• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pourquoi faut-il rétablir un nouveau Franc

Pourquoi faut-il rétablir un nouveau Franc

Dévaluation compétitive

 

 À première vue une dévaluation monétaire peut faire peur, cela est compréhensible car depuis un certain temps aucun débat sur l’euro n’est possible et les aspects positifs sont occultés ou ignorés.

Une dévaluation monétaire est une perte de valeur de la monnaie par rapport à une référence, en général une autre monnaie.

L’euro-système est un système monétaire où les taux de change des différentes monnaies ont été arbitrairement figés. Cependant les raisons économiques qui poussaient aux évolutions divergentes de leur taux de change elles, n’ont pas disparu et continuent à agir. Ces forces économiques ont dû trouver un autre exutoire : afin être « compétitif » on nous « oblige » à casser nos acquis sociaux issus du CNR (loi Sapin, loi Macron, CICE, pacte de responsabilité, loi travail, loi travailXXL …) tout ça inscrit dans les Grandes Orientations de Politique Économique (les GOPÉ sont des « recommandations » de politique économique et sociale émises par la Commission européenne — non élue — à chacun des États membres, en vertu de l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).)

L'avantage d’être souverain sur la monnaie rend possible une dévaluation, de ce fait les exportations augmentent car les prix à l’exportation baissent.

(D’ailleurs je souligne que l’euro a perdu 13% de sa valeur, vis à vis du dollar au cours des 3,5 dernières années. Personne n’en a fait un fromage).

Du coup le chômage diminue car les productions française tournées vers l’exportation sont alors stimulées, donc la dette diminue et nous entrons dans un cercle vertueux.
L’inconvénient, c’est vrai, est que le prix des importations augmentent.

Cependant il faut distinguer les importations non substituables des substituables.

  • S’il existe déjà des productions locales de remplacement (substituables), les importations coûteront plus cher et les productions locales gagneront en compétitivité. Ceci stimule à nouveau l’activité en France et contribue aussi à réduire chômage comme pour le cas des exportations (cercle vertueux).
  • S’il n’existe pas de production locale de remplacement les importations couteront plus cher et à terme cela favorisera l’émergence de production de substitution mais dans l’immédiat le coût devra être supporté.

 

Voici un schéma pour illustrer ces propos 

 

Le cas du pétrole

 

Le pétrole fait partie des importations difficilement substituable. Une dévaluation de la monnaie entrainerait une augmentation de son coût, examinons cela en détail :

 

Le coût à la pompe provient en majorité de taxe (environ 60%), le reste se décompose entre le coût du brut (environ 25%), le coût du raffinage (environ 7,5%), le coût de distribution (environ 7,5%). Seul le coût du brut est directement impacté par une dévaluation monétaire, en effet la distribution concerne des activités locales et une grande partie du raffinage est fait dans des raffineries en France.

Ainsi on peut estimer que seulement 30% du prix sera influencé par la dévaluation. Une dévaluation de 10% de la monnaie par rapport à sa valeur actuelle ne provoquerait qu’une augmentation de 3% du prix du carburant.

 

Certes avec une dévaluation certains produits coûteront plus cher mais l’accroissement des revenus dus à l’activité permettra de les acheter.

 

Gros avantage également : beaucoup moins de pollution due au transport car on importe ce dont on a réellement besoin et on exporte également ce dont les autres états ont besoin en favorisant les productions locales (localement l’environnement et les conditions de travail sont aussi mieux contrôlées).

 

Déficit commercial

 

L’Euro étant trop élevé pour notre économie nous sommes en déficit commercial, donc les entreprises ferment ou délocalisent (facilement par l’article 63 du TFUE) ce qui entraine une augmentation du chômage et de la dette du pays => cercle vicieux.

Un article publié en août 2016 indiquait que selon le FMI l'euro est trop fort de 6% pour la France et trop faible de 15% pour l'Allemagne.

Ce qui revient à dire que pour un même produit l’écart de compétitivité entre la France et l’Allemagne est de 21% !

 (Le jour de l’article du figaro l’euro valait 1,12$)

 

Aujourd’hui (décembre 2017) il vaut 1,19$ ce qui revient aussi à dire que sur même produit, l’écart de compétitivité entre la France et les États-Unis est de 19% !

 

Chômage, chiffres Français :

Tous ces arguments sont appuyés par des faits :

Nous avons eu 1,2 million de chômeurs en plus sous Sarkozy

Nous avons eu 1,3 million de chômeurs en plus sous Hollande et que nous aurons probablement encore plus d’un million de plus sous Macron. (Catégorie ABC).

 

Chômage, chiffres européens :

Sur les 12 pays ayant le taux de chômage le plus élevé un seul ne fait pas parti de la zone euro (il s’agit de la Croatie qui est le dernier pays entré dans l’UE).

ET en analysant les derniers chiffres européens du chômage, on comprend qu’il y a un bien un lien entre le chômage et la zone euro :

Chômage pays zone UE et zone euro = 8,9 %

Chômage dans l’UE28 = 7,5%

Chômage pays zone UE et hors zone euro = 5,52 %

Soit un écart de 3,37 point entre les pays UE membres de la zone euro et ceux qui ne le sont pas !

Liste de pays membres de la zone euro et liste de pays pays membres de l'Union européenne et non membres de la zone euro

D’ailleurs selon Economie Matin les pays européens qui n'ont pas l'euro s'en sortent mieux (mai 2015) et d’ajouter « le bien-fondé de l'euro est largement remis en cause. D'aucuns l'accusent d'être à l'origine des politiques d'austérité mises en place dans les pays du Sud de la zone euro avec par exemple pour conséquence économique un effondrement de la demande intérieure (baisse des salaires et des dépenses publiques/hausse du chômage et des impôts). D'autres lui reprochent d'être mal adapté à l'économie de leur pays (surévaluation) et par conséquent de freiner leurs exportations et leur croissance. »

 

Le cas du Royaume-Uni

 

Autre fait et non des moindres, la livre sterling était à 1,49$ juste avant le référendum du Brexit aujourd’hui elle est à 1,35$, elle a donc perdu 9,5% de sa valeur.

D’ailleurs elle a repris 12,5% car au 16 janvier 2017 elle valait 1,20$.

Graphique Livre britannique en Dollar des États-Unis

Tous ceux qui annonçaient l’apocalypse en sont pour leur frais.

 

Cette dévaluation se traduit par le niveau de chômage le plus bas du RU depuis 1975,et par une industrie qui engrange ses plus fortes commandes depuis 1988.

 

Avez-vous entendu parler de Target 2 ?

 

L’euro étant une monnaie commune et non une monnaie unique (car il n’y a pas de banque centrale unique).

Pour être plus précis, nous devrions utiliser une autre expression, plus longue et plus lourde mais dénuée d’ambiguïté : l’euro est un système de monnaies homonymes liées entre elles par un taux de change fixe de 1 pour 1 (« peg »).

 

Il y a donc une fuite des capitaux entre les États de la zone euro appelé Target 2.

Pour faire simple, Target 2 est le système de paiement qui permet actuellement aux banques de l’Union européenne de transférer des fonds en temps réel par delà les frontières des États membres et cela de façon illimitée et au taux de change de 1 pour 1.

La divergence des soldes Target 2 s’accroît inexorablement entre l’Allemagne et l’Italie ce qui veux dire que, si l’Allemagne quittait la zone euro, elle se retrouverait créancière de la BCE d’une somme de 879 milliards d’euros, dont il faudrait défalquer la contrevaleur des billets qu’elle a mis physiquement en circulation, que les spécialistes estiment d’environ 600 milliards d’euros !

Si l’Allemagne quittait la zone euro, elle se retrouverait donc avec un compte créditeur à la BCE garni de quelque 280 milliards d’euros.

Si l’Italie quittait la zone euro, elle se retrouverait débitrice de la BCE d’environ 450 milliards d’euros, somme à laquelle il faudrait ajouter la contrevaleur des billets qu’elle a mis physiquement en circulation, que les spécialistes estiment d’environ 150 milliards d’euros.

Si l’Italie quittait la zone euro, elle se retrouverait donc avec une dette envers la BCE de quelques 600 milliards d’euros, immédiatement exigibles.

La Banque d’Italie fera donc défaut pour une somme de cet ordre envers celles des banques centrales qui seront encore dans la zone euro. Ce défaut, à son tour, engendrera une perte qui sera répartie entre ces banques centrales encore dans l’euro au prorata de leur participation à l’euro-système.

On comprend donc l’extrême urgence à ce que la France sorte de l’euro :

Si la Banque de France est encore membre de l’euro-système au moment où la Banque d’Italie fera défaut, elle devra répondre au moins du quart de 600 milliards d’euros, soit quelque 150 milliards d’euros à la charge de la France, et donc des contribuables !

En revanche, si la Banque de France a déjà coupé ses liens avec l’euro-système, elle ne devra plus répondre d’un centime et la perte sera partagée entre ceux qui seront encore là.

La stratégie qui consisterait à attendre benoîtement la fin de l’euro sans rien faire est donc absolument contraire aux intérêts du peuple français.

Il est donc nécessaire que la France se soit « exfiltrée » de l’euro-zone avant la catastrophe.

 

La seule voie de sortie juridique de l’euro pour la France réside dans la dénonciation de l’ensemble des traités européens, en vertu de l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE). 

C’est la seule position correcte du point de vue économique, monétaire et juridique.

 

La France serait le premier état à le faire, et comme le disaient des prix Nobels d’économie comme Stiglitz où Paul Krugman : les premiers pays qui quitteront l’euro s’en sortiront le mieux.

 

Comment va se faire le passage de l’Euro au Franc ?

 

Rien de plus simple 1 nouveau franc = 1 euro ; l’ensemble des comptes et des contrats en France seront re-dénominés de l’euro au franc au taux de 1 pour 1. Admettons qu’un foyer dispose de 1200 euros sur son compte courant, d’une assurance-vie de 50 000 euros, qu’il paye un loyer de 800 euros, et qu’il se soit endetté de 3000 euros pour acheter une voiture. Du jour où se fait la conversion, il a 1200 « nouveaux » francs sur son compte courant, 50 000 francs sur son assurance-vie, le loyer de son appartement est de 800 francs et sa dette de 3000 francs. Lors de la conversion, les règles s’appliqueront à tous les comptes, tous les contrats et toutes les dettes en France.

Source

 

Voilà juste un rappel pour terminer : La France c’est, étymologiquement, le pays des hommes libres.

 

Merci également à Jean Humbert et son livre Asselineau en quelques mots.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • glenco01 2 décembre 17:28

    Voici les 2 images qui ne sont pas passées :


    • karibo karibo 2 décembre 17:48

      Bonsoir et merci infiniment pour cette analyse, vivement que cela se réalise .

      Juste une question ne pensez-vous pas qu’ un franc égal à un euro ne soit pas sur évalué et que l’ on dévalue quelques temps plus tard au détriment des contribuables ?

      • Ar zen Ar zen 2 décembre 18:01

        @karibo

        Si la France sort de l’UE, l’euro meurt de sa belle mort. Le franc « nouveau » sera apprécié par rapport aux autres monnaies du monde, comme cela était le cas avant la naissance de l’euro. 


        Examinez les pays contributeurs « net » de l’UE. La GB est en train de sortir, si la France sort le budget de l’UE est exangue. L’Allemagne ne sera pas d’accord d’être la vache à lait. 


      • glenco01 2 décembre 18:49

        @karibo
        Merci pour votre commentaire, le fait de mettre 1 euro = 1 franc c’est surtout pour simplifier les choses.

        Après, un équilibre s’opérera naturellement en fonction des économies de chacun. 
        Des spécialiste comme Jacques Spair estime que le nouveau franc serait déprécié de l’ordre de 10 à 20%.
        Ceux qui veulent nous faire peur (car il n’ont pas d’autre argument) parle d’une dévaluation de -80%, c’est ridicule : ça ferait la bouteille de champagne à 4 nouveaux francs (pour une bouteille à 20€ aujourd’hui) c’est impossible. 

      • Ar zen Ar zen 2 décembre 17:56

        Une analyse que l’on ne verra jamais dans les médias dominants. Si les Français comprenaient la supercherie de l’euro ils voteraient immédiatement dans leur grande majorité pour la sortie de l’UE et de l’euro. 


        Tout est mis en place pour leur faire peur, pour les manipuler afin que les puissances de l’argent continuent à faire leur beurre en toute discrétion, à se gaver sur la richesse produite en évitant soigneusement sa redistribution. 

        La manipulation des esprits bat son plein. 



        • Choucas Choucas 2 décembre 18:59

           
          Les gens confondent dévaluation (marché ext) et inflation (marché int)
           
          Target2 est un crédit illimité certes, mais il faudrait mieux faire de l’€ une monnaie de réserve et aidé les Brics, le yuan, à dézingué le $, puis demander aux teutons et aux banques de nous rembourser leur arnaque. Puis pendre Draghi comme traître.
           
          Et faire de l’ EUROPE UN VRAI EMPIRE, ET NON UN SYNDICAT DE VAINCUS
           
          Et le Duce brûla la dette de l’Italie sur une grande vasque romaine.


          • Lugsama Lugsama 2 décembre 19:48

            Vu comme ça se passe au RU alors qu’ils n’étaient même pas dans l’Euro, contrairement à ce que disent quelques gogo qui ne regarde pas la réalité outre-manche, ça fait déjà pas envie.


            Et j’ai encore moins envie de confier mes économies à un obscur conspirationniste, tout comme littéralement 99% des électeurs français.

            • glenco01 2 décembre 20:37

              @Lugsama
              Le mieux, lorsque vous traitez quelqu’un de conspirationniste c’est de donner des faits.

              Merci.



            • Lugsama Lugsama 4 décembre 13:08

              @Ar zen

              Oui, et les journaux britannique, plus parlant du désastre en court. Pouvoir d’achat qui s’effondre, arrêt des investissements, perte de l’un des seuls fleuron numériques européens racheté par les japonais dès l’effondrement de la livre. Sans parler du chaos politique.

              La décision des anglais restera de toutes façon une énigme, avant l’UE il avait le FMI a leur chevet et pleurait a genoux pour rejoindre le marché commun, dedans leur économie était florissante en plus d’avantage honteusement accordé, au moins ça servira de leçon la prochaine fois que quelqu’un demandra un traitement de faveur.

            • Drugar 4 décembre 18:14

              @Lugsama
              Pouvez-vous nous donner les liens vers ces articles que vous évoquez ?


            • av88 av88 5 décembre 17:37

              @Lugsama


              Il y a quelques temps, j’en ai eu marre d’avoir peur. J’avais le sentiment qu’une bonne partie de mes décisions, opinions etc.... étaient guidées par la peur.

              Peur du regard des autres, peur de Lepen, peur de l’Islam, peur de l’intelligence artificielle, peur de l’avenir incertain de l’UE etc...

              Comme a dit le Pape Jean-Paul II, « n’avez pas peur ».

              Foutre la trouille au bon peuple, ça marche toujours.

              Macron élu parce que peur de Lepen, dés qu’on émet l’hypothèse de sortie de l’Euro « ça va être horrible,on va perdre toutes nos économies » etc....


              L’appel à plus de sécurité est du même tonneau.

              Je vais être vulgaire, mais la sécurité (routière, antiterroriste, alimentaire, etc.. à vous de compléter) c’est la vaseline pour......que ça passe mieux.

              Lorsqu’on dit aux gens, c’est pour votre sécurité, ils sourient bêtement et répondent invariablement « haaa si c’est pour nôtre sécurité, c’est bien »

              j’ai envie de leur dire, « réfléchissez un peu, ça se termine toujours pareil cet appel à la sécurité, soit restriction des libertés, soit tu payes, et même les deux. »

              exemple : lutte antiterroriste donc moins de libertés, nouvelles normes de « sécurité » pour les ascenseurs (et hop plusieurs milliers d’€ de charges en plus pour appliquer ces normes) et là aussi tout le monde peu compléter via des exemples dans sa vie professionnelle ou privé.


            • GerFran 2 décembre 19:58
              François Asselineau : Si on quitte l’Euro, le nouveau Franc va-t-il perdre 80% de sa valeur ?



              • antiireac 2 décembre 21:21

                L’euro ce n’est pas la panacée mais le retour du franc c’est sûr ,c’est la catastrophe.

                A l’image de l’économie française faiblarde cette ’’nouvelle monnaie’’ risque de dévisser tous les deux ans et encore et tout ça au détriment de plus pauvres.

                • glenco01 2 décembre 21:50

                  @antiireac
                  Il ne suffit pas de dire c’est la catastrophe, il faut donner des chiffres, des arguments et des liens comme je l’ai fais.

                  La catastrophe c’est maintenant avec 650 chômeurs de plus par jour (catégorie ABC) et 600 000 pauvres de plus en dix ans !

                • antiireac 2 décembre 22:58

                  @glenco01
                  Il y a des pays qui ont adopté l’euro et s’en sortent très bien

                  exemple :
                   l’Allemagne ,le Pays Bas ,le Danemark,l’Autriche ,le Luxembourg.
                  Comme quoi il ne suffit pas d’accuser la monnaie (l’Euro) et l’Europe pour dire péremptoirement :
                   ça ne marche pas .
                  Il faut encore se donner les moyens pour réussir avec les moyens qu’on a

                • troletbuse troletbuse 2 décembre 23:18

                  @antiireac
                  Ouais, le Danemark s’en sort très bien mais sans l’euro  smiley


                • antiireac 2 décembre 23:50

                  @troletbuse
                  Exact , mais ce pays fait partie de l’Europe et ne pleure pas sur son sort comme certains français mais au contraire utilise les atouts que lui donne le fait d’appartenir à cet espace économique et des libertés.


                • glenco01 3 décembre 09:41

                  @antiireac
                  Le Danemark ne fait pas parti de la zone euro.

                  L’Allemagne compte 13 millions de pauvres et bénéficie pourtant d’un euro faible pour son économie.
                  Quand aux Pays-Bas et Luxembourg ce sont des paradis fiscaux. 


                • antiireac 3 décembre 12:58

                  @glenco01
                  L’Allemagne réduit sa pauvreté de mois en mois et fait appel aux travailleurs étrangers pour les postes vacants dans des nombreuses industries , bref, je me fais pas des soucis pour ce pays.

                  Quant aux Pays- Bas et le Luxembourg sont des des pays qui accueillent des produits financiers étrangers , je dis et alors,
                  même sans ces produits financiers ces pays se partent très bien et la France n’a qu’à faire pareil au lieu de les jalouser.

                • symbiosis symbiosis 3 décembre 23:26

                  @antiireac

                  Tais-toi, tu divagues.


                • Ar zen Ar zen 4 décembre 07:41

                  @antiireac

                  L’euro a été mis en place aux strictes conditions allemandes sinon ce pays n’y venait pas. L’extraordinaire excédent commercial de l’Allemagne, le plus fort du monde, témoigne du confort que procure l’euro à l’économie allemande. 

                  La balance commerciale de l’UE est calculée sur la base des 28 économies. Un pays qui fonctionne doit équilibrer sa balance commerciale. Il peut jouer sur ses droits de douanes, sur des quotas à l’importation, sur des subventions à l’exportation et sur le cours de sa monnaie. Ces mesures sont prises au niveau européen, la France ne décide de rien. Les excédents allemands compensent à eux seuls les déficits des autres pays. C’est une véritable catastrophe pour certaines économies dont la France. La marché français n’est plus protégé et il s’écroule. 

                  Le Luxembourg c’est 500.000 habitants, l’équivalent d’une ville comme Toulouse. C’est l’un des « paradis fiscaux » de l’UE. Le scandale du « Luxleaks » est là pour nous le rappeler. Le taux de chômage en Autriche est de 7,5%, pas terrible quand même alors que ce pays est un satellite de l’Allemagne.

                  Sur 28 pays il y en a une très grande majorité à qui l’UE est défavorable, je dirais même un cercueil.

                • Drugar 4 décembre 11:14

                  @antiireac
                  « @glenco01

                  Il y a des pays qui ont adopté l’euro et s’en sortent très bien

                  exemple :
                   l’Allemagne ,le Pays Bas ,le Danemark,l’Autriche ,le Luxembourg.
                  Comme quoi il ne suffit pas d’accuser la monnaie (l’Euro) et l’Europe pour dire péremptoirement :
                   ça ne marche pas .
                  Il faut encore se donner les moyens pour réussir avec les moyens qu’on a »

                  Il y a des pays qui ont adopté l’euro et qui s’en sortent très mal

                  exemple :
                  La Gréce, l’Italie, l’Espagne
                  Comme quoi il ne suffit pas encenser la monnaie (l’Euro) et l’Europe pour dire de manière péremptoire :
                   Ca marche !
                  Il faut encore se donner les moyens d’analyser correctement la situation.

                • Lugsama Lugsama 4 décembre 13:12

                  @Drugar

                  Il y a aussi des pays qui n’ont pas l’euro et s’en sorte plus mal que n’importe quel pays européens, en tout cas l’Euro n’est pas une raison pour échoué économiquement puisque l’Allemagne à l’une des économies les plus solide du monde. Et c’est pas comme si avant l’Euro la France nageait dans le bonheur.

                • Drugar 4 décembre 13:40

                  @Lugsama
                  Il y a aussi des pays qui n’ont pas l’euro et qui s’en sortent mieux que la plupart des pays de la zone euro. L’euro n’est pas une raison pour réussir économiquement.

                  Si la réussite de l’Allemagne étais essentiellement due à l’euro, alors pourquoi les autres pays de la zone euro ne réussissent-ils pas aussi bien ? Sûrement parce que la réussite de l’Allemagne est due à d’autres facteurs que l’euro, qu’en pensez-vous ?

                • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 décembre 03:54

                  J’ai l’impression de lire un article de Marine Le Pen tant l’incompétence crasse en matière économique est flagrante...


                  D’ailleurs je souligne que l’euro a perdu 13% de sa valeur, vis à vis du dollar au cours des 3,5 dernières années. Personne n’en a fait un fromage

                  Pourquoi se baser sur les 3 dernières années ? L’ Euro existe depuis 15 ans maintenant. Introduit à une valeur de 1,2 dollar pour un euro, il a fluctué au cours du temps, baissant à 0,89 avant de remonter à 1,47 en 2008. Depuis la monnaie est revenue à des niveaux plus supportables autour de 1,10.

                  S’il n’existe pas de production locale de remplacement (...) mais dans l’immédiat le coût devra être supporté.

                  Et quel en serait le délai ? Pour monter une usine de téléviseurs par exemple, il faut compter à peu près 3 ans. Mais le vrai problème restera la possibilité de produire ou pas. Il y a aussi le problème des licences, des patentes et des brevets. Si les entreprises qui les possèdent refusent de conceder une licence sur leurs brevets, impossible de sortir la moindre télé.

                  Gros avantage également : beaucoup moins de pollution due au transport (...)

                  N’importe quoi. Les entreprises du centre du pays par exemple seront toujours forcées de rouler pour rejoindre les frontières, pas vrai ? La production locale n’a de sens écologique que si la consommation est locale.

                  L’Euro étant trop élevé pour notre économie nous sommes en déficit commercial (...)

                  Le déficit commercial de la France n’est pas aidé, c’est vrai. Mais l’ Euro n’en est pas la cause ! Le pays a souvent été en déficit depuis les années 70 alors que l’ Euro n’existait pas ! En regardant les choses plus attentivement, on voit que la moitié du déficit est causée par les importations d’hydrocarbures ! C’est notre dépendance au pétrole qui est la cause première du déficit chronique du pays.

                  Nous avons eu 1,3 million de chômeurs en plus sous Hollande et que nous aurons probablement encore plus d’un million de plus sous Macron. 

                  L’ INSEE prévoit au contraire une décrue faible et régulière du chômage en France pour les prochaines années.

                  La encore, l’ Euro n’est pas la cause du chômage car les difficultés ont commencé dans les années 70 à cause des chocs pétroliers. Bien avant l’ Euro donc.

                  Rien de plus simple 1 nouveau franc = 1 euro

                  C’est le pire de l’article. QUI peut raisonnablement penser qu’un tel taux de change sera accepté par les autres Etats ?

                  Quand l’ Euro est né et qu’il a fallu déterminer les taux de changes par rapport aux monnaies, des critères objectifs ont été utilisés. En 1999, cela donnait 6,55 francs pour faire 1 Euro.

                  Depuis, la situation économique du pays s’est dégradée et il est illusoire, en cas de sortie de l’Euro, de voir la France reprendre ne serait-ce que ce taux d’entrée. Le déficit plus grand et le chômage plus élevé font qu’il faut estimer le taux de sortie à 9 Francs pour 1 Euro.

                  Parce que oui, quand on établi un taux de change, encore faut-il que les partenaires commerciaux l’acceptent ! Et jamais ils ne valideront un taux de 1 pour 1 ! 

                  Il ne sert à rien de sauter sur sa chaise comme un cabri en disant « 1 pour 1 » si votre client ou votre créancier vous dit « c’est plus 3 pour 1 ! »

                  Et si vous persistez, votre client ira juste voir ailleurs. Parce que désormais, qu’on le veuille ou non, le monde entier fait aussi bien et parfois mieux que nous désormais.
                  Voilà juste un rappel pour terminer : La France c’est, étymologiquement, le pays des hommes libres.
                  Libre ne veut pas dire « isolé »...


                  • Ar zen Ar zen 3 décembre 08:12

                    @Mmarvinbear

                    Un tas d’inepties ce commentaire. 

                    Vous écrivez : « Depuis, la situation économique du pays s’est dégradée et il est illusoire, en cas de sortie de l’Euro, de voir la France reprendre ne serait-ce que ce taux d’entrée. Le déficit plus grand et le chômage plus élevé font qu’il faut estimer le taux de sortie à 9 Francs pour 1 Euro. »

                    Et bien oui, le taux de conversion sera 1 franc = 1 euro et, ne vous en déplaise, le marché fera le reste ! Le Franc se dégradera face à l’euro. Mais, prenez quand même en considération que sans la France la zone euro explose ! Qui seront les contributeurs « net » de l’UE en cas de départ de la France ? Le départ de la GB crée un trou dans le budget européen. Si la France quittait le navire, la zone euro serait morte et enterrée. 

                    La vrai question à laquelle vous ne voulez pas répondre est bien celle-ci. Pourquoi, depuis l’annonce du Brexit, la livre anglaise ayant perdu environ 10% de sa valeur, le taux de chômage est au plus bas dans ce pays depuis 1975 et l’industrie engrange ses plus fortes commandes depuis 1988 ?

                    C’est en faisant confiance à des individus de votre acabit que la zone euro est devenu la zone de moins forte croissance du monde, que le chômage explose dans l’UE ainsi que la pauvreté. Vos « recettes » sont archi nulles et vous ne vous en rendez même pas compte. Ouvrez donc les yeux !







                  • glenco01 3 décembre 10:03

                    @Mmarvinbear

                    Pourquoi me parlez-vous de Marine Le Pen puisque elle a dit clairement en février 2016 qu’il n’a jamais été question de sortir de l’euro, jamais !
                    la moitié du déficit est causée par les importations d’hydrocarbures
                    c’est faux importations hydrocarbure 30 000 millions d’euros sur 527 771 millions d’euros soit 5,7%. 
                    Depuis, la situation économique du pays s’est dégradée : vous le reconnaissez vous même que ça c’est dégradé. Merci.
                    9 Francs pour un euro : on fixera le taux que l’on voudra en fonction de notre économie puisque nous seront souverain sur la monnaie. 
                    Libre ne veut pas dire « isolé »...
                    Non libre ça veut dire libre. 170 pays dans le monde (comme la Suisse ou la Norvège) ne sont pas dans l’UE, sont-ils isolés ? Non. 

                  • JL JL 3 décembre 10:10

                    @Mmarvinbear, - 10% en 15 ans, c’est pas rien !
                     
                     
                    @Ar zen
                     
                     vous dites : ’’Le départ de la GB crée un trou dans le budget européen’’
                     
                    Sauf erreur, la GB n’était pas contributeur net. Mais vous avez raison : si la France se retire de l’UE, ça leur fera un trou.
                     
                     
                    @glenco01,

                    est-ce qu’il faut nécessairement associer rétablissement du franc et sortie de l’UE comme le sous-entend Ar zen ci-dessus ?
                     


                  • glenco01 3 décembre 10:29

                    @JL

                    est-ce qu’il faut nécessairement associer rétablissement du franc et sortie de l’UE comme le sous-entend Ar zen ci-dessus ?
                    Oui car il n’y a pas d’article dans les traités européens sur une sortie de l’euro
                    La seule voie de sortie juridique de l’euro pour la France réside dans la dénonciation de l’ensemble des traités européens, en vertu de l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE). C’est la seule position correcte du point de vue économique, monétaire et juridique.
                    L’euro est condamné, indépendamment de la rhétorique de nos politiciens. Il n’y a plus rien à faire ; sauf une chose : en sortir au plus vite. Car lorsqu’un immeuble commence à se fissurer et à s’effondrer, seuls les habitants qui ont la présence d’esprit de déguerpir au plus vite peuvent espérer ne pas périr sous les décombres.

                  • foufouille foufouille 3 décembre 10:40

                    @JL « est-ce qu’il faut nécessairement associer rétablissement du franc et sortie de l’UE comme le sous-entend Ar zen ci-dessus ? »

                    non car c’est un traité international mais ce n’est pas dans le mantra UPR.


                  • JL JL 3 décembre 11:01

                    @foufouille
                     
                     je suis bien d’accord.
                     


                  • Ar zen Ar zen 3 décembre 13:01

                    @JL

                    La Grande Bretagne est bien un pays contributeur « net » de l’UE. Je pensais qu’il était le 3ème derrière l’Allemagne et la France. En réalité, il est le 2ème, devant la France.



                  • JL JL 3 décembre 13:18

                    @Ar zen
                     
                     Ah ? J’en étais resté à Margaret Thatcher : « I want my money back ».


                  • citizenzen 3 décembre 14:23

                    @JL
                    cela fera surtout un trou grave dans les finances de nos paysans qui vivent des largesses de l’UE...


                  • JL JL 3 décembre 14:30

                    @citizenzen
                     
                     tiens, vous me faites couler une larme pour la pauvre reine d’Angleterre qui se gavait avec l’argent de la PAC !
                     
                     smiley


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 décembre 16:30

                    @Ar zen
                    Et bien oui, le taux de conversion sera 1 franc = 1 euro et, ne vous en déplaise, le marché fera le reste ! 


                    Je ne comprends pas ce point. Vous voulez IMPOSER un taux de change et dans la même phrase vous dites que ce taux imposé ne sera pas valable car c’est le marché qui va imposer le taux usuel. Vous vous rendez-compte de cela au moins ?

                    Mais, prenez quand même en considération que sans la France la zone euro explose !

                    Ce qui est très probable. Mais ensuite ? Vous semblez ignorer quelle était la situation monétaire du Franc avant l’ Euro. Et ce n’était pas la joie ! A trois reprises rien que dans les années 80 et 90 le Franc a été attaqué sur les marchés parce que sur le plan international, notre monnaie était faible ! Elle ne pesait que peu de chose face au dollar, au Mark et même la Livre Sterling ou le Yen. A chaque fois le pays a évité la faillite de peu grâce à l’action de la banque centrale allemande qui a pesé contre les spéculateurs.

                    La vérité est que sans l’ Euro, le Franc serait aujourd’hui un satellite du Mark tout comme les francs Belge et Luxembourgeois étaient dépendants du FF pour l’établissement de leurs valeurs.

                    La mise en place de l’ Euro a mis le Franc et le Mark sur le même pied, un sacrifice que les allemands ont fait pour démontrer leur volonté d’intégration européenne après la réunification.

                    Pourquoi, depuis l’annonce du Brexit, la livre anglaise ayant perdu environ 10% de sa valeur, le taux de chômage est au plus bas dans ce pays depuis 1975 et l’industrie engrange ses plus fortes commandes depuis 1988 ?

                    Tout simplement parce que le Brexit n’a pas encore eu lieu ! Le vote n’est pas la mise en application et pour le moment le Royaume-Uni continue de bénéficier de l’accès total et inconditionnel au marché européen.

                    La baisse de la livre est en revanche ressentie négativement par la population car cela entraine déjà la hausse de produits importés que le pays ne produit pas et est incapable de produire. Nourriture, mais aussi biens d’équipement et médicaments qui sont de plus en plus chers et qui grèvent les comptes du système de santé britannique.

                    Ensuite, je vous déconseille de croire les chiffres du chômage britannique. 

                    Leur système de comptage est fortement truqué par des dispositions qui excluent par exemple les malades du nombre officiel de sans-emplois. Une simple grippe déclarée et vous n’êtes plus dans la liste mensuelle !

                    De plus, la multiplication des contrats Zéro Heure font que des centaines de milliers de britanniques sont officiellement pourvus d’un emploi même s’ils ne travaillent pas une seule minute dans le mois, et ne touchent par conséquent rien du tout.

                    C’est en faisant confiance à des individus de votre acabit que la zone euro est devenu la zone de moins forte croissance du monde, que le chômage explose dans l’UE ainsi que la pauvreté. Vos « recettes » sont archi nulles et vous ne vous en rendez même pas compte. Ouvrez donc les yeux !

                    Il est assez inepte de comparer les croissances entre zones géographiques différentes qui ne disposent pas des mêmes atouts et capacités de départ. L’ Europe est déjà bien pourvu en infrastructures et a donc peu de capacités de croissance par rapport à des nations asiatiques ou africaines qui partent de zéro ou presque.

                    Ensuite, non, le chômage n’explose pas dans la zone Euro, au contraire !

                    Pour l’ UE dans son ensemble, on passe de 9 % en 2004 à presque 11 % en 2012. Depuis, le taux est redescendu à 9 %.

                    Pour la zone Euro, on part de 9 % pour un plafond à 12 % et un retour à 10,5 pour les mêmes dates.

                    On le voit, les chiffres et les tendances sont identiques ou presque.

                    Enfin, l’ « explosion » de la pauvreté est avant tout dû à l’intégration depuis 2004 de quinze nations d’ Europe de l’ Est qui ont au départ une situation économique et sociale plus précaire.

                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 décembre 16:51

                    @glenco01

                    Pourquoi me parlez-vous de Marine Le Pen puisque elle a dit clairement en février 2016 qu’il n’a jamais été question de sortir de l’euro, jamais !

                    Ah bon ?

                    « La zone euro est aujourd’hui la zone économique la plus absurde au monde, isolée dans une politique économique qui la coupe de la croissance mondiale ». Dans ce contexte, le FN prône une sortie « progressive » et « groupée » de la monnaie unique, mais si les autres pays ne suivent pas, « on sortira tous seuls », a-t-elle promis, se voulant aussitôt rassurante sur une telle perspective.

                    C’était en 2012. Un trou de mémoire ?

                    « Pour les Français il y aura une monnaie, c’est leur monnaie nationale, c’est celle qu’ils auront dans leur portefeuille, il n’y aura pas deux monnaies » 
                     « La souveraineté monétaire, c’est ça, c’est le fait d’avoir une monnaie nationale. » 
                    Marine Le Pen, Janvier 2017.

                    En même temps je vous comprends, elle change tout le temps aussi...

                    « 70% de mon projet ne pourrait être mis en oeuvre sans la sortie de l’euro ». 2017 aussi.

                    Mais depuis, c’est devenu « Dans de nombreux domaines, on peut améliorer la vie quotidienne des Français sans quitter l’Europe ni l’euro ».

                    Donc on ne quitte plus l’Euro, pas vrai ?



                    En 2001, le déficit commercial était de 74,5 milliards d’ Euros. Mais si on tient pas compte de l’énergie, il ne serait que de 29 milliards.

                    Avec la chute des prix du pétrole, l’écart s’est resserré. en 2015, on passe ainsi de 45 à 23 milliards.

                    on fixera le taux que l’on voudra en fonction de notre économie puisque nous seront souverain sur la monnaie. 

                    Ce n’est pas comme cela que cela marche, vous savez. Un taux n’est effectif que s’il est accepté par le client.

                    Pour faire simple, imaginez que vous mettez en vente 100 euros un objet. Si votre acheteur estime qu’il n’en vaut que 20, il vous fera une offre de cette grandeur. Vous aurez le choix entre refuser, mais dans ce cas vous ne vendez rien, donc pas de revenus. Ou alors accepter son offre ou un montant voisin si vous négociez bien. Mais au mieux comptez 30 ou 35, et pas 80 ou 90...

                    Le commerce, c’est l’échange, pas le monopole. Et c’est encore plus vrai pour les flux financiers.


                  • glenco01 3 décembre 18:42

                    @citizenzen
                    c’est surtout la France qui augmente sa contribution au budget de l’UE (donc le contribuable). 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

glenco01


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires