• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Prenons-nous à rêver d’un peu d’égalité !

Prenons-nous à rêver d’un peu d’égalité !

Quelques petits repères pour bien comprendre la situation.

1°) Le marché des changes, aussi appelé « Forex » ou « FX » est le marché financier le plus grand au monde, avec un volume journalier de transactions qui dépasse 3’000 Milliards de Dollars US (soit 30 fois le volume total de toutes les bourses américaines). Contrairement aux autres marchés financiers, le Forex n’a pas de centre physique ou de place centralisée. C’est un marché de gré à gré où les acheteurs et les vendeurs (banques, corporations, investisseurs privés, etc..) font du business. La très grande liquidité et l’activité globale en continu 24h/24h font du Forex un marché idéal pour les investisseurs actifs.

2°) La capitalisation de la Bourse de Beyrouth a augmenté de 86,7 % en trois ans 

3°) La Bourse de Paris a terminé jeudi à son plus haut niveau de l’année, à 3.435,49 points, le CAC prenant 2,08 % dans le sillage de Wall Street, en forte hausse grâce à de nouveaux résultats de sociétés. L’indice vedette a gagné 69,87 points dans un volume d’échanges fourni de 3,526 milliards d’euros.

4°) L’indice phare de la Bourse de Paris a été porté par l’envol de Sanofi-Aventis (+ 8,4 %), qui a conclu un accord surprise avec le fabricant canadien de médicaments génériques Apotex. Par ailleurs, l’entrée à hauteur de 2,5 % dans le capital de Vivendi de deux raiders bien connus (le fonds Sebastian Holding et Amir Jahanchahi) a relancé les spéculations sur une possible scission des activités télécoms et médias du groupe. Volume échangé. 7,75 milliards d’euros.

5°) A 16H17 (14H17 GMT), l’indice vedette cédait 14,60 points à 3.461,77 points, dans un volume d’échanges de 2,291 milliards d’euros. Mardi, il avait terminé quasiment à l’équilibre (-0,04%).

Imaginons maintenant la mise en place de la taxe Tobin

Sur les transactions des bourses mondiales l’estimation d’après les experts est la suivante : 0,05% rapporterait de 300 à 600 Milliards de $

De quoi largement enrayer la faim dans le monde.

Maintenant passons aux transactions journalières sur les bourses Françaises

- Avec une hypothèse journalière basse de 3 Milliards échangés et en appliquant les 0,05% de taxe sur ces transactions cela rapporterait de 150 000 € par jour. Soit sur 220 jours de cotation 33 millions €.

Cela pourrait éventuellement boucher le trou de la sécurité sociale (Le déficit de la Sécu entre 20 et 21,3 milliards d’euros en 2009) et payer les retraites ( En 2009, le déficit de l’assurance retraite sera 7,7 milliards d’euros )

Excusez-moi de vous avoir dérangé avec cette évidence mais, je voulais juste mettre un peu d’espoir dans ce monde pourri en expliquant que les solutions existent, il ne manque que les décisions.

Amicalement


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Gorg Gorg 14 août 2009 11:36

     Si si,il est toujours utile de rappeler les évidence. Certains n’ont toujours pas compris ou font semblant de ne pas comprendre.


    • JL JL 14 août 2009 11:43

      Je me demande si la taxe Tobin n’est pas un miroir aux alouettes, et cela pour une bonne raison : l’argent échangé en bourse ne crée évidemment aucune richesse. Ces milliards échangés ne sont seulement qu’un moyen de détournement de la valeur ajoutée, et la valeur ajoutée ainsi détournée n’est pas proportionnelle aux montants des transactions. Si bien que la taxes Tobin serait en quelque sorte comme un impôt sur le chiffre d’affaire au lieu qu’il soit sur le bénéfice. Une absurdité donc, et qui n’a pour cette raison aucune chance d’aboutir. Une chimère. 

      La solution : il faut détruire le bouclier fiscal, et ne mettre aucune limite à la progressivité de l’impôt sur les revenus.


      • Gabriel Gabriel 14 août 2009 11:54

        @ JL,

        Merci de votre remarque. Chimère ou pas, les transactions de plus en plus rapides n’ont qu’un seul but :« le bénéfice immédiat » et non le soutien à l’investissement d’une société , ce qui était sensé, au départ, être le but. Cet argent très rapidement gagné fausse complètement la valeur de la société (D’où la fameuse bulle spéculative) Alors je pense que se serait une bonne chose que de taxer ces transactions et je ne pense pas que cela mette en péril le capital de la société. Surtout vu le taux ridiculement bas de la taxe.


      • JL JL 14 août 2009 12:43

        Bonjour, je n’ai pas dit que les transactions étaient une chimèr, j’ai dit que la taxe sur les transaction en est une, nuance.

         Quant à l’impact sur la valeur des entreprises, il n’y en pas, évidemment. Je n’ai parlé de chiffre d’affaire que pour faire une comparaison : pour être précis, le profit réalisé est, aux transactions boursières, ce que le bénéfice est au chiffre d’affaire, et réciproquement. Le rapport entre la bourse et les entreprises s’arrête là.


      • le naif le naif 14 août 2009 16:49

        L’une (la taxe Tobin) n’empêche pas l’autre (de supprimer le bouclier fiscal et de taxer plus lourdement les très hauts revenus).

        @ l’auteur

        Si vos calculs sont exacts, jolie démonstration.

        N’oublions pas non plus que l’idée de la taxe Tobin a été balayée d’un revers de main dédaigneux par DSK alors ministre des finances de Jospin.


      • Claude Simon Tzecoatl 14 août 2009 19:20

        @JL :
        « la taxes Tobin serait en quelque sorte comme un impôt sur le chiffre d’affaire au lieu qu’il soit sur le bénéfice »
        Et la TVA, elle est sur le bénéfice ?


      • Marc Bruxman 15 août 2009 12:42


        « La solution : il faut détruire le bouclier fiscal, et ne mettre aucune limite à la progressivité de l’impôt sur les revenus. »

        Lol ! Les richesses produites sont de plus en plus immatérielles et sont délocalisables en une poignée de clics. Qui fait du fric en ce moment ? La finance, l’informatique et les services en ligne en général. Qui brasse du fric mais n’en fait que très peu ? L’économie physique.

        Donc vas y sur le bouclier fiscal tant que tu veux. Les mecs intelligent partiront aux plus offrants. Déménager des opérations internet, ca prend seulement quelque jours (si le site est complexe) et c’est fait ! Avec le cloud computing, c’est même encore plus simple. Alors foutez le bouclier fiscal, les gens prendront un avion, iront vivre à Singapour, Shanghai, Dubai ou tout endroit cool. Et il ne restera ici qu’une bande de roquets minables aboyant à la faucille et au marteau.

        Vous n’avez pas encore compris que les états sont des prestataires de services ayant le monopole sur un territoire ? Vous n’avez pas compris que les citoyens sont libres de choisir le prestataire de service qui les acceptera et qui leur offrira les meilleures conditions de vie ? Si vous aimez votre pays ou votre état, faites en sorte qu’il soit compétitif. Un état qui taxe ses talents à plus de 50% ne peut pas l’être, il est condamné au déclin. Et c’est pour cela que l’on a le bouclier fiscal !

        Regardez ces crétins d’anglais. Ils ont surtaxés les traders, résultats ils se cassent tous de Londres et vont bosser la ou ca paie bien. Le fric sera gagné ailleurs et la ville de Londres va énormément y perdre en revenus. Il faut vraiment être le roi des débiles mentaux pour faire des trucs pareils.


      • JL JL 16 août 2009 08:46

        @Tecoatl, la TVA est une taxe sur la plus value, la valeur ajoutée. Concernant les trandactions financières, l’équivalent serait une taxe sur la différence entre le prix d’achat et le prix de vente. Comment saurait-on faire ça ? Et puis ça reviendrait à taxer les revenus, puisque sauf erreur, la somme des petits bénéfices fait le revenu. Par ailleurs, les transactions sont faites par des traders, donc pour des entités qui ne sont pas identifiables : à qui telle transaction bénéficie-telle à l’instant t ? Dans quelles poches le bénéfice engrangé va-t-il atterrir ? Quand, où, et sous quelle forme ?

        Il faut deux choses simples : supprimer l’ISF et taxer les revenus, à taux progressif jusqu’à 99.99999%, sans bouclier fiscal évidemment. 


      • JL JL 16 août 2009 08:56

        @ Bruxman, ce n’est évidemment pas le bouclier fiscal qui fait que les gens restent en France. Cela est du storytelling pour faire avaler cette couleuvre aux pauves contribuables qui n’en bééficient pas. Le bouclier fiscal ne sert pas à retenir les bandits mais à faire passer toutes les dépenses sociales destinées à financer les RSA et autres âneries afin que les gens ne se révoltent pas : en effet, les très riches qui ne craignent pas la révolution refuseraient de payer. De fait, ils en sont exonérés, et s’en foutent.

        Discours de Mr Riche : "Pourquoi un RSA ? Si l’Etat veut payer une partie des salaires, on est d’accord, tant mieux même, ça permettra de baisser les salaires ; mais s’il faut financer ce complément de salaire par les impôts ça sert à rien ! Ce serait nous prendre d’une main ce qu’on nous donne de l’autre.

        Résultat, l’Etat fait payer aux classes moyennes les mesures sociales prétendues profiter aux classes défavorisées et en réalité captées par les classes supérieures.

        C’est d’une évidence qui crève les yeux. Crever les yeux littéralement, ainsi les fous pourront continuer de guider lles aveugles, de plus en plus yeux-crevés.


      • JL JL 16 août 2009 11:03


        Précision sur la TVA, et comparaison avec les plus values boursières : la valeur ajoutée au sens rocardien comprend la vraie valeur ajouté ET le profit. Dans une transaction boursière il n’y a aucune valeur ajoutée vraie, aucune création de richesse, et c’est pourquoi il n’y a qu’un éventuel profit : il n’y aurait pas de transactions boursières si les gens n’y chercahient du profit, évidemment.

        De sorte que la taxe Tobin qui s’applique à une sorte de volume d’affaire est débile, et qu’elle devrait viser les profits. Mais les profits sont indiscernables ! Attac se fourvoit, Attac nous fourvoie.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 août 2009 11:46

        à l’auteur
        "Imaginons maintenant la mise en place de la taxe Tobin
        Sur les transactions des bourses mondiales l’estimation d’après les experts est la suivante : 0,05% rapporterait de 300 à 600 Milliards de $
        De quoi largement enrayer la faim dans le monde".

        À la condition que ces sommes importantes soient mieux utilisées que ne l’a été l’Aide Publique au Développement Économique (APD) durant les 30 dernières années, à raison de 60 milliards de Dollars annuellement ! ! !


        • Gabriel Gabriel 14 août 2009 11:56

          @ JP Llabrès,

          D’accord avec vous, cela me semble une évidence mais je suis un doux rêveur !

          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 août 2009 11:58

            à Gabriel

            Moi aussi. (Hélas ?).


          • Ysild Vilanui Ysild Vilanui 14 août 2009 11:58

            C’est possible de boucher un trou de plus de 20 milliards avec seulement 33 millions d’euros ? 



            • Gabriel Gabriel 14 août 2009 13:18

              Ysild Vilanui,

              Exacte et merci de votre précision mais c’est l’idée de la démarche, comme le 0,05% ne sont pas figé.

            • Ysild Vilanui Ysild Vilanui 14 août 2009 15:56

              La démarche me semble bonne, si toutefois elle s’appliquait de façon universelle. Encore faut-il que le système financier n’explose pas dans les mois à venir. 
              Il faudrait surtout songer à bâtir enfin un modèle moins inégalitaire et moins fragile. 


            • Gabriel Gabriel 15 août 2009 09:27

              Exacte encore une fois, comme nous pouvons le constater les banquiers et autres traders sont repartis se gaver en bourse. Ils se foutent de recommencer le pillage étant donné qu’il n’y pas de loi contre la délinquance boursière. Ils nous emmènent encore une fois dans le mur et c’est pour cela et pour freiner leurs ardeurs « du toujours plus » qu’il faut les taxer sur chaque flux financier.

              Amicalement

               


            • Claude Simon Tzecoatl 14 août 2009 12:37

              C’est une proposition mondiale qui suppose une gouvernance ou un gouvernement mondial.

              Il me semble que la faim dans le monde soit essentiellement indienne . Si sa croissance est de 5-6% de l’an, c’est déjà ça de pris, souvent sur la valeur ajoutée occidentale, mais pas que.
              Pour la faim africaine, on en revient souvent à la corruption et à la libéralisation corrompue (FMI, etc).


              • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 août 2009 12:44

                à Tzecoatl (xxx.xxx.xxx.21) 14 août 12:37 

                « Il me semble que la faim dans le monde soit essentiellement indienne ».
                La faim ou, pour être plus précis, la sous-nutrition n’est pas essentiellement indienne. Elle concerne tous les pays du « Sud ».

                « Pour la faim africaine, on en revient souvent à la corruption et à la libéralisation corrompue (FMI, etc) ».
                Cette explication est une antienne bien trop facile et fausse. Pourquoi cette explication ne vaudrait-elle pas pour les autres pays du « Sud » ?


              • Claude Simon Tzecoatl 14 août 2009 12:53

                J’ai beacuoup de réserves envers la taxe Tobin.

                Mais pour ma part, entre une bonne solution toute trouvée et ses chances d’application et donc de succès, il y a une marge.

                Certains gros pactoles sont trop tentants pour qu’ils ne soient détournés.

                Et il est préférable d’apprendre à quelqu’un à pêcher le poisson que de le pêcher pour lui. Et pour paraphraser, de lui apprendre à produire ou de le laisser produire ses besoins plutôt que de produire à chaque fois pour lui.


              • Claude Simon Tzecoatl 14 août 2009 12:57

                D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi il faille spécifiquement avoir des dollars pour faire tourner les pays du Sud. S’ils ont besoin de monnaie, qu’ils se tournent vers leurs banques centrales (dans une certaine limite, cf Mugabe).


              • Gabriel Gabriel 14 août 2009 13:15

                @Tzecoatl

                Et il est préférable d’apprendre à quelqu’un à pêcher le poisson que de le pêcher pour lui. Et pour paraphraser, de lui apprendre à produire ou de le laisser produire ses besoins plutôt que de produire à chaque fois pour lui.

                Merci de votre intervention, mais je ne vois pas le rapport entre taxer les transactions boursières et votre remarque ci-dessus ou vous citer Mao si je ne fais pas erreur. De plus on ne parle pas de production, mais de l’argent facilement et vite gagné en risquant au passage de gonfler artificiellement les valeurs des sociétés. Si nous ne freinons tous cela, sans être médium, nous pouvons prédire un autre crack boursier dans pas longtemps. Jetez un œil à la bourse actuellement et vous comprendrez que ça recommence. Pour finir je parle de solidarité !

                Cordialement


              • Claude Simon Tzecoatl 14 août 2009 18:01

                Elle est de Lao Tseu.

                Ce que je reproche à la taxe Tobin, ce n’est pas sur le fond, mais bel et bien sur la forme :
                - il y a loin de la coupe aux lèvres (comprenez entre l’argent taxé et celui donné) ;
                - trop d’intérêts sont en jeu pour qu’elle se réalise ;
                - décision trop mondiale et donc fort éloigné de vos maigres pouvoirs ains que des miens ;

                Sur le fond, elle se justifie :
                - compensation entre pays aux avantages comparatifs trop divergents ;

                Mais aussi, financer à fonds perdus une nature trop ingrate ou une culture très peu réceptrice (excusez ma suspicion sur le progressisme et la gestion de l’intérêt sociétal africain).

                Ne connaissant pas directement la situation des affamés, il me semble qu’il s’agit majoritairement de petits paysans en agriculture vivrière essentiellement, manquant d’intrants (bonnes semences, engrais, etc). L’effort est actuellement porté là-dessus. Je ne saurais dire s’il manque des moyens financiers (soit en d’autres monnaies s’il s’agit d’importations, qu’il serait de bon ton de rendre national pour ces pays, sécurité alimentaire oblige).


              • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 août 2009 18:43

                à Tzecoatl (xxx.xxx.xxx.21) 14 août 18:01 

                "Ne connaissant pas directement la situation des affamés, il me semble qu’il s’agit majoritairement de petits paysans en agriculture vivrière essentiellement, manquant d’intrants (bonnes semences, engrais, etc)".

                Le problème de la sous-nutritionne relève pas prioritairement de difficultés en matière de production. Il relève plus de la commercialisation des productions, de l’accroissement des profits des producteurs afin qu’ils améliorent leur revenu, leur niveau de vie, ainsi que leur capacité à réinvestir pour accroître leur productivité.
                Émeutes de la faim : incontournable et « éternel » recommencement ?
                http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/emeutes-de-la-faim-incontournable-43030


              • Claude Simon Tzecoatl 14 août 2009 19:02

                Une remarque, Jean-Pierre Labrès, en Occident, le stockage par les agriculteurs, souvent sous forme de coopératives, est un succès car cela vient d’eux. Et connaissant le milieu fort bien, je ne vous dis pas toutes les stratégies qu’ils déploient face aux acheteurs afin de préserver leurs marges.

                Dans les PVD, le stockage venant de l’extérieur, il semble lamentablement échouer. Le mieux encore est de donner les moyens monétaires (crédit, incitation d’états) aux paysans du Sud afin qu’ils gèrent eux-même leurs intérêts, les inciter à prendre leurs intérêts mutuels en main. S’ils ne le font pas, nous ne pouvons rien pour eux.


              • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 15 août 2009 09:03

                à Tzecoatl (xxx.xxx.xxx.21) 14 août 19:02 

                "Une remarque, Jean-Pierre Labrès, en Occident, le stockage par les agriculteurs, souvent sous forme de coopératives, est un succès car cela vient d’eux [et des pouvoirs publics : en France, lois sur le commerce des céréales et création de l’ONIB en 1936]. Et connaissant le milieu fort bien, je ne vous dis pas toutes les stratégies qu’ils déploient face aux acheteurs afin de préserver leurs marges".
                Vous confirmez ce que j’ai écrit précédemment et nous sommes parfaitement d’accord.

                Dans les PVD, le stockage venant de l’extérieur,
                « venant de l’extérieur ». Qu’entendez-vous par là ? Cela me semble inexact. Seuls des moyens financiers venaient de l’extérieur (APD) pour financer les investissements en réseaux de stockage.

                il semble lamentablement échouer.
                Les bailleurs d’APD ont été capables d’exporter vers les PVD leur technique et leur technocratie en matière de stockage des céréales. Hélas, ils ont été incapables d’exporter la philosophie de la commercialisation qui aurait permis de rentabiliser, au bénéfice des producteurs, les infrastructures financées. D’où l’échec patent.

                Le mieux encore est de donner les moyens monétaires (crédit, incitation d’états) aux paysans du Sud afin qu’ils gèrent eux-même leurs intérêts, les inciter à prendre leurs intérêts mutuels en main.
                Au risque de me répéter, cela a été fait. Mais, sur des bases « commerciales » totalement erronées qui ont fait que les investissements ont périclité.

                S’ils ne le font pas, nous ne pouvons rien pour eux.
                Les agriculteurs des PVD ne sont pas plus idiots que ceux des pays développés. Mais, ils sont souvent illettrés (comme leurs confrères européens d’il y a presque un siècle) et ils ont été mal « encadrés » conjointement par leurs pouvoirs politiques et les pays bailleurs d’APD qui ont mis en place des infrastructures de commercialisation totalement ineptes.
                Nous pouvons encore quelque chose pour eux. Mais, comme tout ce qui a été fait précédemment a périclité, il faudrait repartir de zéro...


              • Jordi Grau J. GRAU 15 août 2009 11:28

                Bonjour à l’auteur.

                Je suis moi aussi favorable à une lutte contre ces inégalités scandaleuses. J’ai d’ailleurs été militant d’ATTAC pendant des années. Mais je ne suis pas sûr que la taxe Tobin soit la meilleure idée que cette association ait contribué à faire connaître. Voici les raisons :

                - si la taxe Tobin s’avérait efficace, alors elle freinerait la spéculation au point que les revenus qu’elle produirait diminueraient comme peau de chagrin. Elle serait donc très utile pour stabiliser l’économie mondiale (c’est d’ailleurs pour cela qu’elle a été conçue par son inventeur James Tobin) mais assez peu pour aider les pays pauvres.

                - la mise en oeuvre de la taxe Tobin, comme cela a été dit dans un message précédent, nécessiterait une coordination internationale, ce qui n’est pas gagné

                - recueillir beaucoup d’argent pour les pays pauvres est une chose ; savoir bien l’utiliser en est une autre, comme le montre abondamment toute la discussion à ce sujet dans les messages précédents

                - les gouvernements ne mettront en oeuvre de telles taxes que s’ils y sont poussés par la pression populaire. Or, pour l’instant, il me semble que les citoyens de base voient ces problèmes de finance mondiale comme des problèmes abstraits et éloignés, même s’ils sentent bien que leur quotidien en résulte plus ou moins indirectement.

                Il me semble qu’une redistribution plus équitable des richesses (ou, pour mieux dire, une RESTITUTION des richesses détournées par les « élites » politiques et économiques) devra d’abord se faire à un niveau plus modeste et plus local, je veux dire au niveau des entreprises. Après tout, les richesses sont d’abord le produit du travail humain, et c’est d’abord à ce niveau-là que s’effectue l’expropriation. Quand les travailleurs en auront marre de se faire tondre la laine sur le dos et qu’ils seront assez bien organisés pour relever la tête, ils contraindront les patrons et les actionnaires à changer les règles du jeu. Du même coup, bien des choses changeront au niveau politique.

                Je sais que tout ce que je dis n’est pas franchement moderne. Déjà au XIXème siècle des théoriciens socialistes auraient pu tenir ce genre de discours. Malheureusement, il se trouve que nous revenons de plus en plus (à la fois dans les pratiques sociales et dans les discours) au XIXème siècle. Tout ce qu’on peut espérer, c’est que les révoltés de demain ne commettront pas les mêmes erreurs qu’au XXème sièce, c’est-à-dire abandonner leur liberté à un Parti ou un dictateur tout-puissant.



                • katalizeur 15 août 2009 11:33

                  @ l’auteur

                  votre paradigme est mort, voir la situation economique...

                  la seule façon d’aider les peuples a ne plus crever de faim , c’est de leurs lacher la grappe est de les laisser s’autodeterminer.......

                  les 0,0000 % DE JE NE SAIS QUOI NE SONT PLUS d’actualité.....


                  • Marc Bruxman 15 août 2009 12:20

                    "D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi il faille spécifiquement avoir des dollars pour faire tourner les pays du Sud. S’ils ont besoin de monnaie, qu’ils se tournent vers leurs banques centrales (dans une certaine limite, cf Mugabe)."

                    Alors celle la elle est bonne !

                    Bon un peu d’explication. T’as déja foutu les pieds dans un pays sous développé ? Si tu l’as fait, tu verra vite que les mecs à la base ne savent rien produire. Rien, Nib Macache. Ils n’ont ni les outils ni le savoir faire, bref rien.

                    Pire, ils vont devoir importer de la matière premiére.

                    Maintenant leur banque centrale peut émettre tout le pécul qu’elle veut et elle peut meme foutre la race du dictateur dessus, ca ne vaudra absolument rien. Ou plus exactement ca ne vaudra que ce que les détenteurs de monnaie forte (euro, dollar) voudront bien en donner. Les gens n’étant pas bête cela converge vers le vrai prix.

                    C’est pour cela que tous les pays émergents se sont tournés vers l’export. Afin de récupérer des devises et d’augmenter progressivement leur richesse. Allez voir en Chine le résultat, c’est spectaculaire. Mieux que toutes les taxes tobins et autres cocotteries.


                    • katalizeur 15 août 2009 13:05

                      «  »« Bon un peu d’explication. T’as déja foutu les pieds dans un pays sous développé ? Si tu l’as fait, tu verra vite que les mecs à la base ne savent rien produire. Rien, Nib Macache. Ils n’ont ni les outils ni le savoir faire, bref rien. »"


                      des sous hommes quoi ; a par ça tu n’es pas raciste, tu es meme humaniste, car tous ces 1/4 humain vivent grace a ton aide.....j’ai connus des cons, mais de ton niveau c’est tres rare....il va falloir t’embaumer pour les generations futurs...une merde quoi...


                      parcontre toi l’oxidental, tu sais tout produire,tu as tous les outils , le savoir faire bref...tout quoi....le hic c’est que tu vas bientot crever la dalle...et que eux... s’en sortiront mieux que toi......courage mec garde la foi dans le consumerisme...courage le mur n’est plus tres loin...


                    • Claude Simon Tzecoatl 15 août 2009 17:41

                      @Marc Bruxman :

                      Au contraire, les PVD, surtout en Afrique, sont les plus gros détenteurs mondiaux de matières premières. Ils ne savent pas ou n’ont pas la volonté de les exploiter, de les transformer sur place. Non, c’est vraiment un problème de volonté politique et de compétence de leur part.


                    • Marc Bruxman 15 août 2009 18:03

                      Oui les PVD ont souvent bcp de matières premiéres. Ce qui ne veut pas dire que c’est pour cela qu’elles n’en importent pas !

                      Certains sont riches en minerais divers mais n’ont pas de pétrole nécéssaire pour les exploiter. Ni comme vous dites les compétences pour.

                      Ce n’est pas du racisme que de dire ca, contrairement à la crétinere que je lis plus haut. Cela serait du racisme si je disais qu’ils ne sont pas capable de se l’approprier. Certains peuples rappelons le l’ont déja fait comme en Chine.

                      En Affrique un jour il y aura une étincelle dans un pays et les autre suivront.


                    • Claude Simon Tzecoatl 16 août 2009 16:41

                      Pour l’instant, le minarchisme imposé par le FMI et la BM aux PVD est une belle catastrophe.


                    • Marc Bruxman 15 août 2009 12:29

                      Les mecs qui révent d’égalité j’ai touijours trouvé ca fun. Surtout quand on vient de pays qui bénéficient largement du systéme.

                      Entre tes gadgets électroniques made in china, tes fringues vietnamiennes et haitiennes les matières premiéres venues d’affrique, as tu calculé combien tous ces déséquilibres augmentent ton niveau de vie ?

                      Alors franchement déja quand le mec parle d’utiliser la taxe tobin pour bénéficier au tiers monde il faut vraiment être teubé. Le jour ou on ne pourra plus trouver de coin ou la main d’oeuvre est pas chère, on va se sentir très pauvre.

                      Grandissez un peu !


                      • JL JL 16 août 2009 09:02

                        Spécial dédicace à Max Bruxman : Le libéralisme est un système qui prône le « A chacun selon ses capacités ». Notamment, selon ses capacités de nuisance. 


                      • Gabriel Gabriel 16 août 2009 09:13

                        @ Marc Bruxman

                        Que vous trouviez cela fun me réjouis. Ca a le mérite d’avoir déclenché chez vous une réaction positive, car à vous lire vous ne l’êtes pas beaucoup ! Tous les déséquilibres que vous citez et qui augmentent votre niveau de vie, ne vous empêchent pas d’avoir une attitude un tant soit peu éthique dans vos choix économiques et politiques. Les pays pauvres où vous vous réjouissez de trouver et exploiter de la main d’œuvre pas chère vont vous péter à la gueule cher Monsieur plein de certitudes. La pauvreté et les dérèglements climatiques déclencheront des flux migratoires sans précédent. Les habitants de ces pays pauvres viendront s’installer chez vous sans douceur car ventre affamé n’a plus sa raison. Vous pourrez à ce moment là leur expliquer vos fabuleuses théories, mais je ne suis pas sur qu’ils y soient très réceptifs. Dépêchez vous de grandir avant de partir !


                      • JL JL 16 août 2009 15:31

                        « Ponce Pilate à Jésus : »Ecoute voir, tu es, il me semble, un jeune Juif sympa de … d’où ça déjà ? Nazareth ? Mais va falloir arrêter de faire le con avec les agents de change, parce que je récupère un pourcentage sur ces transactions, tu comprends ? Alors, arrête de déconner avec eux.

                        nb. Remplacez Ponce Pilate par Le complexe « entreprises-gouvernement-médias » qui fabrique notre conscience collective (les « salopards ») et Jésus par Attac.

                        Lire plus là


                        • Ben Ouar y Villón Brisefer 12 décembre 2009 20:38

                          Sami Naïr, alors député européen du MDC (Mouvement des Citoyens) rapporte que lors d’une séance où le Parlement européen de Strasbourg faisait voter une Etude sur la Faisabilité de la Taxe Tobin, (dix ans déjà) Arlette Laguiller et son groupe votait contre ! 


                          Question de S. Naïr : -« Mais comment toi, Arlette, peux-tu voter contre une étude comme ça, pour une fois que l’Europe s’intéresse officiellement à la taxe Tobin  ? » 
                          Réponse de l’intéressée : 
                          - « Je ne vois pas pourquoi je favoriserai l’émergence d’une mesure qui retarderait la révolution... »

                          Alors« volonté politique », vous disiez ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires