• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Tout est très simple !!!

Tout est très simple !!!

La plupart des gens ne comprennent pas l'économie faute d'une présentation claire et pédagogique et à peine trop simplifiée...Tout commence à la fin des années 70 marquées par ce que l'on appelle la stagflation caractérisée par la coexistence de l'inflation et du chômage. On lutte par la suite contre l'inflation...visiblement sans guère plus de succès sauf que visiblement les économistes ne s'en rendent pas compte...

1°) Les années 70 et la stagflation :

Encore une fois il faut faire un minimum d'histoire pour replacer les choses dans leur contexte.Les années 70 sont marquées par une forte inflation mais aussi ce que l'on appelle la stagflation c'est à dire la coexistence de l'inflation et du chômage.

C'est donc une remise en cause profonde du Keynesianisme et surtout de la fameuse courbe de Philips appelée courbe inflation chômage puisque selon cet économiste Néo Zélandais il suffit de laisser filer l'inflation pour éradiquer le chômage.

Les causes de l'inflation sont plutôt méconnues... Après la seconde guerre mondiale on passe de l'étalon Livre Sterling à l'Etalon US dollar comme devise de réserve. Or le plus gros problème dont très peu d'experts parlent c'est que le dollar lui même change de statut en devenant un Euro Dollar. Tout a commencé de manière subreptice par les dépots des Soviétiques en dollars US hors des USA en Grande Bretagne pour éviter d'être saisis par les autorités américaines. Dépots qui provenanient tout simplement du commerce de blé avec les USA. Or ces dollars placés hors des USA ne sont pas soumis à la réglementation américaine. Ils servent donc de base monétaire pour une création monétaire de dollars hors des Etats Unis.

Le marché des euro dollars est donc né. Ce marché se renforce tout naturellement... par le devéloppement de la convertibilité des devises qui permettent une accumulation de dollars hors des Etats Unis. Dès que cette masse monétaire devient critique elle sert donc comme je viens de le dire de base monétaire pour une expansion incontrôlée de dollars hors des USA... et donc hors du contrôle de la FED.Guère étonnant que l'inflation prospère dans ces conditions... Résultat : en 1980 on atteint un pic sans précédent quant au niveau des taux d'intérêt de long terme.

2°) Passage aux politiques dites de désinflation FAUSSEMENT compétives :

On se retrouve donc en 1980 avec la conjonction de 3 facteurs : forte inflation, chômage de masse et taux d'intérêts de long terme très élevés. La sortie de crise passant alors par l'idée de baisser les taux d'intérêt de long terme. Baisse des taux d'intérêt qui devrait stimuler l'investissement donc la croissance et enfin l'emploi.

C'est cette idée qui est absolument centrale pour comprendre toute la politique économique et monétaire... et ses dérives.

Pour résumer si le but final est bien évidemment le retour de la croissance et de l'emploi c'est bel et bien par le truchement de la baisse des taux d'intérêt que l'on PENSE l'obtenir.

3°) Hypothèse vérifiée ou non ?

Je parle donc bel et bien d'hypothèse et d'hypothèse que bien évidemment tout le monde sait qu'elle est largement invalidée... sauf les économiste. La question n'est pas de savoir si les taux d'intérêt de long terme ont chuté ou pas. En ce sens l'objectif est pleinement atteint. Mais malheureusement ni la croissance ni l'emploi n'ont été affectés bénéfiquement.

4°) Des effets de bord mal maîtrisés :

Si on veut comprendre ce ne sont pas les théories économiques qui aident. La baisse des taux d'intérêt n'est obtenue que par un durcissement monétaire qui a conduit a une chute de l'inflation : c'est la politique dite de désinflation compétitive du Franc Fort.

Or il suffit de réfléchir quelques instants pour comprendre sa complète inéfficacité. La première énormité -il n'y a pas d'autre nom- est de parler de compétitivité... avec une monnaie forte. Or dans le cas de la France on a conjugué fiscalité... lourde avec... monnaie forte... et libre échange... Faut-il s'appeler Jean-Claude Trichet alors gouverneur de la banque de France et futur gourveneur de la BCE, pour s'apercevoir qu'au lieu d'être plus compétitive ça été l'exact opposé... avec un creusement des déficits de la balance commerciale ??? La France a perdu en compétitivité internationale au lieu d'en gagner...

L'autre effet de bord a été le développement d'une gigantesque bulle immobilière : tous les imbéciles croient que c'est le bon moment pour acheter en profitant des taux bas... Mais qui dit taux bas dit crédit facile et dans un marché gouverné par une insuffisance de l'offre... se traduit par une envolée de l'immobilier... et donc une éviction des autres dépenses d'où une compression inévitable de la demande intérieure...

Sans compter que la hausse gigantesque de l'immobilier en augmentant considérablement les dépenses des ménages et le coût de la vie les force à demander ses salaires élevés au patronnat... qui du coup a du mal à suivre... Je résume : vie chère= salaires élevés= chômage...

5°) Merci l'Euro !

L'Euro c'est quoi ?

Une monnaie unique... contre ses principaux clients et fournisseurs. On aura donc compris pourquoi la dévaluation de l'euro est complètement inefficace pour la France...

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • L’homo-oeconomicus est arrivé dans le tournant des années post Reagan Thatcher et Mythe errant, c’est une perversion. Platon plaçait l’économique au plus bas des valeurs humaines ;


    • Avec cette crise qui cette fois en est vraiment une, nous reviendrons au besoins essentiels de l’ETAT : la santé, l’éducation, l’enseignement, la qualité de la production....Sans cette base, c’est toute la société qui s’effondre. Les banques aux pieds d’argile ;


      • Raymond75 18 mars 11:10

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Malheureusement non : après la crise, après une période frénétique de rattrapage, tout recommencera comme avant pour que la finance internationale continue de faire d’immense profit avec la misère et les contraintes des autres, jusqu’à la crise suivante.

        Y a t’il eu des changements après la crise spéculative de 2008 ? après l’épidémie du SRAS ? après le référendum européen de 2005 ?

        Remet on en cause la ’concurrence libre et non faussée’ ?


      • @Raymond75 Cette crise est trop profonde et marque bien plus les esprits. J’avoue ne même plus me rappeler de celle du SRAS. Celle de 2008 oui, mais c’était la première secousse (Pluton venait de rentrer dans le capricorne signe de la fiance L’avertissement,...ils n’ont pas compris, tant pis pour les aveugles. Ici, nous avons les deux réunis : Covid (Neptune dans le signe des poisson est celui des pandémies) et bourses....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

testarossa


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès