• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Réformes Macron : pourquoi elles profitent aux spéculateurs et sacrifient (...)

Réformes Macron : pourquoi elles profitent aux spéculateurs et sacrifient les investisseurs

Analyse critique des réformes fiscales

On attendait de vrais efforts pour l’investissement productif, nous sommes loin du compte.

Le gouvernement a décidé de supprimer l’ISF. Cet impôt est accusé de faire fuir les plus riches. Il ne portait pourtant pas sur les biens professionnels et il fallait certainement accorder de larges possibilités d’exemption pour les entrepreneurs et leurs familles. Le plus important n’est cependant pas là pour les entrepreneurs, il s’agit des droits de succession et la réforme ne les aborde pas. Fillon voulait lui aussi supprimer l’ISF mais tout l’ISF et surtout il entendait compenser en mettant en place des mesures fiscales incitatives pour les PME.

Le gouvernement va remplacer l’ISF par un IFI (Impôt sur la fortune immobilière) pour encourager les placements productifs et décourager les placements immobiliers.

Faut-il détaxer la richesse mobilière car elle a la possibilité de fuir à l’étranger ? C’est récompenser l’exil fiscal et encourager la concurrence fiscale en renonçant à l’équité.

La disparition du mécanisme ISF PME qui permettait d’échapper à une partie de l’ISF en cas d’investissement dans les PME aura des conséquences lourdes CAR AUCUNE MESURE COMPENSATOIRE N’INTERVIENT POUR FAVORISER L’INVESTISSEMENT EN PME.

Les investissements au capital des PME ou des fonds spécialisés (FIP, FCPI) pouvaient donner droit à une réduction d’ISF.

Capital des PME

Les contribuables concernés pouvaient déduire, du montant de leur impôt sur la fortune, une partie des versements effectués à titre de souscription au capital de PME (apport en numéraire ou en nature, hors immobilier et valeurs mobilières). L’investissement dans le cadre d’une augmentation de capital est soumise à des règles spécifiques.

Taux de la réduction d’ISF-PME

Le taux de la réduction d’ISF est fixé à 50% du montant des versements et la réduction est plafonnée à 45 000 euros.

Conditions exigées

Toutes les PME sont concernées quelle que soit leur forme (Sarl, SA, etc.) à condition qu’elles répondent aux conditions déjà exigées par ailleurs pour l’exonération d’ISF au titre des souscriptions au capital des PME.

La société ne doit pas être cotée en bourse, doit employer moins de 250 personnes et son chiffre d’affaires ou le total de son bilan ne doit pas dépasser respectivement 50 et 43 millions d’euros. En outre, 75% au moins du capital ou des droits de vote doivent être détenus par des personnes physiques ou des sociétés répondant elles-mêmes à ces critères. 

La société doit employer au moins deux salariés à la clôture du premier exercice suivant celui de la souscription (ou un seul salarié s’il s’agit d’une activité artisanale).

Près de 516 millions d’euros dédiés au financement des PME ont été levés par ce biais en 2016, d’après les relevés de l’Association française des investisseurs en capital (Afic). Un montant en progression constante depuis 2012.

Le gouvernement supprime dispositif, il ne restera qur le mécanisme Madelin bien moins avantageux.

Le dispositif « Madelin-IR-PME » permet aux contribuables français qui investissent via une plateforme de financement participatif au capital d’entreprises éligibles de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 18% du montant annuel investi. Cette réduction d’impôts est plafonnée à 9 000 € pour une personne seule et à 18 000 € pour un couple. Le contribuable peut diminuer le montant de son impôt dès l’année qui suit son investissement.

On aurait pu espérer mieux d’un président souvent présenté comme celui des start-up :

  • Ne pas toucher à l’ISF mais porter à 100% du capital investi les montants investis avec un un plafond à 45000 euros
  • Renforcer le dispositif Madelin qui porte non sur l’ISF mais l’impôt sur le revenu en portant à 50% des montants investis, ainsi que le plafond maximal à 45 000 €.

A noter qu’un tel taux de réduction d’impôts est déjà possible en Grande-Bretagne lorsqu’on investit dans des start-up. Autre proposition pour inciter les contribuables à investir : diminuer le délai de détention des titres à 3 ans contre 5 ans actuellement pour bénéficier de l’avantage fiscal.

  • Happy Capital proposait une exonération en contrepartie de la conservation des parts de la société pendant au moins 3 ans (défiscalisation à l’entrée et exonération des plus-values à la sortie). Enfin, l’idée d’offrir la possibilité au contribuable investisseur de déduire les moins-values de cession directement de sa base imposable de son impôt sur le revenu est avancée.

L’économie a besoin du long terme, une politique fiscale intelligente arbitre en faveur du long terme, M Macron FAIT LE CHOIX CONTRAIRE.

La mise en place d’une flat taxe sur les plus-values de cession est-elle enfin une bonne chose ?

Concernant les plus-values de cession de titres, leur taux effectif d’imposition à l’impôt sur le revenu dépend aujourd’hui de leur durée de détention (application d’abattements liés à cette durée, le régime d’imposition le plus favorable intervenant après 8 ans). Une imposition au taux fixe de 30% permettrait notamment d’arbitrer plus favorablement des titres en plus-values latentes détenus depuis moins de 8 ans et taxés aujourd’hui entre 38% (de 2 à 4 ans) et 60,5% (détention depuis moins de 2 ans).

L’investissement de long terme est donc pénalisé, une reforme intelligent aurait consisté à maintenir un avantage pour les titres détenus depuis plus de 2 ans.

La suppression de l’ISF est-elle une bonne chose malgré tout pour les entrepreneurs ?

Pour les spéculateurs oui mais pour les entrepreneurs créateurs de richesse on peut en douter.

http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/877-isf-exoneration-des-biens-professionnels

En principe, les biens nécessaires à l’activité professionnelle principale sont déjà exonérés d’ISF.

Et les autres ? Il existait une arme : le pacte Dutreil ISF.

S’ils n’ont pas déjà fait l’objet d’une exonération au titre des biens professionnels, les titres de société détenus par des personnes physiques ne sont imposables à l’ISF qu’à hauteur de 25 % de leur valeur.

L’avantage fiscal résultant de la conclusion d’un pacte Dutreil est donc le suivant :

  • une personne physique détient des titres de société dont la valeur réelle est estimée à 100 000 € ;
  • un pacte Dutreil a été signé : le contribuable intègre dans son assiette taxable à l’ISF une somme de 100 000 € – 75 % soit 25 000 € ;
  • aucun pacte Dutreil n’a été signé : le contribuable est imposable à l’ISF sur la valeur totale des titres soit 100 000 €.
  • Exigence, garder les titres 6 ans.

Les dirigeants actionnaires d’une entreprise familiale disposent d’un outil formidable pour transmettre leur entreprise à leurs enfants : le pacte Dutreil transmission. Le dispositif a été mis en place en 2003 sous Chirac.

Ce dispositif prévoit un abattement de 75 % sur la valeur des titres d’une société ou d’une entreprise individuelle pour le calcul des droits de mutation, lors d’une donation ou d’une succession. Mieux, cet avantage se cumule avec l’abattement général de 100.000 euros, la réduction de 50 % des droits en cas de donation de pleine propriété avant l’âge de 70 ans et le paiement différé des droits.

Le pacte Dutreil transmission est un engagement fiscal, incluant un engagement collectif des « héritiers » à conserver les titres deux ans au minimum, et portant sur au moins 34 % des titres de la société.

Si le donateur ou le défunt a détenu les titres et dirigé l’entreprise depuis au moins deux ans, les donataires peuvent faire l’économie des deux ans d’engagement collectif de conservation : c’est le « réputé acquis.

Le dispositif sera-t-il maintenu ? UNE POLITIQUE INTELLIGENTE AURAIT CONSISTÉ A LE RENFORCER.

https://pgibertie.com/2017/10/14/les-reformes-macron-profitent-aux-speculateurs-et-sacrifient-les-investisseurs-m-macron-nest-pas-le-president-des-entrepreneurs-des-pme-et-des-start-up/&sup2 ;


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Zolko Zolko 16 octobre 12:45

    Soros n’est pas un méchant spéculateur mais un gentil philanthrope qui finance des ONG pacifiques, vous n’étiez pas au courant ?


    • Sozenz 16 octobre 14:37

      Faut-il détaxer la richesse mobilière car elle a la possibilité de fuir à l’étranger ? C’est récompenser l’exil fiscal et encourager la concurrence fiscale en renonçant à l’équité

      surtout que les français vont payer les taxes sur leur immobilier en france et à l etranger . et que les étrangers eux ne vont payer que l’ impot sur l immobilier en france .
      donc cela incite bien a faire fuire dans un autre pays pour ceux qui auront investit dans un autre pays que la france .

      c est une belle saloperie qu ’ à fait Macron ..

      au fait est ce que la famille qatarie va payer des impôts sur l immobilier qu il a en France ?
       


      • Alren Alren 16 octobre 18:55

        @Sozenz

        La fiscalité ne doit jamais être « séductrice ».

        Personne ne veut payer d’impôts et surtout pas les ultra-riches, les plus rapaces.
        Jamais on ne fera qu’ils auront le moindre geste librement consenti envers leur pays qui leur sert pourtant généreusement le fruit du travail de leurs compatriotes.

        La fiscalité directe doit être coercitive et sous forme de tranches fiscales qui tiennent en compte ce qui reste au contribuable après impôt.

        Tout le reste est littérature et poudre aux yeux.


      • Yaurrick Yaurrick 16 octobre 19:28

        @Alren
        Comment expliquez vous que les états qui ont baissé leur prélèvements obligatoires s’en sortent mieux que nous, n°2 mondial des prélèvements obligatoires ?
        Vous remettez donc en cause les travaux d’Arthur Laffer et tout ce qui tient au consentement à l’impôt, voyez l’exemple de pays tel que la Nouvelle Zelande, ou plus proche de nous les pays Baltes ou la Russie qui ont adopté la flax-tax, qui est l’impot le plus juste, et ont vu leur recettes augmenter.
        Et vous espérez que les « ultra-riches » comme vous dites, déjà les plus largement contributaires continuent de se faire traiter de rapaces et stigmatiser par ceux qui bénéficient de la « redistribution » c’est à dire des miettes fournies par l’état alors que ce dernier vit grassement sur le dos du contribuable.
        J’ai du mal à voir où vous voulez en venir


      • Eric F Eric F 16 octobre 14:42

        Une mesure qui exonère sans distinction l’ensemble des placements financiers favorise les banques et détenteurs de fonds de placement majoritairement spéculatifs, dont seule une faible part va aux entreprises (introduction, augmentations de capital). Le fait de donner des avantages aux capitaux financiers et brimer l’investissement locatif (qui fournit des logements à un grand nombre d’entre nous) est à la fois idéologique -le capital présenté comme mécène de l’économie- et opportuniste -le candidat des banques-


        • gogoRat gogoRat 16 octobre 15:08

          "L’économie a besoin du long terme, une politique fiscale intelligente arbitre en faveur du long terme, M Macron FAIT LE CHOIX CONTRAIRE « 

           En fait, les ’fainéants’ selon Lui, sont aussi ceux qui spéculent à long terme plutôt qu’à court terme !
           Or, pour spéculer à long terme, ne faut-il pas un minimum savoir tenir la barre ?
           
           La valeur ’travail’ de nos donneurs de leçons et de marche forcée (voire d’insultes : la majorité des Français qualifiés de ’rien’ ? puis seulement de ’fainéants’, puis seulement, maintenant de ’jaloux’ - ça progresse ! )
           est bien la valeur de l’arrivisme, du ’travail’ de l’argent d’autrui, qui fait s’échiner les ’extrémiste’ et ’cyniques’ tout au bas de l’échelle !
           
           De quoi rassurer les gens sur les hautes qualités de nos énarques : enlevez les ’rien’, les fainéants et les jaloux, et vous cernerez cette toute petite portion de Français prétentieux incarnés par Jupiter :
            »Au final, seuls 13,43% des inscrits sur les listes électorales ont voté pour La République en marche."


          • HELIOS HELIOS 16 octobre 17:59

            ... vous oubliez tous que favoriser les PME crée une concurrence insoutenable pour les grands groupes.


            Macron est le candidat-elu des banques, des grands groupes. Comment pouvez vous imaginer qu’il va favoriser le tissu economique plutot que ses soutiens...

            La France ne l’interresse pas, dites-le vous bien. Et cessez de soutenir sa danseuse, elle est strictement comme lui, elle ne l’adouci pas.

            • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 08:54

              Faut demander a son formateur Rothschild ....


              • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 13:38

                Macron profite de son poste de président pour engraisser ceux qui l’ont mis en place .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires