• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > On a marché sur la thune

On a marché sur la thune

De l’Islande au Venezuela, des peuples commencent à se révolter contre les banksters, et on se demande quand, notre président qui « n’aime pas les riches », prendra des décisions contraignantes sérieuses contre ceux qui tentent de garder le contrôle mondial des états.

La personnalité souvent décriée d’Hugo Chavez, maitre du jeu au Venezuela, ne doit pas faire oublier qu’il a été élu par 3 fois au suffrage universel, et le fait qu’il en dérange quelques-uns ne doit pas occulter sa courageuse lutte contre les banques.

Il se dit prêt à nationaliser des banques et des sociétés vénézuéliennes, qu’il accuse de soutenir l’opposition dans le but de déstabiliser son pays, rappelant que la loi oblige ces établissements financiers, notamment les banques Banesco, Mercantil et Provincial, à participer au financement des programmes et projets gouvernementaux. lien

On se souvient que dès son arrivée au pouvoir, en 1999, il avait nationalisé de nombreuses sociétés, dont celles qui œuvraient dans l’extraction du pétrole et de l’or. lien

René Balme, maire de Grigny et candidat malheureux aux dernières législatives pour le compte du Front de Gauche, a récemment rappelé que la BCE (banque centrale européenne) est totalement indépendante du pouvoir politique, et à débloqué en décembre 2011, 489 milliards d’euros pour renflouer 523 banques européennes, milliards dont l’origine n’est pas totalement établi, le FMI ayant du être mis vraisemblablement à contribution.

Pendant ce temps, de nombreux pays européens au bord de la faillite, sont « soutenus » par les banques, qui leur prêtent, moyennant un taux de 7 ou 8%, de l’argent qu’elles ont obtenu au taux de 1%. lien

Dans un documentaire de 20 minutes, Paul Jorion fait l’historique passionnant de l’histoire financière de cette Europe en crise, s’attachant particulièrement à décrire celle de l’Angleterre. lien

Déjà en 1934, Graham F Towers, directeur de la Banque du Canada, déclarait : « chaque fois qu’une banque accorde un prêt, un nouveau crédit bancaire est créé, ce sont de nouveaux dépôts- de l’argent entièrement nouveau », ce que confirmait le banquier Mayer Anselm Rothschild  : « donnez moi le droit d’émettre et de contrôler l’argent d’une nation, et alors peu m’importe qui fait ses lois. »

Comme le rappelle Paul Grignon dans son film d’animation : « l’argent de la dette  », "l’argent s’est fait dette, et s’il n’y avait pas de dette, il n’y aurait pas d’argent".

Dans ce film drôle et pédagogique, il faut découvrir la «  fable du vieil orfèvre  », qui démonte tout le mécanisme qu’il y a entre l’or déposé, remplacé par le billet, et finalement l’intérêt pris par le banquier vis-à-vis de ses emprunteurs sur de l’argent qui ne lui appartient pas.

La démonstration est efficace : afin d’éviter trop de poids dans sa poche avec des pièces d’or, son propriétaire va voir l’orfèvre, lui laissant son or en échange d’un reçu, reçu qui deviendra plus tard le fameux « billet de banque », puis l’orfèvre gérant cet or, prélève un petit pourcentage, en échange de ses services, pourcentage qui deviendra un taux de prêt, lorsque quelqu’un viendra lui emprunter de l’argent. lien

Mais trop d’argent papier a été imprimé : il est probable que si tous les déposants allaient, le même jour, réclamer ce qui leur appartient, les banques seraient contraintes de déposer le bilan, et il serait impossible de fournir assez d’or pour rembourser les déposants.

Depuis un siècle, de Milton Friedman à Irvin Fisher, en passant par Maurice Allais, ces experts es-science économique, n’ont cessé de dénoncer cette escroquerie.

Aujourd’hui, on comprend mieux pour quelles raisons la dette des gouvernements, des entreprises, et des ménages atteint des proportions astronomiques, et gonfle démesurément jour après jour.

La dette publique est donc montrée du doigt, et ce n’est pas une nouveauté.

Elle n’a en effet pas cessé de grimper depuis 2001 et atteint aujourd’hui des sommets.

En 10 petites minutes, ce film démonte avec habileté son mécanisme inéluctable.

Paul Douglas qui enseignait il y a plus de 20 ans l’économie à l’Université de Chicago affirmait déjà, contre l’avis de ses collègues : « ils croyaient que les décisions du marché étaient toujours bonnes, et les valeurs du profit au-dessus de tout. Leur doctrine anti-interventionniste avait pour effet pratique de dégager la voie pour les grosses entreprises. Ils balayaient les inégalités de pouvoir, de savoir et de revenu, les réalités du monopole, du quasi-monopole ou de la concurrence imparfaite, en les traitant comme quelque chose de subalterne ou d’inexistant ».

Le blog « fauxmonnayeurs.org  » enfonce le clou : « depuis 1973 et en application depuis 1974, puis entériné par l’article 104 du traité de Lisbonne, l’Etat a supprimé le recours à l’émission de bons du trésor (emprunt d’état, exempt d’intérêts) puis s’est interdit toute création monétaire en interdisant tout recours à l’emprunt auprès de sa banque centrale à travers le traité européen et ceci pour tous les états européens. Cet état de fait, malicieusement déguisé, rend tout investissement « hors de prix ». Ainsi nous sommes assis sur une montagne de dettes artificielles dont les conséquences sont dramatiques : diminution générale du pouvoir d’achat, extension de la pauvreté et misère absolue pour une majeure partie de la population terrestre  ».

Alors, comme le conclut René Balme : « l’état paye un intérêt à un système bancaire privé pour l’usage de sa propre monnaie, qu’il pourrait émettre lui-même, sans intérêt ».

Au delà de l’exemple Vénézuélien, on peut aussi s’intéresser à la nouvelle situation de l’Islande, qui malgré sa faible densité (307 672 habitants), donne un exemple dont l'Europe pourrait s'inspirer. lien

La population interrogée par référendum a répondu à 93% "non au remboursement des banques", nationalisant ces dernières.

Mettant dans le même sac les responsables politiques corrompus et les banksters, lançant des mandats internationaux pour mettre en prison ceux d’entre eux qui ont pris la fuite, notre pays pourrait regarder de plus près cette nouvelle et paisible révolution.

L'Islande a terminé l’année 2011 avec une croissance économique de 2,1%, de quoi faire des jaloux. lien

En juin 2011, Manuel Barroso, que l’on ne peut qualifier de dangereux gauchiste, commissaire en chef européen, proposait de taxer les transactions financières, reprenant judicieusement la proposition faite en 1972 par James Tobin, idée qui n’a pas rencontré un avis favorable auprès des banques (lien) et on se si notre nouveau président tiendra la promesse faite en février dernier de prélever une taxe sur l’ensemble des transactions financières, la TTE. lien

Le dernier sommet européen semble avoir fait une avancée significative dans ce domaine, puisque 9 pays (l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, la Belgique, l’Autriche, la Finlande, la Grèce, et le Portugal) se sont déclarés favorables à cette TTE pour fin 2012 (lien) ce qui rend possible cette mesure, puisque, dans le cadre d’une coopération renforcée, il faut au minimum que 9 pays y soient favorables. lien

Cette taxe, si elle est appliquée à un taux de 0,1% aurait rapporté en 2006, 60 milliards d’euros. lien

Voila qui pourrait résoudre le nouveau problème qui s’offre à François Hollande, à qui la Cour des Comptes vient d’apprendre qu’il doit trouver 33 milliards d'euros pour 2013. lien

Elle prône une rigueur extrême pour redresser les finances publiques de la France, au risque de lui faire perdre sa crédibilité auprès de ses partenaires de l’union européenne, et de perdre la confiance des marchés. lien

L’heure n’est donc pas à l’optimisme.

Pierre Jovanovic parle aujourd’hui d’une chute programmée du système financier qui est en train de se dérouler en ce moment.

Dénonçant en vrac le fait que nous ne pouvons plus vivre aujourd’hui si nous n’avons pas un compte bancaire, la désinformation totale, rappelant que c’est la faillite des banques qui a mis Hitler au pouvoir, Pierre Jovanovic décrit avec obstination et colère ce qui nous attend pour les prochaines années. lien

Alors que les cours de l’or et de l’argent ne cessent de monter, et que l'Euroepe tente de relancer la croissance par un pacte dont on peut douter de l’efficacité, le pire est peut-être en effet en train de se préparer, ce qui doit surprendre Christine Lagarde, nouvelle patronne du FMI, elle qui affirmait pourtant en 2007  : « le gros de la crise est derrière nous ». lien

Pas de doutes, le fonds monétaire international a choisi, pour le représenter, une experte.

Comme dit mon vieil ami africain : « le monde flatte l’éléphant et piétine la fourmi  ».

L’image illustrant l’article provient de « debtonation.org »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens :

Quel régime pour la Grèce

Keynes, le clairvoyant

Garçon, l’addition

Monsieur 30%

Nous étions au bord du gouffre

Les bourgeois de P alais

Salauds de pauvres

L’homme jetable

L’Attila de la république

Travailler ? Moi jamais !

Le travail est mort, vive la paresse

Liposuccion pour la Grèce

Que les gros salaires lèvent le doigt

Et si la crise ne faisait que commencer

Capitalisme, l’impossible moralisation

Le BNB, bonheur national brut

Le jour ou le capitalisme s’arrêta

Communisme ou capitalisme

Un travail mal partagé

Et devant nous il y a un mur

Travailler rend-il malade ?

L’argent ne fait peut-être pas le malheur, mais il y contribue


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (84 votes)




Réagissez à l'article

201 réactions à cet article    


  • dominique 4 juillet 2012 09:56

    bonjour Olivier

    Vous pensez vraiment que « notre président qui « n’aime pas les riches », prendra des décisions contraignantes sérieuses contre ceux qui tentent de garder le contrôle mondial des états. » ? Il devra déjà ne pas s’aimer lui même car avec toutes les indemnitées d’élu qu’il touche il est de loin un riche. En plus il a bien été soutenu par les riches pour accéder à la présidence
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/henrie-de-castries-soutien-de-118063


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 11:33

      bonjour dominique

      c’est mon coté optimiste.
      on verra bientot si j’ai raison de l’être.
       smiley

    • Leo Le Sage 4 juillet 2012 12:57

      @Par dominique (xxx.xxx.xxx.10) 4 juillet 09:56
      Vous dites : « En plus il a bien été soutenu par les riches pour accéder à la présidence »
      Même Lula a été soutenu par les riches...
      Lui n’est pas un imbécile.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 13:46

      léo

      une fois de plus, vous manquez de sagesse.
       smiley

    • Leo Le Sage 4 juillet 2012 14:20

      @auteur
      Vous dites :
      « une fois de plus, vous manquez de sagesse. »
      Où çà ? Vous pouvez développer SVP ?


    • 1871-paris 1875-Paris 4 juillet 2012 14:44

      Une vision progressiste, ont vire Sarko, ont à hollande, puis ensuite la barre à gauche toute !


    • plancherDesVaches 4 juillet 2012 16:52

      Cabanel. Fais attention. Juste deux choses mais importantes.

      L’Islande. Elle DEVRA rembourser sa dette. C’est obligatoire car c’est le FMI qui a avancé la thune.
      Une preuve parmi d’autres, il y a 6 mois, le dirigeant chinois y est allé pour acheter aux Islandais leur champs pétrolifères situés au nord.

      Jovanovic n’est ABSOLUMENT pas une référence. Il surfe sur la crise pour faire avancer les idées d’extrême-droite.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:28

      léo

      votre légendaire sagesse devrait pouvoir se passer de mes services pour le comprendre.
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:29

      1875 paris

      oui, c’est donc un retour à la démocratie directe ?
      je suis pour.
       smiley

    • bigglop bigglop 4 juillet 2012 19:01

      Bonjour à tous,

      Merci @Olivier pour cet article synthétique bien que je ne sois pas d’accord avec quelques affirmations.

      Faisons un premier bilan économique et financier de l"action du couple Hollande/Ayrault :

      En moins de 60 jours, Hollande fait plus fort que Sarkozy !!!

      Mais un peu d’histoire récente pour tous, mais aussi pour les ’’socialistes’’ (Ayrault) : Après la vague de nationalisations de 1971, sous Miterrand,( loi du 13/02/1982), la Droite revenue aux affaires privatise le secteur bancaire. Mais la Loi Bancaire 84-46 du 24/01/1984 dite de modernisation de Jacques Delors a instituée la Banque Universelle en abrogeant la loi du 2 décembre 1945 issue du CNR sur la séparation des banques de d’affaires, de dépôts,

      Le 23 décembre 1988, le ministre des finances socialiste introduit la titrisation, tritrisation synthétique et tous ces produits dérivés si sympathiques et rentables

      Si JM Ayrault invoque l’héritage de la Sarlozie, il est un autre devoir de de mémoire pour ce social-libéral.

      Il a renié tous ses engagements de la présidentielle sur l’économie, la finance :
      - combat contre la finance folle, sans visage
      - séparation des activités bancaires entre spéculatif et de dépôt
      - renégocier le TSCG sur la base de son "projet de relance européenne et gouvernance démocratique"
      - mutualisation de la dette par la création d"euro-bonds, garantie bancaire,
      - une réelle augmentation du Smic

      Les décisions du dernier sommet européen de Bruxelles :
      1°) « recapitaliser » les banques privées qui ont joué au casino financier mondial et qui pourront continuer en toute impunité.
      Comment :
      - en utilisant les fonds propres du FESF, puis du MES (financés par les états de l’eurozone sur le marché secondaire), les capacités d’emprunt, avec effet de levier de 5 grâce à la garantie de 20% de paiement du Fondsen faveur du marché secondaire. Possibilité de pratiquer la titrisation et de créer des Special Purpose Vehicle ou Fonds commun de créances avec la garantie des états.
      Donc, la même technique qui a conduit à la création des « subprime », va être utilisée........
      - abandon du super-privilège des créances « seniors » en créances ordinaires de même qualité que celles des prêteurs (Banques, hedge-funds, fonds de placement,...)
      Cette recapitalisation ne sera pas conditionnée par des "réformes structurelles" (plans d’austérité) notamment pour les systèmes bancaires espagnols et italiens. Le Portugal, l’Irlande (la Grèce ?) réclament une application rétroactive de ces mesures.

      - le contrôle des banques sera dévolu à la BCE qui ne brille pas pour sa transparence de gestion, alors qu’existent déjà l’Autorité Bancaire Européenne et le Comité Bancaire Européen.
      Depuis l’arrivée de M Draghi, la BCE est souvent sortie de sa mission :
      Deux LTRO (1000 mds€) pour augmenter la liquidité du marché interbancaire européen, mais aussi permettre aux banques espagnoles et italiennes de racheter leur dette souveraine tout en se fragilisant. Notez qu’elle a accepté en collateral (garantie) de la dette souveraine plus ou moins pourrie à 3 ans. Bad Bank ?????
      La BCE a un programme discret de rachat de dettes souveraines sur le marché secondaire par le Security Market Program (SMP). Notez qu’elle ne communique pas sur les volumes, valeur, échéances des dettes détenues et qui vont augmenter dans le futur.

      Michel Barnier (Commissaire Européen) a annoncé :

      "La crise financière a montré combien les pouvoirs publics étaient mal équipés pour faire face aux difficultés de banques actives sur les marchés internationaux. Afin d’assurer la continuité de services financiers essentiels pour les citoyens et les entreprises, les États ont été contraints d’injecter des fonds publics dans les banques et de leur accorder des garanties pour un montant sans précédent : entre octobre 2008 et octobre 2011, la Commission européenne a approuvé environ 4 500 milliards d’euros d’aides d’État en faveur des établissements financiers, ce qui équivaut à 37 % du PIB de l’UE1. Si elles ont permis d’éviter des faillites bancaires et une désorganisation économique à grande échelle, ces mesures ont pesé sur le contribuable et grevé lourdement les finances publiques, sans régler la question de savoir comment gérer les grandes banques transfrontalières en difficulté."

      Mais rien de rien sur la régulation des activités financières et spéculatives (CDO, CDS, shadow banking, dark pools, paradis fiscaux,...), sur les normes prudentielles, comptables des hors-bilans bancaires, des provisions

      L’accord de Bâle III, sous la pression des lobbies, est vidé de son contenu et les banques ont du mal à respecter les contraintes de Bâle II.

      En mars, la directive, pour les Assurances, Omnibus 2, votée par le Parlement Européen modifiant Solvency II est combattue par le lobbie des assureurs qui obtenu le report de provision techniques sur leurs contrats à 2017 et non en 2013

      2°) séparation des activités bancaires entre les activités banques d’affaires et assurances des activités de banque de dépôt  : un silence assourdissant

      3°) Renégociation du TSCG : il n’a rien renégocié du tout, il a « obtenu » un Pacte de croissance de 130 mds€, largement insuffisant financé par des ressources déjà existantes. A Merkel lui a donné un os à faire ronger par les électeurs français pour faire passer la pilule empoisonnée du TSCG (lisez bien ce lien, tout y est)

      4°) Mutualisation de la dette avec les Eurobonds : refus de l’Allemagne au motif qu’elle ne veut pas contribuer plus aux plans de sauvetage européens et ses taux du Bund augmenteront mécaniquement (diminution de son taux de croissance, inflation), car il s"agit de créer une grande masse de monnaie centrale BCE, comme le fait la FED aux états-unis par du quantitative easing sans relancer la croissance, ni faire baiser le chômage de manière significative. Toutes les statistiques US sont  truquées.

      Que nous est-il proposé ? — une intégration plus forte, cad, des transferts de souveraineté massifs (Hollande parle de transfert de responsabilités) à la commission européenne et une aggravation des conditionnalités, sanctions du contrôle budgétaire des états par la Commission. Ce qui est déjà le cas avec la ratification du MES, mais aussi avec le futur TSCG (16 articles), complété par les Six et Two Packs (contrelacour)

      A travers le rapport du G20, de Van Rompuy et du sommet de Bruxelles, mais aussi du rapport annuel de la BRI, nous sommes conduits comme un troupeau de moutons vers une europe fédéraliste de l’oligarchie financière

      Signez la lettre ouverte à François Hollande rédigée par ATTAC et la Fondation Copernic contre le TSCG

      Envoyez-la aussi à nos « chers » députés et sénateurs par mail




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 juillet 2012 20:29

      Merci. Un coup sur Agora, un sur Centpapiers, vous faites rentrer ce clou... Vous êtes lel nouveau « héros des deux mondes » . Mais croyez-vous que ceux qui ont le pouvoir - les èlections n’y ont evidemment rien changé - vont bientôt prendre la décision qui s’impose ? 


      L’édifiice est bien précaire. Il y a en circulation plus de 100 fois la monnaie requise pour acheter au prix du marché tout ce qui se vent su cette planète. Parler de faillite est une forme d« euphémisme et ceux qui se sont imprimé et réparti cette monnaie sont des malfaiteurs,

      Il n’y a pas d’autre solution que de faire disparaitre la dette publique et il n’y a que deux (2) façons de le faire. 

      1 ON NE PAYE PAS LA DETTE. C »est la facon traditionnelle. Ceux qui ont des biens deviennent les nouveaux riches et ils organisent un système qui part du troc puis deviendra peu à peu un nouveau système monétaire reposant sur des valeurs qui font consensus.

      2 ON PAYE LA DETTE. On la paye en en imputant la charge a tous, partant du principe que tout le monde a trempé dans cette escroquerie au moins par omission. Au lieu que les pertes soient couvertes seulement ceux qui ont de la monnaie en main quand la musique, chacun y contribue donc au prorata de ses biens et valeurs lesquels montre dans quelle mesure ils en ont profité. Cette solution permet de régler le problème dans la paix et l’équité. Il faut seulement le faire honnêtement et avec beaucoup de fermeté.


      Pierre JC Allard

    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 20:44

      merci Pierre JC de nous avoir proposé cet article.

      je reprend ces 2 théories.
      les Islandais en décidant de ne pas la payer ont cassé un mythe, 
      ils s’en sortent plutôt pas mal.
      ils ont trouvé les coupables de la dette, et ce ne sont généralement pas les plus pauvres.
      or en la payant, ce sont tous les citoyens qui sont mis à contribution.
      bien sur Ayrault promet de ne pas s’en prendre aux classes moyennes, et aux pauvres.
      pourra-t-il le faire ?
      en tout cas pour la Grèce, on n’a rien résolu,
      je serais presque tenté de faire un parrallèle avec l’Allemagne avant Hitler.
      si l’armistice avait été plus équitable, il est possible que nous n’aurions pas eu la deuxième guerre mondiale.
      avec des si...
      en tout cas, les Grecs ne peuvent pas s’en sortir, je ne le crois pas, 
      en leur prêtant de l’argent a des taux peu raisonnables, on les enfonce encore plus.
      à leur place, j’imiterais l’Islande.
      merci du commentaire et à bientôt.
      longue vie à centpapiers.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 20:49

      bigglop

      merci de cette longue explication.
      ne nous pressons pas trop pour dresser d’avance le bilan d’Hollande et d’Ayrault, bien qu’effectivement, on sent bien que la partie n’est pas gagnée.
      il a promis de pas s’attaquer aux classes moyennes, aux plus pauvres, 
      nous verrons bien.
      merci aussi pour avoir proposé la pétition lancée par attac
      j’ai tenté de la signer, mais ça ne marche pas, un bug semble-il
      je retenterais plus tard.

    • bigglop bigglop 4 juillet 2012 23:00

      Merci @Olivier d’avoir pris me temps de m’adresser cette réponse, comme aux autres donc de respecter un des aspects de la démocratie, ce qui est tout à votre honneur, alors que bien d’autres posent leurs articles comme une m..de sur le trottoir et continuent leur chemin.

      Je n’ai pas l’ambition d’être un juge, mais je fais un constat sur les 60 premiers jours d’exercice de sa présidence, uniquement.

      Ce n’est que mon avis (que je partage, humour), mais sentiment de « duperie » se répand fans la société avec les différentes incantations :
      - transfert de responsabilités = ... de souveraineté
      - effort (national) = des coquilles vides à farcir, Valls, Ayrault, Besson, Fillon,  Sarkozy, Vénizélos, etc...
      - un pacte budgétaire européen restant en l’état, avec une « croissance » stimulée par des « réformes structurelles ».

      La Grèce (grâce aux réformes structurelles) entre dans la spirale de la récession durable :
      - PIB fin 2010 : - 4,5%
      - PIB fin 2011 : - 6,9%
      - PIB fin 2012 : - 5% (prévision)

      Le « Private Sector Involvment » (restructuration dette grecque) n’aura servi à presque rien.

      Merci Olivier pour votre optimisme, même mesuré


    • bigglop bigglop 4 juillet 2012 23:31

      Bonsoir Pierre JC Allard,

      Il existe une troisième solution, très, très, très incorrecte politiquement (mais qu’est-ce qui est « correct » en politique ?)

      Organiser un défaut partiel (ou total) collectif des pays de la zone euro (l’euro continuera à exister).
      Cela provoquera une gigantesque « compensation » des créances et des dettes au niveau européen et mondial.
      Tout le monde va souffrir, mais surtout les marchés financiers et spéculatifs, car les Credit Default Swaps (CDS) seront inopérants.
      En conséquence :
      - l’euro sera dévalué à un cours inférieur au dollar
      - un forte opportunité de remettre de l’ordre dans le système financier mondial, style « Bancor » qui ramènerait le Dollar, notamment, à sa « vraie valeur ».

      Je suggère une piste, en l’absence de documentation crédible.


    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 5 juillet 2012 13:57

      Et en + il demande pourquoi il manque de sagesse, donc il ne manque pas que de sagesse...
       smiley


    • fcpgismo fcpgismo 4 juillet 2012 10:36

      Ce n’ est pas contre les riches qu’il faut prendre des mesures mais contre la cupidité, l’ envie et autres tares en chacun de nous qu’ il faut agir. notre président qui n’ aime pas les riches est entouré de banquiers riches et cupides.


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 11:34

        fcp

        vous savez, les rosiers poussent aussi au milieu des ronces.
         smiley

      • Henri Francillon Henri Francillon 4 juillet 2012 18:36

        Titre délicieux, merci Olivier. :)

        fcpgismo : votre Président étant lui-même très riche, le message subliminal qu’il n’aime pas les riches aurait dû être filtré par la majorité des cerveaux citoyens.
        Il faut croire que l’endoctrinement est bien plus profond que je ne pense, mais je constate avec espoir qu’internet permet à de plus en plus de Cabanels en herbe de se manifester.
        Et comme les jeunes sont les plus au courant grâce à ce média, car encore moins endoctrinés que leurs aînés élevés au biberon de la propagande officielle, on ne peut qu’espérer en un réveil des consciences.


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 18:41

        merci Henri,

        c’est sympa.
         smiley
        c’est vrai qu’internet a permis de voir l’actualité sous un autre angle, peut-être plus ouvert, permettant une information plus complète, et vérifiable.
        @+

      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 5 juillet 2012 13:54

        Riche et cupidité est un pléonasme à 98%...Forcément puisque pour devenir riche il faut adorer l’argent et n’avoir aucun scrupule pour en obtenir.
         smiley


      • lsga lsga 4 juillet 2012 10:57

        j’adore votre titre !


        vous remarquerez que Chavez, pour faire respecter son élection, a été obligé de s’appuyer sur une force armée. 

        Les chiens du Capital n’accepteront pas si facilement de perdre la partie. 

        • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 11:35

          Isga

          ma foi, s’il faut en appeler à l’armée pour faire respecter les lois, pourquoi pas ?
          et merci pour le compliment.
           smiley

        • CHIMERE 4 juillet 2012 12:42

          Très bon titre et très bon article également,merci,


          Mais,toute voie de sortie de ce système mortifère semblant se refermer après cette parodie électorale que nous venons de vivre,et que viennent de vivre les Peuple Grec et Irlandais dans la même séquence,ne restent que la guerre,la révolte sociale voire la révolution,ou tout à la fois avec en arrière fond une détonante explosion des systèmes financiers mondiaux.

          J’ai du mal à y croire,tant il me semble possible de s’émanciper de cet enfermement pacifiquement..

          Il y a comme un parfum nauséabond d’avant guerre dans l’air que l’on respire...

        • lsga lsga 4 juillet 2012 12:49

          n’importe quoi. J’ai voté FdG, j’ai voté PS, je suis révolutionnaire, pour les actions violentes, et ce n’est pas pour autant que ’je ne vois pas de différence entre le PS et l’UMP’.


          Avant le matin, je me levais, j’écoutais la radio et j’entendais :

          ’Les arabes ceci... l’islam cela... la halal tati tata... les fraudeurs à la secu et au chomage nanana... les fonctionnaires blablabla... agression... viol... insécurité... en bref : bouclier fiscal et augmentation de la TVA

          et maintenant on a droit a du :

          ’C’est la crise économique, le problème est grave, pour des raisons de justice, nous allons faire payer les plus riches et les plus grandes entreprises’

          ça fait du bien aux oreilles, c fou. 

          Bon, on bloquera quand même tout le pays pour imposer nos réformes de communiste. Comme on est minoritaires dans le pays, on est bien obligé.
          C’est l’esprit de la résistance, le vrai. 

          Pas la récupération marketing du CNR par des imbéciles qui font du pied aux électeurs FN et banalisent leur parti :



        • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 13:36

          chimère

          oui, j’ai le même sentiment, un parfum nauséabond
           smiley

        • Ronald Thatcher rienafoutiste 4 juillet 2012 13:49

          votre region peut demander l`autonomie a l`Etat, comme ca vous restez entre vous (prenez Isga avec vous), creer votre propre Marche impor/export, et dans trois generations vous vous retrouverez avec la meme conjoncture qu`en ce moment dans le Monde.
          Chacun veut toujours etre le plus fort, l`emulation est ce qui fait faire les plus grandes choses a l`Homme, certains arrivent en haut pour un moment et le pouvoir rendant fou, ils en abusent comme des enfants gates.
          C`est le jeu ma pauvre Lucette !


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 13:49

          Isga

          ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain.
          avec sarko, on avait plongé grave, et je ne suis pas sur qu’Hollande soit pret à refaire l’erreur de Mitterrand.
          Ayrault promet que les mesures n’affecterons pas les classes moyennes et pauvres,
          nous verrons.
          je ne jugerais pas avant l’application des décisions à venir.



        • lsga lsga 4 juillet 2012 14:04

          olivier, je ne doute pas un seul instant que François Hollande appliquera des recettes qui ne seront pas de mon goût. 


          Toutefois, entre le discours de Jean-Marc Ayrault et celui de Nicolas Sarkozy, j’entend une énorme différence, et mes oreilles sont très reconnaissantes envers mes pieds qui ont su trouver le chemin du bureau de vote et mes mains qui ont su trouver le bon bulletin.

           

        • lsga lsga 4 juillet 2012 16:22

          oh, hé : vous utilisez des méthodes de vilain troll smiley smiley


          mais ce n’est pas qu’un changement de discours. 
          les milliards, ils vont aller les chercher en priorité chez les grandes entreprises et les plus riches, quand Sarko nous préparaient une TVA social et des attentats islamistes pour faire diversion. 

          désolé d’y voir une très grande différence. 

        • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:31

          rienafoutiste

          la régionalisation a de bons cotés, mais ce n’est pas ce qui est sous entendu.
          il est seulement question de reprendre le pouvoir que les banksters ont confisqué,
          rien de plus.
           smiley

        • Henri Francillon Henri Francillon 4 juillet 2012 18:42

          Isga, vous êtes désespérant de naïveté.
          Car à des gens comme vous il suffit de DIRE que le changement c’est maintenant pour que vous y CROYIEZ alors que pourtant vous ne VIVEZ rien de nouveau.
          J’espère de tout coeur qu’un jour vous cesserez de prendre pour argent comptant les sourires et les paroles des ignobles individus qui peuplent votre écran télé, votre radio et les premières pages de vos magazines favoris.
          Car le simple fait de les y voir nous affirme leur allégeance (prostitution) à la caste qui contrôle sans pitié leurs faits et gestes publics.


        • lsga lsga 4 juillet 2012 20:50

          ? ?? 


          Il n’y a rien à croire. Entre un discours racialistes et ethnicistes qui cachent des réductions d’impôts pour les plus riches, et une augmentation d’impôt sur les plus riches, je vois la différence. 

          Maintenant, Hollande est un social démocrate, il va appliquer un programme de social démocrate, rien d’étonnant ni de surprenant. Si des gens ont voté Hollande en croyant que c’était Che Guevara, c’est leur problème, pas le mien. 

          Moi, je sais parfaitement bien que les grandes réformes sociales proviennent des mouvements sociaux, pas des élections ni des gouvernements. 

          Maintenant, la vraie question est : Les gens vont-ils être capable de se mobiliser ? L’absence d’un parti d’extrême gauche en France pour lancer une dynamique de lutte des classes me fait présager un peuple encore plus mou que son président. Nous verrons bien. 



        • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 5 juillet 2012 14:08

          Chavez a remis en question son poste au milieu de son mandat en réorganisant une nouvelle élection , quel président occidental est capable d’en faire autant ?

          G Bush Jr a triché pour accédé à la présidence en 2000 quel bel exemple pour le pays champion de la démocratie...


        • asterix asterix 5 juillet 2012 16:36

          Bonjour Olivier
          Même si je suis d’accord avec le sens premier de ton article, je suis entièrement d’accord avec ce que souligne ISGA. Il m’étonne de toi que tu cites Chavez parmi les résistants humanitaires aux banksters, et encore plus de ton intervention en seconde réponse. Rien ne peut justifier qu’un individu prenne le pouvoir par la force. Loin d’être d’accord avec son opposition interne, force est de souligner que Chavez exerce un pouvoir absolu qui n’a rien à voir avec ce que nous définissons en tant que démocratie. S’il est vraiment contre le système bancaire tel que tu le décris, tel que nous le connaissons, il aurait pu utiliser les revenus du pétrole à assurer le bonheur de ses « administrés ».
          A ce compte-là, même la famille régnante d’Arabie Saoudite s’est montrée plus généreuse envers son peuple ...et même tout ce que la Terre compte comme Whahabites.
          L’Islande, heureusement que tu parles aussi - mais moins - de ce qu’a entrepris EN TOUTE DéMOCRATIE le pays des mille geysers ...à eau chaude. Pas celui des derricks à pétrole. Si Chavez ne disposait pas seul de la mâne qu’il génère, gageons qu’il n’aurait pas eu de quoi tenir pareil discours.


        • lsga lsga 5 juillet 2012 17:01

          Il y croit vraiment dit donc .... 


          Bon, c’est quoi l’antécédent de ’y’ dans ta phrase ? 
          Je suis censé croire en quoi selon toi ?

        • Luxum Luxum 6 juillet 2012 00:56

          L’antécédent de « y » dans sa phrase c’est « son catéchisme de bullshit ». 

          Ce qu’il essaye de dire c’est que la différence entre droite et gauche est de pure forme. Le fond reste le même. Ce n’est bien sûr pas une raison pour voter à droite mais il faut reconnaître qu’après les conséquences désastreuses dans l’opinion du style « bling bling » de Sarkozy, Hollande à bien prit garde à employé des discours nuancé. En bref il dit ce que la majorité veut entendre. Il fait aussi quelques gestes politiques mais encore une fois DE PURE FORME.
          Son slogan ça pourrait être « Il faut que tout change pour que rien ne change ».

        • lsga lsga 6 juillet 2012 11:42

          Non mais c’est hallucinant sans déconner.


          Vous ne voyez pas la différence entre :

          - TVA Sociale (300€/an pour un Smicard), Bouclier Fiscal, baisse de l’ISF
          - Tranche à 75%, taxe sur les grandes entreprises, CSG, etc. 

          La fiscalité est le coeur de la politique. 
          Des gens comme Asselineau ou Lepen qui se prétendent ’ni de gauche, ni de droite’ font toujours bien attention à ne pas s’exprimer sur les sujets de fiscalité pour ne pas diviser leur petit nombre de militant. 

          L’impôt et les services publiques, voilà le coeur de la dichotomie Droite/Gauche.
          Après, étant d’extrême gauche, je considère qu’il faut aller beaucoup plus loin, mais jamais je ne parlerais comme ces crétins d’extrême droite qui tentent de renier les différence droite gauche car eux mêmes sont dans la confusoin total du national socialisme. 

        • olivier cabanel olivier cabanel 7 juillet 2012 13:09

          astérix

          je sais bien que Chavez n’est pas blanc-blanc
          mais face a ce que son pays a subi, j’ai plutot tendance à l’applaudir.
          conscient malgré tout que de gros progres démocratiques restent à faire.
          merci de ton commentaire.


        • soimême 4 juillet 2012 11:34

          Bonjour Olivier, il n’est jamais trop tard, pour ouvrir les yeux et les oreilles.
          Et tant que l’on n’a pas la ferme résolution de se prendre en main, et les élections l’on bien prouver, il y a rien à espère de ce qui va avenir !
          Ce qui est révolutionnaire, c’est ce prend en main et non pas faire la révolution !

          Le pessimisme est tellement porteur, que les grandes chaines de télés enfilent reportage sur reportage sur la réussite de la face caché de notre société de consommation !

          Et l’état d’âme des hommes sont tellement vélitaires, qu’ils attendent tous un Saint Louis sous sont grand chêne qui va rétablir, justice, probité, et morale !

          Seulement cela n’est plus possible sous cette forme, car nous avons atteins une telle conscience de soi, un telle égocentrisme, qu’il n’est plus possible aujourd’hui d’avoir recourt à des veille forme du passé pour soigné notre civilisation malade de l’égoïsme généralisé.

          L’avenir va passé par notre auto- éducation, et c’est par la voie de la douleur et de la souffrance que cela va se réalisé et non pas par des directives abstraites d’un pouvoir qui règne pour lui même.

          Vous cité le cas de l’Islande, il ne faut pas oublier que la totalité de ses habitants correspond à une ville de province en France, et qu a été possible la bas est due en autre que c’est une ile, et que tous savent qui fait quoi dans l’ile.

          C’est déjà plus difficile en France, du fait des différent courant de pensé, d’école idéologique, et que tous veulent nous faire croire que c’est eux qui détienne la solution.
          A lors aucun font preuves de désintéressement personnelles de se servir aux passages si l’occasion se présente !

          Dans ses condition, il y a rien à espère de se monde politique, asservie au monde économique qui à perdue toute légitimité morale !

          Le seule constat c’est la pomme est en train de pourrie, et les graines sont en trains de se préparer à germer !

          Attend toi, le monde que tu as connue soit balayer, cela devient une nécessité, car rien de peut poussé sous un grand chêne vermoulue !


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 11:36

            soimême

            merci pour ce commentaire logique.
            ceci dit, pourquoi ce qui a été fait à petite échelle ne le serait pas à plus grande ?
            je pensais à l’Islande, bien sur.
             smiley

          • soimême 4 juillet 2012 12:03

            @ Olivier, qui franchement à envie de se secouer quand tous pensent à leurs acquits, renie de partager.

            Il y a que la misère et la désolation pour nous réveilles, deux guerres mondiales non pas suffit pour que l’on change de paradigme, et si je te parlerais ce qui est en trains de germer comme forme futur, personnes de veux en réalités l’entendre, car c’est un chemin douloureux de se remettre en causse et ce que le futur demande au fond, peut d’homme le veux réellement !

            Si non cela ferait longtemps que l’on vivraient sur des bases plus saines !


          • lsga lsga 4 juillet 2012 14:20

            Il y a que la misère et la désolation pour nous réveilles,


            Complètement faux. Toutes les études historiques et anthropologiques le montrent, les périodes de crises économiques sont favorables au conservatisme et à la réaction. 

            Vous n’avez pas vu ce qu’il s’est passé à Hénin Beaumon ? 

            Il nous reste peu de temps pour agir. Quand la crise sera là, il sera trop tard. 
            Ce qui réveille la conscience de classe, c’est la pratique de la lutte des classes :

          • soimême 4 juillet 2012 14:45

            @ lsga, prend un peut de recule, Hénin Baumont ne signifie rien par rapport à ce qui je joue actuellement, c’est la faillite un monde qu’il s’agit.

            Toute nos références du passés récent est à revoir, et ta pensé idéologique est impuissante à résoudre quoi que soi !

            Dans les années avenir tu pourras dire à dieux à ton rêve conformiste de petit bourgeois révolutionnaire, car il y aura plus rien !

            Nous devons à nouveaux innové d’autre forme social pour survire !


          • lsga lsga 4 juillet 2012 15:08

            mais c toi qui est dans l’idéologie mon pauvre ami.


            tu serais impliqué dans l’action matérielle, tu saurais que c’est lors des grandes grèves et des grandes manifestations que de nombreuses personnes commencent à s’intéresser à la politique et petit à petit deviennent des militants.

            c’est dans le cadre du travail, de l’exploitation et de la lutte que la gauche se forme ; que les salariés comprennent la nécessité de s’organiser et de résister.

            dans les grandes périodes de crises et de chômage, les gens ont peur et cherchent des valeurs refuges et des grands guides pour les protéger. C’est ainsi que l’Extrême Droite arrive au pouvoir. 

            Des formes nouvelles ? Notre société a à peine changé depuis le XIXème siècle. N’en doute pas, c’est l’Extrême Droite et la Guerre Mondiale qu’apporte la crise économique. 

            Il existe pourtant une solution, connue de longue date, qui permet de transformer les militants nationalistes les plus durs en véritables agents progressistes, c’est la lutte des classes sous ça forme de Révolution permanente :

            C’est ainsi qu’au pays basques les nationalistes et les curés sont devenus Marxistes, et qu’ils narguent aujourd’hui toute l’oligarchie financière Européenne avec leurs coopératives :

            Le travail, la lutte : voilà ce qu’est le matérialisme.
            Tes théories, ton blabla qui veut que les gens changent de représentations, c de l’idéalisme pur et dur, une forme comme une autre de réaction.

          • Henri Francillon Henri Francillon 4 juillet 2012 18:44

            Hénin Beaumont est un détail dans l’histoire des élections.

            Ok, je sors.


          • soimême 4 juillet 2012 19:33

            @ lsga, tu as deux siècles de retard, tu te croit encore en 1789 !

            Entre tant il y a 14-18, 39-45, et aujourd’hui où l’on est bord du gouffre !

            Jacques Dutronc
            ON NOUS CACHE TOUT, ON NOUS DIT RIEN



            On nous cache tout, on nous dit rien
            Plus on apprend plus on ne sait rien
            On nous informe vraiment sur rien

            Adam avait-il un nombril ?
            On nous cache tout on nous dit rien
            Socrate a-t-il bu sa cigüe ?
            L’aventure est-elle au coin de la rue ?
            On nous cache tout on nous dit rien
            La vérité sur Dagobert
            Quel était son manager ?

            On nous cache tout, on nous dit rien
            Plus on apprend plus on ne sait rien
            On nous informe vraiment sur rien

            La vérité sur La Palice
            Quand c’est rugueux c’est pas lisse
            On nous cache tout on nous dit rien
            Et l’affaire du masque de fer
            Est-ce que Louis Quatorze était son frère ?
            On nous cache tout on nous dit rien
            La vérité sur l’Obélisque
            A-t-il été déclaré au fisc ?

            On nous cache tout, on nous dit rien
            Plus on apprend plus on ne sait rien
            On nous informe vraiment sur rien

            Savoir pourquoi Napoléon
            Mettait la main dans son giron
            On nous cache tout on nous dit rien
            L’affaire trucmuche et l’affaire machin
            Dont on ne retrouve pas l’assassin
            On nous cache tout on nous dit rien
            On nous cache-cache et cache-tampon
            Colin-maillard et tartempion
            Ce sont les rois de l’information

            On nous cache tout, on nous dit rien
            Plus on apprend plus on ne sait rien
            On nous informe vraiment sur rien


          • lsga lsga 4 juillet 2012 20:45

            face à une telle argumentation, je ne peux que m’incliner. 




          • soimême 4 juillet 2012 21:01

            @ lsga, la premier fois de ta part que j’entends un argument censé, tu renonces à tes arguments !


          • Castel Castel 5 juillet 2012 14:00

            "Il existe pourtant une solution, connue de longue date, qui permet de transformer les militants nationalistes les plus durs en véritables agents progressistes"

            Le progressisme a toujours été la définition même de la folie humaine. Même Hitler était progressiste, il voulait un empire, il voulait l’ordre, il voulait hiérarchiser l’univers comme Einstein disait qu’on pouvait mathématiser l’univers. Quand Einstein disait : si j’avais su, j’aurais été plombier, c’est une invitation à l’humilité, c’est la seule chose à faire en tant qu’être humain, tout phénomène collectif est forcément déviant émotionnellement et n’aspire finalement qu’à la folie.


          • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 11:51

            Je ne comprends pas : quand on veut être très méchant avec les libéraux on évoque le diable Friedman (le pauvre), et vous vous en faites une référence.

            Vous ne seriez pas ou incohérent, ou en train de virer libéral ?

            Bon j’ai mon idée sur la bonne réponse.


            • bobbygre bobbygre 4 juillet 2012 12:12

              Ou peut-être que grace à Internet, les gens évoluent. Des gens comme toi par hasard...
              Je sais qu’en discutant notamment avec toi, mais aussi avec d’autres, j’ai découvert l’utopie libérale et j’avoue ne plus avoir davantage de mépris pour l’idéologie libérale que l’idéologie communiste (les deux me semblent respectables mais ce ne sont que des utopies).
              Mais je crois savoir que tu es d’accord avec moi que le libéralisme actuel n’a de libéralisme que le nom tout comme le communisme à l’époque de l’URSS n’était qu’un communisme de facade, l’utopie étant décédé depuis longtemps.


            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 12:19

              56% du PIB est dépensé par l’État. Je ne vois pas le libéralisme là-dedans. Enfin, si, les 44% restant... et encore il faut faire la part des réglementations et privilèges.


            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 12:25

               smiley Et en URSS les dirigeants s’affichaient communistes. Je ne vois pas de dirigeants s’affichant libéral, bien au contraire. Alors, la « symétrie » des utopies....


            • frugeky 4 juillet 2012 12:27

              Et combien de redistribué vers les entreprises « libérales » qui ne devraient pas avoir besoin.

              A propos, on parle toujours, comme Kosciuzco ce matin sur france-inter, de charges patronales et de cotisations salariales alors qu’on pourrait tout aussi bien parler de cotisations patronales et de charges salariales...


            • lsga lsga 4 juillet 2012 13:27

              si tu veux lutter contre le libéralisme, commence par lire leurs textes.


              ah... si les Communistes avaient eu des grands théoriciens au XXème siècle, capables de formaliser et de mathématiser leurs théories... 

              mais non, nous on a eu le droit au même régime que la psychanalyse, à des pseudo-intellectuels littéraires incapables d’utiliser une calculatrice. 

              enfin, heureusement, ça change :

            • alinea Alinea 4 juillet 2012 13:30

              Le peripate : sur ces 56%, combien vont au public ? Combien vont au privé ? Combien sont allés aux banques ?
              Le libéralisme est partout ! On ne se revendique pas d’un pouvoir à ce point tentaculaire !


            • lsga lsga 4 juillet 2012 13:45

              pour le coup, je suis assez d’accord avec Le péripate.


              le Libéralisme est avant tout une théorie éthique et morale (même si eux ont quand même réussis à la formaliser avec, par exemple, la théorie des jeux). Il s’agit donc d’une théorie idéaliste, difficilement applicable à la réalité.

              Donc nous ne vivons clairement pas dans un monde libéral. 
              Nous vivons dans un monde où la pensée libérale est dominante, et cela n’a rien à voir. 

              Quand on est matérialiste, on ne se bat pas contre des idées, mais contre des faits.

            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 13:51

              au péripate

              vous avez peut-être mal appréhendé la lecture de Friedman ?
              j’ai ma petite idée la-dessus.
               smiley

            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 13:53

              56% ce sont les dépenses courantes. Et la question n’est pas à qui est donné cet argent (enfin je comprends votre point de vue qui est d’en récupérer une partie) mais à qui il a été pris.

              A nous tous.


            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 13:55

              Mon pauvre Cabanel. C’est que tu essaierais de me faire croire que toi, le musico reconverti dans l’écologisme comprend quelque chose à Friedman...

              Hé, là, je dis.... bouffon.


            • foufouille foufouille 4 juillet 2012 13:58

              "

              le Libéralisme est avant tout une théorie éthique et morale (même si eux ont quand même réussis à la formaliser avec, par exemple, la théorie des jeux). Il s’agit donc d’une théorie idéaliste, difficilement applicable à la réalité."

              sauf que, en pratique, le liberal est tres souvent libertaryen



            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 14:00

              au péripate

              sachant l’expert que vous êtes en la matière, je prend le qualificatif de « bouffon » comme un compliment.
              j’aime beaucoup votre humour.
               smiley

            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 14:00

              Libertarien. Parce que au USA le terme libéral est usurpé par la Gauche.


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 14:01

              frugeky

              pas mieux.
              je partage et remercie.
               smiley

            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 14:03

              Oui, c’est un compliment en effet. Le bouffon est celui qui fait rire par ses pitreries. On peut penser qu’il le fait exprès, ce qui le distingue du con ordinaire.


            • Nestor 4 juillet 2012 14:19

              Salut Le Peripate ...

              Il y a aussi le conteur d’histoire mais lui ses histoires ne font pas toujours rire ... D’ailleurs j’en ai une pour toi d’histoire ... Tu la connais ... Mais c’est bien de temps en temps de la rapeler !


            • foufouille foufouille 4 juillet 2012 14:26

              « Libertarien. Parce que au USA le terme libéral est usurpé par la Gauche. »

              avec un Y, car le libertaryen reserve les droits aux plus riches uniquement


            • Leo Le Sage 4 juillet 2012 15:05

              @Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 4 juillet 14:00
              Vous dites : « Parce que au USA le terme libéral est usurpé par la Gauche »

              Un démocrate est à droite aux USA.
              Il n’y a pas de vraie gauche aux USA sauf à la marge.
              Liberal ne veut d’ailleurs pas dire gauche. Ce sont les ignares qui pensent que liberal veut dire gauche dans la pensée américaine.


              @Par foufouille (xxx.xxx.xxx.103) 4 juillet 13:58
              Les libertariens ne sont pas pour l’interventionnisme d’état donc par essence ne sont pas de gauche.
              « focus on promoting voluntary solutions to the problems caused by government instead »

              (source : Libertarian Party (United States) - Wikipedia, the free encyclopedia)

              « The preamble outlines the party’s goal : »As Libertarians, we seek a world of liberty ; a world in which all individuals are sovereign over their own lives and no one is forced to sacrifice his or her values for the benefit of others.«  »

              «  »We, the members of the Libertarian Party, challenge the cult of the omnipotent state and defend the rights of the individual.«  »

              (source : Libertarian Party (United States) - Wikipedia, the free encyclopedia)

              Comme me disait une amie nous les libertariens nous disons : « stay far from my wallet »

              Lire aussi ceci :
              Supreme Court Obamacare Decision Highlights Why a President Romney Would be More Dangerous than President Obama | Libertarian Party


            • lsga lsga 4 juillet 2012 15:13

              http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/charles-robin-le-liberalisme-et-l-35612#forum12743584


              Les réflexions idéalistes des penseurs libéraux (en effet éthique pour l’essentiel : individualisme, humanisme, droit de l’hommisme, bref : les lumières...) reposent sur la nécessité historique de la Bourgeoisie de renverser l’ancien régime, d’instaurer l’économie de marché, et de détruire entièrement tous les restes de l’ancienne société :

              Partout où [ la bourgeoisie ] a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques. Tous les liens complexes et variés qui unissent l’homme féodal à ses « supérieurs naturels », elle les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du « paiement au comptant ». Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale.

              Sous-entendre que « puisque le libéralisme est l’outil idéologique de la bourgeoisie pour renverser les valeurs éthiques de l’ancienne société ; être anti-libéral implique d’être conservateur vis à vis de ces anciennes valeurs » est un raisonnement extrêmement simpliste, à la limite de la bêtise. 

              Oui, la Bourgoisie a été révolutionnaire en son temps en renversant l’Ancien Régime et en détruisant les fausses valeurs nihilistes de la religion et de la moral chrétienne ; Oui, la Bourgeoisie (l’Oligarchie Fiancière aujourd’hui) est l’ennemi de l’extrême gauche ; ce n’est pas pour autant que l’Extrême Gauche doit s’allier aux fausses valeurs morales de l’ancienne aristocratie pour lutter contre la bourgeoisie. 

              Nous allons continuer le travail de destruction des anciennes valeurs entamer par la Bourgeoisie, Nous allons continuer à avancer vers un système politique et économique fondé sur la rationalité plutôt que sur l’Ethique, Mais Nous renverserons aussi la bourgeoisie financière. 


            • lsga lsga 4 juillet 2012 15:25

              presque !


              la plus grande force de calcul n’est pas le calcul centralisé mais distribué :

              Bref : l’autogestion et le coopérativisme plutôt que l’Etat et la bureaucratie

            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 15:34

              La puissance de calcul dans un univers polycentique, ça s’appelle le marché.


            • Leo Le Sage 4 juillet 2012 15:46

              @Par lsga (xxx.xxx.xxx.105) 4 juillet 15:25
              Vous dites : « la plus grande force de calcul n’est pas le calcul centralisé mais distribué »

              Faux.

              Ce qui est faux c’est que on peut avoir des ordinateurs en cluster centralisés dans un local...
              Un PC de nos jours fait à lui seul du calcul distribué [microprocesseur multicoeur].
              Jusq’à preuve du contraire un PC n’est pas décentralisé, puisqu’il forme un tout.

              C’est le nombre de processeurs qui fait la différence [processeur de même niveau de technicité].

              [Je suppose que le nombre de RAM est la même et que les connexions vont à la même vitesse]

              Calcul distribué = « l’action de répartir un calcul ou un traitement sur plusieurs microprocesseurs »

              (source : Calcul distribué - Wikipédia)


            • lsga lsga 4 juillet 2012 15:55

              vous êtes tatillons...


              Le Péripate : le calcul distribué, c’est la fin du marché :




            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 16:34

              Mais le marché est une machine à calculer. Et vous pouvez vous levez tôt avant de l’égaler.

              Commencez tout de suite, c’est plus prudent.



            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:33

              bobbygree

              s’il est vrai que le communisme russe n’a eu de communiste que le nom, sous le couvert d’une dictature idéologique, je crois que le libéralisme est lui bien authentique.

            • sam turlupine sam turlupine 4 juillet 2012 20:29

              Le marché, les marchés.... une totale perversion de termes, une sorte d’entité abstraite destinée à masquer ce qu’elle recouvre EN RÉALITÉ ; à savoir des mafias d’organismes financiers  ; banques, bourses, hedge funds, non seulement inutiles, mais surtout nuisibles à l’économie réelle, puisque tous ces organismes ne PRODUISENT RIEN d’autre que de la SPÉCULATION ; c’est à dire de l’argent créé uniquement pour.... produire de l’argent.
              Et ce, évidemment, au détriment de l’économie réelle, de tout et de tout le monde : spéculation sur les produits de consommation, sur les denrées alimentaires, sur les logements, sur la santé, sur les pays, les salaires ; ce système en est arrivé à créer totalement artificiellement des dettes pour les pays (dettes dont ils se gavent, bien sur), et, dans la foulée, de spéculer sur la faillite des dits pays, pour en retirer encore plus d’argent.

              Jamais dans l’histoire de l’humanité, on n’avait assisté à la telle PERVERSION d’un système qui impose au monde entier la dictature de ces mafias financières, dictature à laquelle, en un cercle vicieux, un serpent (monétaire) qui se mord la queue, le monde ; c’est à dire les états et les citoyens du monde sont obligés de se plier.

              Les « marchés » ne créent rien que de la spéculation ; c’est à dire du faux argent qu’on fait payer aux citoyens par le vrai argent ; celui des richesses réellement produites par le travail.

              Un coup de bonneteau unique dans l’histoire  ; la plus grande arnaque de tous les temps, consentie et entérinée par des dirigeants ayant tous abandonné tout sens de la politique, et de l’intérêt des pays et des citoyens qu’ils représentent, au profit des usuriers et des spéculateurs, qui ont assis leur domination de fer sur le monde, et qu’ils continuent de resserrer comme un étau.

              Les marchés, c’est comment faire du fric ; non seulement sans rien faire, mais, surtout, en l’extorquant à ceux qui font : un esclavage high teck ; le système de domination, d’exploitation et d’oppression le plus sophistiqué jamais constitué ; sans élection, sans aucune règle (autre que celle du plus fort et du plus gros profit possible), totalement au dessus de toute loi : le règne de la voyoucratie imposé de facto, la plus grande violence jamais exercée sur l’humanité, par le pouvoir d’un argent totalement virtuel.

              A ce niveau, c’est bien pire que les 2 guerres mondiales, que les bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, que les milliards de morts provoqués par tous les conflits humains de l’histoire, que l’esclavage ou la traite humaine : c’est, tout simplement, la plus grande catastrophe jamais infligée à l’histoire de l’homme.

              Les « marchés » sont le système le plus dictatorial jamais constitué, par les mafias les plus puissantes jamais organisées : le pire fléau que l’homme ait eu à subir, et dont il ne se relèvera probablement pas, sauf à éradiquer le mal par la mise hors d’état de nuire DÉFINITIVE de ce système et de ceux qui l’organisent et en profitent.

              Une insurrection généralisée.

              Autant dire, dans l’état actuel des choses, une utopie.

              Allez, à genoux, et rampons... pour trouver les miettes qui subsistent du banquet des esclavagistes..


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 20:53

              sam

              je partage quasi totalement votre analyse, et remercie.
              sauf la fin.
              je pense que ramper n’est pas inéluctable.
              mon vieil ami africain vous suggère cette pensée :
              « il vaut mieux vivre un jour comme un lion, que toute sa vie comme un mouton ».

            • sam turlupine sam turlupine 4 juillet 2012 22:11

              Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 4 juillet 16:34

              Mais le marché est une machine à calculer. Et vous pouvez vous levez tôt avant de l’égaler.

              Rarement lu un truc aussi cyniquement con nulle part.... même en se levant très tôt !

              L’idéal de Péripate ; une machine à calculer (et qui se goure systématiquement, en plus)

              C’est beau comme un neurone sans noyau ni synapse !


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 22:19

              sam

              pas mieux
               smiley

            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 22:20

              Bien sûr. Dès que j’ai trouvé une invention du socialisme je m’incline. Même Picasso, qui était communiste, vendait ses griffonnages à des milliardaires. Et il aurait croupi en prison au paradis du socialisme.


            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 22:21

              Ca cabanel pour lécher, tu sais faire ... smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 22:24

              au péripate

              ne nous égarons pas, ça pourrait te mettre les boules.
               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 22:27

              au péripate

              vison simpliste du communisme.
              vous avez raison, Picasso aurait donc du vendre ses créations pour une misère.
              c’est ça ?
               smiley
              vous zêtes un marrant, péripate.
               smiley

            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 22:28

              Non du tout... je suis très curieux. Voyons voir...


            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 22:31

              Non je dis que chez vous, dans votre univers rêvé, il aurait fini en tôle. Mais c’est très bien qu’il est vendu à ce prix là. Car la valeur est uniquement déterminé par le désir. Et pas par la « valeur travail » et autre fadaise ricardo-marxiste.


            • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 22:32

              Qu’il ait etc...


            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 05:24

              Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 4 juillet 22:31

              . Car la valeur est uniquement déterminé par le désir. Et pas par la "valeur travail" et autre fadaise ricardo-marxiste.

              C’est bien ça : de la valeur considérée du point de vue du proxénète 

              Très bonne définition du libéralisme.


            • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 07:54

              Sam Turlute. Si le mot désir vous fait penser à proxénétisme je préfère de ne pas savoir la nature de vos relations avec les femmes.


            • samuel 5 juillet 2012 08:58

              En fait, ce qui conditionne la valeur ce n’est pas le désir mais les affects de manière générale. Le désir n’en étant qu’un cas particulier.

              Je pense que l’augmentation générale de la valeur de l’or a moins à voir avec le désir qu’avec la peur. C’est le fameux « Flight to Quallity ».


            • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 09:43

              Si tu veux. L’important est que la valeur est subjective.


            • samuel 5 juillet 2012 09:57

              Oui.

              On peut en conclure que les mécanismes de marché ne sont qu’une surcouche quantitative à des mécanismes profondements humains et sociaux.

              Est-ce que cette surcouche quantitative justifie à elle-seule la confiance à tout moment et en tout lieu en la valeur ?


            • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 10:20

              Chacun de nous, en effet, a une échelle des valeurs différente de celle de son voisin. Chacun de nous, à partir de son revenu, considère qu’il peut vendre ou échanger un certain nombre de produits ou de services, à tout moment.

              Il y a donc une infinité de « valeurs » qui se baladent dans le monde à chaque instant. On est devant un univers infini des possibles.

              De temps en temps, miraculeusement, deux « valeurs » se rencontrent et un prix est arrêté. C’est alors que l’échange du bien ou du service a lieu. Ce prix, fixe la valeur monétaire du bien, à ce moment-là, et à ce moment-là, seulement.

              Faites un tour dans une vente aux enchères. On y apprend beaucoup.


            • samuel 5 juillet 2012 10:30

              La vente aux enchères est le parfait contre-exemple du monde idéal que vous décrivez.

              C’est bien plus le lieu de la compétition où le cerveau reptilien va prendre le dessus et où le processus de valorisation sera du type ’c’est moi ait la plus grosse’.

              La salle de marché ressemble aussi à ce type de processus (cf mode de rémunération des traders).

              A la rigeur je m’en fiche que ça marche comme ça.

              Ce qui me dérange le plus, c’est que les marchés (notemment obligataires) ne font participer qu’un nombre limité d’agents et qu’ainsi les cours (prix, valeur) sont facilement manipulables.

              Et leur pouvoir est tel qu’on est pas très loin du coup de pied au cul de Staline pour tout ceux qui ne veulent pas participer au jeu.


            • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 10:37

              Cerveau reptilien !? Il doit bien y avoir une théorie là-dessous mais je préfère ne pas la connaitre.

              Quand au fait que les marchés peuvent être manipulé je suis d’accord, comme ce scandale dont on parle pas en France.


            • samuel 5 juillet 2012 10:40

              On en parle sur le blog de Mister George (Ugeux).

              Que voulez-vous savoir sur le cerveau reptilien ?


            • lsga lsga 5 juillet 2012 11:43

              c’est sûr que si la seule chose que vous avez à opposer au dynamisme des marchés, c’est la planification de l’économie par la bureaucratie, vous allez être en difficulté. 


              je ne comprend pas comment la gauche a pu faire sienne l’étatisme social à la Bismarck (créateur de l’Etat Providence). C’est ridicule. La gauche c’est le progressisme, l’auto-organisation... pas la bureaucratie petite bourgeoise. 

              Bref, le Péripate, un exemple d’entreprise rentable qui n’est ni le produit d’une bureaucratie et de subventions d’Etat, ni le jouet des marchés :

            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 13:31
              • Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.42) 5 juillet 07:54
              • Sam Turlute. Si le mot désir vous fait penser à proxénétisme je préfère de ne pas savoir la nature de vos relations avec les femmes.

              • Non ; ce n’est pas le mot désir qui me fait penser au proxénétisme, c’est l’assertion qu’il est seul à déterminer la valeur.
              • Ca te plait ? Ca te fait bander ? Alors, il va falloir raquer : c’est VOTRE vision qui associe le désir au proxénétisme, pas moi. 
              • Ca en dit effectivement long sur VOS rapports avec les femmes, et, par ailleurs, c’est d’une connerie sans nom, puisque ça échelonne toute valeur sur l’ordre du désir, quand, la plupart des choses répondent à la NÉCESSITE ; nécessité de se nourrir, de se loger, de s’éduquer, de se soigner, d’aimer, de vivre...
              • Le désir, c’est un luxe qu’on peut satisfaire quand on jouit déjà du nécessaire :sinon, c’est un supplice, un leurre, un asservissement .
              • Etalonner la valeur des choses sur le désir est donc bien une vision de proxénète ; c’est la vision libérale : soies esclave si tu veux avoir l’espoir de pouvoir satisfaire ton désir, puisque d"’autres, plus nantis, augmentent le coût de l’objet de ton désir.
              • Une vision d’esclavagiste, péripute .

            • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 13:42

              Bon, je ne veux pas être méchant avec toi sam tulurte. En fait j’aime bien ce genre de post injurieux sans nécessité autre que la volonté d’intimider. Et de fait si je t’avais en face de moi éructant de cette manière je ne serais pleinement rassuré qu’avec une arme dans la poche. Mais voila, fort heureusement nous sommes séparés par le voile du net, et c’est plutôt bien.

              Alors, comment te dire : tu ne me fais pas peur. Braille, c’est bien tout ce que tu peux faire.


            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 14:27

              Comme dit plus haut par samuel, le « marché », c’est LA VIE AUX ENCHÈRES ; ceux qui ont les moyens font monter les enchères, et peuvent se la payer ; les autres sont condamnés à la survie.

              Pire que ça, parce que les « moyens » des nantis, ils les volent à ceux qui produisent la richesse, par le jeu de la spéculation ; par des magouilles d’argent virtuel, 10 fois supérieur à l’argent réel, à la richesse réellement créée : une double forfaiture, un double proxénétisme : un esclavagisme imposé et inattaquable en droit.

              Les libéraux sont des macs, qui rançonnent les travailleurs, qu’ils font bosser comme des putes, en leur laissant juste de quoi survivre, pour alimenter leur spéculation.

              Les pires ordures qui puissent être.

              Vie aux enchères et marché aux esclaves : le marché, c’est beau comme un pal.


            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 14:30

              Il n’y a rien d’injurieux dans ce que je dis, péripute

              Juste l’analyse de tes élucubrations.
              Mais je vois que tu n’as plus d’argument, alors tu détournes le sujet, sans répondre, et en venant pleurnicher
              Une vraie petite fiotte

              Un vrai libéral.


            • samuel 5 juillet 2012 14:53

              @péripate

               

              Tu ne serais pas capable de te servir de tes petits poings pour être rassuré ?


            • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 14:59

              Probablement que si, mais généralement les fascistes communistes agissent en bande. Manque de courage individuel. Sinon ils seraient bandits.

              C’est comme ça que depuis que l’humanité existe.


            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 15:11

              Pauvre péripute

              à court d’argument, obligé de tomber dans la caricature grossière et grandiloquente... « fachistes communistes », « bandits »....

              Qui parlait de cerveau reptilien ?

              Comme le rappelait un internaute, Pierre Dac disait, en parlant de ce type de personnage ; « Il n’a pas inventé la poudre, mais il n’était pas loin quand ça a pété »...
               smiley


            • xbrossard 5 juillet 2012 16:06

              @le peripate


              « La puissance de calcul dans un univers polycentique, ça s’appelle le marché »

              le marché étant dirigé par l’ensemble des agents producteur de richesse, c’est à dire les entreprises, et ces dernières étant à l’extrème majorité dictatoriale, on a donc affaire à une cohalition de dictateurs qui décident « justement » pour le bien de tous, c’est ça ?

            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 16:49

              Par xbrossard (xxx.xxx.xxx.3) 5 juillet 16:06

              @le peripate


              « La puissance de calcul dans un univers polycentique, ça s’appelle le marché »

              le marché étant dirigé par l’ensemble des agents producteur de richesse, c’est à dire les entreprises,

              Si ce n’était que ça !
              Mais il y a belle lurette que le marché n’est plus dirigé par les entreprises, mais uniquement par les agents spéculatifs, et les organismes financiers.

              La valeur des choses n’a plus rien à voir avec leur valeur réelle, mais à leur valeur « estimée » par les spéculateurs ; soit bien en dessous, soit bien au dessus de la valeur réelle, selon le fric qu’il y a à se faire sur leur valeur spéculative.

              La spéculation sur les produite de première nécessité, par exemple (le logement, la nourriture), les rend inaccessibles au vulgus pecum, quand la spéculation sur la faillite des états, la provoque, et ruine les citoyens au profit des usuriers.

              Les millions de transactions financières qui s’opèrent à la microseconde n’ont trait qu’à ça : la spéculation, pour laquelle, aujourd’hui, il n’y a même pas besoin d’investir ; on peut gagner de l’argent sur la faillite d’un pays, sans même avoir investi le moindre centime.

              L’argent gagné ne sert plus à investir ; trop laborieux, trop aléatoire ; il ne sert plus qu’à spéculer, quand il n’est pas planqué dans les paradis fiscaux, volé aux citoyens, aux états, pour un rapport fructueux, sans rien faire...

              La vraie façon de gagner de l’argent, aujourd’hui, n’est plus de produire, de vendre ; elle est de jouer au casino boursier, spéculateur. Et quand la roulette ne tombe pas sur le bon numéro d’actifs pourris ; pas grave ; il y a socialisation de la perte, qui est remboursée par les états aux banques et organismes financiers, et payée par les citoyens, obligés de se serrer la ceinture pour rembourser ceux qui leur font les poches.

              Le marché, c’est beau comme un garrot sur la gorge des citoyens du monde.. quand faut serrer, faut serrer...


            • xbrossard 5 juillet 2012 16:58

              @sam turlupine


              heu, je pense quand même que l’économie réelle reste la principale productrice de richesses dans ce monde...toutes les entreprises autour de nous ne sont pas tous coté en bourse quand même...

            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 19:26

              @ xbrossard :

              quelques liens pour saisir la différence entre économie réelle et économie virtuelle :

              - l’origine des crises

              - Les dettes sont-elles virtuelles !

              - Histoire de la monnaie : du réel au virtuel

              - L’Argent Dette de Paul Grignon

              - Pour que l’argent serve au lieu de nous asservir  ! 

              - dans l’article wikipedia sur « La création monétaire » ; cet extrait :

              Critiques des méthodes actuelles de création monétaire

              Murray Rothbard, élève de Ludwig von Mises et également membre de l’école autrichienne d’économie a dénoncé le système de réserves fractionnaires, en visant particulièrement Milton Friedman, comme dans Milton Friedman unraveled en 197114. Il critique le processus de création de monnaie par le système de réserves fractionnaires pour ses effets inflationnistes et assimile la création de monnaie ainsi faite à de la « magie »15.

              Plus récemment, Maurice Allais considérait en 1999, dans La Crise mondiale aujourd’hui, comme « inappropriée » la structure de création monétaire actuelle16. Il considère le système actuel comme instable et risqué, les engagements et les créances n’étant pas nécessairement au même horizon et le risque d’un retrait massif de liquidités par les épargnants étant toujours possible. Ainsi, selon Allais, « L’économie mondiale tout entière repose aujourd’hui sur de gigantesques pyramides de dettes, prenant appui les unes sur les autres dans un équilibre fragile ». Il appelle de ses vœux un système où la création monétaire ne relève que de l’État, dans un cadre de régime de change fixe.

              James Robertson et d’autres auteurs altermondialistes souhaitent ramener le processus de création monétaire sous le contrôle de l’État et jugent que le système actuel n’est pas aligné « sur des principes de justice économique et sur les réalités de l’ère de l’information, à tel point que la confiance dans la démocratie même en est sérieusement ébranlée »17. Et d’ajouter : « Le fait que ces banques commerciales créent toujours ces fonds libellés en devises officielles et que cette création de monnaie génère des bénéfices revenant au privé constitue un anachronisme flagrant ». Il préconise également que les banques centrales soient seules créatrices de monnaie et que la monnaie créée soit affectée aux dépenses publiques. Les banques de second rang n’auraient plus la possibilité de créer de la monnaie par l’emprunt, le tout dans un système contrôlé par une banque centrale mondiale qui « devrait rendre compte aux gouvernements membres ».

              - l’article wikipedia sur la spéculation financière 

              Tout ça démontrant que l’économie réelle n’est qu’une infime partie des jeux spéculatifs et boursiers. Les entreprises (non cotées en bourse) sont elles-mêmes victimes de ces jeux spéculatifs, et n’ont aucun pouvoir dessus.


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 13:52

              Calmos

              au dela des efforts pour nous proposer des jeux de mots, vous qui semblez être un expert, que pensez vous de la culture des poireaux en basse calédonnie ?
               smiley

            • Nestor 4 juillet 2012 14:25

              Salut Olivier ...

              Je ne voudrais pas te vexer, mais Calmos le poireaux je pense pas que ce soit trop son truc, à mon avis lui c’est plutôt la carotte ...

              Ben oui mon cher Olivier chacun son style d’énergie pour avancer ...


            • BOBW BOBW 4 juillet 2012 15:33

              @ Nestor :  La carotte et le bâton ??? smiley


            • Nestor 4 juillet 2012 15:46

              Salut Bobw ...

              Je te rappelle que là t’es dans un article ou l’on croise soi-disant des écolos-bobos alors ton histoire du bâton pourrait choquer ... Malgré qu’il soit effectivement vrai que le bâton est souvent indispensable pour faire avancer le quadrupède (clin d’œil) ...


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:34

              bonjour nestor

              oui, la carotte,
              mais pour lui, elles sont manifestement cuites depuis longtemps.
               smiley

            • Nestor 4 juillet 2012 17:44

              « Nestor bon toutou »

              Calmos petit chatchat de canapé à mémère ...

              « Mon truc , la carotte ? Ah mais non..... !!!! »

              Mais si c’est ton truc tout le monde le sait que c’est ton truc la carotte depuis le temps qu’on te voit tourner en rond ... Ça fait déjà lurette qu’on sait que tu l’as dans le cul ! 

              Faut te sortir la carotte du derche l’âne, ça t’évitera de continuer à tourner en rond ...

              « Je ne suis pas de Gôche moi....  »

              Oui je sais toi t’es plutôt blonde Autrichienne qui se prend pour cendrillon dans les bras de dingues nostalgiques du 3ème reich ...


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 20:57

              Calmos

              vous devenez aigri.
              vous devriez quand même avoir la sagesse de laisser le programme à peine lancé se mettre en place.
              quand au mariage gay, je vous rappelle que votre copain sarko l’avait promis...
              ah les promesses sarközistes... !
              rendez vous donc dans une année, et on en reparle ?
               smiley

            • Nestor 4 juillet 2012 21:22

              Camos ...

              « Pas étonnant que la Droite se soit fait rétamée »

              tes derniers mots, ta conclusion ... j’ai la même sauf que moi je n’emploierais pas les mêmes arguments pour expliquer que la droite se soit fait rétamé.

              Quant-au mariage homosexuel, perso je suis ni pour ni contre en fait pour être honnête j’ai des arguments qui vont dans les deux sens et n’arrive pas à trancher ... Puis comme ce sujet ne fait pas parti de mes premières préoccupations du moment donc je suis d’accord avec toi pour dire qu’il y a des choses beaucoup plus importantes et préoccupantes à résoudre que le mariage des homosexuels ...

              Puis je te rappelle que moi la droite ou la gauche je m’en tamponne, mais ce qui est fait aujourd’hui, ce que je vois et j’entends passe mieux à mes yeux et mes oreilles que ce qui était fait hier par d’autres que tu as soutenus au début et sur qui par la suite tu as craché et t’en voulais d’avoir mi au pouvoir ... Et maintenant tu pleures, faudrait savoir ce que tu veux vieux !

              Marine c’est ça ? Mais tu vois bien que ce n’est pas ces idées là auxquelles le peuple aspire ... Un député Marion ... puis Colard ???

              Calmos mes parents, mes oncles tantes et cousins en ont bavé pendant la guerre, ils ne mettront jamais au manette de leur État une personne avec des idées qui leur rappellent trop de souffrance et ils ne sont pas les seuls dans ce pays à réagir comme eux ... T’en as la preuve il y a peu de temps !

              P’tain calmos ... Allez au bal danser avec des nostalgiques du troisième reich ... Comment veut-tu que les vieux qui m’entourent laissent passer un truc comme ça ... Jamais ta pouline aurait du faire ce truc là, tu peux pas savoir à quel point ça a réveillé les vieux démons ...

              Bonne nuit !


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 22:23

              Nestor

              tout est dit !
              et bien dit.
              merci.
              je partage évidemment.
               smiley

            • sam turlupine sam turlupine 5 juillet 2012 05:32

              Par olivier cabanel (xxx.xxx.xxx.89) 4 juillet 20:57

              Calmos

              rendez vous donc dans une année, et on en reparle ?

              Dans un an ou dans 10, le calmos ne pourra que répéter son même discours ; en boucle...
              Un esprit binaire ne change pas d’avis : il radote ...


            • Pyrathome Pyrathome 5 juillet 2012 12:54

              Mais dans une année , Cabanel ; vous regretterez Sarko.... !!!!.

              Ah ah ah !! mais lui , il nous regrettera pas dans sa nouvelle vie.... smiley..
              http://storage.canalblog.com/78/22/693601/55260368.jpg
              .LOL et lol


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 juillet 2012 13:15

              calmos

              vous avez raison sur une phrase.
              « je regretterais... »
              oui, c’est vrai.
              d’abord parce que vu les casseroles, sarko parti nous enlève du pain de la bouche
              mais ce que je regretterais le plus, c’est que l’action de justice qui le menace n’aille pas à terme.
               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 7 juillet 2012 13:22

              sam

              calmos est seulement du fn
              sa réaction est donc normale
              il n’a pas tourné la page de ce vieux monde
               smiley

            • Leo Le Sage 4 juillet 2012 12:38

              Vous dites : "Pendant ce temps, de nombreux pays européens au bord de la faillite, sont « soutenus » par les banques, qui leur prêtent, moyennant un taux de 7 ou 8%, de l’argent qu’elles ont obtenu au taux de 1%"
              Les marges des entreprises sont aux alentours de 5% [ceux qui sont rentables]
              La différence de prix est donc normale...
              Je ne comprends pas cette fixette rapide sur les banques.

              Vous oubliez qu’il doivent payer des impôts, le salaire des employés, le prix des investissements [amortissements], le coût de fonctionnement, etc.
              Je ne parle même pas des problèmes internes [vol de données par le biais des hacking].

              Vous dites : « Milton Friedman [...] n’ont cessé de dénoncer cette escroquerie »
              Il a dénoncé ? Source SVP ?
              Vous dites : "taxer les transactions financières, reprenant judicieusement la proposition faite en 1972 par James Tobin, idée qui n’a pas rencontré un avis favorable auprès des banques"

              Le contraire aurait été surprenant...

              Vous dites : "Voila qui pourrait résoudre le nouveau problème qui s’offre à François Hollande, à qui la Cour des Comptes vient d’apprendre qu’il doit trouver 33 milliards d’euros pour 2013"

              Non. Si il taxe les banques, cela va faire fuir les capitaux.
              Or, TOUTES les banques ont une filiale dans les paradis fiscaux.

              Vous dites :
              « la BCE (banque centrale européenne) est totalement indépendante du pouvoir politique »

              Ce qui est vrai

              Vous dites :
              « le pire est peut-être en effet en train de se préparer, ce qui doit surprendre Christine Lagarde »

              Elle sait que le pire est à venir. Elle le sait très bien.
              Si nous nous le savons elle elle sait : elle n’est pas bête pour tout dire.
              Elle ne cultive pas le « tout tout de suite »

              Un peu léger le contenu de votre page... C’est volontaire ?


              • soimême 4 juillet 2012 12:49

                < Je ne comprends pas cette fixette rapide sur les banques.> C’est tu n’as encore rien ce qui se joue là.

                A ton avis, il y a t’ il un véritable séparation des pouvoirs quand monde politique est subordonné aux marché financier ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 13:58

                léo

                léger ?
                ce que je trouve léger, c’est de demander des preuves de ce qui est écrit, alors que les liens ont été donnés...
                sur Christine Lagarde (je prend vos questions dans le désordre, désolé)
                vous sous-entendez qu’elle savait, et qu’elle aurait donc menti ?
                si encourager le mensonge est une qualité, je dois dire que nous n’avons pas les mêmes valeurs,
                en fin de compte, je crois surtout qu’elle a péché par ignorance.
                 smiley
                je n’ai pas dit incompétence, mais j’y pense fortement.
                sur les banques,
                bien sur elles acceptent difficilement des mesures contraignants, 
                tout comme un délinquant accepte difficilement de se retrouver derrière des barreaux
                quoi de plus naturel
                 smiley
                sur le couplet larmoyant de ces « banquiers qui doivent payer des impots » ça n’a pas réussi à m’émouvoir, lorsque nous savons les bonus qu’ils engrangent.
                faites moi plaisir, léo, faites en sorte de mériter le complément de votre pseudo.
                le ciel vous tienne en joie.
                 smiley


              • Leo Le Sage 4 juillet 2012 14:45

                @Par olivier cabanel (xxx.xxx.xxx.89) 4 juillet 13:58
                Vous dites : « ce que je trouve léger, c’est de demander des preuves de ce qui est écrit, alors que les liens ont été donnés »

                Je parle de la longueur de votre papier.
                De plus je ne vois pas de lien qui va vers Milton Friedman qui lui est pour l’ultralibéralisme [je fais un raccourcie mais c’est çà]
                Vous dites : « si encourager le mensonge est une qualité, je dois dire que nous n’avons pas les mêmes valeurs »

                J’ai l’air d’une personne qui encourage le mensonge ? Vous m’avez déjà un peu vu en vrai ? Hmm ?
                Vous n’oseriez même pas le sous entendre si vous m’avez vu.
                Elle n’est pas ignorante elle savait bien de quoi elle parlait.
                Elle n’a pas à dire tout et encore moins à s’étaler. C’est cela un ministre : gérer un pays.
                Je n’aime pas le mensonge car c’est une des sources des problèmes en France.
                Mais s’il fallait mentir pour obtenir le bon résultat à la limite je veux bien y donner du crédit.
                Elle elle est incompétente mais est au courant, très au courant...

                Rappelez moi un peu son mensonge car je ne m’en souviens plus.
                [Je crois qu’elle avait menti une fois puis a tenté de se rattraper]

                Vous dites : « elles acceptent difficilement des mesures contraignants »

                Si on contraint la tout de suite une banque elle pourrait faire faillite.
                Ce sont nos sous qui sont dedans pas seulement le votre.
                Il faut le faire par pallier. Créer des lois qui sont contraignantes par pallier.

                En politique, je parle de la vraie politique pas de ceux que vous voyez à la télé, il faut savoir négocier.
                Une négociation consiste à dire non d’abord sur une contrainte à venir, même si on sait que c’est inéluctable.
                Petit à petit on desserre les liens. Cela doit et va prendre du temps.

                Vous dites : « lorsque nous savons les bonus qu’ils engrangent »

                Vous êtes jaloux ?
                Moi çà me dérange pas les bonus. Si on ne leur donne pas ces bonus, ils iront tout simplement ailleurs les cerveaux des banques.
                Or, sur le long terme nous savons pertinemment qu’il y aura une pénurie chronique de compétence dans un grand nombre de domaines comme des spécialistes en ingénirie financière.
                C’est celui qui arrivera à tenir sa ressource humaine qui vaincra.
                Ce n’est pas pour rien que l’Allemagne, dont la croissance va pourtant baisser de manière drastique cette année, va jusqu’à faire de la pub pour convaincre les meilleurs de venir travailler en Allemagne.

                Je n’aime pas ce que font ces banques mais il faut choisir.
                Comme je l’ai dit : c’est quoi cette fixette sur les banques ?

                NB : Je mérite mon pseudo, il n’y a rien à ajouter dessus.


              • Leo Le Sage 4 juillet 2012 16:07

                @Par Actias (xxx.xxx.xxx.34) 4 juillet 15:21
                Vous dites : « le banquier il prend son crayon pour signer le contrat et ça y est »

                Vous n’y connaissez rien n’est-ce pas ?

                Non je ne vous blâme pas : j’ai ri et je respecte.

                Je n’insulte pas les ignorants, ni les autres d’ailleurs : cela ne fait pas partie de mon logiciel...

                Je ne frappe pas les faibles non plus : seuls les méchants risquent quelque chose avec moi... smiley

                Un banquier traite plusieurs dossiers, pas seulement le vôtre.

                [des centaines facilement pour une agence]

                Pour étudier un dossier il faut énormément de temps et souvent pour éviter les abus ils refusent systématiquement ceux qui n’entrent pas dans des critères mathématiques bien précis.

                [il faut une solvabilité de ceci, un temps de remboursement de cela]

                J’ai un ami qui dirige une agence.

                On s’était perdu de vu pendant quelques années et le jour où on s’est appelé/vu il me dit ceci :

                Le week-end il ne faut en aucun cas me déranger car les autres jour je n’ai vraiment pas le temps [de s’occuper de la famille].

                Comme toute élite qui se respecte il travaille minimum 12 heures par jours facilement...

                Vous dites : "il font vraiment de si petites marges ? alors comment vous expliquez que cette industrie soit celle ou les salaires sont les plus élevés (des qu’on dépasse le niveau standardiste ou petit analyste crédit) ?"

                Vous avez involontairement répondu à la question...

                Explication ?

                Figurez vous que mon père quand il dirigeait une boîte parmi d’autres, il était moins bien payé que certains de ses employés.

                C’est grâce aux quitus [jetons de présence] des conseils d’administrations et autres petits avantages qu’il tirait des sous.

                On le craignait car il était compétent mais l’argent c’est chez les subordonnés !

                Je ne parle même pas du fait que des patrons ne gagnent même pas le SMIG.

                J’en connais pas mais j’en ai entendu parlé.

                Si mon père ne m’avait pas raconté, j’aurais eu le même reflexe que vous.

                Maintenant que j’ai aussi vu comment cela se passe concrètement, je confirme.

                Je comprends que vous ne connaissez pas... Cela fait partie de ces choses que le petit peuple ne peut pas connaître.

                Il faut être dedans pour connaître...

                Désolé pour vous.

                Et là je ne fais que vous donner un simple exemple.

                Réellement c’est très compliqué.

                (Par exemple, pourquoi mon père est obligé d’aller dormir dans un hotel alors qu’il y a un pied à terre, etc.)


              • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:36

                léo

                je ne suis pas sur que ce soit à vous de juger si vous méritez votre pseudo.
                votre commentaire en apporte la preuve.
                 smiley

              • Leo Le Sage 4 juillet 2012 18:11

                @Par Actias (xxx.xxx.xxx.34) 4 juillet 17:39
                Vous dites : "Désolé vous n’êtes pas monté assez haut. Vous me parlez de petites agences bancaires, qui font le boulot de banquier traditionnel, du « retail », des basses oeuvres. Et encore, ils vivent pas tous aussi mal que votre pote."
                1/ Si mon pote le voulait il aurait été trader.
                J’ai un autre pote qui lui dirigeait une puissante agence.
                Il a eu la sagesse de la quitter. Son prétexte : pas bon salaire pour beaucoup de boulot.
                Les petites agences peuvent faire tomber une banque...
                Aucun des deux ne vit mal, c’est juste beaucoup de pression.
                Faire du chiffre quoi...

                2/ Je suis monté déjà très haut en parlant de mon copain.
                Il y a les affaires courante, puis les dossiers...

                J’ai un autre ami, il était seulement controleur de gestion.
                Un gars sérieux. Il me dit : « On ne prête qu’aux riches, et encore à certains riches »

                3/
                Un jour j’ai été bosser dans une banque où j’étais avec le gars qui avait le « bouton » de la trésorerie entre ses mains.
                Je me souviens encore d’un problème qui a eu lieu :
                Le Chef de Service de la Trésorerie avait dit au gars :
                « On a failli froler la catastrophe »
                Imaginez un gars qui a été distrait et qui a failli mettre au tapis une banque.
                (J’ai dit une banque pas une agence hein !)


              • Leo Le Sage 4 juillet 2012 12:54

                @Par soimême (xxx.xxx.xxx.146) 4 juillet 12:49
                Vous dites : « C’est tu n’as encore rien ce qui se joue là » ???
                Cette phrase je ne comprends pas...

                Vous dites : « A ton avis, il y a t’ il un véritable séparation des pouvoirs quand monde politique est subordonné aux marché financier ? »
                J’ai dit le contraire ?
                Sans les banques pas d’entreprise, sans entreprise pas de boulot.
                Tu aimes pointer au chomdu ?


                • soimême 4 juillet 2012 13:21

                  le mot compris qui à sauté.
                  < Sans les banques pas d’entreprise, sans entreprise pas de boulot. >
                   Oui bien sur, les banques à un rôle à joue, seulement il faut aussi voir comment les banque ont fagocités les États avec la complicité des politiques.

                  Car il s’agit bien d’un noueux coulant que nos hommes politiques ont mis dans la politique en privilégiant l’intérêt privé bancaire. Il y a un mariage contre nature entre la politique et la finance !

                   

                  ,


                • Leo Le Sage 4 juillet 2012 13:27

                  Vous dites : « un mariage contre nature entre la politique et la finance »
                  Ce n’est pas cela le problème. Le problème c’est l’absence [quasi absence pour les puristes] de règles sérieuses sur la régulation des banques.
                  De plus les lois anti-trust ne sont pas respectés.
                  Donc la concurrence n’est pas possible.

                  On considère qu’il n’y a de trust que lorsqu’il y a monopole ou quasi monopole [3/4 entreprises]
                  On ne veut pas admettre qu’à quatre ils peuvent faire une entente.


                • calimero 4 juillet 2012 22:09

                  On ne parle plus comme vous le faites de nos jours. Traduction en novlangue économique, en éléments de langage comme on dit maintenant :

                  Ces dernières années nous avons passé notre temps à distribuer de l’argent aux riches afin qu’ils soient plus riches.

                  Ces dernières années nous avons réduit la pression fiscale pour stimuler l’investissement.

                  Nous avons donné tout ce qu’ils voulaient aux banques et aux grosses entreprises.

                  Nous avons soutenu la croissance en réduisant les charges pesant sur les entreprises innovantes.

                  Nous avons appauvri les pauvres pour qu’ils deviennent plus pauvres.

                  Nous avons opéré une saine gestion budgétaire.

                  Nous avons étranglé économiquement les classes moyennes et endetté la nation.

                  Nous avons accru la compétitivité des entreprises et sauvé le pays de la crise.


                • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 22:21

                  caliméro

                  merci de cet humour saignant
                  je partage et remercie
                   smiley

                • spartacus spartacus 4 juillet 2012 13:52
                  Olivier, va donc à Caracas et interroge les gens sur la « démocratie », pour 800€ t’as un allez retour, ça t’évitera d’écrire des conneries sur le bonheur des habitants sous le soleil.

                  Le suffrage « universel » du Vénézuéla, y’a que les bobos qui y croient. Fraudes massives, Instrumentalisation de la TV. 
                  Le « grand frère » n’est qu’un vulgaire dictateur, passant du paternalisme à l’autoritarisme.

                  Il est important de savoir que ce pays n’est pas comparable aux autres par sa richesse de son sous sol. (1ère réserve mondiale).
                  Pour info : la situation actuelle du pays est identique qu’à l’époque ou il pris le pouvoir. On a vu une embellie économique entre 2003 et 2006, mais aujourd’hui, c’est une catastrophe. Une désindustrialisation importante et une destruction de l’outil de production du pétrole, qui tombe en désuétude faute d’investissements....Une incurie de gestion. Les nationalisations de 1999 seront surement revendue dans le futur a des groupes privé, tellement c’est le bordel.

                  Si tu veux parler d’une réussite sud américaine, parle donc du Brésil, mais là manque de bol, ils sont passé au libéralisme et ça c’est certain, les bobos rouge-verts de notre pays en ravalent leur chapeau.

                  • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 14:05

                    spartacus

                    dire des conneries ?
                    vous me semblez être un expert en la matière.
                    j’en prend donc acte.
                    ceci dit, au delà de l’injure facile, j’attend de vous de sortir des images toutes faites des « écolos-bobos » porteurs d’après vous de toutes les utopies, 
                    mais je tiens à vous rappeler que nous avons besoin de rêver pour les réaliser.
                    et l’utopie d’aujourd’hui est une réalité en tout cas pour l’Islande, tout comme pour le Venezuela.
                    à vous lire ?
                     smiley.
                    merci de vos contributions à apporter un peu d’humour (involontaire ?) a ces pages.
                     smiley

                  • kukkeli kukkeli 4 juillet 2012 16:13

                    Alors Spartacus, et vous même, êtes-vous allé au Venezuela ?


                    Moi j’ai de la famille la-bas... Il est certain que Caracas a toujours été une des villes les plus dangereuses du monde... Mais :

                    Chavez a fait passer dernièrement une loi sur le travail que j’aimerai bien voir appliquée en Europe...



                    Chavez a étatisé les banques du pays, il a viré les multinationales qui vampirisaient le pays ce qui a permis au Venezuela d’avoir enfin de l’argent pour faire des réformes. 





                    Peut-être que vous estimez que le Pérou est en meilleure condition ?


                    Et regardez ce reportage, au Brésil c’est pas triste non plus !
                    Les plus pauvres doivent donner de l’eau polluée par les pesticides de Monsanto à cause du soja planté en masse pour nourrir le bétail européen...


                    Bref, en fait je le trouve beaucoup plus démocrate que nombre de nos élus européens qui me dégoûtent de plus en plus...


                  • spartacus spartacus 5 juillet 2012 10:15

                    Bonjour,

                    Merci mais il m’arrive d’aller au Venezuela pour le Business. 
                     
                    Il n’y a pas de démocratie au Vénézuéla mais du clientélisme, par un saupoudrage des revenus du pétrole.
                    Arroser la nomenclatura avec des ressources du sous sol n’est applicable que dans les économie socialistes. En france je crois pas que nous ayons de telles réserves.
                    Tu crie fort tu as, tu te tais t’as rien...
                    A la TV le despote est omniprésent.

                    Pour le Brésil, le libéralisme a permis en peu de temps de donner a manger à sa population...

                    Quand même meilleur exemple de démocratie que le Vénézuéla et d’accès aux richesses.. 




                  • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:39

                    Actias

                    je vous avoue que je ne vois pas trop le lien entre le fhaine et jovanovic,
                    si on peut critiquer sa position pro nuk, ça n’en fait pas pour autant un piètre économiste.

                  • Nestor 4 juillet 2012 15:33

                    "Pendant ce temps, de nombreux pays européens au bord de la faillite, sont « soutenus » par les banques, qui leur prêtent, moyennant un taux de 7 ou 8%, de l’argent qu’elles ont obtenu au taux de 1%".

                    J’ai cru comprendre qu’il a été prêté à la Gréce 380 milliards d’euros.
                    Si cet argent qui a été prêté à la Grèce l’a été à 8% par des banques ... Un petit calcul dans lequel je peux bien sûr me tromper ...

                    380 milliards de prêté à 8% ça fait autour de 30 milliards d’intérêts ...

                    Polulation gréque → 11 125 200 (en 2006) on va prendre 12 000 000 pour le calcul suivant ...

                    30 milliards /12 millions = 2500 euros d’intérêts par habitants ... (du vieillards au nouveau né) ...

                    Oui là pas de problème c’est clair ... Sur la Grèce les banques s’engraissent !

                    Sinon les intérêts plus le capitale [480 + 30 = 510 milliards]
                    510 milliards/12 millions = 42 500 euros intérêts plus le capitale par habitants ... (du vieillards au nouveau né) ...

                    Courage gardez l’espoir ami Grecs ... Quand on nous parle de certaines utopies ... Je ne savais pas que les banques tout comme la BCE avaient repris les slogans de mai 68 ... Soyez réalistes, demandez l’impossible ... Jouissez sans entraves  !


                    • lsga lsga 4 juillet 2012 16:24

                      Quand on nous parle de certaines utopies ... Je ne savais pas que les banques tout comme la BCE avaient repris les slogans de mai 68 ... Soyez réalistes, demandez l’impossible ... Jouissez sans entraves  !


                       smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley 

                    • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:41

                      Nestor

                      merci pour cette éclairante contribution.
                      vous avez parfaitement démontré le mécanisme malhonnête des banksters.
                       smiley 

                    • kukkeli kukkeli 4 juillet 2012 15:40

                      Merci pour cet article Olivier !


                      De toutes façons gauche ou droite ne veulent plus rien dire... Tous dans le même panier. Un socialiste millionnaire, hahaha ! La politique comme elle est aujourd’hui est totalement inepte et il faudrait passer au tirage au sort. La constitution devrait être écrite par le peuple et non par les élus. 


                      L’Europe est sans issue, avec des lois de plus en plus destructrices ( Semences, OGM, soins par les plantes, cultivateurs... banques et MES...).
                      vivement que ça cesse !


                      • olivier cabanel olivier cabanel 4 juillet 2012 17:43

                        kukkeli

                        merci de l’avoir apprécié, c’est sympa.
                        ceci dit, je ne met pas dans un même panier la droite (en tout cas, celle de sarko) et la gauche,
                        donnons lui une chance d’appliquer le programme proposé avant mai 2012, et puis nous jugerons sur pied.
                        non ?
                        en tout cas, il est vrai que de nombreuses lois européennes ne passent pas.
                        vivement que ça change.

                      • BOBW BOBW 4 juillet 2012 16:04

                         Un bonne nouvelle de dernière heure pour changer : 

                        le Parlement européen a voté contre le traité de lutte contre la contrefaçon ACTA, 

                        OUF !


                        • kukkeli kukkeli 4 juillet 2012 16:20

                          Bon j’aime pas trop ce Friedman si c’est le même que celui de la « stratégie du choc » de Naomi Klein... Il est même totalement détestable. D’ailleurs je trouve que l’on suit trop ses préceptes dans cette Europe bien malade, privatisation à tout crin, ça craint vraiment ! Changeons de docteur pitié !




                          • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 16:31

                            Ah vous aussi vous trouvez ça bizarre ! Moi je dis que Cabanel est devenu ultra-libéral, le virus lui a bouffé la tête !
                            Méfiez-vous.... Ca peut vous arrivez aussi... Vous n’auriez pas été égoïste ces derniers jours, par exemple en prenant une place de parking vite fait sans regarder si quelqu’un de moins chanceux que vous n’en avait pas besoin ?
                            Ca commence comme ça, et puis après...


                          • lsga lsga 4 juillet 2012 16:35

                            vous êtes vraiment des Kav, utilisez les auteurs de l’adversaire pour argumenter, c’est d’une violence délicieuse. 


                             smiley smiley

                          • robespierre55 robespierre55 4 juillet 2012 16:24

                            Pardon Olivier, je débarque et je n’ai pas encore lu mais le titre m’a fait marrer.

                            Je voulais te remercier (au moins) pour ça.

                            Même si les informations sous-jacentes ne sont pas aussi drôles.

                            Amicalement,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès