• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Un siècle de trou noir sur la nature de l’URSS

Un siècle de trou noir sur la nature de l’URSS

Pourquoi s'intéresser à la nature d'un régime économique qui s'est effondré depuis trente ans ? Parce que d'une part, dans la plupart des médias et dans le grand public cultivé, on continue encore à confondre le communisme avec l'URSS et d'autre part au sein même des spécialistes de la question, les économistes et théoriciens marxistes ont tous échoué à offrir la nature scientifique du mode de production soviétique. Bien sûr depuis longtemps certains théoriciens ont dénoncé le capitalisme d'Etat en URSS[1] mais ce qui manque à ces théories, c'est la source de l'exploitation en URSS et donc sa véritable nature scientifique. 

Cet échec séculaire n'est pas dû à une difficulté mathématique mais à un manque d'information. Pour la plupart de ces économistes soient ils ignorent les fameux schémas de reproduction élargie chez Karl Marx, soient ils l'occultent par intérêt politique.

Donc pour comprendre la nature de l'URSS, le Capital de Marx nous sera d'un grand secours notamment la dernière section de son livre II, consacré aux schémas de reproduction élargie. Il faut donc connaître d'abord ces schémas. 

Les schémas de reproduction de Marx sont la première description théorique de la croissance PIB. Il part d'abord des travaux de François Quesnay[2] puis les developpe pour donner naissance à une nouvelle théorie géniale de la croissance du PIB. Entre les travaux de Quesnay et ceux de Marx il y a un intervalle de plus d'un siècle. Durant toute cette longue période, les économistes avancés de l'Europe de l'Ouest tatonnaient dans le noir et ne voyaient rien et soudain comme une lumière éblouissante jaillit du fonds du cosmos, Marx offrit à la science économique, les lois fondamentales d'après lesquelles le produit intérieur brut (PIB) s'accroît d'année en année. J'expose donc cette théorie de façon brève, pour le reste le livre II du Capital est indispensable. 

Admettons que le PIB annuel soit d'un montant de 9000 milliards d'euros. Marx divise le PIB en deux grandes sections : la section de la production des biens de production 6000 milliards d'euros(section I) et la section de la production des biens de consommation 3000 milliards d'euros(section II)

À leur tour, chaque section est divisé en capital constant c, capital variable v et en plus-value p. Le capital constant représente la valeur des biens de production utilisés pour la production, le capital variable est l'ensemble des salaires et la plus-value est l'ensemble des profits d'où dérive la rente foncière, l'intérêt bancaire et le profit commercial. L'ensemble de ces revenus sont supposés avant impôts. 

Le schéma de Marx devient :

I.4000c + 1000v + 1000p = 6000 milliards d'euros

II.1500c + 750v + 750p = 3000 milliards d'euros

PIB = I + II = 9000 milliards d'euros. 

Dans ce schéma, nous voyons que 1000 Iv + 1000 Ip est supérieur à 1500 IIc , telle est la condition essentielle de la croissance du PIB sinon si I(v +p) est égale où inférieur à IIc alors la croissance du PIB devient impossible. 

Admettons que la section I investisse 45 % de sa plus-value soit 450 Ip. Pour cela, conformément à la composition organique du capital c/v = 4 (4000c / 1000v), elle doit consacré 360 Ip à l'achat de nouveaux biens de production et 90 Ip à l'embauche de nouveaux salariés. Le schéma d'investissement est alors 450 Ip --->[360 Ic + 90 Iv ].

90 Ien salaires doit être échanger contre 90 IIc de biens de consommation. Pour cela, la section II doit investir 135 IIp de sa plus-value soit 90 IIc en biens de production et 45 IIv en salaires(c/v = 2 dans la section II).

Dans la section I, 1000 Iv en salaires doit s'échanger contre 1000 IIc en biens de consommation ; l'investissement de 450 Ip implique que 550 Ip soit dépensé comme revenu. En somme, 1000Iv + 550Ip en argent doit s'échanger contre des biens de consommation de la section II autrement dit 1550 I(v + p) doit s'échanger contre IIc mais IIc n'est que de 1500.

La section II doit donc investir 75 IIp de sa plus-value, soit 50 IIp en biens de production et 25 IIp en biens de consommation, pour que 1550 I(v + p) puisse s'échanger contre 1550 IIc.

En somme on a deux schéma d'investissement dans la section II :

135 IIp --->[90 IIc + 45 IIv]

75 IIp --->[50 IIc + 25 IIv]

À la fin de l'année, le schéma du PIB devient :

I. (4000c + 360c) + (1000v + 90v) + 1090p(le taux d'exploitation p/v = 100 %)

II. (1500c + 90c + 50c) + (750v + 45v + 25v) + 820p(le taux d'exploitation p/v = 100%)

Soit 

I.4360c + 1090v + 1090p = 6540 milliards d'euros.

II. 1640c + 820v + 820p = 3280 milliards d'euros. 

Total PIB = I + II = 9820 milliards d'euros. 

Le PIB passe de 9000 à 9820 milliards d'euros soit une croissance de 9,11%. La section II passe de 3000 à 3280 milliards d'euros soit une croissance de 9,33% alors que la section I passe de 6000 à 6540 milliards d'euros soit 9%.

On remarque donc que dans la croissance du PIB, la section II s'accroît plus vite que la section I pour assurer une circulation normale des capitaux et des biens de consommation. Marx fait la même remarque "Si les choses doivent se dérouler normalement, la croissance doit se faire plus rapidement dans la section II que dans la section I, parce que, sinon, la fraction de I(v + p), qui doit être convertie en marchandises IIc croîtrait plus rapidement que les IIc contre lesquelles seulement elle peut s'échanger [3]

La conclusion fondamentale à tirer des schémas de reproduction élargie chez Marx est que la production des biens de consommation s'accroît toujours plus vite que la production des biens de production lors de la croissance du PIB.

Revenons maintenant à l'URSS. La Révolution d'Octobre 1917 balaya la propriété privée des biens de production et mit en place une planification intégrale de l'économie. Jusqu'ici tout se déroule selon le Manifeste communiste : nationalisations des entreprises, des banques, du commerce extérieur et planification économique. 

Mais la planification en URSS se faisait d'une façon si particulière si complexe que pour les gens ordinaires la nature de l'URSS n'était pas du tout évidente. En effet on a supprimé la propriété privée, planifier l'économie et enfin tout le monde est salarié, l'exploitation capitaliste est donc liquidé. 

Si on se limite à cette vision superficielle et populaire de l'URSS (+ le Goulag), on ne peut jamais comprendre sa véritable nature ni par conséquent comprendre le communisme. 

Lorsqu'on examine la planification soviétique de plus près, on trouve qu'elle se fait d'après une loi générale fondamentale : la croissance plus rapide de la production des biens de production par rapport à la croissance des biens de consommation "Le développement plus rapide de la section I que de la section II est la condition nécessaire de l'essor ininterrompu de la production socialiste sur la base d'une technique supérieure"[4]

Pour justifier cette façon de planifier, Lénine falsifia, dans les années 1890 (Avec S.Boulgakov et Tougan Baranovsky) l'essence même des schémas de reproduction élargie chez Karl Marx à savoir le développement plus rapide de la section II par rapport à section I "la conclusion principale à tirer de la théorie de la réalisation de Marx est la suivante : l’accroissement de la production capitaliste et, par voie de conséquence, celui du marché intérieur, concerne moins les objets de consommation que les moyens de production. En d’autres termes, l’accroissement des moyens de production dépasse celui des objets de consommation " [5]

Si on planifie le développement plus rapide de la section I par rapport à la section II lors de la croissance du PIB que se passerait-il ? C'est là que les schémas de Marx nous sera d'un grand secours. En admettant cette fois-ci que toutes les entreprises sont nationaliseés, que tout le monde est salarié et par conséquent l'exploitation capitaliste abolie.

Ces modifications ne changent pas grand chose à notre schéma sauf qu'on doit veuiller à ce que la section I s'accroît plus vite que la section II. Cela est fondamental.

Considérons notre schéma de départ :

I.4000c + 1000v + 1000p = 6000 milliards de roubles.

II.1500c + 750v + 750p = 3000 milliards de roubles.

PIB = I + II = 9000 milliards de roubles.

Nous allons toujours supposer que la section I investisse 45% de sa plus-value, comme nous l'avons vu ci-dessus, le schéma d'investissement sera : 450 Ip --->[360 Ic + 90 Iv ].

Dans la section II, pour que les nouveaux salariés 90 Iv puisse dépenser librement leurs salaires, la section II investit 135 IIp --->[90 IIc + 45 IIv ]. 

L'investissement de 450 Ip implique l'échange de 1550 I(v + p) en monnaie roubles contre des biens de consommation IIc . Mais IIc n'est que de 1500. Il faut donc investir 75 IIp --->[50 IIc + 25 IIv] pour que 1550 I(v + p) s'échange contre 1550 IIc

Si on investit 75 IIp alors la section II s'accroîtrait plus vite que la section I. Ce qui est normal et juste. C'est la même découverte que Marx ait fait. Mais en URSS, on l'a vu la planification se fait de sorte que la section I aille plus vite que la section II. Dans ce cas 75 IIp ne peut pas être investit et que passerait-il en URSS ? 

Un échange forcé entre 1550 I(v + p) en argent contre seulement 1500 II en marchandises biens de consommation. Il se produit une crise de pénurie de biens de consommation de 50 IIc en marchandises biens de consommation. Staline lui-même admit l'existence de pénurie chronique de biens de consommation en URSS pendant la période de la Nep avant même le lancement des plans quinquennaux " Nous avons, par exemple, une certaine pénurie de marchandises. C’est une lacune dans notre économie, une lacune encore inévitable malheureusement. La production des instruments et moyens de production s’opérant à un rythme plus rapide que celui de l’industrie légère [biens de consommation N.d.R], ce seul fait implique de lui-même que la pénurie de marchandises se ferra encore sentir quelques années " [6]

Mais ce n'est pas tout. 1550 I(v + p) se décompose en 1500 I(v + p) + 50 Ip . Les 1500 I(v + p) s'échangent normalement contre 1500 II mais dans ce cas 50 Ip en argent ne peut s'échanger nulle part contre des biens de consommation. C'est l'échange forcé d'une partie de la plus-value (50 Ip) qui crée une situation de pénurie chronique en URSS. Ce sont ces 50 Ip qui constituent la plus-value de pénurie.

La plus-value de pénurie ne peut pas être consommé par la grande majorité des salariés. En pratique sa consommation implique la mise en place de magasins spéciaux et des privilèges d'accès aux biens de consommation réservés à classe exploiteuse. "À l’époque les privilégiés, (principalement les membres du Parti appartenant à la nomenklatura ) restaient invisibles derrière les rideau tirés de leurs grosses limousines noires traversant à toute allure la capitale. Leurs datchas, leurs centres de villégiatures, leurs magasins spéciaux d’approvisionnement étaient inaccessibles au commun des mortels, situés à l’écart, gardés et contrôlés " [7]

À la fin de l'année le PIB soviétique devient :

I.4360c + 1090v + 1090p = 6540 milliards de roubles.

II.1590c + 795v + 795p = 3180 milliards de roubles. 

Le PIB devient 9720 milliards de roubles.

On remarque que cette fois-ci durant la croissance du PIB, la section I s'accroît plus plus vite que la section II. Le premier s'accroît de 8% alors les biens de consommation ne s'accroîssent que de 6%. Ce qui provoque une une pénurie de biens de consommation de 50 Ip autrement dit une plus-value de pénurie de 50 milliards de roubles pour la classe dirigeante exploiteuse. 

Au départ nous avons supposé qu'avec la nationalisation des entreprises, toute la plus-value consommable appartenait au peuple. Mais nous avons vu qu'avec le développement plus rapide de la production des biens de production par rapport à la production des biens de consommation et la pénurie de biens de consommation lié à ce mode de production, cela impliquait la consommation d'une partie de la plus-value au détriment de la majorité et moyen de la pénurie de biens de consommation. 

La pénurie en général peut être provoqué par des événements tels que la guerre, les sécheresses, etc. mais en URSS c'est le mode d'exploitation de la grande majorité par une classe dirigeante qui provoquait ces pénuries depuis la mise en place réelle des plans économiques en 1923 jusqu'en 1989."Le premier point, selon moi est que le phénomène de la pénurie n'est pas accidentel mais systématique. Il ne découle pas simplement de l'erreur humaine, celles des dirigeants ou des planificateurs, mais il résulte du mécanisme économique et du cadre institutionnel. Un second point, qui fait l'objet de discussions ou de désaccord avec les autres analystes, consiste à soutenir que la pénurie ne peut s'expliquer par un faible niveau de développement. Certains économistes ou dirigeants aimeraient pouvoir dire que notre offre est encore insuffisante. Je rejette ces explications. Il existe des économies de pénurie où le PNB par habitant est extrêmement bas (Vietnam, Corée du Nord ou Mongolie) et d'autres où il est très élevé (Tchécoslovaquie et R.D.A.). Ainsi, nous avons toute une série de niveaux de développement, dont chacun contient des attributs ou des propriétés de l'économie de pénurie. Cela n'a rien à voir avec le niveau de développement mais avec les institutions. Ou, pour reprendre la terminologie marxiste, ce ne sont pas les forces productives qui sont en cause mais les relations sociales."[8]

Après l'effondrement de l'URSS, durant ces trente dernières, on n'observe plus les longues files d'attente devant les magasins en Russie. Au contraire, dans le capitalisme-salariat normal c'est l'inverse qui se produit : des crises de surproduction de biens de consommation. C'est pourquoi on peut dire que l'URSS était un capitalisme-salariat à l'envers.

Ainsi, même si l'URSS était une économie nationalisée et planifiée elle n'a en réalité jamais été communiste. Pourquoi ? Parce que l'exploitation classique des salariés par les capitalistes a été remplacé par une autre forme d'exploitation de la grande masse par une petite minorité au moyen de la pénurie de biens de consommation. Tellement que ce mode d'exploitation était en contradiction avec les besoins de la population si bien que sa durée a été relativement brève (1921-1991) par rapport aux économies de marché qui sont âgés de plusieurs siècles. 

 

 

Notes :

[1] : Marcel Van Der Linden Western Marxism and the Soviet Union. A Survey of Critical Theories and Debates since 1917. Publié en 2007.

[2] : Tableau économique de François Quesnay publié en 1758.

[3] : Karl Marx Livre 2 du Capital, Éditions Sociales Paris 1977 , p 448-449.

[4] : Manuel d'économique politique URSS 1955, p 381. Édition électronique Vincent Gouysse 

[5] : Lénine, Développement du capitalisme en Russie mars 1899, p 24-25.

[6] : Staline, Questions du léninisme tome II, p 51.

[7] : Véronique Jobert, La fin de l’URSS et la crise d’identité russe, p 104.

[8] : Kornai J. La pénurie — problème fondamental des économies centralement planifiées — et la réforme hongroise. In : Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 15, 1984, n°3.


Moyenne des avis sur cet article :  1.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • confiture 7 décembre 2019 19:03

    Je ne comprends pas désolé, mais cela semble interessant pour les pros


    • Areole 8 décembre 2019 11:41

      @confiture
      Ne soyez pas désolé, l’auteur masque son incompétence sous des chiffres dont il ne maîtrise pas la signification. Article d’une prétention insupportable.


    • Luniterre 7 décembre 2019 22:55

      Une autre lecture de l’histoire,

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/11/01/guerre-de-classe-la-gauche-joue-desormais-perdant-pourquoi/

      Avec ce film en lien >>>

      https://my.pcloud.com/publink/show?code=XZUUn8kZMKew9HkqsdyqR7hwHoT88m6hYjek

      Et comment les russes s’en rappellent >>>

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/11/28/красное-знамя-символ-нашей-победы-le-drapeau-rouge/

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/11/10/le-cauchemar-du-trotskyste/

      Et pourtant, effectivement, il y avait une relative « pénurie » causé par l’encerclement occidental... ! Et encore aujourd’hui, du reste, cela n’a donc pas de rapport direct avec le système économique par lui-même, mais avec la volonté impérialiste d’asservir la Russie, et hier, l’URSS.

      Pour ceux qui comprennent un peu de russe >>>

      https://youtu.be/trBaJVvcmRc

      https://youtu.be/hKID3zqHfgk

      Etc...

      Luniterre


      • Luniterre 7 décembre 2019 23:10

        Autre doc utile pour comprendre >>> plutôt qu’un long discours, un graphique est souvent plus « parlant », en voici donc un, en lien :

        https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/07/graphe-duree-de-vie-urss-russie.jpg

        Même si vous ne comprenez pas le russe, je vous en explique l’essentiel.

        Il est appelé

        продолжительность жизни в россии

        littéralement >>>

        « durée de vie en Russie »

        tout simplement parce qu’il va de la période tsariste à la période actuelle !

        De plus, il y a les événements les plus symboliques qui y sont repérés, mais je vous invite à en faire votre propre lecture, en fonction des différentes phases d’évolution des superstructures politiques également !

        Malheureusement, je ne dispose pas d’un équivalent aussi global, pour le développement économique, mais d’après les divers fragments, les deux courbes se recoupent aussi parfaitement qu’il est possible, ce qui n’a évidemment rien d’étonnant !

        Luniterre


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 09:26

        @Luniterre
        La durée de vie de quoi, de qui ? Des habitants ?
        Que représentent les deux courbes, rouges & bleues ?


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 09:30

        @Luniterre
        Deux liens mènent à un site.
        La vidéo parle de la guerre.
        Bref, les liens n’éclairent rien du tout.


      • Luniterre 8 décembre 2019 11:33

        @Fifi Brind_acier

        C’est écrit dessus...mais en russe, il est vrai !

        >>>Rouge >>>durée de vie des femmes

        >>>Bleu >>>durée de vie des hommes

        Luniterre


      • Luniterre 8 décembre 2019 12:04

        @Fifi Brind_acier
        La vidéo a le mérite de montrer surtout la mobilisation humaine, SOCIALE et ÉCONOMIQUE que représente la guerre pour le peuple soviétique, et principalement russe...

        Une mobilisation qui reste le fond actuel de la mémoire collective russe, et qui inclut, évidemment et surtout, les 26 000 000 de morts causés non par Staline, comme l’Occident le prétend, mais par la barbarie nazie.

         26 000 000 de victimes qui sont néanmoins, chaque 9 Mai, les vrais héros toujours vivants de la mémoire russe du Бессмертный полк, le Régiment Immortel !

        Allez ! Je vous en remets une ou deux pour votre laborieuse avancée, mais néanmoins méritoire, sur la voie de la compréhension >>>

        http://www.ponarseurasia.org/sites/default/files/articles_media/Bessmertny%20polk.jpg

        https://s9.stc.all.kpcdn.net/share/i/12/10894840/inx960x640.jpg

        La mémoire russe sur cette période soviétique est donc en train, et logiquement, vu les courbes ci-dessus (Ligne rouge, ligne bleue, ...vu ???), de s’inverser par rapport à ce qu’elle est en Occident, sous la férule d’« historiens » appointés à cette fin...

        Voir la « résolution » du « Parlement » de l’UE, le 19/09/2019...

        >>> un truc que vous devriez logiquement comprendre !

        Luniterre


      • Luniterre 8 décembre 2019 14:37

        @kimonovert

        "Les pertes soviétiques dans ses frontières d’après-guerre sont de 26,6 millions (13,5 % sur une population totale de 196,7 millions)"

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Pertes_humaines_pendant_la_Seconde_Guerre_mond iale

        Votre source « Schuman » est manifestement polluée par son fond bleu et ses cercles d’« étoiles » européennes...

        Vous voulez encore fâcher Fifi Brind_acier ???

        C’est un autre sujet....

        Bon dimanche,

        Luniterre


      • Luniterre 8 décembre 2019 15:55

        @kimonovert

        Staline, comme tout chef d’Etat, faisait aussi de la « communication »...

        Il y avait donc naturellement, dans les premières années qui ont suivi la guerre, une tendance à minimiser les pertes, ce qui se comprend assez bien, en vue de valoriser la victoire... Ce que dit l’article que vous citez, du reste :

        « En fait, Staline connaissait d’autres données statistiques : 15 millions de victimes. Ce nombre figurait dans un rapport qui lui avait été remis au début de l’année 1946 par la commission présidée par le président du Comité de planification de l’État, Nikolaï Voznessenski », note le professeur Viktor Zemskov de l’Institut d’histoire de la Russie. Zemskov suppose que Staline souhaitait dissimuler l’ampleur réelle des pertes tant aux citoyens soviétiques qu’au monde, afin de ne pas montrer l’URSS comme un État affaibli par la guerre.« 

        (...) »Après la chute de l’URSS, le bilan a encore augmenté. Selon les dernières estimations que les autorités russes ont officiellement reconnues, les pertes totales (tant parmi les soldats que les civils) se sont élevées à 26,6 millions de personnes. C’est l’évaluation officielle des pertes à l’heure actuelle (en 2019) « 

        En matière de »source de confiance", en Russie, c’est donc la mémoire populaire qui semble primer, que ce soit pour les vivants >>>

        https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/07/graphe-duree-de-vie-urss-russie.jpg

        ...ou pour les morts >>>

        http://www.ponarseurasia.org/sites/default/files/articles_media/Bessmertny%20polk.jpg

        https://s9.stc.all.kpcdn.net/share/i/12/10894840/inx960x640.jpg

        En tous cas, c’est ma source !!!

        Luniterre


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 17:32

        @Luniterre
        Merci pour la traduction !


      • San Jose 9 décembre 2019 09:34

        @Luniterre
        .
        Citation  :  >>>Rouge>>> durée de vie des femmes
        >>>bleu>>> durée de vie des hommes 

        .
        Ne serait-ce pas une inversion faite par erreur ? Les femmes russes sont battues comme plâtre par leurs maris qui vont au bistrot au lieu de rester à la maison. On m’a présenté une pétition à ce sujet, adressée à Poutine pour lui signifier de prendre des mesures. Je vois mal dans ces conditions comment elles pourraient vivre tellement plus longtemps.
        Ou alors c’est la vodka du bistrot. Elle content peut-être des traces de glyphosate.


      • JC_Lavau JC_Lavau 9 décembre 2019 09:56

        @San Jose. C’est plus fort que toi : tu ne peux t’empêcher de sommedéquer à plein tubes.


      • San Jose 9 décembre 2019 14:44

        @Luniterre
        .
        Non monsieur, Amnesty International à sa braderie aux livres périodique dans la salle défaite de la mairie de Guéret m’a une année sollicité à la sortie, comme tout un chacun, pour signer deux de leurs pétitions. 
        .
        La première concernait de mystérieux assassinats ciblés spécialement sur des femmes en Amérique centrale, pour protester de ce que la police n’enquêtait pas. J’ai fait confiance sans vérifier auprès de la police locale, et j’ai signé.
        La seconde exigeait de M. Poutine qu’il prît des mesures pour en finir avec les violences conjugales en Russie. Arguant du vague de la réclamation, et voulant épargner à M. Poutine la fatigue d’un classement vertical, je n’ai pas signé. J’ai peut-être eu tort : voyez sa physionomie, il rit si peu ! 


      • San Jose 9 décembre 2019 14:45

        Ce n’était pas pour Luniterre mais pour JC Lavau. 


      • JP94 9 décembre 2019 16:41

        @Luniterre

        Pour appuyer en ce sens, je pense que les Russes ou Ex-Soviétiques eux-mêmes sont peut-être plus à même de juger de la réalité de l’URSS et de la Russie que des Français, même pour certains, des,communistes-et souvent en fait des communistes n’ayant pas connu la montée du fascisme et sa défaite imputable essentiellement à l’URSS ( de la même façon que l’encouragement du nazisme à mener cette guerre d’agression était l’espoir des puissances occidentales qu’on règle enfin son sort au socialisme...quitte à massacrer quelques dizaines de millions de Russes  et d’autres.
        Marx écrivait dans le Manifeste que pour un taux de profit de 20% ( je crois), il n’est nul crime que le Capitalisme ne justifie.
        On l’a vu déjà pour les guerres coloniales : à quoi sert l’idéologie raciste, si ce n’est à justifier le crime pour le profit ? 
        Pareil pour l’URSS. Sauf que le Capitalisme qui cherche à accabler la socialisme de toutes les tares de la terre et bien d’autres encore, omet une chose : l’inhérence de la crise systémique du capitalisme. 
        Ceux qui prétendent que le Capitalisme est un système « qui marche » négligent le pillage de la planète qui est son carburant, au propre comme au figuré.
        Et aussi l’apologie de la bêtise et des inégalités intrinsèques à ce système.

        Donc, revenons aux Russes : on n’est pas loin de 90% de Russes qui déplorent la disparition de l’URSS. Evidemment, ce n’est pas ceux-là qu’on nous montre.
        Le KPRF est le 2ème parti en Russie  mais le 1er dans certaines régions.
        En fait, tous les Russes que je connais regrettent l’URSS, et pour des raisons très précises : confort de vie ( eh oui ! ils ne bavent pas devant les joujoux qu’on nous met en vitrines !) , éducation, santé, conditions de travail, grandeur du pays et pacifisme ( les Occidentaux auraient du mal à se targuer de cela)  et cela se traduit dans leur mentalité, l’esprit ouvert, pas de haine mais beaucoup d’agacement devant la russophobie et tous les préjugés dont on les affuble.

        Ne sont-ils pas meilleurs juges de leur pays que quiconque ? Prétendre le contraire, c’est être l’objet d’une arrogance quelque peu mâtinée d’une mentalité impérialiste, coloniale, bref , de la propagande occidentale.

        Souvent, je m’amuse à faire des références à l’URSS, pour voir la réaction, ou même, je persiste à nommer Leningrad, la ville débaptisée par la Russie capitaliste qui voudrait effacer l’Histoire dont elle ne peut se targuer.
        Eh bien, c’est très apprécié, et on me considère comme un ami, un ami d’un autre pays, car en ex-URSS, l’internationalisme est toujours une valeur, contrairement à notre Occident, replié sur soi, pris entre les Macron et les Lepen d’autant plus aisément que les alternatives à gauche n’en semblent pas véritablement. 


      • Désintox Désintox 9 décembre 2019 21:27

        @Luniterre
        L’espérance de vie actuelle semble assez proche de ce qu’elle était en 1991.

        Quelle conclusion en tirez vous exactement ?


      • Luniterre 10 décembre 2019 15:20

        @Désintox

        https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2019/05/graphe-__-duree-de-vie-en-russie.png

        En fait, elle remonte légèrement sous Poutine, qui est donc une sorte de pis-aller en attendant mieux... !!!

        Un pis-aller néanmoins précieux, donc, dans le contexte international actuel.

        Avec sa propre « réforme des retraites », anciennement acquises grâce au « grand méchant » Staline, Poutine atteint donc sa limite, pour ce qui est en principe son dernier mandat, mais faute de mieux, actuellement, c’est plutôt l’« après-Poutine » qui est à craindre, si, d’ici là, ne se forme pas une alternative politique réellement consistante, avec un programme pour défendre une Russie réellement indépendante, et donc toujours anti-impérialiste...

        Réellement socialiste serait encore mieux ! ...Tant qu’à faire !!!

        Ce qui est intéressant, avec la Russie, c’est que là, encore moins qu’ailleurs, et contrairement aux préjugés habituels sur ce pays, l’histoire n’est jamais écrite à l’avance !!!

        Luniterre

        https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/06/22/непокорённый-indomptable-leningrad/

        Красное знамя – символ нашей победы ! – Le Drapeau Rouge est le symbole de notre Victoire !


        https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/11/28/красное-знамя-символ-нашей-победы-le-drapeau-rouge/


      • devphil30 devphil30 8 décembre 2019 07:13

        Là c’est pas simple à comprendre , on suppose que c’est bien et juste comme approche mais de là à pouvoir argumenter , les chiffres sont trop présents et noie le fond de la réflexion


        • Tall Tall 8 décembre 2019 07:18

          Il suffit de voir la différence de zèle au travail qui existe naturellement entre un fonctionnaire et un indépendant dans notre société pour comprendre l’échec de l’Urss face à la libre-entreprise capitaliste.

          Pourquoi ?

          Parce que le fonctionnaire touchera le même salaire quelque soit son zèle, tandis que l’indépendant s’enrichit avec + de zèle. Bref, il est récompensé de ses efforts, ce qui le stimule.

           

          L’égalitarisme est injuste car il ne récompense pas les meilleurs producteurs.

          Pour avoir une société humaniste, il faut une solidarité ( les impôts payant les allocs ) permettant aux + démunis de vivre décemment. Et ça suffit.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 09:24

            @Tall
            L’égalitarisme est injuste car il ne récompense pas les meilleurs producteurs.


            Quand on voit la part du lion que se taillent les riches chez nous, on voit bien que ça ne ruisselle pas dans le bon sens...
            .
            Les 500 familles les plus riches de France :

            En 1996 elles accumulaient 6,7% du PIB.
            En 2017, ----------------------> 25% du PIB
            En 2018, --------------------—> 30% du PIB

            C’est Challenges qui le dit, des gauchistes assurément ...
            Les salariés eux, se contentent du reste, qu’ils soient productifs ou pas.
            .
            Et en plus, nos riches couinent constamment qu’on les étrangle, que le modèle social français, ça coûte un « pognon de dingue », que les fonctionnaires sont des nantis, surtout à la SNCF et à la RATP etc
            .
            Que ce soit vrai pour les artisans, les agriculteurs familiaux, les PME et les TPE, d’accord, mais pas pour toutes les entreprises.


          • Tall Tall 8 décembre 2019 09:36

            @Fifi Brind_acier

            Ce qui est « diabolique », c’est que les super-nantis ont les moyens d’échapper à l’impôt, ce qui pousse les politicards à pomper le fric là où ils le peuvent, à défaut de là où ils le devraient. C’est-à-dire qu’ils taxent surtout les classes moyennes pour pouvoir aider les + démunis.
            Et du coup, ces classe moyennes votent à droite pour diminuer la pression fiscale, ce qui est encore + bénéfique pour les super-nantis.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 09:45

            @Tall
            Et du coup, ces classe moyennes votent à droite pour diminuer la pression fiscale, ce qui est encore + bénéfique pour les super-nantis.

            Pas tout à fait... Les classes moyennes sont sur les rond points ! Elles n’ont plus les moyens d’habiter les centres villes trop chers, et elles ont besoin de leurs voitures. Ce sont les victimes collatérales de la mondialisation, les mêmes qui ont voté pour le Brexit ! « La France périphérique » par Guilluy


          • titi 9 décembre 2019 14:13

            @Tall

            « l suffit de voir la différence de zèle au travail qui existe naturellement entre un fonctionnaire et un indépendant dans notre société pour comprendre l’échec de l’Urss face à la libre-entreprise capitaliste. »

            Tout simplement...


          • CN46400 CN46400 8 décembre 2019 08:21

            Marx est un cadavre encombrant. Soit on l’enterre et le ré-enterre en permanence, soit, comme dans cet article, on le travestit assidument.

            Le drame de l’URSS a été identifié, et résolu provisoirement par Lénine, dés la fin de la guerre civile. La révolution avait éclaté dans une contrée où l’accumulation primitive du capital, fonction primordiale du capitalisme, n’était qu’entamée. Il fallait donc une politique adaptée à cette situation, ce fût la NEP. Avec ses avantages (productivité boostée) et ses défauts (inégalités accrues).

            Avec « le socialisme dans un seul pays », Staline promettait les avantages, de la NEP, sans les inconvénients, mais seul, les objectifs militaires furent atteints et l’URSS a été victime, en 91, des pénuries de produits manufacturés dont la production ne pouvait s’appuyer sur une accumulation suffisante du capital (machines modernes et compétences insuffisantes des prolétaires...)


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 09:09

              @CN46400
              Je sais bien que les marxistes attendaient la révolution dans des pays industriels comme la GB, et que l’ URSS a du faire face à 3000 problèmes en même temps, au début.
              .
              Mais ensuite, pour produire de l’armement et faire la course aux étoiles, il fallait bien des machines et toutes les infrastructures qui vont avec : usines, logistique, ingénieurs, techniciens, toussa, toussa ....
              .
              Que l’ URSS ait eu besoin d’armement pour se défendre, vu le nombre d’ennemis, ça se comprend, mais pourquoi mettre l’appareil productif au service de l’espace et pas au service de la consommation ?
              .
              Cuba, après avoir interdit l’artisanat et le petit commerce, se met à lâcher du lest, pourquoi l’ URSS n’a pas favorisé ces activités, au lieu d’organiser la pénurie, dont les dirigeants savaient se préserver ?


            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 décembre 2019 09:37

              @CN46400

              entièrement d’accord
              la faillite actuelle du mouvement communiste en France est due en partie au fait que ni ses dirigeants ni ses militants n’ont accepté d’admettre qu’il ne s’agissait pas d’un « modèle », mais d’une tentative de raccourci.
              une telle erreur d’analyse et de stratégie se paie cher


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 09:58

              @Séraphin Lampion
              Les riches se ressemblent finalement, qu’ils se disent communistes ou capitalistes...

              Les apparatchiks ont été les premiers à dépecer les biens publics russes pour se les approprier, au lieu de les défendre, ça fait une publicité détestable pour le communisme.
              .
              Il a fallu que Poutine arrive, pour mettre un frein à leur appétits. Il leur a interdit de s’occuper de politique, il les a obligés à payer des impôts et à investir en Russie, toutes choses qui ne leur semblait pas naturelles du tout !
              .
              C’est pourquoi je suis aussi attachée aux libertés publiques, elles seules permettent d’organiser le « dégagisme », quand les z’élites ne défendent plus l’intérêt général...
              .
              Quand le peuple n’a plus le droit de réunion, ni d’expression, il garde les mêmes escrocs au pouvoir éternellement. Mais va faire comprendre ça aux communistes... ils vont te dire que tu es « un ennemi du peuple », et paf, au goulag !


            • CN46400 CN46400 8 décembre 2019 09:59

              @Fifi Brind_acier
              « Je sais bien que les marxistes attendaient la révolution dans des pays industriels »
              Il ne s’agit pas seulement des marxistes, mais de Marx lui-même qui explique que le capitalisme, comme le féodalisme ou le communisme primitif sont des éléments naturels du développement des sociétés humaines qui se succèdent en fonction de l’évolution des forces productives et de la lutte des classes qui apparaissent dans la société. A chaque phase apparaît, et se développe, la classe (prolétariat dans le capitalisme) qui renversera la classe encore dominante (Bourgeoisie). La NEP de Lénine, 60 ans avant Deng, 90 avant R Castro, répondait à cette conception et faisait face à l’histoire : « La révolution n’est pas apparue là où les professeurs l’attendaient... » disait Lénine en apostrophant le « renégat Kaustki ».
              En 2020, nous disposons, avec la Chine, d’un exemple qui peut nous faire entrevoir que la poursuite de la NEP aurait, peut-être, pu changer la face du monde, en privant Hitler de l’appui qu’il a trouvé dans la bourgeoisie allemande. Si, comme le proposait Lénine, des capitalistes allemands, et américains, avaient pu dégager des profits conséquents dans le développement de l’URSS. Le volontarisme autarcique stalinien a bloqué cette issue !
              Le pb de Trump n’est pas Xi, mais les capitalistes américains qui veulent continuer à profiter du développement de la Chine, et qui appuient sur la touche « molo-molo » du trumpisme....


            • Luniterre 8 décembre 2019 12:42

              @Fifi Brind_acier
              Votre petit problème, ici, c’est que vous tentez de tenir une conversation, comme souvent en France, entre ignares de l’histoire de l’URSS...

              Ce que montrent les courbes (Ligne rouge, ligne bleue, ...vu ???), c’est précisément que la situation économique, déjà difficile à cause de l’encerclement occidental, a commencé à dégénérer avec les pseudos « réformes » de Khrouchtchev.

              La bureaucratie a donc engendré le révisionnisme khrouchtchevien, mais ce n’est pas encore cela qui a totalement détruit l’économie de l’URSS, en fin de compte, mais bien l’émergence progressive de la Mafia issue des goulags libérés >>> 80% des détenus étaient de droit commun, et seulement 20%, des politiques, même si c’est toujours autant de trop...

              C’est la Mafia qui a pris progressivement, mais irrésistiblement, le contrôle de l’économie soviétique, et notamment sous Gorbatchev, évidemment !

              https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2017/10/lenfer-des-gangs-de-la-fin-de-lurss-a-la-russie-actuelle.pdf

              Ce ne sont donc pas principalement les anciens « apparatchiks », qui n’étaient pas tous malhonnêtes, du reste, qui ont pris le contrôle des entreprises.

              Poutine est carrément un fils de l’URSS de la haute époque, son père ayant travaillé et combattu pour le NKVD, durant la guerre.

              https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/04/16/vladimir-poutine-une-memoire-de-leningrad/

              Il représente donc la fraction « nationale » au bon sens du terme de l’administration russe, qui est devenue ouvertement ce qu’elle voulait être sous Khrouchtchev >>> simplement une bourgeoisie nationale et non pas un parti prolétarien.

              Ceci dit, les réformes étaient évidemment nécessaires au début des années 50 en URSS, mais pas celles voulues par les khrouchtcheviens.

              Un autre programme de réformes était prévu lors du 19ème et dernier Congrès du Parti Bolchevique, programme annulé aussitôt, donc, par la prise de pouvoir des khrouchtcheviens.

              https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2017/11/les-problemes-economiques-du-socialisme-en-urss.pdf

              Luniterre


            • CN46400 CN46400 8 décembre 2019 15:35

              @Fifi Brind_acier
              En URSS comme aux USA, la « course aux étoiles » s’est appuyé sur le « complexe militaro-industriel » qui, lui, était au top. Mais ce n’est pas avec cela qu’on peut mettre du « beurre dans les épinards » de l’ensemble de la population. L’URSS n’a jamais pu résoudre correctement le pb des produits manufacturés, dans la production, bien sûr, mais aussi dans la commercialisation parmi la population. Un texte comminatoire de Lénine en 21 : « Nos communistes se croient déshonorés quand on leur demande de faire du commerce, qu’on fasse venir des commerciaux américain pour leur faire la leçon... »
              Les magasins spéciaux-nomenclatura, ont sévi jusqu’en 91 !


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 17:41

              @Luniterre
              C’est possible que les choses se soient passées ainsi, mais j’ai du mal à faire confiance sur l’ URSS, aussi bien aux occidentaux qu’aux communistes.
              Ils ont chacun de bonnes raisons de mentir.


            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2019 17:42

              @CN46400
              L’URSS n’a jamais pu résoudre correctement le pb des produits manufacturés, dans la production, bien sûr, mais aussi dans la commercialisation parmi la population

              Et pourquoi ça marche maintenant ?
              Les magasins sont pleins.
              La Russie ne produit rien ?


            • CN46400 CN46400 8 décembre 2019 18:58

              @Fifi Brind_acier
              Tout simplement parceque des capitalistes multinationaux, avides de profits, avec des capitaux considérables se sont intéréssé au pb. En clair, la NEP moins le contrôle étatique, soit le capitalisme brut de décoffrage.
               Essayez d’imaginer tous les savoirs et compétences qu’il faut réunir pour fabriquer ne serait-ce que le clavier de votre ordinateur et vous comprendrez pourquoi la cadence du développement de la Chine après Deng n’a rien de comparable avec celle d’avant Deng....


            • Luniterre 8 décembre 2019 19:31

              @kimonovert
              Je tente simplement d’apporter quelques éléments d’info sans biaiser les sources, ce qui n’est pas votre cas !
              https://www.agoravox.fr/commentaire5624709

              Luniterre


            • CN46400 CN46400 9 décembre 2019 09:46

              @Fifi Brind_acier
              Attention, ce n’est pas parce que désormais les femmes russes peuvent trouver des bas nylon dans les magasins (impossible en 1985) que la vie est plus facile à Moscou pour tout le monde. Même si l’on ne peut négliger la baisse de l’espérance de vie constatée dans les années 80-90, je concède que Poutine a resserré quelques boulons lamentablement négligé par Gorbachev et Eltsine


            • CN46400 CN46400 9 décembre 2019 12:12

              @kimonovert
              Même si la vodka n’est pas pour rien dans le retard de l’espérance de vie en Russie, par rapport à l’Occident, il convient d’éviter de courir après Gorbachev qui a perdu sa crédibilité politique en croyant régler le pb par la prohibition. En France la modestie sur ce sujet me parait la meilleure posture....


            • Fanny 9 décembre 2019 13:08

              Belle démonstration, mais qui n’explique pas pourquoi « ils font semblant de nous payer, on fait semblant de travailler ».

              Ce que l’URSS a raté, soit l’exploitation de la majorité par une petite minorité, le progressisme libéral serait-il en train de le réussir à l’échelle mondiale ?

              La Russie a échoué à entraîner le monde entier vers le bonheur universel. La Chine, nouveau moteur de l’histoire, y parviendra-t-elle ?


              • Spartacus Spartacus 9 décembre 2019 13:13

                Quand on lit ces conneries, c’est sur que l’esprit de synthèse c’est pas le fort du Bolchévique....   smiley

                Un bon globiboulga de chiffres que seul les initiés Marxistes adorent lire même si c’est incompréhensible...


                On imagine que l’auteur aurait pu être un planificateur Bolchévique d’URSS avec ses calculs gloubiboulga que seul des initiés des calculs vaseux qui mélangent torchons et serviettes ne peuvent comprendre....


                Expliquer par ces niaiseries les pénuries Bolchéviques est une vraie clownerie...

                Le communisme produit et produira toujours des pénuries. TOUJOURS TOUJOURS TOUJOURS pour une raison simple. Marx était un con et toutes ses théories étaient de la merde. C’est juste qu’il dit aux jaloux qu’ils ont raison d’être jaloux et il a théorisé sa connerie.

                Le capitalisme est la motivation a honorer son prochain pour obtenir un bénéfice donc les pénuries sont préjudiciables.. Donc l’individu lutte pour qu’il n’y aie pas de pénuries...

                Le communisme est la motivation à vivre en passager clandestin aux dépens de tous les autres. Il se branle que le client soit bien servi ou pas...Il lutte juste pour pas qu’on le remarque.

                Pas besoin d’avoir lu Marx pour comprendre les pénuries et essayer de comprendre ces niaiseries indigestes....

                Les pénuries sont l’une des conséquences de l’incapacité d’allocation des ressources des échanges au niveau microéconomique par une planification que seul l’économie de marché qui réagit en instantané dans et pendant l’échange est capable. POINT.


                Combien faut il de démonstrations de pénuries dans la totalités des pays qui ont connu le communisme pour comprendre que le collectivisme entraîne toujours des pénuries et des gens qui savent mieux que d’autres tirer parti de ce qui est collectif ?


                Un petit stage au Venezuela ou Cuba serait nécessaire à l’auteur....

                Il pourra expliquer là bas ces théories.... La bas ils seront moins moqueurs..    smiley


                • julius 1ER 9 décembre 2019 14:52

                  @Spartacus

                  et la Chine que tu ne cites jamais elle est quoi ????? 


                • Spartacus Spartacus 9 décembre 2019 15:22

                  @julius1er

                  Si tes amis gauchistes d’Agoravox n’empêchaient la publication de la liberté d’expression de ceux qui ne pensent pas comme eux tu verrais ce que je pense de la Chine. 

                  http://lequidampost.fr/la-chine-va-t-elle-bientot-seffondrer-comme-cest-effondre-lex-urss/


                • foufouille foufouille 9 décembre 2019 15:28

                  @Spartacus

                  tu es mal placé pour critiquer, bouffon.


                • CN46400 CN46400 9 décembre 2019 16:13

                  @Spartacus
                  Je ne vois pas pourquoi les « gauchistes d’Agoravox » auraient refusé la parution d’un article qui annonce « l’effondrement de la Chine » alors que d’autres annoncent la fin du monde pour dans 12 ans...


                • Spartacus Spartacus 9 décembre 2019 18:26

                  @CN46400
                  Parce que le gauchiste n’accepte pas la contradiction...  smiley
                  Ce sont des sectaires..

                  Cela me fait penser au difficultés à passer l’article que j’avais écrit en 2013,en parfait raccord avec le sujet qui expliquait les pénuries au Venezuela...Et que ce pays allait s’écrouler économiquement à cause du communisme....
                   https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/venezuela-la-vie-sans-papier-137625

                  J’ai eu tout bon...déjà à l’époque.

                  Et déjà les bolcheviques me bloquaient la publication en niant la vérité....


                • Désintox Désintox 9 décembre 2019 21:30

                  @Spartacus
                  "Marx était un con et toutes ses théories étaient de la merde. C’est juste qu’il dit aux jaloux qu’ils ont raison d’être jaloux et il a théorisé sa connerie.« 

                  Ça c’est de l’argumentation !

                  Heureusement que »spartacus" est là pour relever le niveau !


                • Spartacus Spartacus 9 décembre 2019 22:30

                  @Désintox

                  Je synthétise et vulgarise l’économie à un public communiste pour qu’il comprenne...

                  Vous le voulez dit par l’économiste Henry Hazlitt : 
                  « Tout l’évangile de Karl Marx peut être résumé en une seul couplet : haïssez l’homme qui est plus riche que vous. N’admettez en aucune circonstance que son succès puisse être dû à ses propres efforts, à la contribution productive qu’il a fait en faveur de toute la société. »


                • Désintox Désintox 10 décembre 2019 14:06

                  @Spartacus
                  Contrairement à ce que vous croyez, Marx fait une analyse humaniste de l’économie.

                  Le base de l’économie marxiste, c’est que la valeur est créée par le travail humain.

                  Vous pouvez lire le Capital. Vous verrez que c’est un ouvrage logique et rigoureux.

                  Évidemment, les économistes néo-libéraux haïssent Marx. Il y a longtemps, j’avais lu un bouquin de Milton Friedman et j’avais vraiment été frappé par le simplisme de ses idées.


                • Spartacus Spartacus 10 décembre 2019 20:15

                  @Désintox

                  Demandez au disque dur de youtube si c’est le travail qui crée de la valeur.
                  Ou au distributeur de Coca automatique si c’est le travail qui crée de la valeur...

                  Marx était une pourriture de raciste anti-noir et loin d’être un humaniste.
                  Lettre de Marx  à Engels, en référence à son concurrent socialiste Ferdinand Lassalle :
                  « Il est maintenant tout à fait clair pour moi que, comme le prouvent sa formation crânienne et ses cheveux, il descend des Noirs qui avaient rejoint l’exode de Moïse d’Egypte, en supposant que sa mère ou sa grand-mère du côté paternel n’avait pas croisé avec un noir. Or, cette union du judaïsme et du germanisme avec une substance noire de base doit produire un produit particulier. »
                  https://www.dailysignal.com/2017/05/10/ugly-racism-karl-marx/


                • foufouille foufouille 10 décembre 2019 20:24

                  @Spartacus

                  "Demandez au disque dur de youtube si c’est le travail qui crée de la valeur. Ou au distributeur de Coca automatique si c’est le travail qui crée de la valeur..."

                  fabriqué par magie, bouffon.


                • Désintox Désintox 10 décembre 2019 23:39

                  @Spartacus
                  Au lieu de réfléchir par vous-mêmes, vous passez votre temps à copier des conneries que vous lisez sur des sites de propagande. Votre citation est évidemment fantaisiste.

                  C’est le problème des intox sur internet. Un mec dit une connerie. Un deuxième la reprend, puis un troisième... c’est ainsi que des fake news se retrouvent 100 fois.

                  Les rares fois où vous tentez de réfléchir, par vous mêmes, cela donne ce genre de truc :

                  « Demandez au disque dur de youtube si c’est le travail qui crée de la valeur.
                  Ou au distributeur de Coca automatique si c’est le travail qui crée de la valeur
                   »

                  Si vous lisez Marx, vous constaterez qu’il prend tout à fait en compte la problématique de la mécanisation du travail. C’est même une question centrale du « Capital ». Mais je ne vais pas vous résumer cet ouvrage en quelques lignes, c’est impossible.

                  Vous vous imaginez que c’est le capital qui crée de la valeur. Vous vous trompez. La pensée de vos inspirateurs est une pensée de classe. possédante. En son temps, Marx a remis les pendules à l’heure. La valeur est créée par les hommes et ceux-ci sont légitimes à en exiger le partage équitable.

                  Lisez le Capital et vous comprendrez (peut-être) pourquoi un distributeur automatique de coca ne crée pas de valeur (j’aurais tendance à dire qu’il en détruit, en abîmant la santé des consommateurs, mais c’est un autre débat).

                  Ce qui est frappant, c’est que la pensée de Marx, qui met le travail humain au coeur de l’économie, est en fait bien plus humaniste que celles dont vous vous inspirez.


                • Spartacus Spartacus 11 décembre 2019 01:12

                  @Désintox
                  Les goulags n’ont pas existé aussi ?

                  Affligeant le déni quand on met en face du gauchiste et son conditionnement, la vérité qui détruit ses certitudes...

                  Marx était un raciste POINT.
                  Un livre complet a été dédié à cela : https://www.amazon.com/Karl-Marx-racist-Nathaniel-Weyl/dp/0870004484/

                  Un petit tour sur le wikipédia de Lassale qui confirme le texte que j’ai écrit :
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinand_Lassalle

                  Un petit tour sur un autre livre qui publie les écrit et cette lettre raciste à Engels du 30 juillet 1862
                  https://books.google.fr/books?id=pVB2BQAAQBAJ&pg=PT66&lpg=PT66&dq

                  Un autre texte qui démolit ta certitude et qui démontre que c’était un bel enculé :

                   éditorial de mai 1849 du Neue Rheinische Zeitung dont il était le rédacteur en chef :

                  « Les massacres sans but perpétrés depuis les événements de juin et d’octobre, l’offre fastidieuse de sacrifices depuis février et mars, le cannibalisme même de la contre-révolution convaincra les nations qu’il n’y a qu’une seule façon d’abréger, de simplifier et de concentrer les souffrances meurtrières de l’ancienne société et les douleurs sanglantes de la nouvelle société, et c’est la terreur révolutionnaire.

                  Humaniste tu dis ? Une belle pourriture effectivement...Qui a engendré des millions de morts.

                  C’est bon de vous montrer en face la vérité aux endoctriné de la secte Marxiste... A quel point ils sont obligés de mentir à eux même que d’admettre la vérité...

                  Tristes gauchistes, le déni de la vérité plutôt que la remise en cause de ses certitudes...........


                • Luniterre 11 décembre 2019 06:24

                  @Spartacus

                  L’histoire se fait avec des sources >>> en langue originale.

                  Concernant les propos de Marx, il n’y a rien de « caché »...

                  Concernant la lettre du 30 Juillet 1862, elle se trouve ici >>>

                  https://marxwirklichstudieren.files.wordpress.com/2012/11/mew_band30.pdf

                  PAGE 257

                  Concernant le texte de Mai 1849 de Neue Rheinische Zeitung

                  il devrait pouvoir se trouver ici >>>

                  https://zeitpunkt.nrw/ulbbn/date/day/6230108?d=1849-05-01

                  Merci, donc, de préciser la date exacte.

                  Luniterre


                • Luniterre 11 décembre 2019 07:14

                    « Es ist mir jetzt völlig klar, daß er, wie auch seine Kopfbildung und sein Haarwuchs beweist, - von den Negern abstammt, die sich dem Zug des Moses aus Ägypten anschlössen (wenn nicht seine Mutter oder Groß-mutter von väterlicher Seite sich mit einem nigger kreuzten). Nun, diese Verbindung von Judentum und Germanentum mit der negerhaften Grund-substanz müssen ein sonderbares Produkt hervorbringen. Die Zudring-lichkeit des Burschen ist auch niggerhaft. »

                  C’est le texte original de Marx.

                  https://marxwirklichstudieren.files.wordpress.com/2012/11/mew_band30.pdf

                  PAGE 259

                  Luniterre
                   


                • Spartacus Spartacus 11 décembre 2019 08:15

                  @Luniterre
                  Merci de la confirmation...

                  Un lien sur un pdf et un texte en Allemand près confirme exactement que Marx était un raciste et une pourriture anti-humaniste...


                • Luniterre 11 décembre 2019 08:53

                  @Spartacus
                  Vous ne répondez pas concernant la date exacte du journal et on reste donc dans l’attente de cette précision.

                  Concernant les autres citations, vous n’avez pas été capable d’en fournir l’origine.

                  Elles sont donc issues d’une seule et même lettre, celle du 30 Juillet 1862, qui prouve incontestablement que Marx avait un compte à régler avec Lassalle, et qu’il s’y est effectivement défoulé, en s’adressant à son ami Engels, en termes de très mauvais goûts, et d’expression formellement raciste, ce qui, au regard de l’histoire, reste regrettable...

                  Maintenant, outre la date exacte du journal, bien utile pour la précision historique, pourriez vous nous fournir également les références exactes de vos œuvres complètes, incluant donc votre correspondance amicale, que l’on puisse bien s’assurer que vous êtes tout à fait l’humaniste sans tâche que vous prétendez donc être, si l’on vous suit... ???

                  D’avance, merci !

                  Luniterre


                • Spartacus Spartacus 11 décembre 2019 12:42

                  @Luniterre

                  Dire la vérité à un conditionné communiste, c’est comme expliquer que dieu n’existe pas a un croyant...
                  Il nie même devant les évidences...

                  Ha oui,
                  La pensée raciste est excusable quand c’est Marx ou un gauchiste..
                  Evidemment.  smiley
                  Curieusement j’avais deviné le déni et la minimisation caricaturale du paradoxe du gauchiste avec ses 2 poids 2 mesures permanent qui permet d’effacer tous les crimes idéologique allait arriver.  smiley
                   
                  Pour info les éditions de « Neue Rheinische Zeitung ne sont pas datées mais numérotées....
                  Neue Rheinische Zeitung n ° 301
                  https://www.marxists.org/archive/marx/works/cw/volume09/09-469.jpg

                  On le sait bien chez vous.
                  -Le communisme n’était pas le »vrai communiste« a partir du moment ou on est informé des résultats.
                  -Que tuer des gens sans procès c’est mal mais que Che Guevara était un ange et qu’il tuait parce qu’il était forcé
                  -Que la lutte contre les inégalités c’est le communisme, mais que l’inégalité des droits spéciaux pour les castes gauchistes inéquitables ne sot pas de »vraies inégalités".
                  -Que le communisme c’est le peuple et que évidemment les autocrates communistes représentent le peuple...
                  -Que les cocos représentent les ouvriers, mais c’est pas bizarre que dans la réalités ils soient entre eux tous fonctionnaires...

                  C’est beau le paradoxe du gauchiste avec ses 2 poids 2 mesures....  smiley  smiley


                • Luniterre 11 décembre 2019 15:01

                  @Spartacus
                  Merci pour ce lien, mais on attend donc toujours l’essentiel de vos preuves d’« humanité »...

                  "pourriez vous nous fournir également les références exactes de vos œuvres complètes, incluant donc votre correspondance amicale, que l’on puisse bien s’assurer que vous êtes tout à fait l’humaniste sans tâche que vous prétendez donc être, si l’on vous suit... ???"

                    !!!!!!

                  Luniterre


                • Désintox Désintox 11 décembre 2019 21:21

                  @Spartacus

                  Bientôt, vous allez me dire que Marx était antisémite ... J’appends aussi qu’il se faisait sodomiser, je vois que vous élevez le niveau.

                  Mais, dites moi, le commerce triangulaire, la traite des africains, le massacre des amérindiens, la colonisation violente de tous les pays du sud, le nazisme et les camps de la mort... étaient bien le fait de pays capitalistes, non ?

                  La boucherie de 14-18, n’a-t-elle pas été accomplie par des pays capitaliste ?

                  La barbarie japonaise en Chine et en Corée n’était-elle pas le fait d’un pays capitaliste ?

                  c’est donc le capitalisme qui est coupable de tout cela !

                  Si vous voulez me rendre comptable du goulag, payez donc l’addition vous aussi !


                • Djam Djam 9 décembre 2019 14:38

                  On pourra continuer pendant des années à gloser, commenter, débattre sur les causes de l’effondrement de l’URSS et par extension évidemment le pourrissement en cours de celle de l’occident, le problème n’est pas et ne sera jamais celui de la méthode ni des systèmes économiques choisis ici et là.

                  Le problème est dans l’esprit même de l’homo sapiens devenu archi economicus par la « grâce » des propagandes répétées d’une minorité d’individus qui, de tout temps, est atteinte d’une maladie grave : la pléonexie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Pléonexie)

                  La civilisation « moderne » en phase de liquéfaction et de liquidation par l’étape pourrissement est une époque où les cerveaux humains sont malade gravement. Ultra latéralisés (structure mentale majoritairement basée sur l’hémisphère droit qualifié de « raisonnable ») ces cerveaux se sont lentement pulvérisé en fragments isolés infichus de penser en cohérence, stricto sensu.

                  Nous vivons donc dans un monde qui n’imagine même plus qu’il puisse y avoir un tout autre mode d’organisation des sociétés hormis celui du profit sans limite et de l’usure pratiquée à grand échelle sur le dos des peuples devenus tous des masses indistinctes, désarticulées, neutralisées, abêties, crétinisées, pavloviennes jusqu’à la moelle.

                  Eradiquer les théories et les systèmes économiques tels que les modernes les imposent depuis des siècles et l’on verra resurgir des cerveaux imaginatifs dont la mémoire (il faut l’espérer) aura gardé le souvenir mortifère de l’économisme et de l’obsession pathologique des marchés et des valeurs boursières. Ils pourront alors se rappeler peut-être que l’on peut penser une civilisation en mode culturel véritable. L’échange, le troc revisité, le don, le principe de compensation de biens et de services hors de toute monnaie devrait faire l’objet d’études sérieuses...

                  Mais ce ne sera pas pour demain puisque le moindre vulgum pecus de la rue, ici comme ailleurs, ne rêve que d’une chose : s’en faire un max en un minimum de temps et si possible sans trop d’effort. L’humanité n’a jamais existé si ce n’est dans la tête des pseudos penseurs et philosophes qui fantasment un monde d’humains transhumanisés... c’est dire si le mental humain est une erreur qu’il serait urgent d’éradiquer définitivement de la planète terre.


                  • JMBerniolles 9 décembre 2019 15:51

                    La démonstration ne manque pas d’intérêt mais elle est par trop limitée pour que l’on puisse en tirer des conclusions universelles.

                    Elle limite notamment l’analyse à la production de moyens de production et de biens de consommation, mais pendant toute l’existence de l’URSS les menaces et les guerre ont conduit à une forte production d’armes et de moyens de défense.

                    C’est d’ailleurs encore un problème pour la Russie qui doit faire face aux USA qui consacre la moitié du budget fédéral à l’armement. La différence néanmoins se situe dans le fait que la Russie vend des armes. 

                    Et aujourd’hui le PIB n’est pas uniquement constitué de biens produits, mais aussi de services avec des éléments de pondération (manipulations en fait).

                    Ainsi le PIB peut monter bien que la production baisse avec la montée des services. C’est ce qui s’est produit pour la France sous le néo libéralisme. Mais comme le néo libéralisme écrase les revenus et augmente le chômage, il s’en suit une baisse de la demande au niveau de la consommation et les services finissent par se contracter eux aussi. Nous y sommes en France et dans l’espace de l’UE.

                    Dans un système ouvert il y a aussi le bilan du commerce extérieur. Très mauvais pour la France et très bon pour la Russie

                    Et puis il faut aussi considérer l’influence complexe de la monnaie. Notamment l’inflation. S’il y a pénurie de biens, les prix ont tendance à monter. Le raisonnement de l’article concernait une économie réelle, mais sous le capitalisme financier il y a une économie virtuelle et un économie réelle.

                    Enfin pour en revenir à l’URSS il y a des éléments qui jouent beaucoup sur l’avenir et qui ne sont pas pris en compte dans le schéma proposé. Il s’agit de l’éducation et de la Recherche. Il est incontestable que dans ces deux domaines les efforts de l’URSS ont été considérables. C’est ce qui fait la force de la Russie d’aujourd’hui. Qui ne s’est évidemment pas redressée à partir de zéro.

                    Pour en revenir à Marx je pense que deux de ses Lois les plus effectives pour notre économie capitaliste sont 1) la baisse tendancielle du taux de profit (qui conduit le capitalisme à s’adapter. Et c’est ainsi qu’il est passé du capitalisme industriel au capitalisme financier ) 2 ) l’accumulation du capital. Marqué aujourd’hui, entre autres, en creux par l’accroissement de la dette… 

                    En passant la validité de ses Lois démontrent qu’un retour en arrière n’est pas possible. C’est à dire concrètement qu’en France on ne peut pas revenir au capitalisme industriel

                    La véritable alternative est le socialisme.


                    • CN46400 CN46400 9 décembre 2019 16:22

                      @JMBerniolles
                      Votre conclusion me parait juste et ne concerne pas que la France, mais tout l’Occident !


                    • Paul Leleu 9 décembre 2019 21:04

                      @JMBerniolles

                      votre conclusion inattendue est intéressante du point de vue théorique... vous devriez la développer dans un article... ce serait avec plaisir de vous lire


                    • simplesanstete 9 décembre 2019 18:37

                      La nature de l’URSS.....kafkaiennne.....de la Russie....nationale socialisante et prête plus que jamais à se DEFENDRE./ La 1ere a se sortir de cette vérolution....J


                      • Paul Leleu 9 décembre 2019 21:23

                        intéressant... je suppose avoir compris l’essentiel du propos de l’auteur...

                        mais pourquoi les dirigeants soviétiques dès lors n’ont pas orienté la planification vers une plus de biens de consommation, afin d’équilibrer ce disfonctionnement ?

                        - 1° / était-ce possible en réalité ? ou bien l’équation était insuluble ?
                        - 2° / les gouvernants soviétiques trouvaient-ils finalement un avantage à faire perdurer cette « plus-value de pénurie » (à leur petit profit, donc) ?
                        - 3° / est-ce-que le fait que la Russie parte avec beaucoup de retard dans l’accumulation du capital et des moyens de production, a fait qu’elle a essayé pendant des décennies de combler son retard à ce niveau sans y parvenir (et négligeant donc au passage les biens de consommation) ?

                        par ailleurs, est-ce-que le choix de la Chine et de la Russie du « communisme » au début du 20ème sicèle, a-t-il évité à ces pays malgré tout de se faire complètement distancer et vassaliser par l’Occident ? Et d’obtenir une place, au moins intermédiaire dans le monde. Auquel cas, on peut voir les révolutions russes et chinoises dans l’Histoire longue, comme une réaction patriotique de 2 grandes nations (qui voulaient conserver une certaine place dans le monde) plus que réellement communiste.


                        • Luniterre 9 décembre 2019 21:59

                          @Paul Leleu
                          Bonsoir,
                          Je viens justement de poster ci-dessous l’explication de ce « tour de bonneteau » qui tente d’utiliser des bribes de textes divers, mais repose, au départ, sur une interprétation totalement biaisée et hors de contexte, du propos de Marx !

                          Je pense que vous trouverez, dans ce post en réponse sur le fond, la réponse, également, à vos questions !!!

                          Luniterre


                        • CN46400 CN46400 10 décembre 2019 09:21

                          @Paul Leleu
                          "mais pourquoi les dirigeants soviétiques dès lors n’ont pas orienté la planification vers une plus de biens de consommation, afin d’équilibrer ce disfonctionnement ?« 
                          Tout simplement il faut comprendre que, selon Marx, le capital ne se réduit pas au contenu de comptes bancaires. Mais en font aussi partie, les investissements, machines et autres accords de longues durées passés entre divers propriétaires du capital (joint-venture en Chine). Et aussi faut-il y ajouter la force de travail qui est appelée à animer ces investissement, et dont la valeur varie avec les compétences acquises par le prolétariat. En 1975 fût mise à la disposition des soviétiques, par FIAT, l’entreprise automobile Lada qui visait une bonne place dans le marché automobile européen. Hors, pour être vendable en Occident, il fallut installer, en Alsace, une usine qui, avant de les livrer aux clients occidentaux, devait contrôler, en détail, les véhicules sortis de l’usine de Togliatti. Il s’agissait donc d’un surcoût qui devait être déduit de l’accumulation du capital qui était espéré dans l’opération....résultat d’un défaut de compétences des opérateurs soviétiques.
                          Cette situation est a rapprocher de ce que disait Lénine en avril 1918 :  »Comparé aux nations avancées le Russe travaille mal...« (OC-T27-Tàches immédiates du pouvoir des soviets)
                          Les »concessions« , proposées par la NEP, aux capitalistes occidentaux, visaient, entre autres, à résoudre ce pb. C’était aussi le but des »joint-ventures« de Deng qui ont boosté la valeur de l’immense force de travail chinoise.
                          Et c’est aussi ce que le  »socialisme dans un seul pays" de Staline, et de ses suivants, a négligé....


                        • Luniterre 10 décembre 2019 10:55

                          @CN46400
                          Votre antisoviétisme fondamental n’est plus à démontrer, au delà de vos prétentions à citer Lénine ici ou là, généralement à contre-emploi, et avec à peine plus de connaissance réelle du marxisme que l’auteur du présent article...

                          Et, surtout, le même confusionnisme concernant les périodes historiques socialistes et révisionnistes khrouchtchevienne et suivantes, c’est à dire capitalistes, en fait !

                          Effectivement, ce genre de négligences, se produisait, en ces temps de régression sociale et économiques qui ont menés l’URSS à la faillite.

                          https://www.carjager.com/article/jacques-poch-ou-laventure-des-voitures-sovietiques-en-france

                          Néanmoins, ce ne fut donc pas la cause réelle de la faillite de ces importations, d’une part, et les qualités intrinsèques de modèles comme la célèbre Niva sont généralement appréciées et reconnues.

                          "En France, la Lada Niva détient le record de victoires dans la discipline des rallyes tout-terrain, enlevant des dizaines de victoires de classe et de nombreux titres de champion en plus de 25 ans de participation, toujours soutenue par l’importateur, Poch. Ce dernier, face à l’engouement que suscite la compétition pour les pilotes Niva, ira même jusqu’à mettre sur pied un « challenge Lada Niva » richement doté et organisé dans le cadre du championnat officiel FFSA. Ce challenge à ce jour disparu rencontra un grand succès à l’époque."

                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Lada_Niva#En_France

                          Publicité sans garantie sans intérêt personnel...

                          Luniterre

                           


                        • Luniterre 10 décembre 2019 11:17

                          Coquille !!!

                          Publicité garantie sans intérêt personnel !!!

                          Évidemment...

                          Luniterre


                        • Luniterre 10 décembre 2019 12:35

                          Et question « garantie », on ne peut pas en dire autant des aficionados du capitalisme financier chinois, semble-t-il... >>>

                          https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/11/05/de-la-valeur-des-investissements-chinois-dans-le-mouvement-ouvrier-francais/

                          https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2019/11/rc-30_11_2019.jpg

                          Luniterre


                        • CN46400 CN46400 10 décembre 2019 18:28

                          @Luniterre
                          La lada-Niva est une adaptation, réussie, d’un 4x4 militaire pour le civil. Les établissement POCH ont utilisé ce véhicule pour faire de la pub même si les véhicules de compétition qu’ils préparaient n’avaient qu’une lointaine parenté avec les véhicules d’origine, comme c’est la règle dans ces situations.
                          Gageons que lorsque Renault aura repris ce complexe, les véhicules n’auront plus besoin d’être recontrôlés pour être vendus en Occident (Voir Dacia)


                        • Luniterre 9 décembre 2019 21:52

                          Pour en finir avec ce « tour de bonneteau » pseudo-« marxiste » assez pitoyable…

                          Remettons simplement la phrase de Marx >>>

                          "Si les choses doivent se dérouler normalement, la croissance doit se faire plus rapidement dans la section II que dans la section I, parce que, sinon, la fraction de I(v + p), qui doit être convertie en marchandises IIc croîtrait plus rapidement que les IIc contre lesquelles seulement elle peut s’échanger "

                          Dans son contexte, que voici, en doc PDF, pages 447 à 449 de Capital II >>>

                          https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2019/12/marx-capital-ii-447-449.pdf

                          Dans ce passage Marx nous parle de l’accumulation du capital et de sa reproduction élargie, et cela se passe donc dans le système capitaliste, dans lequel, effectivement cette condition est nécessaire à l’élargissement et à l’accumulation, comme lien entre développement des forces productives et accroissement, à la fois du capital, et de la quantité totale de plus-value extraite, y incluant le train de vie (consommation) du capitaliste, c’est à dire une part de plus-value qui n’est pas réinvestie comme capital.

                          Dans ce schéma de principe Marx prend pour hypothèse de calcul que 50 % de la plus-value est réinvestie sous forme de capital, chaque année, que ce soit dans la section I ou la section II.

                          50 % de la plus-value sont donc retirés chaque année... Ce qui, déjà, fait une différence de fond avec une économie socialiste, qui n’a pas pour but une telle dérive du produit social.

                          Ensuite, plus-value, cela signifie, en analyse marxiste, que les salaires sont déjà payés, correspondant à minima aux besoins sociaux de la reproduction de la force de travail, ce qui, du reste, était précisément la définition du SMIG, ancêtre du SMIC…

                          Ce qui signifie aussi que ce qui est investi en capital variable dans la section I, se retrouve, in fine, dans la section II, également sous forme de consommation, et donc aussi de plus-value, qui, en régime socialiste, peut très bien être réinvestie en capital constant dans cette même section II, qui n’a pas plus pour « vocation » de générer les profits personnels des capitalistes.

                          Et donc, cette accumulation nouvelle de capital constant en section II, qui correspond bien à un développement de ses forces productives, constitue aussi un accroissement des débouchés nécessaires au développement de la production de la section I.

                          Et dans la section I elle-même, il reste encore 50 % de plus-value récupérables, qu’il est donc également possible de réinvestir.

                          Autrement dit, dans une gestion de type socialiste, et même dans les limites de ce schéma, il y a donc des possibilités de choix d’investissement, entre développement des forces productives, dans les deux sections, et accroissement du bien-être social, ce qui va évidemment de pair, avec cette limite, à l’époque de l’URSS socialiste, qu’il fallait néanmoins assurer le renforcement de la défense nationale face à l’Allemagne nazie, et encore face aux forces occidentales, après guerre.

                          Malgré ces contraintes, ce même « schéma de Marx » réinterprété dans le contexte socialiste, explique donc la reconstruction de l’économie soviétique, en une dizaine d’années, de la fin de la NEP à l’attaque allemande de 1941, stoppée en 6 mois, aux portes de Moscou.

                          Si les soviétique se sont battus aussi courageusement et de façon déterminée, pour défendre leur pays, y compris par les guérillas de partisans, c’est bien parce que malgré ces difficultés, leur niveau de vie s’était spectaculairement améliorée en une seule décennie de développement socialiste.

                          Ce que montre aussi ce film US, du reste >>>

                          https://my.pcloud.com/publink/show?code=XZUUn8kZMKew9HkqsdyqR7hwHoT88m6hYjek


                          Luniterre


                          • Luniterre 10 décembre 2019 01:32

                            Pour ceux que le sujet intéresse, le lien vers le Livre II du Capital, dans l’édition précisément citée ici aussi bien par l’auteur de l’article que par moi-même, avec l’extrait complet incluant la citation qu’il détourne donc de son contexte :

                            http://inventin.lautre.net/livres/MARX-Le-Capital-Livre-2.pdf

                            L’extrait >>>
                            https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2019/12/marx-capital-ii-447-449.pdf

                            Il suffisait donc de relire posément Marx, beaucoup plus clair que l’auteur de cet article, du reste, pour comprendre la malhonnêteté de cette manipulation, en réalité flagrante pour les rares qui connaissent l’histoire de l’URSS, mais pas pour la plupart de ceux qui sont abreuvés par les calomnies habituellement répandues sur ce sujet.

                            Le « tour de bonneteau » assez habile consiste aussi à mélanger les différentes périodes de l’histoire de l’URSS, et surtout, en l’occurrence la période socialiste réelle et les périodes khrouchtcheviennes et suivantes, alors que les courbes du développement économique, suivant assez fidèlement celles de l’évolution de la durée de vie, montrent assez la différence, précisément entre socialisme et restauration du capitalisme, commencée dès l’ère Khrouchtchev, en réalité, et complètement parachevée avec Gorbatchev. >>>

                            https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2019/05/graphe-__-duree-de-vie-en-russie.png

                            Sur TML, les réponses aux deux articles de cet auteur >>>

                            https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/12/09/en-reponse-a-deux-pitoyables-tours-de-bonneteau-pseudos-marxistes/

                            Luniterre


                          • Luniterre 10 décembre 2019 03:09

                            Un correctif apporter à la relecture de Marx, mais qui va encore davantage contre le sens de l’article, si cela était encore nécessaire... !!!

                            En effet, dans la section I la partie de plus-value réinvestie est toujours de 50%, mais dans la section II elle varie, pour conserver, en proportion, le rapport c/v... Et donc elle commence à 20% et passe à 30% sur les deux années suivantes du cycle capitaliste. Il faudrait donc refaire le calcul pour les années 4 et 5, mais il ne semble pas qu’elle atteigne 50%, de toutes façons, ce qui augmente encore la marge de manœuvre pour une gestion socialiste de l’économie, en fin de compte !!!

                            La faillite de l’URSS est donc bien due à la gestion calamiteuse, et en fait, capitaliste, de Khrouchtchev et de ses successeurs, et non au système socialiste, qui avait fait ses preuves, en réalité, au cours de la période entièrement socialiste 1930-1952, malgré les difficultés de l’encerclement et même de la guerre.

                            Luniterre


                          • Fanny 10 décembre 2019 15:10

                            @Luniterre
                            « La faillite de l’URSS est donc bien due à la gestion calamiteuse, et en fait, capitaliste, de Khrouchtchev et de ses successeurs, et non au système socialiste, qui avait fait ses preuves, en réalité, au cours de la période entièrement socialiste 1930-1952, malgré les difficultés de l’encerclement et même de la guerre. »

                            Il y a 60 ans, « tous » nos universitaires se disaient marxistes. Ceux qui ne l’étaient pas étaient considérés au mieux comme des originaux, au pire comme des marginaux pas sérieux.

                            Aujourd’hui, seul Zemmour ose se réclamer du marxisme. Les modes changent … on se marre.

                            Non, la déroute du système soviétique ne date pas de Krouchtchev. Mon argument ? Lavrenti Beria, le cerveau de Staline. Un sadique, sexuellement pervers, mais une intelligence très supérieure. Staline, qui lui-même n’était pas le dernier des cons, avait compris la puissance intellectuelle de Beria et s’en servait (tout en le craignant, et il n’est pas exclu que Beria ait finalement empoisonné Staline).

                            Lucide et très bien informé, Beria avait compris dès avant 1950 que l’URSS courait à sa perte et qu’il fallait modifier en profondeur le système soviétique pour soutenir la compétition avec l’Ouest. Peu avant d’être fusillé, il avait engagé un virage dans ce sens.

                            Beria fut fusillé en 1953, et l’URSS s’est effondrée en 1991.

                             


                          • CN46400 CN46400 10 décembre 2019 19:05

                            @Luniterre
                            "La faillite de l’URSS est donc bien due à la gestion calamiteuse, et en fait, capitaliste, de Khrouchtchev et de ses successeurs, et non au système socialiste, qui avait fait ses preuves, en réalité, au cours de la période entièrement socialiste 1930-1952, malgré les difficultés de l’encerclement et même de la guerre."

                            Si on met la période de la guerre de coté, la différence entre Kroutchev, Brejnev etc et Staline tient, essentiellement, à la disparition du Goulag et du travail forcé qui allait avec, et pas avec une quelconque privatisation où exploitation capitaliste....


                          • Luniterre 10 décembre 2019 19:41

                            @CN46400

                            Au vu de votre intro, et de celle de Fanny, je me dis, tiens, y’a de l’écho... !

                            Pour ce qui est de l’éco... je vous ai déjà répondu >>>

                            https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/10/21/en-reponse-a-un-adepte-de-deng-xiaoping-et-successeurs/

                            https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/10/03/nouveau-debat-avec-un-zelateur-du-social-imperialisme-chinois/

                            Luniterre


                          • Luniterre 10 décembre 2019 20:23

                            @Fanny
                            Personnellement, en tant que prolo autodidacte, je n’ai aucun lien avec le monde universitaire dont vous parlez... !

                            Pour le reste vous semblez tenter de faire l’histoire de l’URSS dans les poubelles d’Ici Paris ou de Gala...

                            Pour ma part je tente de pratiquer directement les sources russes, aujourd’hui en grande partie accessibles et discutées par les historiens russes d’obédiences les plus diverses.

                            Concernant le rôle réel de Beria, vous semblez en savoir plus qu’eux, vu votre affirmation... Vous devriez leur écrire, ça les fera toujours bien rire... !

                            Beria était porté sur le sexe, semble-t-il, mais pas plus que la « moyenne » de nos politiciens hexagonaux, chefs d’Etat et « potentiel » inclus... (Cf. Strauss-Kahn).

                            Staline « utilisait » Beria, comme tout chef d’Etat se doit d’utiliser les compétences utiles au développement de son pays. Parmi les rares historiens compétents sur l’URSS, une historienne, Françoise Thom (anticommuniste) pense qu’il était anticommuniste, effectivement. Ce n’est pas impossible, mais les avis à ce sujet restent partagés en Russie.

                            Beria a en fait été assassiné, semble-t-il, même s’il y a eu formellement un procès, qui ne fut pas public, de plus, et pour cause...

                            Il y avait donc une raison à ce procédé...

                            Dans l’hypothèse (probable) de l’assassinat de Staline, il est plutôt logique de penser que Khrouchtchev en est le responsable et qu’il a éliminé Beria de cette façon pour ne pas être démasqué.

                            Plusieurs historiens russes penchent pour cette hypothèse cohérente, bien que non prouvée avec certitude, évidemment.

                            Khrouchtchev est le grand gagnant de cette époque, et l’Occident a largement acté ce fait comme « bénéfique » pour ses intérêts, un peu comme pour Gorbatchev plus tard, et donc créé l’essentiel de la « légende noire » autour du personnage de Beria, ce qui arrangeait donc bien tout le monde, comme souvent, en politique.

                            Luniterre


                          • Fanny 11 décembre 2019 14:21

                            @Luniterre

                            Les discussions sur les causes de l’effondrement de l’URSS m’intéressent, m’amusent même tant les analyses et interprétations sont diverses.

                            Je n’ai aucune connaissance particulière de l’histoire de l’URSS ni accès aux sources des historiens russes.

                            J’avais croisé dans l’enfance un certain Bajanov (cf. sa page Wiki), émigré en France où il était devenu ingénieur/inventeur (« offset sans l’eau » disait-il ???) après avoir été le secrétaire du Politburo dans les années 20, avec Lénine, Trotsky et Staline autour de la table. Un trio de salopards disait-il, prêts à faire rentrer, avec toute la brutalité nécessaire, la viande (le peuple) dans le hachoir de la théorie. Bajanov avait fui très tôt l’URSS par l’Iran.

                            Le coup de revolver de Fanny (Kaplan, pas moi) aurait changé le cours de l’histoire ? Le nez de Cléopâtre survole les siècles, alors que le revolver de Fanny n’a pas imprimé dans l’inconscient collectif. A juste raison, car Lénine, Trotsky et Staline étaient également et absolument résolus à « réussir », avec toute la brutalité nécessaire. Staline surplombe néanmoins ce trio car, après le serial killer, il y eut le vainqueur courageux (resté dans son bureau quand les chars nazis étaient à qqes verstes du Kremlin) de la grande guerre patriotique. Les Russes quant à eux chargent plutôt Gorbatchev, le perdant de la 3ème guerre mondiale.

                            Je ne pense pas qu’il y aura jamais une théorie consensuelle de l’effondrement de l’URSS, chacun regardant ce cataclysme historique avec ses lunettes idéologiques. Fanny Kaplan ? Staline ? Khrouchtchev ? Gorbatchev ? L’Afghanistan ? La course aux étoiles ?

                            Un autre petit souvenir : j’aperçus Khrouchtchev, j’avais dans les 10 ans, lors de sa visite à Paris. Il passait en voiture
                            - une Citroën DS venant d’Orly avec de Gaulle. Aurait-il tué Staline ? Pourquoi pas, il en était capable. Car c’est bien lui que Staline a traité d’ « imbécile, avec qui crois tu qu’on va bâtir le communisme si tu tues tout le monde » quand Khrouchtchev avait diffusé un fax au Politburo se vantant d’avoir dépassé les quotas planifiés d’assassinats de citoyens soviétiques (souvent choisis au hasard). Un serial killer en compétition avec Staline.


                          • Luniterre 11 décembre 2019 15:43

                            @Fanny

                            Effectivement, l’histoire de ce personnage est assez rocambolesque, semble-t-il...

                            Néanmoins, en fin de compte, il a pris les armes contre son propre pays >>>

                            "Bajanov a combattu en 1940 dans une formation d’émigrés russes avec l’armée finlandaise dans sa défense contre l’Union soviétique« 

                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Bajanov

                            Un choix difficilement »innocent"... !

                            Luniterre


                          • Fanny 11 décembre 2019 16:55

                            @Luniterre

                            « Néanmoins, en fin de compte, il a pris les armes contre son propre pays.

                            Un choix difficilement »innocent"... ! »

                            J’avais cru comprendre que vous étiez marxiste.

                            En principe, un marxiste analyse une situation et prend parti selon des critères qui ne sont pas nationalistes.

                            Que penser des citoyens allemands qui ont combattu Hitler les armes à la main, ceux qui ont tenté de l’assassiner ?

                            Quel était le « bon » côté, où était la justice (nationale, de classe ou autre) dans cette mini guerre soviéto-finlandaise ?

                            NB : je ne défends pas Bajanov, qui après avoir fait un baise-main appuyé à ma mère, a cherché à la draguer pendant un dîner en 1954.


                          • Luniterre 11 décembre 2019 19:40

                            @Fanny
                            je ne suis pas encore un grand connaisseur de la question finlandaise à cette époque, mais j’ai par contre commencé à étudier celle du terrible siège de Léningrad, qui est connexe, vu l’alliance entre Finlande et nazis à cette occasion.

                            La Finlande a donc d’abord refusé l’accord proposé par l’URSS, qui avait besoin de protéger Léningrad,( >>>1er conflit), avant de s’allier carrément à l’Allemagne nazie et de contribuer au siège de Léningrad (1 800 000 morts).

                            Ce Bajanov connaissait suffisamment la situation pour savoir ce qu’il faisait, et a même pratiqué activement la Kollaboration >>>

                            Во время советско-финской войны Бажанов предпринимал попытки организации русской армии из советских военнопленных. Созданный Бажановым отряд под названием « Русская народная армия » принимал участие в боевых действиях на стороне финской армии. Однако дальнейшего развития инициатива Бажанова не получила вследствие быстрого окончания войны.

                            Накануне Великой Отечественной войны Бажанов встречался с Розенбергом : вероятно, руководитель Восточных территорий Германии изучал возможность использовать Бажанова для создания альтернативного правительства в Советской России.

                            https://ru.wikipedia.org/wiki/Бажанов,_Борис_Георгиевич

                            Quelques liens utiles sur l’histoire de l’époque >>>

                            https://www.secondeguerre.net/articles/evenements/es/41/ev_siegeleningrad.ht ml

                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_L%C3%A9ningrad#Front_finlandais

                            https://fr.sputniknews.com/club_zinoviev/201506251016709942/

                            https://fr.rbth.com/histoire/83543-guerre-continuation-urss-finlande

                            https://www.secondeguerre.net/articles/evenements/es/39/ev_russofinlandais.h tml


                            Et ma modeste contribution à la mémoire du siège >>>

                            https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/06/22/непокорённый-indomptable-leningrad/


                            Luniterre


                          • Fanny 11 décembre 2019 20:20

                            @Luniterre
                            Dans cette mini guerre soviéto-finlandaise,le « bon »côté était soviétique, bien d’accord. Cela a d’ailleurs été plus ou moins reconnu par un ancien premier ministre finlandais.
                            Bajanov avait des circonstances atténuantes : les Soviétiques ont cherché à l’éliminer physiquement en France, comme ils l’ont fait et réussi avec un général blanc, je crois me souvenir. Bajanov n’a pas eu vraiment le choix du « bon » côté.


                          • Luniterre 11 décembre 2019 21:04

                            @Fanny
                            Effectivement, vu ses fonctions importantes en URSS, il était donc assez logiquement considéré comme un traître et un déserteur.
                            Fuir pour sa vie ne l’obligeait pas pour autant à Kollaborer, si il n’y avait pas déjà quelques prédispositions...
                            Il s’en est donc très bien tiré et semble avoir continué ensuite une carrière d’anticommuniste professionnel ou semi-pro assez prolifique...
                            Un « job » désormais plutôt l’apanage d’« historiens »...

                            Luniterre

                            Sans réelles prétentions historiques, mais en images et en son >>>

                            https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/06/22/непокорённый-indomptable-leningrad/

                            .

                            *******************


                          • Fanny 11 décembre 2019 22:55

                            @Luniterre
                            « d’anticommuniste professionnel »

                            d’antisoviétique professionnel plutôt, mais ces deux expressions sont peut-être équivalentes dans votre esprit.

                            Pour moi, c’est très différent. Le soviétisme est une expérience ratée de capitalisme d’Etat. Le communisme, c’est le destin de l’humanité à longue échéance. Un mélange de Karl Marx, de Jésus Christ, de Bouddhisme, de Taoïsme, d’abolition de la propriété privée, d’Intelligence Artificielle. On y va sans bien nous en rendre compte, mais on y va.


                          • Luniterre 11 décembre 2019 23:47

                            @Fanny
                            Une « rature » qui a donc néanmoins permis la défaite du nazisme, et donc une « rature » tout à fait relative et qu’il est précisément nécessaire d’analyser d’un point de vue marxiste, non pas pour en faire un modèle à reconstituer, ce qui serait dogmatique et même absurde, mais pour en tirer les leçons utiles. C’est ce qui n’a pas encore été fait, concrètement d’un point de vue marxiste, en raison des dérives idéologiques des courants qui s’en sont voulu les héritiers, y incluant les trotskystes, tous occupés à se justifier idéologiquement, et non à faire une analyse matérialiste et dialectique, sans préjugés idéologiques.

                            Les russes eux-mêmes ont appris, avec le temps à nommer les différentes périodes de leur histoire soviétique >>> en très schématique >>>
                            _La guerre « civile »
                            _La NEP
                            _La construction du socialisme (1930-1940)
                            _La Grande Guerre Patriotique (1941-1945)
                            _La Reconstruction (1945-1952)

                            _Le khrouctchevisme (1953-1964)
                            _La Stagnation (Brejnev +>>1985)
                            _La « Perestroïka »(Gorbatchev, La Chute... !)

                            La période 1930-1952, malgré les difficultés et les tragédies, qu’il serait évidemment absurde de nier, reste néanmoins celle qui fait encore la fierté russe actuelle et qui est encore célébrée, de fait, à chaque occasion patriotique, et même très officiellement, ce qui en Occident déplait fortement et reste tout à fait incompris de ceux qui ne voient l’histoire qu’à travers le prisme de l’idéologie libérale, qu’ils prennent pour une valeur planétaire universelle, ou du moins, qu’ils veulent imposer comme telle !

                            Un regard critique est donc nécessaire, mais ne peut être utile que s’il ne vise pas le dénigrement systématique et cherche réellement à faire la part des différents aspects et contradictions de chacune des ces périodes.

                            Luniterre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

M’bafo Pian


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès