL 9 juillet 2014 15:16

                tant que l’on aura pas compris que les riches et les entreprises privés nous coutent de plus en plus cher on ira droit dans le mur...la preuve puisque l’on va dans le mur !


              • Spartacus Spartacus 10 juillet 2014 12:05

                Mais non, Betancourt et les riches ne prennent personne en otage, et leurs investissements enrichissent l’ensemble de la population par leurs emplois crées.

                Personne n’est contraint d’acheter ses shampoings. Elle vit avec l’argent que les gens acceptent librement de donner ou pas.


                Les Cégétistes gauchistes prennent en otage la population pour accaparer odieusement des privilèges sociaux qui coûtent aux contribuables et au détriment de ceux qui ont de la population contribuable directe et indirecte.

                Seul les obséquieux privilégiés des régimes spéciaux réfutés dans les réserves des privilégiés étatistes, trouvent normal les iniquités sociales pour leur compte.
                Les accapareurs de l’argent des autres. 

              • Jeff84 10 juillet 2014 12:55

                Comme prévu, aucun argument à part une généralité absurde sans aucune base de réflexion...


              • Robert GIL ROBERT GIL 10 juillet 2014 14:45

                mais oui sparagus,
                ils se sont fait tout seul et ne demande (presque) rien, voila une petite liste non exhaustive :

                200 milliards d’euros : c’est le montant de la richesse créée par le travail, détournée chaque année des salaires vers les profits, depuis 30 ans.

                330 milliards d’euros : c’est le montant des richesses cumulées par les 500 plus grosses fortunes de France en 2013, en progression de 25 % par rapport à l’année 2012.

                41 milliards d’euros : c’est le montant des dividendes versés aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en 2012, en augmentation de 5 % par rapport à 2011.

                200 milliards d’euros : c’est le montant cumulé des aides publiques, déversées chaque année aux entreprises, sans contrôle ni contrepartie.

                45 milliards d’euros  : c’est le montant des exonérations de cotisations sociales patronales accordées chaque année aux patrons.

                80 milliards  : c’est le niveau de la fraude et de l’évasion fiscale.

                10 milliards : ce sont les ressources en cotisations sociales aux horizons 2020 qui pourraient être atteintes en appliquant l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (pour rappel les salaires des femmes sont inférieurs de 27% à ceux des hommes).

                et encore : LE PPP, SIGLE DES PREDATEURS DU SERVICE PUBLIC


              • epicure 10 juillet 2014 18:12

                Plus un petit pays n’a aucune base économique, plus il doit attirer les millionnaires et plus en se transformant en paradis fiscal pour atteindre de gros PIB par habitant
                Ce ne sont pas les quelques milliers de monégasques ou habitants du Liechtenstein qui produisent de leur main les richesses pour atteindre les niveaux de richesse mis en avant dans les listes.

                Monaco, ce sont notamment des millionnaires qui s’enrichissent en france qui bourrent les banques de monaco. C’est sûr que comme ça c’est facile d’avoir un gros PIB par habitant, mais ce ne peut pas servir d’exemple pour un vrai pays avec des millions d’habitants, avec de nombreux salariés dans tous les domaines, avec une agriculture etc...
                Oui c’est surement les petits agriculteurs monégasques ou les employés d’hotels qui montent la moyenne de plus de 80 000 $ de leur pays ...

                petit indice pour ceux qui réfléchissent et en restent pas dans le dogme :
                premier pays dans le classement = le qatar pays pétrolier
                premier pays européen occidental = norvège pays européen occidental qui produit le plus de pétrole
                le reste ce sont des paradis fiscaux dans les 10 premiers.


              • Spartacus Spartacus 10 juillet 2014 19:11

                @Gil

                Un copié collé de chiffres ne font pas une réalité et leur énumlération a des gens qui ne savent pas lire un bilan relève de la connerie.

                200 milliards vers les profits. Profits n’est pas prise de bénéfices. Dans 75% des cas les profits restent au capital dans l’entreprise. Chiffre du n’importe quoi, car il n’inclus pas les chiffres négatifs des pertes en capital.

                41 milliards d’euros : montant des dividendes. 37.5% en 2013. Il ont reculés. 5 entreprises du CAC redonnent 80% des dividendes. En France 70% des entreprises n’ont pas versé de dividendes en 2013.

                45 milliards d’euros exonérations de cotisations sociales patronales :
                Au moins on sait que Gil n’a jamais rempli de bilan de sa vie. Les cotisation patronales et salariales sont une même entité et n’appartiennent nullement au patron mais aux salariés. 
                Par contre Gil peut certainement valoriser les exonérations de cotisations chômage d’un tiers des Français fonctionnaires et des entreprises publiques ? Et valoriser la part « patronale » supplémentaire au régime général accordé par l’état pour le compte de chaque salarié des professions protégée ?

                80 milliards fraude et l’évasion fiscale. Forts ces Bolcheviques, ils connaissent le montant exact de la fraude fiscale. 2 solutions, soit ils sont devins et le chiffre est juste, dans ce cas il faut virer 98% des contrôleurs fiscaux tellement ils sont nuls, soit ils sont inventés par les gauchistes qui trouvent intérêt a maximiser un chiffre utopiste.

                200 milliards d’euros aides publiques, déversées chaque année aux entreprises, sans contrôle ni contrepartie. Chiffre faux. Y’a qu’en France qu’on appelle « cadeaux » une somme que l’on ne vous prend pas. Que l’état est généreux avec les entreprises et leur argent.

              • Jeff84 10 juillet 2014 19:28

                Remarque, si les gauchistes y croyaient vraiment, on pourrait faire fortune. Ils nous donnent 100€, on leur rend royalement 10, et ils sont contents parce qu’on leur a fait un cadeau.
                Bizarrement, dans la même situation, les entreprises ne sont pas contentes. Allez savoir pourquoi...

                Et les entreprises font ce qu’elles veulent avec la richesse qu’elles ont créé, pas la peine de se justifier. C’est comme si le postier rentrait chez moi pour me dire que je ne devrais pas acheter une télé, sous prétexte que j’utilise ses services pour poster mes lettres.

                Pas content ? Rien ne vous force à bosser là, allez ailleurs ou créez votre boite.


              • rocla+ rocla+ 17 septembre 2014 16:59

                à Jeff 84 


                faut pas leur dire de créer une boite à les gauchistes ça les leur énerve … smiley

              • xael 17 septembre 2014 17:07

                Si les patrons de grandes entreprises sont à ce point tenus à la gorge, qu’ils ferment leur boite et aillent passer un concours dans la fonction publique, ou qu’ils laissent leur poste à quelqu’un qui pleurniche moins pour aller rejoindre les rangs des ouvriers surprotégés et surpayés.


              • mac 8 juillet 2014 12:48

                Des trois derniers présidents à avoir dirigé la France, c’est Nicolas Sarkozy qui affiche les meilleurs résultats en termes d’emploi.


                C’est aussi celui qui a le plus augmenté le déficit du pays.
                Avec près de 600 milliards de déficit supplémentaires partis dans la nature (ou chez les rentiers de la finance internationale ?), il y avait à peu près de quoi fournir un salaire de 2000 à 3000 euros par mois à tous les chômeurs français pendant tout son quinquennat. Alors donner du boulot précaire à quelques dizaines de milliers de personnes pour ce prix là, il n’y a pas de quoi pavoiser...


                • claude-michel claude-michel 8 juillet 2014 12:53

                  Je ne suis en rien un Sarkozyste...seulement une info sur le sujet...Votre réponse est à côté de la plaque et inutile..il est question du chômage..il me semble.. ?


                • mac 8 juillet 2014 13:35

                  A côté de la plaque ?

                  Si on ne parle pas des moyens qui sont employés pour le résorber alors à quoi ça sert d’en parler ?

                • claude-michel claude-michel 8 juillet 2014 13:49

                  Par mac...Vous mélangez la merde et la crème fraiche...52,40% du pib de dette pour la Suisse malgré un chômage inexistant... !


                • amiaplacidus amiaplacidus 8 juillet 2014 19:57

                  @Claude-Michel, c’est déjà mieux que les 86,10 % de la France.

                  Au surplus, et cela me surprend de votre part, vous décernez, implicitement, un code de bonne gestion économique aux pays dits communistes :
                  Laos : 49,10 %
                  Vietnam 48,80 %
                  Chine 43,50 %
                  Cuba 35,40 %

                  Et le champion toute catégories confondues, du non-endettement : le Liberia, avec 3,30 % !

                  C’est faire preuve d’une totale méconnaissance de l’économie que de ne parler que du taux d’endettement par rapport au PIB.

                  Les dettes de financement de l’investissement ne sont pas mauvaises, au contraire. On ne finance pas une école, qui va durer 40-50 ans sur le budget d’une année, mais par un emprunt sur une trentaine d’années, c’est cela la bonne gestion.
                  Un faible taux d’endettement est le signe d’un pays qui n’investit pas dans ses infrastructures et qui se prépare un avenir plus mauvais que le présent.

                  Ce qui également néfaste, c’est de financer le fonctionnement courant par l’emprunt. C’est malheureusement de cas de la France, c’est vivre au jour le jour sans se préoccuper de l’avenir.


                • claude-michel claude-michel 9 juillet 2014 07:48

                  Par amiaplacidus...On parle de la Suisse uniquement...et les chiffres sont là.. !


                • julius 1ER 15 juillet 2014 09:38

                  Et le champion toute catégories confondues, du non-endettement : le Liberia, avec 3,30 % 

                  @amiaplacidus,
                  celle-là il faut oser la faire cad mesurer la richesse d’un pays par son endettement(ou son non-endettement) si ces chiffres sont justes cela discrédite totalement leurs laudateurs genre Claude michel et consorts .........

                • stetienne stetienne 8 juillet 2014 13:48

                  le suisse est une vrai démocratie


                  • Attilax Attilax 8 juillet 2014 23:05

                    Pas tout à fait mais elle s’en rapproche...


                  • zygzornifle zygzornifle 8 juillet 2014 14:08

                    Avec la quantité de ministres,députés, sénateurs, préfet ,maires plus de 500 000 élus qui se battent tous les jours pour redresser le pays on se demande pourquoi on est si mal ......Ha c’est peut être la faute à tout ce beau monde finalement ......


                    • julius 1ER 8 juillet 2014 14:17

                      Dans le même temps, le cabinet d’audit Ernst & Young annonce que ce petit pays de huit millions d’habitants est passé de la 14e à la 12e place du classement des lieux d’investissements en Europe.

                      @l’auteur, 
                      au risque de vous déplaire, je ne crois vraiment pas que le taux de chômage aie baissé en Suisse cette année, tous les gens que je connais qui sont dans un chômage « longue durée » ne trouvent pas et n’ont pas bcp de propositions d’emploi ..... par contre je crois qu’en annonçant des chiffres en baisse, cela comme vous le mentionnez favorise l’investissement !!!!!!!!
                      tous les gouvernements savent tripatouiller les chiffres et la Suisse ne fait pas exception... ......


                      • Jean Keim Jean Keim 8 juillet 2014 15:03

                        Quel rapport y a t-il entre le revenu moyen par habitant, le bien être et si cela vous fait plaisir la taille d’un état ? Combien gagne un « sauvage » qui travaille qq. heures par semaine pour nourrir la communauté et qui le reste du temps fait ce qui lui plait ? Je ne peux m’empêcher de penser que la richesse est toujours prise qq. part. La richesse n’obéit pas au principe des vases communicants.


                        • kanine 8 juillet 2014 17:37

                          Il y a quelques siecles, la France est passée de famine à conquete de l’Europe en 15 ans, avec les memes terres, le meme peuple, mais une monnaie differente...


                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 8 juillet 2014 19:18

                            Bonjour,

                            L’Europe, ou plutôt les intégristes pro-européens ont besoin de faire valoir des arguments mensongers pour maintenir le châteaux à 28 cartes débout, n’importe le prix à payer aux citoyens européens, tant qu’on ne touche pas aux intérêts de l’oligarchie.

                            Je vous invite à regarder l’extrait de la vidéo suivante (lien en fin de ce commentaire), digne d’un triller à la Hitchcock, avec François Asselineau sur la manipulation des ultra pro-européennes pour faire accepter l’Euro aux Suédois incluant la tentative d’exploiter de manière exécrable l’assassinat de la ministre suédoise des affaires étrangères (“socialiste”) Anna Lindh quelques jours avant le deuxième référendum :

                            Passage à regarder à partir de 30:00 à 1:02:07

                            Faut t-il avoir peur de sortir de l’EURO ?

                             


                            • jeanpiètre jeanpiètre 8 juillet 2014 19:47

                              existe t’il des statistiques viables comparant la suisse physique et la suisse virtuelle ?



                              • cistus 8 juillet 2014 19:49

                                Comme quoi le monde change.

                                Avant, il fallait posséder la bombe nucléaire pour faire partie du club des puissants. Maintenant, il nous faut devenir un paradis fiscal. 
                                Malheureusement en France nos gauchistes préfèrent le nucléaire.

                                • al_je 8 juillet 2014 20:34

                                  Excellent article qui non seulement prouve, encore une fois, que François Asselineau réalise de très sérieuses analyses mais aussi que les euro-lucides ne sont pas du tout renfermés sur eux-mêmes mais bien au contraire ouverts sur le monde !

                                  Il est urgent de sortir de cette UE comme le propose l’UPR avant que tous nos emplois, notre industrie et nos acquis sociaux ne disparaissent. Il est temps d’arrêter de chipoter avec l’UMP, FN, PS, FdG car là il est question de l’avenir de la France. Une solution : UPR.


                                  • Xenozoid 8 juillet 2014 20:49

                                    c’est vrais qu’une obsesion,nést pas vue,come asselineau,sans le vibro


                                  • gorgonzola 9 juillet 2014 01:24

                                    par contre je pense qu’il doit exister un rapport entre la "qualité’ de votre commentaire et votre Q.I .....


                                  • Xenozoid 9 juillet 2014 13:26

                                    c’était pour topaze et son obsesssion sur aselineau,et n’avait donc aucun rapport avec un test de débilité.


                                  • gorgonzola 9 juillet 2014 20:00

                                    On est d’accord, c’est bien du dénommé Topaze dont je parlais.


                                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 juillet 2014 16:43

                                    @ Topaze 


                                    Asselineau offre, a mon avis, le diagnostic le plus lucide et le plus clair sur la sitiation actuelle. Il est tout a fait illusoire de penser, toutefois, que son message puisse être transmis, compris, et avoir un impact politique a court terme. Qui contrôle les armes, le fric et les mèdias controle notre « démocratie ». Ce que nous en disons n’a qu’une valeur historique... et dans la mesure seulement où on n’aura pas « corrigé’’ à la »1984".... 

                                     PJCA

                                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 8 juillet 2014 22:50

                                    @Topaze


                                    Supposons, selon votre allégation, que l’état de l’UPR « été » fasciste comment qualifié vous alors les partie politiques américaines, c’est à dire le partie politique républicain et/ou le partie politique dit « démocrate » ?

                                    Je trouve d’ailleurs une parallèle dans votre remarque diffamatoire et la rhétorique employé par des hommes politiques américains qui consiste à donner le sens opposé des mots utilisées pour manipuler les masses, mais malheureusement pour vous, avec un grand manque de conviction. Ce que les Hommes politiques américains qualifiant comme « démocratie » est en réalité du fascisme !

                                    Je vous convie à regarder la vidéo suivante... pour vous remettre sur le droit chemin du vrais sens des mots et des faits réels !

                                    Les Confessions d’un assassin financier

                                    Voici un extrait de la charte de l’UPR

                                    Proclamant son amour de la patrie et son rejet de tout nationalisme, l’UPR refuse évidemment tout extrémisme, tout racisme et tout communautarisme, et proclame son attachement à la laïcité et à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée Générale des Nations-Unies le 10 décembre 1948. Cette Déclaration, ainsi que l‘article 1er du Pacte des Nations Unies sur les droits civils et politiques du 16 décembre 1966 qui pose comme un principe inaliénable le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, constituent la plus haute justification morale au programme de l’UPR, lequel entend justement rendre aux Français leur droit inaliénable à disposer d’eux-mêmes, et leur enjoint de refuser toute servitude, qu’elle soit volontaire ou extorquée.


                                  • gorgonzola 9 juillet 2014 01:35

                                    Les fascistes d’aujourd’hui, ce sont surtout les médiocres qui comme vous Topaze se déguisent en antifascistes ou se complaisent à jouer les trolls (cf. vos commentaires).


                                  • Idées de la Tripartition sociale alain20 9 juillet 2014 10:17

                                    Au sujet des accusations de récupération politique ou de populisme : un homme politique sincère peut trés facilement être accusé d´utiliser les techniques employées pour justement singer cette sincérité.
                                    Que chacun se fasse sa propre opinion de la sincérité des propos de F. Asselineau et de la pertinence de la comparaison avec un mouvement fasciste.


                                  • X1eWU X1eWU 8 juillet 2014 23:13

                                    Très bon article pour un élève de seconde éco ! Apparemment vous êtes plus fort à bloquer les articles des autres utilisateurs que de faire avancer la société sur des questions d´économies. Néanmoins bravo la propagande des puissants ne sert pas les peuples, bien vu !


                                    • soi même 8 juillet 2014 23:18

                                      Ce qui réussie à la Suisse n’est pas forcement valable pour la France.
                                      Il y a t il, en France la même concentration proportionnel de banques international quand Suisse ?

                                      Tous le monde sait, que c’est des principaux moteurs industrielles de la Suisse, le système bancaire est une locomotive comme à été un temps notre industrie automobile en France.
                                      Maintenant si l"on regarde sûr d’autre point de vue, c’est une nation qui a une particularité politique qui lui donne toute sa cohérence national, c’est un exemple d’une organisation politique qui exerce une démocratique réel !

                                      En se sens, c’est une leçon qui n’a pas eux besoin d’une révolution pour trouver que le respect des citoyens à comme répercutions une meilleurs résistance aux sirènes du mondialismes ultra libérales ! 

                                      Ce qui nous manque cruellement en France, c’est une véritable société civile qui puisent exercer de pleins droit, des contres pouvoirs qui seraient en mesure de faire front à ce pouvoir politique de partie pyramidale qui sont arriver à vendre la France aux multinationales sans notre assentiments !

                                      Au travail François, il y a du boulot pour faire la métamorphose de la France conformément à ce que l’époque exige !

                                      N’oublions pas le mot du Général, « Les Français sont des veaux » Cela nous devraient nous stimuler à comprendre que seul l’idéal ne suffit pas, il faut remettre l’homme au cœur de la société humaine,c’est à ce prix que l’Espérance peut abattre les montagnes !

                                       


                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 06:56

                                        La part de la finance dans l’économie suisse est de 8%.
                                        Par contre, n’étant pas dans l’ UE ni dans la zone euro, elle a gardé son industrie, et elle est leader mondial de l’innovation.
                                        Voici l’état de l’industrie française comparaison 1968 - 2008


                                      • soi même 9 juillet 2014 12:45

                                        ( La part de la finance dans l’économie suisse est de 8%. ) D’après vous comment comprendre cette bonne santé Suisse, c’est bien qu’il y a une infrastructure bancaire financière efficace.
                                        Il y a pas forcement besoin de grand flux financier pour générer une économie efficace, sa force vient du dynamisme dans la circulation monétaire, induit de se fait une économie qui à peut recourt aux subventions publique (La philosophie de politique économique des autorités est de conception libérale et non interventionniste, ce qui se traduit par une défense du libre-échange, l’absence relative de secteurs subventionnés — à l’exception notable de l’agriculture et des transports — et une politique régionale prudente )

                                        D’autre part, visiblement un détail vous échappes, du poids économique de la Suisse :

                                         (Négoce des matières premières

                                        Environ 25 % des transactions mondiales du commerce des matières premières s’effectuent en Suisse. Cette économie générerait environ 10 000 emplois, en particulier des opérateurs de marché, répartis dans 500 sociétés de négoces

                                        -

                                        Services Actuellement, la majorité des emplois se situe dans le secteur tertiaire et continue de progresser dans ce domaine, notamment grâce à l’importance du système éducatif, du système de santé, des activités financières, des assurances, des transports ainsi que des entreprises dites de conseils.)

                                        Montre bien que c’est l’activité financière qui bien au centre de la synergie de la prospérité Suisse, elle n’a pas nécessairement besoin de prendre une position dominante dans l’économie du pays , néanmoins c’est bien le moteur qui est a l’origine du dynamise des moyens entreprises et de ceux qui ont une dimension internationale qui profite de cette situation exceptionnelle en Europe. 

                                        ( La libéralisation et la primauté des forces du marché constituent les principes directeurs de la politique commerciale suisse résultant du postulat général énoncé dans la constitution : la Confédération n’intervient que si l’activité des entreprises suisses se trouve entravée par l’action des pouvoirs publics à l’étranger147 et promeut un système multilatéral d’échanges ouvert et bénéficiant d’une harmonisation )

                                        Cette politique appliquer avec toute la tempérance Suisse doit sans doute être à l’origine c’est incroyable bonne santé économique . 

                                        ( Structure du produit intérieur brut

                                        Structure du PIB 1948-2010
                                        En 2009, la consommation privée représentait 57,9 % du PIB, la consommation publique 11,4 % et les investissements 20,6 %. La Suisse se distingue par un taux de consommation publique particulièrement faible parmi les pays de l’OCDE. Le taux d’investissement est le plus bas que la Suisse ait enregistré en cinquante ans, même s’il reste plus élevé que ceux de tous les autres pays du G8. Ce phénomène n’est pas lié à une politique de désinvestissement mais par l’énorme excédent que les échanges commerciaux engendrent : les exportations se chiffrant à 50,4 % et les importations à 40,2 %, soit plus de 10 % du PIB35 )

                                        http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_la_Suisse

                                        Fifi quand on donne un document, il faut encore le savoir le lire ; Car que découle de c’est article, trois conclusions.

                                        Même si ce n’est pas vraiment encore une réalité évidente,
                                        Il y a bien une Société Civile qui a des pouvoirs pour proposer des lois où modifier où annuler des lois juger contraire à leurs intérêts. d’être libre de s’organiser en association pour leurs choix de santé, d’éducation où culturel sans pour autant être tributaire des choix de l’État !
                                        ( Les relations de travail en Suisse sont caractérisées par une longue tradition de concertation. C’est la convention historique de 1937, connue sous le nom de « paix du travail », conclue au sein de l’industrie des machines qui en est à l’origine. Les relations sont concrétisées par des conventions collectives de travail — accord négocié à intervalles réguliers entre les syndicats et les associations patronales — qui fixent les conditions de travail minimales, y compris les hausses de salaires, et interdisent en principe le recours à la grève171 pour les salariés et le lock-out pour les employeurs172. L’article 28 de la constitution de la Suisse173 garantit le droit de grève (alinéa 3) tout en précisant que « les conflits sont, autant que possible, réglés par la négociation ou la médiation » (alinéa 2). La Confédération se limite à un rôle de médiateur et peut étendre une convention à une branche entière en fonction de la représentativité des acteurs en présence. En 1992, 1146 conventions sont en vigueur et couvrent plus de 1,4 million de travailleurs, soit deux cinquièmes de la population active occupée174. )

                                        Il existe encore en Suisse, un véritable pouvoir politique qui se fonde sur la légitimité du peuple qui a garder ses pouvoirs Régaliens sur les Institutions, la Justice - Intérieur - Battre Monnaie )

                                        Et le trois 3 pôles, le monde économique qui sous le régime de ( la libéralisation et la primauté des forces du marché constituent les principes directeurs de la politique commerciale.)
                                        qui ne veux pas dire que cela n’est pas strictement encadre par un partenaire incontournable qu’est accorder par des règles stricts du code du travail !

                                        Delà dire que c’est un pays qui n’a pas de problème, car c’est un îlot de croissance en Europe, c’est un pas que je franchirais pas, il suffit de lire les différent ouvrage de Jean Ziegler pour ce rencontre l’envers du décors n’est pas plus réjouissant que les autres pays .

                                        « Le banditisme bancaire suisse est une évidence » pour Jean Ziegler

                                        http://www.rts.ch/info/suisse/4332248-le-banditisme-bancaire-suisse-est-une-evidence-pour-jean-ziegler.html

                                         

                                         

                                          


                                      • julius 1ER 14 juillet 2014 10:12

                                        Delà dire que c’est un pays qui n’a pas de problème, car c’est un îlot de croissance en Europe, c’est un pas que je franchirais pas, il suffit de lire les différent ouvrage de Jean Ziegler pour ce rencontre l’envers du décors n’est pas plus réjouissant que les autres pays

                                        @soi-même,
                                        là-dessus tu as entièrement raison de mettre quelques bémols, car les images d’Epinal ne sont .............que des images d’Epinal !

                                      • Avlula 9 juillet 2014 00:28

                                        Bon j’aime bien ces constats de base pour démonter les arguments bas de gamme de l’oligarchie, mais faudrait aussi sortir du logiciel croissance/emploi et songer à un moment donné que la vie peut être différente, que parfois (souvent ?) ceux qui ont un emploi aimeraient bien être chômeur et avoir du temps libre, et aussi que la plupart des emplois sont inutiles, facultatifs, on brasse beaucoup d’air, voire on fait du nocif pour la planète et la société. Ce serait bien d’introduire ce genre d’ouvertures, à l’heure de la robotisation des emplois pénibles, il faudrait songer à se faire beaucoup moins exploiter et à avoir beaucoup plus de temps libre pour, par exemple, réinventer la démocratie (temps pour gérer la politique, les affaires communes), se cultiver, s’émerveiller de la nature, de l’art, que sais-je, plutôt que de toujours foncer, et compenser sa non-vie par une consommation compulsive. Donc pour ma part je n’espère pas du tout un retour au plein emploi 35h ou +, avec une industrie tournant à plein régime pour produire des tas de trucs inutiles, des armes par exemple (il suffirait de faire comme les nazis, pour retrouver le plein emploi et la croissance : préparer la guerre => non merci). J’espère plutôt qu’on prenne en compte les diverses données : progrès en automatisation, épuisement de certaines ressources, péril de certains aspects de notre planète, surabondance et gaspillage, vampirisation des richesses par une poignée de parasites alors qu’on pourrait tellement mieux partager...


                                        • tf1Groupie 9 juillet 2014 01:41

                                          Quand on a rien à dire on trouve les exemples qui disent ce qu’on veut entendre.

                                          Il existe une forte correlation entre la culture latine et le chômage...
                                          Les pays méditerranéens sont pour la plupart en regression économique...

                                          Le Qatar est un modèle à suivre car c’est un pays en plein essor....

                                          les noirs reussissent moins bien dans la vie que les blancs ...

                                          Mais surtout, les 2 pays qui ont le pnb par habitant le plus élevé au monde appartiennent à la zone Euro : Monaco et le Luxembourg.

                                          Les chiffres d’Asselineau ne sont pas bons, ils datent sans doute de la guerre de 40.


                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 07:53

                                            TF1 groupie,
                                            Et vos chiffres à vous ? Marine Le Pen n’en donne aucun, elle se contente de dire « que tous les voyants sont dans le rouge ». Ecoutez bien toutes ses réponses, à aucun moment, elle ne parle de sortir de l’ UE et de l’euro.
                                            Intervention de Marine Le Pen sur iTélé, cette semaine.

                                            Elle parle de faire « une autre politique »...
                                            Vous devez savoir qu’il n’est plus possible de faire une politique nationale intérieure, c’est Viviane Reding qui est venue l’expliquer.
                                            Alors comment compte-t-elle faire, sans sortir de l’ UE et de l’euro ??

                                            C’est le même genre de discours qu’on entend au FDG : « Nous, on peut ! »
                                            Le FN, c’est bien comme le FDG, des impasses pour neutraliser les mécontents, en faisant croire « que nous, nous pouvons ! », sans sortir de l’ UE et de l’euro.

                                            Vous noterez aussi qu’elle se garde bien de faire référence aux GOPé, les Grandes Orientations de Politique économique, publiées début Juin par Bruxelles, et que seule l’ UPR a rendu publiques.


                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 07:08

                                            Topaze,
                                            Mais nous entrons dans un autre monde, il n’y a que vous pour ne pas le voir...

                                            « La naissance du monde désaméricanisé » par Pepe Escobar

                                            « Des BRICS à l’anti-dollar » site Dedefensa

                                            « Moscou et Pékin s’attaquent au dollar » Comité Valmy

                                            L’économie des USA est dans les choux, prière de proposer autre chose !
                                            «  Puisse la récession nous débarrasser de l’arrogance de Washington ! » Paul Craig Roberts


                                          • soi même 9 juillet 2014 14:59

                                            ( L’économie des USA est dans les choux, ) Celle de la France aussi quand au fameux CAC 40,cela fait longtemps qu’il est sous contrôle majoritairement américain .

                                            http://m.business.lesechos.fr/directions-financieres/financement/0203080130260-cac-40-les-fonds-francais-diminuent-au-profit-des-etrangers-56007.php


                                          • xael 17 septembre 2014 17:23

                                            @Topaze
                                            « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement »
                                            Et là j’ai rien compris... suis-je le seul ?
                                            Vous gagneriez en lisibilité en étant lisible, enfin ce n’est que mon avis...

                                            « Construire une société harmonieuse devient aussi utopique que bâtir un château en Espagne, UE ou pas. »
                                            Personne ne vous oblige à participer, mais ce n’est pas nécessaire de démolir ceux qui y croient encore.


                                          • Bergegoviers Bergegoviers 9 juillet 2014 05:59
                                            Le niveau de vie n’a aucun rapport avec le niveau d’emploi.

                                            Sauf si vous pensez, comme qui vous savez, qu’« Arbeit macht frei »... parce que « Le travail est la meilleure des prisons ». (F. Nietzsche)

                                            Et si pour vous le niveau de vie dépend des finances, vous devriez savoir que les plus riches ne sont pas ceux qui travaillent beaucoup mais ceux qui profitent des marchés financiers, et (mais cela vous l’ignorez probablement) que les plus heureux sont ceux qui se contentent de peu en faisant ce qui leur plait.






                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 07:17

                                              Bergégoviers,
                                              Vous devriez demander ce qu’en pensent les chômeurs de Paul Lemploi...

                                              Proposez donc votre candidature à Valls et Hollande ! Ils ont besoin de gens comme vous pour expliquer qu’il n’y a aucune autre alternative à ce que propose Bruxelles.
                                              Leurs députés renâclent, ils ont besoin de supporters enthousiastes comme vous !

                                              Par contre, il semble que vos propositions ne séduisent pas tout le monde...


                                            • Croa Croa 9 juillet 2014 07:22

                                              « les plus heureux sont ceux qui se contentent de peu en faisant ce qui leur plait. »

                                              Pas obligatoirement mais tout autant en effet. Les Suisses ont la prospérité mais vivre à Cuba est aussi bien avec une vie plus spartiate. smiley
                                              Comme nous sommes trop nombreux sur cette Terre, le bon modèle ce serait plutôt Cuba.


                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 08:03

                                              Croa,
                                              Le Bangladesh, c’est pas mal, ils y songent...

                                              Mais la Grèce aussi, c’est pas mal : « Catastrophe sanitaire et humanitaire »
                                              Un vrai paradis ! La Grèce agonise.


                                            • Croa Croa 10 juillet 2014 07:11

                                              Fifi,
                                              Ces pays là ne vivent pas une sobriété heureuse car ils subissent, rien à voir avec Cuba (qui subit aussi des trucs mais qui peut, resté indépendant, vivre dans le partage, organiser du social et même faire la fête de temps en temps.)


                                            • berry 9 juillet 2014 08:28

                                              Comme il a été dit plus haut, la prospérité de la Suisse tient essentiellement à la qualité de son peuplement.

                                              Ce n’est pas en laissant entrer des millions d’africains, de maghrébins et de roms que nous allons rattraper la Suisse, c’est évident.

                                              l’upr ferait bien de s’en rendre compte. 

                                               


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 09:07

                                                berry,
                                                L’origine principale des vagues migratoires sont les guerres de l’ OTAN :
                                                50 millions de réfugiés depuis la 2e guerre mondiale.

                                                L’immigration n’est pas gérée par « ON », comme le disent les FN, mais par les Traités européens, les accords de Schengen, le Traité d’Amsterdam et les accords sur les salariés déplacés.

                                                Tant que nous serons dans l’ UE, il n’y a aucun moyen de gérer autrement l’immigration. Vous prenez toujours les problèmes à l’envers.

                                                En attendant, discuter de l’immigration ne sert qu’à diviser les Français et à relayer « le choc des civilisations » cher au Pentagone et à Huntington.

                                                Vous feriez mieux, au lieu de critiquer l’UPR, de vous rendre compte que les discours de Marine le PEN ne parlent pas de sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN....


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 09:14

                                                L’immigration en Suisse représente 33% de la population, d’origine italienne, puis espagnole et portugaise. Soit plus de 3 millions de personnes.
                                                La Suisse n’étant pas soumise aux Traités européens, gère la question comme elle l’entend.


                                                • Franck Passault 9 juillet 2014 10:03

                                                  Je trouve vos arguments quand même un peu tirés par les cheveux : la Corée du Sud est encore un de ces « tigres asiatiques » montés dans les années 80. Singapour est un paradis fiscal qui dévaste le monde par ses opérations, et des miséreux vivent « au pied » des tours (j’y suis allé), je veux dire soigneusement éloignés en banlieue et trimant dans des métiers de services sans horizon ni droits. La Norvège est un pays polaire exportateur de pétrole. Autre pays polaire, l’Islande qui exporte des poissons et de l’aluminum. La Suisse quant à elle est sans doute l’un des pays les plus toxiques du monde avec son système bancaire. Plus bas vous citez encore l’Autriche qui est considérée comme un paradis fiscal par certains. Vos nommez les îles faulkland (îles malouines) qui comptent 3000 habitants perdus dans l’Atlantique sud et qui vendent à prix d’or les licences de pêche aux compagnies internationales. Puis le Groenland qui vit de la même façon avec ses 52 000 habitants qui ne font pas fortune en harponnant des harangs à travers la banquise ! Le Canada bénéficie d’un territoire immense par rapport à sa population et exporte du gaz de schiste et autres ressources minières. L’Irlande s’est spécialisée dans le dumping fiscal pour les sièges d’entreprises multinationales en Europe, ce qui lui permet d’afficher un gros revenu statistique par habitant, mais ce qui ne signifie rien : si l’argent est statistiquement dans le PIB irlandais, il ne passe jamais dans les poches des irlandais ravagés par la crise. Bref, votre point de vue doit être nuancé. 

                                                  Je suis comme vous contre l’idéologie néolibérale en Europe et le prétendu « modèle allemand » (qui cache ses pauvres dans les catacombes), mais je ne crois pas qu’on puisse se payer de solutions simplistes. Ce que vous proposez en quelque sortes c’est de déménager la France aux îles Malouines ! Expliquez-nous comment vous faites... La France est un territoire et une histoire, elle est un peuple, et des valeurs, un projet de civilisation. Il s’agit de rester dans la réalité et pas de manier des chiffres en l’air. Pour se fracasser ensuite sur la réalité.

                                                  Enfin, il faut observer de près comment chaque pays produit ses statistiques. Ce n’est pas à vous qu’on fera croire que les états ne savent pas manipuler leurs chiffres. Il suffit de bouger un tout petit peu le curseur du nombre d’heures qui fait passer de chômeur à actif pour tout changer. Moi il me reste le souvenir de reportages sur la condition de vie de travailleuses immigrées dans un HLM en Suisse qui n’avait rien d’une panacée. Un peu comme ces « travailleurs » allemands à 1 euro de l’heure. 

                                                  Bref, entre les PIB gonflés par la finance, les licences de pèche ou de pétrole, et les chômeurs transformés en actifs pour un temps partiel payé au lance pierre entre 5h et 9h du matin dans une banlieue de Zurich, je me méfie des statistiques produites par les états. 
                                                  Maintenant, je veux bien croire que des pays comme la Corée-du-Sud présentent actuellement une meilleure santé économique que la nôtre sur une économie vraiment mature et diversifiée. Mais ils sont rares. Et la Corée connait aussi ses malaises sociaux et ses crises de société. On sait que les sociétés asiatiques, avec leurs qualités, ne sont pas exemptes de mal-vivre.

                                                  • Idées de la Tripartition sociale alain20 9 juillet 2014 14:05

                                                    Je ne comprends pas directement votre contre-argumentaire. La thèse de F. Asselineau est clairement énoncée :

                                                    « il n’y a strictement aucun lien scientifiquement prouvé entre :

                                                    • d’une part la taille d’un pays en population et en superficie,
                                                    • d’autre part son niveau de vie moyen par habitant, son taux de croissance et son taux de chômage. »

                                                    Avec mes mots : Il y a des gros pays riches et des gros pays pauvres. Il y a des petits pays riches et des petits pays pauvres.

                                                    Pourquoi certains sont riches ou pauvres est effectivement une question intéressante et vous l´abordez de facon justifiée. Mais cela ne remet pas en question le manque de corrélation énoncée par F. Asselineau.


                                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 11:48

                                                    Franck Passault,
                                                    Le propos de l’article sur la Suisse, est de montrer qu’un petit pays, sans accès à la mer, sans ressources naturelles, mais qui n’est ni dans l’ UE, ni dans l’euro, est capable d’avoir une économie performante et un faible taux de chômage.

                                                    Ce que nient obstinément ceux qui refusent de sortir de l’ UE et de l’ euro et qui sont devenus schizophrènes :
                                                    * Ils nous expliquent (mais jamais dans la même discussion) que le poids de la France est tel, 5e ou 6e économie du Monde, qu’il peut changer le cours de l’ UE.
                                                    Ils nous servent cette salade depuis 35 ans, avec les mêmes promesses « d’une Autre Europe » à la St Glinglin...« 

                                                    Sans dire quand même que Merkel veille au grain...et refuse à Hollande toute réorientation de l’ UE.

                                                    * Mais si on parle de sortir de l’ UE et de l’euro, la France n’est plus bonne à rien... Ce serait l’apocalypse ! la Corée du Nord ! Le repliement sur soi !

                                                    La Suisse prouve qu’un pays indépendant et souverain peut être une réussite économique, ni l’apocalypse, ni la Corée du Nord, et qu’ elle se paye même le luxe par les temps qui courent, d’être démocratique...

                                                    Jacques Sapir & Philippe Murer : » Les scenarii de sortie de l’euro" site Respublica.

                                                    L’autre argument des européistes pour faire peur, c’est le prix de l’essence si nous sortons de l’euro Du pipeau !


                                                    • agocount 9 juillet 2014 13:44

                                                      Dans un monde où l’énergie principale est le pétrôle et où tous les échanges la concernant doivent être fait en dollars américains, il est clair que celui qui mène la danse est l’Amérique du nord. Tous les classements de salaires sont donc sujet à ce contexte et à cette domination : un pays est riche car il plait aux dominants.

                                                      Les comparaisons entre pays ne sont pas possible par ailleurs : un salaire moyen est une grossière approximation de ce qui se passe dans un pays, car en enlevant les millionnaires et les milliardaires la moyenne s’effondre gravement.

                                                      Je pense pour ma part que l’expression SMIC est un mensonge : ce n’est pas un salaire minimum, c’est un salaire maximum, celui que la grosse majorité des employés qui seront du coup smicards touchera, sans espoir que celui ci monte et s’il monte il serra indexé sur l’inflation donc permettra à pouvoir d’achat identique.

                                                      Le SMIC c’est l’assurance des salaires gelés.



                                                      • Croa Croa 10 juillet 2014 07:25

                                                        Oui c’est vrai : En France avant 1975 (et au delà à cause de l’inertie des tendances bien que devenu sans cause mais c’est maintenant bien terminé ! ) les salaires du privé étaient, à qualification égale, bien plus élevés dans le privé que dans le public. C’est probablement toujours le cas en Suisse (à vérifier.)


                                                      • Croa Croa 10 juillet 2014 07:29

                                                        J’aurais dû me relire ! smiley
                                                        Veuillez excuser la répétition qui brouille mon expression.


                                                      • Werner Laferier Werner Laferier 9 juillet 2014 15:01

                                                        La Suisse est le pire exemple qui soit, un pays arriéré de racistes, leur mode de vie tient juste au secret bancaire, à l’argent provenant de l’étranger et à l’or des nazies qu’ils dissimulent encore. Heureusement, le secret bancaire de la Suisse est en train de disparaître sous la pression des États-Unis, une vrai démocratie responsable contrairement à la Suisse.
                                                        N’oublions pas l’exportation d’armes qui ont fait l’objet d’une condamnation par Amnesty International, la Russie et la Suisse font partie des plus gros exportateurs.
                                                        Si la Suisse n’avait pas bénéficié de l’or juif, puis l’or nazi, puis du blanchiment de l’argent des trafics de drogue, puis celui du trafic d’arme, et de son statut de paradis fiscal, ses banques auraient-elles pu financer ces industries dont elle est si fier (à juste titre) ? la Suisse aurait-elle pu avoir un système fiscal si favorable aux entreprises et les attirer ?
                                                        Il faut vraiment souhaiter que les instances européennes, si elles veulent garder la crédibilité qui leur reste, soient fermes avec cette partie vaniteuse et arrogante qu’est la Suisse.
                                                        L’UE ne doit pas faire de cadeau au Suisse , ne serait-ce que pour en faire un exemple face à la montée du populisme à l’intérieur même de ses propres frontières.
                                                        Je suis contre le système suisse, un peuple mal éduqué, qui ne connait pas les enjeux du monde, qui vote par passion ou phantasme peut mener un pays vers la ruine, il est préférable d’avoir des élites qui ont un bagage solide et qui ont eu une formation et des études pour exercer la politique.
                                                        La politique n’est pas un jeu !
                                                        C’est beau la démocratie directe populiste ! Quand tout à l’air simple, qu’il suffit de solutions simplistes qu’on présente à des simplets...
                                                        Raison de plus aussi pour l’UE se montre ferme avec la Suisse sur les termes de l’accord de libre circulation. Que tous ces partis populistes comprennent le coût de leur démagogie, l’immigration est une chance, en temps que nations humaniste et des droits de l’homme, toute l’immigration mondiale doit être accueillie en particulier en France qui est la nation par excellence de l’immigration.
                                                        Il y’a un discours à tenir contre la Suisse, "vous ne voulez pas la libre circulation des gens... et bien vous n’aurez donc pas non plus la libre circulation des marchandises". Le message devrait les calmer s’ils font 60% de leurs échanges avec l’UE.


                                                        • dams69 10 juillet 2014 10:23

                                                          Je suis atéré par ce que je lis @Werner. Je suis français et j’habite en Suisse depuis 2 ans et je peux vous dire que vous ête scomplètement à côté de la plaque. Au même titre que Sarko qui vient donner des leçons de politique en Suisse, quand on voit non seulement ses résultats, mais également les affaires dans lesquelles il trempe... Les Suisses sont trés bien éduqués, cultivés et s’interessent au monde qui les entourent. Ils parlent d’ailleurs bien mieux anglais que nous français (c’est quand même plus facile lorsque l’on veut réellement connaître le monde non ?). En France nous avons donné le pouvoir politique a une « élite » et on en voit le résultat. Le système politique français ne fonctionne plus. Il n’y a qu’à voir le taux d’abstention qui bat des records. En Suisse, le peuple a la parole pour de vrai par l’intermédiaire de référendum qui peuvent être lancé par n’importe qui (ça fait rêver). Alors certes les Suisses sont assez conservateurs, mais ils sont raisonnables et responsables, car maîtres de leurs choix de société. De quand date le dernier référendum en France ? (Ah oui c’était pour l’Europe...) Il y en a marre de cette Europe qui permet certes à un certain nombre de politiques de gagner trés correctement leur vie, mais qui a encore dépossedé le peuple du peu de pouvoir qui lui restait. 

                                                          La France, un pays d’immigration ? Depuis combien de temps ? Est-ce réellement une chance aujourd’hui ? L’intégration de ces populations est satisfaisante ? Non, vraiment la France est dans la mauvaise voie, mais elle n’est pas prête d’en sortir, tant les alternatives sont inaudibles. A quand des hommes poitiques courageux et honnêtes en France ???

                                                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 juillet 2014 16:48

                                                          Je serai heureux quand ce Werner aura été exclus de ce site. Simple curiosité de voir sous quel avatar il ré-apparaîtra. Je suis toujours triste quand je vois qu’il y a encore des gens pour lui répondre... 




                                                        • dup 13 juillet 2014 11:04

                                                          je suis juste tombé sur ce poste. Il y a des cons dans tous les pays. en l’occurrence je pense qu’il s’agit simplement d’un eurotroll qui veut se faire un peu de fric en travaillant pour rompuy ( le type qui se coiffe avec une fourchette ). déjà avoir comme logo un symbole américain signifie que la fausse moustache est mal collée. Je veux même pas commenter cette prose de chiottes faite de mensonge de mauvaise foi ,de haine et de jalousie. vous aurez besoin un jour et de la Suisse et de Monsieur Asselineau. L’UERSS est entrain de montrer son vari visage et vous allez regretter l’union soviétique. Car à la tête ce son les mêmes. Alors continuez de baver sur Agoravox . Vos excès réveillent bien des tièdes


                                                        • mmbbb 14 juillet 2014 07:28

                                                           @ Par dams69    j’ai recontre il y a deux ans lors de la traversee des Alpes du sud un francais enseignant en Suisse Le syteme serait inapplicable en france puisque l enseignement peut etre vire si son evaluation est mediocre Je me suis accroche a un bloggeur Simperio dont le raisonnement comme beaucoup se limite a des invectives et des arguments lapidaires  Quoi qu’il en soit j’ai eu des profs mediocres et je n’ai pu rattraper le retard puisque je ne pouvais pas payer des cours La Suisse reussit et je suis tres heureux Les Suisses ne sont pas plus idiots et j’aime leur courtoisie et le sens du respect commun ( en france les rues sont des depotoirs ) Nous prenons le bouillon nous n’en avons qu’a nous prendre qu’a nous memes en politique il n’y pas de hasard et en tant que Francais je deteste avant tout notre exeption culturelle francaise " cette arrogance a vouloir donner des lecons de morale au monde entier comme l a fait Sarko et comme l’a dit Moscovici en affirmant que la Suisse n’etait pas un pays democratique On a vraiment des politiques tres cons et obtus en france En resume vive la Suisse et arretons de faire un proces d’intention a ce pays parce nous ne sommes pas plus vertueux En complement M Asselineau ne parle jamais de cette immigration incontrolee et le bordel ( soyons franc ) dans les banlieues et les couches populaires qui doivent subir de force cette mixite sociale dont l’elite de gauche comme de droite qui ne subissent pas ces tensions sociales alors qu’ils en sont les promoteurs Encore une hypocresie bien francaise puisqu’il y a de facto une selection J ai un rejet total du discours politique et les francais me lassent 


                                                        • mmbbb 14 juillet 2014 08:35

                                                          @ Par dams69  Ne soyez pas consternee il s’agit d’arguments maintes fois repetes L’or des nazis C’est vrai que notre regime avec petain etait plus ouvert Paradis fiscal certes c’est de bonne guerre mais la France est devenu un enfer fiscal Mr Asselineau etant un ancien fonctionnaire de bercy le sait tres bien Ces grosses tetes font des etudes afin de trouver de nouvelles taxes En tant que citoyen ordinaire je n’avais pas le QI suffisant pour mettre une taxe sur la biere par exemple Les entreprises suisses florissantes La France n’a jamais su ou voulu developper un reseau de PMI PME fortes Il s’agit avant tout de de notre mentalite bien francaise puisque nous n’aimons pas les gens qui entreprennent en france et que les reglementations fiscales les etouffent D’autre part notre systeme educatif veut produire des citoyens qui comprennent notre exception culturelle francaise ( cette assertion demontre notre arrogance comme si les autres peuples n’avaient aucune culture ) La Suisse raciste nous nous sommes devenus une auberge espagnole ou nous offrons le couvert gratuitement a quiconque s’installant sur notre sol et il etonnant que Mr Asselineau fasse l’impasse sur ce sujet ( c’est le reproche que je lui fait puisque nos banlieues c’est le bordel et le cout de cette immigration chance pour la france n’est jamais evaluee ) Peuple mal eduque alors je me retiens de ne pas m’etouffer J’habite pres de Lyon cette ville est sale et l’incivisme est de mise ; certains cyclistes grillent les feux la rue c’est la jungle Par ailleurs ne nombreux tags sans signification artistique et ayant comme expression qu’un grabouilli venant salir les facades Ce Vermer Laferier comme beaucoup de francais sont prompt a faire des proces comme si la France etait le parangon, le pays le plus vertueux Ne vous offusquer point la Suisse reussit nous buvons le bouillon il s’agit d’une constatation de bon sens et nous devrions plutot analyser les causes de notre deconfiture au lieu comme dans ce commentaire s’eriger en procureur Notez la remarque de moscovici « la suisse n’est pas tout afait un pays democratique » C’est le point culminant de notre arrogance Vive la Suisse et je leur donne presque raison de ne pas avoir achete le Rafale


                                                        • Xenozoid 9 juillet 2014 15:13

                                                          my gosh c’est le pays de paul craig robert qui a appuyer la politic us ,et même supporté ,qui se fout du SAC de merde,c’est la politique Asse,et tu le sait trés bien,je te mais au même niveau que ayoud le skin, qui prone une 3eme voie,sachan ce qui’il préseve,les gaullistes n’ont pas d’humour


                                                          • Xenozoid 9 juillet 2014 15:14

                                                            mais n’est pas un faute


                                                            • eau-du-robinet eau-du-robinet 9 juillet 2014 17:29

                                                              et vous Topaze, beaucoup écrire pour ne rien apporter de constructif au débat ....

                                                              C’est quand même curieux que vous vous données tant de mal pour dénigrer un partie politique qui est l’UPR et qui à fait 0,47% à l’élection européenne (malgré le blocage des grands médias) ? L’UPR continue à grandir et compte désormais 5617 adhérents ...


                                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 juillet 2014 17:49

                                                              Topaze et Werner,
                                                              Deux trolls de l’ Empire rien que pour quelqu’un de totalement insignifiant, quel honneur ! Il y a sur Agoravox des textes d’autres Partis politiques, bien plus importants, mais on ne vous y voit jamais y poster vos critiques...., jamais d’heures sup dans votre boulot, Asselineau et c’est tout. Des spécialistes, en somme...


                                                            • mmbbb 14 juillet 2014 08:40

                                                              magnifique commentaire, concision clarte du propos, argumentation structuree Vous depassez Mr Asselineau


                                                            • vachefolle vachefolle 9 juillet 2014 21:27

                                                              un grand n’importe quoi.
                                                              La suisse a bénéficié de la deuxième guerre mondiale, grâce a sa neutralité intéressée (j’accepte l’or de tout le monde sans rien dire), puis de l’évasion fiscale européenne pendant un demi siecle. La suisse se comporte comme un parasite de l’UE, avec comme seul objectif de tirer tous les bénéfices possibles sans en avoir les inconvénients. Une petite Angleterre en somme.

                                                              Mais qu’est ce que la suisse, quand elle n’est même pas capable d’intercepter un avion parce que sa chasse ne travaille qu’aux heures ouvrables !!
                                                              La suisse bénéficie du cocon de l’UE comme un enfant gaté.

                                                              Quand a votre conclusion sur les petits pays, vous n’avez sans doute jamais fait de statistique de votre vie...

                                                              Les gros pays moyennent leurs avantages et inconvénients, et donc statistiquement se rapproche de la moyenne. Les petits pays sont donc plus sensibles aux spécificités locales, qui peuvent être trés positives (petrole, fiscal) donc supérieure aux gros pays, ou trés négatives (haiti, surinam). Votre analyse est donc sans resultat.

                                                              Votre démonstration démontre que lorsqu’on met de l’eau chaude avec de l’eau froide on obtient de l’eau tiède. BRAVO !!


                                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 juillet 2014 05:25

                                                                vachefolle,
                                                                Si la Suisse était entourée de pays indépendants, elle cesserait de commercer avec eux ?
                                                                Les statistiques du chômage d’ Eurostat pour 2013 montrent :
                                                                * chômage dans la zone euro : 12,1%
                                                                * chômage dans l’ UE, hors zone euro : 8,8%

                                                                « Le rapport entre l’euro et le chômage. »

                                                                D’autres statistiques d’ Eurostat montrent :
                                                                * 120 millions d’européens sont menacés de précarité.
                                                                * 50 millions vivent dans un foyer où personne ne travaille.
                                                                * 43 millions n’ont pas les moyens de se nourrir correctement.
                                                                * au moins 4 millions de sans abri.
                                                                C’est ce qu’il faut appeler la grande réussite de l’ Europe de la prospérité ?
                                                                Martine Aubry 1992 :
                                                                 « L’Europe ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion »
                                                                Rêve !


                                                              • titi 9 juillet 2014 23:55

                                                                Ce qui est intéressant sur le graphique illustrant le chômage par canton, c’est que l’on constate que plus les cantons sont proches de la France, plus le chômage est élevé.

                                                                Nous déteignons sur nos voisins proches.


                                                                • Croa Croa 10 juillet 2014 07:33

                                                                  Habiter près de certaines frontières est une chance car il y a des pays qui embauchent ! smiley


                                                                • rocla+ rocla+ 10 juillet 2014 10:38

                                                                  En France on a SNCM .


                                                                  Une entreprise de chômage par intermittence .

                                                                  Soutenus par tous ceux qui pensent que quelques voyous 
                                                                  puissent faire la loi . 

                                                                  On a aussi SNCF  , une entreprise d’ intermittents du chômage .

                                                                  Un vrai pays de couillons .

                                                                  • kalachnikov lermontov 10 juillet 2014 17:10

                                                                    @ Asselineau

                                                                    Il faut s’intéresser au présent et au futur.

                                                                    Les prévisions de croissance pour la France (source ue), c’est pour fin 2014 et 2015, 1%.
                                                                    En dessous de 1,5 %, il n’y a pas de création d’emplois. Donc au mieux, il y aura stagnation ou bien destruction.
                                                                    La tendance, il suffit de prendre les chiffres depuis janvier, c’est hausse continue et accélération. Chacun a vu le chiffre du mois dernier et donc où nous explosons mois après mois les records ou bien cette hausse par un processus mystérieux HORS DE LA MAIN DU POLITIQUE, NON LIE A UNE POLITIQUE va cesser.

                                                                    Là dessus, Bercy lui-même a admis que le pacte de stabilité de Hollande voulu par l’Ue va fabriquer EN PLUS 240 000 chômeurs sur 4 ans. Soit 60 000 par an.

                                                                    Chacun est capable de compter : il y aura minimum 500 000 chômeurs de plus dans 18 mois.

                                                                    Que dois-je déduire sinon cela : si le chômage aujourd’hui cessait d’augmenter ou baissait, ce serait dû à un miracle puique, hors le commentaire, il n’y a manifestement aucune politique de l’emploi, contre le chômage, qui est menée que ce soit au niveau de l’Ue comme au niveau national. Et donc ou bien l’économie est un gros pipeau,c’est une fatalité sur laquelle le politique n’a aucune prise et dans ce cas pourquoi avoir un gouvernement, pourquoi voter puisque ce n’est que de la comédie. A-t’on vraiment besoin de ’machin’ inefficient, de politiques potiches ?
                                                                    Ou bien ces décideurs laissent la chose aller délibérément.

                                                                    J’en viens au second point : dans pareilles circonstances, est-il nécessaire pour le politique d’alourdir la charette ? N’y a t-il pas des idées derrière, faire dans la dilution par exemple ?

                                                                    Sérieusement, il faut ouvrir un peu les yeux et retrouver un brin de lucidité : cela fait x mois que ça légifère à tout va, pour ne pas dire années, x mois que ça réforme à tout va, POUR LA PROSPERITE, x mois que ça décricote, et à titre personnel je n’ai vu aucun emploi créé, je vois exactement l’inverse et à une cadence inouïe. J’ai un problème oculaire, peut-être ?

                                                                    On dirait les médecins de Molière qui s’acharne sur le malade avec pour seul mot d’ordre : ’la saignée, je vous dis, la saignée’.
                                                                    Continuer dans cette direction, c’est ou de la stupidité ou de la lâcheté ou du crime. Si quelqu’un croit que sous des auspices pareils le navire va vers des jours meilleurs, il fait une grave erreur de jugement. Ou alors j’ai un problème cérébral.

                                                                    J’ai bien envie de garder ce post que je viens d’écrire et de le ressortir tous les mois au moment du rituel : ’les chiffres du chômage’. Une sorte de comique de répétition.

                                                                    Pour le coup, le charme suisse, je m’en moque éperdument. Je vois juste que l’Ue et le gouvernement se moquent comme de l’an 40 de l’emploi et que leurs réformes obligées ne visent certainement pas à l’emploi. On leur accorde un crédit disproportionné qui ne tient pas à l’examen des faits.


                                                                    • kalachnikov lermontov 10 juillet 2014 21:44

                                                                      Ici, le discours de Montebourg tenu aujourd’hui, ’pour le redressement économique de la France :

                                                                      http://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/actualite-evenements/discours-de-montebourg-pour-le-redressement-economique-de-la-france-2476430

                                                                      Lisez-le , tous, pour voir ce qu’il dit concernant l’Ue, le chômage et le pacte de stabilité.


                                                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 juillet 2014 07:20

                                                                      Lermontov,
                                                                      Merci de vos bons conseils, mais l’ UPR dénonce les méfaits de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN depuis 2007, et explique qu’il faut en sortir le plus rapidement possible.

                                                                      Charte fondatrice de l’ UPR
                                                                      Programme de Libération Nationale.
                                                                      Clip de campagne pour les élections européennes.


                                                                    • kalachnikov lermontov 11 juillet 2014 11:35

                                                                      @ fifi

                                                                      Il faut être un peu lucide.

                                                                      La sortie par les urnes est hypothéquée d’office. Le système est construit pour les grosses écuries-ecroqueries type ump et ps. Peu d’électeurs = peu de fric ; pas d’élus = pas de tribune, etc, etc. Sans compter d’autres choses comme la complicité des médias, l’apathie populaire, etc, etc. Asselineau, que j’apprécie par ailleurs, a fait, je crois, 0,56% aux Européennes ; je ne rappelle pas ça pour lui foutre la honte, c’est simplement impossible par les urnes. Les prochaines élections sont dans des lustres. Et eux n’attendent pas.

                                                                      Le constat est le suivant : les traîtres à la Nation savent qu’ils sont cuits politiquement ; ils savent que dans moins de 3 ans (présidentielles) il se passe inévitablement qq ch en France et cela d’autant plus qu’ils n’ignorent en rien que la politique meurtrière qu’ils suivent ne peut que générer cela. Donc, pour eux, les 30 mois qui viennent sont cruciaux : c’est la fenêtre réduite, la seule, où ils peuvent parachever leur projet maudit : en finir avec la France, faire leur nation européenne de cinglés comme si c’était un légo. Asselineau peut avoir toutes les qualités du monde, dire toutes les vérités qu’il veut, c’est vain.

                                                                      La seule chose qui peut arrêter cela, c’est le peuple en masse dans la rue pour dire ’non’. Exactement comme le peuple en son temps est allé aux frontières, même des enfants !, pour défendre la patrie naissante et déjà à l’époque contre ses supposés amis européens, lesquels ne voulaient pas que la Révolution française s’implante.


                                                                    • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 10 juillet 2014 20:34

                                                                      Ce cher Sarkosy aurait surtout bien fait de remercier la Suisse de fournir des emplois (correctement rémunérés) à plus de 130.000 français (52% des frontaliers en 2013). Non seulement la Suisse soulage la France de plus de 130.000 sans-emplois (abandonnons le mot « chômeurs » qui est stigmatisant), mais en plus elle fournie à la France des français dont les revenus font tourner la consommation dans les zones frontalières, ET FOURNIT A BERCY DES CITOYENS IMPOSABLES !

                                                                      Quant à la réussite de la Suisse, elle n’est pas forcément « blanc-bleu », puisqu’elle a attiré avec sa fiscalité un nombre énorme de sièges sociaux d’entreprises gigantesques (Philipp Morris, British American Tobacco, Caterpillar, Procter&Gamble, VALE (consortium minier brésilien), Glencore-Xstrata (consortium minier américain) pour les plus connus, et des milliers d’autres.
                                                                      Ces sièges permettent à la Suisse d’avoir une proportion très intéressante de salariés dans la tranche « cadres sup’ », qui stimulent consommation, construction et recettes fiscales au pays. Ces giga-sièges amènent de très nombreuses conférences, qui ont des répercussions et des retombées financières sur plusieurs secteurs, que ce soit les transports (taxis, limousines), les infrastructures (salles de conférences dans les hôtels, prestations audio-visuelles), l’hôtellerie (ou travaillent la plupart des frontaliers français), les transports aériens et l’aéroport de Genève (en sous-capacité et qui sera triplé dans les 10 prochaines années).
                                                                      Ces giga-sièges et les conférences qu’ils engendrent en Suisse, amènent des milliers de cadres du monde entier, qui stimulent eux aussi les commerces suisses (ils sont très peu à repartir sans une montre à 15000.- ou un sac Vuitton pour Madame).
                                                                      Enfin, ces giga-sièges ont des répercussions sur les écoles privées, essentiellement bilingues, pour les enfants des ceux qu’on appelle les « expat’s ».
                                                                      Bref, la Suisse a effectivement de très nombreux atouts pour en arriver à un taux de chômage quasiment incompressible, et aura besoin de 30.000 personnes de plus dans les 10 prochaines années rien que dans le secteur paramédical.
                                                                      La Suisse, c’est Monaco, sans les restriction de surface immobilière qui bloque aujourd’hui la croissance de la principauté, qui affiche « complet ». On ne peut pas ne pas parler des exilés fiscaux, qui soutiennent eux aussi la consommation haut-de-gamme, la bulle immobilière (un suisse au salaire minimum n’aura jamais les moyens de construire dans son propre pays...).
                                                                      La France doit aussi à la Suisse toutes les retombées en termes d’emplois en France, liés à la construction de maisons particulières, tant des frontaliers français...que des frontaliers suisses, puisqu’une importante proportions de suisses ne trouvent plus de logement dans leur pays, et vont construire en France (paradoxalement, beaucoup de frontaliers suisses...sont suisses).
                                                                      Bref, des régions florissantes comme celles de la Savoie (Thonon, Evian, Annemasse, Annecy etc.), mais aussi de la région bâloise (Haut-Rhin), et dans une moindre mesure l’arc jurassien (de nombreux employés de l’horlogerie viennent du Doub, du Jura et de la région de Besançon) doivent tout à leur voisin suisse.

                                                                      Alors QUE SARKOSY SE LA COINCE, ou alors qu’il parle du pillage fiscale que la France autorise à ses milliardaires, qu’ils s’installent en Suisse ou en Belgique, au Luxembourg ou en Roumanie (plafond de l’I.R. à 18% !!!). A minima, c’est MERCI qu’il aurait du dire à la Suisse, idem pour Merckel qui voit de nombreux allemands aller travailler dans les régions bâloises et zürichoises...


                                                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 juillet 2014 07:28

                                                                        Gilles,
                                                                        La France aussi avait des atouts, dans l’industrie, l’agriculture, la recherche etc
                                                                        Avant l’ UE, son économie était telle, qu’il n’y avait que 500 000 chômeurs, une dette faible et des entreprises prospères.
                                                                        Voici les fondamentaux économiques il y a 40 ans.
                                                                        Et voici ce qui reste de l’industrie française.

                                                                        Les atouts de la France existent toujours, mais dans l’ UE, ils ne peuvent plus se développer, quoi qu’en dise Montebourg, qui fait semblant de n’avoir jamais lu les Traités européens..., qui dit que l’euro est trop fort, mais ne demande pas à en sortir.


                                                                      • xmen-classe4 xmen-classe4 13 juillet 2014 11:10

                                                                        c’est un peut cela.

                                                                        il y a aussi que pour faire des profits, il ne faut pas forcement faire de longue distance avec son argent.

                                                                        il y a meme la possibilité que toute la fortune ne serra jamais qu’un nombre comme pi ou mieux 387 ( par exemple) parce que il est premier, le carre de 2 carré ou autre chose.


                                                                        • xmen-classe4 xmen-classe4 13 juillet 2014 11:12

                                                                          les suisses font même de la statistique quantique en économique.


                                                                          • lotharingien lotharingien 17 septembre 2014 20:42

                                                                            Enfin une bonne nouvelle !! François ASSELINEAU passe dans l’émission de Ruquier, en deuxième partie de « on n’est pas couché » (devant les américains ??) ce samedi 20 septembre 2014 à 23h (donc ce sera après minuit). Pour une fois je vais regarder la télé !!!


                                                                            • summicron2 17 avril 2015 18:45

                                                                              Dans cet article, l’auteur conclut ainsi :


                                                                              « Cela signifie en clair que l’un des arguments-massues de la propagande européiste - celui qui nous assure qu’il faudrait impérativement que la France fusionne avec les pays alentour pour « avoir la taille nécessaire pour le XXIe siècle » - est un argument objectivement faux et dépourvu de toute valeur. »

                                                                              J’aimerais savoir où il a été pêché cet « argument-massue », car je ne l’ai vu nulle part, dans aucune publication européenne, ni dans aucune déclaration politique. Bref : source ?

                                                                              N’y-a-t-il pas confusion avec le « Grand Marché » (marché unique) ? Dans ce cas, la Suisse en fait partie.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès