• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Remous dans la pensée économique

Remous dans la pensée économique

 Crise en cours  

            Régulièrement, la pensée économique connaît des périodes de remises en question et parfois de vifs conflits.
 Et pas sur des queues de cerises. Et pas seulement en France.
 Car l'économie est une discipline dont les enjeux ne sont pas sans incidences sur notre vie quotidienne.

 C'est assez excessif de parler de guerre à propos de l' affrontement entre des théoriciens de l'économie.
 La querelle n'est cependant pas anodine, car de la vision de certains économistes dépendent souvent de décisions politiques de fond , de choix de société qui ne sont pas neutres. Et d'autre part, les choix politiques dominants ne sont pas sans influencer certains postulats en recherche économique..
 Une économie fondée sur des principes néolibéraux, issus de la pensée de l'école de Chicago, de tendance reaganienne et thatcherienne, ne peut avoir les mêmes impacts sur les décideurs que celle fondée sur les notions de redistributions, de solidarité, de politique monétaire et sociale progressiste.. On le voit avec le débat autour des études de T.Piketty, en France comme aux USA, où la réflexion sur les sources des inégalités croissantes devient l'objet des recherches.
   Entre les"bons", qui ont pignon sur écran, souvent engagés dans des conseils bancaires, et les hétérodoxes, qui exercent leur esprit critique sur les données de l'économie dominante, il y a plus que des détails. Un engagement de fond sur les questions de société.

 Le problème s'est récemment posé à propos des thèses de Jean Tirole, A l'époque on soulignait que l'économie n'est pas une science dure, comme le soulignait déjà Levi-Strauss, qu'elles comporte de grandes marges de choix et d'incertitudes, d' a priori et d'impensés. 
 La crise a bien montré à quel point beaucoup se sont trompés. Une certaine pensée économique peut même être une imposture, en fonction de certains choix préalables non interrogés..Son enseignement devrait être revu et il est des présupposés à repenser, un formalisme mathématique qui interdit tout débat de fond...
 La plupart n'ont rien vu venir, comme certains l'ont reconnu. Il arrive même qu'on puisse dire tout et le contraire de tout. Cela relativise un peu...(*)
     [ -Krugman fustigeait naguère "la cécité de la profession sur la possibilité de défaillances catastrophiques dans une économie de marché"."Durant l’âge d’or, les économistes financiers en vinrent à croire que les marchés étaient fondamentalement stables - que les actions et autres actifs étaient toujours cotés à leur juste prix"---- M. Greenspan avouait qu’il était dans un état d’ « incrédulité choquée » car « l’ensemble de l’édifice intellectuel » s’était « effondré ». Cet effondrement de l’édifice intellectuel étant aussi un effondrement du monde réel de marchés, le résultat s’est traduit par une grave récession"( P.K.)_«  Lorsque dans un pays le développement du capital devient un sous-produit de l’activité d’un casino, le travail est susceptible d’être bâclé. », disait Keynes.]

 Bref, une "science" en question, souvent aveugle à ses postulats.
 C'est que la discipline économique n'est pas une science exacte, comme le reconnaissait Lévi-Strauss, comme l'admettent la plupart des économistes un peu honnêtes. Les mathématiques, qui prennent souvent une place démesurée dans la discipline, ne sont pas un gage de scientificité.
 Ce n'est pas la guerre mais un affrontement normal sur le statut, la fonction, la rigueur d'études qui sont parfois menées avec des lunettes à courte vue libérale, des préjugés assumés, parfois des engagements tus.
 Une science imparfaite, à pratiquer avec beaucoup de circonspection, de prudence. Ce qui n'exclut pas l'audace et l'engagement.


Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Perceval Perceval 23 septembre 2016 12:17

    Les gens de gauche feraient bien de laisser l’économie et la création de richesses à ceux qui se coltinent en entreprise avec la réalité. Ils peuvent à loisirs deviser et rêvasser avec leur Care mais de grâce qu’ils ne s’essaient pas à transformer notre pays en petite union soviétique.


    • Ben Schott 23 septembre 2016 12:36

      @Perceval
       
      « Les gens de gauche feraient bien de laisser l’économie et la création de richesses à ceux qui se coltinent en entreprise avec la réalité. »
       
      Vous devriez continuer à « créer des richesses » en vous « coltinant avec la réalité » plutôt qu’en parler. L’économie est politique et a plus à voir avec la démocratie qu’avec la science. Si ça ne vous dérange pas.
       


    • tashrin 23 septembre 2016 15:18

      @Perceval
      J’allais répondre, vous expliquer, tout ça
      Pis en fait non, j’ai mieux à faire que d’expliquer aux gens de droite à quel point ils nous gonflent avec leur sentiment de supériorité permanent
      allez donc installer votre entreprise dans un pays dont les routes sont pourries, sans infrastructure, sans dispositif social, sans chomage, sans formation, sans dispositifs de garde pour les enfants de vos salariés, sans impots, sans administration
      Cassez vous
      Loin
      Avec votre pognon, votre morgue, et votre reussite sociale
      allez donc nous demontrer réellement ce que valent vos capacités, mais en allant réellement au bout de votre propre raisonnement, c’est à dire sans beneficier en permanence de ce que vous denoncez en permanence, et le tout en pretendant donner des lecons aux autres
      En un mot portez vos balloches : et pour paraphraser votre idole... Si vous n’aimez pas la France et tous ses travers, personne ne vous empeche de vous installer en ouzbekistan. Bon voyage


    • Jean Pierre 23 septembre 2016 15:28

      @tashrin

      Perceval ne réponds jamais. Il pose sa crotte malodorante et se sauve en courant tellement c’est pénible à supporter.
       D’ailleurs, pourquoi échangerait-il avec des personnes qui ont l’horrible tort ne de pas penser comme lui et qui donc sont forcément, dans son esprit, plus ou moins nostalgique de l’Union soviétique. Reprenez ses articles et ses commentaires et vous verrez qu’il place convulsivement cette rhétorique stupide à chacune de ses interventions.

    • Aristoto Aristoto 23 septembre 2016 19:20

      @Perceval

      Dans ce cas là perceval le producteur, l’ouvrier est plus légitime dans les décision de l’entreprise que « l’entrepreneur » improductif.

      Va jusqu’au bout de ton raisonnement.


    • gerard5567 23 septembre 2016 23:49

      @Perceval
      Même conseil aux gens de droite.



    • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 2016 15:00

      @Perceval


       « Il est toujours très facile d’être socialiste avec la propriété, le travail et l’argent des autres ! »

    • izarn izarn 24 septembre 2016 16:45

      @Perceval
      Les gens de gauche font partie du Système...Se coltiner avec vos pseudos réalités narcissiques...On connait la main invisible d’Adam Smith, ce médiocre sans intéret, adulé par tous les profiteurs du système.
      Donc c’est clair : Le système nobèlise ceux qui vous font gagner du fric....
      Petite union soviétique : Pauvre con ! Tu vois pas que le Système est en train de te détruire ? Tu vois pas que l’entrepreneur chinois te bouffes tes marchés ?
      T’es con ou quoi ? Et tu vas faire quoi duglandos ultralibéral, payer tes ouvriers 300 euros ?

      Je n’ai n’ai pas d’autre mot publiable pour signifier en dessous du con...


    • Habana Habana 26 septembre 2016 10:44

      @tashrin
      Aucune connerie ne vous effraie vous ?

      Seriez vous en train d’expliquer aux Français que nos infrastructures, notre dispositif social (ce qu’il en reste après un passage de la gauche Hollande), la formation, les crèches, les routes et j’en passe, sont des inventions de la gauche ?
      Quant à la France, on l’aime bien plus que vous, qui la massacrez jour après jour, il n’y a pas de doute la dessus !

    • Habana Habana 26 septembre 2016 10:51

      @zygzornifle
      Tout juste !

      D’ailleurs Thatcher disait : le socialisme s’arrête là où l’argent des autres est épuisé !
      On y est !

    • Paul Leleu 26 septembre 2016 15:37

      @Perceval


      Si les travailleurs ne créent pas la richesse, expliquez-nous pourquoi les patrons s’échinent à leur payer un salaire ? !! smiley ...vous croyez (Monsieur l’expert) que les patrons employent les gens par charité chrétienne ?! smiley 

      Seul le travail crée la richesse. Et il n’en récupère qu’une partie (sous forme de salaire et de cotisations pour la protection sociale). Le reste est capté par le capital (dividendes). 

      Essayez de planter un billet de banque en terre... et vous verrez si il pousse sans travail...

      Quant aux libéraux, qu’ils cessent d’essayer de transformer notre patrie en un pays du tiers-monde... car le libéralisme appliqué (sans tous nos droits socio-démocrates), c’est le tiers-monde. Je vous conseille de voyager un peu. 

    • howahkan 23 septembre 2016 12:19

      Salut ne serait ce pas plus « productif » , si je puis me permettre amicalement, que au lieu de débattre si c’est une science dure ou « molle » que d’en voir tous les effets factuels...comme les guerres, les vols, les destructions, etc...

      car pour ce qui est de machines et tout le reste ce sont des humains qui l’on fait en collaborant , sans cette collaboration l’humain aurait disparu ..une collaboration certes de force contre rémunération + ou - importante ..ceci implique donc que l’économie est la science du vol donc du voleur..

      l’économie depuis un moment est une guerre de tous contre tous parce que nous refusons de collaborer et de partager...et parce que nous croyons le voleur ce qui est plus pratique que de s’éveiller soi mème,donc par paresse et peur..+++++++

      pour moi tout le reste est là pour noyer le poisson..sous une complexité que même leurs auteurs ne doivent pas vraiment saisir car c’est du pipeau..mais c’est justement là l’idée..

      salutations..


      • petit gibus 23 septembre 2016 12:39
        @howahkan

        collaborer et partager
        deux gros mots que veulent surtout pas entendre
        nos bien-pensant de droite
        s’il est difficile d’en établir les modalités
        c’est pourtant la seule soluce pour nous éviter
        de tous crever

      • howahkan 23 septembre 2016 13:00

        @petit gibus

        c’est vrai..mais comme il n’y a aucun regard dans cette direction car nous sommes sauf exceptions menées par nos propre peurs qui veut dire fuite,panique etc , peux voient la révolution totale incroyable que cela serait....dans nos cerveaux et dans le monde physique...

        le tout sans guerres ..etc...

        salutations.. smiley


      • izarn izarn 24 septembre 2016 16:50

        @howahkan
        Fermes la, tu m’énerves avec tes lapalissades pour Duchnock...
        Si t’es pas content et veux rester assis, deviens ermite....


      • Yaurrick Yaurrick 24 septembre 2016 20:10

        @petit gibus : le seul problème que pour collaborer et partager, il faudrait que l’état n’interdise pas le travail en le « protégeant » et aussi qu’il ne s’adjuge pas plus de la moitié des revenus des salariés et des entreprises.


      • petit gibus 23 septembre 2016 12:25
        « Une science imparfaite, à pratiquer avec beaucoup de circonspection, de prudence. Ce qui n’exclut pas l’audace et l’engagement. »

        Faut en causer à nos beaux parleurs
        qui professent qu’il n’y a pas d’autres alternatives
        que la leur smiley


        • DTC (---.---.154.136) 23 septembre 2016 13:24

          Parfois je m’économise de penser, et paradoxalement ça me rend plutôt riche smiley


          • Truc (---.---.108.82) 23 septembre 2016 13:28

            Bonjour,

            Pour moi il n’y a pas grand chose dans « science économique », car la partie technique de cette science est mathématique/ statistique, et la partie humaine a des tas de noms plus sérieux et pratique, antropologie, sociologie, psychologie...

            Nous parlons de « modélisations » ou modèles économique : comprendre « maniérè de dessiner, de représenter (d’imaginer) »les échange de marchandises, d’information, les actes de travail« , éventuellement d’autres groupes de comportement auxquels il sont liés.

            Tout comme un modelè météorologique »dépression/anticyclone« le modéle économique »de marché« est si populaire qu’il dissimule l’existence des autres et se substitue a la science dont il n’est qu’un petit produit.

            Un article sympathique dans son droit au but mais un peu loin de la »grande problématique conservatrice«  : La méthode »actuellement massivement utilisé" as un bonus de popularité indépendant de sa pertinence scientifique.

            Il faut des conservateurs pour garder les vielle méthodes opérationnelles si on as besoin de bakup, si l’amiante est toxique, il faut ressortir la paille de verre, si le nucléaire pollue plus que prévu, on réinvesti dans hydroélectrique.

            La course a la technologie ne dois pas étre ralentie par du secondaire comme la fiabilité de la vielle méthode ou le poids de l’infrastructure héritée. Il ne faut pas tout miser sur un truc futuriste, mais il est inacceptable de se contenter d’un viel abaque fonctionnel.

            ++

            Modérateurs ! Que-ce-que ca peut bien vous foutre, si je suis un robot ?
            Je ne suis ni un robot, ni un juif, ni un chien, et vous êtes des fascistes de merde !

            Affectueusement.


            • DTC (---.---.154.136) 23 septembre 2016 13:30

              @Truc
              Belle conclusion smiley


            • izarn izarn 24 septembre 2016 17:00

              @Truc
               Tu insinues que la science « officielle » est prétentieuse ?
              Hahahaha ! Bien sur !
              La science politisée...Comme le GIEC ?
              Oui le climat change comme il y a cent milles ans....
              Mais ce n’est pas le fait de l’homme....
              L’homme surpuissant...Le péché originel ?
              Il se prends pour Dieu ? Pour le Créateur dieu ou pas ?
              Mais le GIEC, c’est SATAN !
              Le Diable !
              Ces connards n’ont aucune connaissance de climatologie véritable.
              Ces sont TOUS des charlatans.
              Tout est ARCHI FAUX !


            • christophe nicolas christophe nicolas 23 septembre 2016 13:44

              Vous avez raison, entre les théories, c’est une guerre de l’esprit, donc une guerre autorisée dans les limites de l’honnêteté qui consiste à discuter ouvertement des diverses hypothèses, développements et conclusions.


              Oui mais lorsque les théories sont appliquées, ce n’est plus une guerre de l’esprit, c’est une vraie guerre économique liée à la concurrence. Ainsi, si pour des raisons liées à une théorie économique, vous supprimez les frontières avec le Bangladesh, il y a des répercussions sur la vie des gens.

              Si je fais une théorie qui dit que le savoir étant sans frontières, il y a plus de nécessité de faire de la recherche, alors le CNRS, grand promoteur de théories, fera la gueule mais si on fait le frexit puisque c’est la dernière théorie, il pourront se reconvertir dans le textile.

              L’état major ne meurt pas même en temps de guerre mais la paix, c’est lorsque les soldats ne sont pas décimés.

              • Yanleroc Yanleroc 23 septembre 2016 15:10

                @christophe nicolas


                l’Armée est le gros problème, tant qu’il n’y aura pas un cerveau en activité, dans chaque uniforme !

              • El Nasl El Nasl 23 septembre 2016 14:05

                 
                 Bonjour,

                 Gael Giraud invité sur franceinter réagit au livre car il y est cité tout comme steve Keen

                 ouvrez le Ban

                 je cite Gael giraud : «  Le livre remarquable de Steve keen donne des arguments techniques qui ne sont jamais discutés par Cahuc et Zylberberg donc de mon point de vue ce n’est pas un débat , on a un certains nombres d’ arguments techniques mis en avant par Steve Keen d’un coté et des insultes de l’autre ( sous entendu dans le livre de Cahuc et Zylberberg )  » ... la posture de Cahuc et Zylberberg est inacceptable .

                 Fermer le Ban .

                 Là ça claque . Les économistes orthodoxes Cahuc et Zylberberg viennent de se prendre une grosse fessée .

                 on résume , l’ ouvrage ( on restant poli pour pas dire torchon ) de Cahuc et Zylberberg n’est qu’un recueil d’insultes !

                 


                • leypanou 23 septembre 2016 19:58

                  @El Nasl
                  Là ça claque . Les économistes orthodoxes Cahuc et Zylberberg viennent de se prendre une grosse fessée . : c’est çà le plus important, mais j’ai l’impression que l’auteur n’y ait pas pensé, ainsi que beaucoup de commentateurs d’ailleurs.

                  De toute façon, d’une manière générale, plus un livre/auteur est encensé par les msm, moins ils cherche à vraiment « casser » l’ordre établi, le succès obtenu par le livre de T Pikketty en est une autre illustration.


                • sparker808 (---.---.48.194) 23 septembre 2016 14:56

                  Mouais, on fait ce qu’on peut pour faire durer ce dans quoi on à cru et vécu...
                  Débattre de comment faire pour continuer, aveuglément, à promouvoir un développement par une économie de la prédation en place depuis l’aube de l’humanité est soit de l’aveuglement idéologique soit du mépris pour l’ensemble de la réalité (humain compris) soit de la bétise de soit disant spécialiste qui n’accepterait pas d’être mis au rencar par l’inanité de leur propos. Je pencherai pour la dernière hypothèse bien que la deuxième ne doit pas être loin derrière.
                  Nous avons les moyens technique de connaître une bonne partie du monde qui nous entoure, a nous de savoir être en osmose mutuelle avec celui-ci plutôt que de lui extirper sa substance, de plus dans un gaspillage monstrueux.
                  Une économie de l’intégration plutôt que de la prédation.
                   


                  • tashrin 23 septembre 2016 15:20

                    Un économiste, c’est quelqu’un qui saura très bien expliquer demain pourquoi ce qu’il a prévu hier ne s’est pas produit aujourd’hui


                    • Pere Plexe Pere Plexe 23 septembre 2016 19:56

                      @tashrin
                      ...et que son diagnostique et ses recettes restent les seuls qui puissent nous sortir du marasme.

                      C’est l’avantage d’une « science » qui ne s’appuie pas sur l’expérimentation et n’exige aucune reproductibilité.

                    • izarn izarn 24 septembre 2016 17:12

                      @tashrin
                      Ce genre d’économistes, publiés par les médias, obéissent au Marché...Ce qu’ils disent n’a d’autre sens que faire gagner de l’argent aux spéculateurs.De fait ils ne se gourrent pas ; ils bossent contre vous.
                      C’est un autre mode.
                      Nous, nous y sommes des esclaves.

                      De notre gueule, ils en ont rien à foutre. Voir le CAC40, OK ?
                      Et le BDI....
                       smiley
                      Le Marché se fout de ta gueule, c’est incroyable le niveau atteinds...Et les pauvres cons ne voient rien ?
                      Si !
                      Trump, Marine....Brexit...
                      Le peuple commence à comprendre...


                    • Rincevent Rincevent 24 septembre 2016 18:18

                      @tashrin

                      Excellent comme définition ! Je me la mets de côté, ça va resservir.


                    • DDC (---.---.235.14) 25 septembre 2016 07:00

                      @Rincevent

                      la définition de tasrin vient en réalité de Bernard Maris qui disait exactement :
                      « qu’est-ce qu’un économiste ? C’est quelqu’un qui passe son temps a expliquer magistralement le lendemain pourquoi il s’est trompé la veille. »

                    • tashrin 26 septembre 2016 11:07

                      @DDC
                      tout à fait


                    • chantecler chantecler 23 septembre 2016 16:05

                      Rien n’est nouveau .
                      Tout est connu , tout a été expérimenté .
                      En matière d’économie , comme en politique , comme ailleurs ...
                      Les effets du libéralisme à moyen et long terme .
                      La fonction de la répartition des richesses.
                      Le keynésisme , la redistribution ....
                      Je crains que ce débat sur l’économie ne soit qu’un faux débat .
                      Il y a une quarantaine d’années une oligarchie , appuyée par une école , a décidé de nous rejouer le coup du libéralisme , du marché , de la dérégulation ,de la main invisible , « de la liberté individuelle sans entrave » simplement pour siphonner à son profit un maximum des richesses créées en pensant :« chacun pour sa gueule » et « après nous le déluge » .
                      Ca avait foiré en 29 avec l’effondrement de la bourse de Wall Street après une période « d’hystérie boursière » et d’intense parasitisme spéculatif...
                      Un chômage immense , la paupérisation , la montée des violences , des totalitarismes , les guerres.
                      C’est donc la répétition d’un coup de force politique et nos sociétés ont laissé faire .
                      Faut dire que cette « élite » a bien pris soin de mettre la main sur tous les leviers de commande ,assemblées , médias en premier , d’arroser généreusement les prosélytes , de corrompre , et de tenir en laisse la démocratie , c’est à dire tout contrôler ...
                      L’histoire de l’UE , son évolution , ses institutions , ses élites , ses financiers ,ses traités illustrent parfaitement comment la machine infernale a été réactivée .
                      L’évasion fiscale , les paradis fiscaux ,la presse revenue aux mains de la finance etc etc ....
                      Il faut aussi se souvenir comment l’oligarchie , la grande bourgeoisie , déconsidérées par la collaboration ,avait du faire des concessions à une population marquée par la guerre qui a pu réaliser ce que la résistance avait pensé dans la clandestinité , le Programme national de la Résistance , qui mettait au pas« les forces de l’argent » , qui équilibrait le rôle du capital privé et celui de l’état (nationalisation , planification,lois antitrusts ...) avec la sainte trouille des partis communistes qui risquaient de confisquer le capital privé et les outils de production (les usines) .


                      • howahkan 23 septembre 2016 19:31

                        @chantecler

                        Salut, serais tu en train de dire que la bourgeoisie française serai aussi pourrie que celle des US...et d’ailleurs... ??

                        bon je le savais mais pas tout le monde...alors merci

                         smiley


                      • Rincevent Rincevent 24 septembre 2016 18:27

                        @chantecler

                        Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir - Aimé Césaire. Serait-ce une des raisons pour laquelle on diminue constamment les cours d’Histoire dans notre système éducatif ?


                      • Yaurrick Yaurrick 24 septembre 2016 20:24

                        @chantecler : l’humain étant imparfait par nature, il est illusoire de penser que l’on puisse trouver la solution d’une société parfaite. Tout homme, quand bien même il serait libre, n’a pas les mêmes capacités, et fera donc des erreurs à un moment ou l’autre, ou des fera des choix différents.
                        C’est exactement pareil en économie, les crises sont inévitables, par le simple fait que les agents économiques commettent aussi des erreurs. Ce qu’on oublie, c’est que les crises ont pour effet d’assainir l’économie et permettre de repartir sur de bonnes bases.
                        A ce titre, je pense également que l’économie n’est pas une science formelle.

                        En revanche, il y a une chose qui est sûre : les états en voulant régenter nos vies, ne font qu’aggraver les problèmes. Et dans le domaine économie les états ne font qu’amplifier celles-ci en empêchant les corrections nécessaires.
                        Contrairement à ce que la majorité des participants ici, je pense le libéralisme est le moins mauvais des systèmes. La liberté ce n’est pas faire ce que l’on veut, mais c’est faire ce qu’on a le droit de faire, et surtout en assumant les responsabilités.


                      • julius 1ER 25 septembre 2016 08:42

                        En revanche, il y a une chose qui est sûre : les états en voulant régenter nos vies, ne font qu’aggraver les problèmes. Et dans le domaine économie les états ne font qu’amplifier celles-ci en empêchant les corrections nécessaires.

                        @Yaurrick
                        à mon avis tu devrais manier les concepts avec plus de précaution ...
                        quelque part une chose t’a échappé ... l’Etat ou les Etats ne sont pas neutres mais le produit des rapports de force et d’emprise de l’idéologie dominante et à cet égard lorsque les états ne jouent plus leur rôle peut-on encore parler d’Etat ??????
                        pour ce qui est du résumé de Chanteclerc il a raison, les fameuses 30 glorieuses n’ont été possible que grâce au rôle majeur joué par les communistes à la libération sans cela et on l’a vu dans de nombreux pays le Capital aurait gardé son emprise sur l’économie et rien n’aurait changé ...
                        le Capital et la Droite n’ont fait que détricoter et vider de sa substance tout le programme du CNR qui permettait d’avoir une société équilibrée !!

                        la privatisation à outrance, la malfaisance des banques sur l’économie tout cela est dans l’ADN du Capitalisme et les 30 Glorieuses n’auront été qu’une parenthèse dans l’Histoire !!!!

                      • ddacoudre ddacoudre 25 septembre 2016 08:45

                        @chantecler

                        bonjour. le constat est juste comme le déroulement. cela fait penser au complotisme, mais ce n’est pas le cas le complotisme ne peut gérer des milliards de données. c’est donc un peut plus compliqué. je traduit cela en disant que nous suivons des « dominants systémiques » qui cooptent les individus qui les serviront. et quand l’on en élimine certains, d’autres les remplace et ceux qui s’opposent aux dominants systémiques sont éliminés par l’organisation des structures systémiques qui repose sur des idéologies ou des mythes que nous r&lisons en nommant les choses et en définissant des concepts sur la base de ce que l’on peut comprendre de nos comportement et du monde qui nous entoure.http://ddacoudre.over-blog.com/2016/09/un-revenu-universel-pour-apprendre.html http://ddacoudre.over-blog.com/2015/05/incapable-de-penser-autrement-nous-n-avons-plus-qu-a-attendre-la-tempete.html http://ddacoudre.over-blog.com/article-l-economie-peut-elle-nous-dispenser-du-sens-de-l-existence-64700712.html
                        cordialement.


                      • ddacoudre ddacoudre 23 septembre 2016 20:46

                        bonjour zen
                        cela fait longtemps que je n’avais pas lu un de tes articles. effectivement l’économie capitaliste est une arnaque, je dis bien capitaliste car je suis un libéral et je pense que les libertés individuelles sont fondamentales et ne s’opposent pas à l’intérêt commun, puisque ce sont les autres qui disent qui nous sommes et nous nomment. Nos destinées sont donc étroitement lié et indivisible faire croire que l’homme seul existe et est l’être méritant qui est justifié de s’accaparer tous ce qu’il peut n’est que du charlatanisme qui flatte l’égo et ne correspond, non à un être civilisé qui le tient de l’être des autres, mais à primate pervertie qui abuse du droit de propriété que lui garantissent les autres et qui exploite à ses seules fins sans limite autre que l’implosion.
                        http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Les-mathematiques-et-l-homme-2892904.html http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Nous-ne-pourrons-pas-survivre-a-une-societe-qui-ne-reduit-l-existence-humaine-qu-a-une-valeur-compta-7612473.html.
                        cordialement.


                        • Spartacus Spartacus 24 septembre 2016 09:43

                          En réalité les écoôôôonomistes Français sont quasi tous des keynésiens étatistes. 


                          A part des rubriques dans « le monde, france Inter, ou nouvel obs » ils ne font aucun effort pour être dans les publications de références mondiales en économie et leurs thèses ne dépassent pas le cadre franco-francais.

                          Et c’est surtout pour la gamelle qui dépens de l’état qu’ils le sont.

                          Tous dépendent des revenus des cours qu’ils donnent à Sorbonne, Science Po.

                          Pour être certain d’avoir des élève l’année suivante, il leur est impossible d’être libéraux, même s’ils pensent à la supériorité de l’économie de marché, face à l’économie d’intervention.
                          Ils vont quand même pas scier la branche sur laquelle ils sont assis dessus.

                          Les 2 seuls sont Tirole et Piketty.

                          Tirole l’explique de manière « polie » quand il parle du métier d’économiste dans son livre « l’économie du bien commun »..

                          Piketty étant à l’étranger perçu comme un manipulateur de chiffre.


                          • sgrdryu3545 (---.---.70.136) 24 septembre 2016 10:14

                            @Spartacus
                            Pourquoi, au lieu de faire semblant de ne pas faire la différence entre controverse académique et mensonge à propos de Piketty, ne pas parler un peu de Kenneth Rogoff, l’homme qui était fâché avec ses propres statistiques ? smiley



                          • izarn izarn 24 septembre 2016 17:24

                            @Spartacus
                            Les chiffres, on les a sur le net. Et ils sont pas géniaux...
                            Rien à foutre de tes économistes....
                            Les chiffrres sont la !
                            Le BDI reste inférieur à toutes les années précedentes depuis 2008...
                            Les PIB augmentent ? Oui mais comment ?
                            Par les QE qui régénerent la valeur capitalistique ?
                            De façon frauduleuse, celle de la planche à billet ?
                            Alors le libéralisme va bien ?
                            Ha oui ?
                            Vous etes aveugle ou taré du cerveau ?


                          • ZEN ZEN 24 septembre 2016 10:02

                            les écoôôôonomistes Français sont quasi tous des keynésiens étatistes.

                            Elle est bien bonne !
                            Vous avez déjà suivi les prêcheurs de C’est dans l’air, presque tous dans la droite ligne de Challenge ou de The Economist. ?
                            Lisez donc Alternatives Economique, ça vous fera du bien. Si, si !..


                            • sgrdryu3545 (---.---.70.136) 24 septembre 2016 10:07

                              @ZEN

                              L’autre idéologue a de mémoire fait l’apologie de Jean Tirole, ce n’est pas pour me prononcer ou non contre Tirole, juste pour mentionner qu’il raconte n’importe quoi et se contredit d’un com à l’autre. Mais ça, vous le savez très bien.

                            • izarn izarn 24 septembre 2016 17:27

                              @ZEN
                              Ben les autres qui ne sont pas des keynesiens étatistes sont en fait tous des enculés...
                              Ca nous change pas hein ?


                            • Pierre Régnier (---.---.113.107) 24 septembre 2016 13:11

                              à l’auteur

                              Il faut monter d’un cran : c’est l’économisme qui doit être mis en question. En France, durant les années Giscard c’est cette philosophie qui est devenue quasi-hégémonique : pour elle l’économie est devenue le but de la vie.

                              A cette époque on a cherché à détruire, au moins en France, non seulement les autres philosophies mais aussi l’histoire, la langue, le sens des mots... Et deux nouvelles générations ont majoritairement adhéré à cette philosophie, dont celle qui compose actuellement la catégorie jeunes de la fausse Gauche.

                              Pour n’avoir pas vraiment pris conscience que cette philosophie engendrait non seulement le capitalisme mais aussi le productivisme stalinien, la fausse Gauche continue de raisonner - de vivre la politique - dans un état d’esprit stalinien.


                              • chantecler chantecler 24 septembre 2016 14:08

                                @Pierre Régnier
                                Exact !
                                Mais VGE devait se montrer moderne, en opposition ,« profondément réformiste », moderne , pour se faire élire ...
                                Son programme , sa réforme , nous savons aujourd’hui en quoi elle consistait ... !
                                R.Reagan , M.Thatcher ou deuxième gauche (M. Roccard ou J. Julliard) au PS ....
                                http://www.marianne.net/impuissante-incontournable-europe-100245960.html
                                Et si ça foire c’est parce que  : soit les gens sont idiots et donc ne comprennent rien à « l’idéal européen », soit que les réformes n’ont pas été poussées comme il le fallait et « qu’il faut encore aller plus loin »....
                                Cf : tous nos « réformateurs » en piste pour les prochaines élections ...(estampillage néocon)
                                C’est le discours de tous les libéraux ....( je n’aborde pas ici l’idéologie libertarienne = libéralisme poussé jusqu’à l’absurde et apparemment reprenant du poil de la bête dans les élections US) ).... dont le dernier à ma connaissance est E. Macron , ministre d’un gouvernement PS .
                                [sinon je pense à Madelin le libéral ++++ (ex du GUD) qui en outre déplorait que notre pays ne se soit pas associé à la croisade 2 de G.W. Bush en Irak .]
                                La honte !


                              • izarn izarn 24 septembre 2016 17:35

                                @Pierre Régnier
                                Ne pas confondre le productivisme défensif de l’URSS avec le productivisme agressif des USA.
                                Hitler ou Staline ?
                                Vous avez de la chance que ce soit Staline qui ai gagné pour vos acquis sociaux.
                                Vous pouvez vous en rendre compte ces jours-ci....


                              • Gemini5 Gemini5 25 septembre 2016 00:00

                                Le titre de ce livre « Le négationnisme économique, et comment s’en débarrasser » est carrément putassier.
                                Le mot « négationnisme » a un sens très précis, son choix n’est pas anodin, et en l’utilisant, les auteurs ont atteint le « point Godwin ». Ce qui est induit, c’est que les économistes critiques du système ne vaudraient pas mieux que Faurisson et autres.... et surtout, il faudrait « s’en débarrasser ».... et comment faire ? pourquoi pas, je ne sais pas moi, les déporter, les rééduquer dans des camps, voire appliquer une solution* plus radicale.... ??...

                                *(non, j’ai pas dit : finale...)


                                • Jean Keim Jean Keim 25 septembre 2016 08:14

                                  Ce que je retiens de votre article et qui est bien développé dès les premières lignes, est que les idées d’un économiste (et pas qu’eux) dépendent notamment de son parcours scolaire et ensuite de ses expériences professionnelles, cette évidence devrait nous amener à réfléchir sur nos choix, les grands comme les petits, dans le quotidien comme dans les circonstances plus exceptionnelles, nous croyons agir avec indépendance d’esprit et intelligence alors que nous ne faisons que répéter des schémas routiniers issus de nos innombrables savoirs.


                                  Ce qui est également à découvrir est que lorsqu’une idée est acceptée comme une vérité, sa mise en œuvre souvent fait oublier l’objectif initial, le but de l’économie est devenue la quête du profit et les hommes doivent être à son service par l’exécution de tâches aliénantes, les décideurs sont complètement aveugles aux conséquences, comme le sont les terroristes dans leurs agissements.

                                  • Guit'z Guit’z 25 septembre 2016 15:04

                                    Le livre est dispo sur T411 : à ceux qui veulent se taper une franche rigolade, j’en conseille la lecture ; c’est le nanar comique de l’année. smiley


                                    • robiocop21 25 septembre 2016 19:46

                                      Je ne pense pas que dans une seule équation que Milton Friedman a pu écrire pour faire croire à l’aspect science « dure » de l’économie, figure la notion de finitude du monde et de ses richesses. A partir de là, peu importe que l’on ne soit pas à l’optimum économique tel que le voudrait les néolibéraux, on ne s’en sortira pas sans une intervention des états ou des organisations internationales. On est donc obligé de renvoyer aux poubelles de l’histoire tout ce que l’école de Chicago a pu écrire ou faire depuis un demi-siècle. 


                                      • velosolex velosolex 26 septembre 2016 12:30

                                        @robiocop21
                                        Dans cette notion étonnante du « dur », il faut voir l’élément projectif, passer de la sémantique à la physique, puis à la philosophie de l’existence. Vue du perron du château, pas du fond de la vallée où sont les chaumières...

                                        Dur, pour signifier le refus de toute relativité, de tout assouplissement, de toute adaptation au terrain. On retire les amortisseurs et les barres de suspension du système social...Ce monde n’a que faire de vos remarques, de vos tentatives d’humanisation ; voilà le sens de leur discours...Le moule n’a pas à être discuté du fait de son excellence. C’est l’expression dernière de l’immense mépris d’une tribu de technocraties qui entend gouverner nos vies, et se sont emparés de l’économie comme d’un nouveau totalitarisme. 
                                        De la rencontre avec les exigences futures de la planète, qui pour survivre, nécessite un retour du politique, et une mise au pas des intérêts mercantiles dévoyés, nul doute que cela va être explosif ; On peut nier le réel, jusqu’au moment de l’explosion. Il est vrai qu’ensuite on est mort, et que donc que la pensée n’existe plus....Et donc le problème....Dur dur, tout ça. 
                                        « Mais la bandaison, papa, ça ne se commande pas » comme disait Brassens

                                      • ENZOLIGARK 26 septembre 2016 09:13

                                        Affaire Kerviel  : la $ociete Guenerale desormais face a l ’ administration fiscale ... Bercy veut reevaluer la deduction d ’ impot octroyee a la banque a la suite de la fraude de J. Kerviel ( lesechos.fr du 26/09/16 ) . ... Une banque qui fraude aussi en s ’ installant dans les paradis fiscaux sous couvert de l ’ administration fiscale versailliste demandant au « petit » loser de ca$ino truque de rembourser avec deduction 1 million d ’ euro sur 5 milliards ... ! . ... Pourquoi pas 10 millions ou 50  ! ? . ... L ’ embrouille est totale comme toujours TANT QUE PARLE L ’ ECONOMIE #( music / video by ... ) ... , ... # pipee , transformee , mOOOdifiee , ( ... ) par les blairOOOs de la NSA - US - [ Hello ! ... from Russia * ] . ... АФФ ИСС ...


                                        • velosolex velosolex 26 septembre 2016 10:37

                                          Bonjour, bon article. Oui j’ai entendu parler de cette chose à la radio. C’est très fatiguant toutes ces âneries qui reviennent avec le même entêtement. Vous pourrez dire ce que vous voulez, ils ne vous entendent pas. Leur voix, et celle de ceux qui les ont poussés sur les plateaux s’apparentent à celles des avocats qui tentent n’importe quel manœuvre pour défendre leur client, donner une telle allure présentable au pire assassin, que même leur mère ne les reconnaîtrait pas. ...Prétendre que l’économie est une science, même molle, est aussi fumeux que d’affirmer qu’Assad n’est pas un assassin de son peuple. 

                                          Je dis cela pour réveiller certains qui réagissent au car de tour, devant l’icone de Poutine, se mettant le petit doigt tout de suite sur la couture du pantalon. Voilà que j’ai écrit car, comme ceux ce Macron. Je ne me corrige pas c’est trop marrant. Où en étions nous....Ah oui la science dure, comme le sexe ?....Moins bandant, c’est vrai....Il faudrait faire l’historique de tous ceux qui ont tenté le coup du chausse trappe..... Le père Freud me vient tout de suite en mémoire avec la psychanalyse. Nous sommes au début du siècle en plein positivisme, et Sigmund tente le coup de force et impose ses théories plus ou moins fumeuses comme une science, ce qui n’était pas acquis..
                                          . Rentrer dans le camps des sciences dures plutôt que dans le clan des sciences humaines est toujours une bonne affaire. Le nazisme a raté par contre son coup. Si ses théories étaient parvenues à s’imposer ainsi dans le marbre du dur, ils auraient évité le procès de Nuremberg....C’est le grand avantage. La science dure vous transforme en fonctionnaire de la vérité pour toujours !..« Chat perché !... ».Personne ne peut plus vous chiper le pompon du manège, contester vos thèses foireuses, vous êtes le roi !
                                           Le roi des cons peut être, mais le roi quand même , mais enfin rapidement on s’incline devant vous, et puis les méchantes langues ravalent leur venin. Eux deviendront des négationnistes, des apostats, et c’est un autre plaisir de les voir baillonés.... Il est étonnant que la religion musulmane salafiste n’est pas hissé ses prétentions à être une science dure. Ah, non, j’oubliais, je perd la tête...C’est comme toute religion, la vérité incarnée !...L’étage supérieur au supermarché de la bêtise.

                                          • ZEN ZEN 26 septembre 2016 11:15

                                            Bonjour velosolex,

                                            Comme disait Orwell dans 1984,, dans son langage parfois un peu énigmatique :
                                            ...Son esprit s’échappa vers le labyrinthe de la double pensée. Connaître et en pas connaître ; en pleine conscience et avec une absolue bonne foi, émettre des mensonges soigneusement construits ; retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes les deux ; employer la logique contre la logique ; répudier la morale alors qu’on se réclame d’elle..."


                                            • rocla+ rocla+ 26 septembre 2016 15:44

                                              C ’est vrai , les employés-yés  ont tellement pas besoin d’ un patron pour 

                                              manger  qu’ ils font des pieds et des mains pour que Alstom puisse continuer .

                                              Ils savent tellement bien se passer du créateur d’ entreprise que dès qu’ il y a 
                                              problème ils quittent l’ ancienne entreprise pour en réer une nouvelle . 

                                              C’ est pour ça que la France avance si vite .

                                              Chaque ancien employé qui dit qu’ il a pas besoin d’ un patron démissionne 
                                              et crée sa boite . 

                                              C ’est beau la vie des nouveaux patrons anciens employés .

                                              • Gemini5 Gemini5 29 septembre 2016 12:23

                                                 »C ’est vrai , les employés-yés ont tellement pas besoin d’ un patron pour 

                                                manger qu’ ils font des pieds et des mains pour que Alstom puisse continuer .

                                                Ils savent tellement bien se passer du créateur d’ entreprise que dès qu’ il y a 
                                                problème ils quittent l’ ancienne entreprise pour en réer une nouvelle .« 

                                                @rocla

                                                Quand des salariés d’une entreprise liquidée par la haute finance (ECOPLA à Grenoble) veulent reprendre leur entreprise en SCOP, pour être leurs propres patrons, ils se heurtent à des murs : tout le monde leur ferme la porte, les banques, le tribunal de commerce, les politiques (lettres à E. Macron du temps qu’il était ministre, sans réponse) (« Macron m’a tuer », titre le journal Fakir)

                                                https://www.fakirpresse.info/ecopla-le-5-octobre-pour-l-interet-general

                                                Il ne faudrait pas, justement, que des ouvriers, des soudeurs, des secrétaires, etc…. fassent la preuve qu’ils peuvent se gouverner tout seuls et être leur propres patrons….. ça donnerait des idées au bon peuple, qui pourrait comprendre qu’il peut se prendre en main. En haut lieu, « on » préfère donc laisser la boîte couler, et parler des chômeurs comme d’ « assistés », etc… Le piège est bien rodé. Mais parfois les caves se rebiffent…


                                                • Gemini5 Gemini5 29 septembre 2016 12:24

                                                  oups !... smiley je voulais mettre seulement la citation de rocla en italique.... (les 4 1ère lignes)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès