• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Tesla vaut 137 milliards : une bulle aussi explosive que grotesque
#10 des Tendances

Tesla vaut 137 milliards : une bulle aussi explosive que grotesque

Cela fait quelque temps que j’alerte sur la valorisation totalement excessive de Tesla. Après une baisse début 2019, du fait des pertes du premier semestre, l’action s’est reprise depuis l’été et a pris 80% depuis le 1er janvier à des niveaux effarants. Vendredi soir, Tesla valait 137 milliards de dollars, après une pointe à 178 milliards. Comme un écho à la crise de la tulipe de 1637 aux Pays-Bas

 
Des chiffres qui donnent le tournis
 
Les optimistes évoquent sa position et l’amélioration de ses résultats pour justifier une telle valorisation. Mais pour qui prend un peu de recul, elle reste totalement extravagante, pour ne pas dire délirante. Pour rappel, en 2019, Tesla a vendu plus de 360 000 voitures, fait un chiffre d’affaires de 24,6 milliards de dollars, et réalisé une perte d’un peu moins d’un milliard, après deux trimestres légèrement positifs. Et aujourd’hui, Tesla vaut plus que Volkswagen (CA 10 fois plus élevé, résultat de 7%), que BMW et Daimler ensemble (5 millions de voitures, CA 10 fois plus élevé, résultats de 10 et 6% respectivement) ou que Ford et GM réunis (plus de 300 milliards de CA et 20 milliards de profits) !
 
Cet écart de valorisation boursière est d’autant plus effarant que la croissance du CA automobile a ralenti, à 12% sur l’année (contre 7% pour le groupe Volkswagen), et seulement 2% sur le dernier trimestre. En effet, la hausse des volumes s’effectue avec une baisse des ventes des modèles les plus chers. Pire, la marge dégagée recule en valeur sur un an pour cette même raison. Bref, dans une industrie peu rentable, où Tesla peine à faire un profit (le meilleur résultat trimestriel a atteint 2% du CA), et alors que sa croissance a considérablement ralenti, difficile de justifier un tel enthousiasme et la valorisation extravagante de Tesla par rapport à des entreprises bien mieux établies qu’elle.
 
 
Pourtant, les marchés ont propulsé l’action vers de nouveaux records. Bien sûr, l’ouverture de l’usine en Chine peut permettre à Tesla d’accélérer son développement dans le pays, et le Model Y doit aider Tesla à gagner de nouveaux consommateurs. L’annonce par Elon Musk d’un objectif d’un demi-million de voitures vendues en 2020 semble crédible, puisque l’entreprise en a vendu 112 000 au quatrième trimestre, tout en représentant une accélération de la croissance par rapport à 2019. Mais pour qui analyse froidement ces prévisions, cela pousserait le chiffre d’affaires autour de 30 milliards et, à dépenses opérationnelles stables, permettrait de dégager un profit autour d’un milliard de dollar.
 
Mais cela ne justifie en rien une valorisation de 137 milliards, dans une industrie où les marchés valorisent les constructeurs entre 4 à 7 fois leurs profits. Même en suivant les projections de Morgan Stanley, à 2 millions de voitures en 2030, et 8,3% de résultat net, Tesla dégagerait 10 milliards de profits, comme BMW en 2018, qui vaut moins de 50 milliards… Problème : Tesla réalise déjà près de la moitié de ses volumes hors des Etats-Unis et la concurrence se renforcera fortement cette année. En outre, les constructeurs allemands ont les moyens de dépasser Tesla techniquement, alors que le constructeur californien va probablement devoir passer la seconde en dépenses marketing…
 
Plus réalistement, si Tesla vend un million de voitures, fait 60 milliards de CA et 3 milliards de profit, cela justifierait une capitalisation boursière de 20 milliards, soit un cours de l’action autour de 100 dollars ! Bref, l’envolée actuelle n’a absolument aucun sens, même en étant optimiste. La question n’est pas de savoir si le cours de l’action va s’effondrer, mais seulement quand.

Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • rogal 15 février 11:52

    Chercheriez-vous à briser le rêve martien ?


    • machin 15 février 13:19

      Avec le dernier mort du à « l’intelligence artificielle » du mégalo, il est probable que les actions redescendent un peu...

      https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=tesla+un+moert


      • titi 16 février 02:47

        @machin

        Argument les plus débile possible.

        Combien de morts en Volswagen en deux ans ? Vous ne le savez pas car ca intéresse personne.
        Combien de morts en BM ? pareil.

        Mais les morts en Tesla tout le monde s’en gargarise.
        Tesla c’est LE gap technologique en matière d’automobile et il est venu de quelqu’un qui ne vient pas de ce monde.
        Pas étonnant que tous veulent le descendre en flèche.


      • machin 16 février 13:39

        @titi

        « Mais les morts en Tesla tout le monde s’en gargarise. »

        Totalement faux.
        personne n’en parlait, il aura fallut que le principal informaticien d’une grande marque de PC et de téléphones meurt dans une Tesla hors contrôle pour que les langues se délient, ce, malgré toutes les pressions du gourou...

        Concernant Volswwagen,

        que je sache, à ce jour, hormis la coccinelle de Walt Disney, aucune voiture n’a pris son indépendance ou manifesté la moindre velléité de tuer volontairement, ou de bloquer les portières pour que le conducteur soit réduit en cendres...

        Pour la voiture la plus sûre du monde, cela fait un peu désordre.


      • zygzornifle zygzornifle 15 février 14:03

        La Zoé et le Linki sont des bien plus grosses escroqueries ....


        • dscheffes 15 février 16:22

          @zygzornifle
           ???????


        • Désintox Désintox 15 février 15:19

          Franchement, il faut bien reconnaître que Tesla est le seul constructeur dont les voitures vont dans l’espace.


          • Arnes Arnes 15 février 18:19

            Vous comparez des choux et des carottes. Tesla n’est pas un simple fabricant de voitures, il propose un système de déplacement global basé sur l’électrique. Avant d’avoir vendu une voiture en France, le réseau de superchargeurs était déjà en cours d’installation ; le système de navigation calcule où et quand vous allez recharger en fonction de votre trajet (80%de recharge en 1h, le temps de visionner un épisode Netflix sur votre écran géant.). L’entreprise est en mode start up, investissant à tout va en Chine et en Allemagne pour conquérir les marchés au lieu de faire des bénéfices.

            Rien à voir donc avec l’industrie automobile classique empêtrée dans les procès sur les tests truqués et essayant vaille que vaille de sortir des modèles électriques où l’on met un moteur électrique à la place d’un moteur thermique sans trop s’occuper de la logistique recharge ce qui condamne la plupart des modèles à une utilisation locale.

            Ceci explique l’intérêt des investisseurs.


            • jjwaDal jjwaDal 15 février 19:35

              Il y a une bulle boursière indéniable aux USA impulsée sous contraintes par le plus gros émetteur de fausse monnaie au monde, la FED. L’impérieuse nécessité de maintenir artificiellement des cours hauts implique que l’argent disponible pour jouer au casino existe et va continuer à exister.
              Alors pourquoi Tesla en particulier ? Avez-vous entendu dire que BMW, VW, GM, FORD ont vendu des centaines de milliers de véhicules électriques avec des autonomies se chiffrant en centaines de km ? Le petit poucet Tesla l’a fait. Qui a de l’avis de tous les experts les meilleures batteries, la perspective la meilleure de les améliorer encore, l’assurance d’en avoir assez pour suivre l’évolution de sa production automobile ? Aucun autre grand constructeur automobile occidental. On a passé le pic de pétrole conventionnel en 2008, donc si vous augmentez le parc automobile classique avec une production déclinante vous pourriez avoir un soucis. Le vent tourne. Même Blackrock se détourne de l’investissement dans les énergies fossiles et ce qui dépend d’elles...
              Tesla qui est en position dominante réinvestit massivement pour la conserver, achat de brevets sur les batteries, usine en Chine et en Allemagne, fabrique de batteries (il envisage de produire les siennes).
              Enfin Tesla a collé à sa marque le charisme de Elon Musk. Il a réussi son pari insensé pour les fusées, il est en passe de mettre plus de 1000 satellites en orbite en 2020 pour sa constellation internet en orbite basse qui potentiellement en ferait quelqu’un d’aussi riche que Bezos, il va lancer les premiers astronautes dans l’espace avec sa fusée développée en interne et construit en ce moment une fusée qui fera passer pour un jouet obsolète la fusée géante fabriquée depuis plus d’une décennie pour la NASA. Il veut aller sur Mars, une destination que sa « Cherry roadster » a déjà empruntée.
              Quand vous avez « Iron Man » à la tête d’une entreprise, a priori vous lui faites confiance pour le long terme.


              • foufouille foufouille 15 février 20:03

                @jjwaDal

                pour la voiture électrique, il faudra un paquet de centrales.

                la fusée a pas mal de subventions et pour mars ce sera no return avec cancer.


              • Eric F Eric F 15 février 19:37

                La bourse n’a que faire des réalités économiques, la seule question est : si j’achète aujourd’hui telle action, est-ce que je peux escompter la revendre plus cher demain ? l’« engouement » pour un secteur ou une marque a un effet p^répondérant, et toutes choses égales par ailleurs, si la marque est étasunienne elle sera surévaluée. On se souvient de la mode au début des années 2000 pour les multinationales d’acheter à prix d’or des start up californiennes, dont certaines étaient des coquilles vides. 


                • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 15 février 23:19

                  On peut et on va malheureusement encore creuser jusqu’au bout car tous les digues ont et sont entrain de sauter.


                  • sicome 16 février 10:11

                    la chine est a l arret ,alors les vehicules produits en chine RIRES et plus une batterie exportee vers l europe , la chine etant et de loin le principal fabricant wait and see ...


                    • Redox 16 février 19:17

                      Ça regorge de spécialistes par ici... Déjà s’arrêter à « Tesla est un simple constructeur auto » est une bien mauvaise hypothèse de départ. La base de connaissances de l’Autopilot, le réseau de recharge relativement dense, l’expertise en batteries et énergies en général, tout ça en fait une société « new tech » et pas uniquement « constructeur auto ». Quant à l’histoire de l’accident de l’ingénieur, c’est un peu de sa faute, en connaissant l’histoire en détail, il avait signalé plusieurs fois un souci à cet endroit et il a précisément relâché l’attention à cet endroit..... C’est ce qui s’appelle chercher les ennuis.

                      Mais bon quand on se lance dans « l’analyse boursière » de la sorte, c’est qu’on cherche à défendre ses propres intérêts en racontant n’importe quoi...


                      • Et hop ! Et hop ! 16 février 21:59

                        @ Redox : «  Déjà s’arrêter à « Tesla est un simple constructeur auto » est une bien mauvaise hypothèse de départ. »


                        Vous avez raison, Tesla est essentiellement un vendeur d’actions qui font des plus-value, le reste c’est des sous-jacents, c’est des pantalons à une jambe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès