• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Suppression d’emplois : Nokia + GE(Alstom) = - 942 emplois

Suppression d’emplois : Nokia + GE(Alstom) = - 942 emplois

NOKIA/ALCATEL-LUCENT et GE

Les miracles du « Mozart de la finance »

Nokia + GE (Alstom) = 942 suppressions d'emplois

 

Le 15 avril 2015, le numéro un finlandais des télécommunications, NOKIA, annonçait son intention de fusionner avec le franco-américain ALCATEL-LUCENT. Le jour précédent, le Président de la République Hollande et le ministre de l’Économie recevaient à Paris les dirigeants respectifs des deux monstres, à savoir Michel Combes d’Alcatel-Lucent et Rajeev Suri de Nokia. L'objectif affiché de Nokia était de contenir l'influence du voisin et concurrent suédois ERICSSON et surtout de contrer la montée en puissance du chinois HUAWEI sur le marché européen. L'un des engagements reposaient sur la création de 500 emplois.

 

A l'époque, le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, affirmait : « Je serai extrêmement vigilant à la préservation de l'emploi sur l'ensemble des sites productifs français. Je pense en particulier aux sites de Lannion (en Bretagne) et Villarceaux (en région parisienne) ». Comme nous pouvons le constater aujourd'hui, les mots forts de Macron n'ont pas fait écho dans l'esprit du dirigeant indien de Nokia puisqu'il désire licencier en France. A l’issue de cette réunion, Emmanuel Macron ajoutait que « ce rapprochement entre Nokia et Alcatel-Lucent va permettre de créer le grand champion européen, à la fois des équipements et des technologies sur le téléphone mobile et le fixe avec le meilleur de la technologie de Nokia et d'Alcatel ». Le fameux « champion européen » affiche maintenant clairement ses intentions et elles n'ont rien de commun avec la préservation de l'emploi. Le 4 janvier 2016, l'Autorité des marchés financiers français accordait son feu vert pour la réalisation pour l'opération de fusion et, enfin, le 2 novembre 2016, la fusion absorption était finalisée. Le produit Alcatel-Lucent était digéré par Nokia, restant dorénavant seul aux commandes. Le géant européen dont parle Macron est donc entièrement finlandais alors qu'Alcatel-Lucent n'est plus qu'une simple filiale du géant finlandais, le tout pour 15 milliards d'euros.

 

Il était prévu que Michel Combes quitte son poste de directeur général d'Alcatel-Lucent avec une indemnité de 14 millions d'euros, provoquant un tollé parmi de nombreux observateurs jusqu'au MEDEF. Finalement, il quittait son emploi avec la modique somme de 7,9 millions d'euros pour deux années d'ancienneté chez Alcatel-Lucent, un montant équivalent à 500 SMIC. Est-ce que la réforme par ordonnance de la loi travail du Président Macron prévoit de plafonner ces fameux « parachutes dorés » ou seules les indemnités des salariés sont-elles visées ? Michel Combes a ensuite été nommé au poste de directeur général d'ALTICE et PDG du Groupe SFR c'est-à-dire de l'Express, Libération, RMC sport, BFM sport et les chaînes SFR sport. Rappelons que Macron était bien ministre de l’Économie quand SFR a été vendu à NUMERICABLE contrairement à ses déclarations.

 

Nous avons donc appris dernièrement que Nokia souhaitait supprimer 597 emplois en France à l'instar de GENERAL ELECTRIC (GE) qui a supprimé cet été 345 postes sur un site à Grenoble (GENERAL ELECTRIC HYDRO anciennement ALSTOM « Neyrpic »). « Tous rappellent aussi à l’ex-ministre de l’Économie l’accord scellé avec GE lors du rachat d’Alstom en 2015 : une création nette de 1 000 emplois d’ici à 2018. GE assure que le contrat sera tenu, à l’échelle de l’ensemble de ses activités françaises. Ce qui n’est pas le cas pour l’heure. Si la promesse n’était pas tenue, il lui en coûterait 50 000 euros de pénalités par emplois non créés ». En admettant que GE ne respecte pas sa part du contrat en ne créant aucun emploi alors la pénalité s'élèvera à 50 millions d'euros, un pourboire pour GE. Cette promesse qu'elle soit tenue ou non n'aura pour ainsi dire aucun impact sur les finances de GE. De plus, la firme américaine peut tout à fait supprimer 1.000 emplois et en créer 1.000 en parallèle, le résultat serait le statu quo. Il est prévu par GE :

 

  • Un centre de services administratifs partagés à Belfort pour l'ensemble des activités de GE en Europe = 200 emplois.

  • GE Digital Europe Foundry, un centre européen pour le digital à Paris = 250 emplois.

  • LM Wind Power à Cherbourg, une usine spécialisée dans les énergies renouvelables en mer c'est-à-dire la filière éolienne off-shore = 500 personnes.

 

Que les habitants de Grenoble soit rassurés, les salariés licenciés de GE Hydro peuvent maintenant postuler pour un nouvel emploi non loin de chez eux puisque leur employeur se développe à Cherbourg, Belfort et Paris. Il suffit simplement de déménager ou de parcourir entre 400 km et 900 km pour le trajet, ce sont des détails.

 

Le 16 juin 2017 le Président Macron accueillait Jeff Immelt, le grand patron de GE, à l’Élysée, soit trois semaines avant l’annonce du plan de licenciement estival. Pour le maire de Grenoble, Eric Piolle : « Il lui a forcément donné son aval… ». Selon l’élu écologiste, le silence du chef de l’État sur ces 345 emplois supprimés à Grenoble trahit « son premier renoncement fort dans le domaine industriel ». Jeff Immelt était venu annoncer la création d'une nouvelle usine à Belfort avec la création de 80 emplois pour 2018 afin de tenir les engagements de GE portant sur la création de 1.000 emplois annoncée pour 2018.

 

 

Sources :

 

Le Figaro : « Nokia, un épineux dossier pour Emmanuel Macron », Elsa Bembaron, 14 septembre 2017.

Challenges : « Alcatel-Nokia : les dirigeants reçus par François Hollande », AFP, 14 avril 2015.

Libération : « Le gouvernement demande à Michel Combes de réduire encore son parachute », Jean-Christophe Féraud, 11 septembre 2015.

Libération : « Alcatel et Nokia, fusion haut débit », Anne-Françoise Hivert et Jean-Christophe Féraud, 14 avril 2015.

Challenges : « Pourquoi General Electric compte supprimer 345 emplois à Grenoble », AFP, 5 juillet 2017.

Libération : « On ne nous avait pas présenté le mariage Alstom-GE comme ça », François Carrel, 15 septembre 2017.

 

 

FD FreeDemocracy


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • pallas 16 septembre 11:34
    FreeDemocracy

    La France n’a absolument aucuns avenir, le taux de pauvreté atteint le seuil tel que la cohésion de l’état est remis en cause.

    Il n’ y aucuns espoir, pas d’échappatoire, il faut abandonner l’idée d’un avenir, la seule idée pouvant rester est le désespoir.

    Même les élites ont consciences de leurs propres vulnérabilités, eux aussi pris dans le maelstrom qu’ils ont crées, la Bête mange ses propres créateurs.

    De toute manière, tout ne fait que commencer.

    La guerre civil à déjà commencée, elle sera là pire que notre nation est à subir, nous faisant revenir dans les ténèbres tel était cas échéant à la chute de l’Empire Romain.

    En 2024, il n’y a aura pas de JO à Paris, car tout ne sera que ruine et désolation, l’économie à l’arrêt, un univers de violence.

    Les investisseurs étrangers se détournent de la France, délocalise leurs entreprises, nos entreprises ferment les unes après les autres, notre pays est condamnée à disparaitre.

    C’est beau.

    Salut


    • Sozenz 16 septembre 15:22

      @pallas
      on vous apporte une corde ??

      si vous voyez votre vie comme vous voyez la destinée de la France ... elle peut vous etre utile . çaz coute en plus moins cher qu ’une arme et une balle .

      perso , je sais que tous les pays risquent de tomber bien bas . que les plus riches pensent s en sortir les doigts dans le nez ..
      Mais je pense qu’ il va y avoir de sacrées surprises pour tout le monde sauf pour ceux qui connaissent les fonctionnements de la Vie .


    • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 16:37

      @Sozenz


       j’ai fait mes valises pour Jupiter , j’attend la navette Macron a 1€ .....

    • JBL1960 JBL1960 16 septembre 18:34

      @zygzornifle = Pas Jupiter... Vénus plutôt, non ?


    • JBL1960 JBL1960 16 septembre 18:53

      @zygzornifle Surtout la Venus des Shocking Blue – 1969 (bon ça nous rajeunit pas) Version Originale de la chanson ICI.
      Remarquez, qu’avez 26 000 € de maquillage, Jupiter 1er tient la corde hein ?


    • zygzornifle zygzornifle 17 septembre 16:24

      @JBL1960


       merci pour le tube , c’était quelque chose cette époque surtout sur des enceintes JBL .....

    • rocla+ rocla+ 18 septembre 11:31

      @pallas


      Oui , en plus il pleut ...

    • roby 18 septembre 17:41

      @pallas
      Mme Irma ?


    • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 16:35

      Macron aura la larme a l’œil en apprenant qu’un trader un banquier ou un patron s’est fait chopper la main dans le sac par la justice et observera une minute de silence pour un pote du veau d’or tombé au champ d’honneur par contre pour les licenciements il sablera le champagne avec Gattaz ......


      • bob14 bob14 16 septembre 17:03

        Suppression d’emplois : Nokia + GE(Alstom) = - 942 emplois...Le boulot de Macron équarrisseur pour les patrons...Ce « micheton » est une ordure aux ordres...


        • GerFran 16 septembre 17:34

          2017-2022 : Quelles privatisations pendant ce quinquennat ? 

          Contrepoints des 25 et 26 juin 2017 

          https://www.contrepoints.org/2017/06/25/293054-2017-2022-privatisations-1


          Le quinquennat à venir (2017-2022) sera d’une importance capitale pour engager la modernisation de l’économie française et l’évolution de son modèle capitalistique. Pour réformer en profondeur sans grever les finances publiques, l’État ne pourra se passer d’une large amplification du programme de cession des actifs publics entamé par l’Agence des Participations de l’État. (APE)


          L’IREF (Institut de Recherches Économiques et Fiscales) propose donc la cession progressive de toutes les participations publiques dans les entreprises non stratégiques.

          - La privatisation de France Télévisions par exemple pourrait rapporter environ 910 M€ selon nos calculs 

          - La cession des actions de La Poste par l’APE pourrait rapporter à l’État environ 2,35 milliards d’euros.

          - La cession des actions d’Airbus, Safran, et Thalès, permettraient de récupérer jusqu’à environ 14,4 Md€.

          - La cession des actions d’EDF (dont l’État est actionnaire majoritaire), d’Engie et d’Areva (où l’État est actionnaire minoritaire) pourrait rapporter jusqu’à 27,7 Md€ à l’État.

          - Air France KLM et Aéroports de Paris : le nécessaire désengagement de l’État

          - Automobile : un secteur concurrentiel où l’État n’a rien à faire 

          - Orange : la libéralisation du secteur des télécommunications doit être enfin mise en œuvre


          • FreeDemocracy 16 septembre 20:03
            @GerFran

            bonjour,

            merci pour votre contribution qui rajoute un peu de sel à notre plat déjà saturé 

          • Olivier 19 septembre 10:15

            @GerFran

            Sauf que ces privatisations sont surtout un moyen de brader des actifs publics aux copains des politiciens qui les décident (en échange de « cadeaux » plus ou moins grands, mais qui sont insignifiants par rapport à ce que ça rapporte !).

            Et le fait que ce soit privé n’implique en rien que l’état ne soit pas obligé d’amener du capital : il suffit de voir les banques, qui se sont gavées à mort depuis 2008, en récompense de leur gestion calamiteuse, ou même Airbus, qui a reçu d’énormes subventions pour rater l’A-400, etc., etc.

          • GerFran 16 septembre 17:36

            Impôt sur les sociétés : une baisse de 11 milliards d’euros d’ici 2022


            La baisse de l’impôt sur les sociétés, que le gouvernement souhaite ramener à 25% d’ici la fin du quinquennat, sera uniforme pour toutes les entreprises quelle que soit leur taille à partir de 2019.

            Le Figaro du 30 août 2017


            http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/08/30/20002-20170830ARTFIG00113-impot-sur-les-societes-une-baisse-de-11-milliards-d-euros-d-ici-2022.php


            • JBL1960 JBL1960 16 septembre 18:48

              @ l’auteur = Tenez, j’ai extirpé de la dernière liste des licenciements mondiaux tenue à jour par Pierre Jovanovic uniquement les suppressions d’emplois et faillites de la France, et bien sûr Nokia France est dedans ICI. Macron c’est Kaa du Livre de la Jungle ; Aie confiance... Crois-en moi... Et ceux qui l’ont cru, l’ont dans le *** Turlututu chapeau pointu...
              Alors y est fait mention aussi des suppressions de poste chez General Electric Franc (345 emplois à la trappe) et il faut savoir que le Macron était déjà dans le coup c/GE branche Alstom près du Gros ToumousSavamieu : General Electric a annoncé 6.500 suppressions dans la branche énergie d’Alstom que le groupe vient de racheter, dont 765 en France, en contradiction avec les engagements pris auprès du gouvernement français au moment de l’acquisition. Mercredi, Clara Gaymard a dû se rendre à l’Elysée pour s’en expliquer auprès de François Hollande et d’Emmanuel Macron, en compagnie de Jeffrey Immelt le patron américain de General Electric.
              C’était en janvier 2016, et tout est ...
              Ce n’est pas comme si on avait pas prévenu hein ?
              Alors, rien, absolument rien ne nous empêche d’ignorer l’État et ses Institutions, enfin il me semble...


              • FreeDemocracy 16 septembre 20:01
                @JBL1960
                bonjour JBL1960,

                j’ai pas pu lire vos liens, pardonnez moi, peut-être plus tard mais votre commentaire est fidèle à la réalité.

                Nous pourrions nous étendre sur General Electric / Alstom, y a de quoi s’occuper vous avez raison...


              • FreeDemocracy 18 septembre 00:37
                @JBL1960
                bonsoir,

                j’ai parcouru vos liens mais je ne connaissais pas pierre Jovanovic, son travail semble très sérieux et important...

                merci JBL

                faut acheter de l’or parait-il ?

              • Yvance77 Yvance77 16 septembre 20:17

                Bah tant que des Wauquiez peuvent pomper après deux mois de présence, dans des salons où l’on glose, des annuités à la retraite à faire palir tout les sans-dents, tout continuera à aller pour le mieux dans cette dictature soft !

                Vive les vies ubérisées, les employés jetables et un patronat aux anges

                • corsairebzh 17 septembre 23:49

                  Bonjour, petite coquille il me semble :
                   "Finalement, il quittait son emploi avec la modique somme de 7,9 millions d’euros pour deux années d’ancienneté chez Alcatel-Lucent, un montant équivalent à 500 SMIC", plutôt 500 années de SMIC non ? (7,900,000 / ( 12 * 500)=1316)


                  • FreeDemocracy 18 septembre 00:15
                    @corsairebzh
                    bonsoir corsaire,

                    vous êtes pointilleux et vous avez tout à fait raison 500 années de SMIC oui merci de le faire remarquer, vous suivez c’est bien, merci.


                  • Ruut Ruut 18 septembre 07:20

                    Qui a dit que la justice protégeais les travailleurs ?


                    • FreeDemocracy 18 septembre 11:14
                      @Ruut
                      bonjour,

                      qui a dit que la justice protégeait les citoyens ?


                    • Jeff84 18 septembre 07:27

                      Tant mieux !


                      Le boulot du patron n’est pas de créer des emplos, c’est justement d’en supprimer, de produire toujours plus avec toujours moins, pour que la force de production soit redirigée ailleurs.

                      C’est pour cela par exemple qu’on est passé d’une économie agricole à une économie industrielle. Oh, il y avait bien quelques imbéciles comme l’auteur pour chialer devant tous ces « emplois agricoles perdus », mais tout le monde les a ignoré, heureusement pour nous.

                      • FreeDemocracy 18 septembre 11:17
                        @Jeff84
                        bonjour,

                        être patron c’est compliqué à vous lire, vous me faites rire, j’aimerai vous y voir, j’en ai connu quelques patrons ils ne m’ont rien appris... l’inverse en revanche !

                        un patron qui ne connaît même pas le droit ni même une once de comptabilité, bon courage à ces « patrons » qui ont besoin d’une armée autour d’eux pour s’en sortir, et oui !

                      • Jeff84 18 septembre 19:15

                        @FreeDemocracy
                        Je pense que vous vous êtes trompé de destinataire, non ? Car cela n’a rien à voir avec ce que j’ai écrit.


                      • FreeDemocracy 18 septembre 20:34
                        @Jeff84
                        bonjour,

                        dois-je faire comme vous ?

                        « Je pense que vous vous êtes trompé de destinataire, non ? Car cela n’a rien à voir avec ce que j’ai écrit ».

                        si vous ne voulez pas communiquer alors pourquoi poster un message, je vous réponds donc c’est que je suis disposé à vous parler non ? 

                        vous me faites une « loghorrée » sur les patrons, c’est une plaisanterie ? donc je vous réponds avec ironie...

                        vous les défendez et moi je rigole de votre prise de position, voilà tout.

                        Le chef du navire il n’ira pas bien loin sans son équipage...... au fond de l’océan..... avec les sirènes ? ça peut être bien.

                        Vous croyez qu’être patron c’est être un surhomme, plus intelligent, plus fort, plus ceci plus cela ?

                        J’aurai tendance à penser le contraire, drôle non  ?




                      • FreeDemocracy 18 septembre 20:44
                        @Jeff84

                        De plus l’auteur que je suis n’a pas fait un article sur la révolution industrielle allons bon, oui je suis aimable, je vous réponds, vous n’aimez pas ma réponse tout comme j’ai trouvé votre commentaire léger.

                        Vous avez le gêne du patron ou le gêne de la contradiction ? ça vous horripile que l’on parle de licenciements, c’est cela ? les esclaves faut qu’ils se taisent et veuillent bien accepter ce qu’on leur donne sinon OUT ! 

                        NOKIA et ALCATEL = télécommunications. agricole ?


                        bref...

                        avez-vous déjà été licencié ? comment ? pourquoi ? que s’est-il passé ? facile de retrouver un travail ? même secteur ? suivi une formation ? 

                        arrêtez un peu de prendre les gens pour des moins que rien... même veine de dire il est inscrit à pole emploi c’est un fainéant.

                        mais regardez le bien votre président c’est un ACTEUR qui n’a jamais rien fichu de sa jeune vie et vous écoutez ce gamin sans expérience, ni père ni homme ? un homme qui parle de choses qu’il ne connaît pas, qu’il n’a pas vécu, un peu comme vous...





                      • Jeff84 19 septembre 20:56

                        @FreeDemocracy
                        Bien sûr que j’ai été au chômage, mais je n’ai pas chialé, je me suis recyclé dans un secteur qui recrute, j’ai avalé quelques milliers de pages chez moi pour passer les examens en candidat libre (pas de temps ou d’argent à perdre avec une éducation universitaire de merde), et maintenant je suis mon propre patron et je gagne très bien ma vie.


                        Evidemment, mon conseiller pôle emploi a essayé de m’en décourager, et il m’a coupé le chômage quasi-immédiatement en me traitant de profiteur quand j’ai mis mon plan d’étudier par moi-même à exécution (alors que j’ai envoyé des centaines de CV, même après ma radiation).

                        Enfin, le traitement habituel pour qui essaie de s’en sortir par lui-même dans ce pays.

                      • rocla+ rocla+ 19 septembre 21:15

                        @Jeff84


                        Faut pas leur dire ça aux bras cassés , à partir  de maintenant ils vont vous trouver les pires défauts ...


                        C’ est pas bien d’ y arriver quand d’ autres échouent...

                        Bien à vous ...Jeff ...


                      • Jeff84 20 septembre 07:43

                        @rocla+
                        Le pire, c’est que je ne suis pas un surdoué, les barrières sont juste dans leurs têtes.


                        « Ce n’est pas ma faute si je n’ai pas eu de formation. »
                        « Ce n’est pas ma faute si je suis dans un secteur qui n’embauche pas. »
                        Etc, etc...

                      • rocla+ rocla+ 20 septembre 09:41

                        @Jeff84


                        Le vrai problème  , c’ est que la plupart croient que c’ est à la société de les prendre 
                        en mains . 

                        Ça se résume un peu à ça ....

                      • Shawford Shawford 20 septembre 09:46

                        @rocla+

                        La société ? No comprendo, à moins que tu parles de Cybion, œuf corse !? ^^

                        No pasaran smiley


                      • FreeDemocracy 21 septembre 12:07
                        @Jeff84

                        bonjour,

                        c’est très bien, bonne réaction mais est-il utile de se montrer aussi vindicatif à l’égard d’un chômeur ?

                        nous ne pouvons forcer personne à exercer une activité qui lui déplait, les gens sont des petites bêtes effrayées qui n’ont aucune confiance en eux car leur ignorance est trop grande dans tous les domaines pour leur permettre d’assoir suffisamment leur assurance.

                        donc c’est un calvaire pour bcp la recherche d’emploi, le simple CV, le simple entretien, tout cela est pour certains un effort intense à produire voire une (re)DECOUVERTE... et quand ils trouvent un nouvel emploi ils s’y accrochent.

                        vous semblez être différents et tant mieux pour vous mais faudrait arrêter les discours pro patron car moi c’est inutile, seul vous n’irez jamais bien loin.

                        un patron est un homme ou une femme qui n’a rien de plus que ses semblables alors il faudrait redescendre du piédestal sur lequel se positionne certains patrons. Une différence, la fonction, cela ne fait pas de vous superman sinon on teste la force de superman quand vous voulez...

                        mon dernier patron pleure encore sûrement de 1° m’avoir connu 2° de m’avoir pris pour un con 3° et de se retrouver dans la situation dans laquelle il ou elle se trouve maintenant.

                        être patron c’est avoir les responsabilités qui vont avec et les connaissances sinon votre salarié est au-dessus de vous en matière de compétences, cela risque de déclencher un gros clash, c’est mon cas.

                        allez dire à votre patron comment ils devraient travailler, corriger ses erreurs etc et vous verrez comment vous serez reçu par la plupart qui se prennent pour dieu le père alors qu’ils sont la misère intellectuelle incarnée.

                        et ce patron dont je vous parle ne cherche à recruter maintenant que des jeunes malléables pour les façonner et les rendre dociles.

                        c’est bien d’être patron hein ? c’est bien d’être salariés aussi mais c’est surtout bien d’être humain, dans la dialogue, à l’écoute, ça oui c’est constructif peu importe le contexte.

                      • FreeDemocracy 21 septembre 12:14
                        @rocla+

                        bonjour mister brouette,

                        c’est vrai... mais pourquoi ? n’y a t-il pas à un moment donné dans l’existence d’une personne, des limites qui lui sont fixées par une personne ou la réalité ? et quand cela arrive que se passe t-il pour cette personne ? regrdez ce qu’a dit jeff, POLE EMPLOI a tenté de le dissuader. Les patrons font la même chose et refusent des formations en vous disant clairement que vous n’avez pas le niveau SVP.

                        donc cette personne soit elle va passer outre ces limites fixées par les autres (avec réussite ou non) soit elle va abandonner face à cette dure réalité... et bien il y en a beaucoup qui baisse vite les bras car ils n’ont aucune considération pour eux mêmes... (aucune confiance dirons nous).

                        et puis toutes ces aides sociales ... aident qui ? on se le demande au final, est ce que c’est aider quelqu’un que de l’entretenir à ne rien faire toute sa vie ? est-ce lui donner confiance ? est-ce lui enseigner de nouvelles compétences ? 




                      • Jeff84 21 septembre 17:44

                        @FreeDemocracy
                        Si vous êtes vraiment plus compétent que votre ancien patron, prenez-lui tous ses clients, et vous ne serez plus au chômage. C’est ce que je ferais.


                        Et si vraiment il n’embauche pas les meilleurs qu’il peut trouver, c’est un loser. Un patron qui se repecte embauche les meilleurs, et les paye ce qu’ils valent, c’est à dire ce qu’ils rapportent, moins une marge pour se faire chier à gérer la parerasse à leur place. Genre 10%-20%, selon la masse de paperasse. C’est comme ça qu’on devient riche, pas en employant des imbéciles sous-payés qui serviront mal les clients. Ou encore pire, en sous-payant de bons salariés, qui se barreront à la concurrence.

                      • Jeff84 21 septembre 17:45

                        @FreeDemocracy
                        Et effectivement, j’ai été trop vindicatif. A force de voir du gaucho dans tous les coins sur ce site, j’ai tendance à tirer un peu vite.


                      • BA 18 septembre 08:16

                        Dans cet article essentiel, l’Organisation des Nations Unies dénonce un monde de profit pour les grandes entreprises, pour les actionnaires, pour les hauts dirigeants et pour les rentiers.

                        L’ONU critique aussi l’appauvrissement des classes populaires, l’augmentation de l’endettement des ménages, et la réduction de la part des salaires dans le revenu.

                        Lisez cet article :

                        Les Nations unies fustigent les dérives du capitalisme.

                        En 2010, le prix Nobel d’Economie, Joseph Stiglitz, avait déjà jeté un pavé dans la mare en dénonçant dans son ouvrage « le triomphe de la cupidité » comme l’origine de la crise de 2008.

                        Sept ans plus tard, les Nations unies fustigent à leur tour les méfaits de cette cupidité et les dérives du capitalisme vers un monde de rentiers. Dans son rapport annuel 2017 sur le commerce et le développement, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (Cnuced) ne mâche pas ses mots. 

                        Un monde de profit sans prospérité

                        « Nous sommes aujourd’hui dans un monde de profit sans prospérité, où l’asymétrie des rapports de force sur les marchés contribue beaucoup à la hausse des inégalités de revenus », constate Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la Cnuced. Premières à être mises sur le banc des accusés : les grandes entreprises. Ces dernières « profitent de l’accroissement constant de leur pouvoir sur les marchés et de leur influence politique pour accroître leurs bénéfices en manipulant les règles du jeu ». Les actionnaires et les haut dirigeants sont privilégiés au détriment des salariés.

                        Pour mesurer l’ampleur du phénomène de ce qu’ils appellent le capitalisme de rente, les économistes de la Cnuced ont analysé l’évolution des profits des grandes entreprises de 56 pays développés et en développement. Pour évaluer les sur-profits, ils se sont référés au taux de rendement sur actif médian ou au ratio du bénéfice d’exploitation sur les actifs totaux. Secteur par secteur.

                        Résultat : « entre 1995 et 2015, les profits excédentaires sont passés de 4% à 23 % des bénéfices totaux toutes entreprises confondues ». Pour les 100 premières entreprises, le pourcentage est passé de 19 % à 40%.

                        En 1995, leur capitalisation boursière était de 31 fois supérieure à celle des 2.000 dernières du classement. Vingt ans plus tard, elle lui était 7.000 fois supérieure.

                        Et d’asséner que la part des 100 premières entreprises dans l’emploi ne progresse pas proportionnellement à leur emprise sur le marché qui ne cesse de croître. « Les grandes entreprises sont à la tête de véritables empires de plus en plus vastes, mais cela ne tient pas davantage à leurs prouesses technologiques qu’à l’inefficacité de la législation antitrust, à la protection excessive de la propriété intellectuelle et à leurs stratégies agressives de fusion-acquisition », pointe le rapport. Les industries pharmaceutiques, les médias et le secteur des technologies de l’information et de la communication sont particulièrement visés. Le monde de la finance n’est pas plus épargné. 

                        La finance dénoncée

                        La finance déréglementée reste au coeur du monde hypermondialisé actuel. « Les mesurettes prises jusqu’à présent n’ont pas interrompu, et de loin, la course folle de la finance », dénonce la Conférence qui s’alarme de la concentration du secteur bancaire. « Dans beaucoup de pays, les bilans consolidés des cinq premières banques représentent au total un montant supérieur au revenu national », poursuivent les auteurs.

                        Parallèlement, la dette n’a cessé de croître. Dans les secteurs non financiers, l’endettement a atteint le taux record de 230% du PIB mondial en 2016 contre 188% avant la crise.

                        « Au vu de l’augmentation de l’endettement des ménages et de la réduction de la part des salaires dans le revenu, il devient de plus en plus difficile de fermer les yeux sur les liens entre endettement et insécurité », soulignent-ils. La Cnuced invite donc la puissance publique à réagir.

                        « L’incapacité à corriger les excès de l’hypermondialisation menace la cohésion sociale et mine la confiance dans les marchés et les responsables politiques », dit-elle. 

                        « Lorsque les machines et les ordinateurs, les motivations à faire du profit et les droits de propriété sont considérés comme plus importants que les gens, le racisme, le matérialisme extrême et le militarisme sont incapables d’être vaincus ». Cité en préambule du rapport, Martin Luther King avait vu juste il y a 50 ans.

                        https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/030565148539-les-nations-unies-fustigent-les-derives-du-capitalisme-2114605.php


                        • FreeDemocracy 21 septembre 11:51
                          Le PSE est suspendu jusqu’au 2 octobre 2017.


                          Nokia suspend son plan social
                          Le Monde-19 sept. 2017

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FreeDemocracy


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès