• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Trump timidement protectionniste, Macron grossièrement caricatural

Trump timidement protectionniste, Macron grossièrement caricatural

Après 15 mois de blabla, finalement, Donald Trump a fini par prendre quelques mesures protectionnistes, contre l’acier européen et canadien, envisageant même de s’en prendre aux berlines allemandes. Bien évidemment, cela a provoqué des réactions démagogiques et ridicules d’Emmanuel Macron, le « leader du monde libre  » (des affaires). Que penser de cette séquence ?

 

Simple posture ou changement de paradigme ?
 
Poser la question, c’est sans doute un peu y répondre. Le président des Etats-Unis est trop adepte du buzz et se comporte trop comme un héros de télé-réalité pour penser que les mesures annoncées représentent un vrai changement de direction économique. Bien sûr, il faut reconnaître qu’en taxant les importations d’acier du Canada et de l’Union Européenne, la mesure n’est pas neutre, son voisin du Nord étant le premier importateur d’acier aux Etats-Unis. Mais deux faits posent question. Le premier pays européen, l’Allemagne, ne vient qu’en 8ème position, bien des gros importateurs restant épargnés. Ensuite, il est étonnant de ne pas viser la Chine, de loin le premier déficit des Etats-Unis.
 
Pour l’instant, il s’agit donc surtout d’une mesurette, les Etats-Unis s’en prenant au Canada plutôt qu’à la Chine. C’est si les excédents allemands et chinois, les vraies sources de déséquilibres au niveau mondial, étaient véritablement visés que Donald Trump marquerait un virage politique. En outre, il ne faut pas oublier que les Etats-Unis ont toujours protégé leur sidérurgie, même le très libéral Barack Obama ayant apporté son lot de mesures protectionnistes dans ce domaine. Bref, pour l’instant, même s’il faut reconnaître qu’il est passé des paroles aux actes, ce premier round reste trop limité, trop classique et ignorant trop les pays qui ont le plus fort excédent commercial pour être sérieux.
 
Les réactions aux mesurettes de Donald Trump ont atteint des sommets de ridicule. Macron a sans doute battu des records en disant que le protectionnisme, c’est du nationalisme économique et donc la guerre, faisant un parallèle indécent avec les années 1930. Certes, c’est un argument courant des ultralibéraux à courte vue, superficiels et dogmatiques, mais il est taillé en pièces par des prix Nobel, y compris pas forcément favorable au protectionnisme. Plusieurs ont en effet expliqué que le protectionnisme était une conséquence de la crise, et non une cause, crise elle-même provoquée par l’excès de spéculation, puis prolongée par des politiques d’austérité à contre-temps
 
Et les raisons de la guerre étaient bien sûr tout autre. Non seulement l’issue de la Première guerre mondiale est naturellement en cause, mais au final, parce que la crise économique en Allemagne a joué un rôle majeur, c’est au contraire l’ultralibéralisme dérégulé et austéritaire, qui, en plongeant le pays dans la misère et le chômage de masse, a joué un rôle dans la guerre. Encore une fois, Macron fait preuve de superficialité intellellectuelle, se contentant de reprendre une propagante ultralibérale paresseuse. Certes, ce ne sont pas les grands média qui reprendront la fausseté crasse de cet argument, mais cela a au moins le mérite de montrer une nouvelle fois ce que vaut ce triste président.
 
 
Pour le moment, je persiste à penser que Donald Trump n’ira pas très loin dans le protectionnisme. Mettre plus de 15 mois pour infliger quelques droits de douane sur l’acier et l’aluminium, qui épargnent plus de 50% des importations, alors qu’il y a tant de plus grands enjeux, c’est vraiment petit bras. Mais, finalement, pour un président qui ne cherche que le buzz, est-ce véritablement surprenant ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 juin 2018 10:49

    Aujourd’hui :
    Trump ? « Trop timide. »
    Macron ? « Trop grossier. »

    Hier :
    Tsipras ? « Trop soumis. »
    Le Brexit ? « Trop xénophobe. »

    Demain :
    Le gouvernement italien ? « Pas assez ferme. »

    Et ta soeur ?

     smiley


    • tugehela@ethersportz.info 4 juin 2018 20:49

      @Olivier Perriet
      la dessus vous avez raison bravo Macron il dit juste guerre economique ma foi il y a bien longtemps que USA l a declare a l europe, il faut qu il suive les pappys de agoravox


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 juin 2018 10:32

      @tugehela@ethersportz.info

       smiley

      Je me demande en quoi j’ai bien raison, vu que je n’ai rien dit, me contentant de me moquer (gentillement) de Laurent Pinsole, qui distribue les mauvais points depuis sa position d’observateur non responsable.

      Et pour aller plus loin, je n’ai pas bien vu en quoi Philippe Séguin, dont il se revendique, aurait été particulièrement ferme dans la défense de ses « convictions ».


    • Tom France Tom France 4 juin 2018 14:05

      Superficialité intellectuelle, comme beaucoup de monde aujourd’hui malheureusement ! Quand à la seconde guerre mondiale, elle eu lieu à cause de la spéculation à outrance qui a ruiné des millions d’épargnants dans le monde, principalement aux US et en Allemagne, sans parler de la peur qu’évoquaient les bolchéviques, à juste raison, aux Allemands. 


      • izarn izarn 4 juin 2018 21:19

        @Tom France
        Mais c’est plus de la superficialité, c’est du mensonge...
        La ruine vient de la guerre 14-18, payée en planche à billet, ni le mark, ni le franc ne furent convertible en or dés 1914...
        Bien entendu le « paper mark » valait que dalle en 1918, et il y a eu une dévaluation limitée à 50% pour le franc...D’ou la ruine des rentiers...
        Du au fait que quand même la banque de France recevait les indemnités de guerre en or...Sinon cela aurait été le même topo qu’en Allemagne.
        Le reste de l’or était aux USA...Car les USA qui alimentaient la guerre 14-18 se faisaient payer en or, ou dollar-or...
        Même chose au Royaume Uni. C’est ainsi que le dollar devint la monnaie d’échange internationale en 1918 et jusqu’à nos jours.
        Ca c’est la vérité historique.
        Faut arrêter de raconter des conneries...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès