• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Qu’est-ce qu’ils sont gentils les marchés financiers, ils (...)

Qu’est-ce qu’ils sont gentils les marchés financiers, ils prêtent même à taux négatif !

Toutes les conneries qu’ils nous ont fait gober  et payer ! (5) 

 Les entretiens du Professeur VaZlin’. vazlin@laposte.net le 03 Septembre 201 N°262

Dans l’entretien précédant j’écrivais : « Qui prêterait à une personne surendettée comme l’Etat ?! Pas moi en tout cas ! Pourtant, l’Etat trouve toujours des prêteurs pour augmenter sa dette ! et parfois même, avec des taux négatifs !  »

Comme promis, voilà l‘explication de ce mystère !

Illustrons par un exemple : un jour, la France eut besoin d’1 million d’euros pour construire des crèches et lança un emprunt.

La banque « Tapdur » ([i]) répond ok et lève 1 million d’€ qu’elle prête à l’Etat à 10 % ([ii]) sur 10 ans, soit 100 000 € par an d’intérêts à payer. Nous appellerons cet emprunt  : emprunt N°1.

Une année, l’Etat, complètement à la dèche, dit à la banque Tapdur : « désolé, cette année, je ne peux pas vous payer les 100 000 € d’annuités, il faut que je lance un emprunt »

La banque Tapdur répond immédiatement ok à cet emprunt, que nous appellerons «  emprunt N°2  ».

C'est à dire que la banque Tapdur accorde à l’Etat un prêt de 100 000 €, qu’elle se verse immédiatement à elle-même. Elle n’a même pas à chercher des fonds, c’est un simple jeu d’écriture.

 C’est maintenant 1 100 000 € que la banque Tapdur à placé à 10 % en bons d’Etat (1 million d’emprunt N°1 plus 100 000 € d’emprunt N°2) sans que la banque Tapdur ait déboursé un kopeck de plus que le 1 million à l’origine de la dette,

He he ! c’est quand même intéressant de prêter à un Etat pris à la gorge !

Mais attention : « même les banquiers ont du cœur !  »

Parce qu’au gouvernement, ya pas que des idiots ! Ils disent à la banque Tapdur : « he ho ! vos 10 % c’est trop, je vais voir ailleurs si c’est pas moins cher ! »

Affolement à la banque Tapdur ! Alors, la banque Tapdur va faire un geste immense de générosité : elle prêtera à taux négatif pour que l’Etat puisse passer ce cap difficile …. et garder ce bon client ! Oui, elle donnera de l’argent à l’Etat pour emprunter chez elle !

Les 100 000 € de l’emprunt N°2, elle les prêtera à l’Etat à -1 % et pendant 10 ans !

C'est à dire qu’elle paiera à l’Etat, chaque année, 1% de 100 000 € de l’emprunt N°2.

Donc, bilan final : L’Etat doit à la banque Tapdur :

 1 000 000 (emprunt N°1)

+ 100 000 (emprunt N°2)

– 10 000 (10 ans d’intérêts négatifs de l‘emprunt N°2)

= 1 090 000

Intérêts négatifs ou pas, la dette de l’Etat vis-à-vis de la banque Tapdur n’a pas du tout baissé, au contraire !

Quant à la banque Tapdur, qu’a-t-elle déboursé ? le million initial, c’est tout !

Malgré le taux négatif consenti, la banque Tapdur a augmenté son prêt de 90 000€ !

Quelle générosité !

J’en pleure ! non de cette générosité, mais de m’être fait berner, de m’être fait plumer ainsi sans rien voir ! Je pleure de rage que nos politiques, depuis 1973, aient organisé ce racket !

 

[i] J’allais écrire Rothschild, mais, prudence, chaque fois que je traite des banques ou de la finance, il y a toujours quelqu’un pour me qualifier d’antisémite ! Maintenant, je fais gaffe !

[ii] 10% ça va simplifier les calculs, mais si vous trouvez ces 10 % exagérés, sachez que de 1973 à 2012, le taux moyen fut 7 %, avec parfois des bons à 16%)


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Armelle Armelle 4 septembre 09:40

    Vous venez juste de décrire une des dérives du Keynésianisme !!!
    Rien de nouveau sous le soleil... La relance par la dépense !!! Que c’est beau. On attend toujours que le principe fonctionne d’ailleurs !!!
    Et si les banquiers sont des voleurs, il n’en est pas moins vrai que nos dirigeants sont des malades mentaux et des irresponsables...


    • Professeur VaZlin' Professeur VaZlin’ 4 septembre 09:56

      @Armelle
      Je vous fait remarquer que, dans le cas décrit, il y a dépense de l’Etat, mais AUCUNE relance.

      Cet argent emprunté ne sert à rien de concret, sauf à engraisser les marchés.
      le prof

    • Vraidrapo 4 septembre 11:03

      @Armelle
      nos dirigeants sont des malades mentaux et des irresponsables...

      Pompidou et µicron étant passés chez les Roteuchild, je dirais plutôt des ’serviteurs’


    • Armelle Armelle 4 septembre 11:04

      @Professeur VaZlin’
      J’avais bien lu vos propos sous cet angle !
      Je souhaitais juste en remettre une petite couche quant à cette pensée économique totalement idiote dont nous voyons aujourd’hui clairement les limites !!!
      Ce système pervers aura détruit nos industries en France, en les subventionnant pour les conserver et garder les emplois alors qu’elles n’étaient pas rentables !!! Mais c’est amusant en France on pense que donner de l’argent rend compétitif !!! à l’image des ahuris qui pensaient que le CICE allait créer des emplois !!! Quelle connerie !!!
      Quand on est mauvais dans un domaine, on coupe la branche, et que d’imaginer que le principe de perfusion puisse faire qu’une industrie soit rentable est totalement crétin, comme notre industrie automobile que nous subventionnons depuis 20 ans et qui ne s’en porte pas bcp mieux aujourd’hui... 
      Déjà à l’époque, nous donnions 7000,00 Francs par voiture vendue à Renault et Peugeot pour soutenir le fleuron de notre industrie !!! Quelle idiotie ! du coup, pour ces deux assistés, pourquoi se casser le cul à se stimuler pour tenter devenir compétitif puisque que l’état nous balance du pognon à tout va !!!
      L’état finance la médiocrité en France pour conserver ses emplois, et à ce jeu la médiocrité risque bien de l’emporter !!!


    • Armelle Armelle 4 septembre 12:40

      @Vraidrapo
      Ho vous savez les cursus de chacun d’entre eux ne sont pas exemplaires, on a même un qui est passé par Vichy !!!
      Et puis... Serviteurs sans doute mais il ne faut pas oublier qu’ils considèrent aussi le système bancaire comme un outil, un outils les servant bien quand ça leur est nécessaire !!! L’incitation au crédit est bien un outil pour les états, un subterfuge qui stimule la consommation et simule une pseudo croissance. Et ce mécanisme est bien initié par les états, certainement pas par les banques !!! Les banques en profitent, c’est tout !!!


    • Yaurrick Yaurrick 4 septembre 13:04

      @Armelle
      C’est bien là le nœud du problème : la dette ne sert pas à financer des investissements mais simplement le fonctionnement et à alimenter le clientélisme des politiques..Le Keynésianisme c’est l’alibi pour que les politiques achètent des voix.

      Keynes n’avait jamais dit que la dépense publique fonctionnerait lors de crises structurelles.Quand au fameux multiplicateur keynesien relatifs aux plans de relance, il s’agit d’un concept qui a été invalidé il y a plusieurs décennies, car dans des économies ouvertes, il à tendance encourage les importations et alimente l’effet d’éviction.


    • Armelle Armelle 4 septembre 13:20

      @Yaurrick
      Ben oui mais allez donc expliquer cela à la tribu de gauchistes d’Agoravox !!! puisque la plupart sont sous la gouttière de cette dépense !!!
      c’est un peu l’esprit...« après moi le déluge »...


    • Habana Habana 4 septembre 14:03

      @Armelle
      Je ne suis pas économiste mais ne serait-ce pas plutôt la dérive de ll’économie Friedmanienne (qui s’oppose à celle de Keynes), d’après les grandes lignes que j’avais cru comprendre ? Milton Friedman étant l’ambassadeur de l’ultra libéralisme et capitaliste en puissance !


    • Armelle Armelle 4 septembre 14:24

      @Habana
      Ceci n’explique pas ni n’argumente cela !!!
      Que vous le vouliez ou non, notre politique économique est issue de la pensée Keynésienne et force est de constater que ce n’est pas flamboyant, c’est même peu dire ; 2038 milliards d’Euros de dette, et comme je ne suis pas moi non plus économiste, je serais alors curieuse de vous lire quant à votre explication qui accuserait le libéralisme !!! ?!?!?? Je ne vois pas bien le rapport mais je ne suis pas obtuse !!!
      ...C’est à vous
       


    • Jean Pierre 4 septembre 22:32

      @Armelle

      Quand vous accepterez vous même de travailler pour 30 € par mois (salaire dans l’industrie textile au Bangladesh) vous reviendrez nous donner des leçons sur la compétitivité. A ce moment là, vous saurez concrètement de quoi il s’agit. Et il serait étonnant que vous en parliez de la même façon. En attendant, vous brassez du vent.

    • Armelle Armelle 5 septembre 08:24

      @Jean Pierre
      Si vous ne comprenez pas le mécanisme pervers de la subvention ce n’est pas de ma faute mais ça ne vous oblige pas non plus à prendre des exemples débiles.
      Vous ne savez pas ce que vous racontez, vous avez comme bcp en ont l’habitude ici, pompé cette phrase dans un autre article !!! Il y en a un comme tous les trois commentaires !!!
      C’es un sketch, Ho qu’il est drôle


    • Jean Pierre 5 septembre 13:31

      @Armelle
      Evidemment que les subventions sont un système pervers. Mais l’absence de subvention plus la libre circulation des marchandises c’est la disparition complète de certains secteurs économiques. Vanter le libre marché et la concurrence non faussée, c’est trop facile quand on n’en fait pas soit même les frais.


    • taketheeffinbus 4 septembre 10:03

      De toute façon, les prêts bancaires, c’est du vol.

      À partir du moment ou l’institution prêterait sur ses fonds propres, je ne verrais pas le problème, mais comme vous le faites remarquer, ce n’est pas le cas et un prêt n’est qu’un simple jeu d’écriture informatique, sur lequel la banque récupère des intérêts sans effort ni difficulté. On appelle ça de la triche.

      Mathématiquement c’est la ruine, dans une société basée sur le crédit, si les banques demandent plus d’argent via les intérêts qu’elles n’en créent / distribuent via les jeux d’écritures, il y aura forcément des perdants, mais certainement pas eux. Ça s’applique autant pour une personne que toute une population.

      Si le banque me prête 1€ et me demande d’en rendre 2€, ils vont sortir d’où ces 1€ supplémentaire, si dans le système les nations, les entreprises, les particuliers, sont tous soumis à la même logique ?

      À la fin, les banques posséderont tout, sans jamais n’avoir rien dépensé.


      • taketheeffinbus 4 septembre 10:04

        @taketheeffinbus

        Fût un temps on appelait ça de l’usure, alors même qu’on parlait de prêts sur fonds propres.

        Et des têtes ont été coupées pour moins que ça.


      • Professeur VaZlin' Professeur VaZlin’ 4 septembre 10:46

        @taketheeffinbus
        Exact

        le prof

      • Vraidrapo 4 septembre 11:06

        @taketheeffinbus
        des têtes ont été coupées pour moins que ça.

        Y’en a même un qui a été crucifié paraît-il... pour des coups de pied dans des guichets bancaires posés à même le sol


      • Armelle Armelle 4 septembre 11:14

        @taketheeffinbus
        Prenez qqes minutes pour lire ce petit conte... ça se délecte !

        http://www.versdemain.org/articles/credit-social/item/l-ile-des-naufrages


      • HELIOS HELIOS 4 septembre 12:51

        @taketheeffinbus

        petit détail qui est carrément faux dans votre démonstration :

        L’emprunt no 1.. les 1 000 000 d’Euros... la banque a du en collecter (règles anciennes) au minimum - mais possiblement plus- 12% soit 120 000 possiblement :

        = a partir de la mobilisation de ses clients, 
        = ou /et sur ses fonds (plus ou moins) propres.
        = et comme cela ne suffit pas pour preter ces 1 millions, ... elle va faire appel a d’autres banques, et/ou a la banque centrale (ou les deux).

        ENSUITE, elle doit servir des interets a ceux qui lui ont fourni les fonds :

        = Ses clients - c’est à dire, les comptes non rémunérés et les comptes rémunérés -
        ... mais pour les comptes non rémunérés elle s’en passe... (votre banque vous credite-t-elle des interets, vous ? moi non, elle me facture des services et des frais de gestion, c’est a dire que je paye la gestion de l’argent que ma banque fait lorsqu’elle utilise pour son usage de mon fric)...

        = soit les autres banques -c’est a dire les organismes financiers qui recoltent- et la banque centrale.

        Tout cela pour dire que les 1 000 000 d’euros empruntés lui coute de l’argent qui va etre prélevé sur les interets payé par l’etat pour le remboursement de ce emprunt no 1 elle ne garde que le « reste » !

        Le diable se cache dans les détails, bien sûr :

        Qu’en est il des « impots » que la banque doit a l’etat sur la part de benefice des interets récoltés ? Peut etre que le CICE l’en exonère... dans ce cas, l’etat perd sur tous les tableaux, puisqu’il emprunte pour payer une fois directement et une autre fois indirectement par un cadeau fiscal... les banques, dans leur activité de financement public, DOIVENT etre exclues de toutes mesures d’aide aux entreprises.


        au final...
        la banque en question finira par rembourser ses clients, les organismes financiers et la banque centrale. Il ne lui reste que sa part d’interets. La banque n’a rien eu de gratuit !

        ... ce qui faut bien comprendre, c’est que si au final l’emprunt no 1 a servi a la croissance, a l’investissement... au moins pour ce qu’il a couté, alors tout va bien. 

        Hélas, ce n’est pas le cas... d’abord parce qu’il n’est jamais remboursé, puis il a servi a payer du consommable, et enfin, son retour sur investissement aussi bien humain qu’economique est inferieur a ce qu’il a couté... et c’est là qu’il y a un bug que la classe politique devrait regler.



      • Armelle Armelle 4 septembre 15:08

        Il semble de toute façon que la solution d’une problématique puisse changer en fonction de la forme que l’on donne à sa présentation !!! Et comme chacun ne lit jamais la même chose, ou plutôt lit ce qui l’arrange...
        ...Tenez ;
        Cabanel, JL et Foufouille entre dans un bar, leurs consos coûtent 25 euros, ils donnent 10 euros chacun, la serveuse leur rend 5 euros en pièce de 1 euros, et comme 5 n’est pas divisible par 3, ils reprennent alors 1 euro chacun et donnent les 2 euros restants à la serveuse.
        Bilan ; ils ont donc donné chacun 10-1, donc 9 euros x 3 = 27 + les 2 euros donnés à la serveuse ce qui fait 29. Où est donc passé le 30ème euro ?

        Certains y verrons 1 euro manquant, d’autre pas ! alors sur un sujet aussi simple les avis déjà divergent, que dire alors de l’économie et de la façon dont on nous présente les choses !!!


        • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 15:21

          nous on est bien a découvert le 15 du mois ..... sauf qu’on se fait égorger par les banques .......


          • Pascal L 4 septembre 16:39

            En fait, la banque n’a jamais sorti le premier million. Une opération de prêt est une simple écriture. L’Etat dispose d’un compte dans la banque où il emprunte. Dans une seule opération l’argent est sorti des fonds propres de la banque et remis sur le compte de l’Etat et revient donc dans les fonds propres de la Banque. L’argent placé sur un compte n’appartient jamais au client mais à la banque en échange d’une dette envers le client. La seule chose qui a été réellement modifiée, c’est la quantité d’argent autorisé à circuler et donc le risque de découvert lors des opérations de compensation la nuit lorsque l’Etat dépense le contenu de son compte qui part vers d’autre banques. C’est ce qu’on appelle une opération de création monétaire qu’il ne faut pas confondre avec l’émission qui est l’impression des billets. Le risque est en fait couvert par la banque centrale qui n’hésite jamais à imprimer des billets pour éviter un credit-crunch. Sachant que la valeur des billets n’est tenu que par l’espoir de la banque de voir ses prêts remboursé, tout se mord la queue et la banque centrale est un poids mort de plus dans le système.

            Visiblement le risque de non-remboursement n’inquiète pas spécialement les banquiers qui pensent qu’il existe toujours assez de richesses non monétaires pour compenser les pertes. Dans ce cas, ce n’est pas l’Etat qui paye, mais le contribuable. Vous pensiez être propriétaire de votre maison et ne rien devoir à personne, et bien c’est raté. L’Etat a des moyens de tout confisquer et la banque le sait.
            Le problème avec la dette, c’est que les intérêts n’ont jamais fait l’objet d’une création monétaire, ceux-ci finissent toujours par diminuer la masse monétaire en circulation et étouffent l’économie. C’est un mécanisme de prédation de l’économie particulièrement efficace. Si l’esclavage et la colonisation ne font plus recettes, c’est qu’il a été trouvé mieux avec la création monétaire par la dette.

            • Le Comtois 4 septembre 16:44

              Cherche à emprunter 100 000 euros, au taux de - 0,01 %, une affaire ! Vous ne me devrez pas grand chose ! 


              • Le421 Le421 5 septembre 09:41

                @Le Comtois
                Même 10.000 à 1% !!
                Celui qui me les trouve, je tire mon chapeau.

                En réalité, c’est autour de 3-4% passé partout !!


              • Jeff84 5 septembre 18:22

                Tiens, j’avais bien raison, malgré ce que l’auteur disait dans son précédent torchon. Le coupable, c’est le banquier bien sûr.


                • Professeur VaZlin' Professeur VaZlin’ 6 septembre 09:02

                  @Jeff84

                  Avant de juger mes papiers de torchon, tu devrais apprendre à lire, je veux dire à « comprendre » ce que tu lis.

                  Mon « torchon » finit ainsi :

                  « Je pleure de rage que nos politiques, depuis 1973, aient organisé ce racket ! » 

                  Cherche la Banque.

                  Le Prof

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires