• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Plus de riches, de plus en plus riches... et après ?

Plus de riches, de plus en plus riches... et après ?

Amorçons cette analyse sur la concentration de la richesse - du patrimoine - du capital en général - par la relation de la dernière compilation mondiale des milliardaires de la planète. Le magazine Forbes a raison de faire cette compilation à l'échelle internationale car l'économie capitaliste est aujourd'hui globalisée et mondialisée.

 

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/plus-de-riches-de-plus-en-plus-riches-et-apres/

 

 La désignation de l'origine nationale de ces milliardaires actionnaires de vastes entreprises multinationales n'a plus d'intérêt. Nous savons que ces 1 826 milliardaires, cumulant 7 050 milliards de dollars de capitaux proviennent de soixante six (66) pays différents. Mais le plus significatif est qu'ils sont reliés entre eux (leurs capitaux sont reliés entre eux) via des conseils d'administration cooptés, des échanges d'actions, des contrats d'approvisionnement, des ententes de non-concurrence et de partage des marchés. Ils ne forment qu'une seule et vaste oligarchie mondiale (une classe sociale en soi et pour soi) complice, mais aussi concurrente, pour le partage des marchés, des espaces de ressources et des secteurs de spoliation de la plus-value prolétarienne. Voilà une résultante évidente du stade impérialiste du mode de production capitaliste.  

 

**********

 

" Le monde compte un nombre record de milliardaires, de plus en plus riches. Le plus fortuné de tous étant l'Américain Bill Gates, selon le classement 2015 du magazine Forbes, publié le 2 mars 2015 (1). Liliane Bettencourt est la première Française en décrochant la 10e place. Voici les principaux enseignements de ce classement" (2)...

 

Des Français bien placés

"Âgée de 92 ans, l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt gagne une place avec 40,1 milliards de dollars, grâce à un gain 5,6 milliards par rapport à 2014. Toujours chez les Français, Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, est 13e, avec 37,2 milliards de dollars (33,5 en 2014), suivi de Patrick Drahi, président de la multinationale des télécommunications Altice (57e, 16 milliards), de Serge Dassault (62e, 15,3 milliards) et François Pinault (65e, 14,9 milliards)."

"En comparaison, la bonne tenue du secteur de la technologie et l'augmentation du dollar par rapport à l'euro ont renforcé la position des Américains dans le classement 2015 : ils sont 536 à y figurer, suivis de la Chine (213), de l'Allemagne (103), de l'Inde (90) et de la Russie (88). L'Europe compte 482 milliardaires (prendre note que le capital de ces milliardaires n'est souvent pas localisé ni valorisé dans le pays inscrit sur leur passeport, d'où l'inanité de les classer par nationalité). 

 

Toujours plus de riches

En un an, la fortune de Bill Gates, co-fondateur de Microsoft à augmenter de 3,2 milliards pour s'établir à 79,2 milliards de dollars. Le Mexicain Carlos Slim, magnat des télécommunications, numéro 2 du classement, a vu sa fortune passer de 72 à 77,1 milliards de dollars, et celle de l'homme d'affaires américain Warren Buffett a bondi de 14,5 milliards de dollars en un an, pour atteindre 72,7 milliards, ce qui lui permet de décrocher la troisième place. Il relègue à la quatrième place l'Espagnol Amacio Ortega, fondateur de la marque de vêtements Zara (64,5 milliards, +0,5 milliard de plus qu'en 2014). Le 5e reste Larry Ellison, le fondateur d'Oracle, avec 54,3 milliards de dollars."

 

**********

 

"Au total, la liste de Forbes compte cette année un nombre record de 1 826 milliardaires, contre 1 645 l'an dernier, dont 46 ont moins de 40 ans. Les 17 premiers ont tous vu leur fortune augmenter depuis l'an dernier. Et la richesse cumulée par ces ultra-riches atteint désormais 7 050 milliards de dollars, contre 6 400 en 2014

La plupart de ces milliardaires (1 191) précise Forbes, ont construit leur fortune. Seulement 230 en ont hérité, et si 405 en ont au moins partiellement hérité, ils travaillent à la faire fructifier. Il faut aussi noter que 138 riches de l'an dernier (2014) ont vu leur fortune diminuer et sont donc sortis de la liste en 2015 (...)" Enfin, la distribution géographique de ces capitalistes est de plus en plus diversifiée, effet de l'intégration impérialiste mondiale de l'économie internationale. On retrouve un ou des milliardaires dans une centaine de pays répartis sur tous les continents.  

 

Facebook, Snapchat, Uber : machines à cash

"À 30 ans, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, entre dans le top 20, désormais 16e avec 33,4 milliards de dollars (contre 28,5 l'an dernier). Le plus jeune de la liste est le Californien Evan Spiegel, 24 ans, PDG de Snapchat, l'application de messagerie éphémère qu'il a créés en 2011 avec Bobby Murphy, 25 ans. Tous les deux occupent la 1250e place du classement, avec une fortune estimée à 1,5 milliard de dollars. Parmi les moins de 40 ans figurent aussi les deux fondateurs d'Uber, l'application lancée en 2009 qui permet d'appeler une voiture avec chauffeur : Travis Kalanick, 38 ans, et Garrett Camp, 36 ans, sont ex aequo à la 283e place (5,3 milliards). Le PDG d'Uber Ryan Graves, 31 ans, est 1324e (1,4 milliard)."

 

**********

 

D'où provient la richesse accumulée par ces milliardaires sur papier ?

Il faut d'abord souligner que sous le mode de production capitaliste (MPC) seule la production de marchandises (produits ayant une valeur d'usage) génère de la valeur d'échange. Échanger des actifs à la bourse ne constitue aucunement une activité productive génératrice de plus-value et ne peut donc aucunement valoriser le capital et générer des profits. D'où vient donc le renchérissement des actions de Mark Zuckerberg Président de Facebook ? Ce renchérissement de cinq milliards de dollars en un an provient pour partie de l'échange spéculatif d'actions entre traders et pour partie de la mise en marché d'actions que des fonds de pension et des compagnies d'assurance, dont les ressources proviennent des salariés, ont effectuées. Aucune valeur nouvelle n'ayant été créée, alors que la "valeur" au livre des actions de Facebook a augmenté, ceci signifie que le jour de la liquidation de l'entreprise chaque actionnaire direct ou indirect se retrouvera avec quelques sous par action, comme il en fut pour les compagnies Nortel, Enron et pour d'autres. 

Dans le cycle de reproduction du capital la valeur argent sert de talisman visant à permettre le cheminement de la valeur (sa transformation momentanée) d'une forme concrète (marchandise) en une forme abstraite (écrits comptables, ou argent sonnant, ou plus souvent, argent virtuel ou crédit), puis, à nouveau sous une forme concrète (moyens de production) et ce, sur un marché globalisé et mondialisé de plus en plus volatil et compliqué à gérer où marchandises concrètes s'entremêlent avec ses représentants (la marchandise argent sous toutes ses formes comme nous venons de le souligner). Donc, sur quelle production de marchandises (de valeur et de plus-value en définitive) se fonde la fortune de la plupart de ces 1 826 milliardaires ? L'examen de la liste Forbes permet de constater que la plupart de ces richissimes on fait fortune dans les services tertiaires, les télécommunications, l'informatique et les technologies, la publicité ou la commercialisation - transport et livraison - des marchandises.

 

Concentration de "richesses" qui manifeste la phase impérialiste du capitalisme

Tout ceci atteste qu'au cours de la phase impérialiste du développement du mode de production capitaliste (MPC) le capital financier parvient à s'accaparer d'une grande partie de la plus-value générée au cours du processus de production-transformation-commercialisation des marchandises qu'ils contribuent à valoriser (3). Puis, quand ce circuit se tarit et que la plus-value ne parvient plus à se réaliser et que la composition organique du capital poursuit sa montée, réduisant d'autant la profitabilité globale du capital social, le capital financier n'a d'autre choix que de forcer la poursuite du cycle de circulation du capital (pour ne pas paralyser et s'effondrer) par le moyen de l'impression de monnaie de pacotille et l'expansion du crédit - c'est-à-dire, engager aujourd'hui de la "valeur" qui ne sera pas produite demain, jusqu'à l'éclatement de la bulle spéculative de ces actifs toxiques globaux et mondiaux (dettes boursière, bancaire, personnelle et gouvernementale). Voilà le processus économique qui définit le stade impérialiste spécifique au mode de production capitaliste. Spécifique dans son développement et ses caractéristiques, mais non pas dans ses manifestations d'expansion et d'agression (4). 

La puissance capitaliste états-unienne étant la plus achevée - la plus avancée dans ce processus "impérialiste" - (qu’elle soit ou non la plus puissante n'a ici aucune importance) - c'est donc la puissance américaine qui montre les stigmates de dégénérescence impérialistes les plus prononcées. Ainsi, Les États-Unis comptent 536 milliardaires spéculatifs - et le plus fort taux de concentration monopolistique du capital, alors que l'Europe, la première grande puissance économique mondiale, et la plus ancienne - mais la deuxième plus achevée - des économies impérialistes mondialisées - en compte 482. La Chine, nouvellement entrée dans le circuit de dégénérescence impérialiste globalisée et mondialisée en compte 213, mais sa croissance est fulgurante. Dans quelques années la Chine aura rejoint ses deux grands concurrents et partenaires dans le peloton de tête des puissances internationales à moins que la Grande Dépression, puis la guerre mondiale n'aient brisé ses visées expansionnistes inévitables. 

 

La crise systémique du capitalisme

Étant donné que ce transfert de valeur - de capitaux - a lieu dans la sphère tertiaire - financière - commerciale - c'est dans cette sphère que s'accumule le capital sous sa forme argent (titre, actions, obligations, produits boursiers dérivés, monnaies (QE), etc.). C'est aussi l'indication que c'est cette sphère hyper-surévaluée et agitée qui s'effondrera en premier quand le crédit (l'argent fictif) qui lui sert de support abstrait et de talisman s'évaporera redonnant tous ses droits au procès de production concret, assise réelle de la valorisation du capital dans le mode de production capitaliste (MPC). Pensez donc la masse de capital accumulé dans cette sphère largement spéculative est passée de 6 400 milliards de dollars en 2014, à plus de 7 050 milliards de dollars en 2015 (ne comprenant que la fortune des milliardaires recensés par Forbes auxquels il faudrait ajouter la fortune des milliers de millionnaires du monde entier). Cette concentration de "valeur" bidon, de capital fictif a lieu alors même que l'économie mondiale périclite globalement. Comme nous l'écrivions dans un récent article, ceci explique pourquoi : " Le capital fuit les États-Unis et l'or aussi " (5).

La raison de ce transfert de capitaux ne serait-elle pas que les cambistes, traders, banquiers, financiers et milliardaires "d'occasions" sentent venir le vent de la chamade boursière-bancaire-fiduciaire et ils courent se réfugiés sous d'autres paradis fiscaux où la crise inexorable ira les rejoindre soyez sans crainte. Car le jour de la Grande Dépression il n'y aura nulle part où dissimuler sa fortune de pacotille, que cette dernière soit libellée en dollar, en euro, en yen, en yuan, en Franc ou en denier. Si on peut dissimuler ses actifs papier au fisc, on ne peut dissimuler ses usines, ses infrastructures, ses édifices et autres moyens de production à la crise systémique du capitalisme (6). 

 

Que faire ?

La classe prolétaire doit-elle s'inquiéter de ces manipulations financières délétères ? Au contraire ! La classe des prolétaires n'a aucun pouvoir sur les instances économique, politique et idéologique du mode de production capitaliste et elle ne doit surtout pas en chercher, ce qui serait de toute façon totalement désespéré. Le mode de production capitaliste n'est pas en crise par la faute de l'incompétence des hommes d'affaires qui le gouverne, mais à cause des contradictions qui limite absolument son développement. La classe prolétarienne n'y peut rien et ne saurait pas davantage faire fonctionner ou réformer ce bateau ivre voguant vers l'abysse. Au contraire, la classe ouvrière doit ramer fort pour que ce bateau fou échoue, se fracasse et sombre corps et biens afin de construire sur ces ruines un nouveau mode de production.

 Les gauchistes atterrés, les petits-bourgeois réformistes frustrés, les bobos paupérisés protestent contre l'inégale répartition de l'usufruit de ces enchères boursières éventées et s'esclandre contre les milliardaires propriétaires de ce vent spéculatif gonflé à "l'hélium argenté" ; contre ces riches qu'il faudrait taxer afin de redonner ces royautés aux pauvres affamés. Ces plumitifs se gourent royalement. Quand la bulle financière explosera comme elle le fait régulièrement - mais cette fois plus drastiquement qu'avant - la conflagration étant toujours au diapason de la mystification - alors, toute cette richesse de pacotille s'évanouira et il n'y aura plus grand-chose à taxer, que les revenus des salariés spolier comme à l'accoutumée.

C'est le mode de production capitaliste tout entier qui et en cavale, et l'unique solution est de changer de mode de production pas de réparer l'irréparable "citron" en crevaison.  

 

______________

 

(1) http://www.forbes.com/billionaires/list/ et https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_milliardaires_du_monde  

(2) Source de l'article : http://www.francetvinfo.fr/monde/classement-forbes-bill-gates-toujours-le-plus-riche-liliane-bettencourt-premiere-francaise_838533.html

(3) À paraître. L'impérialisme sous le capitalisme.

(4) À paraître. L'impérialisme sous le capitalisme.

(5) Le capital fuit les États-Unis et l'or aussi. ( Septembre 2015) http://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-capital-fuit-les-etats-unis-et-lor-aussi/

(6) Contestation du dollar comme monnaie du commerce international (septembre 2015)

Pour un complément d'analyse économique sur le sujet, lire également http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

148 réactions à cet article    


  • eric 25 septembre 2015 09:38

    Depuis 1867(Le Capital) ce qui a changé, c’est le rajout du mot Internet dans le raisonnement pour dire qu’en réalité cela n’existe pas vraiment....

    Songez que nous nous situons sous Napoléon III en France.... !
    Un époque de fantastique progrès social sous l’effet de l’expansion du « capitalisme » et d’un gouvernement intelligent. https://fr.wikipedia.org/wiki/Second_Empire#Caract.C3.A9ristiques_.C3.A9conomiques_et_sociales_sous_le_Second_Empi re
    On pense notamment aux progrès de l’instruction. Notamment dans le primaire. Un nombre croissant de citoyen maitrise la règle de trois.

    Quel retour en arrière !

    L’auteur constate des croissance de l’ordre de 15% dans les domaines les plus en pointe de l’économie et s’en indigne..... !

    Mais nous parlons d’un type qui décrit « une classe sociale en soi et pour soi », constituée par des gens divisés par des antagonismes égoïstes et une lutte à mort pour le profit individuel....

    Les progrès de l’enseignement que nous devons à ce grand Empereur sont donc remis en cause tant dans le domaine scientifique que dans les humanités. Du reste, PISA nous avait mis en garde. Tant que l’école primaire ne reviendra pas aux fondamentaux, nous auront des gens comme l’auteur de ce papier.


    • soi même 25 septembre 2015 12:29

      @eric, merci de remettre les pendule à l’heure, il y a pas de doute même si cela en apparence tous ces enrichissements soit plus où moins légale, c’est du vol de haute volé.
      En même tant , je les peins ses milliardaires, car donné libre cours à son égoïsme sans freins finie toujours par se vengé tous où tard !
      Par ailleurs c’est du vole car ses sommes devraient circuler dans le social et c’est si peut le cas, à terme ses fortunées se condamnent à disparaître.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 14:58
      @eric
      Il n’y a aucune croissance de l’ordre de 15% dans les domaines les plus en pointe de l’économie monsieur ÉRIC.

      Si vous avez compris cela de mon papier c’est que vous avez échoué votre primaire - faudrait revoir.

      Je dis explicitement que toute cette supposée croissance n’est que vent - fumée - capital inexistant - qui s’évaporera lors de la Grande Dépression qui s’annonce comme au temps du Second empire - après l’accalmie la tempête et cela ne dépend pas de moi ... je n’ai aucun pouvoir pas plus que vous d’ailleurs.

      Que le privilège de voir clair et de savoir lire la couleur du temps dégénérescent.

      Robert Bibeau
      Directeur LES7DUQUEBEC.COM


    • Robert GIL Robert GIL 25 septembre 2015 09:47

      Trés peu de gens ont l’air de se rendre compte que les riches nous coutent de plus en plus cher, et qu’alors nous n’avons plus les moyens de les entretenir, au contraire, nous continuons a faire des cures d’austerité et a nous serrez la ceinture pour continuer a deverser des milliards dans leur poches comme dans un puits sans fond !
      .
      pour essayer de cerner le probleme, voir ICI
      .
      les plus septiques peuvent également consulter cette serie d’articles
      .
      Evidement, il est plus facile, intellectuellement, d’ecouter la propagande médiatique et gouvernementale et ensuite de reporter la faute de nos problemes (ainsi que de notre inaction et de notre lacheté), sur les etrangers, les chomeurs, les fonctionnaires ... ou notre voisin !


      • eric 25 septembre 2015 09:57

        @Robert GIL C’est à l’évidence faux. Il y a dans le pays de l’auteur, un État beaucoup plus libéral, plus de riches en proportion, beaucoup moins de fonctionnaires, mais aussi de chômeurs, plus de croissance, plus de migrants mieux accueillis.

        A quantité de riches inférieure, notre pays s’en tire plus mal : conclusion logique, soit il nous faut plus de riches, soit le facteur de paupérisation, ce ne sont pas les riches mais d’autres catégories sociales plus nombreuses chez nous. ... Bon déjà, nous savons qu’il ne s’agit pas des migrants...


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 15:08
        @Robert GIL
        MERCI DE VOTRE INTERVENTION ROBERT

        Je dois cependant m’objecté. Il n’est pas juste, il n’est pas équitable de s’en prendre aux pauvres gens, aux travailleurs, aux salariés pour le développement inexorable du mode de production capitaliste en panade.

        1) Ce développement des contradictions du mode de production est imparable - inévitable - inscrit dans les gênes du système

        2) Tous ces gens - ces salariés - ces prolétaires n’ont AUCUN pouvoir - aucune prise sur les événements - sur les politiques - et les politiciens - qui de toute manière n’ont eux aussi aucune prise sur la crise systémique du capitalisme.

        3) J’écris cet article pour que chacun comprenne qu’il est futile d’envier les milliardaires - et d’espérer les empêchés DE NOUS COUTER CHER - On n’y peut rien et ce serait inutile d tenter de les taxer, de leur arraché des capitaux qu’ils ne possèdent même pas (ce n’est que du vent)

        4) Que faire alors ? Se préparer fébrilement à résister chacun dans son atelier, son emploi, faire grève et préparer les barricades pour le jour ou nous réglerons définitivement nos comptes avec ce mode de production que nous devrons jeter bas.


      • marmor 25 septembre 2015 18:09

        @Robert Bibeau
        Le patrimoine immobilier de B Arnaud, ce n’est pas que du vent ......


      • mmbbb 27 septembre 2015 12:45

        @Robert GIL 

        D’accord peut etre  mais vous ne pourrez pas empecher les minettes d’aller dans les magasins Zarra ou autre Meme les filles de prolos en revent et le patron de Zarra fait travailler les petites mains dans le monde L’acheteuse n’a rien a cirer des conditions de travail Quant a Bil gates il a legue 90 % de sa fortune dans sa  fondation Rien ne nous empechait en France de construire des ordi Thomson qui fut finance par l’etat a rate le coche de la micro Dès qu il s’agit d’une direction sous tutelle de l’etat il y a toujours un train en retard avec la realite et la demande Et oui il en est ainsi comme Internet ou nos tetes grises ont mise sur le minitel Idem pour Google ou deux etudiants en 1995 ont cree un moteur de recherche ect etc  Quant a Mittal notre arrogance nous a perdu cette societe fut rachete par un Indien J’ai un peu d’epargne mais il est difficile en France d investir en action dans un une societe francaise Alsthom n’est plus francais et tout le monde pleure


      • eric 25 septembre 2015 09:51

        A la manière de

        « De moins en moins de Marxistes de moins en moins marxiste, et après ? »

        Alors que la pensée marxiste atteint le fond, avec des penseurs qui définissent comme classe sociale un ramassis de quelque centaine de personne en rivalité à mort pour quelques sous supplémentaires, on peut se demander ce que seront les formes à venir des idéologies pour classe moyenne fonctionnarisée, tentant de justifier leur prélèvement disproportionné sur la plus valu par rapport à leur utilité sociale ?

        Au Canada, le libéralisme a su assuré croissance, emploi, avec forte immigration et donc on peut se permettre de financer ces inutiles. Mais en France ? La croissance gigantesque des crédits pour la soi disant « formation des adultes » est parallèle à la croissance du chômage.

        Les "formés sont de plus en plus indignés. Tous le monde comprend que quand le budget de la famille de Léonarda est de 500 000 euros, ce n’est pas la dite famille qui touche le fric, mais bien les formateurs, animateurs sociaux etc...

        Quand l’État voit passer entre ces mains 57% du PIB avec les résultats que l’on connait, il est urgent pour ceux qui vivent de ses subsides de beaucoup parler de Madame Bettencourt qui en produit de l’ordre de 0, 013%...

        Mais cela ne fonctionne plus guère.

        C’est pourquoi après les alterarchèiomarxistes pour lesquels la vie s’est arrêtée sous Napoléon trois ( ils décrivent le monde exactement dans les mêmes termes !) viendront les intersectionalistes. Taper le mot intersectionnalité sur Google pour comprendre à quel point ces publics sont la dedans à fond la caisse en ce moment.....
        Des articles comme ci-dessus, c’est déjà lourdingue, mais le pire est devant nous... !


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 15:19
          @eric
          ÉRIC est le porte parole des rentiers paupérisés - cette couche sociale - qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez.

          Éric affirme « Au Canada, le libéralisme a su assuré croissance, emploi, avec forte immigration et donc on peut se permettre de financer ces inutiles. »

          Cela est totalement faux - et le Canada est entré en récession depuis 6 mois, une autre direz-vous - et le chômage est endémique et les services sociaux sont détruits par l’État des riches capitalistes dont certains sont répertoriés par le magazine FORBES.

          Il est exact que l’État brasse 57% du PIB ce qui permet de mieux comprendre que la soi-disant fortune d Madame Bettencourt n’est que du vent - et mon article ne vise pas à crier sus aux milliardaires - au contraire - je dis laisser tomber ces éperviers - de mauvaises gens on s’entend mais c’est leur État à leur solde qu’il faut détruire - non pas demander quelque aumône supplémentaire à cette galère mais la détruire - l’abattre cette galère mortifère.

          Suggérez à Éric de retourner apprendre la lecture au primaire - il parle d’un texte que je n’ai jamais publié...

          Robert Bibeau
          Directeur LES7DUQUEBEC.COM
           
           

        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 septembre 2015 21:00

          @Robert Bibeau
          Les 50% de la richesse produite sert en France, (ou servait), à la redistribution, sous forme de services publics, de Sécurité sociale, d’aides sociales, de retraites par répartition etc. Le modèle social français était issu du Conseil National de la Résistance.
          Les Français sont particulièrement attachés à la solidarité nationale.
          Importance des biens publics par Vershave.


          Tout cela est dans le collimateur de la Commission européenne et du MEDEF, qui attend la destruction du modèle social français depuis 1945 !

          Le problème, c’est que ceux qui attendent le Grand soir, n’ont aucun plan B, si le Grand soir n’arrive pas... Les Grecs qui ont fait plus de 20 000 manifestations, ils sont maintenant ruinés, et ne se tournent pas davantage vers le Parti Communiste grec, pourtant connu de tous.

          L’auteur a une drôle de conception de la Gauche. Au lieu de défendre les acquis, il conseille de n’en rien faire, d’attendre que tout s’effondre, que la Révolution lui donne enfin le poste d’apparatchik qui lui revient de droit...

          Au fond, il pratique la politique du pire, en croyant que du pire sortira le meilleur.
          Il faudrait pour cela que le marxisme, en plus d’une excellente analyse du capitalisme, ait convaincu les populations que le stalinisme ne reviendra pas. Ce qu’aucun Parti communiste, ou marxiste, ou trotskyste, après le rapport Khrouchtchev, n’est capable de garantir.... 

        • aimable 25 septembre 2015 10:00

          la vraie richesse est produite par le travail , l’ innovation et la création de nouvelles technologies , la richesse par spéculation c’est du vent produit par des escros , qui gonfle la baudruche et tout le monde connais l’effet quelle produit quand elle explose .
          beaucoup de ces riches sont des baudruches !
          beaucoup vivent avec du virtuel au crochets de la vraie richesse , ce sont des parasites et notre société en meure !


          • Spartacus Spartacus 25 septembre 2015 11:15

            @aimable
            La spéculation c’est simplement de l’anticipation....

            La spéculation vient du latin « spéculare » qui veut dire « prévoir ».

            Quand l’ouvrier va travailler le matin il « spécule » qu’il obtiendra un salaire à la fin du mois.
            Quand tu te marie tu « spécule » que c’est cette femme qui te rendra heureux.....

            En fait c’est l’inverse......
            La spéculation est un élément fondamental humain de création de richesse...

            La monnaie, les actions sont des vulgaires consommables comme des carottes ou des voitures...
             

          • oncle archibald 25 septembre 2015 11:28

            @Spartacus : ce que veut dire Aimable c’est que faire du fric avec du fric c’est « du vent », la « vraie richesse » est celle directement produite par le travail des hommes. Et j’en suis bien d’accord. 


            Et c’est de cette disparité monstrueuse entre les revenus du travail et les revenus du capital qui est la cause des dysfonctionnements de notre société du XXI eme siècle.

            Qu’il faille « du capital » pour que ceux qui n’en ont pas puissent travailler, c’est incontournable. Que ce capital et la prise de risque soient rémunérés, c’est normal. Que la spéculation boursière géré par ordinateur à la nanoseconde près soit une source de profits bien plus grands que ceux produits par le capital investi dans l’outil de travail et par le travail lui même c’est à mes yeux une abérration qui devrait être corrigée d’urgence.

          • JL JL 25 septembre 2015 11:31

            @aimable

             
            ’’faire du fric avec du fric c’est « du vent », la « vraie richesse » est celle directement produite par le travail des hommes. ’’

            En effet, faire du fric avec du fric c’est un jeu à somme nulle : les bulles sont le phénomène qui masque cette réalité.

          • aimable 25 septembre 2015 11:58

            @Spartacus

            quand on ne veut pas comprendre on essaye de noyer le poisson
             là c’est raté


          • Spartacus Spartacus 25 septembre 2015 12:48

            @aimable

            En fait « faire du fric avec du fric » au nom de quoi cet ostracisme de la manière de gagner de l’argent ?
            Vous avez un problème avec l’argent ?
            Mais c’est pas le votre ! 

            Personne ne vous interdit d’en faire pareil. Il n’y a pas de monopole ni de licence ni de barrière ou statut pour y avoir accès.

            Y’en a qui font du fic avec des outils, d’autres avec des logiciels, d’autres avec de l’écriture.....

            Il est largement bien plus scandaleux de faire du fric avec un statut ou d’un droit de monopole.

            Bien plus scandaleux de disposer de rente du fric de l’état par simple titre de noblesse d’état au simple mérite individuel d’avoir une fois dans sa vie réussit un concours d’entrée de statutaire......

            L’argent c’est un consommable comme un autre. 
            Le seul vrai problème c’est son monopole étatiste. 
            Pas son utilisation....

          • aimable 25 septembre 2015 13:11

            @Spartacus

            je vous laisse avec votre morale qui n’est pas la mienne
            je n’ai pas de problème avec l’argent, ce que j’ai me suffit
             je ne vis pas dans les paillettes et quand l’argent est le fruit du travail ce n’est pas un consommable comme un autre je désolé


          • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 15:42
            @oncle Archibald

            Merci our votre intervention Archibald

            Vous avez TOTALEMENT raison « faire du fric avec du fric = du vent spéculatif de la richesse inexistante »

            Par contre vous faites fausse route en affirmant qu’il faille du capital pour fabriquer du travail !?...

            De fait c’est le contraire - il faut du travail pour produire du capital qui sera revaloriser (enrichi de plus-value - de travail non payé à l’ouvrier) pour grossir le capital et lui permettre de vampiriser le prochain travail anticipé (spéculer dirait Spartacus).

            Voyez-vous le problème n’est pas que LA DISPARITÉ MONSTRUEUS DANS LA RÉPARTITION DE LA RICHESSE ENTRE MILLIARDAIRES ET TRAVAILLEURS. Non le problème du capitalisme n’est pas en cela. ÉRIC ne le comprend pas mais ce discours éculé date de Proudhon - des socialistes utopistes PRÉ-MARXISTES que la go-gauche contemporaine a repris - (reniant Marx) de la Deuxième Internationale bourgeoise.

            Le PROBLÈME du mode de production capitaliste c’est qu’il ne parvient plus à enrichir ses riches. Je croyais que vous l’aviez compris à la lecture de mon papier.

            Robert Bibeau
            Directeur LES7DUQUEBEC.COM



          • oncle archibald 25 septembre 2015 16:17

            @Robert Bibeau : j’ai plus de 70 ans et je viens du monde rural, mon grand père a été l’un des fondateurs de la deuxième coopérative viticole qui aité té construite en France.


            Pour faire du vin il faut des vignes et la terre est chère si l’on n’en a pas hérité. Il faut aussi des locaux agricoles, du matériel de culture et de vinification. Les « petits propriétaires » ne pouvaient pas acheter tout ce matériel et la mise en commun des locaux et du matériel a été une « révolution ». 

            C’est cela que j’entends par le capital d’une entreprise. Et personne n’investira un centime si ce n’est pour en tirer un bénéfice. Pourtant sans ce « capital » comment « finaliser » son travail ? A condition que la rémnération des uns et des autres soit « convenablement répartie » je ne vois personne vampiriser qui que ce soit dans le « système » qui comprend ceux qui « investissent » pour acheter de la terre, des caves, des pressoirs, des cuves etc … et ceux qui « travaillent » physiquement pour cultiver la vigne, ramasser les raisins, vinifier ; vendre etc etc. 

            L’idéal est bien entendu que ce soient les mêmes, mais si je vois vivre autour de moi des viticulteurs qui possèdent terres, matériel et caves (en général parce qu’ils en ont hérité, un jeune agriculteur n’arrivera jamais à « investir » autant), j’imagine mal que les ouvriers d’Airbus puissent financer eux même tout ce qu’il faut pour construire des avions. 

            Donc oui je crois qu’à de rares exceptions près il faut du capital pour fabriquer du travail, et je trouve normal que celui qui investit au profit d’un autre soit rémunéré pour cela. Je suis probablement très naif voire « primaire » à vos yeux mais cela ne me dérange en rien.

            Question : pourquoi les « travailleurs » d’une entreprise qui en ont la possibilité sont ils si frileux pour en faire leur propriété et exercer leur métier sous forme de SCOP ? Juste la peur du risque à prendre ? Atre chose que je n’aurai pas vu ?

          • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 17:22
            @oncle Archibald
            Voyez-vous ONCLE ARCHIBALD 

            Vous êtes le digne représentant du petit capitalisme terrien que le grand capital monopolistique absorbe peu à peu - ou qu’il met à son service - par mille et un truc comme de contrôler les marchés, casser les prix, fermer les voies d’exportation, engorger les marchés de produits importés lançant petits capitalistes rural contre d’autres petits capitalistes ruraux.

            A la fin de ce triste feuilleton je vous prédis que la caste des petits propriétaires terriens disparaitra avalée par les grandes corporations qui vous auront réduit à la faillite ou à devenir leurs métayers bien payés et encore ce n’est pas certain.

            OUI contrairement à ce que vous pensez ce sont bien les ouvriers - les salariés de AIR BUS qui fournissent le capital pour le fonctionnement de l’entreprise l’achat des machineries des matières premières de l’énergie des produits semis-finis qui font vivre l’entreprise.

            Ils fournissent même la valeur pour leur salaire en plus du reste ce qui comprend les profits de la firme et le remboursement de ses emprunts.

            Mais pour comprendre cela il faut conceptualiser le fonctionnement du mode de production capitaliste et comprendre comment la propriété privé des moyens de production permet la tonte de la plus-value même pour votre papa qui s’était organisé en coopérative - une modalité particulière de propriété capitaliste partageant les risques

            Robert Bibeau
            Directeur LES7DUQUEBEC.COM


          • oncle archibald 25 septembre 2015 18:04

            @Robert Bibeau : et bien NON je ne crois pas que AIR BUS existerait s’il n’y avait pas eu quelqu’un ou quelques uns qui fournissent le capital nécessaire pour l’achat des machines et des locaux dans lesquels travaillent les ouvriers. 


            Vous niez l’évidence de la responsabilité personnelle et de la prise de risque dans le monde de l’entreprise et de l’agriculture. Vous ne repondez en rien à la question que je pose au sujet des ouvriers qui travaillent en SCOP que vous devez mepriser tout autant que les « représentants du petit capitalisme » engobant sans doute aussi le menuisier du coin de ma rue et le boulanger du village.

            On a vu les résultats fabuleux qu’à permis la mise en collectivité des moyens de production, notamment dans les kolkhozes de l’ex URSS. 

            Finalement OUI il m’est impossible de discuter sereinement avec quelqu’un qui SAIT ce qui est bon pour tous et dont le rêve est de le leur IMPOSER, fut-ce au prix de la pauvreté pour tous comme tous les exemples de l’application du communisme l’on montré : ex URSS, Cuba, Corée du Nord pour ne citer qu’eux. 

            Le communisme est une religion comme une autre, il faut croire sans voir. Après tout pourquoi pas, mais pour l’appliquer il faut d’abord briser toute opposition ce qui nécessite la mise en place d’une puissante militarocratie, ce qui devrait vous aussi vous rendre méfiant. Etes vous capable de le reconnaitre ? 


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 septembre 2015 21:07

            @Robert Bibeau
            La baisse tendancielle du profit. C’est le problème du capitalisme.

            Le problème du marxisme, c’est que les solutions proposées pour remplacer le capitalisme ne garantissent jamais que le retour au stalinisme ne se fera pas. C’est la raison pour laquelle, vous prêchez de plus en plus dans le désert. Occupez vous donc davantage de ce que les gens pensent du communisme, et un peu moins du capitalisme, tout a été dit sur ce sujet.


          • julius 1ER 26 septembre 2015 09:22

            @Robert Bibeau


            je crois malheureusement que le pauvre archibald n’a pas encore compris que le Capital n’est que de l’accumulation de travail.... et pourtant il devrait avoir compris ce phénomène car il résume assez bien ce problème en parlant de la mise en commun de structures matérielles lorsqu’il parle des coopératives..... sauf que les coopératives dans un système capitaliste mondialisé ne sont pas en mesure de peser et justement devenir le nouveau mode de production dominant .....

          • oncle archibald 26 septembre 2015 09:43

            @julius 1ER ; ne vous tortillez pas sur votre chaise, dites franchement que vous souhaitez mettre un terme à toute propriété privée de quelque outil de travail que ce soit, même mis en commun entre ceux qui s’en servent sous forme de SCOP ou de Coopérative. 


            Vous ne pouvez pas l’accepter, c’est contraire à votre religion ! Et le corrolaire de votre axiome fondamental c’est la contrainte de ceux qui ne sont pas d’accord, la fin de toute initiative, et au bout la pauvreté pour tous. Comprendrez vous un jour que la plèbe que vous pretendez vouloir sauver malgré elle a réalisé que le communisme n’est pas viable ?

          • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 10:33

            @Spartacus bonjour,


             Tout à fait. Bonne définition.
             Deux articles pour le dire.
             L’argent, le nerf de la guerre ?
             Non, c’est aussi le sang de la vie.
             

          • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 13:29

            @Spartacus (2)

             Encore exact.
             Aujourd’hui, ce n’est plus le travail qui paye, mais les idées neuves.
             Si vous avez lu complètement mes deux billets, vous avez pu constater qu’extrapoler le concept des religions, qui fait que l’homme a besoin d’un dieu, explique l’asservissement au travail, aux dieux et en finale à certains hommes.
             « Le Traité d’athéologie » met à plat toutes ces idées.
             Le droit au monopole est en effet à radier car il enraye le processus de libre échange.
             L’Etat a un rôle régulateur, c’est évident puisqu’on vote pour ses représentants qui doivent garder leurs électeurs.
             Un rôle qui n’existe pas encore aux USA tel que nous l’avons dans notre vieille Europe qui n’a rien d’uni.
             Un coup d’œil sur les résultats des élections en Catalogne vous en donne une autre preuve..
             La solidarité, une solide hilarité, oui...
              

          • jeanpiètre jeanpiètre 28 septembre 2015 17:05

            @Fifi Brind_acier
            associer marxisme et staline, c’est un peu associer asselineau à pasqua

            enfin en tout petit....

          • howahkan Hotah 25 septembre 2015 10:11

            Salut...

            il n’y a aucune raison valable d’être surpris ni choqué,tout ceci et plus comme les meurtres de masse , est exactement un des nombreux effets que le système que l’on promeut ,que l’on veut...que l’on désire ,produit..le système n’étant que la résultante de toutes nos interrelations, il est nous meme....je suis le système..si je suis pour l’élimination des autres aussi appelé competition, si je suis pour la valeur argent donné à un métier , à une personne et tutti quanti

            De plus comme nous sommes basé sur l’élimination des autres aussi appelé pour faire mieux la competition ,elle qui va donc toujours donner le meilleur partout et tout le temps..nous avons donc nécessairement partout et tout le temps le meilleur possible...

            donc tout va bien......tout le temps.....

            mon grand père mort en 14 pour les financiers de la planète est ravi de l’apprendre..on va d’ailleurs faire une fête avec lui.....

            comme élimination continuelle il y a, le meilleur est toujours et tout le temps remis en question par d’autres meilleurs...une parti de monopoly est finie, une autre commence....comme cela on est sur d’avoir outre le meilleur tout le temps et partout , d’avoir aussi le bordel ,la violence et la guerre, comme la pauvreté et tout le reste tout le temps et partout.....

            il n’y a donc rien a redire sue le présent qui est le meilleur possible mais a se battre pour le futur qui n’existera jamais.......

            tout ceci est dément...mais là non plus tout va bien...car on a le meilleur du meilleur...

            les gens qui vont mourir de faim aujourd’hui grâce à ce système qui est nous , sont content, ils mourront content ....

            c’est de la folie furieuse .....L’univers n’a qu’a bien se tenir car ON arrive.....non mais !! on va voir qui est le génie !!!

            On y croit car « on » nous l’a dit....

            plus « con-citoyen » que l’humain , je crois que ça ne peut exister....et malgré tout ,ça fait le fier,ça se pavane, ..............

            le kéké triomphe....je suis kéké smiley


            • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 10:37

              @howahkan Hotah


              Exact.Comme toujours il y a les meneurs et les suiveurs.
              Sont-ils plus malins ? Pas toujours mais ils prennent les risques

              « aucune raison valable d’être surpris ni choqué » en effet.
              Ce n’est pas avec rien que l’on construit quelque chose de grand.
              Le monde s’est créé ainsi.
              Ceux qui s’y adaptent sauront s’en sortir.
              Certains appellent cela du darwinisme.
              Darwin comme je l’ai écrit quelque part, n’a seulement cherché à découvrir pourquoi les poules n’ont pas encore de dents.

            • JL JL 25 septembre 2015 10:27

              La monnaie dont la vocation historique était la mesure du pouvoir d’achat - Biens, Services - est devenue dans le capitalisme financier, l’étalon du pouvoir de captation de la Plus-value. 


              La fortune, quand elle atteint une masse critique, suppléé avantageusement les titres de noblesses de l’Ancien régime. Mais à la différence cruciale que, si sous l’ancien Régime, le roi de la nation avait le pouvoir de prélever sa part, cela n’est plus vrai dans nos démocraties occidentales, puisque comme souligné dans l’article, ces fortunes ne sont pas attachées à un Etat particulier : elles sont fantomatiques, insaisissables, au sens premier du terme.

              Et c’est là le paradoxe : nous avons créé un système qui protège les prédateurs, car c’est désormais ainsi qu’il convient de les appeler.

              • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 15:53
                @JL
                Nous n’avons pas créé un système monsieur JL.

                Nous sommes nés sous un système économico-politique qui fonctionne de cette façon et la question n’est pas de savoir si cela est juste et raisonnable - acceptable - mais de comprendre que ce système ne fonctionne plus adéquatement - en ce sens qu’il ne permet plus d’assurer la reproduction d l’espèce humaine - au contraire ce mode de production et ses rapports de production mettent directement en péril la survie de l’espèce humaine

                Alors quoi ? On pleurniche à l’effet que les riches sont trop riches (riches de vent cumulés - fictive utopie) ???

                NON

                On constate l’échec - la fin d la messe noir du capital et on prépare son renversement Il n’y a rien à sauvegarder de ce système qui a fait son temps et ne fonctionne plus.

                Il nous faut construire un nouveau mode de production sans capital mais avec des moyens de production mise en oeuvre par le travail non salarié seul créateur de richesse - de biens qui ne soit pas capitalisé - capitalistique

                Robert Bibeau
                Directeur LES7DUQUEBEC.COM


              • JL JL 25 septembre 2015 18:11

                @ Monsieur Robert Bibeau,


                Alain Minc disait un jour que le capitalisme est le meilleur système parce qu’il est un système naturel ; il croit aux vertus de nos vices (cf. La fable des abeilles).

                Personnellement je pense qu’il n’y a pas de système pérenne, et avec vous je constate les dérives et perversions du système actuel.

                Mais je ne vois pas comment construire de toutes pièces un autre système qui soit lui aussi naturel (quelle antinomie), et qui pendant ses années de jeunesse pourrait apporter la paix et le bonheur à l’humanité. Quant à construire un système qui ne soit pas naturel, je n’y crois pas, même dans mes rêves.

                Les seules choses que le capitalisme, ce vice des sociétés marchandes, ait su faire pour perdurer a été les conquêtes, les colonisations et les guerres de destruction.

                Système moribond ou pas, les affaires continuent. Et aujourd’hui en Europe, nous devons régler les dommages collatéraux - je parle des migrants - liés aux guerres économiques.

              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 septembre 2015 21:13

                @Robert Bibeau
                Sauf que depuis 150 ans, vous n’avez pas un seul échantillon à montrer de votre projet merveilleux. C’est ballot... Ce ne sont pourtant pas les pauvres qui ont manqué..., pourquoi ça ne fonctionne jamais vot’ truc ?


              • julius 1ER 26 septembre 2015 09:31

                @JL
                déjà il ne faudrait pas lire les écrits de Minc comme étant parole d’évangile !!!! MINC est partie prenante du système dont il perçoit de nombreuses rentes de situation....

                 le Capitalisme est une construction économique qui n’ a rien de naturel ..... il est le produit de concepts qui sont issus de la pensée humaine !!!!

              • JL JL 26 septembre 2015 13:24

                @julius 1ER
                 

                 votre réponse démontre que vous ne vous êtes pas donné la peine de comprendre ce que je disais.

                Est-ce parce que vous n’êtes pas capable de faire mieux ?

              • jeanpiètre jeanpiètre 28 septembre 2015 21:36

                @Fifi Brind_acier
                vu le niveau de corruption qui règne en haut, il est facile de comprendre qu’un mouvement populaire sera attaqué par ceux ci à la tête , les meneurs .

                vous même militez pour un parti fondé par un gars qui a croqué et déçu ne croque plus, (enfin c’est ce qu’il prétend)
                pourquoi les syndicats patronaux achètent ils toujours la tête des syndicats de travailleurs ?
                pourquoi on retrouve toujours des gens proches des lobbys pharmaco-chimiques à la tête des instances de santé ?
                la question est combien de zéros , et si ça ne passe pas , ce sera des cadeaux en nature

              • eric 25 septembre 2015 10:30

                Pour que l’auteur comprenne les réalités françaises : 32 milliards d’euro de budget de formation des adultes en France, 300 000 emplois non pourvus notamment du fait de formations inadaptées....de l’ordre de 15 à 20% de chômeurs si on compte sur les seules « populations à risque » et qu’on ajoute les emplois subventionnés sans débouchés.

                Tu pique le fric de Bettencourt, tu finance un an de formateur pour adulte...et après ?

                Au Canada, il n’y a pas tous ce chômage et tous ces impôts.

                Non le problème, ce ne sont pas les riches,


                • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 15:58
                  @eric
                  1) Cesse de deviser sur le Canada Éric tu manques d’information

                  2) LE PROBLÈME CE NE SONT PAS LES RICHES je suis tout à fait d’accord avec toi. Et si tu avais lu mon papier avant de te lancer dans tes commentaires tu aurais compris que je dis LE PROBLÈME C’EST LE MODE DE PRODUCTION CAPITALISTE dont les riches ne sont qu’un rouage de plus en plus inutile - futile - fragile. Ils se dilapident en activités fébriles qui ne leur évitera pas la faillite en même temps que celle de tout ce système économique qui a fait son temps et n’est plus efficient.
                  J’espère que tu commences à comprendre

                  Robert Bibeau
                  LES7DUQUEBEC.COM


                • colere48 colere48 25 septembre 2015 10:48

                  alors, toute cette richesse de pacotille s’évanouira et il n’y aura plus grand-chose à taxer, que les revenus des salariés spolier comme à l’accoutumée.

                  Merci de rappeler que de tout temps, en tout lieu, c’est toujours « in fine » , le « peuple » qui paye la facture !!

                  « Peuple ». selon définition de M. Onfray : « Le peuple, c’est ceux sur qui s’exerce le pouvoir ».


                  • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 14:31

                    @colere48,


                     Si vous avez lu le « Traité de l’athéologie », ce ci n’est qu’une résultante et pas l’origine du problème. 

                  • Pascal L 25 septembre 2015 10:51

                    « ... paupérisés protestent contre l’inégale répartition de l’usufruit de ces enchères boursières... » 

                    Ainsi donc, il n’y aurait donc que l’argent comme richesse et la prédation comme modèle économique ?
                    Le vrai scandale n’est pas que tout le monde ne puisse pas s’accaparer les fruits de la prédation, c’est que cette argent ne puisse plus servir à créer une richesse moins fictive (éducation, santé…).
                    L’économie capitaliste a survécu à l’économie socialiste parce qu’elle avait sauvegardé un espace de liberté où quelques uns pouvaient encore créer de la richesse. L’organisation actuelle de la finance a fermé cet espace, ce qui va tuer l’économie capitaliste. L’avenir appartiendra à ceux qui vont créer la richesse, pas aux prédateurs.

                    • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 16:10
                      @Pascal L
                      1) Le problème sous le capitalisme est justement que comme vous le dites Pascal "c’est que cette argent ne puisse plus servir à créer une richesse moins fictive (éducation, santé…).

                      2) Car sous le mode de production capitaliste l’éducation, la formation, la culture, la santé ne sont pas des richesses mais des dépenses - des coûts - que les capitalistes rechignent de plus en plus à assumés (à même la plus-value arraché aux ouvriers ou encore à même les salaires des travailleurs - qu’ils cherchent à accaparer pour renflouer les profits) Alors cette éducation dont vous parlez ce sont des coûts inacceptables pour les riches qui ont pour devoir de valoriser le capital - le faire fructifier au prix de la vie même des ouvriers.

                      3) Mais pour résoudre ce drame social - faut-il crier sus aux riches - à bas les milliardaires ??? NON Cela est la manière de ne rien faire des ex-gauchistes - socialistes - communistes. Envieux de la richesse des riches qu’ils voudraient à eux.

                      4) JE N’ENVIE NULLEMENT LA RICHESSE DES RICHES - RICHESSE DE PACOTILLE comme JE L’AI DÉJÀ ÉCRIT.

                      5) Je souhaite simplement que nous préparions la destruction de ce mode de production capitaliste dont les bases s’effritent chaque jour davantage. FINI le capitalisme et automatiquement fini les riches capitalistes profiteurs - cet épiphénomène futile et inutile dont nous n’avons rien à faire.
                       C’est au système - à son État des riches qu’il faut s’attaquer et les riches vont sombré de surcroit

                      Robert Bibeau
                      Directeur LES7DUQUEBEC.COM

                       

                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 septembre 2015 21:18

                      @Robert Bibeau
                      Sauf qu’en France et sans doute ailleurs dans les pays d’Europe du nord, les « biens sociaux » ont fonctionné pour la plus grande satisfaction, jusqu’au moment où nous sommes entrés dans l’ UE, et où plus personne ne défendait les acquis.

                      Les Syndicats en France sont financés par l’ Etat et les entreprises, qui ont acheté la paix sociale.
                      Et la Gôoche est devenue européiste, défendant un système qui nous renvoie 100 ans en arrière.


                    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 septembre 2015 11:30

                      À l’auteur :

                      « La classe des prolétaires n’a aucun pouvoir sur les instances économique, politique et idéologique du mode de production capitaliste et elle ne doit surtout pas en chercher, ce qui serait de toute façon totalement désespéré. »

                      Le prolétariat doit absolument devenir partie prenante du patrimoine boursier mondial pour améliorer ses conditions socio-économiques de vie.

                      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel par l’Épargne.
                      http://www.sincerites.org/article-le-dividende-universel-83909790.html


                      • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 16:58
                        @Jean-Pierre Llabrés
                        Tiens donc la solution à la débandade capitaliste serait de faire de tous les ouvriers des recalés capitalistique.

                        Sachez cher monsieur que les bureaucrates syndicaux bourgeois pratiquent déjà cette solution. Ainsi les bureaucrates syndicaux véreux gèrent maintenant des fonds d’investissements de milliards de dollars cumulés à partir des épargnes des travailleurs canadiens 

                        Tout ceci n’empêche pas le capitalisme canadien de s’effondré - dans la récession uis demain dans la Grande Dépression puis éventuellement dans une 3e guerre mondiale.

                        Robert Bibeau
                        Directeur LES7DUQUEVEC"COM

                         


                      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 septembre 2015 18:23

                        @Robert Bibeau
                        « Ainsi les bureaucrates syndicaux véreux gèrent maintenant des fonds d’investissements de milliards de dollars cumulés à partir des épargnes des travailleurs canadiens »


                        Cela n’a absolument rien avec ce que je propose ! ! !


                      • alinea alinea 25 septembre 2015 20:54

                        @Robert Bibeau
                        Vous avez lu « vies et mort du capitalisme », Robert Bibeau ?
                        Je sens comme un nouveau souffle dans vos écrits !


                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 septembre 2015 21:20

                        @Robert Bibeau
                        Je n’ai pas le souvenir que le communisme en URSS et en Chine aient empêché une guerre mondiale...


                      • Robert Bibeau Robert Bibeau 26 septembre 2015 05:03
                        @Fifi Brind_acier
                        Il n’y a jamais eu ni d socialisme ni de communisme en URSS ni en Chine tout jsute des révolutions démocartiques bourgeoises pour construire le capitalisme d’État

                        Robert Bibeau
                        Directeur LES7DUQUEBEC.COM


                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 05:55

                        @Robert Bibeau
                        Je l’attendais celle la ! C’est jamais le bon communisme, c’est toujours le mauvais !
                        Sauf que c’est tout ce que vous avez en magasin : devenir calife à la place du calife, ne jamais tenir compte de l’avis des citoyens et nous coller une dictature d’ apparatchiks.
                        Quelles garanties que ce sera le bon communisme cette fois ? Aucune.


                        Les besoins des populations ne sont pas uniquement matériels.
                        Les citoyens ont aussi besoin de partager le pouvoir, d’avoir un pouvoir dans leur entreprise, d’avoir le droit de réunion, le droit à l’information, le droit d’expression, le droit de se déplacer, le droit de vivre en sécurité dans un Etat de droit, le droit de se syndiquer, le droit de religion, d’élire ses représentants, bref, tout ce que les communistes détestent.

                        Après avoir soulevé l’espoir pendant un siècle, vous allez finir dans les poubelles de l’ histoire faute d’avoir compris qu’il ne suffit pas d’avoir une excellente analyse du capitalisme.
                        Il faut aussi un projet de société qui convienne aux populations.

                      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 26 septembre 2015 07:22

                        Cela n’a absolument rien à voir avec ce que je propose ! ! !

                      • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 14:34

                        @alinea bonjour,


                         Si vous avez lu mes deux billets récents, je parlais d’une autre personne, Paul Jorion qui a également ce genre de réflexion.
                         Nouveau souffle ?
                         Absolument pas. Un souffle de continuation d’une vague anti-crise.
                          

                      • jeanpiètre jeanpiètre 28 septembre 2015 21:41

                        @Jean-Pierre Llabrés
                        non vous proposez d’entrer dans la gueule du loup

                        un peu comme l’ananassurance pour combattre le système bancaire.
                        les requins s’en frottent déjà les nageoires 

                      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er octobre 2015 15:46

                        @jeanpiètre

                        « non vous proposez d’entrer dans la gueule du loup »
                        Ce qui veut dire ?...

                        « un peu comme l’ananassurance pour combattre le système bancaire »
                        Que veut dire ce charabia ? ? ?...


                      • alinea alinea 25 septembre 2015 11:39

                        Merci ! bien contente d’avoir lu ça.
                        Le capitalisme s’est toujours débrouillé pour se gonfler toujours davantage, aujourd’hui c’est avec du vent qu’il se gonfle, une épine et tout se casse la gueule.
                        Préparons l’après, revenons au bon sens, à la décence, à la coopération.
                        Vidons les têtes qui s’entêtent sur la consommation et qui pour cela s’endettent et font perdurer ce binz.
                        En 70 déjà, il y avait un mouvement « anti-consommateurs » !!!


                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 06:00

                          @alinea
                          Voir une anarchiste féliciter un stalinien, alors que les communistes n’ont eu de cesse de les détruire, quelle tristesse....
                          C’est ça, ne consommons plus, ça va sûrement créer des emplois...


                        • alinea alinea 26 septembre 2015 15:36

                          r@Fifi Brind_acier
                          On s’en fout de créer des emplois, ce qu’on veut, c’est vivre ; il y a deux à trois heures de boulot par jour pour tout le monde, sans exploitation , pour vivre !
                          Féliciter un stalinien ? Faut pas même s’il dit des choses justes ?
                          Je ne suis pas comme ça et quand je vois ce que être comme ça donne, je m’en félicite ! smiley


                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 17:58

                          @alinea
                          « On s’en fout de créer des emplois » , normal, ils ont été délocalisés, mais cela ne semble pas vous empêcher de dormir... 


                        • fcpgismo fcpgismo 25 septembre 2015 12:17

                          Les riches sont des psychopathes au même titre que des tueurs en série ou des pédophiles et les pauvres souhaitent presque tous devenir riches c’est donc toute l’humanité qui doit se soigner et guérir de cette maladie honteuse qui va tout anéantir, la cupidité,le toujours plus.


                          • krapom.deviantart.com krapom.deviantart.com 25 septembre 2015 12:38

                            @fcpgismo
                            Pas des psychopathes : des sociopathes, ils deviennent insensibles à leur environnement, ils ne sont pas nés comme ça.

                            Idem pour les tueurs (cherchent les stats, le % de psycho dans le lot est assez faible), quand aux pédo, c’est un truc que tu as sorti de ta manche par magie.

                          • julius 1ER 26 septembre 2015 09:46

                            @fcpgismo

                             tu as entièrement raison, les pauvres ne veulent que singer les riches.... et c’est le fond du problème, c’est le miroir aux alouettes véhiculé par la publicité.... avoir des résidences partout dans le monde, un yacht grand comme un porte-avions, un jet et des hélicos pour se déplacer , bref la vraie vie en somme ????!!!!!!
                            et ceci transposable dans toute l’humanité ?????!!!!!! 
                            sauf que dans le catalogue « jours de France » ou Forbes ....on ne parle pas des égos qui vont de pair avec cela, et ces égos là n’ont rien de démocratique, ni d’humaniste ....
                            vous ne verrez jamais un riche faire la queue pour aller au cinéma !!!!!!!!!!!!!!! 

                          • zygzornifle zygzornifle 25 septembre 2015 12:19

                            c’est vrai que si on met les photos des pauvres les ordinateurs de la NASA ne suffiraient pas au stockage ....


                            • zygzornifle zygzornifle 25 septembre 2015 12:20

                              les 10 photos qui font craquer et mouiller le slip d’Hollande et de Sarkozy .....


                              • Spartacus Spartacus 25 septembre 2015 13:21

                                « le capital financier n’a d’autre choix que de forcer la poursuite du cycle de circulation du capital (pour ne pas paralyser et s’effondrer) par le moyen de l’impression de monnaie de pacotille et l’expansion du crédit - »

                                Erreur.....L’état seul détient le monopole droit d’émettre de la monnaie de pacotille. 

                                L’extension du crédit aux capitalistes est compensée par la destruction du crédit que constitue le « remboursement » de crédit..


                                « Si on peut dissimuler ses actifs papier au fisc, on ne peut dissimuler ses usines, ses infrastructures, ses édifices et autres moyens de production à la crise systémique du capitalisme »..

                                Erreur ...

                                Cela sous entendrait que la création de capitaux est exclusivement le fait des possesseurs de moyen de production...

                                Vision Marxiste décalée et erronée des transformations de l’économie actuelle. Disney est bien plus riche de ses droits de licences et perd de l’argent dans ses parcs à touristes. 

                                Les sportifs, les artistes n’ont pas d’usine mais des millions. Vous connaissez des usines Nike ? Non, que des sous-traitants, pas d’usines en propre.


                                • Robert GIL Robert GIL 25 septembre 2015 13:30

                                  @Spartacus
                                  franchement, je ne sais plus quoi te repondre ... a part peut-etre va voir un psy, ou fait toi grever un cerveau !


                                • Spartacus Spartacus 25 septembre 2015 16:32

                                  @Robert GIL


                                  Sacrée argumentation ad hominem.....
                                  Allez va donc profiter de tes privilèges statutaires et de tes nobles droits zzaaaaquuuiiiiiis ce concept du marxiste socialiste des favorisé de la gamelle d’état....


                                • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 17:10
                                  @Spartacus

                                  1) Spartacus tu fait erreur que puis-je dire de plus.

                                  2) Toute banque toute compagnie de finance qui émet une carte de crédit au nom d’un individu avec une marge de crédit de 12 000 $ dollars émet de la monnaie - c’est aussi simple que cela. Retourne lire tes livres d’économie classique.

                                  3) Toute banque qui accorde un prêt hypothécaire de 300 000 dollars émet de l’argent avec lequel l’emprunteur prendra possession d’un bien meuble réel concret alors que son salaire pour rembourser n’est pas encore empoché - créer - mais bien dépensé.

                                  4) Tant que cette émission d’argent virtuel (en devenir) restait limité et que la croissance générale de l’économie permettait de compenser les pertes éventuelles dus à certaines mauvaises créances (une « spéculation » qui aurait mal tourné pour reprendre ton expression) tout allait

                                  5) Quand la fortune des milliardaires reposent en très grande partie sur cet argent virtuel (des milliards de prêts hypothécaires insolvables - hasardeux) alors on est en droit de dire que ce système économique va s’effondrer et notre cible N’EST PAS LA FORTUNE ÉVANESCENTE DES RICHES MAIS L’ÉTAT DES RICHES ET SA POLICE ET SES COURS DE JUSTICES ET SA VIOLENCE LÉGALE afin de renverser ce régime qui a trop duré.

                                  Robert Bibeau
                                  Directeur LES7DUQUEBEC.COM


                                • Pere Plexe Pere Plexe 25 septembre 2015 17:29

                                  L’état seul détient le monopole droit d’émettre de la monnaie 

                                  De la loi de janvier 1973 à l’avènement de l’UE vous avez loupé des épisodes !

                                  L’extension du crédit aux capitalistes est compensée par la destruction du crédit que constitue le « remboursement » de crédit..
                                  A l’exception notable des intérêts.
                                  Mais surtout l’argent créé par le crédit n’est détruit que lorsqu’il est remboursé ( pour une fois vous avez juste )
                                  C’est à dire qu’il y a bien création ex nihilo d’argent sur plusieurs mois ou plusieurs années.


                                  Concernant Disney ce que vous décrivez n’est qu’une partie de l’optimisation fiscale (pour ne pas dire fraude) transférant les bénéfices des parcs dans des paradis fiscaux.
                                  Il à d’ailleurs fallu à Disney modifier la loi sur la propriété intellectuelle US

                                • Claudec Claudec 25 septembre 2015 18:22

                                  @Robert Bibeau
                                  « ... tu fait erreur que puis-je dire de plus ... » User d’un argument aussi convaincant, il faut le faire !

                                  Rarement lu un tel tissu d’inepties. (sans parler d’orthographe)

                                  À volume constant (ou population égale), un tassement de la pyramide sociale, en réduisant l’écart entre son sommet et sa base entraîne un élargissement de cette dernière, ce qui signifie une augmentation de la pauvreté, alors que l’accroissement de cet écart, tel qu’il résulte d’une étirement de la pyramide vers le haut (enrichissement général), a l’effet inverse.

                                  De même, quand la pyramide sociale se développe en volume du fait de l’augmentation de sa population, le supplément d’activité de celle-ci accroît la richesse globale de la société, avec pour conséquence d’éloigner son sommet de sa base, ce qui se traduit par l’accroissement de l’écart entre richesse et pauvreté.

                                  Ces deux observations révèlent qu’à une augmentation de l’écart entre richesse et pauvreté correspond un recul de cette dernière et inversement, sans modifier les inégalités autrement que dans leur répartition. En d’autre termes, l’augmentation de richesse collective réduit la pauvreté et sa diminution l’augmente. La Palice n’aurait pas dit mieux mais aurait pu ajouter que le partage des richesses est une tout autre affaire.

                                  À défaut d’une utopique suppression des inégalités, nous devons donc être conscients que notre seule possibilité de les réduire réside dans le meilleur compromis possible entre plus de richesse et moins de pauvreté, ou davantage de pauvreté et moins de richesse.

                                  D’ailleurs, qui peut sérieusement imaginer que si demain le grand partage avait lieu, mettant tous les individus à égalité de conditions, la pyramide sociale ne serait pas peuplée, après demain, de ceux qui auraient su faire fructifier leur avoir et ceux qui n’en aurait pas eu la capacité, ou l’envie ? Ambition, talent, courage, esprit d’entreprise, goût du risque, sens de l’épargne, aptitudes diverses des uns et des autres, sont tellement différents que les inégalités ne peuvent être compensées dans une mesure satisfaisante par nos lois, aussi compatissantes soient-elles à l’égard des plus défavorisés d’entre nous.

                                  Pour approfondir cette réaction :

                                  http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com

                                  PS - Si le premier riche se nomme aujourd’hui Bill Gates, il y a eu avant lui un dénommé Crésus.



                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 septembre 2015 21:24

                                  @Claudec
                                  Répartition de la richesse aux USA.
                                  C’est bien pire qu’en France, car ils sont allergiques à l’impôt.
                                  La solidarité nationale se fait par le charité.


                                • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 22:15
                                  @Claudec

                                  C’est justement la nature du grief que je présente à ce mode de production moribond Vous écrivez

                                   « En d’autre termes, l’augmentation de richesse collective réduit la pauvreté et sa diminution l’augmente. La Palice n’aurait pas dit mieux mais aurait pu ajouter que le partage des richesses est une tout autre affaire. » 

                                  Soit (quoique nous pourrions argumenter mais passons) Le mode de production capitaliste ne parvient plus à accroître la « richesse » réelle (je ne parle as d’actions boursières gonflées à l’hélium) 
                                  Le mode de production ne parvient pas à assurer la reproduction élargie de la fratrie humaine - il est donc condamné à mort pour être remplacé. ( smiley

                                  Robert Bibeau
                                  Directeur LES7DUQUEBEC.COM



                                • Spartacus Spartacus 25 septembre 2015 23:35

                                  @Robert Bibeau

                                  Une banque ne crée pas d’argent vers l’entreprise, l’entrepreneur ou le particulier. 

                                  C’est le crédit (dont le débiteur qui crée la monnaie) qui crée l’argent.
                                  L’argent du crédit n’est pas virtuel, il existe dans le temps et meurt quand le crédit est remboursé
                                  Je t’ai trouvé cela (écrit page 10).

                                  Quand la banque émet 300 000$, pour payer ta maison. 
                                  Quand tu rembourses la somme ne revient pas dans l’économie mais elle est détruite
                                  La banque annule la dette comme elle l’avait créé...C’est le principe de création monétaire.

                                  Seule la banque centrale d’un pays dispose des droits de création pure de l’argent sans relation à un crédit....C’est du QE.

                                  Quand aux « riches » ils ne possèdent pas de l’argent mais des parts sociales. Parts sociales qui ont une valorisation.
                                  Ils ont une valorisation, mais pas de richesse, car la richesse est définie uniquement le jour de l’échange...
                                  La richesse est dynamique. 
                                  Sa valeur fluctue tout le temps. 

                                  La richesse n’existe qu’a l’instant de l’échange. 

                                • Robert Bibeau Robert Bibeau 26 septembre 2015 05:01
                                  @Spartacus
                                  Fier de tes lectures Spartacus ???

                                  De la foutaise ces citations d’encyclopédistes

                                  Un exemple tout simple et connu.

                                  Des millions de ménages américains contractent une hypothèque sur 25 ans en moyenne 300000 dollars chacun.
                                  Ils signent un contrat d’hypothèque qui atteste qu’ils verseront chacun 1200 dollars par mois.

                                  Clair jusqu’ici ????

                                  Ces papiers sulfureux - que les boursicoteurs appellent PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS sont packagés et mis sur le marché boursier avec une cote et vendu à qui en veux.

                                  (note que ces contrats sont traités comme du capital - de la valeur - ils sont achetés avec de l’argent emprunté - gratuitement puisque les taux d’intérêts sont à zero (encore du capital de créer facticement) puis revendu ces mêmes papiers sulfureux à d’autres spéculateurs qui les paies avec de l’argent emprunté et ainsi de suite.

                                  Un jour hausse du taux d’intérêt de ..25% un quart de un pour cent et des millions ne peuvent plus rembourser - les maisons sont abandonnées - les hypothèques sont détruites les acheteurs de produits dérivés dépités en faillite et 200 milliards de dollars de capital est disparu de la bourse

                                  OU SONT PASSÉS LES CAPITAUX, LA VALEUR, L’ARGENT ????

                                  Histoire vécue en 2008 aux Etats-Unis d’Amérique

                                  Merci de chercher des citations de bonzes économistes qui expliqueront qu’aucune argent - valeur factice - capital - acte - contrat commercial n’a été produit - manipulé - échangé - circulé - spéculé pendant toute ces opérations.

                                  Robert Bibeau
                                  Directeur LES7DUQUEBEC,COM

                                   

                                • Spartacus Spartacus 26 septembre 2015 09:24

                                  @Robert Bibeau


                                  Les capitaux prêtés sont devenus des dettes à charge des banques qui depuis se sont refaites.

                                  La crise de 2008 n’est pas une crise du capitalisme ou des capitalistes, mais une crise de l’interventionnisme d’état.

                                  En 2008, c’est le socialiste Clinton qui demande a 2 caisses d’épargne de privée d’avoir de réassurer les banques avec au minimum 50% de prêts aux plus pauvres. (FannyMae et Freddy Mac).

                                  Il contraint les banques à disposer d’emprunts pourris, qui pour s’en débarrasser les mélangent avec d’autres produits bancaires et produits dérivés. 

                                  Le problème c’est que les emprunteurs ont emprunté pour des maisons, qui ne produisent rien et ne rapportent rien. En cas de variation des taux d’intérêt, il n’existe pas d’élasticité dans le temps pour se refaire ou étaler la dette.

                                  Pour des capitalistes, une augmentation des taux engendre une baisse des profits, et une adaptation par des licenciements ou un étalement de la dette. Mais pas la faillite comme pour un particulier.

                                • julius 1ER 26 septembre 2015 09:51

                                  Erreur.....L’état seul détient le monopole droit d’émettre de la monnaie de pacotille.


                                  @Spartacus
                                  tu es encore plus con que je ne croyais Spartacus !!!!
                                  réveilles-toi.... depuis 1973 l’état ne bat plus monnaie, de plus entériné par le traité de Maastricht !!!

                                • julius 1ER 26 septembre 2015 09:56
                                  La crise de 2008 n’est pas une crise du capitalisme ou des capitalistes, mais une crise de l’interventionnisme d’état.

                                  @Spartacus

                                  amnésique en plus d’être con ????? Léman -Brothers, la banque que tous les riches pleuraient.... 

                                  t’as déjà oublié, coulée par la cupidité de ses dirigeants tous d’affreux marxistes !!!!!

                                • samuel 28 septembre 2015 11:59

                                  @Spartacus

                                  « Erreur.....L’état seul détient le monopole droit d’émettre de la monnaie de pacotille. »

                                  Un peu de lecture pour vous rendre compte de votre ignorance. L’Etat n’a aucun monopole sur la création monétaire (en tout cas, les Etats Européens)


                                   

                                • Spartacus Spartacus 28 septembre 2015 13:58

                                  @samuel

                                  La monnaie émise par les banques est adossée au crédit.....
                                  le crédit est adossé au remboursement de celui ci.....

                                  Donc il n’y a qu’une création éphémère.....Seule la banque centrale dispose des droits d d’émettre de la monnaie non adossée au crédit.


                                • samuel 28 septembre 2015 14:33

                                  @Spartacus

                                  Et la banque centrale européenne n’est pas une institution étatique. CQFD

                                • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 14:49

                                  @Spartacus,


                                   Non, ce n’est pas vraiment seul l’Etat.
                                   Celui-ci est un suiveur qui espère attirer des investisseurs dans ses frontières.
                                   Les intérêts notionnels ne sont qu’une preuve.
                                   C’est un jeu de barbichettes, tu me tiens, je te tiens par la barbichette.
                                   La monnaie n’a aucune valeur si la confiance n’existe pas.
                                   Le PIB d’un pays est l’indice majeur de la bonne santé financière.
                                   Cela n’a évidemment rien à voir avec le bonheur intérieur brut du pays.
                                   C’est même parfois tout l’inverse.
                                   Le crédit n’est pas un mal en soi. Il est un levier de production.
                                   Mais tout dépend de ce qu’on en fait.
                                   Si une étude de marché a été faite au préalable avant d’entreprendre.
                                   Travailler sur une planche savonneuse quand elle est en pente quand il y a trop de concurrents qui cassent les prix, là, c’est du suicide.
                                   Le problème comme vous dites est le même pour les sportifs.
                                   Pourquoi la progression des gains des sportifs ne sont-ils pas arithmétiques mais plutôt exponentiel ?
                                   Le premier qui monte sur podium qui gagne trois fois plus que le second, ce second 23 fois plus que le troisième.
                                   C’est cela le problème que l’on retrouve dans l’entreprise et qui crée un mouvement de jalousie.
                                   Le Japon a été un modèle de production pendant un temps.
                                   On y entrait et on y restait jusqu’en fin de carrière.
                                   De grandes entreprises comme dans la photo Canon et Nikon, qui en fait ne mettaient souvent qu’une étiquette sur la production qui venait de l’étage du dessous.

                                • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 14:52

                                  @samuel,

                                   Il faudra un jour que l’on vous explique que l’Europe est loin d’être le monde.
                                   Regardez plutôt comment les Etats Unis travaillent et comment la Chine a embrayé où tout passe je vous le rappelle par l’Etat mono-parti. .

                                • philippe913 28 septembre 2015 14:56

                                  @L’enfoiré
                                  le PIB un indice majeur de bonne santé financière ?
                                  Rien que cette affirmation vous décridibilise...


                                • philippe913 28 septembre 2015 14:57

                                  @philippe913
                                  et moi je me décrédibilise sur l’orthographe...


                                • jeanpiètre jeanpiètre 28 septembre 2015 21:48

                                  @Spartacus
                                  c’est curieux pour un larbin de la classe dominante de prendre pour pseudo spartacus.

                                  solcarlus etait plus en phase avec ton discours

                                • Spartacus Spartacus 28 septembre 2015 23:06

                                  @jeanpiètre

                                  Schopenhauser définissait les attaques ad personam comme le signe que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, cela consiste à quitter l’objet de la querelle (puisqu’on a perdu la partie) pour passer à l’adversaire, et à l’attaquer d’une manière ou d’une autre dans ce qu’il est......


                                  jeanpiètre, peut être n’avez vous jamais lu Shopenhauser ?

                                • samuel 29 septembre 2015 09:06

                                  @L’enfoiré

                                  Je vis en France qui est un état membre de l’union européenne. Je suis donc « soumis » aux modes de fonctionnement des institutions européennes et la discussion portait me semble-t-il sur notre espace économique.

                                  Je suis parfaitement au courant du mode de fonctionnement des autres banques centrale. En tout cas, merci de me faire part de vos lumières de la manière la plus condescendante qui soit. J’apprécie...



                                • Claudec Claudec 25 septembre 2015 21:29

                                  Le capitalisme n’est qu’une expression du matérialisme, dont les variantes, tant collectivistes que libérales, ont eu la faveur de tous les niveaux de la pyramide sociale (riches, classes moyennes et pauvres), au cours des siècles et de l’évolution des sciences, de l’industrie, de l’économie ... et de la démographie.

                                  Ceux qui prétendent que le capitalisme est condamné, expire, est moribond, voire mieux, est mort, se trompent ou mentent.

                                  Nous parvenons au contraire – pour le meilleur et pour le pire –, par l’enrichissement considérable de la société, à un capitalisme triomphant, avec la complicité, consciente ou objective, de tous : depuis ceux qui trônent au sommet de la pyramide sociale, jusqu’aux plus humbles qui vivent de leurs miettes. Il y a ainsi ceux qui ont beaucoup et qui en voudraient davantage, et ceux qui ont rien, et qui en voudraient bien un peu. 

                                  Crésus prêtait déjà aux moins riches que lui, qui achetaient la terre sur laquelle les esclaves puis les serfs, puis nos paysans travaillaient et vivaient (ou survivaient) de leur travail, avant la mutation industrielle par laquelle ils sont partis exercer leur activité en usine.

                                  Comparer l’avoir des plus riches au dénuement des plus pauvres, comme le font OXFAM, Piketty, Stiglitz et autres champions d’une lutte des classes ayant pourtant fait depuis toujours et partout la démonstration de sa vaine obstination, c’est omettre que la richesse des uns est constituée d’actifs dont les autres tirent leurs revenus, aussi faibles soient-ils. Ce sont ces avoirs – ce fameux Capital – qui financent les outils de l’économie, le progrès, l’emploi et la rémunération de tous ceux qui participent à l’accroissement de la richesse globale de la société. Ramener ce mécanisme à une comparaison de richesses individuelle n’a aucun sens, sauf à transformer la légitime aspiration au bien être des plus démunis, en soif d’un égalitarisme sommaire et sans issue.

                                  Richesse et pauvreté sont des conditions relatives, et en cela l’essence même de toute inégalité – non limitativement d’ordre matériel d’ailleurs–. La pauvreté existe par la richesse et réciproquement, instrumentalisée par les uns, combattue par les autres ; compensée dans une mesure toujours insatisfaisante, que ce soit par la solidarité ou par par la loi. Avec ou sans capital, la pauvreté est une fatalité liée à la structure incontournablement pyramidale de notre société et à notre démographie. Par le sort qui le fait naître dans une condition plutôt que dans une autre, chacun est, de sa naissance à sa mort, le riche ou le pauvre de plus pauvre ou de plus riche que lui, quelle que soit l’évolution de sa condition au cours de son existence.

                                  Ce qui n’est pas une fatalité par contre est la misère profonde dans une société d’abondance, et le nombre toujours croissant de ceux qui en souffrent, laissés pour compte du progrès.

                                  Plutôt que de nous obstiner, à la manière de la mouche qui se heurte contre la vitre qu’elle ne voit pas, à la poursuite d’une utopique suppression des inégalités, nous devons donc être conscients que notre seule possibilité est de les réduire par une population moindre – régulation des taux de natalité à l’échelle planétaire, par l’éducation notamment – et un choix entre plus de riches et moins de pauvres, ou moins de riches mais davantage de pauvres.


                                  • Robert Bibeau Robert Bibeau 25 septembre 2015 22:06
                                    @Claudec
                                    Vous avez tout faux mon bon ami.Comment peut-on écrire des choses semblables à moins d’être curé au prêche VOUS DITES

                                     "Comparer l’avoir des plus riches au dénuement des plus pauvres, comme le font OXFAM, Piketty, Stiglitz et autres champions d’une lutte des classes ayant pourtant fait depuis toujours et partout la démonstration de sa vaine obstination, c’est omettre que la richesse des uns est constituée d’actifs dont les autres tirent leurs revenus, aussi faibles soient-ils.

                                    Il est futile comme je l’ai maintes fois écrit de comparer la richesse des uns et des autres - et surtout OXFAM - PIKETTY et STIGLITZ ne sont surtout pas des tenants de la lutte des classes ni des gens de la gauche révolutionnaire.

                                    Il est TOTALEMENT faux d’écrire que la richesse des uns est constitué d’actifs ... En une journée les actions de FACEBOOK ont augmenté de 30 milliards de dollars - FACEBOOK a-t-il produit pour 30 milliards de richesse cette journée la  ??? NON. D’autres actifs ont été dévalués et de la fausse monnaie a été créé cette journée fatidique et comme une baudruche ce ballon dégonflera un jour.

                                    COMPRENEZ JE NE FAIS PAS GRIEF AUX RICHES D’ÊTRE RICHE. JE FAIS GRIEF AU MODE DE PRODUCTION CAPITALISTE DE NE PLUS ÊTRE CAPABLE DE SUBVENIR AUX BESOINS SOCIAUX DE TOUS. Ce mode de production est en bout de course incapable d’assumer la tâche pour laquelle il a été conçu - assurer la reproduction de l’espèce humaine.

                                    Il doit donc être détruit et remplacé par un système qui fonctionnera pour les fins que nous lui assignerons.
                                    Robert Bibeau
                                    Directeur LES7DUQUEBEC.COM


                                  • Claudec Claudec 25 septembre 2015 23:04

                                    @Robert Bibeau
                                    Ce n’est pas parce que Marx vous inspire (qui s’est mis le doigt dans l’œil jusqu’au coude, comme en atteste l’état actuel de sa doctrine et des pays qui l’avaient adoptée) que vous avez raison.


                                    Il est dans la nature des actifs, boursiers et autres, que leur valeur fluctue (en plus ou en moins car il existe de nombreux exemples de bouillons mémorables), au gré de leur âge, de leur état, des résultats qu’ils contribuent à atteindre et de la « foi » que leur accordent ceux qui les ont constitués et/ou les détiennent. Ils ne sont pas sortis d’un chapeau et sans l’initiative, l’esprit d’entreprise et la prise de risque de ceux qui les constituent en investissant, ceux à qui ils permettent d’exercer une activité rémunérée, attendraient le bon vouloir d’autres entrepreneurs qui, soit investissent eux-mêmes ou, s’ils sont démunis de capitaux, ont recours à ceux qui sont injectés dans l’économie par ceux qui en disposent.

                                    Quant à votre affirmation gratuite selon laquelle le mode de production capitaliste aurait pour tâche d’assurer la reproduction de l’espèce humaine, je vous en laisse la pleine responsabilité. Je suis pour ma part persuadé que la prolifération de l’espèce en question est la cause majeure de tous les maux actuels de la société.

                                    Chômage, pauvreté, inégalités, pillage des ressources naturelles sont autant de maux contre lesquels les politiques économiques et sociales des États ne peuvent avoir de sens que si sont pris en compte les fondamentaux de la démographie mondiale et les problèmes de surpopulation qu’elle génère, au détriment d’une planète mutilée de toutes parts et par voie de conséquence, des espèces qui la peuplent.

                                    Quels que soient les indicateurs et autres indices inventés ici ou là, autant au gré des idéologies dominantes que des besoins de la recherche, si la pauvreté augmente, si les inégalités se creusent, les raisons en sont avant tout l’augmentation considérable de la population et celle de la richesse globale que cette même population génère par son activité, avec l’aide du progrès ; le partage de cette richesse étant une toute autre affaire.

                                    Chaque jour, 220 000 êtres humains s’ajoutent à la population terrestre, qui devrait atteindre 9 milliards vers 2050 et dépasser 11 milliards au début du prochain siècle. Par l’effet du sort qui les a fait naître ainsi  ; produits des taux de natalité les plus élevés, les pauvres qui représentent la grande majorité (70% à en croire les critères de segmentation de la population généralement admis) de ces nouveaux arrivants vont rejoindre ceux qui surpeuplent déjà la base atrophiée d’une pyramide sociale dont le sommet s’élève inexorablement, accentuant chaque jour les écarts qui y règnent. La société, en répartissant tant bien que mal ses surcroîts de population miséreuse partout où cela peut contribuer à les résorber, y nourrit et accentue sa pauvreté et ses inégalités. Mécanisme démographique à l’origine de tous nos maux, mais sujet tabou.

                                    C’est par le contrôle de la population, en luttant contre le surnombre, et non par la croissance – car à quoi bon créer des emplois si le nombre de ceux qui les demandent croît toujours plus vite ? – ou par des postures compassionnelles sommaires, qu’il faut combattre les maux de la société. Ajustons notre nombre aux capacités de la planète et aux limites de notre gouvernance, le reste suivra ... s’il en est encore temps.


                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 06:06

                                    @Claudec
                                    La répartition de la richesse produite se fait par les salaires et l’impôt, redistribué sous forme de biens publics. Vous pouvez limiter les naissances, si personne ne veut payer ni salaires ni impôts, vous n’aurez pas davantage de justice sociale.


                                  • Claudec Claudec 26 septembre 2015 09:12

                                    @Fifi Brind_acier
                                    La justice sociale est un mythe sur lequel prospèrent toutes les utopies sociales. Pauvreté et richesse existent l’une par l’autre et chacun d’entre nous est et sera, jusqu’à la fin des temps, le pauvre ou le riche de plus riche ou plus pauvre que lui.


                                    Effectivement, salaires (et plus largement revenus) et impôts - dont les revenus constituent l’assiette -sont les principaux outils de répartition (bien imparfaite et insuffisante au regard de la misère de certains) des richesses ; ce que l’auteur de l’article devrait apprendre avant de proférer ses élucubrations aussi incohérentes que sommaires.


                                  • julius 1ER 26 septembre 2015 10:08
                                    Richesse et pauvreté sont des conditions relatives, et en cela l’essence même de toute inégalité – non limitativement d’ordre matériel d’ailleurs–

                                    @Claudec

                                    sauf que avant l’an 2000 l’échelle des salaires était de pratiquement de 1 à 10 ou à peu près et maintenant de 1 à 400 ou plus ..... et l’on était déjà dans un système capitaliste !!!!
                                    mais çà ..... c’était avant !!!!!!!!!!!!!!!!!

                                    alors tu peux continuer à faire des pages d’écritures sur l’égalitarisme ou l’inégalitarisme mais même les plus riches ont parfois du mal à justifier un tel état de fait .... car eux en ont conscience que ce qui est un abus de position dominante dans l’économie et ce qui va avec .....

                                    les crétins justifient cela par l’inégalité naturelle des êtres !!!!!

                                  • Claudec Claudec 26 septembre 2015 11:27

                                    @julius 1ER

                                    « sauf que avant l’an 2000 l’échelle des salaires était de pratiquement de 1 à 10 ou à peu près et maintenant de 1 à 400 ou plus ..... et l’on était déjà dans un système capitaliste !!!!
                                    mais çà ..... c’était avant !!!!!!!!!!!!!!!!! » 
                                    Effets d’un progrès auquel nous contribuons tous, bon gré mal gré, depuis toujours et que rien ne décourage. Et je me répète, mais au temps où l’échelle des revenus (et non des salaires) était (peut-être) de 1 à 10, Bill Gates existait déjà mais s’appelait Crésus.


                                    Crétin ou pas, qui peut sérieusement imaginer que si demain le grand partage avait lieu, mettant tous les individus à égalité de conditions, la pyramide sociale ne serait pas peuplée, après demain, de ceux qui auraient su faire fructifier leur avoir et ceux qui n’en aurait pas eu la capacité, ou l’envie ? Ambition, talent, courage, esprit d’entreprise, goût du risque, sens de l’épargne, aptitudes diverses des uns et des autres, sont tellement différents que les inégalités ne peuvent être compensées dans une mesure satisfaisante par nos lois, aussi compatissantes soient-elles à l’égard des plus défavorisés d’entre nous.

                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 17:55

                                    @Claudec
                                    50% de la richesse produite en France redistribuée, bien des pays du monde trouveraient que c’est le paradis !


                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 18:03

                                    @Claudec
                                    Partage salaires / capital. Les salaires font partie de la répartition des richesses produites.
                                    Mais comme la mondialisation, organisée par les Traités européens, fait pression sur les salaires, le partage se fait de plus en plus au détriment des salaires.


                                  • Sozenz 25 septembre 2015 21:46
                                    Comme celui qui a l’argent est toujours le maître de l’autre, le traitant se rend des­po­tique sur le prince même : il n’est pas législateur, mais il le force à donner des lois.
                                    Montesquieu, « L’esprit des lois. »

                                    Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout. Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation.
                                    Thomas Jefferson (troisième président des Etats-Unis)

                                    Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation,et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois.
                                    Mayer Amshel Rothschild (1743-1812)

                                    je vous donne le lien ce sera plus rapide !!

                                    http://liberonslamonnaie.blogspot.fr/2008/11/citations-historiques-sur-la-monnaie.html

                                    après cela la question n aura plus lieu d’être .


                                    • christophe nicolas christophe nicolas 25 septembre 2015 22:59

                                      Oui mais leur richesse n’est pas dans le porte monnaie, ce sont des actifs, des CA, des titres en grande partie. Leur richesse signifie qu’ils sont les chefs, c’est eux qui décident.


                                      Le problème est : sont-ils requins ou vache à lait ?

                                      Un exemple vaut mieux que les grands discours ; les constructeurs automobiles ont mis en place les injecteurs pompes haute pression alors que c’est un non sens technique. Maintenant, toutes les voitures sont équipés de cette technologie qui vous coûte un bras. BMW se met enfin au moteur à eau...

                                      Lorsque vous augmentez le nombre de particules dans une chambre de combustion à énergie égale, vous avez plus de quantité de mouvement et moins de chaleur donc le moteur marche mieux mais ça rallonge un peu le cycle de détente, c’est le système Pantone, c’est tout bête, ça vient de la physique statistique (4 fois plus de particules diminue leur vitesse par 2 et la température par 4).

                                      Vous avez deux façons de mettre plus de particules, en compressant un gaz, l’air en l’occurrence, ou en en vaporisant de l’eau, 18 g d’eau valant 22,4 litres sans besoin de compression, c’est la technique du turbo contre le système Pantone. En gros l’industrie automobile a mis en place un type moteur qui coopte le client par sa complexité inutile et nous a fait bouffer 20 ans d’injecteurs pompes à la c... au lieu de développer une technologie moins chère, plus propre, plus simple, moins consommatrice, plus logique scientifiquement...

                                      C’est un exemple de prédation avec entente globale pour augmenter le CA ou de l’incompétence ou de l’orgueil technologique avec la complicité des services de la réglementation qui laissent partir dans une mauvaise voie... à vous de choisir. De son coté, Paul Pantone a fait de l’hôpital psychiatrique pour le remercier, qui croira un fou à part quelques courageux ?



                                      • julius 1ER 26 septembre 2015 10:20

                                        @christophe nicolas


                                        de plus maintenant VW a ouvert la voie avec des logiciels qui truquent les statistiques ..... mais les crétins vont dire que c’est un accident capitalistique !!!! 

                                        un accident de la route en quelque sorte........ sans vouloir émettre l’idée que c’est une autre tare du système capitaliste monopoliste privé qui pour se maintenir en pole position est prêt à tout , truquer, tricher pour en donner encore plus aux actionnaires !!!!

                                        alors bien sûr « le fusible » Wintertorn va sauter cela évitera ou limitera le débat car comme de bien entendu c’était lui le méchant ou le mauvais ..... c’est un peu le Kerviel de la Société Générale !!!!!! 

                                      • ddacoudre ddacoudre 25 septembre 2015 23:11

                                        bonjour Robert

                                        j’ai apprécié ton article. j’ai essayé de comprendre comment le capitalisme s’y prenait pour toujours être présent quoi qu’il advienne même après ses crises cycliques, dont nous devons à juste titre en craindre une, bien que les moyens technologiques nous permettent de l’anticiper. malgré ce, tôt ou tard elle arrivera, car le capitalisme porte en son sein sa propre auto destruction.
                                        parfois je prends comme image une cellule qui ne reçois rien de l’extérieur, elle péri sous ses déchets, mais le capitalisme arrive a recycler ses déchets pour gonfler encore jusqu’à l’explosion. je dis quelque fois plus grossièrement qu’il se gave jusqu’au vomissement. sauf quand cela lui arrive ce sont des bulles ou des guerres, et il n’est pas dit, comme nous l’avons connu, que derrière en sorte une nouvelle organisation économique.
                                        La raison en est simple. toutes nos activités économiques nous les inscrivons dans un plan comptable qui est fait pour créer du capital et seulement cela au profit de ceux qui en sont les actionnaires ou les patrons. Malgré l’utopie de Bérégovoy qui voulait faire de chaque français salarié un actionnaire, ceux-ci se seraient et sont, pour ceux qui le sont, entrain de s’auto détruire, puisque leur existence de salarié représente une charge qui entrave la formation du capital, si ce dernier n’est pas emmené à s’endetter pour compenser ce qui ne lui est pas retourné et l’emprunt viendra gonfler encore le capital. Le mettre d’œuvre de tout cela est le plan comptable. alors que l’on soit idéologiquement ce que l’on veut, si l’on inscrit son activité dans un plan comptable l’on renforcera le capitalisme, jusqu’à l’aporie. http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Le-capitalometre-8441227.html.
                                        cordialement.


                                        • egos 26 septembre 2015 00:37

                                          @ddacoudre


                                          bsr

                                          « comment le capitalisme s’y prenait ... »

                                          tt simplement en ponctionnant les populations lors des phases d’effondrement de l’accumulation (intumescence) de capitaux spéculatifs

                                          la confusion entre investissement productif, comportant une nécessaire composante spéculative, et spéculation intrinsèquement spéculative (ie investissements ds l’art) est une approximation courante, la doxa incontournable, fort répandue depuis l’avènement des thèses libérales

                                          une autre approche tt aussi hasardeuse consiste à considérer que la répétition des cycles aboutira par nécessité (forme de fatalité eschatologique) à la désintégration du système capitaliste 

                                          le propre des cycles réside ds leur nature répétitive et non vectorielle (du moins cette approche est à relativiser si l’on s’arête aux notions d’échelle et de volume)

                                          de ce point de vue, « tant qu’il y aura des hommes » et des femmes disposant d’un capital issu de leur travail, renouvelable par cycles, 
                                          ou puiser les ressources financières au moment opportun (que ce soit par la ruine, la dette ou l’impôt ) perdureront les phases spéculatives et de crises éco-boursières.

                                          l’effort de guerre, par exemple fournit, un alibi efficace et idéal à ce type de spoliation

                                          le capitalisme perdurera aussi longtemps que l’existence de ce fond de garantie que constituent les populations laborieuses, ce terme inclut également les artisans, commerçants, professions indépendantes et une fraction des csp+


                                          adage

                                          « s’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème »

                                        • ddacoudre ddacoudre 26 septembre 2015 08:29

                                          @egos

                                          bonjour. notre vision de nos relations s’établissent sur un rapport naturel (dominant dominé) que vient modifier l’interdépendance des uns et des autres pour produire ce que la terre contient mais ne nous offre pas sans une certaine transformation du à notre travail. interpréter cela par une mesure économique modifie sa réalité, ainsi des productions ou des produits qui n’ont de valeurs que leurs propriétés physiques acquièrent une valeur d’échange qui n’est qu’une valeur spéculative. cette valeur à son tour devient la justification d’une possession pour affirmer sa supériorité vis a vis d’un autre qui nous nommera en fonction de notre aptitude à nous livrer une compétition dans ce but, au delà de la seule nécessité. ainsi chacun va devenir la justification de la valeur de l’autre.
                                          tu as donc raison de dire que ce système tient à l’existence des hommes, mais nous pouvons aujourd’hui sortir de cet archaïsme et en sortir s ’appelle la civilisation.
                                          http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-capitalisme-est-la-marque-de-l-homme-prehistorique-120716748.html.
                                          http://ddacoudre.over-blog.com/2015/02/pour-creer-des-emplois-il-faut-en-suprimer.html.
                                          cordialement.


                                        • Claudec Claudec 26 septembre 2015 09:24

                                          @ddacoudre
                                          Le salaire est tiré du profit lui-même issu de l’activité qu’il rémunère (plus ou moins équitablement selon qui l’accorde ou le reçoit). Il n’entrave pas la formation du capital mais bien au contraire la favorise, ce que vous admettez en conclusion. Magistrale contradiction.

                                          « Le mettre (maître) de tout cela est le plan comptable » - Elle est bien bonne celle-là !

                                        • ddacoudre ddacoudre 26 septembre 2015 13:03

                                          @Claudec

                                          si ce que tu soutiens était exact nous n’aurions jamais eu d’humains en servitudes, d’humain esclaves et la condition salariale n’existerait pas, et aujourd’hui il n’irai pas chercher la main d’œuvre la plus pauvre. quand nous reprenons l’histoire humaine, il s’impose de constater que ce sont une frange de la population qui se sont élevés contre cela donnant aux jacquerie épisodiques une conscience politique pour générer le socialisme.
                                          le capital ne distribue que contraint, ou si de sa redistribution il peut en retirer le double.
                                          aujourd’hui nous pourrions retrouver la maitrise de la création monétaire par le peuple pour faire face aux défis de ce siècle, le capital y est disposé si cela lui rapporte une plus valu.
                                          http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Nous-ne-pourrons-pas-survivre-a-une-societe-qui-ne-reduit-l-existence-humaine-qu-a-une-valeur-compta-7612473.html
                                          cordialement.


                                        • Robert Bibeau Robert Bibeau 26 septembre 2015 14:55
                                          @ddacoudre

                                          MERCI Dacoudre de contribuer au débat Tu écris « toutes nos activités économiques nous les inscrivons dans un plan comptable qui est fait pour créer du capital et seulement cela au profit de ceux qui en sont les actionnaires ou les patrons. » 

                                          Tu te leurre quand tu écris TOUTES NOS AVTIVITÉS... L’histoire de l’humanité est l’histoire de la lute de classe. Ce NOS que tu utilises porte la responsabilité sur tout un chacun alors que tu sais comme moi que es prolos - comme toi et moi n’avons AUCUN pouvoir. Nous sommes aliénés - esclave salarié - et on nous fait croire que nous avons un pouvoir une fois tous les 4 ans en choisissant entre un parti de crétin et un parti d’intriguant qui au pouvoir politique ne contrôle rien et sert ses maîtres capitalistes qui eux possède tous le pouvoir.

                                           1) Inutile de tenter de créer un parti électoral pour les pauvres - Une fois au pouvoir il ne pourra rien faire
                                          2) Inutile de tenter de désolidariser ou contrer la classe capitaliste - elle ne peut fonctionner autrement et elle ne peut faire fonctionner le capitalisme autrement IMPOSSIBLE. Cette machine est indépendante des pecnots et des bobos et des gros capitaux 
                                          3) Elle roule selon des lois impératives inévitables.

                                          4) Il faut donc la détruire - l’éradiquer - l’empêcher de nuire - l’écraser et construire un nouveau mode de production sur de nouvelles lois et de nouvelles bases sociales = le communisme vrai (pas celui de Moscou, Tirana ou Pékin ) 

                                          Robert Bibeau
                                          Directeur LES7DUQUEBEC.COM


                                        • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 15:09

                                          @ddacoudre Bonjour,


                                           Pourquoi le capitalisme est toujours présent quoi qu’il advienne ?
                                           Parce qu’il va dans le sens de comment l’homme fonctionne. 
                                           Je vous conseille de lire le nouveau livre de Paul Jorion que j’ai parcouru en diagonale, « Penser tout haut l’économie avec Keynes ».
                                           Une étude très fouillée sur tout cela.
                                           Je ne partage pas tout parce qu’il a éclipsé un ou deux points, mais cela tient la route. 
                                           La Bourse comme il le dit et comme je le dis moi qui ai fait partie de ce qu’on appelle « le numérique » n’a rien à voir avec cela.
                                           La Bourse fait partie du monde analogique.
                                           Le capitalisme a créé l’abondance pour garder du profit, elle a ouvert les frontières pour élargir ses potentiels de clients ou de prospects Il savait pertinemment bien que les prix allaient chuter et qu’il n’y avait que ce qui était rare qui garderait sa valeur.
                                           Le plan comptable voulait du numérique, bien entendu et de la précision en plus.
                                           La comptabilité générale est loin de donner une idée générale sur l’environnement de son business.
                                           Si vous connaissez la comptabilité analytique vous verrez d"un autre oeil ce qui en est dans d’autres réalités.
                                           Les actionnaires, cela peut être vous et moi. 
                                           Vous n’êtes pas empêché d’acheter des actions, je présume.
                                           D’ailleurs avec les plans de pension vous êtes parfois actionnaires comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose mais pas en ligne directe.
                                           Ce sont ces plans de pension qui font parfois dévier tout le système de la Bourse par la masse. 

                                          Cordialement


                                        • philippe913 28 septembre 2015 15:17

                                          @Robert Bibeau
                                          et c’est quoi, le vrai communisme ? concrètement.


                                        • rocla+ rocla+ 28 septembre 2015 15:32

                                          Le vrai communisme c ’est du Bibeau ...


                                        • Robert Bibeau Robert Bibeau 28 septembre 2015 16:00
                                          @philippe913

                                          Votre question FORT PERTINENTE comporte deux volets

                                          1) Volet A ) qu’est-ce qu’un communiste - dans le sens de militant révolutionnaire. C’est un individu qui renonce à ses intérêts personnels - à ses intérêts de classe (s’il n’est pas prolétaire) et se met totalement au service de la clase ouvrière - de ses intérêts révolutionnaires. Un individu qui a le niveau de conscience suffisant pour savoir qu’il n’y a rien à attendre du capital - du capitalisme - de la bourgeoisie - et qui sait que seul le renversement total de l’État bourgeois - du mode de production capitaliste peur résoudre les contradictions de notre temps.

                                          2) Ce communiste milite - travail donc à la destruction du capitalisme mais le problème c’est qu’il ne sait pas quel mode de production devra surgir - obligatoirement - de la destruction du précédent - Nous savons seulement que nous convenons tous de l’appeler le COMMUNISME. Que sera le mode de production COMMUNISTE ?? Je ne le sais pas. Mais je sais assurément que ce ne sera pas comme en URSS, en CHINE, au VIETNAM, au CAMBODGE, à CUBA etc. 

                                          3) Seule la classe ouvrière mondiale détient la réponse à cette énigme. 

                                        • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 16:38

                                          DD,


                                           Voici un aperçu global du livre de Paul Jorion avec un préavis qui arrive dans l’actualité.

                                        • philippe913 29 septembre 2015 08:15

                                          @Robert Bibeau
                                          Voilà, donc, on détruit qqchose qui fonctionne à peu près, pour sauter dans l’inconnu sans rien prévoir, sur un postulat de base qui n’est même pas exact.
                                          Magnifique réflexion.


                                        • Samson Samson 26 septembre 2015 01:38

                                          « C’est le mode de production capitaliste tout entier qui et en cavale, et l’unique solution est de changer de mode de production pas de réparer l’irréparable »citron« en crevaison.  »

                                          On cogite bien du côté de la « Belle Province » : jolie formule !  smiley
                                          Un peu dur néanmoins d’’envisager de se résigner à attendre que tout çà s’écroule seul !
                                          D’autant que, dans l’intervalle, se retrouver du fait de l’automatisation des tâches et de la maximisation des profits - fussent-ils purement virtuels - dépouillés et réduits aux allocations de substitution et autres galères destinées à mieux nous signifier la vanité de nos existences, dans l’incertitude et l’angoisse permanente quant aux moyens d’encore demain loger sous un toit, n’a rien de bien glorieux, ... pour ne pas dire de franchement et profondément désespérant !

                                          Je suis fatigué d’attendre !!! smiley

                                          En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 06:22

                                            @Samson
                                            Le travail n’a pas disparu, ce sont les régulations qui ont été supprimées par les Traités européens pour faciliter l’exploitation dans des pays aux salaires les plus faibles. Exemple la Birmanie, qui vient royalement d’octroyer le salaire minimum journalier à 2,47 euros, pour une journée normale de 8 heures. Dans une économie ouverte, aucune entreprise ne peut survivre à cette concurrence.


                                            Vos emplois ont été supprimés ici, et délocalisés ailleurs.
                                            Les productions sont sur les bateaux porte conteneurs.

                                            Voici ce qui reste de l’emploi industriel en France, après 40 ans de dérégulations.
                                            Mais rien n’est perdu, toutes les lois qui régulaient, peuvent être remises en place.
                                            Pour cela, il faut retrouver la souveraineté et sortir des Traités européens qui ont ouvert la porte à la mondialisation. Remettre en place les frontières, les quotas aux importations sur les secteurs stratégiques, remettre en place le rôle de la Banque de France et ses prêts à taux 0%, remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux pour faire cesser les délocalisations etc.

                                          • christophe nicolas christophe nicolas 26 septembre 2015 08:30

                                            @Fifi Brind_acier
                                            Exactement, il y aura toujours des chefs, on les appellera milliardaires, Mr le Duc ou Camarade du politbureau, ça change quoi ?


                                            Ce qui est important, ce sont les régulations. La première est spirituelle puisque pour avoir la justice, il faut la désirer, il faut l’aimer. Après, il faut quelque chose au dessus de l’argent roi et ça s’appelle une nation avec des règles communes pour mettre en pratique une régulation qui favorise la justice qui est de deux ordres, celle du travail et celle du mérite parce que ne nous y trompons pas, un petit nombre de la population fait avancer la société dans le bon chemin donc il faut satisfaire les uns et les autre mais ce n’est pas cela qui pose un souci. 

                                          • Robert Bibeau Robert Bibeau 26 septembre 2015 15:14
                                            @Fifi Brind_acier
                                            FIFI a totalement raison ENTIÈREMENT quand elle dévoile la série de LOIS de dérégulation - de libre échange - d’internationalisation - globalisation - mondialisation de l’économie dans chaque pays - je dis bien chaque pays au Canada c’est la même chose. Et savez-vous - La Birmanie est concurrencée par l’Éthiopie et l’Érythrée ...

                                            De plus n’oubliez pas que ce salaire minable en Birmanie n’est pas véritablement une concurrence face à la France. Les gens en Birmanie qui sont payés è ce salaire sont absolument incapable de manoeuvrer une machine outil chez AIRBUS ni de souder au lazer une aile d’avion.

                                            FIFI a totalement tort ENTIÈREMENT quand elle écrit que le prolétariat français - canadien - étatsunien - allemand etc. peut rétablir ces lois frontières - barrières tarifaires - régulations en tout genre. FAUX. Impossible. 

                                            Les lois sont le résultat de la lutte de classe entre classes antagonistes. Les lois accrédite - surviennent APRÈS le fait - après la transformation de l’économie et consacre les nouvelles règles économiques déjà établies dans la réalité.

                                            L’abolition des frontières douanières survient après la délocalisation industrielle - et les lois s’acclimatent - officialisent - consacrent ces changements - les lois bourgeoises ne les précèdent pas.

                                            Peugeot - Citroen - Renault , Airbus etc... seraient les premières entreprises (leurs actionnaires bien entendu et leurs conseils d’administration s’entend) à s’objecter à la remise en force des lois - régulations - barrières tarifaires si jamais un polichinelle politique au pouvoir (Dieu nous en réserve) se mettait en tête de rétablir les barrières douanières. Ils le vireraient vite fait ou le ferait assassiner. Oubliez ces folichonneries cher FIFI.

                                            CONCLUSION

                                            Seul le renversement violent - radical - complet total de l’État bourgeois et du mode de production 
                                            capitaliste et la construction d’un VRAI nouveau mode de production pourra permettre de construire un monde nouveau où l’ouvrier birman ne serait plus surexploité par les multinationales au même titre que l’ouvrier français de Airbus est lui aussi exploité par les multinationales qui ne parviennent même pas à faire fonctionner leur système social.

                                            Robert Bibeau
                                            Directeur LES&DUQUEBEC.COM




                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 18:12

                                            @Robert Bibeau
                                            La révolution, sinon, rien, si je comprends bien...


                                            Et que font les BRICS ? Sinon prendre des décisions pour protéger leurs secteurs stratégiques.
                                            Il vous a échappé que le Venezuela et la Russie ont nationalisé leur pétrole ? Et que l’ Islande et l’Argentine n’ont pas remboursé leur dette entièrement ? S’ils ont pu le faire, c’est que ce sont des pays souverains.

                                            Le Canada, comme les pays européens sont piégés dans des traités léonins de soumission aux USA.
                                            Sauf que l’économie américaine n’est plus triomphante comme elle le fut.
                                            Tout à une fin, un monde multipolaire est en train de naître, pendant que l’économie américaine s’effondre.

                                          • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 15:24

                                            @Fifi Brind_acier bonjour,


                                             Non, le travail n’a pas disparu, mais il a été dévié vers les services spécialisés et non plus vers la grande industrie qui d’un emploi conséquent.
                                             Un emploi qui demandent quelques neurones de plus et moins de bras.
                                             Oui, l’Europe est libérale dans son fondement.
                                             Les vases communicants ont fait le reste.
                                             L’Europe est là comme notaire garante de tout ce qui entre et sort de ses frontières.
                                             Le monde est différentes vitesses.
                                             Comparer la Birmanie avec l’occident, c’est comparer des pommes et des poires.
                                             Ce sont des fruits, mais cela ne se mange pas de la même façon.
                                             La souveraineté de la France va tout régler ?
                                             Là, c’est croire au Père Noël qui croit qu’il va pouvoir mettre des cadeaux dans les cheminées avec toujours les mêmes bombons pour les enfants que nous sommes ;
                                             La France est nulle dans quelques domaines, je vous rappelle.
                                             Plus aucune pays ne peut vivre de sa seule production sans essayer de trouver des débouchés chez ses concurrents et voisins ;
                                             Chacun des pays ont des points forts et des points faibles.
                                             Comme pour les points forts, la consommation ne peut s’écouler en interne, il faut bien qu’elle exporte celle-ci.
                                             Elle délocalise, bien sûr, à la recherche du meilleur compromis, de prix et de compétences.
                                             Seul ce qui est rare restera avec une valeur intemporelle.
                                             Regardez certains arts de peintures et autres. 
                                             Ils bonifient et se surenchérissent même avec le temps....
                                             Achetez de bonnes bouteilles de vins... et mettez les en caves....

                                          • Robert Bibeau Robert Bibeau 28 septembre 2015 16:10
                                            @Fifi Brind_acier

                                            1) Les BRICS constituent le camp impérialiste opposé au camp impérialiste occidental. La Chine vient de s’impliquer concrètement dans la guerre d Syrie dans laquelle la Russie est plongée jusqu’au cou. Et tout cela n’augure rien de bon pour le prolétariat mondial qui servira encore une fois de chair à canon pour leur guerre - la 3e - mondiale.

                                            2) Le Canada piégé ???? La bourgeoisie canadienne est partie prenante de ces traités léonins d’échanges - de commerce international. Le Canada n’est pas une entité unique - Le Canada ce sont les capitalistes canadiens alliés des USA - parti prenante de ces accords et de ces profits pressentis et c’est aussi le Canada le prolétariat canadien allié du prolétariat américain tous les deux opprimés - aliénés - exploités par leurs capitalistes respectifs.

                                            3) Idem our le Venezuela et l’Argentine et les BRICS

                                            4) OUI l’économie impérialiste américaine s’effondre mais tu oublies qu’en s’effondrant l’économie capitaliste la plus évoluée - avancée - en autodestruction de la planète emportera toutes les autres économies mondiales impérialistes car toutes les économies (nationales - sic) sont intereliées - attachées - imbriquées

                                            OUI LA RÉVOLUTION OU RIEN EN EFFET

                                             

                                          • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 16:54

                                            @Cher Robert Bibeau,


                                             « La révolution ou rien en effet’
                                            Tout de suite les gros mots que je réduis en minuscules si vous le voulez bien.
                                            Vous vous croyez encore en 1789 ?
                                            Je crois, cher Robert, que vous devriez un peu comprendre les fondement et les origines de ce que vous haïssez avant de vous lancer tête baissé dans la bataille.
                                            Les BRICS semblent être dans les pays non-alignés et le sont les deux pieds joints.
                                            Je ne vous apprends rien en disant que le Canada est en deux parties bien distincts linguistiquement et financièrement.
                                            Au début de la crise, j’écrivais que la crise a commencé par les subprimes américaines et que la crise devra retrouver des couleurs et un nouveau souffle par la même voie.
                                            Elle a été dépassée par la Chine parce que tous les autres pays du monde rêvaient à elle comme d’une locomotive pour eux-mêmes comme une sorte d’aimant.
                                             »La Chine est une bombe à retardement" disait un opposant chinois dont je ne me souviens pas du nom...

                                          • julius 1ER 26 septembre 2015 09:09

                                            en résonance avec cet article je lisais il y a quelques jours qu’au Etats-Unis , un milliardaire qui a fait fortune dans l’immobilier a décidé de financer les écoles publiques de New-york à raison de 10 000 euros par prof, ce qui assure des sommes importantes, .........car dixit le milliardaire « les enseignants dans le public ne sont pas assez payés »...........


                                            ce qui va totalement à l’encontre des théories des Zéric et autres Spartacus qui tapent sur les fonctionnaires à longueurs de forums et qui nous parlent d’un monde où seul ce qui est privatisé est formidable !!!!!

                                            ce milliardaire est soit devenu fou ( car il devrait laisser crever l’enseignement public, source de tellement de maux ) ou bien les raisons qu’il invoque ne sont pas les vraies raisons !!!!!

                                            j’attends les commentaires de nos Zérics et autres Spartacus sur ce genre de problématique ....

                                            • Robert Bibeau Robert Bibeau 26 septembre 2015 15:24
                                              @julius 1ER
                                              Je vous certifie monsieur que les enseignants aux USA ne sont absolument as assez payé.

                                              Savez-vous qu’ils risquent leur vie au travail. Autant qu’un policier.
                                              Dans plusieurs écoles publics - à l’entrée il y a des détecteurs de métal pour récupérer les armes blanches et les pistolets et je ne vous dis pas les menaces qu’ils reçoivent des vendeurs de drogues etc. Spartacus est un ignare monsieur.

                                              Maintenant POURQUOI ce bobo donne-t-il des sous aux écoles ??? Parce que ce milliardaire a compris que la société américaine est un baril de poudre. Et il se berce de l’illusion qu’il peut éteindre ce baril de poudre à partir de l’école - Et il se goure totalement.

                                              L’École aux USA comme partout dans le monde - la prison également - sont des microcosmes de la société toute entière.

                                              Les écoles - les étudiants des écoles et les profs feront leur part dans l’insurrection à venir dans l’ensemble de la société américaine. Ils ne seront pas les leaders mais ils y participeront du côté du prolétariat soyez en assuré.

                                              Pendant que ce gogo donne son fric à ces pauvres enseignants c’est très bien ne l’en découragez pas. Ca se prend bien 10 000 $

                                              Robert Bibeau
                                              Directeur LES7DUQUEBEC.COM

                                               

                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 18:16

                                              @julius 1ER
                                              Si les riches Américains acceptaient de payer des impôts, et que ces impôts ne servaient pas à engraisser le lobby militaro industriel, il y a aurait sans doute de quoi payer les enseignants....
                                              « Stiglitz, l’économie américaine est malade des inégalités »
                                              Pour l’instant, le modèle social français sert d’amortisseur, mais pour combien de temps encore ?


                                            • TotoRhino TotoRhino 26 septembre 2015 10:17

                                              Tout d’abord, je pense qu’il est vrai que l’argent ne fournit pas le travail, c’est l’inverse. En effet, à la base l’argent n’existait pas, le travail si. C’est la masse de travail que l’on a voulu monétiser. Une fois l’argent créé, le système monétaire s’est mis en place de façon de plus en plus élaboré au point de devenir le centre de tout. Donc, à mon sens, dire qu’il faut un capital pour commencer c’est admettre que l’argent est la base de tout.

                                              Bref.

                                              Je comprends ce que cherche à dire Robert Bibeau et, malheureusement, je crains qu’il n’ait raison. Je trouve, sans vouloir choquer personne, je vous assure, que la plupart de ses contradicteurs sont l’exemple même que le système en place n’est pas prêt de s’arrêter et seul son effondrement sur lui-même aura raison de lui, il est conçu comme ça, c’est effectivement dans ses gênes.

                                              Il est donc, à mon sens, illusoire de croire que notre système capitaliste peut se remettre en question, de par sa nature c’est impossible. Mathématiquement, un système conçu pour grossir sans cesse dans un monde fini ne peut pas être pérenne, et sa gourmandise aura raison de lui.

                                              De toute façon, je pense qu’AUCUN système n’est éternel, la nature nous le prouve tous les jours de son histoire. Alors penser que l’homme aurait inventé un système universel est bien révélateur de son arrogance et de sa faiblesse.

                                              Les riches ne sont pas des psychopathes de naissance (ou rarement), ils le deviennent. Nous sommes tous des riches en puissance, c’est dans la nature humaine.

                                              Je crois, comme Michel Onfray, que notre civilisation est sur le déclin, alors notre système monétaire, je n’en cause même pas.

                                              L’homme a la faculté de s’adapter au pire et c’est ce qu’il devra faire à nouveau lorsque notre système capitaliste aura atteint sa taille critique ; en espérant qu’une guerre ne vienne pas accélérer le processus.


                                              • Claudec Claudec 26 septembre 2015 11:44

                                                @TotoRhino
                                                Toute civilisation est vouée à disparaître, comme le démontre l’histoire, et ce qui les caractérise avec elles, dont leur système monétaire. Ceci dit, travail et monnaie interviennent sur un marché particulier pour s’y échanger, comme il en est de tout ce qui a une valeur.


                                                A propos de guerre, n’y sommes-nous pas ? A la différence qu’elles n’ont plus besoin de déclarations officielles 

                                              • TotoRhino TotoRhino 26 septembre 2015 13:54

                                                @Claudec
                                                Non, nous, nous n’y sommes pas, loin de là.

                                                Nous sommes encore dans un cocon bien au chaud qui se contente de regarder les guerres qui les entourent au travers de leurs écrans et de tenter de trouver une raison à tout ça.
                                                Si nous étions en guerre, la vraie, physiquement, on ne serait pas là à blablater sur ce qui nous arrivent.
                                                Nous chercherions tout simplement comment survivre jusqu’au lendemain.

                                              • Robert Bibeau Robert Bibeau 26 septembre 2015 15:35
                                                @TotoRhino

                                                EFFECTIVEMENT nous n’y sommes pas encore. Mais ça s’en vient à grand pas.

                                                La crise systémique du capitalisme devra d’abord s’approfondir - s’intensifier - La Grande Dépression nous déprimer - et là les conditions de la 3e guerre mondiale seront rassemblée -ou alors l’insurrection populaire - transformer en révolution prolétarienne empêchera que cette 3e holocauste mondial n’éclate.

                                                Mais je ne suis pas optimiste de ce côté - l’histoire nous a montré que la classe sociale opprimée doit descendre au fond du baril avant de sursauter - avant de trouver l’énergie - la force et le courage de tout balayer et de construire un nouveau mode de production. Voyez la révolution française.

                                                Voyez les 2 premières guerres mondiales ... malheureusement ces guerres survenaient trop tôt dans le processus de développement du mode de production capitaliste - qui avait encore des capacités de croissance - ce qui n’est plus le cas aujourd’hui

                                                MAIS je ne contrôle absolument pas le facteur subjectif de la révolution à venir - et mes faibles écrits ne rejoignent pas la classe qui sera la première concernée par cette révolution à gagner.

                                                Il se peut que la guerre mondiale étant et la révolution s’en suivant - le prolétariat se laisse duper par quelques bobos déjantés - tenté de réformer ce carrosse rapiécé, friper, dépenailler. ( smiley

                                                On verra bien

                                                Robert Bibeau
                                                Directeur. Les7duquebec.com
                                                 

                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 18:23

                                                @TotoRhino
                                                La préservation des acquis sociaux devrait logiquement relever de l’action syndicale, qui rassemble bien plus largement que les partis politiques.


                                                Or les syndicats sont neutralisés, les uns par les financements européens, les autres par les financements de l’ Etat et des entreprises, qui ont acheté la paix sociale.
                                                Rapport Perruchot sur l’argent des syndicats

                                                « Syndicats, corruption, dérives et trahisons »
                                                Il urge de sortir des Traités européens, mais aussi de reconstruire des syndicats indépendants.
                                                Le MEDEF, lui est très bien organisé.


                                              • Pelletier Jean Pelletier Jean 26 septembre 2015 17:29

                                                @Robert,


                                                Jusqu’où cette « bulle » ira-t-elle ? et jusqu’à quand les populations accepteront-elles d’en subir les néfastes conséquences ?


                                                • TotoRhino TotoRhino 26 septembre 2015 18:21

                                                  @Pelletier Jean
                                                  La population française ne bronchera pas tant que son existence ne sera pas remise en cause et on en est loin, il n’y a qu’à voir cela :

                                                  Ce n’est pas donc pour demain, le cocon est bien trop confortable.

                                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 septembre 2015 18:29

                                                  @TotoRhino
                                                   Si je vous comprends bien, surtout « ne défendons pas les acquis, ne sortons pas de l’ UE, laissons la misère s’installer, et quand ils en auront bien pris plein la gueule, nous serons là pour les diriger ».


                                                  J’ai entendu de nombreuses fois cette politique du pire, de la part de gens de Gôoche, je la trouve lamentable. Dites- vous bien qu’au final, les populations sauront reconnaître ceux qui les ont défendues.

                                                • TotoRhino TotoRhino 26 septembre 2015 18:56

                                                  @Fifi Brind_acier

                                                  Allons, allons, voilà je vous réponds.

                                                  Vous ne me comprenez pas, non.

                                                  Je ne suis plus moralement dans ce système, je ne m’y reconnais plus, il ne m’intéresse plus, voilà tout.

                                                  Vous me « traiter » de gôoche visiblement. Bah, et après ? Vous critiquez un système qu’au fond vous défendez, ou au moins auquel vous vous référez, ce n’est plus mon cas.

                                                  Alors si vous voulez, je suis de gauche, de droite, du centre, d’en haut, d’en bas... je m’en fous.

                                                  J’ai eu ma part de participation dans la défense de mes (nos) droits et si je ne suis pas reconnu par ces « populations » dont vous semblez vous faire le porte-parole, ben ce n’est pas si grave, car je n’en demandais pas tant.

                                                  Alors afin que vous me compreniez mieux, oui, je pense que : il faut défendre ses acquis, il faut sortir de l’UE, etc.

                                                  Le problème est que la majorité de la « population » est heureuse comme elle est (voir mon lien plus haut). Alors vous pouvez tenter de forcer ces heureux travailleurs français à se réveiller, se syndicaliser et descendre dans la rue pour défendre leurs droits, mais je crains que vous n’en ayez pas les moyens. Vous me faites penser à ces fous de guerre qui vont répandre la bonne parole occidentale dans les pays musulmans à coups de bombes pour forcer ces populations à entendre raison, sauf qu’eux, ils en ont les moyens.


                                                • TotoRhino TotoRhino 26 septembre 2015 18:59

                                                  @Fifi Brind_acier

                                                  Allons, allons, voilà je vous réponds.

                                                  Vous ne me comprenez pas, non.

                                                  Je ne suis plus moralement dans ce système, je ne m’y reconnais plus, il ne m’intéresse plus, voilà tout.

                                                  Vous me « traiter » de gôoche visiblement. Bah, et après ? Vous critiquez un système qu’au fond vous défendez, ou au moins auquel vous vous référez, ce n’est plus mon cas.

                                                  Alors si vous voulez, je suis de gauche, de droite, du centre, d’en haut, d’en bas... je m’en fous.

                                                  J’ai eu ma part de participation dans la défense de mes (nos) droits et si je ne suis pas reconnu par ces « populations » dont vous semblez vous faire le porte-parole, ben ce n’est pas si grave, car je n’en demandais pas tant.

                                                  Alors afin que vous me compreniez mieux, oui, je pense que : il faut défendre ses acquis, il faut sortir de l’UE, etc.

                                                  Le problème est que la majorité de la « population » est heureuse comme elle est (voir mon lien plus haut). Alors vous pouvez tenter de forcer ces heureux travailleurs français à se réveiller, se syndicaliser et descendre dans la rue pour défendre leurs droits, mais je crains que vous n’en ayez pas les moyens. Vous me faites penser à ces fous de guerre qui vont répandre la bonne parole occidentale dans les pays musulmans à coups de bombes pour forcer ces populations à entendre raison, sauf qu’eux, ils en ont les moyens.


                                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 septembre 2015 08:43

                                                  @TotoRhino
                                                  « la majorité de la population est heureuse » ??
                                                  Vous bossez pour l’agence de sondages ODOXA ?
                                                  C’est elle qui dit que les Français sont majoritairement d’accord avec toutes les mesures structurelles de Macron !


                                                  Mais ce n’est pas ce que disent les Français quand vous discutez avec eux. Allez demander leur avis aux salariés licenciés dans les régions désindustrialisés, aux CDD de quelques heures ou quelques jours, aux jeunes qui ne trouvent pas de boulot, ou aux agriculteurs... La pauvreté atteint désormais les retraités, dont les pensions sont gelées depuis des années.
                                                  Mais plus personne ne parle de syndicat, comme si tout reposait sur les partis politiques.

                                                  L’UPR n’a aucunement l’intention de déclencher une guerre civile, elle veut sortir de l’ UE légalement.

                                                • Robert Bibeau Robert Bibeau 28 septembre 2015 16:20
                                                  @Pelletier Jean

                                                  Il faut comprendre que cette « BULLE » comme vous l’appelez n’est qu’un symptôme de la maladie profonde - d’où il importe peu de savoir l’échéancier de cette « bulle-ci » - sachant que comme tout symptôme - une fois passé le coup de fièvre - tout recommencera comme avant. RAPPELEZ-VOUS LA CRISE DE 2008.

                                                  Les politiciens bourgeois de gauche comme de droite et les capitalistes avaient promis de faire le ménage dans la maison de verre et nous nous préparons tous à la prochaine crise puis ce sera la suivante jusqu’au jour...

                                                  On écrit ci-haut qu’en France il n’y aurait que des bourgeois trop heureux pour faire la révolution ou alors que seul la catastrophe leur faisant perdre leurs derniers deniers les mènera à l’insurrection.

                                                  CE GARS A RAISON et il en est de même au Canada - aux USA et en Allemagne etc. Mais je le rassure la classe capitaliste - sans le vouloir - prépare toutes les conditions de cet effondrement - ET nous n’avons aucun moyen de les en empêchés et eux non plus - ce sont les lois inéluctables du développement du mod de production capitaliste

                                                  Alors la catastrophe suivra la précédente et sera suivit d’une suivante jusqu’à ce que nous donnions le coup de grâce à l’animal agonisant par bonté le ferons-nous ??????

                                                  Robert Bibeau
                                                  Directeur LES7DUQUEBEC.COM



                                                • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 17:26

                                                  @Robert Bibeau,


                                                  « Les politiciens bourgeois de gauche comme de droite et les capitalistes avaient promis de faire le ménage dans la maison de verre et nous nous préparons tous à la prochaine crise puis ce sera la suivante jusqu’au jour... »

                                                  mais mon cher Robert, ils l’ont fait.
                                                  Ils ont restructuré en diminuant les coûts puisque augmenter les revenus étaient devenus impossibles.
                                                  Un coup de Mars et cela repart dit la pub. smiley
                                                  Vous oubliez la force du marketing qui fait rêver.
                                                  La télé, internet s’y emploient sans même vous en rendre compte.
                                                  Oui, cela passe par Facebook que j’appelle souvent Fakebook.
                                                  Le gratuit à la cote sur Internet. 
                                                  Mais c’est en compensation en parallèle de la pub.
                                                  Regardez autour de vos articles sur Avox.
                                                  Du temps où je commentais sur le blog de Paul Jorion, je disais que c’était elle qu’il fallait tout d’abord sortir des médias. Paroles qu’il n’a pas pris en considération dans son dernier livre si je n’ai pas passé un chapitre parce que j’ai lu assez vite.
                                                  Le « jusqu’au jour où... » c’est peut être cela.


                                                • Robert Bibeau Robert Bibeau 28 septembre 2015 18:14
                                                  @L’enfoiré

                                                  Ils n’ont pas fait le ménage - mais été capable d’endigué l’effondrement. Ils ne le peuvent pas vous ne comprenez pas

                                                  Bien peu comprenne.

                                                  Le mode de production capitaliste a ses lois d fonctionnement. C’est une machine autonome et les riches sont ses valets. S’ils ne font pas ce qu’il faut - s’ils tentent de se rebiffer - et vont à l’encontre des lois inéluctables - des mécanismes automatiques que je veux dire ici et non pas des lois votés par une assemblée) alors ils sont en faillites et remplacés par celui qui applique les mécanismes qui font se survivre la machine

                                                  Le communisme n’a rien RIEN à voir la-dedans. Les communistes n’ont aucune prise - aucun pouvoir - rien et les pseudos sont disparus avec leurs illusions proudhonien - Staline et Lénine étaient des proudhoniens attardés Trotsky et Boukharine aussi.

                                                  Reste la classe objectivement et radicalement aliéné Saura-t-elle se sortir de ce guêpier ???
                                                  Souhaitez-le car elle représente votre espoir de survie ( smiley

                                                  Robert Bibeau
                                                  Directeur LES7DUQUEBEC.COM

                                                   

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 18:40
                                                  Il est bien en bas à droite de l’écran :

                                                  « Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation des cookies sur votre poste, notamment à des fins professionnelles et/ou publicitaires dans le respect de notre politique de votre vie privée ». 

                                                   

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 19:37

                                                  @Robert Bibeau,


                                                  « Ils ne le peuvent pas vous ne comprenez pas »J’ai fait partie de ce qu’on appelle le monde numérique et qu’on appelait l’informatique à l’époque, et vous pensez vraiment que j’ai mis longtemps à comprendre ce qui se tramait dans cette science des chiffres ?Ce serait vraiment que j’étais bouché à l« émeri.Bien sûr qu’il y a des lois dans ce domaine. Des lois d’efficacité tout azimut pour éliminer tout ce qui ne l’est pas. Cela s’appelle un »système".Vous connaissez la formule qui dit que si cela n’avait eu que des points négatifs, on ne serait jamais allé aussi loin. Quand je dis cela, je vous dirais même que nous ne sommes qu’à l’orée du bois. La robotique, les automatismes, vous n’avez que les premières lueurs de ce qu’elles peuvent fournir.Les lois du numérique comme je l’ai écrit, n’ont rien à voir avec les lois de l’analogique.
                                                  Or, elles ont voulu s’en mêler dans la Bourse.SVP, lisez ce que j’écris avant de me commenter.Je sais que beaucoup de blogueur savent écrire mais oublient de lire les autres et je me souviens je vous en ai fait le reproche, il y a bien longtemps quand j’étais encore jeune blogueur ; 

                                                  Maintenant j’ai jeté le gant. J’ai passé la main aux suivants. 
                                                  C’est à eux à trouver leur voie par leurs voix.

                                                  Un athée ne cherche pas de suite chez sa descendance.
                                                  Il vit et s’en va comme il est venu. Il n’a pas besoin d’une caresse quand il fait bien les choses ou de tendre la joue pour recevoir une baffe dans le cas contraire, il assume opportuniste.
                                                  Alors, vos souhaits de survie, je les ai entrepris sans demander à personne.
                                                   


                                                  • rocla+ rocla+ 27 septembre 2015 13:19

                                                    Ici il y en a qui ont un réel problème avec l’ argent . 


                                                    Parce qu’ ils n’ en ont pas ils voudraient que tous soient comme eux . 

                                                    Perso je trouve qu’ avoir un peu d’ argent c’ est mieux que pas en avoir . 

                                                    A partir de là  il y en aura toujours un qui en a plus que soi . 

                                                    Et je dis à ceux qui n’ aiment pas le pognon ( sans être béat devant lui ) 
                                                    ben restez dans votre misère et faites pas chier . 

                                                    Il y a jamais aucun riche qui emmerdera un pauvre d’ âtre pauvre . 

                                                    Pourquoi un pauvre emmerderait un riche dans ce cas ? 


                                                    Gil et Cie  continuez à refaire votre monde d’imbéciles râleurs  et 
                                                    allez écrire vos insatisfactions  ailleurs .

                                                    • foufouille foufouille 27 septembre 2015 14:03

                                                      @rocla+
                                                      avec ta petite retraite, on peut pas dire que tu soit autre chose qu’un larbin.
                                                      « Il y a jamais aucun riche qui emmerdera un pauvre d’ âtre pauvre . »
                                                      si justement car le riche sait comment il a obtenu son argent, il souhaite que les pauvres deviennent très pauvre voire des esclaves pour un fils de riche comme dassault.


                                                    • rocla+ rocla+ 27 septembre 2015 19:14

                                                      @foufouille


                                                      Cher foufouille ,

                                                      on peut être milliardaire et toucher 2000 euros de retraite voire moins . 

                                                      Si tu vois des larbins autour de toi enlève le miroir . 

                                                      Le riche souhaite juste à pas se faire emmerder par des connards de ton 
                                                      espèce . 

                                                      Le riche  s’ occupe pas des cons , il sélectionne les bonnes bouteilles 
                                                      , regarde les belles nanas , et profite de la vie .

                                                      Le con parle de larbins ... smiley



                                                    • foufouille foufouille 28 septembre 2015 10:20

                                                      @rocla+
                                                      ben non si il est aussi riche il ne peut avoir une petite retraite.
                                                      une bonne bouteille de cahors datant de 10 ans, ça coutes 3€.
                                                      riche, tu sais pas ce que ça veut dire.
                                                      un bon larbin.
                                                      « regarde les belles nanas »
                                                      regarde ta femme, c’est beaucoup mieux.


                                                    • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 17:39

                                                      @salut captain rocla+,


                                                       C’est une bonne attitude. L’argent n’est qu’un outil et pas une fin en soi.
                                                       Qui sont les vrais pauvres ?
                                                       Qui sont les vrais riches ?
                                                       Chez nous en Europe, je dirais que la majorité fait partie d’une classe moyenne avec parachute.
                                                       L’Asie a déjà opté pour le néo-capitalisme.
                                                       L’Afrique, le continent le plus mal loti, le continent de demain cherche sa voie.
                                                       Aux States, il n’y a pas les parachutes que l’on connait dans notre vieille Europe..
                                                       Longueur de vacances, dédits de ruptures de contrat, protections de chômage n’y existent pas.
                                                       Là, nous sommes totalement dans le capitalisme pur et dur.
                                                       On y travaille souvent bien après la retraite.
                                                       La peur de perdre son emploi est peut-être encore plus de rigueur, mais comme les contraintes à l’emploi sont moins fortes, retrouver un emploi même sans des diplômes longs comme le bras, est souvent plus facile. On y aime les self made men.
                                                       Quels sont ceux qui y ont réussi et sont devenus les plus riches du monde ?
                                                       Bill Gates, Zuckerberg & Co qui n’ont aucun diplôme longs comme le bras, mais qui ont eu un flair de l’opportunité. Just in time, Just in relation with what was needed in the world...

                                                    • L'enfoiré L’enfoiré 28 septembre 2015 17:48

                                                      @foufouille bonjour,

                                                       La pension de retraite, c’est pour les cigarettes de rocla+.
                                                       Je ne fume pas, donc je m’achète autre chose avec elle.
                                                       Si vous ne connaissez pas les différents piliers, c’est le moment de la jeunesse que cela commence.

                                                    • rocla+ rocla+ 28 septembre 2015 16:12

                                                      Exact et on montera une Police  du Faire l’ Amour selon les prescriptions de 

                                                      la bien -pensance Hollandaise   qui est ennemie de la Fesse festive . 

                                                      On partagera le bognon  des Pat du 49 aussi  car qui peut le plus peut 
                                                      le moins . 

                                                      Mais le mieux serait finalement que ceux qui ont de si bonnes idées de les appliquer .

                                                      De monter la boite idéale partageant tout . 

                                                      Hélas , trois fois hélas  il y a loin entre le parler balavasseur et la réalité . 

                                                      • rocla+ rocla+ 28 septembre 2015 17:10

                                                        Ce qui est très formidablement  rigolo et rigolable   c’ est que l’ on voit ici 

                                                        des goumunisses purs et durs  dont aucun , à la chute du mur de Berlin 
                                                        ne s’ est enfui en URSS le pays goumunisse  premier  . 

                                                        Vous êtes des vrais charlots  vous , les goumunisses . 



                                                        • rocla+ rocla+ 28 septembre 2015 17:13

                                                          Ces grands cons ont pourtant tué les Romanov , pour finir comme 

                                                          ils ont fini . 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès