• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Natixis, ou les contradictions des euroïnomanes

Natixis, ou les contradictions des euroïnomanes

Les analyses de Natixis, pilotées par Patrick Artus, ne sont pas à un paradoxe près. Elles sont à la fois des critiques parfois féroces des dérives économiques, au premier rang desquelles cette construction artificielle et extravagante qu’est l’euro, mais également d’un conformisme idéologique désarmant, les poussant à des prises de position totalement contradictoires. Nouvel exemple.

 

L’UE, source de nos problèmes dont on ne pourrait sortir
 
Les analyses de Natixis ont très souvent démontré les failles de la construction européenne. Récemment, les analystes de la banque rappelaient que « la zone euro organise structurellement la divergence des pays  » et se demandaient « la zone euro va-t-elle devenir un pays de rentiers ?  ». Ce faisant, les analystes de la banque confortent les analyses des opposants à la monnaie unique, qui soutiennent justement que l’euro accentue les problèmes au lieu de régler quoique ce soit. Et la seconde analyse souligne justement que la zone euro pousse des politiques déflationnistes depuis la sortie de la crise financière, une critique intéressante des politiques menées depuis près de 10 ans.
 
Mais après ces accès de lucidité, Natixis a publié deux notes dont on se demande comment elles ont pu être validées. La première affirme : « Aux Etats-Unis, les difficultés viennent de la déformation du partage des revenus au détriment des salariés (…) pas de la concurrence déloyale de la Chine (…). Au Royaume-Unis, les inégalités viennent du recul de la protection sociale, pas des règles de l’UE (…) En Italie, l’absence de croissance à long terme vient du sous-investissement, de la stagnation induite de la productivité, pas des règles de l’UE (…). En France, les inégalités ne viennent pas de l’enrichissement des riches mais du chômage lié à la faiblesse des compétences des peu qualifiés  ».
 
Pourtant, même le défenseur le plus radical du libre-échange, The Economist, a reconnu le rôle de la Chine dans les pertes d’emplois des Etats-Unis, qui pèsent naturellement sur le partage de la valeur. La seconde phrase frise le comique car différencier le recul de la protection sociale des règles de l’UE est comique, tant les instances européennes poussent justement au recul de la protection sociale. Et comment l’Italie peut-elle investir avec les contraintes budgétaires que le monstre européen lui impose ? Enfin, refuser de voir le lien entre les l’enrichissement des plus riches et les inégalités est tout de même risible à l’époque de Piketty ou Stiglitz. Natixis dit n’importe quoi pour dénoncer les « populistes ».
 
La seconde note, « Un pays de la zone euro ne peut pas sortir de la zone euro  », n’est pas moins ridicule. Bien sûr, c’est la ligne de Mario Draghi, mais tout le monde sait que la sortie était proche en Grèce en 2015. Pire, la note ose affirmer : « l’extrême droite française a fini par l’admettre, les partis populistes italiens et les marchés financiers devront l’admettre aussi. La correction du handicap de compétitivité-coût ne pourra pas se faire par la sortie de l’euro  ». Mais depuis quand les oscillations idéologiques de Marine Le Pen seraient la boussole intellectuelle de Natixis ? Et que dire du refus du lient entre compétitivité-coût et sortie de l’euro, alors qu’elle permettrait à certains pays de dévaluer ?
 
 
Le grand écart entre les notes de Natixis est tout de même assez sidérant. Mais il est instructif. Autant les notes qui détaillent toutes les failles de la monnaie unique sont solides et factuelles, autant celles qui tentent de la défendre sont courtes, à l’emporte-pièce, et remplies d’arguments ridicules. Ce faisant, apparaît assez clairement que cette monnaie unique européenne est une absurdité.

Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • rogal 18 juin 11:44

    La moitié de ces notes sont rédigées par Rakoto, quand il s’ennuie .Devinez laquelle.


    • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 19 juin 03:02

      Il en est toujours pour croire qu’un nettoyage minutieux pourra rendre une crotte propre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès