• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Bilan climatique 2006

Bilan climatique 2006

Certaines années semblent plus importantes que d’autres. Avec ses élections présidentielles et parlementaires, l’année 2007 s’annonce comme un bon cru, alors que 2006 ne semble pas vouloir laisser beaucoup de traces dans nos mémoires.

Pourtant, malgré son apparente platitude, 2006 a, comme toutes les autres, fourni son quota de gaz à effet de serre.

[Provenance NOAA]


Recent global monthly mean CO2.

Et la température mondiale a donc continué de monter

[Provenance NOAA]

Global mean temperature over land & ocean.

Naturellement, il serait faux de dire que le réchauffement climatique n’intéresse personne. Il devient même indéniable que ce sujet a quitté l’enceinte des milieux autorisés pour apparaître sur la place publique. Les plus optimistes peuvent même déjà commencer à faire le total des tonnes de CO2 que les différentes initiatives ont permis d’économiser.



Malheureusement, parler ne change pas les choses.

Au niveau international, si Kyoto, malgré les limites qu’on lui connaît, a été le premier pas, personne ne semble pressé de faire le second. La conférence de Nairobi* (du 6 au 17/11/2006), qui devait travailler à l’élaboration de l’après Kyoto (2012), s’est contentée de repousser le problème en 2008. Par contre, elle a pris la peine de préciser, comme en son temps celle de Montréal, que la révision prévue à cette date ne devrait pas mener à de nouveaux engagements, pour aucune des parties !

Au niveau national, malgré une arrivée en force du débat parmi nos hommes politiques (rapports** sur le sujet à l’Assemblée nationale et au Sénat), il faut l’intervention régulière de Nicolas Hulot pour sortir la campagne électorale de ses thèmes favoris. Et quand on constate que les candidats qui réagissent ne le font que pour gagner la sympathie de l’électorat concerné, on ne peut qu’en conclure que la gravité de la situation n’est encore pas appréhendée...

Il y a donc pas de risque à parier que 2007 engrangera, elle aussi, son quota de gaz à effet de serre, continuant ainsi à réduire, petit à petit, nos chances de survie. Combien de nouvelles années faudra-t-il pour que nous comprenions que nous n’éviterons la catastrophe que si nous faisons tous des efforts ?





* : compte rendu

de la conférence par le Réseau Action Climat France (format pdf).

** :

  • rapport de la mission d’information sur l’effet de serre présenté à l’Assemblée nationale française le 12 avril 2006,

  • rapport "Changement climatique et transition énergétique : dépasser la crise", rendu public au Sénat le 29 juin 2006.

Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Popov De Kerl Popov De Kerl 8 décembre 2006 14:42

    je vois un tres beau constat mais pas de solution pratique, le problème c’est que peu de gens sont capable de renoncer à une partie de leur confort pour assurer un avenir a leurs petits ou arriere petits enfants. La majorité des personnes interrogées disent que : je cite : « d’ici la on aura trouvé une solution »

    Je trouve ca triste


    • Popov De Kerl Popov De Kerl 8 décembre 2006 17:44

      bonne question, peut être parceque le gouvernement francais ne sait pas inciter, sur le point des scooter un exemple, je revien de chine, un scooter electrique 75km pour 40km/h coute environ 120€ j’état chinois payant 230€ de sa poche pour compléter, et histoire de s’assurer de la diminution de nombre de 2 roues a essence, le gouvernement chinois ne délivre plus de plaque minéralogique pour les 2 roues a essence dans la zone de Canton Voila une mesure utile et efficace contrairement a ce que nous savons faire chez nous


    • (---.---.185.253) 8 décembre 2006 18:11

      L’energie du scooter est produite par les centrales thermiques (rendement de 30%), transporte par des cables (rendement de 30%), pour charger des batteries elles aussi tres couteuses en energie. L’electrique est encore pire que l’essence.

      Par contre, le velo ou les transports publics sont tres economes et c’est la solution utilisee par la Suisse, le Danemark, les pays bas.


    • gem gem 8 décembre 2006 19:49

      Les machines électriques ont des rendements excellents : de l’ordre de 95% pour les moteurs et générateurs, transformateurs, et plus encore pour les simples câble. globalement, on perd moins de 20% de l’énergie dans toute la chaîne. C’est déjà assez pour qu’on s’en préoccupe, mais pas trop.

      Globalement, un ensemble centrale électrique + cable + batteries + moteur électrique est certainement beaucoup plus complexe qu’un moteur en direct sur la mob, mais son rendement est quand même meilleur, outre les autres avantages


    • Fabio (---.---.72.18) 8 décembre 2006 16:10

      évitons de dire « personne ne bouge alors moi non plus » !

      Si tous ceux qui roulent déjà en scooter revendaient leur deux-roues à essence et achetaient un scooter électrique, comme par exemple l’EVT4000e, aux performances tout à fait respectable(45 km/h, 50 km d’autonomie), en quoi leur niveau de confort serait revu à la baisse ?? Il serait même augmenté, et de beaucoup ! Plus de bruit de pètarade, plus de gaz d’échappement, on fait le plein à un tarif dérisoire...

      Mais qui sait pourquoi les humains préfèrent faire compliqué...


      • Germain (---.---.196.70) 8 décembre 2006 21:30

        Il coûte combien l’EVT4000e ? Et combien de temps la charge ? Avec 50 km d’autonomie, il faudrait 2 engins pour qu’un soit disponible. La disponibilité à tout moment est une qualité essentielle des moyens de transport individuels, une de leur supériorités indéniables sur les transports en commun.


      • ade (---.---.212.97) 9 décembre 2006 01:20

        Oui, mais... Pas si simple ! Un scooter électrique comporte des batteries, dont les éléments chimiques ne sont ni inépuisables ni non-polluants (et il me semble que c’est la même chose avec les piles à combustible, qui utilisent quand même aussi des éléments rares/polluants. Par contre, on ne parle jamais de moteur à explosion à hydrogène. Est-ce à cause de la trop grande dangerosité du concept ?)

        Par ailleurs, la production d’électricité est elle aussi polluante et non durable. Donc, sauf à inventer le scooter à voile ou à utiliser un vélo, le problème n’est pas complètement résolu... (même si c’est un moindre mal par rapport à l’utilisation d’énergies fossiles)

        Pour lancer d’autres pistes : on ferait déjà pas mal d’économies en
        - mettant au point des cargos à voile (non, je ne blague pas, la R&D peut faire des miracles parfois), et en acceptant de fonctionner un peu moins en flux-tendu pour les biens non périssables
        - rendant moins cher les transports moins polluants (il est choquant que le train ou le bâteau coûte plus cher que l’avion !)
        - analysant et résolvant le besoin de déplacement à la source : nombre de déplacements professionnels pourraient par exemple être évités en développant le télétravail et la visioconférence (par exemple de nombreux couples vivent loin la semaine car leur jobs respectifs sont éloignés => conséquence, ils se déplacent beaucoup pour se rejoindre, alors qu’une part considérable de jobs s’effectuent sur un ordinateur !)


      • Et la logique ? (---.---.1.227) 10 décembre 2006 20:00

        « Si tous ceux qui roulent déjà en scooter revendaient leur deux-roues à essence et achetaient un scooter électrique », la pollution augmentera, malin Jacques !!!!!!!!! Vu que les scooters revendus seront réutilisés par d’autres smiley


      • Calvino Pranef 8 décembre 2006 18:57

        Bonjour,

        Personnellement, je me refuse à acheter une voiture et fais mes déplacement majoritairement à pied, en transport en commun ou en vélo.

        Il est vrai que lorsque je reviens en vélo du sport à 21h et qu’il pleut, une voiture serait plus agréable, mais cela ne tue personne.

        A l’avenir, nous serons à mon avis tous contraints de faire des sacrifices, je préfère donc ne pas trop m’habituer à un certain confort, en plus cela me fait réaliser beaucoup d’économies ... smiley

        Calvino


        • (---.---.112.158) 8 décembre 2006 19:12

          Perso, je pensais la meme chose en me deplacant presque uniquement en velo et en bus et pourtant j’avais une voiture. Jusqu’au jour ou une voiture venant en face a decide de me rentrer dedans deliberemment et de prendre la fuite. Je considere que ma sante est plus importante.


        • Germain (---.---.196.70) 8 décembre 2006 21:08

          Fort bien. Mais avez-vous dans votre entourage des jeunes enfants ou des personnes âgées ? Transportez-vous des bagages ? Dans ces cas-là, le vélo est inopérant et les transports en commun un calvaire. Les transports en commun, c’est sympa pour les 15-40 ans sans charge de famille ou de bagages. Le vélo , c’est pour la balade et les déplacements locaux (pour les 15-50 ans, à condition qu’il ne pleuve, ni ne vente, ni ne gèle).

          Mais la voiture, quelle merveilleuse invention !


        • herve33 (---.---.187.101) 9 décembre 2006 11:36

          Tu as tout à fait raison , j’aimerais beaucoup faire mes trajets domicile travail en vélo , mais voilà , pas de pistes cyclables , et si je roule sur la route , je risque de me faire renverser à chaque rond point car rien n’est prévu pour les 2 roues . Certains collègues se sont faits rentrés dedans , et un à mis 6 mois à s’en remettre . Les politiques ont toujours de belles paroles , mais quand il s’agit de les transformer en actes concrets , personne n’est plus là .


        • rodge (---.---.1.1) 11 décembre 2006 09:21

          bonjour,

          j’ai circulé en vélo quasiment tous les jours entre 1996 et 2005 dans paris pour me rendre a mon travail, sans accident et sans utiliser les pistes cyclables (j’en avais pas et c’est trop dangeureux, les pietons s’en servent). entre 2002 et 2005 je deposais meme mes enfants a la maternelle en velo (un sur le guidon, un sur le porte bagages), la meternelle etait sur le meme large trottoir que notre immeuble a env 800m.

          nous sommes en province depuis plus d’un an et aujourd’hui, pour la premiere fois, je suis venu en voiture avec un crochet par l’ecole, il fait froid, les enfants toussent et je suis seul à m’en occuper cette semaine...

          avec un peu d’organisation : pas de douche au travail mais un placard avec des affaires ’civiles’, des toilettes pour se changer et en arrivant 15min avant tout le monde, on peut y arriver

          pas de pb d’horaires de transports, de bouchons, par contre quand il pleut c’est effectivement beaucoup moins sympa !

          (trajets entre 3.5 et 7km fois 2)

          a la limite ce qui m’a le plus gêné c’est la pollution (bronchites en juin/juillet) mais c’etait plus les km de vélo-sport dans le bois de boulogne qui etaient en cause

          ma femme a eu un accident leger (grace au casque) en 3 ans de pratique, a cause d’un pieton sur une piste cyclable ...

          ROdge


        • Germain (---.---.196.70) 8 décembre 2006 22:30

          Une simple remarque : Votre prémisse est fausse : le chômage n’est pas en augmentation dans les pays développés ! Il a fortement baissé en Espagne, Irlande, Italie ; baissé ou resté bas aux USA, Japon, GB, pays nordiques...

          La France n’est pas l’Europe ni le monde. Au lieu de considérations abstraites sur la complexité et l’esprit d’abstraction, discutées par ailleurs, je conseillerais plutôt de s’intéresser aux particularités de la société française qui font de notre pays le « paradis » du chômage de masse et de l’exclusion.


          • marmotte (---.---.70.18) 9 décembre 2006 12:35

            @ Gem

            Je ne crois pas que le rendement d’une centrale électrique soit de 95 % : vous ne l’avez pas dit, mais votre message le laisse penser. En particulier les centrales nucléaires, c ’est plutôt proche de 30 %, je ne sais plus le chiffre exact. Apres, il en va de même pour le transport de l’electricité. On consacre environ 25 % de notre energie a transporter les 75 % autres sur les réseaux electriques français. C’est effectivement proportionnellement moins que l’energie reellement utilisée, mais c’est complètement préoccupant quant on réfléchit à notre distribution spatiale de la consommation, et ça l’est encore plus quand on tente d’imposer un modèle énergétique dans d’autres pays.


            • eugène wermelinger eugène wermelinger 9 décembre 2006 16:52

              Voilà à nouveau posé le problème des énergies. Les centralismes industriels, politiques, syndicaux, veulent garder leurs positions dominantes. Et ne veulent pour ces raisons ne pas entendre parler de micro-productions électriques (pourtant à Fribourg en Brisgau une ville nouvelle produit plus qu’elle ne consomme !), presque pas d’énergie éolienne privée, idem pour la géothermie (néanmoins expérience à 67 Soultz sous forêt et à Bâle en Suisse) Des usines maré-motrices (Une nous suffit-elle ?) ? Non, il nous faut du nucléaire alors que nous ne savons même plus construire ces centrales (voir le retard de celle que nous devons livrer à la Norvège) Cela plaît aux complexes industriels concernés. Aux syndicats ouvriers aussi. C’est du blé à consommer entre eux ! Pour les moteurs de nos engins de déplacement : à la trappe la voiture à air comprimé, celle à eau pareil. Par contre oui disent-ils aux bio-carburants qui, en occupant nos sols au-delà des possibilités de la planète, vont nous faire crever de faim. Oui aux pompes à Hydrogène car ce sont les mêmes qui tiendront les stations services. Gardons espoir : les idées sont en route. De vous à moi : quand les chinois ou les indous, ou les sud-africains, proposeront de telles solutions, vous acheterez quoi ? Moi, c’est tout vu, si tant est que j’en aurai encore les moyens, et vous aussi !


              • Pierrot (---.---.23.48) 10 décembre 2006 11:17

                Votre message est gentil mais un peu naif.

                Quant aux moteurs à air comprimé et à l’eau, ils existent, certes, mais il faut fournir beaucoup plus d’énergie (pour comprimer l’air) que le moteur n’en restitue ensuite.

                Les biocombustibles ont un bilan faiblement positif en terme d’émission de gaz CO2. Bien sûr cela permet de développer l’agriculture (essentiellement intensive) française et de créer des emplois locaux. Cordialement.


              • René Job (---.---.145.126) 10 décembre 2006 20:47

                Agriculture intensive qui ne sera pas économe en eau potable. Autre grand problème écologique.


              • Stephane Klein (---.---.19.227) 11 décembre 2006 19:05

                Nous la vendons a la Finlande, et a perte...

                Pour voire des comportement a s’arracher les cheveux, nul besoin d’aller tres loin : interrogez votre propre maire et demandez-lui ce qu’il compte faire pour rendre sa commune plus propre et promouvoir les EnR. Sa reaction :

                - haussement d’epaule
                - regard desole du mec qui ne comprends pas de quoi on lui parle.


              • Stephane Klein (---.---.19.227) 11 décembre 2006 19:17

                Le particulier peut aisement agir de lui-meme et tous ceux qui le nient connaissent mal leur sujet et/ou ont un comportement auto-destructeur.

                D’abord pour savoir comment agir contre les emission de CO2, il faut se rappeler quelle activite les genere :

                * Transport : solution (transitoire en attendant mieux) : scooter et/ou voiture electrique type Cleanova.

                * Chauffage : solution : pompe a chaleur, geothermie de basse temperature, solaire thermique.

                * Electricite : etant donne que 7-8% de notre production vient de centrales thermiques au fioul, gaz, charbon, lignite et que celles-ci participent a repondre au besoin de semi-point, toute alternative permettant de repondre au besoin de semi-pointe contribue a reduire ces emissions :
                - centrale solaire patriculier ou industrielle
                - centale hydroelectrique a reservoir
                - centrale biomasse de cogeneration ou biogaz.

                Ca c’est pour les solutions, leur mise en oeuvre au niveau du particulier de materialise par :

                - Investissement direct dans un generateur solaire particulier et/ou solaire thermique-geothermie-chaudiere a bois, credit d’impot a l’appui.
                - Investissement collectif dans une centrale PV.
                - Achat d’electricite verte chez Enercoop, Poweo ou Direct Energie.

                Notez que ces possibilites ne sont pas exclusives les unes des autres.

                Je n’ose mentionner l’acte que chaque citoyen se doit d’accomplir : s’informer sur les programmes de candidats nationaux ou locaux, voter et leur demander des comptes.

                Il parait clair que les solutions ne manquent pas, seule la volonte de les mettre oeuvre manque.

                On s’y met ?


              • Zénobe (---.---.227.50) 9 décembre 2006 17:16

                ..et pendant ce temps ExxonMobil depense des millions pour jeter le doute sur le réchauffement ....

                http://questionscritiques.free.fr/edito/Independent/Exxon_rechauffement_pla netaire_071206.htm


                • Haina (---.---.21.222) 10 décembre 2006 11:46

                  @eugene Les Chinois n’ont pas le choix...L’ingerence est intercontinentale !


                  • maxim maxim 10 décembre 2006 14:51

                    l’un de nous a abordé la géothermie...la bonne ville de Fontainebleau ou j’habite,avait adopté ce mode de chauffage dans les batiments publics,et un grand nombre d’autres sites avaient investi dans cette « merveilleuse source d’énergie » ;

                    la résidence ou j’habite avait fait investir dans ce mode de chauffage....je vais etre grossier,« on s’est gelé les burnes » pendant quelques années..14 à 15 degres dans les apparts...c’est pas trop ça.... (en hiver bien sur...)

                    du coups il a fallu tout virer et revenir au fuel.....

                    je vous raconte pas le prix ,installation démontage,réinstallation..avec les sous des citoyens,qui n’ont pas manqué de demander des comptes ,à ses géniaux visionnaires....la ville de Fontainebleau a toujours ce passif sur les reins.....

                    alors la géothermie hein.......


                    • marmotte (---.---.70.27) 10 décembre 2006 15:50

                      Bonjour, la géothermie n’est généralement pas utilisable sans complément. En revanche, elle est tres rentable pour tamponner les grands variations de températures. Il ne faut pas demander à un sol à 15 ° de chauffer efficacement une maison jusqu a 20 °. En général, on conçoit une maison avec un équipement géothermique, en ajoutant une énérgie d’appoint. smiley


                    • maxim maxim 10 décembre 2006 17:56

                      certainement.....je ne suis pas spécialiste en la matière...je ne fais que relater un fait vecu,qui nous a refroidi dans tous les sens du terme,et pour lequel nous payons encore.

                      amicalement.....


                      • (---.---.232.179) 10 décembre 2006 18:41

                        Le réchauffement climatique est le nouveau sujet à la mode. Celui ci n’est pourtant ni le premier, ni de dernier. Il y a eu des réchauffements avant nous, il y en aura après nous...hé oui, il faut s’y faire..pardon pour ceux qui n’y auraient pas pensé mais l’espèce humaine (comme les autres espèces actuelles) n’est que de passage sur la planète. Mais pourquoi verser dans la soudaine fébrilité ambiante sur le sujet ? Pour se donner bonne conscience ? C’est le nouveau dada des bien pensants, on voit même les politiques qui s’acoquinent avec des vedettes de « l’écologie ». Des espèces végétales et animales vont disparaitre ? Tiens donc la belle affaire que voilà ..Tout à coup maintenant on s’en préoccupe, alors qu’on s’en est moqué depuis que le monde est monde. Il ne reste que quelques baleines dans les océans et malgré la raréfaction des espèces de poissons l’Europe peine à établir des quotas de pêche. Nos forêts sont vides..où sont nos ours, nos loups, nos lynx, nos élans d’Europe, etc, etc, etc ? L’homme a détruit, décimé tant qu’il pouvait (sûr de sa soi-disant supériorité) et aujourd’hui que son petit confort est menacé, il s’inquiète et s’agite. Race pitoyable ! Les océans vont monter on le sait, mais progressivement. On a donc le temps de se dégager des zones côtières et des zones inondables, ce que d’ailleurs quelques esprits éclairés préconisent depuis des dizaines d’années...mais ils prêchent dans le vide. On accuse nos émissions de CO2 et on culpabilise le citoyen lambda qui prend sa voiture pour une balade ou aller bosser alors que pendant ce temps le seul démarrage d’un char en Irak ou ailleurs consomme 100 litres. Pourtant ce CO2, soi-disant produit par notre consommation des énergies fossiles, se trouvait bien dans l’atmoshère il y a quelques millions d’années. Il a été assimilé par les plantes avant d’être enfoui par les bouleversements géologiques. Si ce CO2 revient aujourd’hui dans l’atmosphère n’est ce pas un retour à l’équilibre ? L’homme et d’autres espèces auraient profité d’une situation temporaire, d’une fenêtre climatique qui toucherait à sa fin ? Et on ne parle pas du méthane qui se dégage en quantités phénoménales des océans, du permafrost, des marais, des résidus d’activités humaines. Or le méthane a un effet de serre 20 fois plus important que le CO2. Les mesurettes préconisées ici ou là ne changeront pas grand chose à l’évolution du réchauffement et il faut en être conscient. C’est un phénomène physique, le système a quitté une situation d’équilibre, c’est donc trop tard, et comme toujours en pareil cas il s’emballe vers une nouvelle situation d’équilibre autour de laquelle il va osciller avant de se stabiliser...ça peut prendre des siècles. De plus, nous qui avons bien profité du développement, de quel droit empècherions nous les populations africaines, asiatiques ou autres d’y avoir accès ? Que voilà des émissions de CO2 en perspective ! Et ce tabou dont personne n’ose parler (voir l’agitation autour de Pascal Sevran) ? Ce pullullement de l’espèce humaine. Et les nuisances qui vont immanquablement en découler au niveau du climat et de la nature ? Les prévisions annoncent une population de 9 à10 milliards d’individus d’ici 2050. Certains n’ont pas fini de s’agiter.


                        • (---.---.141.147) 11 décembre 2006 10:06

                          Bonjour,

                          Moi j’ai juste une question à ce sujet que je n’ai jamais vu abordées dans aucun article et j’aimerai bien qu’on me renseigne sur ce point.

                          En quoi le rechauffement climatique est catastrophique ?

                          Il l’est certainement, mais pourquoi ?


                          • (---.---.195.242) 11 décembre 2006 12:13

                            Bonjour.

                            Vous trouverez un récapitulatif des différentes conséquences du réchauffement climatique (que l’on ferait mieux de nommer dérèglement climatique) sur la page suivante : /www.vierurale.com/Humeur/ApocalypseMC.php?tCible=vrArticle&Id=ApoEtat2 »>Que risquons-nous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès