• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Regards sur l’industrie française

Regards sur l’industrie française

La crise sanitaire, le récent avertissement du GIEC sur le dérèglement climatique et la grande incertitude géopolitique ont agi comme révélateurs de la nécessite pour la France de se tourner vers l'industrie du futur. Cette révolution tient au remplacement des usines polluantes de l'industrie lourde du siècle dernier par de petites unités innovantes en produits et équipées de technologies avancées.

 

Doit-on évoquer un décrochage ?

Cinquante années de mutations ont conduit l'industrie à ne représenter en 2020 plus que 13,4% du PIB, employant 2,8 millions de personnes soit 11% de l'effectif salarié en France. Cette baisse tendancielle est due en partie aux gains de productivité lui permettant de satisfaire les mêmes besoins avec moins d'employés. La fiscalité élevée sur les facteurs de production -cotisations sociales et impôts- couplée à une hausse des couts salariaux indirects associés au processus de fabrication ont entrainé une dégradation de la compétitivité de l'industrie française. Soulignons que les entreprises françaises payent six fois plus d'impôts à la production que leurs homologues allemandes. Ces difficultés affectent directement la balance commerciale de notre pays devenue négative depuis l'année 2004. Enfin selon des calculs récents de France Stratégie, 62% des emplois du secteur, essentiellement ceux des groupes internationalisés sont délocalisés contre seulement 38% en Allemagne. Dans un environnement marqué par la hausse du prix des matières premières à caractère inflationniste, cela va laminer leurs marges d'exploitation.

Les enjeux : La révolution de l'industrie du futur

La quatrième révolution industrielle, celle du numérique, de l'intelligence artificielle, de la robotique et de la capacité des machines à apprendre bouleverse la conception et la structure de l'industrie qui doit de plus s'adapter aux enjeux environnementaux en développant une stratégie nationale bas carbone.

L'innovation est le secteur qui concentre l'essentiel de l'investissement en R&D, financé partiellement par une dotation de 7 milliards d'euros par an de Crédit d’impôt Recherche ( CIR), auquel il convient d'ajouter le financement public direct de la R&D qui couvre en 2019 7,5 % des 35,2 milliards d'euros dépensés. La recherche apparaît comme un poste clé dans les dépenses de l'Etat - spatial, aéronautique, nucléaire, télécoms - permettant à notre pays une autonomie stratégique et technologique. Pour que la France devienne une des nations les plus innovantes il faut que ses acteurs soient capables d'y faire émerger des innovations de rupture. Parce que les entreprises françaises ont négligé des secteurs stratégiques comme les microprocesseurs dont la pénurie mondiale se rappelle à l'industrie automobile, Renault et PSA manquent cruellement de puces visant à équiper leurs véhicules. Le secteur du textile-habillement a déjà largement été restructuré, mais la conservation du savoir-faire et le retour du « made in France » créateur d'emplois lui permet de rester très actif. « Quand le made in France gagne 1 % de part de marché, c’est 4 000 emplois supplémentaires » nous dit Julien Delépine, journaliste. L'électroménager s'appuie sur le savoir faire d'entreprises comme Seb et Moulinex. Le Nord et l'Est de la France sont ainsi redevenues des régions très dynamiques. La maitrise des chaines de production et de valeur est le moteur de la croissance future de l'industrie 4, de ses gains de productivité et de compétitivité.

L'enjeu de la transition écologique et de la stratégie bas carbone est plus que jamais d'actualité. L'invasion russe en Ukraine va-t-elle l'accélérer ? Selon Patrice Geoffron « Dès lors que le fossile devient plus cher et instable, la décarbonation gagne en compétitivité. » Pour réduire notre dépendance au gaz russe il est urgent pour l'industrie française d'investir dans les énergies vertes que sont les technologies solaires et éoliennes, les moteurs électriques, les vélos ). Cela signifie aussi la mise en place d'une politique de taxation du carbone aux frontières de l’Europe pour assurer la pérennité des productions dans l'UE. C'est l'un des principaux enjeux de la stratégie industrielle des années à venir.

Sans oublier la question centrale de l'attractivité pour les talents et de leur disponibilité dans une dynamique de territorialisation des productions - pour exemple Toyota qui s'implante à Valenciennes en s'appuyant sur un écosystème de compétences. Dans certains territoires l'industrie accueille les candidatures et développe des solutions d'apprentissage au niveau local. Florange en Moselle s'est doté d'un centre de formation en relation avec l’émergence de nouveaux métiers. Mais le secteur compte 70000 offres d'emplois non pourvues d'après Bercy contre 40000 avant la crise sanitaire. 

La politique industrielle hexagonale s'est muée en attractivité des territoires

L'arc politique français se positionne en faveur d'un retour à la souveraineté industrielle et au réaménagement des territoires. Visant à favoriser une nouvelle dynamique industrielle, le plan de relance mis en place en 2020 porte sur cinq secteurs principaux - la santé, l'agroalimentaire, l'électronique, la chimie et les métaux, la 5G - . La mobilisation des acteurs associée à la baisse de la fiscalité sur les impôts de production de 10 milliards d'euros par an a favorisé l'implantation d'entreprises dans des pôles de compétitivité que sont l’Aérospace Valley des régions Midi-Pyrénées et Nouvelle Aquitaine, la plasturgie à Oyonnax, le Dunkerquois mise quant à lui sur la transition énergétique. C'est ainsi que dans un grand nombre de territoires excentrés et jusqu'alors déclinants, l'industrie est redevenue le premier employeur. Le Président de la République a présenté en Octobre 2021 un nouvel effort d'investissement de 30 milliards d'euros en faveur des industries d'avenir, certes insuffisant pour réussir les transitions écologiques et technologiques de notre économie.

L'industrie du futur qui émerge tend à se structurer en écosystèmes territoriaux qui utilisent la connectivité permise par le numérique. Les villes moyennes, en concentrant 37% des emplois industriels sont le pivot du système territorial et contribuent à sa cohésion. L'hexagone est désormais doté de 127 « sites industriels clés en mains » accompagnés par les collectivités territoriales, la Banque des Territoires et Business France, destinés aux PME et ETI qui investissent dans des infrastructures ayant une incidence locale forte. On retrouve ici le rôle primordial de l'Etat parce qu'il est indispensable de créer des relations de confiance entre l'ensemble des acteurs visant le tissu industriel.

Va-t-on enfin assister au retour de l'Etat stratège pour engager les réformes nécessaires ? C'est ainsi que les pouvoirs publics, gardiens du long terme devraient se doter d'un Ministère de l'Industrie, de la Recherche et des Energies renouvelables rattaché au premier ministre pour piloter le grand projet de réindustrialisation de la France, comme le préconise Louis Gallois. L'urgence de la transition écologique oblige l'action publique à se repenser dans les plus brefs délais. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Buzzcocks 20 avril 11:54

    J’ai croisé une connaissance bossant chez Baccarat.... il me dit que les carnets de commande sont pleins à craquer, que les équipes tournent jour et nuit et week end, mais un gros souci.... ils ne trouvent personne.

    Il existe deux écoles de souffleurs de verre, tous les jeunes qui sortent de cette formation trouve du boulot sans chercher, tout le monde se les arrache. Mais voilà, peu de monde postule à ces écoles. 

    Donc c’est bien l’industrie, mais encore faut il avoir les compétences pour les faire tourner. 

    Je note aussi que Macron veut faire des EPR partout, alors qu’on est incapable de finir celui de Flamanville. Là encore, c’est bien d’avoir de supers projets industriels mais on est incapable techniquement de les mettre en place. Personne ne peut produire les cuves aux normes et tout fout le camp dans ce projet. 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 avril 12:21

      @Buzzcocks

      Les problèmes de Baccarat sont d’une autre nature.

      Le 2 juin 2017, le fonds chinois Fortune Fountain Capital (FFC) de la femme d’affaires Jiaru Chu (dite « Coco Chu ») a signé une « promesse irrévocable d’achat » avec les fonds américains Starwood Capital Group et L Catterton pour acquérir leur participation d’environ 88,8 % dans Baccarat à un prix de 222,70 euros par action. En juin 2018, l’État chinois a validé cette opération, qui devait rendre le fonds FFC majoritaire à hauteur de 88,8 %. FFC se serait engagé à « à investir de manière significative dans le cœur de métier de Baccarat et à soutenir la société dans sa prochaine phase de croissance et de création de valeur à travers une expansion sur les marchés voisins du luxe ».

      Par la suite, les investissements promis ne sont pas réalisés et selon Challenges, « les créanciers les ont soupçonnés d’avoir siphonner la trésorerie. Entre 2018 et 2019, leur holding de contrôle, Fortune Legend Limited, a ponctionné 10,1 millions d’euros dans les comptes de Baccarat ». Depuis janvier 2020, Coco Chu et ses associés ne remboursent plus l’emprunt contracté pour l’achat auprès de deux fonds de Hongkong, Tor Investment Management et Sammasan Capital, et en mars 2020, Zhen Sun, dit Jack Sun, le compagnon, a remplacé la directrice générale, Daniela Riccardi.

      Le 24 juin 2020, les deux fonds prêteurs ont viré Zhen Sun de la présidence du fonds luxembourgeois qui contrôle Baccarat. Ils prévoyaient de reprendre en main le contrôle à l’assemblée générale du 24 juillet, mais Zhen Sun l’a fait reporter au 17 septembre. Finalement, fin décembre 2020, c’est Tor Investment Management, le principal créancier du rachat par Coco Chu, qui, assisté d’un consortium composé de trois fonds d’investissement supplémentaires, a acquis la holding Fortun Legend Limited, détenteur de 88,8 % du capital de Baccarat, et possède ainsi 97,1 % des actions de la cristallerie.

      Alors, le savoir-faire, pouête- pouête, et l’industrie française du luxe, c’est le yuan !


    • mmbbb 21 avril 09:37

      @Buzzcocks  j ai visité il y a quelques années le salon des MOF ( meilleurs ouvriers de france ) .Un des patrons avaient du mal a recruter . 
      Il est aussi à noter que nous nous détournons des sciences , les Chinois eux forment une armee d ingénieurs et de scientifiques 
      Mme Emmanuel charpeentier prix nobel de chimie a dû faire ses etudes en Allemagne .
      Gerard Mouron sans son sejour aux US , n aurait pas pu avoir son prix nobel ect

      Quant a l EPR , il est à noter que notre savoir n est plus à la hauteur Outre la cuve , il y a eu du béton mal coulé , un comble 
       
      «  Pour réduire notre dépendance au gaz russe il est urgent pour l’industrie française d’investir dans les énergies vertes que sont les technologies solaires et éoliennes » je cite cet auteur , les éoliennes , personne n en veut et cet auteur n est pas tres serieuse , les eoliennes en france provoque la hausse des prix , L Allemagne s etant convertie« a la transition energetique  » doit utiliser du thermique ( 50 % ) de la lignite et du gaz . Il est vrai que le CO2 est du bon CO 2 puisque c est du CO2 de la transition energétique 

      Cela manque beaucoup de serieux

      NB Lebel , un membre de Merluche arborait une plaquette du programme de ce dernier « Hydrogene verte » une autre supercherie intellectuelle .


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 avril 12:08

      Les émules de l’Ecole de Chicago et de Friendman, autrement l’ultralibéralisme, mettent à contribution crises et désastres pour prendre le contrôle de la planète en substituant la seule loi du marché et du « libre-échange » aux valeurs politiques et culturelles des systèmes en place jusqu’alors. Les états ne reprendront l’initiative sur le contrôle de l’économie qu’en sortant de cette logique de marché qui est celle du renard libre dans le poulailler libre. Que les technologies soient innovantes et non-polluantes (ce qui reste à démontrer) ou archaïques ne change rien à l’affaire en ce qui concerne le creusement des inégalités sociales.


      • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 20 avril 13:07

        @Séraphin Lampion
        Bonjour, 
        Je suis désolée de vous dire que vous êtes hors sujet . Il n’est en aucune façon question des inégalités sociales dans le devenir de la révolution industrielle à laquelle nous assistons , créatrice d’emplois qualifiés . Merci de m’avoir lue .


      • sylvain sylvain 20 avril 13:42

        @Eliane Jacquot
        il est difficile de séparer inégalités sociales et emplois industriel .La grande vague de délocalisation, a l’origine de la désindustrialisation a une seule raison d’être : chercher les gens qu’on peut payer le moins cher possible, le moins disant social .

        Après, on peut toujours essayer d’être le plus a la pointe possibe... enfin sortir du lot pour pouvoir développer des emplois mieux payés, coome cela a été, en partie, fait en allemagne .Mais tout le monde veut faire ça, et le gros du salariat industriel reste la confection, le travail a la chaine...


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 avril 14:31

        @Eliane Jacquot

        Cher M. Zola.

        Je suis désolé de vous dire que vos deux romans, Germinal et l’Assommoir sont complètement hors sujet ! Il n’est en aucune façon question des inégalités sociales dans le devenir de la révolution industrielle à laquelle nous assistons, créatrice d’emplois qualifiés.

        Signé : de Wendel


      • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 20 avril 17:10

        @sylvain

        Vous avez raison .Notre économie repose sur des multinationales largement internationalisées confrontées à l’augmentation de leurs couts de production contrairement à d’autres pays européens , tels que l’Allemagne . Nos grands groupes ont ainsi choisi les délocalisations de leurs sites de production en produisant dans des pays à faibles couts depuis les années 2000 ( CF Alcatel Alstom ) au détriment de l’emploi industriel . Ces stratégies sont fondamentales pour analyser la désindustrialisation de la France en freinant la productivité et en corollaire la croissance du pouvoir d’achat de la population active . Ce phénomène affecte depuis des années certains bassins d’emplois positionnés sur des secteurs d’activité en déclin situés en dehors des grandes métropoles . L’espace allant du Nord -Est jusqu’au Massif Central constitue uns zone sinistrée touchée par la fin d’un cycle industriel – sidérurgie, hauts fourneaux , acier, industries lourdes – ayant entraine un inexorable déclin démographique . Tous ces éléments ont des conséquences profondes en termes d’inégalités sociales .

        Mais ne nous leurrons pas . La plupart des emplois ouvriers des industries traditionnelles sont amenés à disparaître dans le futur , parce que la demande de qualification dans l’industrie est de plus en plus grande et entraine un grand nombre d’emplois non pourvus .

        « On produit aujourd’hui deux fois plus qu’il y a trente ans avec deux fois moins de monde . »note Pierre Veltz , auteur de La Société hyper – industrielle : Le Nouveau Capitalisme productif , 2017 .

        Les événements récents cités dans ma note , ainsi que la volonté affichée du gouvernement ont conduit à relocaliser certains activités en parvenant à des couts de production voisins des asiatiques ( ex , Aigle dans la Vienne ) .

        Comment re-créer de la valeur en France pour financer notre modèle de société ? Seul un Etat stratège , garant du temps long de l’industrie pourrait ici jouer un rôle déterminant , à l’encontre des saupoudrages d’argent publics des politiques mais aussi des entreprises multinationales prises dans leurs exigences de rentabilité .



      • sylvain sylvain 20 avril 18:07

        @Eliane Jacquot
        Seul un Etat stratège , garant du temps long de l’industrie pourrait ici jouer un rôle déterminant

        oui, c’est toujours l’état qui a développé les systèmes industriels .Une fois développé une bonne phase de libéralisme permet a nos oligarques de se l’approprier .
        Pour ce qui est de l’emploi peu qualifié et de sa disparition c’est effectivement ce que beaucoup de gens disent .Mais on le dit depuis longtemps, or depuis le 19eme siècle les choses se font toujours a peu près de la même manière .Des gens payés un misère, qui travaillent 7 jours sur 7, a faire le même geste toute la journée, dans des usines géantes marchant principalement au charbon, maintenus dans cette condition par un état autoritaire...
        L’allemagne aussi a en grande partie perdue ce type d’emploi, mais son industrie marche beaucoup mieux que la notre et ils ont dévelloppés des secteurs de pointe


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 avril 23:26

        @Séraphin Lampion
        Cher Séraphin , va finir par te foutre une balle , et emmène Clocel avec toi . Merci .


      • 6russe2sioux CYRUS 20 avril 23:31

        @Aita Pea Pea

        incitation au suicide ...

        Le fait de provoquer au suicide d’autrui est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende lorsque la provocation a été suivie du suicide ou d’une tentative de suicide.

        Les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende lorsque la victime de l’infraction définie à l’alinéa précédent est un mineur de quinze ans.

        Les personnes physiques ou morales coupables du délit prévu à la présente section encourent également la peine complémentaire suivante : interdiction de l’activité de prestataire de formation professionnelle continue au sens de l’article L. 6313-1 du code du travail pour une durée de cinq ans.



      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 avril 23:36

        @CYRUS
        Lol ...si ça pouvait marcher avec toi le cretin des alpages...


      • 6russe2sioux CYRUS 20 avril 23:41

        @Aita Pea Pea

        t’ as recu un rappel a la loi , et tu la brave quand meme ...
        allez hop remigration dans ton pays d’ origine ... smiley


      • nemesis 21 avril 08:48

        @Eliane Jacquot

        la demande de qualification dans l’industrie est de plus en plus grande et entraine un grand nombre d’emplois non pourvus .

        Il faut se réjouir de l’attraction de l’écologie :
        la prolifération des emplois dans les cités dédiées aux filières botaniques la confirme dans les urnes


      • mmbbb 21 avril 11:12

        @Séraphin Lampion Les américains sont tres protecteurs , par ailleurs ils ont extra territorialisé leur droit et ils mènent une guerre économique , Amende record contre la BNP , emprisonnement d un cadre d Alsthom ect 
        En Europe ,que faisons nous , rien 
        Un autre domaine stratégique les microprocesseurs, M Barnier un commissaire europeen et d autres se sont aperçu que nous n avons pas de fonderie 
        Le createur de la puce Kalray , francais , a du la faire fondre à Singapour .

        L europe n a pas tenu ses promesses , l Europe est un ventre mou et l elite francaise a vendu a la découpe ce pays 

        la mondialisation peut etre , la veulerie de nos dirigeants certainement 

        cet auteur avait fait un artilcle sur l economie solidaire , c est ce qu il nous restera apres que les chinois imposeront leur hégémonie economique .


      • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 20 avril 13:43

        Ce que vous décrivez est conforme au paradigme du grand manitou du Forum économique mondial annoncé 2 ans plus tôt. 

        Grande réinitialisation — Wikipédia (wikipedia.org)

        Cette soit-disante révolution imposé par une minorité au mépris de la grande majorité ne vise en réalité qu’a maintenir coûte que coûte leur pouvoir sur leurs confrères en les réduisant à l’état bétail ignorant et servile car ses personnes savent que leur temps est compté.

        Il ne s’agit aucunement de sauver la planète ou de se sevrer des hydrocarbures mais de dissimuler au plus grand nombre que le roi est désormais nu et qu’il appartient à chacun de décider de la voie qu’il veut suivre, soit le train sécurisant vers l’enfer ou soit le train affligeant vers la rédemption. 


        • robert 20 avril 17:44

          Il faudra toujours des petites mains pour FABRIQUER


          • josy&jacq josy&jacq 20 avril 21:21

            Economiste, mmh ?

            Et quelles sont vos études en physique de l’atmosphère, en physique du rayonnement, en océanographie ?

            Et où avez vous vu la description du rrèglement climatique ? Sans rrèglement climatique, comment savoir ce que serait un « dérèglement » ?

            Certes, la presse aux ordres vous serine que le GIEC (Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes) a trouvé le magique bouton de réglage du climat. Et vous, économiste juste économiste, vous gobez l’escroquerie aux ordres, en ayant la satisfaction d’être vachement à la mode.

            Selon la néo-physique extra-super-spéciale-carbocentriste, aucune spectrométrie d’absorption ne pourrait fonctionner...

            La presse aux ordres est payée pour vous faire gober les plus énormes bobards, dont aucun n’est bienveillant, et vous, vous gobez avec fiertitude, certaine de votre supériorité, oups, supérioritude, sur la masse des ingénieurs et techniciens. Eux, ils ont expérimenté sur le tas, ce que vaut le mythe des « énergies renouvables et décarbonées ».


            • zygzornifle zygzornifle 21 avril 08:23
              Regards sur l’industrie françaiseJe vais ressortir mon microscope ....

              A une époque l’industrie employait des ouvriers syndiqués qui se mettaient en grève régulièrement, donc comme choix politique on a liquidé les industries et les brevets ont étés vendus a l’étranger, plus d’industries, plus d’ouvriers mécontents, plus de grèves, la droite pouvait dormir sur ses 2 oreilles et piller le pays tranquillement....  


              • nemesis 21 avril 08:36

                Que pèse la pollution de la France à côté de la Chine ou de l’Inde ?

                Faut relativiser sérieusement avant de pourrir la vie des gens d’ici avec des Normes et des Règlements superflus...


                • mmbbb 21 avril 12:15

                  @nemesis c est une bonne remarque Nous avons délocaliser notre production et la pollution afférente 
                  Quand les ecolos veulent du tout electrique, ils mentent par omission , les terres rares le neodym le lithium ne sont pas affines en europe mais particulièrement en Chine dont la pollution passe avant la guerre economique 


                • Albert123 21 avril 08:41

                  La crise sanitaire, le récent avertissement du GIEC sur le dérèglement climatique et la grande incertitude géopolitique, 


                  Retirez les 2 constructions mentales que sont la crise sanitaire et les avertissements du GIEC,


                  la situation actuelle est juste la conséquence de la fin de l’hegemonie us et de la soumission coupable des dirigeants européens, 


                  le bloc eurasie était notre porte de sortie, nous serons juste les cocus de l’histoire en restant sous le giron us


                  • christophe nicolas christophe nicolas 21 avril 13:58

                    Le GIEC est du pur soft power made in CIA/Nasa, le réchauffement climatique par le CO² est tout simplement n’importe quoi. Si vous avez un dérèglement du cycle de l’eau qui fait le climat c’est uniquement parce que le géomagnétisme est perturbé par les réseaux électriques.

                    Le CO² serait problématique dans 300 ans au rythme actuel de progression atteignant l’optimum des plantes de 1000 ppm, « l’optimum » pas le « désastre ».

                    Vos solutions écologiques renforcent les réseaux électriques donc vous êtes le mal dont vous dénoncez les conséquences.


                    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 21 avril 14:16

                      Allez on va industrialiser la fabrication d’un vulgaire crayon noir HB tout simple avec une gomme au bout en France avec les grandes théories écolo fumeuses et leurs délires de taxe carbone qui vont tuer l’UE industrielle.

                      Voici d’où il faut partir pour industrialiser ce crayon en France.

                      Pour le fabriquer il faut du graphite qui est extrait à Ceylan.

                      Pensez à ces mineurs, avec leurs machines-outils d’Allemagne pour l’extraire, ou les sacs en papier du Canada dans lesquels on transporte ce graphite ou encore la ficelle de Malaisie qui permet d’attacher ces sacs, que l’on met dans des containers fabriqués en Pologne mis à bords dans des bateaux Panaméens et à ceux qui ont fabriqué ces bateaux en Corée.  Même les gardiens de phare le long de la route au cap en Afrique du Sud ont aidé à sa naissance, et aussi les pilotes des ports Belges d’Anvers.

                      Le graphite est mélangé à de l’argile Américain dont on utilise l’ammoniaque de Trinidad et Tobago pour l’affinage. Puis des agents mouillants sont ajoutés, comme du suif sulfoné issu du pétrole du Vénézuéla des graisses animales d’Argentine ayant réaction avec de l’acide sulfurique Suisse. Après être passé au travers de nombreuses machines Japonaises, le mélange se présente finalement dans une extrusion sans fin comme pour une machine à saucisses coupée à la dimension voulue, séchée et cuite pendant plusieurs heures à environ 1000 °C . Pour accroître leur résistance et leur aspect lisse, les mines sont alors traitées avec un mélange chaud qui comprend de la cire du Mexique, de la paraffine du Maroc et des graisses naturelles hydrogénées des pays bas.

                      Le bois de cèdre de Turquie ou du Liban reçoit six couches de laque. Connaissez-vous tous les ingrédients de la laque ? Qui penserait que les éleveurs de graine de ricin du Brésil font le rouge ? La belle couleur blanche et jaune de l’oxyde de titane est extrait à Madagascar, la laque nécessite les savoir-faire de plus de personnes que l’on n’en pourrait dénombrer !

                      Regardez la marque. C’est un film résineux formé en chauffant du charbon noir de Bulgarie mélangé avec des résines transformées en Thaïlande.

                      Le bout de métal la virole, est en laiton des métalleries Indiennes. Pensez à toutes les personnes qui extraient le zinc du Pérou et le cuivre du Chili et ceux qui savent faire une feuille brillante de laiton à partir de ces produits de la nature. Ces anneaux noirs sur la virole sont en nickel noir d’Australie

                      Il y a ensuite le bout de gomme, que l’homme utilise pour effacer les erreurs qu’il comme avec moi. C’est un élément appelé « factice » qui permet d’effacer. Il s’agit d’un produit semblable à du caoutchouc fabriqué en faisant réagir de l’huile de colza d’Indonésie avec du chlorure de soufre de Colombie. Le caoutchouc de Malaisie , contrairement à l’idée courante, ne sert que pour assurer la liaison. Il y a ensuite de nombreux agents de vulcanisation et d’accélération. La pierre ponce vient d’Italie ; et le pigment qui donne sa couleur à la gomme est du sulfure de cadmium de Biélo-Russie.

                      En fait, des millions d’êtres humains participent à sa création, et aucun d’entre eux n’en connaît plus que quelques autres. 


                      Ils veulent deglobaliser le monde ces intellos de gauche, au prétextes écologiques et se prennent pour des industriels.


                      Un simple vulgaire crayon noir est ultra-globalisé.

                      Et ces universitaires, qui utilisent le crayon sous leur nez ne savent même pas qu’il est globalisé.


                      Le crayon noir est l’exemple du décalage des postures intellos et le monde réel.


                      • mmbbb 21 avril 16:01

                        @Spartacus Lequidam  là je suis assez d accord , la seule industrie qui vaille désormais et l industrie de tres haute technologie dégageant de la plus value 

                        Nous changeons de méthode de production et désormais ce sera l IA couplé au process de production . 

                        Nous avons des projets innovants , par exemple l hélicoptere H160 .

                        Nous avons délocaliser et nous nous pourrons plus vendre des vêtements de l ecloctromager et électronique grand public « Made in france » 

                         
                        seul des creneaux particuliers pourront vivre par exemple fabrication de jean sur mesure mais dont le prix est éléve 


                      • josy&jacq josy&jacq 21 avril 19:14

                        @Spartacus Lequidam. Non, en 1975, l’argile à crayons utilisée chez Blanzy-Conté-Gilbert venait de Tchécoslovaquie, pas des Tazunis.



                      • Xenozoid Xenozoid 21 avril 19:22
                        Spartacus 9 mars 2020 16:56

                        @Djam
                        C’est à vous de demander si vous connaissez la Russie, autrement que la propagande.
                        Elle n’exporte rien, a part du pétrole et de la propagande...
                        Un pouvoir d’achat des habitants extrêmement faible.
                        Un pays continent qui a un PIB moitié de l’Inde, et seulement le tiers du Japon pourtant une île.

                        Leçon d’économie pour les nuls.
                        Voici ce qu’est un simple crayon noir HB : (Leonard Reed)

                        Le graphite est extrait à Ceylan

                        Pensez à ces mineurs, à ceux qui ont fabriqué par leurs nombreux outils d’Allemagne pour l’extraire ou les sacs en papier du Canada dans lesquels on transporte le graphite ou encore la ficelle de Malaisie qui permet d’attacher ces sacs, à ceux qui les ont mis à bords des bateaux Panaméens et à ceux qui ont fabriqué ces bateaux en Corée. Même les gardiens de phare le long de la route au cap en Afrique du Sud ont aidé à sa naissance, et aussi les pilotes des ports Belges d’Anvers.

                        Le graphite est mélangé à de l’argile Américain dont on utilise l’ammoniaque de Trinidad et Tobago pour l’affinage. Puis des agents mouillants sont ajoutés, comme du suif sulfoné issu du pétrole du Vénézuéla des graisses animales d’Argentine ayant réaction avec de l’acide sulfurique Suisse. Après être passé au travers de nombreuses machines Allemandes, le mélange se présente finalement dans une extrusion sans fin comme pour une machine à saucisses coupée à la dimension voulue, séchée et cuite pendant plusieurs heures à environ 1000 °C . Pour accroître leur résistance et leur aspect lisse, les mines sont alors traitées avec un mélange chaud qui comprend de la cire du Mexique, de la paraffine du Maroc et des graisses naturelles hydrogénées des pays bas.

                        Le bois de cèdre de Turquie ou Liban reçoit six couches de laque. Connaissez-vous tous les ingrédients de la laque ? Qui penserait que les éleveurs de graine de ricin du Brésil font le rouge ? La belle couleur blanche et jaune de l’oxyde de titane extrait à Madagascar de la laque nécessitent les savoir-faire de plus de personnes que l’on n’en pourrait dénombrer !

                        Regardez la marque. C’est un film formé en chauffant du charbon noir de Bulgarie mélangé avec des résines transformées en France.

                        Le bout de métal la virole, est en laiton des métalleries Indiennes. Pensez à toutes les personnes qui extraient le zinc du Pérou et le cuivre du Chili et ceux qui savent faire une feuille brillante de laiton à partir de ces produits de la nature. Ces anneaux noirs sur la virole sont en nickel noir d’Australie

                        Il y a ensuite le bout de gomme, que l’homme utilise pour effacer les erreurs qu’il commet avec moi. C’est un élément appelé « factice » qui permet d’effacer. Il s’agit d’un produit semblable à du caoutchouc fabriqué en faisant réagir de l’huile de colza d’Indonésie avec du chlorure de soufre de Colombie. Le caoutchouc deThaïlande , contrairement à l’idée courante, ne sert que pour assurer la liaison. Il y a ensuite de nombreux agents de vulcanisation et d’accélération. La pierre ponce vient d’Italie ; et le pigment qui donne sa couleur à la gomme est du sulfure de cadmium de Biélo-Russie.

                        En fait, des millions d’êtres humains participent à sa création, et aucun d’entre eux n’en connaît plus que quelques autres. 


                        La mondialisation, ils en ont peur. Ils parlent avec l’ignorance car ils ne savent pas que sans elle un simple crayon n’existerait pas

                        Mais ce n’est qu’un crayon noir.......Un simple crayon noir  ! 

                        Imaginez un fabricant de voiture ou d’avion.. 



                      • Xenozoid Xenozoid 21 avril 19:50

                        @Xenozoid

                        vous remarquerez que spartacus,change les pays


                      • Parrhesia Parrhesia 29 avril 11:51

                        Toutes choses restant égales par ailleurs, la révolution industrielle du futur français va se faire comme s’est faite la désindustrialisation passée : en Chine et dans sa banlieue !

                        Ceci grâce aux bons soins de la cinquième colonne mondialiste qui a pris le pouvoir en France et dans les pays occidentaux !!!.

                        Or, après les résultats de la dernière élection présidentielle , il est clair que ceux qui pourraient changer le cours des choses, c’est-à-dire les Français, sont désormais aux abonnés absents !!!

                        Tout le reste n’est plus que du laïus !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité