• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Standard & Poor’s moins indulgente pour la France que les autres (...)
#88 des Tendances

Standard & Poor’s moins indulgente pour la France que les autres agences de notation

« Nous avons sauvé l'économie française ! » (Bruno Le Maire, le 31 mai 2024).

C'est avec cette petite phrase que le Ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a accueilli la décision très attendue (et redoutée) dans la soirée de ce vendredi 31 mai 2024 de l'agence de notation Standard & Poor's de dégrader la note de la France de AA à AA–. « Nous avons dépensé pour bien protéger. Ces dépenses indispensables ont évidemment augmenté la dette. », mais la dette française trouve « facilement preneur sur les marchés », a-t-il ajouté.

Pour Bruno Le Maire, en effet, la politique très dépensière du quoi-qu'il-en-coûte a permis de sauver des centaines de milliers d'emplois et des milliers d'entreprises de la faillite lors de la crise sanitaire du covid-19. Il a réaffirmé son objectif très ambitieux de réduire le déficit budgétaire en-dessous de 3% du PIB en 2027.

Alors que Moody's et Fitch avaient maintenu la note de la France le 26 avril 2024, Standard & Poor's, qui est sans doute l'agence de notation des dettes souveraines les plus écoutées des marchés, a été un peu plus sévère qu'elles pour sanctionner le déficit de 2023 beaucoup plus élevé que prévu. Il faut cependant rappeler que si elle avait maintenu sa note, cette note pour Fitch était déjà à AA– (avec un système de notation comparable). Malgré cette dégradation, la note signifie que le pays reste encore un pays de haute qualité pour ses obligations.

Cette dégradation de la note pourrait, si elle se répétait, avoir des effets dévastateurs si les taux d'intérêts devaient monter pour que la France puisse emprunter dans les marchés mondiaux. Elle sanctionne non seulement le déficit de 2023 mais finalement l'ensemble des budgets déficitaires depuis le début de la Présidence de François Mitterrand. Globalement, cela fait plus d'une génération que nous vivons au-dessus de nos moyens et que nous reportons l'addition aux générations suivantes. Les augmentations de taux pourraient amorcer un cercle vicieux, une spirale où les intérêts de la dette seraient tellement importants qu'il faudrait emprunter et emprunter.

Heureusement, la France n'en est pas là et a des fondamentaux sains puisque malgré le freinage de la croissance, le nombre de création d'emplois ne descend pas. Certes, la dégradation envoie un signal négatif, mais il y a d'autres signaux positifs pour les investisseurs étrangers et la France reste toujours le pays européen le plus attractif pour les investisseurs.

La dégradation de la note de la France doit donc être comprise comme un avertissement pour bien suivre la trajectoire annoncée du gouvernement de baisse à 2,9% du PIB de déficit dans trois ans. La crédibilité du gouvernement est cependant mise en cause par l'expérience du passé.

Inévitablement, les opposants de toute sorte à Emmanuel Macron vont bien sûr fustiger cette dégradation sans voir d'ailleurs une contradiction avec leur opposition aux réformes des retraites, de l'assurance-chômage, etc. qui contribuent pourtant à réduire les dépenses de l'État. On se plaint des carences dans l'éducation, la santé, la justice, la police, etc. et si on suivait la plupart des programmes des partis d'opposition, le déficit budgétaire bondirait de 100 milliards d'euros supplémentaires !

L'agence S&P, qui analyse la situation financière des États, prévoie que la dette de la France, qui est à 109% du PIB en 2023, atteindra 112% en 2027. Dans un communiqué, l'agence ajoute de manière assez pessimiste : « Même si nous pensons que la reprise de la croissance économique et les réformes économiques et budgétaires récemment mises en œuvre permettront à la France de réduire son déficit budgétaire, nous prévoyons maintenant qu'il restera supérieur à 3% du PIB en 2027. ».

Deux motions de censure pour contester la gestion des finances publiques ont été déposées et seront débattues lundi 3 juin 2024, une du RN et une de la Nupes. Le parti Les Républicains, en principe, ne devrait pas les voter, même si son président Éric Ciotti est très critique sur la politique du gouvernement en matière budgétaire. Dans "Le Parisien", Bruno Le Maire a affirmé : « Il n'y aura pas d'impact sur le quotidien des Français (…). Je prends note de cette décision. Elle ne change rien à ma détermination à rétablir les finances publiques. Nous avons commencé à le faire, nous continuons. ».

Malgré ces propos visant à dédramatiser, la dégradation de la note française ne va toutefois pas contribuer à renforcer la liste de la majorité présidentielle menée par Valérie Hayer aux élections européennes dans maintenant une semaine.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (01er juin 2024)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Standard & Poor's moins indulgente pour la France que les autres agences de notation.
Assurance-chômage : durcissement pour plus d'emplois ?
Les 10 mesures de Gabriel Attal insuffisantes pour éteindre la crise agricole.
Le Tunnel sous la Manche.
Agences de notation Moody's et Fitch : la France n'est pas dégradée !
Der Spiegel : "La France, c'est l'Allemagne en mieux".

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 3 juin 08:16
    Standard & Poor’s résiste mieux aux coup de fil de lamentation Macron et de Le maire.

    Avec ces 2 la on va vers ZZ-


    • titi titi 3 juin 12:04

      @zygzornifle

      "Avec ces 2 la on va vers ZZ-

      "

      C’est notre système social qui est en cause.

      Macron ou Lemaire ca n’a aucune importance : aucun politique n’aura les baloches de tout remettre à plat.


    • zygzornifle zygzornifle 4 juin 09:39

      @titi

       Notre système social est bien, les politiques sont les responsables de sa dégradation, le problème c’est qu’on l’utilise a tord pour distribuer l’argent pour des non-citoyens qui arrivent par milliers et qui tels des sangsues sur une jambe pompent l’argent alors qu’ils n’ont jamais travaillés et cotisés le moindre centime, ceux qui les défendent devraient les prendre a charge avec leur propre argent ainsi on les verrait moins s’agiter . 


    • Eric F Eric F 5 juin 19:56

      @zygzornifle
      Par ailleurs, comment financer désormais les dépenses sociales quand l’industrie ne représente plus que 17% du PIB.


    • SI L’UNION EUROPÉENNE TRIOMPHE, LA GUERRE DES NATIONS SERA TOTALE | FRANÇOIS ASSELINEAU

      https://youtube.com/watch?v=CE0O1SNmrnY&t=2s


      • Fergus Fergus 3 juin 09:41

        Bonjour, SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

        Asselineau n’est pas à une ânerie près !

        A propos de l’UPR, quel score fera cette liste ? Plus de 1 %, ce serait déjà un beau succès pour le bonnet de nuit. smiley


      • Legestr glaz Legestr glaz 3 juin 09:58

        @Fergus

        Vous avez raison Fergus. il vaut mieux voter pour des euro-députés qui nous sont proposés dans les médias. Ils sont les meilleurs.

        Ces euro-députés sont tous très « pro-européens ». C’est un bénéfice magnifique pour les Français et leur niveau de vie que de se maintenir dans cette union commerciale. 

        Nous ne sommes plus à un « paradoxe » près, pour utiliser un terme édulcoré. La France, « contributeur net » de l’UE verse chaque année des millions et des millions d’euros à d’autres pays de l’UE, lesquels sont des « bénéficiaires nets ».

        Ceci à pour conséquence de voir ces pays se développer, de voir ces pays accueillir les industriels français qui « remarquent » que le coût de la production est bien moindre dans ces pays. Les « délocalisations » vont bon train. La main d’oeuvre de ces « bénéficiaires nets » entre en concurrence frontale avec celle de la France. 

        Ainsi, dans cette belle Union européenne de la paix et de la prospérité, les Français versent des millions d’euros à des Pays qui viennent leur faire une concurrence de tous les instants. Nous vivons dans un monde merveilleux. 

        Remettez votre bonnet de nuit Fergus, et dormez bien ! 


      • Sirius Sirius 3 juin 11:41

        @Legestr glaz

        « Ces euro-députés sont tous très « pro-européens ». »

        justement, c’es ça qui est admirable dans l’arnaque
        le réflexe conditionné du « devoir électoral » (devoir = morale et pas politique) acquis à l’école et dans la famille aboutit à ce que beaucoup d’électeurs se sentent moralemant obligés d’aller voter, même si l’abstention commence à poser la quesstion de la légitimité (mais dans les pourcentages, on ne tient compte que des votes exprimés), et très peu votent blanc
        c’est comme si un gamin disait à un autre : « tu veux jouer au gendrame et au voleur » et même si l’autre répond « non », le gamin leui demandait dans la foulées : « alors tu veux être gendarme ou voleur », et si l’autre répond à la question, il est foutu et se trouve embarqué dans un truc à la con qu’il ne voulait pas
        c’est très difficile de ne pas répondre à une question, et tous les manipulateurs le savent


      • Fergus Fergus 3 juin 17:31

        @ Legestr glaz

        « La France, « contributeur net » de l’UE verse chaque année des millions et des millions d’euros à d’autres pays de l’UE, lesquels sont des « bénéficiaires nets » »

        C’est évidemment transitoire. Le temps que le niveau de vie de ces pays s’approche du nôtre, ce qui demandera encore quelques longues années.
        Notez qu’il existe bien des mécanismes de péréquation entre les régions françaises, et ce qui vaut pour la France vaut également pour d’autres pays dont la Suisse (à un niveau nettement plus représentatif.
        Quant aux implantations d’industries dans les ex-pays de l’Est membres de l’UE, elle sont sujettes à terme à des mouvements inverses que, bien évidemmment, vous ne dénoncerez pas.

        Je dors parfaitement bien, et sans « bonnet de nuit » ! smiley
        Je crains en revanche que vous ne soyez exposé à des ulcères tant votre prose est frappée au coin du mal-être récurrent et de l’amertume recuite. Hélas ! je ne peux rien pour vous.


      • Legestr glaz Legestr glaz 4 juin 10:00

        @Fergus

        Vous me faites rire Fergus en comparant ce qui se passe en Suisse par rapport à la France. Franchement, c’est petit. Ce que fait la Suisse profite à la Suisse. Ce qui se passe en France profite, à la Roumanie ou à la Pologne. Vous n’avez pas l’air de vous en rendre compte.

        Et puis Fergus, ce que vous appelez « transitoire » est un leurre. Déjà 9 Pays « postulent » pour rejoindre l’UE. Et on les comprend parfaitement bien : les subventions vont tomber, les industriels vont trouver de « bonnes conditions » dans ces nouveaux pays pour « maximiser » leurs profits. Le marché va s’ouvrir. C’est formidable ! 

        Contrairement à ce que vous écrivez, ce n’est pas le niveau de vie dans ces pays qui s’approche du nôtre, mais le nôtre qui dégringole. La France est en chute libre avec une dette phénoménale. Vous ne le voyez pas Fergus, vous êtes un bienheureux. Je vous envie.

        Remarquez, moi je pense aux générations futures et je suis très inquiet pour elles. L’Union européenne est en train de saboter la France qui s’enfonce toujours un peu plus vers le déclin. Mais je pense que les « européistes » vont nous dire que c’est parce qu’il n’y a pas « assez » d’Europe. 

        La dette brute passée de 20% en 1980 à 113 % du PIB en 2021 ! En 2022, le budget consacré par la France au remboursement de sa dette s’élevait à 53,2 milliards d’euros, soit plus que les budgets du ministère de l’intérieur et de la justice réunis, et 60 % de plus qu’en 2020.

        https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2024/03/26/visualisez-l-evolution-de-la-dette-et-du-deficit-francais-depuis-1980_6224326_4355770.html

        Et puisque vous avez bien voulu évoquer la Suisse, voici le chiffre de la dette publique de ce pays ne faisant pas partie de l’Union européenne, et qui se porte donc, très mal !
        Fin 2023, la Confédération affichait une dette nette de 142 milliards de francs, qui représentait 17,8 % du PIB.

        Effectivement, c’était très pertinent de comparer la dette d’un pays de l’UE, comme la France, à un autre, hors UE, comme la Suisse. La Suisse est aux abois, tout va très mal, elle se classe seulement première mondiale en « indice de développement humain ». Il faudrait qu’elle rejoigne rapidement l’Union européenne pour faire mieux. N’est-ce pas Fergus ?

        C’est une première pour la Suisse  : sur 191 pays, le pays figure en première position dans le dernier classement du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). (Créé voilà trente-deux ans, l’indice de développement humain (IDH) est utilisé par l’organisation internationale pour mesurer la santé, l’éducation et le niveau de vie d’un pays. Il se base essentiellement sur trois critères : l’espérance de vie à la naissance, le PIB par habitant et le niveau d’éducation des adolescents de 17 ans et plus.)

        La France quand à elle régresse constamment se classant 28ème. C’est parce qu’il n’y a pas assez « d’Europe ». 

        Au niveau des pays, c’est la Suisse qui apparaît comme le plus développé (au sens de l’IDH). Elle dispose, en effet, de l’IDH le plus élevé, avec 0,962. La Norvège et l’Islande complètent le podium, avec un IDH respectivement de 0,961 et 0,959. La France se classe, quant à elle, au 28e rang du classement des pays.

        Question Fergus : quel est le point commun de ces trois pays, la Suisse, la Norvège et l’Islande qui raflent les 3 premières pour le développement humain ? Peut-on parler de « hasard » ? 

        Réponse : ils n’appartiennent pas à l’Union européenne.


      • Fergus Fergus 4 juin 13:48

        @ Legestr glaz

        J’ai évoqué la Suisse pour la péréquation entre membres d’une même communauté nationale : les cantons pour la Suisse, et les régions pour la France.

        Mais je suis évidemment favorable aux mesures prises par l’Union Européenne pour aller vers une convergence des niveaux de vie, fût-ce en desservant le nôtre pour aider les nations moins favorisées à augmenter le leur. Cela va dans le sens de l’harmonie future de l’UE, et, je l’espère, de la fédéralisation des membres. A cet égard, je ne vois pas d’inconvénient à ce qu’une partie des impôts que je paie soit affectée à ce projet.

        Pour ce qui est de la Norvège, ce pays entrera tôt ou tard également dans l’Union. Le référendum d’adhésion de 1994 n’a d’ailleurs échoué que de manière très ténue (48 % vs 52 %), preuve qu’il y avait une appétence foncière du peuple non négligeable. Une appétence dont j’ai d’ailleurs pu constater à Oslo il y a quelques jours qu’elle est toujours très vivace.

        Votre combat est celui du repli identitaire, celui de l’étiolement idéologique, bref celui du passé. Je préfère regarder vers l’avenir avec mes enfants et mes petits-enfants !


      • Armelle Armelle 4 juin 15:23

        @Fergus bonjour,
        Pour aller vers une convergence des niveaux de vie, cela implique par équité et logique avant tout, d’aller AUSSI vers une convergence du niveau de taxes et impôts, et là, je ne vois pas comment soit l’état Français baisserai le niveau de ses ressources, soit les autres états de l’union accepterai une hausse des impôts et taxes....
        Et puis quand bien même, vous comptez desservir le nôtre de quelle manière, il n’y a déjà plus rien...Il en manque déjà des tonnes, vous étiez en vacances pendant les gilets jaunes ? Pendant la colère liée à la réforme retraite ?
        Mais jusqu’où la gauche ira t-elle dans sa quête d’harmonisation de la misère, ce dont elle ne se rend à peine compte, (pourvu qu’on soit dans le camp du bien...) 


      • Legestr glaz Legestr glaz 4 juin 15:26

        @Fergus

        Votre naïveté est troublante. l’Union européenne est une construction imaginée par les USA pour affaiblir les vieilles Nations d’Europe.

        Vous ne semblez pas le voir. Tant pis. Le « repli identitaire », quelle belle blague. Je suis un esprit très ouvert et je pense que la France pourrait avoir des relations économiques et diplomatiques avec tous les pays du monde, pas seulement ceux de la vieille Europe. Alors parler de « repli identitaire » c’est assez cocasse.

        Ce que vous écrivez sur ce sujet n’a strictement aucun sens.

        PS : Lisez dons le « great chessboard » au lieu de raconter des histoires à dormir debout.

        https://en-m-wikipedia-org.translate.goog/wiki/The_Grand_Chessboard?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc


      • Fergus Fergus 4 juin 15:55

        Bonjour, Armelle

        « il n’y a déjà plus rien »
        Et pourtant, jamais les ventes de SUV et de grosses berlines n’ont été aussi nombreuses en France en termes de parts du marché de l’automobile ! Et jamais il ne s’est bu autant de mojitos et de spritz aux terrasses des bistrots.

        Evidemment qu’il y a au les Gilets jaunes, et derrière eux une part significative de la population qui souffre. J’ai d’ailleurs écrit à l’intention des Gilets jaunes de ma ville en 2018 une parodie de Brassens sur fond de misère sociale de ces Français dans la galère : Aux Gilets jaunes : « Chanson pour le monarque ».

        Mais une majorité de nos compatriotes vit bien, et même très bien !!!


      • Eric F Eric F 5 juin 20:07

        @Fergus

        ’’ mesures prises par l’Union Européenne pour aller vers une convergence des niveaux de vie, fût-ce en desservant le nôtre pour aider les nations moins favorisées à augmenter le leur’’


        La convergence de niveaux de vie entre des pays relativement homogènes peut se faire harmonieusement. Mais quand on intègre des pays dont le salaire de base est de moins de 500 euros, ça tire forcément la moyenne vers le bas. Or strictement tous les derniers élargissements ont tiré les standards sociaux vers le bas, et cela serait encore plus catastrophiques avec ceux qui sonnent à la porte !

        C’est beau votre discours sur la générosité et la solidarité avec les autres pays, mais il n’y a pas de contrepartie, c’est toujours à notre détriment. On se retrouve en caleçon, et encore faut-il en donner encore la moitié (Saint Martin, lui, avait partagé un vaste manteau).

        ’’je ne vois pas d’inconvénient à ce qu’une partie des impôts que je paie soit affectée à ce projet’’


        Avec 3 000 000 000 000 de dettes et des centaines de milliards annuels de déficit, nos impôts ont déjà suffisamment à faire !

      • Armelle Armelle 6 juin 10:04

        @Fergus
        « Et pourtant, jamais les ventes de SUV et de grosses berlines n’ont été aussi nombreuses en France en termes de parts du marché de l’automobile ! »

        Encore du sophisme quand on observe factuellement une baisse permanente des ventes d’automobiles (neuf et occasion) en France depuis plusieurs années !!!
        Vous dites vous même « en termes de parts de marché », donc qui n’impacte absolument pas le nombre total de véhicules vendus...
        Quant aux bistrots, je m’amuse à l’idée de penser que des gens osent mesurer la bonne santé d’une économie à travers la consommation de mojitos en terrasse...

        En tout cas j’aurai noté aujourd’hui votre pensée quant au bien être d’une majorité de nos compatriotes qui d’après vous vit bien , même très bien !!!
        A trop écouter Macron et son équipe vêtus d’un costume bien trop grand, j’ai le sentiment que vous avez adopté le « en même temps » vous aussi...Vous vivez dangereusement en ces temps d’intolérance absolue !!!


      • Sirius Sirius 3 juin 08:59

        Les agences de notation ne sont ni légitimes ni indépendantes, elles sont financées par les banques américaines et leur rôle est de surévaluer la confiance que l’on peut accorder à leurs généreux donateurs auxquels elles accordent les notes maximales pour attirer les dépôts et emprunts, et les notes minimales aux autres banques ou états concurrents et emprunteurs, pour les dévaloriser s’ils ne se montrent pas suffisamment disciplinés ou s’ils risquent de leur prendre une part de marché.

        Les agences permettent avant tout traders de spéculer sur des crédits en accordant ces notes maximales et en les obligeant à faire de nouveaux emprunts pour rembourser leurs dettes et les intérêts. C’est vieux comme la dette d’Haïti, mais démultiplié par les performances de l’informatique.

        Pourquoi les gouvernements européens s’acharnent-il autant à ne pas se faire dégrader par ces agences ?

        Les médias asservis disent que la note AAA permet à la France d’emprunter sur le marché à 3% et qu’une dégradation augmenterait ce taux d’emprunt.

        C’est complètement faux, car la décision du taux d’emprunt se fait par le créancier et par la France, pas par Standard & Poor’s. Pour les créanciers tout état emprunteur est dégradé du fait de sa dette, et de sa capacité à la rembourser.

        Les états européens se sont lancés dans une course à la meilleure note sous la pression des agences et des créanciers qui soi-disant augmenteront les taux d’emprunt, ce qui engendre une spirale infernale en sacrifiant des parts de budget (santé, éducation, collectivités locales...) dans l’espoir de ne pas se faire « dégrader » !

        Et du coup, cette course à l’échalotte donne aux agences et les banques dont elles sont l’instrument le contrôle économique et politique des pays concerné en proportion du montant de leur dette.

        Le problème, c’est que les pays membres de l’UE sont totalement liés aux marchés financiers en application de l’article 123 du traité de Lisbonne (signé par le gouvernement français de l’époque contrairement aux résultats du référendum de 2005.


        • Seth 3 juin 13:26

          @Sirius

          Les agences de notation ne sont ni légitimes ni indépendantes,

          C’est sans doute pour cela que l’ortf n’a fait qu’un bruit très relatif sur ce sujet. smiley


        • pasglop 3 juin 09:24

          « les intérêts de la dette seraient tellement importants qu’il faudrait emprunter et emprunter. »

          D’où sortez-vous ?

          On en est plus à emprunter et emprunter, on en est à emprunter pour rembourser les emprunts qu’on arrive pas à rembourser !

           A quand un audit sérieux de la politique du « quoi qu’il en coûte » et du coût des vaccins ?

          Jamais...


          • Seth 3 juin 13:29

            @pasglop

            Mande pardon, on emprunte pour payer les intérêts. Rembourser les emprunts est hors de question.

            Les soviétiques qui n’avaient pas que des mauvaises idées avait trouvé un moyen radical de régler le problème. Au grand dam des petits rentiers pleurnicheurs occidentaux. smiley


          • Fergus Fergus 3 juin 09:33

            Bonjour à tous !

            Bof ! Rappelons-nous qu’en juin 2008, quelques mois avant le krach financier, les agences de notation affectaient Lehmann Brother d’un A ou d’un A+. 


            • Fergus Fergus 3 juin 09:38

              « la dégradation de la note française ne va toutefois pas contribuer à renforcer la liste de la majorité présidentielle menée par Valérie Hayer aux élections européennes »

              La pénaliser non plus : le vulgum pecus ne s’intéresse pas du tout à cette tambouille des arrière-cuisines financières.
              Mieux : il s’en tamponne le coquillard comme on disait naguère, son choix de vote étant déterminé par une évaluation globale, parfois très largement fantasmée, que ce soit dans un sens positif ou négatif.


            • Sirius Sirius 3 juin 11:08

              @Fergus

              une « évaluation globale » très largement influencée aussi par les JT, les magazines, la presse quotidienne et les trolls d’internet
              on peut ajouter 

              le garçon qui criait au loup, et on n’aura pas encore fait le tour


            • Armelle Armelle 4 juin 15:48

              @Fergus
              Vous faites du sophisme Monsieur Fergus, c’est pas beau hein !!!
              Il s’agissait effectivement d’un « A » mais pour détrôner le « A+ » que la banque avait depuis des lustres. Donc la sanction était là, sans doute pas à la hauteur des pertes qu’aura engendré l’ouragan qui a suivi, mais le fait est, la banque a bien été dégradée et non « affectée d’un »A« ou d’un »A+" comme sortis d’un chapeau, tel que le sens de votre phrase le suggère !!!
              Et le sens change tout, même si cela n’a rien changé à la finalité...
              Et en plus, j’ajouterai que cette note lui a été attribuée en Juin 2008, alors que les ventes massives d’actifs pourris ont déferlé dans le courant de l’été 2008, ce qui rajoute de la fausseté à vos propos, ou tout au moins une notion de tromperie à l’égard du lecteur.


            • Fergus Fergus 4 juin 15:59

              @ Armelle

              Allons, soyons sérieux : les prémices du krach de 2008 étaient déjà dans les tuyaux dès la fin de 2007 avec la crise des subprimes !


            • Armelle Armelle 6 juin 09:22

              @Fergus
              Mais non Fergus, en 2007 le taux de non remboursement était de 15 %, contre 5% habituellement en moyenne à la même époque pour l’ensemble des crédits hypothécaires aux États-Unis, et sur la base d’un taux de 15%, le coût des subprimes était alors de 160 milliards, oui une somme énorme mais vraiment loin de provoquer une crise mondiale !!! Non, c’est en 2008, et au printemps/été 2008 que les défauts de paiement ont atteint le point de non retour...
              Que devrions-nous dire aujourd’hui de nos banques, vu l’état de leurs engagements et de leur incapacité à contrer un éventuel et probable crash...A ce niveau de risque, on devrait entendre tous les jours l’angoisse de ceux qui paraît-il vous ont prévenus en 2007 !!!
              Mais bon ! la réthorique est tjrs la même dans ces situations, c’est tjrs après l’effondrement que certains « je savais tout » débarquent et disent « je savais ».
              A part les quatres outsiders qui ont parié contre les banques bien avant le crash, et que d’ailleurs la totalité du monde de la finance prenait pour des débiles, je ne vois pas bien qui, ni quoi, en 2007, aurait pu donner la moindre garantie d’un crash de cette ampleur !!!


            • ETTORE ETTORE 3 juin 13:01

              H E U R E U X ! IL EST , H E U R E U X !

              Incroyable, indécrottable, inusable, résiste à tout, même à la raison inoxydable de la crasse, qui colle au fond de la gamelle macronide.

              A ce stade, ce n’est plus de la filiation, de la passion, on dépasse l’extase, et les stigmates des clous de la croix, on atteint la stase du clonage, elle même dépassée par la trépanation des parties molles, qui ne laissent fuser dans l’air, que un AAAAAAAAA....de surprise, et de sidération profonde.

              ( Revenez demain, Rakoto, on passera au B )

              Incroyable, même un tapis, au bout d’un moment se replie, et devient casse gueule.

              Rakoto.....JAMAIS !


              • ETTORE ETTORE 3 juin 13:14


                DIXIT Rakoto....

                «  »«  »«  »Malgré ces propos visant à dédramatiser, la dégradation de la note française ne va toutefois pas contribuer à renforcer la liste de la majorité présidentielle menée par Valérie Hayer aux élections européennes dans maintenant une semaine. «  »«  »

                ...........

                AH ! La belle affaire......LOL

                Tenez expliquez moi...

                1/ Est ce une constatation lucide ?

                2/ Est ce une constatation vous permettant, par le texte qui précède, de légitimer, d’excuser, et de trouver prétexte à cet échec pré annoncé, en faisant porter le chapeau à Standard & Poor’s ?

                3/ Préparez vous votre retrait’e) de la cuisse de Jupiter ?

                4/ Quand vous dite « la liste majorité présidentielle MENEE par Valérie Hayer, » Souhaitez vous que l’on retire, maintenant ( suite à cette note -) le portrait de votre derviche tourneur collant, sur l’affiche de partage des responsabilités ?


                • Seth 3 juin 13:34

                  @ETTORE

                  Achtement critique rakoko...

                  En plus il introduit carrément par une de ces citations au top de la crétinerie dont cette pitoyable caricature nommée nono la rondelle a le secret. smiley


                • amiaplacidus amiaplacidus 3 juin 18:37

                  Le « Mozart » de la finance en prend plein la gueule.


                  • ETTORE ETTORE 3 juin 18:52

                    Oui, mais.....

                    Le Grand Derviche Tourneur, vas parler prochainement dans la petite planche lumineuse extra plate, collée au mur .

                    Il vous suffiras de caresser votre télékey, d’un geste appuyé, et HOP, comme par magie, vous aurez des nouvelles d’une France heureuse, forte de ses idées, le tout avec un entrain merveilleux, du genre :

                    « La guerre, je l’ai provoquée, pour sauver l’honneur de la France »

                    Ben ouais mon con, n’empêche que t’aurais pu demander avant, si je voulais vraiment être sauvé par tes idées de nazes, et surtout pour protéger ton c.. plâtré !

                    Sacrée lampe à huile, ce mauvais génie ! Il serait temps de lui faire sa vidange !


                    • zygzornifle zygzornifle 4 juin 09:41

                      On mettrai Le Maire guichetier a la poste au bout de peu de temps l’agence fermerait et les clients perdraient toutes leurs économies ....


                      • Eric F Eric F 5 juin 20:12

                        Sur ce coup, on ne peut pas dire que les agences de notation nous saquent, l’état de notre dette abyssale, notre déficit public de 5,5% PIB en 2003, et notre déficit commercial systémique auraient du nous pousser bien plus loin dans l’alphabet !

                        Et l’abruti de Lemaire de se vanter des causes du déficit, pendant que Macron continue de larguer des pactoles à tout vent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité